ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Les Lampes à Basse Consommation

Les Lampes à Basse Consommation : Une vaste arnaque de la Senelec ? 
La question mérite d’être posée, si l’on se réfère au calendrier infernal imposé à la Senelec pour sa mise en œuvre. 
Pour commencer, il faut rappeler à l’opinion la lutte que les imams de la banlieue, sous la direction de l’imam Youssou Sarr, ont menée en faveur des populations du Sénégal, pour la baisse sensible du coût de l’électricité. Cette lutte a connu une accalmie il y a moins de quelques mois, avec la promesse des autorités étatiques de se pencher sur la question. Il s’en est suivi la mise en place de commissions thématiques, qui ont conduit dernièrement à la décision de l’Etat de baisser de douze (12) % le coût du kilowatt/heure. Le calcul fait par chacun d’entre nous à la réception de sa facture a montré que cette baisse n’est pas effective, du moins sur le taux annoncé. 
Le 12 novembre 2008, le chef de l’Etat, Maître Abdoulaye Wade, avait lancé l’idée de vulgariser les Lampes à basse consommation (Lbc), auprès de la population sénégalaise. 
Trois mois après, soit le 20 février 2009, la Senelec a lancé ce programme, mais en ciblant la banlieue dakaroise, laissant pour compte les profondeurs du Sénégal, dont les populations sont les plus démunies, avec les différentes politiques catastrophiques qui ont fini de tuer toutes les filières. 
Pourquoi ce choix ? Est-ce parce que la fronde des imams est partie de cette même banlieue ? Ou bien s’agit-il de mettre tous les atouts du côté du pouvoir, pour bénéficier du vote des banlieusards lors des élections prochaines ? 
On serait tenté de pencher pour la deuxième hypothèse, si l’on sait que la banlieue de Dakar est déterminante pour le gain des départements de Dakar, Pikine et Guédiawaye, dont la population représente une bonne partie de l’électorat sénégalais, et qu’en plus, ces départements sont dirigés par l’opposition depuis les élections locales de mars 2009. 
Mais cette opération de charme risque de se transformer en cauchemar pour ses initiateurs, pour des raisons évidentes. 
La première est que changer cinq ampoules de 40 watts par celles de 15 watts dans une maison ne changera pas grand-chose à la facture bimestrielle de cette famille. Pourquoi ? 
Supposons que cette famille allume ces cinq ampoules de 19 heures à 24 heures et de 5 heures à 7 heures, en même temps (ce qui est une hypothèse extrême). A raison de 7 heures de fonctionnement, la consommation journalière des ampoules de 40 watts serait de (7h) x (5 ampoules) x (40w) = 1 400 wattheures, soit 1,4kwh. La consommation bimestrielle sera de (60jours) x (1,4wh) = 84 kWh. 
Le même calcul appliqué aux cinq lampes de 15 watts donne une consommation bimestrielle de 31,5 kWh. Soit une économie potentielle de 52,5 kWh. 
A 112 francs le kilowattheure (1ère tranche), cette famille ferait une économie de (112f /kwh)x (52,5kwh) = 5 880 francs, hors taxes. Sa facture passerait de 9408 francs à 3528 francs, hors taxes. Elle ferait donc une économie de 5 880 francs, soit 62.5%. Un grand rêve. 
Cela serait si beau, si c’était le cas pour toutes les familles de la banlieue, et qui n’auraient chez elles comme équipement consommant de l’électricité que ces cinq lampes. 
La deuxième raison est que si l’on sait que la plupart des familles possèdent un réfrigérateur, au moins un téléviseur, des ventilateurs pour faire face à la chaleur qui sévit sur le pays au moins 8 mois durant, et certainement des postes radio ou magnétophones, que fait la Senelec des consommations d’énergie de ces appareils ? Rien. 
Quand on sait que les réfrigérateurs tournent au moins 16 heures par jour (s’ils ont un système de régulation de température, ce qui n’est pas le cas souvent pour les réfrigérateurs d’occasion qui sont à la portée des populations banlieusardes), et que leur puissance tourne autour de 300 watts, ils conduisent à une consommation bimestrielle de 288 kWh, entraînant une facture hors taxes de (150 x 106) + (100 x 114) + (38 x 117) = 31 746 francs. 
Quant aux ventilateurs, qui sont des appareils produisant du courant réactif, leur consommation normale est majorée par les compteurs de la Senelec, à cause de ce courant réactif. 
Ces consommations ne sont pas prises en compte dans la réduction du montant des factures d’électricité de la majorité des ménages sénégalais, si l’on se réfère uniquement aux lampes. 
Il est facile, dès lors, de conclure que la Senelec jette de la poudre aux yeux des populations, en faisant tout ce tapage autour des Lampes à basse consommation. 
Personnellement, je n’ai que des ampoules à basse consommation de 7 watts chez moi, avec un réfrigérateur, 2 ventilateurs, et ma facture bimestrielle varie entre 50 000 et 70 000 francs.  
En 2006, une consommation de 450 kWh était facturée 39 650 francs, et en 2009, la même consommation coûte 53 400 francs, soit une augmentation de près de 35 %, due à l’augmentation des coûts des tranches. 
La seule solution pour les populations, c’est de persévérer dans la lutte pour la baisse drastique des coûts unitaires concernant les différentes tranches de facturation. C’est là que réside la vraie bataille des Sénégalais, vis-à-vis de la Senelec. 
De plus, pourquoi vouloir imposer coûte que coûte aux Sénégalais des lampes, qu’ils peuvent acquérir dans les magasins de la place, et à moindre coût ? Le prix de 1 500 francs est supérieur aux coûts actuels des Lampes à basse consommation. 
Pour conclure, je demande au Directeur général de la Senelec, monsieur Seydina Issa Kane et au ministre de l’Energie, monsieur Samuel Sar, de trouver des solutions radicales au calvaire des Sénégalais, lié (en partie) à la cherté des factures d’électricité, et non de tenter de détourner l’attention de ces derniers par des mesures non efficaces. 
A bon entendeur.  
 
 
 
Pape SAMBA - Ingénieur en Electricité / Agsamba2003@yahoo.fr  
 
Ipres, tout le monde y gagne sauf les retraités. 
«Tu te tais,tu meurs, Tu parle,tu meurs. parles et meurs» 
Tahar Ben JELLOUN 
 
C’est dommage que tout le monde gagne à l’Ipres sauf les retraités. C’est ce triste constat qui m’amène à donner mon opinion sur la situation difficile des retraités et sur notre Institution. 
Les retraités de l’Ipres vivent un calvaire indescriptible depuis des années avec des pensions dérisoires face au coût exorbitant de la vie. 
Ce sont les retraités qui assurent la dépense quotidienne dans les foyers, paient les factures d’eau, d’électricité et de téléphone et prennent en charge les soins de santé et la scolarité de leur progéniture. 
Tout cela avec de misérables pensions. Ceux d’entre eux qui arrivaient tant bien que mal à sortir la tête de l’eau ont des enfants émigrés ; mais depuis la crise financière et économique de 2007/2008, les émigrés sont les premiers touchés par le chômage avec les fermetures d’entreprises et la déflation massive des travailleurs. Ce qui a réduit drastiquement les transferts d’argent, impactant négativement sur la vie de milliers de retraités et de leur famille. 
Les enfants qui sont restés au pays et qui auraient pu assurer la relève et pendre en charge leurs vieux parents sont au chômage sans autre perspective que de tenter l’aventure de l’émigration clandestine «barsa ou barzakh». Ce qui est un pis-aller. 
Devant ces souffrances inacceptables endurées par les retraités et leur famille, que font les autorités de l’Ipres en particulier son puissant Conseil d’administration qui a des pouvoirs exorbitants ? 
Un beau jour sans explication aucune, l’Ipres décide de transférer le paiement des pensions dans presque toutes les régions à des établissements financiers (Cncas, Ecobank, Post Finance...) à la place des agences régionales de l’Ipres. Ces opérations ne sont pas gratuites que je sache. Pourquoi dessaisir les agents de l’Ipres payés pour faire leur travail et confier la paye à des organismes financiers qui ne sont pas des philanthropes ? Ce qui entraîne des dépenses supplémentaires inutiles. 
Que cache cette décision arbitraire? 
Fin 2008 début 2009, l’Ipres vend 75 000 de ses 150 000 actions de la Sonatel pour, disent-ils, augmenter les pensions des retraités et améliorer leur condition de vie. Quand un établissement vend des actions d’une entreprise florissante comme la Sonatel, c’est qu’il a un problème de trésorerie ; ce qui ne semble pas être le cas de l’Ipres qui se targuait, il y a 4 ou 5, ans d’avoir 103 milliards de francs Cfa de réserve. Cette opération s’est passée dans une totale opacité et il faut ici rendre hommage à monsieur Mansour Cama du Cnes qui est le seul membre du Conseil d’administration à avoir dénoncé publiquement cette rétrocession inqualifiable. 
L’argent récolté dans cette opération et dont le montant varie selon les sources (11 milliards francs Cfa ou plus) devait, disent les autorités de l’Ipres servir en partie à augmenter les pensions. A ce jour, seules les pensions des cadres ont été augmentées en août 2009. Cette augmentation est plutôt une régularisation car les pensionnaires du régime complémentaire n’avaient pas bénéficié du reliquat de 13,75 % de l’augmentation de 5 % pendant dix ans, décidée en accord avec la Banque mondiale. 
3) Après cette opération on ne peut plus obscure, revoilà l’Ipres qui achète l’hôtel Indépendance. A Combien ? Dieu et eux seuls savent. Un hôtel vétuste qui est en train de tomber en ruine et dont le fonds de commerce est en nantissement dans une banque de la place. Nous avons encore en mémoire le combat épique des travailleurs de cet hôtel pour le paiement de leurs droits durant l’année écoulée. Toutes ces opérations ne seraient-elles pas faites dans le dessein inavoué d’arranger des copains et des coquins ? La question est posée. 
4) Après ces actions non transparentes -c’est le moins qu’on puisse dire- La Gazette n° 35 du 19 au 26 novembre 2009, page 10 jette un gros pavé dans la mare, je cite : «(...) La statue de la Renaissance africaine a été financée par les fonds alloués à l’Etat par un promoteur immobilier privé (....). Après avoir reçu de l’Etat, à titre presque gracieux -il a acheté le mètre carré à un peu plus de 4 000 francs Cfa- des terrains d’une superficie de 27 ha, en a aliéné une partie (17ha) à l’Institution de prévoyance retraite du Sénégal (Ipres). Celle-ci a accepté de payer les terrains sur injonction de l’Etat pour la bagatelle de 25 milliards de francs Cfa. C’est cet argent qui a été rétrocédé à l’Etat pour une valeur de 14 milliards de francs Cfa pour l’édification de la statue (....)» Sans commentaire. 
Les autorités de l’Ipres manquent cruellement d’égards et de considération à l’endroit des retraités qui comptent pour des moins que rien. Devant le renchérissement effréné du coût de la vie et la dégradation continue de nos conditions d’existence, que faire ? Pour faire face à tous ces maux, une seule solution à mon humble avis : la création d’un puissant mouvement pour la défense conséquente des intérêts matériels et moraux des retraités, pour la pérennisation et le renforcement de notre institution, pour une politique énergique de recouvrement des cotisations sociales. Nous devrons aussi nous battre pour être dignement représentés au Conseil d’administration de l’Ipres avec un statut de membre à part entière avec voix délibérative au lieu de l’actuel statut d’observateur. Il faut aussi sensibiliser nos cadets et cadettes, nos enfants travailleurs qui sont avec les employeurs «actionnaires» qui cotisent aujourd’hui étant en activité et qui sont les futurs retraités. Eux aussi doivent se battre pour une meilleure gouvernance de l’Ipres pour pouvoir bénéficier demain de pensions acceptables et pour une institution plus performante. 
Amadou SEYE dit KIM -Retraité de la Saed 35 Rue de France X Aynina Fall Nord Saint-Louis / amadouseye1940@gmail.com  
 
RECONNAISSANCE DES éCOLES CORANIQUES PAR LE GOUVERNEMENT : Il était plus que temps ! 
Le gouvernement de l’Alternance vient de mettre un terme à la plus grande des injustices, que notre pays ait jamais connue. En décidant de rédiger un arrêté général portant reconnaissance de l’ensemble des écoles coraniques du Sénégal, de manière à ce que l’Etat puisse, désormais, les assister dans leur mission d’éducation, le pouvoir issu des élections du 19 mars 2000 a définitivement rompu avec un passé fait d’exclusion et de discrimination, dont la responsabilité, par delà le défunt régime, incombe à toute la Nation sénégalaise. 
Après la bataille implacable que le système colonial a engagée contre les écoles coraniques, depuis Faidherbe, jusqu’à la fin du 19e siècle, aucun des hommes politiques, qui se sont succédé, n’a essayé de renverser cette tendance totalement incompréhensible, qui voulait que, dans un pays à forte majorité musulmane, où le Conseil privé, dès 1832, avait préconisé l’enseignement de la langue arabe dans les structures éducatives, l’école coranique soit considérée comme un lieu de non-éducation ne méritant aucun intérêt de la part des pouvoirs publics. Je ne prendrai qu’un exemple.  
Au moment où j’étais nommé ministre de l’Education nationale, Serigne Mourtada Mbacké (puisse Dieu l’accueillir dans Son Paradis), ne recevait de l’Etat qu’une subvention de 700 000 francs Cfa sur un total de 770 millions de francs Cfa inscrits au budget, alors qu’il disposait d’un réseau de 332 écoles coraniques dans lesquelles, officiaient 500 enseignants, payés par ses soins et 145 autres personnels administratifs et techniques. 
C’était, assurément, une forme inqualifiable d’aliénation qui, apparemment, ne gênait aucun de ceux qui détenaient le pouvoir dans notre pays, depuis, au moins, 1914. Ainsi, l’argent des musulmans servait, majoritairement, à financer toutes les autres écoles, à l’exclusion de celles coraniques, institutions éducatives, qui ont pourtant donné à notre pays, des personnalités-phares comme Khaly Amar Fall, Matar Ndoumbé Diop, El Hadji Oumar Foutiyou Tall, les Kounta de Ndiassane, Cheikh Ahmadou Bamba, El Hadji Malick Sy, El Hadji Abdoulaye Niasse, Seydina Limamoulaye et des milliers d’autres. Elles n’en n’étaient pas moins traitées par le mépris le plus total. 
L’école coranique, il faut le proclamer avec force, est, partout où sa mission est bien comprise, l’un des foyers d’éducation les plus complets et les plus performants. Tous ceux qui l’ont pratiquée ont été formés au quintuple plan physique, cognitif, social, comportemental et culturel. Ils sont éduqués, moralement, formés, spirituellement, dans leur manière d’être, de vivre, de parler, de s’habiller, de commercer avec leurs semblables. Ils savent ce qu’est l’autorité, la responsabilité, la discipline, le respect dû à l’âge, à la famille, à la parenté, au voisinage, aux pauvres, aux déshérités, aux étrangers et à tout être humain. Ils savent ce que l’acte d’éducation signifie et les conduites sociales et morales qu’il implique.  
Les élèves des écoles coraniques ne connaissent, ni la rébellion, ni la grève, ni la destruction des locaux de leur institution, ni le pillage du matériel, ni les violences exercées contre les maîtres, le personnel administratif ou technique. Voilà pourquoi, chaque fois qu’ils s’insèrent dans la vie professionnelle, économique et sociale, ceux ou celles qui ont fréquenté les daaras, réussissent facilement parce qu’ils ont appris à vivre avec peu, à se déployer sans ostentation, à gérer, avec rigueur et minutie et à faire fructifier tout ce qu’on leur confie, avec succès. 
Le Professeur Malick Ndiaye, avec la compétence qu’on lui reconnaît, a dégagé, avec talent, le profil du modou-modou, dont le Sénégal s’enorgueillit chez lui, aux Etats-Unis, en Espagne, en France, en Italie et partout ailleurs dans le monde. L’exemple de Serigne Mboup de Ccbm est là, pour en porter témoignage. Il s’est fait tout seul, à partir des vertus et des valeurs, dont les daaras l’ont doté. 
En ignorant ces écoles de formation, qui sont pourtant d’authentiques centres d’excellence, et en considérant les arabisants comme des analphabètes, le Sénégal a complètement faussé sa stratégie de développement, depuis des décennies, parce qu’il a mis entre parenthèses près de 50 % de la population, alors que la maîtrise des mécanismes opératoires, de la lecture, de l’écriture et du calcul permet d’augmenter la productivité du travail de 8% en Afrique et, même, de 10 % en Asie, selon une publication de la Banque mondiale, datée de 1990, œuvre de Marlaine Lockheed et Adriaan Vespoor. 
Au vu de ce qui précède, la mesure que le Président Wade vient de prendre est, sans conteste, la mesure la plus révolutionnaire que le Sénégal ait jamais prise, depuis 1960. Il a, enfin, réparé la plus grande des injustices que notre pays ait jamais connues, depuis l’aube de la colonisation. Elle doit être saluée comme telle et marquera, sans nul doute, un tournant décisif dans l’histoire du développement de ce pays, qui a tellement été coupé de ses racines, qu’il en arrive à ne même plus reconnaître ses droits et ses intérêts, en raison de la confusion paradigmatique aliénante dans la-quelle on l’a durablement immergé. 
 
Professeur Iba Der THIAM - grégé de l’Université Docteur d’Etat - Ancien ministre de l’Education nationale Député à l’Assemblée nationale. 
 
Violence politique au Sénégal : se rappeler pour ne plus refaire ! 
 
L’incendie au meeting du PS à Thiès les semaines passées a remis sur la table la question de la violence politique au Sénégal, certains ont même posé le débat sur la violence de façon générale au sein de la société sénégalaise. Cette fois la condamnation de l’auteur des faits est salutaire. En tant que simple journaliste, jeune journaliste d’ailleurs, historien du quotidien, je me rappelle et je vous rappelle ! 
« Les crimes et massacres, c’est pour les autres et non pour un pays béni comme le nôtre ». Ce discours identitaire des sénégalais est à l’origine de toutes les négligences vis-à-vis des signes annonciateurs. Et c’est avec surprise et impuissance qu’on regarde les catastrophes se déroulaient sous nos yeux. Il en était ainsi un certain mercredi 16 Février 1994. Ce jour là l’opposition regroupée au sein de la coordination des forces démocratiques(CFD) organisait un meeting sur les allées du centenaire. 
Une coordination composée essentiellement du PDS, d’AJPADS, du RND, du MSU, du PLP, de la CDP. Jusque là rien d’anormal, ce meeting était même autorisé. Mais selon certains observateurs : « des partisans de Moustapha Sy avaient minutieusement préparé un plan pour profiter de cette occasion pour libérer leur guide ». Le leader des moustarchidines wal moustarchidatis était en prison depuis le mois de janvier 1994. Il est accusé d’avoir tenu des propos déplacés à l’endroit du Président de l’époque Abdou Diouf et condamné pour un an de prison. 
Ainsi ses partisans durant des semaines ont travaillé sur un plan pour libérer leur chef. Ils devaient profiter de cette occasion qu’est le meeting de l’opposition. Ce qui fait dire à des confrères que : « le meeting de la CFD n’est que l’épicentre de ces événements du 16 février 1994 ». Aux environs de 16 heures lorsque le meeting se transforme subitement en une marche en l’espace d’une heure c’est la barbarie au grand jour sur les allées du centenaire. Des hommes et des femmes armés de gourdins, machettes, barres de fer, projectiles ont surpris des policiers qui ne s’attendaient pas à un tel scénario. Le bilan est lourd cinq policiers et deux civils tués, des dizaines de blessés, une cinquantaine de bus de la SOTRAC, des voitures, des stations d’essence incendiés ou saccagés. 
La SONATEL chiffrait ses préjudices matériels à plus de cent cinquante millions avec la casse notamment des cabines téléphoniques. C’était tout simplement l’horreur ! Avant même cette situation macabre sur les allées, les manifestants se sont signalés dans la banlieue à Pikine, Guédiawaye, Thiaroye. La rapidité des actions, la bonne organisation prennent au dépourvu les forces de l’ordre. Le soir dans un discours télévisé, le ministre de l’intérieur de l’époque Djibo Leyti Kâ pointe un doigt accusateur sur le mouvement des moustarchidines. 
Les autorités décident alors d’interdire sur l’ensemble du territoire national les activités du mouvement. Le vendredi 18 février entre vingt heures et vingt une heures, Maître Abdoulaye Wade et Landing Savané sont arrêtés. Il en sera de même avec les arrestations de Babacar Sané du MSU, Pape Malick Sy, frère de Moustapha Sy. Ce dernier avait soutenu en 1988 la candidature d’Abdou Diouf avant de se retrouver derrière Abdoulaye Wade. 
Hier comme aujourd’hui pour plusieurs événements tragiques qui ont jalonné la vie de notre peuple, ne pas faire la lumière reste le principe. Voilà la cause de tous nos maux ! La vie est difficile. Les forces sociales sont en mouvement. Les forces politiques font face dans une autre recomposition. 
Est-ce qu’aujourd’hui vous ne voyez pas des signes annonciateurs ? Peut-être non, mais gouverner c’est prévenir. C’était juste un rappel ! 
• NDIAGA DIOUF. Journaliste. 
• ndiagadiouf2005@yahoo.fr 
 
 
 
Le jardin du Sénégal 
Le problème de certains hommes politiques est de croire qu’ils ont en face d’eux le « laos » et non le « dêmos ». Le premier terme est associé à une foule ou à une masse sans organisation, sans conscience manifeste. Dans le second cas, il s’agit d’un ensemble organisé de citoyens. 
Pour en revenir à Macky Sall, son principal problème est l’absence de machine électorale à sa disposition. L’Apr Yakaar n’a pas encore la capacité de se muer en une machine électorale performante comme celles du Ps et du Pdsl. Sa posture au sein de Bennoo, où deux gros challengers se font une guerre larvée, n’est pas enviable. Ousmane Tanor Dieng et Moustapha Niass ne laisseront jamais Macky Sall devenir le leader et le candidat de Bennoo. Pour contrer Macky Sall, Ousmane Tanor et Moustapha Niass peuvent, chacun en ce qui le concerne, s’appuyer sur un cartel de « partis complémentaires (les Pc) » comme les désignent les observateurs politiques. Pit, Ld, Rnd, And-Jef « Landing », Yoonu Askan Wi, Msu, etc. Il s’agit de partis politiques qui n’ont jamais dépassé le seuil de 2 % des suffrages pour le Pit, le Rnd et le Msu et de 3 à 4 % pour la Ld ou And-Jef « Landing ». C’est là toute la question du leadership au sein de Bennoo. Le risque est grand que cette alliance hétéroclite connaisse un sérieux revers. Il est normal alors que de jeunes requins, analysant froidement la situation, aiguillonnent leur chance : Khalifa Sall, Aïssatou Tall Sall, Madièye Mbodji, Cheikh Bamba Dièye, etc. Le discours électoral de Bennoo est tellement embrouillé que les citoyens demeurent perplexes. 
Jacques Séguéla note dans « La prise de l’Elysée », un livre coécrit avec Thierry Saussez, « qu’on élit un homme, pas un parti, mais jamais on est élu sans parti ». 
Poursuivant, il soutient que « l’engagement d’une grande formation permet de s’appuyer sur une base politique, un noyau dur de l’électorat ». 
Mais là où Bennoo risque d’avoir de sérieux revers se trouve dans sa difficile capacité à élaborer une stratégie de campagne électorale du fait de l’existence d’une armée mexicaine. Une telle formation, armée mexicaine, favorise l’émergence de nombreux enjeux de pouvoir qui l’emportent sur la créativité. La stratégie d’une campagne électorale est toujours définie et suivie par une petite équipe soudée. Le schéma est simple : la dynamique part du candidat et se transmet « par capillarité à son équipe, puis se diffuse par tous les moyens de communication possibles ». La vérité est qu’une campagne électorale ne se joue pas sur la base de propositions vraies ou fausses, bonnes ou mauvaises. Elle prend en compte la texture d’une société donnée. Et dans le cas de la nôtre qui est devenue consumériste, « fluide, mobile » aux attentes contradictoires, aux humeurs changeantes avec des électeurs zappeurs, pour reprendre les mots de Séguéla, l’ami de Diouf, le bon candidat gère les paradoxes de la société pour les « rendre fertiles » et fédérer les attentes pour « ne pas s’enfermer dans les contradictions ». 
Wade ou la grande bataille 
Le candidat Wade a trois atouts de départ. Une petite équipe soudée autour de lui, une formation politique dotée d’une puissante machine électorale et un réseau de partis politiques comme vecteurs de transmission. Me Wade est aussi le champion des campagnes physiques. « Personne ne peut être élue sans payer de sa personne, il faut s’y préparer tôt ». Et Wade s’est très tôt préparé à cette campagne électorale. Il est un virtuose de l’animation de campagne électorale. Il sait que celui qui gagne une campagne « trace sa route et ne se laisse jamais influencer ni décourager par les aléas ». Il sait aussi pouvoir compter sur une bonne partie de l’électorat religieux traditionnel. Le danger, certes, est grand de croire qu’une élection se joue sur un bilan, sur des réalisations. Une élection se joue sur l’espoir suscité. Une campagne électorale est régie par l’impératif de donner envie aux électeurs d’avoir envie de voter pour vous. 
Mais à côté de ses chances subsistent aussi des problèmes liés à la nature de son parti politique. Une formation politique minée par des querelles intestines que tente désormais de contrôler un Farba Senghor, responsable du parti avec la bénédiction et le soutien de son mentor. La déclaration de la candidature de Me Wade a contribué à apaiser le climat délétère qui régnait au sein de son parti et à centrer le débat sur sa réélection. 
Pour le moment au sein du Pdsl, les ambitions se sont tues, mais pour combien de temps encore ? 
Le changement de sigle pour mettre fin à la vieille rengaine « du canal historique et des libéraux de lait ». Néo comme paléo militants ont les mêmes chances et les mêmes droits et dignités. Le critère dominant qui fera la différence entre les militants est la capacité de mobilisation des uns et des autres. Les appels pour la réunification de la grande famille libérale trouvent des échos positifs chez certains, Idrissa Seck, Jean-Paul Dias, Me Doudou Ndoye, Me Massokhna Kane, mais peinent à attirer d’autres comme Macky Sall, Me Alioune Badara Cissé, Moustapha Cissé Lo, Me Djibril War, etc. 
Certes, des problèmes sociaux subsistent. La charge de l’électricité qui pèse sur les épaules des ménages est élevée. Les prix des denrées de première nécessité ont connu une croissance rapide et fulgurante. Et la mouvance présidentielle peine à expliquer aux populations que la cause de tels faits est à rechercher dans les tribulations de l’économie mondiale troublée par les crises nées aux Etats-Unis, en bref, dans le monde occidental. 
D’un autre côté, les rapports heurtés qui existent entre la presse et le pouvoir entraînent et créent une situation de méfiance réciproque. Comme disait l’autre, du fait de leur nature, pouvoir et presse entretiennent des équilibres instables. 
Le chantier de Me Wade en 2010 sera de ramener la paix entre sa mouvance et la presse dans le strict respect des prérogatives dévolues à chaque partie prenante de la société. La presse, cet enfant de la démocratie, trouve son essence dans la Constitution qui garantit à chaque citoyen le droit à l’expression, à la liberté d’association, de presse, de réunion, etc. Pourquoi être aux portes du paradis et griller sous le chaud soleil. Me Wade a largement contribué à l’essor de la presse sénégalaise au cours de son long passé d’opposant. Il lui est facile de trouver la solution idoine pour ramener définitivement une paix durable entre sa mouvance politique et la presse. En opérant de cette sorte, le candidat de la mouvance présidentielle aura largement mérité par antonomase le titre de « Maître ». 
Actualités d’un champ politique. Il nous faut réinventer la politique. Le ciel est vide pour reprendre Jean-Paul Sartre. Il faut inventer à partir de soi, de notre commune histoire, un destin politique à transcrire au tableau du monde. Le Sénégal a connu de grands empires et de royaumes qui ont rayonné sur la face du monde avant le choc maudit de la traite négrière et de la colonisation. 
Il nous faut réfléchir sur les formes d’organisation traditionnelle de ces ensembles au sein desquels régnaient la liberté d’expression, la dévolution démocratique du pouvoir et la notion importante de vertu. Osons dans un sursaut de dignité propulser la vertu au-dessus de nos ambitions subjectives. Le salut ne tient plus aux injures, à la violence et aux anathèmes, il est dans notre capacité à interpréter les signes qui se profilent à l’horizon et qui, par la puissance de l’espoir dont ils sont porteurs, nous mèneront vers l’ataraxie. 
Abdoulaye SEYE 
Journaliste 
Vous tous voleurs ?  
Souleymane Jules Diop Jeudi 4 Fév 2010  
 
 
« Je déteste les victimes quand  
elles respectent les bourreaux »  
Jean Paul SARTRE  
En mars 2000, Abdoulaye Wade, entre les deux tours de la présidentielle, avait convoqué la presse pour lui faire part, disait-il, de rumeurs « préoccupantes ». Il avait appris qu’Abdou Diouf, son ennemi fantasmatique, convoyait vers la France des tableaux offerts au peuple sénégalais, ce que sa morale républicaine n’entendait pas laisser sans suite. « Je ne suis pas sûr, disait notre homme providentiel. Mais s’il l’a fait, il doit les retourner au plus vite, parce que ce sont des biens du peuple sénégalais ». Toute cette histoire était le fruit de son imagination. Mais c’est vous dire qu’en la matière, l’opposant avait élevé la barre au-dessus de la moyenne. Dès-après sa prestation de serment, il annonçait un gouvernement réduit à une vingtaine de membres, des audits financiers et la prison pour tous les coupables de mauvaise gestion. On avait peine à imaginer le même homme, quelques années plus tard, dégoulinant de sueur pour justifier le cadeau de 100 millions de francs offert au représentant du FMI à Dakar. En la matière, Abdoulaye Wade n’en était pas à son premier coup. Il avait déjà fait virer vers Nicosi, dans le compte d’un ami de son fils, 14 millions de dollars de Taïwan qui étaient destinés au peuple sénégalais. C’était en mars 2005. On pensait que l’âge aidant, le vieil homme se montrerait plus économe. Mais c’est mal le connaître. Il vient de racheter l’ancienne maison du défunt président Senghor, pour un montant record de 750 millions de francs. Un coup de force épouvantable, quand on sait que la fondation Senghor, dirigée par le neveu du défunt président, voulait transformer cette ancienne demeure en musée.  
Vous me demanderez de quoi tout ceci procède. C’est que d’un tel homme, on ne peut plus rien espérer. C’est pourquoi tant de sénégalais ont accueilli les audits tardifs de l’Armp avec une moue dédaigneuse. Si cette structure avait étendu son audit de la gestion de l’Anoci aux années précédentes, nous aurions peut-être su davantage sur les extravagances de Karim Wade. Car il ne s’agissait pas de savoir comment les marchés de la Corniche ont été attribués, sur quoi Bara Tall nous avait largement édifiés. Mais sous quel prétexte, l’élargissement d’une route a pu coûter sept milliards de francs le kilomètre. Nous voudrions aussi savoir dans quel pays du Golfe, une campagne de communication a été lancée pour près d’un demi-milliard. Face au fils du président de la République, qui loue un bateau immobilisé pour deux jours à huit milliards de francs, Awa Ndiaye, avec ses casseroles et ses cuillères, passe pour une joueuse de petite catégorie. Et s’il faut auditer, autant commencer par Abdoulaye Wade. Et qu’il nous dise comment les milliards issus de la vente des terrains de l’aéroport à l’Ipres ont fini dans la besace de Mbackiou Faye, le même qui vient de s’emparer d’une partie du terrain cerf-volant. De qui cet homme est-il le prête-nom ? Car tout ce que ces libéraux autoproclamés récupèrent, ils le passent à leur gardien. Pourquoi ne pas évoquer l’achat d’un terrain à New York, pour le prix de 23 milliards de francs Cfa, alors que sa valeur sur le marché était d’un milliard et demi ? L’ordre libertaire du clan Wade n’a que faire des imprécations du petit peuple. Quand le ministre de l’Energie a été interrogé sur l’évocation de son nom dans ce dossier douteux, sa réponse est restée sans appel. Il était un traducteur entre le gouvernement et les vendeurs américains ! Tout le ministère des Affaires étrangères manquait donc d’interprètes à sa hauteur. Mais allez écouter l’anglais de ce natif de Banjul. Vous en perdrez votre latin. Son entrée en matière à lui reste unique dans les annales des finances de ce pays. A sa nomination à la tête de la Senelec, il s’était fait signer une clause qui lui accordait un parachute doré de 450 millions de francs en cas de rupture unilatérale de son contrat.  
L’on doit se demander ce qu’un tel homme a pu faire, pour autant mériter de la Nation. Mais à l’examen, absolument rien. Né en Gambie, il a passé toute sa vie à l’étranger, jusqu’à ce qu’un jour, son chemin croise celui d’Abdoulaye Wade et de Me Babacar Sèye. Son CV, qu’il ne publie que rarement, est une somme d’invraisemblances. Il dit avoir obtenu un baccalauréat au Canada, l’équivalent d’une licence, en totalisant des certificats. Mais nos recherches pour trouver l’université qui lui a accordé ce fameux diplôme ont été vaines. Nous l’oublions souvent, mais depuis que ce monsieur s’occupe d’Energie, la Senelec a englouti près de mille milliards d’investissements. Malgré ce fait unique en son genre, le financier d’Abdoulaye Wade nous promet toujours la fin des délestages pour la semaine d’après. Le limoger n’a jamais traversé l’esprit du président de la République, même quand Madické Niang et Macky Sall n’en ont pas voulu. Détourner ne vous fait pas quitter le gouvernement. C’est un signe d’appartenance. Tous ceux qui sont épinglés par l’Armp en sont si persuadés qu’ils n’ont pas daigné répondre aux interpellations des auditeurs.  
Abdoulaye Wade a décidé de saigner le pays jusqu’à son dernier souffle, et il a ses hommes de main pour réaliser son œuvre. Leur appétit n’a en rien souffert des augmentations de salaires et des indemnités en tout genre. En quadruplant le salaire de ses ministres, le chef de l’Etat prétendait les mettre « à l’abri de la tentation ». Il a fait preuve de la même générosité sélective, pour les directeurs qu’il nomme à la tête de sa trentaine d’agences. Le salaire moyen d’un directeur d’agence est de 5 millions de francs, cent fois le salaire minimum d’un sénégalais. Plus que le statut de l’Apix, c’est le salaire mensuel que touche Aminata Niane qui devrait faire l’objet d’une étude minutieuse. Ces salaires hors du commun sont un autre moyen de légaliser le vol. Elle fait partie, avec Souleymane Ndéné Ndiaye, Samuel Sarr, Madické Niang et Pape Diop, de la longue liste des « intouchables ». Le maire de Dakar sait que les couteaux s’aiguisent dans son dos, mais il jure qu’Abdoulaye Wade n’ira pas plus loin. Entre libéraux, quand on se rencontre en petits comités, on échange des insanités.  
C’est cela la grande révélation de ces audits. La corruption s’est généralisée, au point de tourner au ridicule. Tous les prétextes sont bons pour voler, même l’achat d’un couteau. Cela ne se voyait qu’au Nigeria de Sani Abacha, considéré pendant longtemps comme le pays le plus corrompu du monde. Ils diront bravo, quand ils apprendront qu’au Sénégal, si prompt à se donner en exemple, une ministre a acheté une clé Usb d’un Gigaoctets à 97 000 francs, plus de deux cents dollars américains. Et Abdoulaye Wade ne se laisse pas impressionner par ses propres records. Le génie propre de ce président est de transformer tous ceux qui s’approchent de lui en corrompus. C’est pourquoi ces audits financés par la Banque mondiale n’autorisent pas grand espoir. Au lieu de s’en prendre à ses employés fautifs, le chef de l’Etat s’en prend déjà à Youssoupha Sakho, coupable d’avoir dit à ce grand brigand, le détail de ses crimes. Il est ignoble qu’il veuille couper de force le salaire des Sénégalais, quand ses ministres leur volent le peu qu’ils ont. Et s’il voulait sanctionner, le parrain ne le pourrait plus. Il n’en a plus les ressorts. Il atterrit à Dakar tellement épuisé par les problèmes du monde, les paupières tombantes, la mâchoire affaissée, qu’on se demande toujours s’il se relèverait le lendemain. Mais il faut reconnaître à cet économiste de brasserie un succès et un seul. Il a fabriqué un système de corruption si perfectionné qu’il fonctionne tout seul. Ses employés en arrivent à ne plus voler par nécessité. Ils volent par habitude.  
SJD  
Auteur: Souleymane Jules Diop  
 
Les contrevérités du ministre Madické Niang 
Le ministre Madické Niang a accordé une interview au journal L’AS des 23-24 janvier 2010. Interpellé sur « l’interdiction de la vente de certains livres au (Sénégal) », il répond sans sourcilier ceci : « Vous avez vu une décision d’interdiction ? C’est seulement des gens qui veulent faire la publicité de leurs livres qui disent cela. Je vous donne un exemple. Quand le livre de Latif Coulibaly est sorti, il m’a fallu simplement sortir quelques feuilles de mon livre pour pouvoir le neutraliser. Qu’est-ce qu’on dit après ? Que des libraires étaient menacés, un stock était bloqué à l’aéroport… Moi, j’attends. Car mon livre, le deuxième, a déjà été édité et le titre même, ?le piège de l’acharnement?, a été choisi. » Et le ministre de poursuivre à propos des livres interdits : « Vous savez, ces genres de livres, écrits pour déstabiliser le régime, ne font plus recette. Les Sénégalais ne les lisent plus. Et comme c’est le cas, on invente toutes sortes d’accusations. Ceux qui disent que leurs livres ont été interdits, je leur demande d’en produire la notification. Quand on a une notification, on peut l’attaquer devant les tribunaux … » Se mettant à la place des deux journalistes qui l’interrogent, il leur lance : « Vous avez vu une notification interdisant la vente d’un livre ? » Ces derniers répondant négativement, il poursuit, très à l’aise : « Non ! Vous savez, au Sénégal, le meilleur moyen de vendre son livre, c’est de dire qu’il est interdit. Pour le cas des livres, dès qu’on véhicule une telle thèse, chaque personne qui a un parent en France va lui demander de lui apporter un exemplaire …. » 
Voilà ce que répond, sans sourcilier, le ministre Madické Niang à la question sur l’interdiction de certains livres au Sénégal. L’homme, à l’image de tous nos gouvernants, et à commencer par le premier d’entre eux, se moque de nous, nous prend pour des moins que rien et veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Les deux journalistes qui l’interrogeaient ne suivent peut-être pas de près la question des livres interdits. C’est pourquoi il était à la fête durant l’interview. Abdou Latif Coulibaly, Abdou Aziz Diop, l’auteur de ce texte et de nombreux autres compatriotes de l’intérieur comme de la diaspora qui en sont victimes, savent, eux, que le ministre Madické Niang raconte manifestement des histoires. Pour être plus précis, il ment, il ment sciemment et effrontément. « Vous avez vu une décision d’interdiction » ? « Vous avez vu une notification interdisant la vente d’un livre » ? Ce sont les questions-arguments faciles derrière lesquels s’abrite commodément notre ministre. Les gens qui parlent d’interdiction veulent faire de la publicité de leurs livres qui ne font plus recette et qui ne sont plus lus ! C’est, du moins, ce qu’il prétend. Et il a le toupet d’évoquer le livre d’Abdou Latif Coulibaly, « Sénégal, Affaire Me Seye : un meurtre sur commande » et son projet de livre-réponse « Le piège de l’acharnement ». 
Rappelons qu’Abdou Latif Coulibaly a conclu son livre par cette terrible accusation : « Me Wade et ses proches sont les commanditaires de l’assassinat de Me Seye ». Ce n’était pas la première fois d’ailleurs qu’une telle grave accusation était portée contre les Wade et leur entourage. Profitant du sit-in organisé par les jeunesses du « Front Siggil Senegaal » devant le siège du Parti de l’Indépendance et du Travail (Pit), le leader de l’Alliance Jëf Jêl, Talla Sylla, crache un feu ardent sur Me Wade en ces termes : « Wade doit être arrêté, car c’est un criminel qui a fait assassiner Me Babacar Seye et a tenté de me faire assassiner. »[1] C’était pour lui la énième accusation. Ainsi, il proclame à tout vent que « Me Wade et son épouse sont trempés jusqu’au coup dans l’assassinat de Me Seye ». Un autre contempteur de Me Wade, le leader de la Ligue démocratique, le Pr Abdoulaye Bathily, crache également du venin sur lui chaque fois que l’occasion se présente. C’est ainsi, qu’à l’occasion d’une conférence de presse organisée devant le siège de son Parti le mercredi 14 mai 2 008 ([2]), il martelait : « Hier, il a signé l’assassinat de Me Seye, aujourd’hui, Wade est au summum de la sénilité. »  
A toutes ces accusations gravissimes, Me Wade a toujours opposé un silence assourdissant, imperturbable, silence que mon ami et ancien professeur assimile à un mensonge d’Etat.  
Ayant accédé à la magistrature suprême le 1er avril 2000, le nouveau président ne met pas beaucoup de temps pour conforter ses accusateurs. Il se comporte très tôt comme quelqu’un que l’on accuse publiquement d’anthropophagie et qui se cure les dents avec des jambes de nouveau né, en prenant trois actes suspects, troublants et qui ne laissent plus aucun doute quant à l’identité du ou des commanditaires de l’ignoble assassinat de Me Seye. Contre toute attente, en effet, il gracie les trois assassins du juge et fait voter par ses godillots de l’Assemblée nationale l’inique Loi « Ezzan » qui les blanchit totalement. Auparavant, il a dédommagé en sourdine la famille du défunt juge pour 250 millions de francs Cfa (600 selon Abdou Latif Coulibaly), alors que l’Etat n’était nullement en cause. Pour acheter son silence, avaient avancé certains observateurs ébahis. 
Le ministre Madické Niang a été donc très mal inspiré d’évoquer le livre d’Abdou Latif Coulibaly pour conforter son argumentaire. Il remue ainsi inconsciemment le long couteau doré du ministre Awa Ndiaye dans une plaie encore loin d’être cicatrisée. A la parution du livre du journaliste d’investigation en décembre 2005, un premier lot de 600 exemplaires a échappé à la vigilance de la police et de la douane. Les deux grandes librairies de la place les vendent comme de petits pains en un week-end. C’est alors le désarroi et le branle-bas autour du président de la République. La réaction est immédiate : le douanier en service qui avait laissé passer le colis de livres est immédiatement relevé de ses fonctions. Les sbires de la présidence en firent voir de toutes les couleurs à l’un des deux libraires le plus vulnérable, plus exactement la plus vulnérable, puisqu’il s’agit d’une dame qui a été terrorisée. Les mesures de veille sont fortement renforcées à l’Aéroport Léopold-Sédar-Senghor. C’est alors que le ministre Madické Niang entre en scène, en sa qualité d’avocat de Me Wade dans cette lugubre et ténébreuse affaire, pour brandir son projet de livre-réponse, « Le piège de l’acharnement ». Il raconte dans son interview qu’il lui a fallu en sortir quelques bonnes feuilles pour neutraliser celui de M. Coulibaly. Il n’y a rien de plus faux : ce livre annoncé avec pompe et jamais publié n’a été d’aucun effet sur le brûlot qui les avait tous effarouchés et leur avait ôté le sommeil. Ils l’ont plutôt neutralisé en lui fermant hermétiquement les frontières nationales. Il n’est vendu aujourd’hui dans aucune librairie du pays. 
De nombreux autres titres édités en Europe, en France en particulier, qui sont tant soit peu critiques vis-à-vis de l’immonde gouvernance libérale, connaissent le même sort. Entre autres exemples, nous pouvons citer : 
1) Mamadou Seck, Les scandales politiques sous la présidence d’Abdoulaye Wade, L’harmattan 2005 ;  
2) Mody Niang, Qui est cet homme qui dirige le Sénégal ?, L’Harmattan, 2006 ; 
3) Toumany Mendy, Politique et puissance de l’argent au Sénégal. Les désarrois d’un peuple innocent, L’Harmattan, décembre 2006 ; 
4) Babacar Sall, Le stagiaire. Roman d’un président de la République, L’Harmattan, janvier 2007 ; 
5) Pape Moussa Samba, Le président Wade ou le génie solitaire, Editions Cjfb, janvier 2007 ; 
6) Souleymane Jules Diop, Wade, l’avocat et le diable, L’Harmattan, 2007. 
7) Abdou Aziz Diop, Une succession en démocratie : les Sénégalais face à l’inattendu, L’Harmattan, mars 2009 ; 
8) Momar Mbaye, Sénégal, les dérives du Sopi. Bavures et médias en sursis, Edilivre.com, janvier 2010. 
Il existe de nombreux autres titres qui ne sont vendus dans aucune librairie du pays, en tout cas pas dans les deux plus grandes qui ont la frousse aux fesses, à force d’être terrorisées par les sbires de la République bleue. Pendant ce temps, les livres qui encensent le despote illuminé et couvrent d’injures indécentes les « mal-pensants », font l’objet de toutes les attentions et de traitements manifestement de faveur, notamment de cérémonies de dédicaces tapageuses, largement couvertes par la minable télévision des Wade.  
Je défie le ministre Madické Niang de m’indiquer une seule librairie où on trouve un seul des livres bannis. Le ridicule ne tuant point, il affirme, péremptoire, que « ces genres de livres, écrits pour déstabiliser le régime, ne font plus recette » et que « les Sénégalais ne les lisent plus ». Comment peuvent-ils les lire, puisqu’ils ne les voient point ? Les rares compatriotes qui profitent d’un voyage en France pour en acheter quelques exemplaires, les cachent au fond de leurs bagages comme de la cocaïne. Et s’ils ne font plus recette, pourquoi ne pas leur ouvrir les frontières nationales ? Ce ministre sait donc parfaitement qu’il raconte des histoires. Il reconnaît lui-même implicitement l’interdiction de la vente de nos livres au Sénégal. Le meilleur moyen, selon lui, de vendre son livre au Sénégal, c’est de dire qu’il est interdit. Et il s’enfonce davantage en faisant cet aveu : « Pour le cas des livres, dès qu’on véhicule une telle thèse, chaque personne qui a un parent en France va lui demander de lui apporter un exemplaire. » Pour se procurer donc un exemplaire, on profite du voyage d’un parent en France ! Nous qui sommes moins incohérents que le ministre-paravent de Me Wade, aurions préféré que nos livres fussent vendus sur tout le territoire national, plutôt qu’en France, à des milliers de kilomètres. S’ils ne peuvent être achetés qu’en France, c’est parce qu’ils ne peuvent pas l’être chez nous, où ils sont interdits.  
Pour se donner bonne conscience, notre ministre-cuillère de Me Wade lance le défi qu’on lui présente une notification interdisant la vente d’un livre. Il sait que son collègue de l’Intérieur s’est bien gardé de prendre un arrêté d’interdiction des livres bannis. La sale besogne est confiée à la douane et à la police. Et comme le ministre exige un exemple concret, je m’en vais lui en administrer un parmi de nombreux autres. 
Tous les colis de livres qui arrivent à l’aéroport ou au port de Dakar sont désormais traqués, ouverts et minutieusement vérifiés. Dès qu’un titre porte le nom de Me Wade ou fait allusion à son infecte gouvernance, il est mis de côté, lu et confisqué sans autre forme de procès, si le contenu est tant soi peu critique. Le dernier livre de mon ami Abdoul Aziz Diop cité plus haut, a été victime de cette monstrueuse censure. Il faisait partie d’un colis de cinq autres titres, commandés par la librairie Athéna. Après vérification, la Direction de Surveillance du Territoire (Dst) du Ministère de l’Intérieur a écrit noir sur blanc sur la facture de L’Harmattan destinée à la librairie Athéna ce qui suit : « Ok pour le reste, à l’exception de ?succession en démocratie? », avec « Vue au 2e bureau », plus cachet et signature. Les quatre livres autorisés sont cochés. N’est-ce pas là une notification d’interdiction ? L’information peut bien être vérifiée auprès de la librairie Athéna ou de l’auteur du livre interdit, qui a d’ailleurs porté, sans illusion, l’affaire devant la justice. Tous les livres critiques à l’endroit des Wade et de leur gouvernance meurtrie connaissent le même sort. Parfois, seul le nom de l’auteur du livre suffit pour déclencher le mécanisme digne des pays de l’Est des années 50. Ainsi, le roman d’Abdou Latif Coulibaly, « La ressuscitée », a été confisqué pendant plus d’un mois, pour vérification du contenu. 
Je le répète donc avec force : le ministre Madické Niang raconte donc manifestement des histoires, des contrevérités, des mensonges. Les livres écrits par les « mal-pensants » et édités hors du Sénégal font bien l’objet d’interdiction. Ceux qu’ils éditent au Sénégal, après mille difficultés, sont également traqués et ne sont en vente dans aucune de nos librairies, à l’exception notable d’Athéna[3]. Celle-ci, persévérante, a fait une nouvelle commande, en nombre limité, du livre d’Abdou Aziz Diop. Le colis arrivé à Dakar a été encore confisqué. Voilà la vérité qui crève les yeux, sauf peut-être ceux du ministre Madické Niang. Ne dit-on pas qu’il n’y a pire aveugle que celui qui ne veut rien voir en fermant hermétiquement les yeux ? 
Il est vrai que rien ne nous étonne ni ne nous indigne plus de la part de ce ministre-cuillère de Me Wade qui déclare sans état d’âme, pour justifier une énième fois la modification de la Constitution, que celle-ci « est faite pour être tripatouillée ». Rappelons quand même à notre ministre que le Petit Larousse définit ainsi le verbe tripatouiller : « 1) manipuler, tripoter avec insistance ou maladresse, patouiller ; 2) modifier dans une intention malhonnête, frauduleuse ; falsifier, trafiquer. » Au moment où il faisait cette déclaration, M. Niang était Ministre d’Etat, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice. La Constitution sénégalaise est donc faite pour être tripatouillée et Me Wade la tripatouille à sa convenance depuis son accession à la magistrature suprême. Rappelons aussi que le même Madické Niang, tout nouveau Ministre des Affaires étrangères, s’est encore tristement signalé au moment de la cérémonie solennelle de passation de service avec son remplaçant à la tête du Département de la Justice, le Pr Moustapha Sourang. Au beau milieu de son discours, il n’a pas hésité un seul instant à déclarer devant une assistance ébahie, qu’il se débarrassait un moment de son manteau de ministre de la République, pour revêtir celui de talibé mouride, car il s’adressait à son marabout. Le Pr Sourang est, en effet, descendant de la lignée de Cheikh Ahmadou Bamba.  
Ces deux attitudes antirépublicaines ne surprennent que ceux qui ne suivent pas de près ce ministre. A l’occasion des nombreux déplacements politiciens de Me Wade à Touba, nous le voyons à la télévision se comporter plus en véritable bëkk nèek (chambellan) qu’en ministre de la République. Il est bien en meilleure posture dans la peau du premier que du second. Que cet homme nie donc l’évidence en affirmant qu’aucun livre n’est interdit au Sénégal ne doit plus surprendre personne ! Il s’inscrit dans la logique de tous les courtisans de la République bleue qui sont prêts à justifier toutes les initiatives de celui qui leur distribue gracieusement les prébendes. Ils n’hésiteraient pas un seul instant à rivaliser d’ardeur à lui apporter des milliers de bidons d’essence et de boîtes d’allumettes si jamais, à l’image de Néron, il décidait de mettre le feu à Dakar. Sait-on jamais d’ailleurs ? 
C’est le lieu, après avoir confondu ce ministre d’un genre particulier, de nous arrêter un peu sur les services de la douane et de la police qui acceptent de jouer les rôles peu valorisants dans cette affaire d’interdiction des livres au Sénégal. Le Ministre de l’Intérieur doit prendre ses responsabilités et signer, s’il y a lieu, un arrêté pour interdire carrément un livre. C’est plus honnête et plus républicain que de s’abriter derrière des seconds couteaux. La police et la douane en particulier sont attendues sur un autre terrain, sur d’autres missions bien plus nobles, bien plus républicaines : la lutte contre l’insécurité, la délinquance, le trafic de drogue, le blanchiment de l’argent sale, etc, qui constituent de sérieuses menaces pour notre pays. Certains délinquants de la République bleue (ministres, directeurs de services et d’agences, etc) qui pillent nos maigres ressources en passant des marchés de gré à gré pour des clés Usb d’un giga, des couteaux de cuisine, des cuillères à soupe, des tapis de prière, une cuisinière grand modèle, etc, respectivement pour des prix unitaires hors Tva de 97500, 42000, 37500, 15850 et 2115000 francs Cfa. Non, ce n’est pas un rêve : c’est bien la triste réalité qui prévaut chez nous depuis le 1er avril 2000. Ces prédateurs, les vrais, peuvent bien utiliser le salon d’honneur de l’Aéroport international de Dakar, pour aller planquer les fruits substantiels de leurs forfaits dans les paradis fiscaux. La police et la douane seraient bien plus utiles au pays en traquant sans merci ces délinquants et de nombreux autres, plutôt que de dissoudre leur temps dans la chasse à nos pauvres livres, où nous ne faisons qu’exprimer notre opinion sur la manière dont nous sommes gouvernés. C’est notre droit le plus absolu et personne ne devrait s’employer à nous en priver, tant que nous restons dans les limites fixées par la Loi. 
 
MODY NIANG, e-mail : modyniang@arc.sn 
 
 
 
Scandale au Méridien-Président : Rebondissement dans l’affaire Miss Billie aux allures d’un ping-pong judiciaire 
 
 
Le procès du mercredi 4 février 2010 opposant Miss Billie Mbaye à M. T. va-il faire l’objet d’un énième renvoi ? Ou donnera-t-il simplement raison à Me Mame Adama Guèye, bâtonnier de l’Ordre des avocats qui, à l’occasion de la rentrée solennelle des cours et tribunaux, dénonçait les dysfonctionnements de notre système judiciaire ? En tout cas, le 4 février*, le tribunal correctionnel de Dakar devait départager Miss Billie Mbaye, présidente de Icare International (Réseau international des cadres africains, européens et américains) et M. T. Directeur du Bcl du Méridien Président. Pour rappel, le procureur de la République poursuit M. T. pour délit d’escroquerie et d’abus de confiance, portant sur plus de 10 millions au préjudice de Mme Billie.  
Mais un procès peut en cacher un autre  
En effet, Miss Billie Mbaye, connue pour ses actions dans la promotion des droits humains, en faveur du développement de l’Afrique, de l’enfance, de la jeunesse et des femmes, venue au Sénégal dans le cadre de la mise en place d’un programme ambitieux de huit mille logements pour les populations défavorisées, se bat pour l’application des décisions de justice rendues en sa faveur par les cours et tribunaux de notre pays, depuis… 2005. Et ce, suite à ce qui ressemble, après une minutieuse enquête policière menée par la Dic, à un coup monté, dans le but de la discréditer. Les auteurs et commanditaires ont pu s’introduire dans la suite qu’elle occupe durant ses séjours au Sénégal, au Méridien Président, et subtiliser d’importants objets lui appartenant : des bijoux de grande valeur, d’importantes sommes d’argent (euros, dollars, Cfa), des documents de haute importance et autres effets personnels. Le tribunal correctionnel, les Cours d’appel, la défunte Cour de cassation - toutes chambres réunies - par jugements et arrêts rendus en 2006, 2007, 2008 et 2009 ont toujours débouté le Méridien Président et donné raison à Miss Billie Mbaye. Mais ces décisions font systématiquement l’objet d’un renvoi.  
L’autre grande interrogation est : pourquoi n’arrive-t-on pas à appliquer le droit, et à plus forte raison les décisions de justice prises par les plus hautes autorités judiciaires de notre pays ? D’ailleurs, à l’époque - et aujourd’hui plus que jamais - des organisations des Droits de l’Homme s’étaient saisies du dossier et, au vu des éléments constitutifs, confortées par les décisions judiciaires, avaient conclu que l’acharnement dont Miss Billie était victime, était inacceptable dans notre démocratie, et exigé que cette dernière soit rétablie dans ses droits, sans délai. Le Rapport 2008 de la Raddho qui est loin d’honorer notre pays sur la question des droits humains, interpellait déjà les autorités de l’Etat sur les violations inadmissibles des droits de Miss Billie Mbaye connue par ses œuvres et son engagement en faveur du développement de notre pays.  
En vérité, les va-et-vient incessants du dossier Miss Billie contre le Méridien Président devant les cours et tribunaux font sans doute de cette affaire un interminable ping-pong judiciaire qui refuse de dire son nom. Ce dossier continue de préoccuper nombre de représentants d’organisations nationales et internationales, qui s’intéressent au développement de ce qui ressemble aujourd’hui à une dérive et à un feuilleton de ‘non-droit’.  
Passés cinq années de procédure, l’affaire est aujourd’hui entre les mains de la Cour suprême. Inutile de dire que les magistrats de cette illustre institution ont du pain sur la planche : cette affaire est l’une des toutes premières qu’elle devra trancher. En cela, dans le contexte social ambiant, la Cour a incontestablement un défi important à relever ‘à ce stade expérimental’ de son fonctionnement : faire éclater la vérité dans cette affaire invraisemblable. De ce fait, elle aura démontré sans doute, non pas uniquement de son utilité sociale, mais surtout sa capacité à faire respecter la majesté de la loi, en tout temps et en toute circonstance, par tout citoyen indépendamment de sa position ou de ses responsabilités et fonctions.  
La suite de cette affaire à l’allure d’un polar donnera-t-elle raison au bâtonnier Mame Adama Guèye : ‘inefficacité de la justice, lenteur dans le processus de prise et d’exécution de ses décisions, corruption, concussion, favoritisme…’ ? Ou confortera-t-elle les propos du président de la République, Me Abdoulaye Wade qui a pris le contre-pied de son confrère ? L’histoire immédiate nous édifiera.  
Cheikh Mouhamadou Bassirou SARR Citoyen, Démocrate, Acteur politique Contact : bassirousarr@hotmail.com BP : 6445 – Dakar Etoile  
* L’affaire a été finalement mise en délibéré jusqu’au 18 février prochain.  
 
 
République du scandale 
 
 
Les récents événements qui se sont déroulés à Thiès au cours d’un meeting organisé par le Ps - le feu ayant été mis aux tribunes par des jeunes qui plus tard se révèleront être du Pds -, s’inscrivent dans le cadre d’une déliquescence générale de l’Etat au Sénégal. Nous nous acheminons lentement vers une violence inéluctable et qui sera le fruit de l’incompétence du régime actuel beaucoup plus que de son machiavélisme. Les priorités nationales, à savoir l’éducation, la santé, l’hygiène, l’amélioration de l’habitat urbain et, de façon générale, l’amélioration des conditions d’existence ne sont même plus mentionnées par les officiels. Se maintenir au pouvoir par tous les moyens nécessaires est devenu leur unique préoccupation et, ce faisant, ils gouvernent par le scandale. Aussi les formulations malheureuses, les remaniements ministériels qui amènent des ministres pire que leurs prédécesseurs, le népotisme et les frasques du ‘fils’ sont-ils partie intégrante d’une stratégie de dissuasion qui vise à lasser les foules. A la fin, se dit notre avocat-président, les Sénégalais ne sauront même plus distinguer le vrai du faux et j’aurais réussi à les noyer dans une succession de scandales !  
Dans le long terme, cette stratégie mystificatrice achèvera de corrompre le législatif et le judiciaire, entraînant un effondrement du peu de structures qu’il nous reste. Le cas Massaly est la parfaite illustration de cette stratégie. Nous connaissons les volte-faces du personnage, sa fourberie, sa veulerie et sa lâcheté légendaire, le spectacle fait autour de son arrestation, les faveurs que lui accorde la police - il s’est rendu à la Maison d’arrêt de Thiès dans son véhicule personnel en lieu et place de l’habituel fourgon - son ton moqueur lorsqu’il lance à un journaliste du Quotidien : ‘… Ecris que je vais en mission pour le président !’ ; et malgré cela, l’actualité de ces dernières semaines s’est faite autour de lui. Et remarquez que je le dis sans aucune rancune : comment expliquer l’intelligence chez quelqu’un qui, publiquement, s’est accusé d’avoir attenté à la vie des leaders du Ps ?  
Mais la déclaration de Massaly au Quotidien cache une vérité qui lui échappe, il est de fait en mission pour son maître et cette mission consiste à se donner en spectacle pour divertir la plèbe. Il n’est qu’un clown dans la République des nababs ! Un exemple doit être fait de cet homme ! Une mobilisation générale s’impose afin que le texte d’incrimination soit changé. La définition juridique du flagrant délit dont on l’accuse, laisse entrevoir une condamnation légère pour tentative d’assassinat ! Massaly est coupable ! Ses aveux en sont la preuve suprême. Cet homme doit payer ! Il faut que justice se fasse et, pour cela, il faudra que le juge soit juste.  
Malick Noël SECK Secrétaire général de Convergence socialiste info@convergence-socialiste.com  
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 6.02.2010
- Déjà 5206 visites sur ce site!