ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

REACTIONS &indignations

www.lobservateur.sn 
N°1064 des 02,03,04,& 05 Avril 2007 
Fallou M'backé Diallo:on a vu un président proprement réélu par des citoyens qui souffrent et qui espèrent.Mais dont le premier acte officiel majeur a été de décréter 3 jours fériés,chômés et payés.Après avoir battu campagne ur le thème dt travail,toujours le travai.Pourtant, cette"vacance citoyenne"que le président nous a généreusement offerte, n'a, dans le contexte actuel,rien de paradoxal.Elles'inscrit dans une logique d'exclusion,faisant du pouvoir un lieu de réjouissance solitaire.C'est pour cette raison qu'après son plesbicite, avant même d'avoir prêté serment,Wade évoque de façon péremptoire,solitaire et équivoque,sa succession à la tête de l'Etat.Et croit ne devoir chercher son successeur que dans son seul camp.C'est cette même logique de la proximité affective et de l'appartenance partisante, qui a fait dire au Chef de l'Etat à Tivaouane:"Je suis venu au Gamou,bien que j'aie perdu à Tivaouane".Comme si,en tant que président de la république,ses déplacements dans le pays devaient être déterminés par ses scores lors de la présidentielle.LSénégal serait alors une manière de démocratie,semblable à cette perversion de la raison dont parle Alphonse Karr:"Plaisante chose qui signifie:ont raison ceux qui sont avec moi et tort ceux qui sont contre moi".Alors,dans toute sa splendeur, c'est la raison du plus....proche. 
Karim : « tout ce que tu touches tu le consumes »* 
Karim, Karim, orgueil d’Abdoulaye Wade et de Viviane, et de toute la « génération du concret », adhérents comme sympathisants, le peuple sénégalais a découvert ce que tu es. Karim, Karim, orgueil d’Abdoulaye Wade et de Viviane, et de toute la « génération du concret », adhérents comme sympathisants, le peuple sénégalais a découvert ce que tu es. Tu as bâti ta popularité sur le patriarcat, la ruse, les subterfuges, les combines, les magouilles, la corruption, le clientélisme, le vol comme en atteste la (...)  
Par : Ma Bagne, jeudi 2 août 2007 
Karim, Karim, orgueil d’Abdoulaye Wade et de Viviane, et de toute la « génération du concret », adhérents comme sympathisants, le peuple sénégalais a découvert ce que tu es. Tu as bâti ta popularité sur le patriarcat, la ruse, les subterfuges, les combines, les magouilles, la corruption, le clientélisme, le vol comme en atteste la pénombre qui entoure effroyablement les projets et les chantiers dont vous pilotez. « Quoi que tu veuilles, quoi que tu fasses, tu te meus dans le mensonge. À ta vue, les larmes de sourdre et la douleur de crier. Tu es la force qui prime le droit. Tu n’es pas un flambeau, mais un incendie. Tout ce à quoi tu touches, tu le consumes ». Karim, rêvez, songez, « volez même dans le ciel » comme disait le vrai, l’illustre et le digne fils de ce pays, (le Sénégal), Youssou Ndour, mais vous ne serez jamais, jamais au plus grand jamais notre président de la République. Vous n’avez aucune légitimité politique, sociale et charismatique pour nous diriger. Pour être plus clair, votre « sénégalité » est mise en défaut. N’est ce pas que votre père affirmait : « vous êtes un Toubab ». Je ne sais pas s’il disait ça pour nous leurrer ou pour maquiller ses plans machiavéliques, mais en tout cas il a parfaitement raison. Vous n’avez aucun mérite social, intellectuel, politique pour diriger « le pays des nègres ». Notre réalité sociologique, je dirai même notre réalité historique et politique vous écarte pour concourir à notre suffrage universel direct. Vous avez échoué sur tous les niveaux, « l’ingénieur en Finance » que vous êtes est incompétent : : les chantiers de l’ANOCI, sont loin d’être terminés, en plus ils sont entourés de grands scandales financiers, vous avez tué ICS, vous avez empêché aux américains de construire la plateforme de Diamniadio etc. Franchement Karim ça suffit. Ça suffit parce que vous conduisez le Sénégal vers l’abîme et lorsqu’il ne restera plus rien, rien à bouffer à manger à croquer, vous retournerez chez votre vrai pays, la France, la France de votre maman « Tata Viviane » avec des valises remplies d’argent Honneur du pays qui nous a tout donné, mes frères Sénégalais, hommes, femmes, jeunes, vieux, écrivains, journalistes, intellectuel, chef coutumier et religieux, syndicat, association, sportif de tous les partis sans exception ; vous qui, souvent, disputez d’un rien, et vous déchirez à plaisir, et vous réconciliez tout à coup, chaque fois qu’il s’agit de combattre pour une idée juste et noble, je vous appelle au secours, car j’ai foi en votre générosité. Le Sénégal va mal, très mal, ses économies, ses finances, ses industries, sont pillées par le « Groupe Wade et fils », un conglomérat de voyous, de truands et de bandits et d’incompétents ». . Mes sœurs et frères [...]. « Que votre voix s’élève ! Il faut que vous aidiez ceux qui disent les choses telles qu’elles sont, non pas telles qu’on voudrait qu’elles fussent. Et plus tard, lorsqu’on aura nettoyé les suburres wadiennes, on aura une vie meilleure ». Les excès et d’autres, ignobles du « Groupe Wade et fils », conduisent ceux qui y excellent à la veulerie la plus abjecte. Cette abjection ne peut qu’inquiéter de la part de ceux qui ont charge de collaborer de s’allier et de soutenir Wade et fils. Ce sont eux qui assument la responsabilité des maux dont souffrent, à l’heure actuelle, le pays. C’est que, pour avancer en grade, ou obtenir des récompenses il fallait qu’ils n’eussent « pas de moral ». Hantés de cette idée, ils ont abdiqué toute fierté, ils ont hésité, temporisé, menti et délayé leurs mensonges. Ils n’ont pas voulu voir. Ils n’ont rien voulu entendre. Ils n’ont pas eu le courage de parler. Et à leur anémie intellectuelle l’asthénie morale s’ajoutant, sans un remords, ils ont trompé le pays. C’est à redresser tout ce que l’administration désigne sous l’euphémisme d’« errements » que je vous convie. La lutte sera serrée. Combattons Wade, son fils, et leurs acolytes comme Landing, Djobo Ka, Agne etc.. Je dis combat pacifique comme l’a fait Gandhi en Inde. Wade et son fils constituent un danger inhérent à notre pays. Cassons d’abord cette coquille vide, cet habillage mesquin, cette boutade injurieuse, je veux parler de la « Génération du concret » une invention de toutes pièces Nous tous savons que Wade veut nous imposer son fils. Il veut instaurer la monarchie au Sénégal, ce que le puissant Senghor n’a jamais osé faire. Parlons, écrivons, agissons, jusqu’à ce que Wade comprenne que le Sénégal ne se transmet pas par la barbe. Karim, nous vous combattrons, pas parce que nous vous haïssons, ou détestons, non ! Le problème est que nous ne connaissons pas « l’héritage constitutionnel ». De surcroît, ça serait une grande injure pour les dignes fils de ce pays qu’un « toubab bariolé » les dirige. Mes chers compatriotes votre, tâche sera belle mais longue et dure. À l’œuvre donc, et sans plus attendre. Le Sénégal la veut ! 
PS : *Ce texte est une référence squelettique de la préface de « Batouala » de René Maran. 
POCKER MENTEUR ! 
15, c’est le nombre de ministres que promît Wade avant les législatives à l’arrivée ils seront 40. Pourquoi ce grand écart ? Tout simplement parce (...) 
Redaction Xalima, lundi 6 août 2007 
POCKER MENTEUR ! 
 
15, c’est le nombre de ministres que promît Wade avant les législatives à l’arrivée ils seront 40. Pourquoi ce grand écart ? Tout simplement parce qu’avec Wade les promesses n’engagent que celui qui les écoute. Abdoulaye Wade ne connaissait rien à l’Etat. Le président Diouf ne le lui a-t-il pas reproché en plein conseil des ministres ? Ce manque de culture d’Etat lui fera prendre des décisions catastrophiques : Nommer un ministre sans enquête de moralité, mettre un General sous le commandement d’un colonel, ou accuser et blanchir des gens directement sans passer par la case justice… 
 
Rien ne va plus ! Il a épuisé toutes ses cartes. Pourquoi semble t-il encore dans le coup ? Sans doute par sa propension à agiter le débat. Dans ce sens, Wade est un as. En effet, le président du Sénégal a une formidable faculté à sauter d’un thème à un autre ; le citoyen lambda ne voit jamais les maldonnes et a le sentiment que le chef agit. Même quand la flambé des prix, les délestages, les scandales financiers, les entreprises en banqueroutes font rages, le président Wade parvient à divertir l’opinion avec les retrouvailles de sa famille. Et ça marche… ! Quant à l’opposition elle est inerte, redoutant la prison, elle ne prend aucune initiative et se tient à carreaux. Le pouvoir est le terrain de jeu de Wade. Pour lui, diriger c’est d’abord manipuler. 
 
Le nouvel observateur vient de sortir un hors-série consacré à Machiavel. Peu ou prou, vous avez tous déjà lu ou entendu parler de celui qui a révolutionné la  
ée politique. Et en le parcourant, j’ai voulu partager avec vous certaines citations du florentin qui iraient bien à nos « rois » : « Combien il est louable à un prince de tenir sa parole, de vivre avec intégrité sans employer la ruse, chacun en convient. Cependant l’expérience de notre temps montre que les princes qui ont fait de grandes choses sont ceux qui ont tenu peu compte de leur parole, et qui ont su, grâce à la ruse, circonvenir l’esprit des hommes ; et à la fin ont vaincu ceux qui se sont fondés sur la loyauté ». Donc tous les gouvernants, tous ces grands hommes du passé étaient sans vertu aucune ? Non dois-je répondre, rappelez-vous de Omar le calife de l’islam, et plus près de nous ; Nelson Mandela ou Thomas Sankara. Malheureusement les princes actuels ne se préoccupent que d’une chose : garder le pouvoir. L’essentiel n’est pas pour eux d’avoir raison mais plutôt de faire croire qu’ils ont raison. Les sénégalais… oups ! Pardon, les hommes sont naïfs et pris par les nécessités quotidiennes, ils sont facilement manipulables et corruptibles. 
 
Tenez, une autre : « C’est de ce qui n’appartient ni à toi ni à tes sujets que tu peux être plus généreux donateur … Dépenser le bien des autres, en effet ne nuit en rien à ta réputation, mais l’enrichit. C’est seulement le fait de dépenser ton bien qui est néfaste ». : Ah vous pensiez qu’il avait vraiment la main sur le cœur notre cher président ? Lui qui pervertit à coups de millions-Non que dis-je à coups de mill iards- et de mètres carré les marabouts et les honnêtes gens ? Au moment où il couvre de cadeaux : amis, complices et valets, les femmes continuent de marcher des kilomètres pour trouver de l’eau. Ces braves dames qui dansent encore naïvement aux passages des cortèges officiels. 
 
La semaine dernière elles ont dansé, sauté et l’hôte leur a répondu par le mépris. C’est ce dont a fait montre le président français en visite à Dakar en niant l’histoire du continent. Arrogant, et devant un Wade tellement en phase avec lui. De toute façon, il n’était pas en visite à l’étranger, il était bel et bien en France et parlant depuis un « DOM-TOM » à ses citoyens de souches » de la métropole pour le dire en substance : « n’ayez pas honte du passé la France n’a rien à se reprocher, la colonisation et l’esclavage étaient des fautes – juste des fautes- : c’est du passé aujourd’hui ». C’est exactement la pensée sarkozienne en cela qu’elle a subi l’influence d’historiens comme Max Gallo spécialiste de ce genre de discours. 
 
En tout cas, je n’ai jamais vu un homme d’Etat dire autant de sottises avec une aussi grande conviction. Mais quelle qu’ait été la violence de ses propos, la violence des silences de ses pairs africains fut pire. Tout le monde peut nous envoyer des piques nous ne réagirons pas parce que l’on ne se respecte pas : « Les ennemis de l’Afrique ce sont les africains » dit souvent Blondy… Il a raison ! Nos dirigeants ont tant baissé leurs pantalons qu’ils ne jugent plus utile d’en porter désormais ! Ça va tellement plus vite…Au secours ! vivement un joker héritier de Sankara. 
 
En attendant, un conseil : prenez votre destin en main ne croyez pas tout ce qu’on vous dit ; écoutez avec du recul et surtout … lisez entre les lignes. 
 
. . 
Source © : Nelson Samory Chroniqueur sur Xalima.com 
Le Sénégalais qu’il faut au Sénégal 
Le pays de Kocc est arrivé à une étape très importante de sa vie. Les feux sont au rouge, sonnant l’alerte générale. C’est dit. Maintenant, c’est (...) 
Redaction Xalima, dimanche 11 février 2007 
Le pays de Kocc est arrivé à une étape très importante de sa vie. Les feux sont au rouge, sonnant l’alerte générale. C’est dit. Maintenant, c’est l’heure des ambitions pour chaque citoyen. Chacun y va de son propre chef pour s’illusionner et se plaire à prétendre "devoir" ou "pouvoir" driver le gros business de l’état. Danger. Qu’on évite justement de tomber dans le vide, parce que croyant qu’on est en manque de leaders capables de mener à bon port notre bateau. Les mis en cause sont les médiocres qui ont, comme des parasites dans un sac d’oignon ou de pomme de terre, influer sur ce qui devait être la bonne évolution vers les temps présents vécus par les plus grands pays de ce monde. Le Sénégal en marche. C’est ce qu’il faut. Diantre ! 
 
La grandeur de l’être humain réside en ses capacités à dépasser les événements et ses qualités d’absorption et d’emmagasinement de ses échecs et à faire face aux obstacles présents et futurs pour relever les défis presque impossibles, et donc, réussir. Cela signifie la possibilité à pouvoir se surpasser en circonstance. Des valeurs et préceptes de décence, voire de bon sens sont développées ainsi pour permettre à la personne qui en est imbue de s’autosatisfaire en tout et pour tout. Cela signifie qu’on est arrivé à un tournant intéressant pour les citoyens sénégalais : plus question maintenant de dépendre de qui que ce soit, encore moins de confier sa destinée à quiconque, lorsqu’il s’agit de se lever tôt le matin pour aller à la recherche d’une vie décente et humaine. Les populations ont  
vie de plus de teneur dans les propositions et promesses qui leur sont faites par les "politiques". Et le défi est lancé à qui veut entendre de s’adresser à ces électeurs, vrais décideurs, qui, dorénavant, ne pardonneront plus une plus petite erreur qui soit. Le Sénégalais qu’il faut à ce pays est un compétitif, qui sait se surpasser face aux événements et qui sait persuader, convaincre et vaincre autrui, c’est-à-dire l’investisseur potentiel. La construction de ce pays ne se fera pas par et avec des gens médiocres, prétentieux et insoucieux, au bord même du narcissisme. Les meilleurs devront être au devant de la scène socio-politique et économique pour une élaboration d’une meilleure société recroquevillée sur les plus grands instincts humains, notamment l’authenticité apposée sur des cultures multiples et riches en concepts de bonnes moeurs. De facto, le succès sera au rendez-vous et la démocratie s’en retrouvera davantage grandie à travers des institutions dignes de leurs appellations, synonymiques à une bonne constitution régulatrice à soubassement juridique appréciable et respectable. C’est seulement et uniquement de cette façon que le Sénégal pourra se glorifier de son statut de grand pays à appartenance mondiale. Un rêve pourtant possible. Et si on se décidait à s’y mettre maintenant. Main - te - nant. 
Source © : Pa Assane Chroniqueur sur Xalima.com 
Une nouvelle génération d’hommes politiques ?  
Léopold Sédar Senghor, Abdou Diouf, Abdoulaye Wade, trois présidents en un demi siècle. Le rythme n’est certes pas effréné mais si les deux premiers (...) 
Redaction Xalima, vendredi 13 juillet 2007 
Léopold Sédar Senghor, Abdou Diouf, Abdoulaye Wade, trois présidents en un demi siècle. Le rythme n’est certes pas effréné mais si les deux premiers ont chacun à leur tour présidé deux décennies le Sénégal, le troisième est bien parti pour n’en faire qu’une. Ce qui augure à notre avis l’espoir de voir un Sénégal changeant de pouvoir au rythme des élections. Mais doit on laisser les mêmes hommes occuper l’espace politique sénégalais ? 
 
Cette question mérite d’être posée d’autant plus que les grands partis d’aujourd’hui ne sont dirigés que par ces hommes qui occupent l’espace politique depuis plus de vingt ans. Ils ont tous dirigé ce pays d’une manière ou d’une autre : Ousmane Tanor Dieng, Moustapha Niasse, Idrissa Seck, Amath Dansokho, Abdoulaye Bathily etc…Parmi eux beaucoup ne dirigent pas un parti significatif même s’ils sont bien présents dans les médias. En d’autres termes, ils n’ont pas beaucoup de militants. 
 
Le pays a besoin d’une nouvelle génération d’hommes politiques. Le prochain changement au Sénégal doit être générationnel. Talla Sylla a montré que sa génération a mis du temps avant de prendre les devants. Aujourd’hui, nous devons rompre avec toutes ces pratiques qui consistent juste à critiquer parce qu’on est dans l’opposition ou tout embellir du fait qu’on est proche du pouvoir. C’est la logique, serions nous tenté de dire !!! Mais qu’en serait-il des analyses socio économiques ? Nos hommes politiques n’éduquent pas la population à commencer par leurs propres militants. Toute la politique de communication  
à occuper certains médias et ne pas aller à l’intérieur du pays afin de leur aider à tracer des pistes de réflexion. Tout ne doit pas revenir au parti au pouvoir. Ce n’est pas à ce dernier d’être imputé tous les maux du pays. Et dans l’exemple du Sénégal, tous nos grands leaders ou la plupart ont déjà flirté avec le pouvoir, s’ils n’ont pas occupé un poste ou dirigé un gouvernement. 
 
Une nouvelle génération est nécessaire pour apporter d’autres solutions par rapport à la paix sociale, l’économie dans le pays. Une nouvelle manière penser, de gérer l’espace politique, telles sont conditions sine qua non pour changer véritablement le pays. La plaie du Sénégal s’appelle la Casamance. Ce désir de séparation prôné par certains régionalistes alors que le monde dans sa globalité n’a qu’une idée : l’union. Cela témoigne comment certaines théories archaïques freinent le pays et le continent africain. 
 
Néanmoins, ces dernières élections ont montré non pas cette nouvelle génération mais une autre classe politique. Me Adama Gueye, ainsi que tous ces candidats issus de la société civile, n’appartenant à aucun parti politique, a inauguré une nouvelle forme de campagne électorale, dans laquelle sont nées de nouveaux systèmes de communication. Ces candidats ont tenté de rectifier certaines erreurs de la classe politique traditionnelle en leur expliquant le système économique, politique et social aussi bien national qu’international. 
 
Dés lors, une question s’impose : qu’en sera-t-il de l’après Wade ? 
 
L’actualité sénégalaise est marquée par la naissance d’un mouvement : génération du concret. La question n’est pas de savoir si le fils doit prendre la place du père ou pas car, comme tout citoyen, il a le droit et peut avoir un mouvement politique comme n’importe quel sénégalais. La naissance d’un tel mouvement fait part du désir d’une jeune génération d’occuper l’espace politique et d’en poser les actes. Il ne s’agira point d’un simple changement de génération mais aussi d’idées. Ou du moins que cette dernière soit le soubassement de la politique qui permettra la naissance d’autres visions politiques, économiques et sociales. Cette perspective est loin d’être une « spécifité » sénégalaise. La France en est un exemple concret. Que l’an 2000 soit marqué par une série de transhumant !!! 2012 devrait en être autrement. Comme me l’a fait remarquer un ami : les idées sont plus solides que les hommes. Quelque soit les hommes du futur espace politique, il faudra nécessairement de nouvelles idées. 
 
L’exemple du Sénégal est en même temps celui de l’Afrique serait on tenté de dire. 
 
Et nous nous posons même la question à savoir : l’Afrique refuse – t elle le développement ? 
 
L’Afrique ?justement parlons en. Nous avons besoin d’une paix sociale, dans laquelle le séparatisme et la prise du pouvoir par les armes seraient bannis. 
 
Au moment où l’on parle d’un état ou d’un gouvernement africain, le temps est venu de changer notre manière de faire la politique. Et même, d’avoir une autre génération d’hommes politiques. Les guerres ethniques et tribales ont déjà assez ruiné le continent : Côte d’ivoire, Congo (ex zaïre), Niger, Soudan pour ne citer ceux là ont besoin d’assise politique et démocratique avant de parler d’un état africain. A cela s’ajoute le fait que certains pays qui disposent d’une paix sociale ne vivent pas dans la démocratie. Certains chefs d’état sont au pouvoir depuis plus de trois décennies. Il n’existe pas de partis d’opposition dans ces pays. Comment pourrait- on interdire un dialogue démocratique dans son pays et se l’autoriser au plan continental ? Paradoxe !!! Un état africain ne pourrait se faire sans démocratie avec un leadership bien reconnu. 
 
L’Europe doit nous servir d’exemple. Elle nous a montré que poser les jalons économiques est on ne peut plus aisé. Cependant les ambitions politiques et sociales sont plus difficiles à réaliser. La constitution européenne est loin d’être une réalité, encore mieux, elle n’est plus à l’ordre du jour. On parle aujourd’hui de traité européen. Et pourtant l’union européenne est devenue un objectif depuis le début des années cinquante. Un demi siècle durant lequel les européens travaillent pour l’union sans y parvenir totalement. 
 
L’Afrique quant à elle, en parle depuis prés d’un demi siècle sans pour autant poser les jalons. Vouloir à tout prix mettre sur pied un état africain signifierait à notre avis, aller trop vite en besogne. Accordons une paix sociale doublée d’une démocratie dans nos pays, interdisons nous l’accession au pouvoir par les armes. Renforçons les pouvoirs de l’Union Africaine afin qu’elle soit un préalable à ce rêve d’état africain. 
 
Chers africains, changeons notre de mentalité et notre manière de faire la politique !!!! 
Source © : Mayacine Diop Chroniqueur sur Xalima.com 
Il est devenu fou ! 
Il y a peu de temps, au mois d’Avril, dans une de ses livraisons, « Marianne » l’hebdomadaire français du brillant et célèbre journaliste Jean (...) 
Redaction Xalima, vendredi 27 juillet 2007 
l y a peu de temps, au mois d’Avril, dans une de ses livraisons, « Marianne » l’hebdomadaire français du brillant et célèbre journaliste Jean François Kahn qualifiait Nicolas Sarkozy, de fou. Fou par son comportement et de son amour profond du « je-je » et de « moi-moi ». 
 
Avec tout le respect et l’estime que je porte au journal parisien de la rue René Boulanger, je leur rétorque non, Monsieur Sarkozy n’est pas fou, il est hyper ambitieux. Ils se sont trompés de personne. Et pourtant il leur suffisait de descendre un peu en bas de France, en se glissant progressivement vers la méditerranée et là en reculant un peu pour sortir de cette eau salée et mettre les pieds dans le Sahara, plus loin au Sud de cette bande désertique pour rencontrer le fou malade. Le fou se nomme Me Abdoulaye Wade. Chers compatriotes je suis désolé et malheureux de le dire, avec tout le respect que je voue à cette personne, à la nation et à la République entière, Wade n’est pas normal. A peine qu’on épilogue sur son état de santé physique que le Président fasse déceler une autre pathologie qui le gangrène, qui le ronge et qui le ridiculise même. Il est affecté par le virus du delirium tremens. Le spectacle colérique et insolent que le Président de la République s’est offert mercredi sur Omar Sarr et devant les caméras de la RTS est le signe révélateur de la folie qui existe chez Wade. Comment un Président respectable, normal, sain et sauf peut tenir publiquement et devant la télé un tel discours puéril, insipide, sarcastique,  
ue et d’une rare insolence ? N’existe pas dans ce monde ce Président et n’eut jamais existé. On a un Président qui parle comme un morveux, comme une femme (ce n’est pas une insulte aux femmes, je respecte beaucoup celles-ci, j’utilise ce mot qui est une expression populaire). On dirait que Wade était dans ses appartements privés en train de corriger son fils Karim ou sa fille Syndiély. Et pourtant non, la scène s’est déroulée au sacro-saint de notre palais de la République devant les caméras de la RTS que celui-ci a complètement ignoré. Aucune retenue, aucune pudeur, il balance tout ce qu’il avait dans son cœur, dans son esprit sur la figure d’Omar Sarr, il lui a tout mis oubliant même qu’il venait de sortir en deuil. Il a vite oublié la mémoire de son grand frère pour régler des comptes ainsi vites. 
 
Parler à un père de famille sur ce ton relève d’une grande crise de conscience chez Wade. Il n’aurait jamais parlé sur ce ton à son fils Karim ou au chien de celui-ci. C’est faux il n’est ni le père d’Omar Sarr, ni non plus son père d’emprunt. L’histoire a montré qu’il a croqué tous ses fils putatifs sauf son fils originel Karim. Il est le père de Syndiély et de Karim. « Karim est le fils honnête sain, poli, le diplômé, l’ingénieur en finance », par contre « Idrissa Seck est le fils traître, voleur », « Omar Sarr est le fils voleur, manipulateur », « Macky Sall est le fils incapable », voilà comment il traite ses fils. C’est un faux alibi de dire qu’il est « leur père » On était tou s, sénégalais de tout bord pâmé, médusé, éberlué, interloqué, abasourdi par l’ouragan de Wade même la terre a failli tremblé. Heureusement qu’on ait été sauvé. Il lui manquait un trait de donner une claque à Omar Sarr. C’était ahurissant et hallucinant, déplorable et lamentable de voir un Président de la République se comportait ainsi. J’en revenais et je n’en croyais pas à mes yeux. Pire même il traita Omar Sall, de gamin. ça serait en huis clos et en privé et sans caméra on aurait dû comprendre, parce qu’il arrive des fois à un Président de se déchaîner. 
 
Qu’est ce qu’Omar Sarr a dit ou fait de grave pour payer les foudres de Wade. Rien. Il a tenu un langage clair. « C’est Idrissa Seck qui nous a envoyé pour vous écouter, nous lui rendrons compte après », voila la phrase qui a fait sortir Wade de ses gongs. Qu’est ce que Wade voulait entendre de la bouche d’Omar Sarr ? Qu’il lui dise que « oui Monsieur le Président on a rejoint le PDS » Voilà ce que Wade attendait d’Omar Sarr. Idy a-t-il signé l’acte de retour au PDS sans aviser son collaborateur Omar Sarr ? On peut répondre par l’affirmatif en voyant la chaude réaction de Wade. Chaud bouillant qu’il était. Donc Idy a envoyé Omar Sarr au charbon et il s’est fait griller écrabouiller et ratiboiser par Wade. Donc c’est Idy qui manipule Omar Sarr et non le contraire comme l’a affirmé Me Abdoulaye Wade. C’est Idy qui prend ses actes seul et à lui seul, sans avertir au préalable ses collaborateurs. C’est lui qui commande et qui utilise Omar Sarr. Celui-ci n’a aucune influence sur Idrissa Seck, même pas une infime. C’est méconnaître l’homme même de penser de la sorte. Idy est tellement arrogant, hautain narcissique que personne, personne au monde ne peut lui faire ce qu’il ne veut pas. Me Abdoulaye Wade le sait bien, parce que celui-ci est sa marque de fabrique. Donc en faisant venir les caméras de la RTS, Wade attendait que Omar Sarr annonce le retour solennel de IDY au PDS, ce fut un fiasco pour lui, et un coup joué par Idy contre lui parce qu’il (Wade) ne voulait pas retomber sur le piége de Janvier dernier où il a blanchi publiquement Idy devant l’opinion nationale et internationale. 
 
Wade garde une dent dure à Omar Sarr, rappelons que le 25 avril 2005 celui-ci avait crée au du groupe parlementaire de la « Coalition‘Sopi », un autre groupe dénommé « FAL » les (Forces de l’Alternance » avec 14 autres députés. Ce groupe était la canisse d’Idrissa au sein de l’hémicycle. En créant Fal Omar Sarr venait de jeter les bases d’une rupture programmée entre IDY et Wade. Il fut courageux parce qu’il a osé bravé l’autorité du « roi Wade ». En créant FAL, il avait planté le couteau sur la plaie en fustigeant la gestion gabégique et clanique du parti et de l’Etat. C’est ainsi qu’il a forcé Wade a négocié avec lui et avec Idy. Bref il a fait une pierre deux coups en créant FAL. Même si on reconnaît le rôle important joué par Omar Sarr dans la création de la défunte FAL, force est de noter que c’est Idrissa qui était l’instigateur, le concepteur de ce slogan. Donc c’est faux et archi faux de dire que c’est Omar Sarr qui commande Idy. 
 
En tout cas Omar Sarr n’oubliera jamais mercredi 25 juillet 2007, ce jour restera à jamais graver dans son cerveau. Nous aussi peuple sénégalais l’ire du président restera ad vitam aeternam dans notre mémoire collective parce qu’il ne s’agit plus de colère mais d’une folie. Folie qu’il faut guérir parce que ce Wade là est prêt pour tout faire. Et personne, personne dans son entourage n’ose lui sortir ses erreurs. Et vraiment s’il est sérieux, honnête et conscient avec lui-même, il appellera Omar Sarr pour lui demander pardon parce que celui-ci n’est ni son fils et même s’il serait son fils ce n’est pas de cette manière qu’il allait lui parler. 
Source © : Adama diouf 
 
Ces Seigneurs qui nous gouvernent  
« La guerre de la liberté doit être faite avec colère. » Louis Antoine de St Just devant ces juges en 1794. 
Ces Seigneurs qui nous gouvernent, présentent de troublantes similitudes avec ceux du crime organisé. D’abord les rapports décomplexés qu’ils entretiennent avec l’argent facile, et les liens indissolubles qui les encordent avec les milieux politico-affairistes. La présence dans les plus hautes sphères de l’état, de troubles personnages, de voyous au col blanc, sévèrement épinglés dans des rapports d’audit, est tout simplement déroutante. Il se promène dans les couloirs du Palais présidentiel, des ministres et des membres de la garde rapprochée du chef de l’état qui, plusieurs fois, ont engagé leur honneur et le prestige de leurs fonctions dans des voies de faits et actes crapuleux. Ce Palais qui ressemble à un sombre nid de basses intrigues ! Quand un brusque flot de lumière est projeté sur leurs troubles affaires, ils se cabrent et sortent leurs crocs ! Ces si mal nommés « libéraux » du Sénégal sont peu accessibles à la critique et ne supportent pas la parole libre. Dès que leur vanité est touchée, ils ne pensent qu’à punir l’insolent. Quand on pointe du doigt leurs ignobles forfaits, ils jouent les vierges effarouchées, intentent un procès, et réclament 5 milliards de francs CFA, pour prétendument laver leur honneur qui n’est que fongible. Quand ces seigneurs perdent leur temps dans des procès, ce qu’ils font très rarement, c’est dans l’espoir de bénéficier du parapluie d’un Père-Parrain haut placé dans l’administration judiciaire, ou de rencontrer la complaisance de magistrats, dont la conscience s’accommode de beaucoup de choses ! Ils préfèrent plutôt user d’expédients et méthodes qui n’auraient pas déplu aux Seigneurs de laNdrangheta (1)! Demandez à Talla Sylla ou aux journaux L’As et 24H chrono comment ils s’y prennent pour museler un insolent ou un trouble fête trop encombrant. Nous avons déjà entendu dans ce pays un ministre en fonction, inviter publiquement ses militants, à briser la plume d’un journaliste, en d’autres termes à le tuer ! Tant de cynisme et d’indécence sont peu aisé à comprendre ! 
Beaucoup de consciences républicaines restent profondément troublées par le cas du journaliste d’investigation Abdou Latif COULIBALY. Des interrogations légitimes ont abouti à cette constatation certaine : on veut faire payer à Latif son indépendance d’esprit et son engagement pour la restauration des valeurs démocratiques. Ces Seigneurs considèrent ces vertus comme de l'insolence ou de l’acharnement, comme ont l’habitude de le seriner, les Roquets-perroquets de ce régime qui croule dans le mépris public! Mais attaquer un comportement public d’un homme politique et ses actions qui règlent notre vie quotidienne, ne procède ni de la haine, ni de l’acharnement, mais plutôt du débat public et de la saine opposition démocratique. Pour eux le journaliste, tant qu’il chante les louanges de Sa Petitesse, est libre d’expression. Il peut même être gratifié d’une planque de ministre-conseiller dans le gouvernement «Galeries Lafayette» du roitelet, pour ainsi reprendre l’expression d’un autre rongeur qui a lui-même fini par succomber aux succulentes carottes présidentielles ! 
Nous voulons dénoncer ici avec toute la force de notre révolte inextinguible, l’épouvantable déni de justice dont ce pays malade. Nous défions les honnêtes sénégalais de considérer objectivement cette inculpation, on ne peut plus burlesque et surréaliste, sans que leur cœur bondisse d'indignation et crie leur révolte! La manœuvre est tellement énorme que les bras nous en tombent. Que Latif ait pu être inculpé de recel de documents administratifs, que Baïla Wane et les prédateurs de laLONASE ne soient nullement inquiétés, c'est un prodige d'impudence, un paroxysme d’iniquité ! Ah ! L’absurdité de cette inculpation ! 
On va jusqu'à dire que c'est lui, Latif, le scélérat qu’il faut entrainer dans le maquis des procédures judiciaires ? Parce qu’il se serait procuré illégalement de documents administratifs pour dénoncer le pillage odieux d’une société nationale par un gang de prédateurs au cœur sec ? Mais, grand Dieu ! Dans quel pays vivons-nous ? Quand une société en est là, elle tombe inéluctablement en décomposition. 
Et nous citoyens sénégalais au nom de qui cette justice est rendue? Cette justice, cette équité, que nous avons si passionnément voulues le19 Mars 2OOO, quelle détresse à les voir ainsi sérieusement mises à mal par ceux là mêmes qui étaient censés venir redresser les torts, venger les passes droits que nous avait faits le régime socialiste ! L’ironie n’est que trop brutale et insoutenable ! Les réponses apportées sur cette question par les partis politiques, la société civile, les ONG droit de l’hommistes brillent par leur timidité. 
« Il y’a parfois dans l’ordre social, une pénombre complaisante aux industries scélérates. » disait si justement Victor Hugo! Sinon comment expliquer l’indifférence et l’ignorance effarantes des Sénégalais du cas Abdou Latif Coulibaly ?  
O peuple du Sénégal ! Est-il vrai que ton sort est de te résigner dans cette longanimité, ce fatalisme odieux qui te commande d’avaler toutes sortes de couleuvres, de feindre l’ignorance, devant ce complot impudent qui vise à jeter en prison un journaliste qui mène un combat pour la bonne gouvernance? Acceptes-tu, dans la honte et la faiblesse, la monstruosité d’absoudre le voleur et de poursuivre son dénonciateur? 
Le Sénégal n’est-il pas plutôt celui de l’égoïsme forcené érigé en règle de conduite, basé sur la norme bien connue, que les plus rusés gagnent, et tant pis pour les perdants? N’est-il pas aussi celui de la trahison éhontée de son camp politique, de l’ingratitude indécente, pourvu qu’elles payent? Ah ! Ce Sénégal du « Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse ! ». Les autres vont au charbon et moi et je reste à l’ombre pour siroter ATAYA, et discutailler sur l’issue du combat de lutte des deux Balla! Nous enrageons de l’insouciance vertigineuse, de ce peuple « de singes qui croient que Dieu ne les a pas fait naitre propres à tirer marrons du feu et que c’est toujours ratons comme Latif qui doivent le faire à leur place »(2) ! Est-ce çà le modèle de société que nous voulons léguer à nos enfants? N’est-ce pas ce que Cheikh Yérim Seck, un autre journaliste, voulait dénoncer en disant que son combat « ce n’est pour les Sénégalais qu’il le mène, mais plutôt pour le SENEGAL » Nous sommes effarés par la progression subtile de cette forme d’égoïsme virulent, de lâcheté de confort qui fait que nous ne pouvons plus nous mobiliser même pour une cause citoyenne indéniable. Cette résignation collective, cette longanimité confinable à la pusillanimité, cette sorte de discrédit brutal qui frappe toute mobilisation citoyenne qui s’apparente un tantinet à une action politique, la peur du Toumouranké de nos leaders coutumiers, politiques et mêmes religieux. 
Combien sont-ils à ce jour à avoir tourné casaque pour quelques carottes présidentielles plus succulentes ? C’est là où il faut chercher les fondements de la puissance et de la tyrannie du prince! C’est ce qui fait justement que Ces seigneurs agissent avec une impudence, une amoralité, une injustice, une illégalité, une arrogance et une impunité rares. 
Il n’y a pas un autre homme comme Abdoulaye Wade pour savoir ces faiblesses des sénégalais. Tous repères moraux sont par terre, ici au Sénégal! Dans un effroyable fracas, la Wadolâtrie et sa monoculture de l’argent facile, a entraîné dans sa perversion des valeurs démocratiques, toutes les anciennes vertus de Ngor, de Jome, de Foula ak Fayda. Un nihilisme froid et désespérant se répand dans les cœurs. Aujourd’hui c’est la source perdue de cette morale qu’il faudrait bien que nous retrouvions, au prix de quelle suprême épreuve ? 
On n’a pas besoin d’aimer Latif pour le défendre ! Il fait partie de Ces journalistes citoyens qui ne sont pas couchés devant les dérives du Prince et qui fournissent une lecture transversale du débat public. Défendre Latif, c’est défendre la pensée libre, la presse indépendante, son pluralisme, et plus largement l’expression démocratique. La liberté et la démocratie ne se marchandent pas! 
Il reste une certitude les seuls adversaires sérieux de ces seigneurs, comme l’a reconnu leur chefAbdoulaye Wade, ce sont les journalistes ! Un scandale éventré, c’est une parcelle de la dignité du peuple rétablie. Le contrôle citoyen que font les journalistes, c’est le travail de tous ! Latif aurait pu choisir de faire son métier comme ces journalistes « Jukebox », spécialistes des apologies et dithyrambes tarifés, capables d’être consensuels jusqu’à la compromission ! Dieu sait qu’il en a le talent, et le prince ne fera que s’en applaudir ! Que deviendrait notre chère démocratie, si les journalistes, ces « uniques opposants » de notre président-Démiurge, venaient à renoncer à leur combat, pour rejoindre les avocats politico-affairistes, les ploutocrates, les charlatans politiciens, les spéculateurs fonciers, dans la liste des gens les moins crédibles de ce pays? Toutes sortes de truands que la logique corruptive de ce régime a réussi à entasser là comme des bêtes dans une tanière, venues satisfaire leur immonde gloutonnerie en argent facile ! 
Ce que la multiplication des dérives totalitaires d'un pouvoir toujours plus absurde appelle de notre part, ce n'est rien d'autre que la mobilisation citoyenne partout où cela devient nécessaire. Etre républicain, ce n’est pas le respect naïf et machinal de l’ordre établi par le prince et son clan ! "Résistance et obéissance, voilà les deux vertus du citoyen. Par l'obéissance il assure l'ordre; par la résistance il assure la liberté." disait Alain. 
Voilà ce que nous enseignait un célèbre avocat opposant, devenu président de la république : « Quand vous êtes avec des gens qui eux-mêmes ne respectent pas la démocratie, si vous respectez la démocratie, vous devenez le dindon de la farce. J’ai toujours dit que je suis dans le gouvernement quand il est dans la légalité. Quand il sort de la légalité, je sors de la légalité ». Vous l’avez devinez c’est notre Hyper président qui parlait ainsi, quand il faisait la fierté de tous les démocrates et les déshérités de ce pays. Aujourd’hui il fait la fierté de son clan et de ses nouveaux amis qui sont accourus quand il a sonné la curée en déclarant à ses suppôts : « Nos soucis d’argent sont terminés! ». 
1. Dangereuse mafia d’affaires 
2. Allusion à une Fable de la Fontaine : Le singe et le chat 
LE SINGE ET LE CHAT 
Bertrand avec Raton, l’un Singe, et l’autre Chat, 
Commensaux (1) d’un logis, avaient un commun Maître. 
D’animaux malfaisants c’était un très bon plat (2) ; 
Ils n’y craignaient tous deux aucun (3), quel qu’il pût être. 
Trouvait-on quelque chose au logis de gâté ? 
L’on ne s’en prenait point aux gens du voisinage. 
Bertrand dérobait tout ; Raton de son côté 
Était moins attentif aux souris qu’au fromage. 
Un jour au coin du feu nos deux maîtres fripons 
Regardaient rôtir des marrons ; 
Les escroquer était une très bonne affaire 
Nos galands (4) y voyaient double profit à faire, 
Leur bien premièrement, et puis le mal d’autrui. 
Bertrand dit à Raton : Frère, il faut aujourd’hui  
Que tu fasses un coup de maître. 
Tire-moi ces marrons ; si Dieu m’avait fait naître  
Propre à tirer marrons du feu, 
Certes marrons verraient beau jeu. 
Aussitôt fait que dit : Raton avec sa patte, 
D’une manière délicate, 
Écarte un peu la cendre, et retire les doigts,  
Puis les reporte à plusieurs fois ; 
Tire un marron, puis deux, et puis trois en escroque.  
Et cependant (5) Bertrand les croque. 
Une servante vient : adieu mes gens. Raton 
N’était pas content, ce dit-on, 
Aussi (6) ne le sont pas la plupart de ces Princes  
Qui, flattés d’un pareil emploi, 
Vont s’échauder (7) en des Provinces, 
Pour le profit de quelque Roi. 
association pour le musée J. de La Fontaine. F.F.S.A.M. 
© www.la-fontaine-ch-thierry.net  
 
Malick NDOYE 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 2.08.2010
- Déjà 5127 visites sur ce site!