ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

L’autocrate sous le masque du démocrate

la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 issue de la Révolution Française, dont s’inspire celle de 1793 qui en son article 35 dit : ‘Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.’ 
 
 
“Bien informés les hommes sont des citoyens, mal informés ils deviennent des sujets.” [Alfred Sauvy] 
Ce que je crois 
C’est que la tâche la plus urgente du peuple sénégalais est de bouter Abdoulaye Wade, sa famille et ses gens hors du gouvernement de la République. Par tous les moyens qu’offrent les lois et règlements de notre pays, donc principalement par la voie démocratique. A défaut, par toutes les autres voies que requiert la survie de notre nation, la Constitution du Sénégal depuis 1960, en son préambule, affirmant son adhésion à la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 issue de la Révolution Française, dont s’inspire celle de 1793 qui en son article 35 dit : ‘Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.’ 
J’étais à la Place de la Bastille le 10 mai 1981 pour fêter, avec l’élection de François Mitterrand, la première victoire de la gauche en France et plus largement celle de tous les idéaux qui nourrissaient les jeunes de ma génération. Un bonheur insoutenable, mais juste un bonheur par procuration, dans un pays qui n’était pas le mien, et que même dans mes rêves les plus fous je ne pensais revivre un soir de 19 mars 2000, dans les rues sablonneuses et surchauffées de Dakar, avec le triomphe d’Abdoulaye Wade sur quarante ans de régime senghorien. 
Nous avions mis tous nos espoirs dans cette alternance survenue par la seule voie des urnes, nous l’avions supportée de toutes nos forces, pour voir l’homme qui était pour nous la figure même de la Providence trahir toutes nos attentes et révéler rapidement sa vraie nature. J’ai été l’un des tout premiers à tirer sur la sonnette d’alarme, quand juste quelques semaines après sa Constitution, j’ai vu notre nouvelle République couchée, faisant ostensiblement allégeance à une confrérie. J’avais soutenu alors que le président de la République ne devait se baisser que devant le drapeau national. Un officier supérieur de l’armée m’a écrit pour rectifier et m’apprendre que c’est en réalité le drapeau lui-même que l’on abaisse devant le Président. Depuis, il est allé infiniment plus loin. 
Ce que je ne peux pardonner à Wade, bien plus que sa boulimie foncière, son goût indécent pour l’argent et le pouvoir, sa malice immorale érigée en mode de gouvernement des hommes et des choses, c’est d’avoir avili quasi irrémédiablement nos institutions, en commençant par les structures fondamentales de l’Etat transformé en un jouet qu’il a tellement torturé dans tous les sens qu’il l’a finalement cassé. ‘Cette riche articulation du monde éthique que constitue l’Etat, l’architectonique de sa rationalité qui, par la distinction précise des cercles de la vie publique et de leurs droits, par la rigueur de la mesure avec laquelle chaque pilier, chaque arc, chaque contrefort sont maintenus ensemble, fait reposer la solidité du tout sur l’harmonie des parties’ comme le dit Hegel dans la Préface des Principes de la Philosophie du droit, qu’en reste-t-il donc après un peu plus de dix ans de ‘wadisme’ ? Où est la distinction entre les ‘cercles’ de la vie publique et de la vie privée quand les affaires de la res publica, de la chose publique, deviennent affaire de famille, où l’épouse, les enfants, les amis, les alliés, les chefs spirituels, occupent le devant de la scène et jouent les premiers rôles ? Que reste-t-il de ce ‘magnifique édifice’ comme le dit encore Hegel, quand les ‘piliers’ sont systématiquement sciés par celui qui en est pourtant l’ultime gardien, transformant ses serviteurs les plus dévoués en simples laquais qu’on congédie d’un simple revers de la main, nombre de ministres de haut rang ayant appris leur limogeage en écoutant la radio dans leur voiture, ou en regardant la télévision dans leur salon, ou encore alertés par un coup de fil alors qu’ils étaient en mission à l’étranger ? 
Que deviennent les ‘arcs’ et les ‘contreforts’ quand ils sont remplacés par des hommes et des femmes de rien, ramassés quelquefois dans les égouts de nos rues, voleurs, violeurs, prévaricateurs, traîtres et péripatéticiennes de tout acabit, constituant le gros du troupeau de bétail politique qui transhume de prairies en prairies pour s’engraisser sur le dos du peuple ? Que reste-t-il enfin de ‘l’harmonie des parties’, quand celles-ci, comme la tapisserie de Pénélope, sont défaites chaque soir pour être reconstruites de nouvelle façon le lendemain, selon l’humeur et la ‘vision’ du Prince qui ne semble plus avoir toute sa raison ? C’est cet édifice qu’il nous faut reconstruire le 26 février, brique par brique, en reprenant tout dès les fondements, pour parler comme Descartes, c’est à cette architectonique qu’il faut redonner sa rationalité en restaurant d’abord les piliers sur lesquels elle repose, à savoir les règles de droit et les règles d’honneur sans lesquelles il n’y a pas de communauté politique. 
Au demeurant, je suis étonné par l’ampleur excessive donnée aux questions juridiques dans la perspective de cette présidentielle, avec notamment les querelles incessantes autour des règles constitutionnelles. Je vois les grands Maîtres de la Faculté échafauder des théories extrêmement complexes que leurs propres disciples ayant acquis droit à porter la toge déconstruisent point par point avec la même habileté. Jamais on n’a entrechoqué des couples de concepts aussi complexes et antagoniques, tous incompréhensibles par ailleurs pour le sens commun : ‘compétence - incompétence’, ‘constitutionnalité apparente - inconstitutionnalité réelle’, ‘immoralité publique - incivilité constitutionnelle’, ‘révision consolidante - inconsolidante’, ‘article superfétatoire - silence des textes’, etc. 
Jamais on n’a brandi autant de titres, plus impressionnants les uns les autres, ‘agrégé de’, ‘titulaire de’, ‘major de’, pour finalement se contredire les uns les autres, et c’est un jeune ‘Assistant’, Abdoul Aziz Diouf, qui finalement semble avoir vu le plus juste, en écrivant dans un article admirable que ‘l’inculture et le mysticisme primaire de la ˝loi˝ par l’universitaire-juriste sous l’étiquette d’une séparation entre droit et morale, ont fini de faire du droit une science sans conscience’, qu’il faut ‘déplacer l’analyse sur le terrain de la morale’ et qui conclut fort bien ainsi : ‘Enseigner à nos étudiants la hiérarchie des normes, c’est bien ; leur enseigner la hiérarchie des valeurs, c’est encore mieux.’ Ne nous torturons pas inutilement les méninges, aucune interprétation strictement juridique ne nous sortira de l’imbroglio créé par le choc entre les articles 27 et 104 de la Constitution. Le texte a été écrit dans le camp des vainqueurs par des hommes qui se disaient hommes d’honneur et se comprenaient ‘sur parole’. L’un a retiré sa parole et tiré un trait sur son honneur. Ce n’est plus une question de droit, mais de morale. 
Ainsi ce qu’oublient les juristes, c’est que les lois sont fondées sur des principes non point juridiques, mais philosophiques. Et la césure apparente entre la loi et le droit, c’est-à-dire entre la lettre, à savoir la transcription codifiée, et l’esprit qui en est la substance rationnelle, fracture qui fait que la justice n’est jamais totalement juste, est quelque chose qui a de tout temps préoccupé les philosophes. ‘Summum jus, summa injuria, l’extrême droit est une extrême injustice’, rapporte Cicéron dans son œuvre Des devoirs et on connaît la sentence de Sénèque, qui se vérifie encore de nos jours, ‘ex senatus-consultis et plebiscitis crimina exercentur, c’est en vertu des senatus-consultes et des plébiscites qu’on commet des crimes.’ 
On peut donc toujours faire dire, faire faire à la loi ce qu’on veut car, observe Pascal avec raison, ‘la juridiction ne se donne pas pour le juridiciant mais pour le juridicié’, ce que, bien entendu, le ‘peuple’ ne sait pas et il y a ainsi en toute justice toujours un coup de force. C’est pourquoi, écrit encore l’auteur des Pensées, ‘la justice est sujette à dispute. La force est très reconnaissable, et sans dispute. Aussi on n’a pu donner la force à la justice, parce que la force a contredit la justice et a dit qu’elle était injuste, et a dit que c’était elle qui était juste. Et ainsi ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste.’ 
C’est à cette application biaisée de la justice que les juges de notre pays, comme partout ailleurs est-on tenté de dire, nous ont habitués. En droit commun d’abord, où on condamne avec sévérité les voleurs de poule et laisse libres des gangsters en col blanc qui dépouillent le peuple à coups de milliards ; où on envoie aux travaux forcés la domestique abusée convaincue d’infanticide et absout des criminels patentés à l’abri dans les factions politiques et religieuses. Et bien entendu, puisque c’est cela qui est à l’ordre du jour, en droit constitutionnel aussi, où les Hauts Magistrats ont toujours obstinément fermé les yeux sur les forfaitures et les ‘incivilités’ commises sur notre Loi fondamentale, quand ils ne se déclarent pas pudiquement ‘incompétents’ pour fuir leur responsabilité. Il est facile de claironner que le ‘peuple est fatigué’ et quand il faut juger en sa faveur et contre le Prince, déserter vers des cieux plus ‘neutres’. Abdoulaye Wade serait-il encore là, à se cramponner désespérément au pouvoir à près de quatre-vingt-dix ans, si en 1993 on lui avait reconnu la victoire gagnée de haute lutte ? 
Et sept ans après, c’est sans doute bien moins par le courage et l’impartialité des juges de l’époque que par la netteté du verdict livré par les urnes et, reconnaissons-le tout de même, la sagesse de Diouf, que les Sénégalais ont pu, dès la matinée du 20 mars 2000, fêter partout dans le pays l’heure d’une alternance espérée pendant quarante ans. Juges et hommes politiques, vous qui trahissez si souvent le serment fait devant le peuple, méditez ces paroles des Lettres écrites de la Montagne de Rousseau sur le gouvernement de la cité : ‘Toutes les barrières qu’on donne dans les Républiques au pouvoir des Magistrats (à savoir autant les juges que les gouvernants) ne sont établies que pour garantir de leurs atteintes l’enceinte sacrée des Lois : ils en sont les Ministres, non les arbitres, ils doivent les garder, non les enfreindre. Un peuple est libre, quelque forme qu’ait son gouvernement quand, dans celui qui gouverne il ne voit point l’homme, mais l’organe de la Loi. En un mot, la liberté suit toujours le sort des Lois, elle règne ou périt avec elles ; je ne sache rien de plus certain.’ 
Pourquoi donc tant de bruit et de fureur aujourd’hui sur la question de la Constitution, que plus de 90 pour cent des Sénégalais n’ont jamais lue ? En parcourant les travaux très documentés du Professeur Ismaïla Madior Fall, j’ai vu que la Constitution de 1963, qui a régi notre pays jusqu’à l’alternance de 2001, donc pendant 38 ans, a été révisée 20 fois, dont 6 fois sous Senghor, entre 1967 et 1978 et 14 fois sous son successeur Abdou Diouf, de 1981 à 1999. Il faut dire que sous Senghor, sûr d’un pouvoir sans partage, les changements ont été le plus souvent mineurs, portant notamment en 1967 sur l’adoption du quinquennat (1ère révision), sur les trois courants de pensée, ‘libéral et démocratique’, ‘socialiste et démocratique’, ‘marxiste-léniniste ou communiste’ en 1976 (4e modification), qui seront plus tard étendus à quatre (plus un courant conservateur) avec la 6e et dernière modification en 1978, le fait le plus marquant étant sans doute la 5e modification intervenue en avril 1976 qui accordait la suppléance du pouvoir au Premier ministre, préparant ainsi sans doute en douceur la ‘dévolution’ successorale de Diouf. On aurait pu craindre qu’un caprice du despote éclairé de l’époque, qui voulait tout régenter, y compris sur les questions de linguistique et de grammaire, le poussât à retoucher la loi fondamentale pour un imparfait du subjonctif mal accordé, mais cela n’eut heureusement pas lieu… 
Il en alla tout autrement pendant les vingt ans du règne de Diouf. On commença à ‘tripoter’ la Constitution par simple calcul du nouveau Chef de l’Etat en vue de consolider son pouvoir ou régler des comptes au niveau de sa majorité. Ainsi si la première révision du 6 mai 1981 consista à supprimer la limitation des partis et des courants, la deuxième, en mai 1983, consacra la suppression du poste de Premier ministre, qui avait justement permis une transition sans heurt, justifiée, selon les attendus, à permettre ‘une appréhension directe des problèmes du peuple sénégalais par le chef de l’Etat lui-même et son équipe’, et la troisième, en 1984, se solda par la réduction du mandat du Président de l’Assemblée nationale de cinq à un an, le but visé étant, à l’évidence, l’affaiblissement du deuxième personnage de l’Etat, mesure qui sera rapportée lors de la sixième révision sous Diouf, en avril 1991. On appréciera l’avant-dernière retouche du 10 octobre 1998 qui fit disparaître dans l’article 21 l’alinéa 2 qui indiquait que le Président de la République ‘n’est rééligible qu’une seule fois’. Le dauphin, installé douillettement au Palais, avait sans doute pris goût au pouvoir et ne se satisfaisait plus de ses trois mandats (plus deux ans d’intérim) déjà consommés… 
Wade a été déclaré champion toutes catégories du ‘tripatouillage’ de la Constitution avec pas moins de quinze modifications de notre Loi fondamentale en onze ans, certaines d’entre elles étant induites d’ailleurs par des erreurs en chaîne constatées dans les lois rectifiées que le législateur brouillon, dans sa réécriture hâtive, n’avaient pas vues. Et on s’est donc mis à retoucher des retouches, à la mode du fameux pantalon de Moriba, qui de rapiéçages en rapiéçages, ne ressembla plus finalement à rien! (A suivre) 
Ousseynou KANE, Département de Philosophie(UCAD) 
Il faut tenir l’élection présidentielle à la date échue 
L’impératif commande de demander aux citoyens d’investir les bureaux de vote, le 26 février 2012, afin de s’acquitter de leur devoir en ne prenant en compte, exclusivement, que les treize candidats légaux et légitimes. Le quatorzième, Me Wade, dont la validation de la candidature est une violation flagrante du droit politique constitutionnel perpétrée par les cinq juges, est en train de réunir, en ce moment, les conditions pour prendre d’autorité la décision de reporter l’élection, arguant d’une violence qu’il organise et planifie insidieusement, lui-même, à travers l’ensemble du territoire. Me Wade se base sur les principes de la démocratie pour biaiser le jeu démocratique. Les électeurs ont le devoir impérieux d’ignorer royalement les bulletins de vote du président sortant. Les acteurs politiques patriotes, renforcés par ceux d’une Société civile républicaine, ont, à travers cette forme de validation des candidatures, une autre forme de résistance. Face au forcing juridique et politique, la défaite est la sentence imparable en démocratie. 
Cette forme de résistance est aussi une parade contre les rentiers du chaos, nichés dans des officines de conception de cocktails diaboliques pour conserver le pouvoir. Conscient d’une impopularité croissante qui le caractérise, Me Wade sème les germes de la violence afin de disposer d’un solide alibi pour reporter l’élection présidentielle. La flambée de violence notée à Dakar et dans toutes les capitales régionales est la conséquence des multiples violations de la volonté populaire perpétrées par Me Wade. S’y ajoute que l’interdiction formelle notifiée aux candidats légaux et légitimes de procéder à une campagne électorale dans certaines portions du territoire national, en violation flagrante des dispositifs du Code électoral, participe de cette volonté du chef de file des libéraux de reporter l’élection présidentielle dans le but de permettre à son régime de parfaire les techniques de fraudes massives et de procéder à la passation du pouvoir à Karim Wade qui se trouve être son fils biologique. 
Il ne saurait être question de reporter l’élection présidentielle car les citoyens ne peuvent se résoudre à accepter, sans broncher, les multiples violations de la souveraineté populaire dont Me Wade passe pour être le maître incontesté. Il est de notoriété publique que le report d’une élection présidentielle prépare le lit de toutes les violations possibles des règles de la démocratie. Laurent Gbagbo, en Côte d’Ivoire, en a administré la preuve, lui qui a réussi le tour de force de reporter l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire pendant plus de cinq ans. Et, en ce cas d’espèce, Gbagbo est un nain comparé à Wade. Le respect du calendrier électoral est le meilleur moyen de contrecarrer la politique despotique et tyrannique de Me Wade et de proposer une politique alternative crédible articulée autour de la refonte des institutions, de la définition de la bonne gouvernance dans les affaires publiques et privées, du respect des droits humains et de la promotion d’un développement harmonieux. Une autre voie pousserait les tenants du régime actuel à se croire investis de toutes les possibilités de violer la volonté populaire à chaque fois que le vent de l’alternative, poussé par les libertés souveraines, se lève. Il urge d’écouter les échos sincères de cette prise de parole populaire. Ce ne sont pas que des hommes en colère qui crient ; ce sont des âmes tourmentées par la perspective de voir leur pays sombrer. 
La bataille pour le respect du calendrier électoral doit être sous-tendue par la mutualisation de toutes les forces citoyennes et, notamment, de celles des treize (13) candidats légaux et légitimes. Une mutualisation des arsenaux électoraux afin de permettre aux représentants des candidats légaux et légitimes d’être présents dans chacun des 11.904 bureaux de vote et des 6.192 centres de vote. Les représentants plénipotentiaires des candidats doivent avoir à l’esprit qu’il n’existe que 5.080.294 civils à l’interne, 204.433 au niveau extérieur et 23.003 militaires et paramilitaires, soit un total de 5.307.730 inscrits au fichier électoral. De ce chiffre, il faut aussi débusquer les multiplications des identités en se basant sur les règles informatiques d’identification des sexes notamment 1 pour les hommes et 2 pour les femmes. Toute pièce d’identité qui commence par un chiffre autre que 1 ou 2 est une fausse et doit être rejetée par les représentants des candidats légaux et légitimes. 
Il est vrai qu’il existe plus de 2000 bureaux de vote clandestins dont les procès-verbaux sont déjà disponibles dans les tiroirs des responsables libéraux. Mais il s’agit, hic et nunc, de ne pas être fataliste ni défaitiste, mais d’être le garant de sa propre liberté. La lutte contre la fraude électorale ne peut être gagnée que si les candidats mutualisent leurs forces en se basant sur les techniques informatiques de contrôle bancaire des signatures. Les responsables des questions électorales des treize états-majors doivent disposer, au moins, des signatures scannées de leurs 11.904 représentants dans les bureaux de vote. Après le vote, les citoyens doivent surveiller leur volonté en restant dans les centres de vote et en affirmant clairement leur choix. A l’issue du vote, si Me Wade poursuit son abject projet de violer la souveraineté populaire, le peuple aura le devoir impérieux de faire respecter, par tous les moyens, sa liberté fondamentale. 
Abdoulaye SEYE, Journaliste 
L’autocrate sous le masque du démocrate 
Le candidat Wade nous avait juré qu’il respecterait la décision du Conseil constitutionnel, quelle qu’elle soit. En vrai démocrate. Mais dans la foulée, le Président Wade ajouta qu’il était «sûr» que ce Conseil constitutionnel dont il avait soigneusement sélectionné les membres et comblé de faveurs, validerait sa candidature. Une menace à peine voilée digne d’un vrai autocrate. 
Confirmé dans sa prémonition par «son» Conseil constitutionnel, le candidat Wade s’est lancé avec ferveur dès le 04 février dans la campagne électorale pour la «team Wade», faisant un usage éhonté des moyens de l’Etat mis à la disposition cette fois-ci de Wade le Président. 
 
Mimétisme oblige, les thuriféraires de la «team Wade» nous exhortent désormais à nous plier au verdict imminent du peuple souverain, la candidature ayant été validée par l’arbitre constitutionnel. Ces mêmes porteurs d’encensoir qui, cette fois sous les habits de ministres, nous affirment qu’ils sont «sûrs» que la «team Wade» emportera les élections dès le 1er tour avec 53% des voix. 
 
«Sûr» d’être encore confirmé dans cette nouvelle prémonition, le candidat Wade dans ses habits de futur Président nous promet (après qu’il aura pacifié le pays), d’engager des négociations avec cette opposition éternellement mauvaise perdante, en vue de distribuer des maroquins. En vrai «autocrate démocratique». En échange de quoi bien sûr, il désignera «le plus intelligent d’entre nous» à ce poste de vice-président qu’il a gardé au chaud depuis plusieurs mois. Et cédant magnanimement à l’appel de l’opposition et de la communauté internationale, il sortira par la grande porte, dans «3 ans» précise-t-il, et bien entendu après avoir installé le fiston, personnification de la «relève générationnelle» dans ce fauteuil que lui convoitent les 13 «poltrons». Autocrate, lui ? 
L’héritier, terminant tout simplement un mandat du père pourra ainsi prétendre à «ses» 2 mandats constitutionnels à partir de 2019, aidé en cela par un formidable butin de guerre et doté d’une expérience d’achat des consciences puisée à la bonne école. Wade nous promet donc rien de moins qu’une autocratie héréditaire ! 
 
Je vous invite à chercher l’erreur dans ce scénario à la «ndiombor». Il y manque un acteur, et un acteur de taille. Il s’appelle le peuple sénégalais. Ce peuple qui dans la rue lui dit «assez de tes ndiomboreries». Ce peuple qui armé de pierres pour l’instant a décidé de contrecarrer ses plans et, au-delà, d’inscrire dans l’histoire de notre jeune démocratie un avertissement de taille : plus jamais dans notre histoire à venir nous ne laisserons un Président tenter de prendre en otage notre Constitution et notre Nation. 
 
Cela me rappelle étrangement cet autre autocrate célèbre, Nicolas II de Russie qui, lui aussi se targuait de ne tirer son pouvoir que de lui même (pas de la Constitution encore moins du peuple), et qui ne parvint pas à freiner l’agitation politique en Russie. Celle-ci déboucha sur une première révolte en 1905 suivie de la Révolution de 1917. Il finira assassiné avec sa famille en 1918.  
 
Nul ne souhaite une telle fin de «règne» à Wade le «démocrate», mais il doit comprendre une bonne fois pour toutes que l’ère des autocrates est révolue et qu’il doit «dégager». Maintenant ! 
 
Et de grâce, qu’il emporte avec lui cette grotesque statue d’autocrate qui défigure l’horizon de notre si belle presqu’île ! 
CEDEAO :la Cour de justice appelée à suspendre l’élection sénégalaise 
Un centre sud-africain pour les droits humains et l’ONG sénégalaise Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (RADDHO) ont saisi la Cour de justice communautaire ouest-africaine pour la suspension d’urgence de la présidentielle de dimanche au Sénégal en vue d’instaurer un dialogue politique inclusif, a appris l’APS, jeudi à Dakar. 
Le Centre for Human Rights (de l’Université de Pretoria), conjointement avec la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (RADDHO), ont saisi la Cour de Justice de la CEDEAO d’une requête en procédure accélérée tendant à la suspension immédiate du processus de l’élection présidentielle prévue pour se tenir le 26 février 2012’ 
Selon le texte daté de mardi, ‘’les auteurs de la requête appellent également la cour à ordonner au gouvernement d’enclencher des pourparlers inclusifs avec les partis d’opposition et la société civile en vue de garantir les conditions propres à la tenue d’une élection crédible dans les meilleurs délais’’. 
‘’A cette étape du processus électoral, un report serait une insulte au peuple sénégalais’’, selon un militant sénégalais des droits de l’homme et du citoyen, tandis que le porte-parole de campagne du candidat sortant Abdoulaye Wade, Me El Hadji Amadou Sall, soutient que ‘’ce n’est pas respecter les Sénégalais et, le peuple de son droit d’exprimer librement ses choix’’. 
‘’C’est absolument inacceptable de demander à trois jours du scrutin un report (…). C’est curieux que des organisations des droits de l’homme en arrivent à refuser à des citoyens la liberté d’expression de leurs idées et de leurs choix’’, a-t-il estimé. ‘’Toute déclaration de la RADDHO, dont le président est dans le M23 (mouvement d’opposition à la candidature de Wade) est partisane’’, a ajouté Me Sall. 
Il a rappelé que rien ne s’opposait à la tenue de l’élection présidentielle, dimanche, avec la participation des 14 candidats en lice. ‘’Nous avons un fichier électoral accepté par tous, un Code électoral consensus et un processus électoral acceptés par tous les acteurs (à travers) le Comité de veille, de même nous avons un juge des élections et la campagne électorale suit son cours’’, a-t-il souligné. 
‘’Le seul juge des élections au Sénégal, c’est le Conseil constitutionnel et non de quelque autre cour. Le calendrier électoral du pays n’est pas fixé de l’extérieur, il résulte de notre Loi fondamentale et nulle part ailleurs. Il faut être vendeur d’illusions pour nous faire croire le contraire’’, selon le porte-parole du candidat de la coalition des Forces alliées pour la victoire (FAL 2012), dont la nouvelle candidature est à l’objet de controverse. 
‘’Le Centre for Human Rights a suivi avec grande inquiétude les évènements qui se déroulent en République du Sénégal depuis l’annonce de la décision du Conseil constitutionnel, le 27 janvier 2012, d’autoriser l’actuel président de la République, Abdoulaye Wade, à briguer un troisième mandat’’, ajoute le communiqué. 
Selon la même source, les responsables dudit centre sud-africain de défense des droits de l’homme observent, ‘’avec une grande consternation, les violations des droits de l’homme commises au Sénégal depuis la décision du Conseil constitutionnel’’. 
Le centre sud-africain appelle le gouvernement sénégalais ‘’à se désister immédiatement d’empêcher les citoyens d’exercer leurs libertés d’expression et de réunion (…), à cesser (…) immédiatement d’user de balles réelles pour disperser les rassemblements (…)’’. Il réclame aussi la remise en liberté « immédiate » des manifestants arrêtés. 
Aussi le Centre for Human Rights a-t-il demandé au gouvernement du Sénégal d’‘’enclencher des investigations sur les cas de décès enregistrés jusqu’à présent et poursuivre les officiers de police responsables desdits cas de décès tout en versant des compensations à toutes les parties ayant subi des préjudices du fait de cette situation’’. 
 
 
 
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 24.02.2012
- Déjà 5210 visites sur ce site!