ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

LE GOUVERNEMENT ENCORE RETOUCHÉ.

LA BAIE DE HANN: la porte de l'enfer vers l'Europe. 
28-05-2009  
xamle.net  
La baie de Hann était connue pour son abondance en poisson et comme étant un endroit paisible pour des promenades en famille. Mais, aujourd’hui, cette vieille réputation semble être très loin derrière nous.  
Au moment où les ressources se raréfient, la baie de Hann est devenue un lieu d’embarcation pour des immigrés en partance pour l’Espagne, espérant des lendemains meilleurs. La baie ne répond plus aux espoirs de ces centaines de jeunes, qui avaient décidé de faire de la pêche leur principale activité. La surexploitation de la ressource, et les bateaux industriels ont tué l’espoir de ces jeunes qui pensent que, leurs dernières chances de s’en sortir est de traverser l’Atlantique, pour un voyage périlleux vers l’Espagne.  
18 H30 minutes, le soleil commence à décliner sur la plage de Hann. Les enfants jouent au football et leurs grands-frères discutent autour d’une grillade de sardinelles sur le dernier combat de lutte. Au loin, les femmes exposent à même le sol quantité de poissons de différentes espèces et la plage semble bénéficier d’un coup de jeunesse car, elle est propre. La sensibilisation sur la nécessité de garder la berge propre, commence à porter ses fruits sur les populations. Tout ce monde n’attend qu’une chose : l’arrivée des pêcheurs. Partis depuis l’aube, tout le monde espère que la prise sera meilleure que les jours précédents car, la ressource est de plus en plus rare, et les conditions de travail plus difficiles.  
La seule explication possible selon les pêcheurs, c’est l’exploitation abusive des ressources de la mer aussi bien par les pêcheurs que les bateaux industriels. À 19H, les enfants, grâce à leurs cris, attirent l’attention sur l’arrivée des premières pirogues qui pointent à l’horizon. Quelques minutes plus tard, c’est l’effervescence des retrouvailles. Les enfants sont heureux de retrouver leurs pères et les femmes leurs maris. Les empoignades sont si tendres qu’on aurait pensé qu’ils étaient partis depuis plusieurs jours. C’est juste une sorte de délivrance d’une angoisse de la femme ou de l’enfant de retrouver son mari ou son père, après plusieurs heures d’attente. Il faut aider les pêcheurs à ramener la pirogue à terre, et ensuite c’est le débarquement des prises.  
À l’expression des visages, on peut aisément deviner que la pêche n’a pas été bonne car, la mer a donné tout ce qu’elle avait. Moussa à 27 ans, est le capitaine de son embarcation. «On est parti à 5 H du matin, mais la pêche n’est pas bonne aujourd’hui. Il y avait trop de vent en haute mer. Mais de toute façon, le poisson se raréfie de plus en plus. Il faut chaque jour aller un peu plus loin, pour espérer revenir avec une bonne prise». Cet aveu de Moussa est révélateur de la destruction des ressources halieutiques de notre pays. Moussa se rappelle du temps où, deux heures en mer suffisait pour remplir sa pirogue. Pour Moussa, «la raréfaction du poisson est due essentiellement aux bateaux de pêche industriels. Ils détruisent nos mers sans que personne ne dise rien. Ils ne font pas de différence entre petits ou grands poissons. On nous interdit d’utiliser nos filets filaments, alors les machines utilisées par ces bateaux industriels font pires».  
Pour son compagnon Abdou, il ne faut pas s’étonner que les jeunes prennent les bateaux pour aller en Espagne car, la mer ne leur offre plus rien. Abdou refoulé à deux reprises, estime que, «sa seule chance de s’en sortir c’est de partir. Ils ont tué la mer et aujourd’hui, pour nous, il n’y a qu’une possibilité : partir». N’a-t -il pas peur ainsi d’affronter la mort en tentant de voyager par la mer ? Une question qui fait presque sourire Abdou. «Je suis lébou, et je connais la mer. Ce n’est pas une semaine en mer qui va me faire peur. Si je ne peux rien tirer de la mer, alors je tenterai une fois encore le voyage». Une position qui traduit le désespoir de ce jeune, convaincu que sa seule voie de salut reste l’Espagne. Et pourtant, la baie de Hann était réputée être une zone très poissonneuse.  
Mis à part les bateaux industriels, Mousa pense que les différentes usines qui déversent leurs déchets dans la mer sont aussi pour beaucoup dans la raréfaction constatée de la ressource, même si la surexploitation de la ressource demeure certaine. La baie de Hann, connue jadis pour son poisson frais et en abondance, est aujourd’hui en passe de devenir un point d’embarcation pour l’eldorado espagnol. Cette baie qui s’étend sur plusieurs kilomètres, n’offre plus à ses fils le pain qui était la seule raison pour ces derniers, d’espérer des lendemains meilleurs en affrontant quotidiennement les vagues qui se déversent sur la berge, et que les femmes impatientes attendent, sourire aux lèvres le retour de leurs maris sous le crépuscule du soleil déclinant.  
Samba SY pour 24HCHRONO  
 
ELECTION 2012: qui veut devenir Président? 
2012 frappe à la porte. La course à la présidentielle est déjà lancée. Parmi les potentiels candidats, il y a les figures traditionnelles de l’opposition, les «fils » de Wade, ainsi que les jeunes loups de la société civile aux dents longues.  
 
Les fils de Wade  
Karim Wade  
Il n’est plus un mystère que Karim Wade ambitionne d’être président de la République. Aujourd’hui, le fils de Wade a imposé une bonne partie de ses hommes, dans le gouvernement et dans la sphère étatique. On pensait que sa débâcle aux dernières élections locales, allait amoindrir ses ambitions politiques, mais KW comme on l’appelle, est en train de reculer pour mieux sauter. On entend de moins en moins la Génération du concret, et le président Wade a fini de tailler les costumes d’un «futur homme d’Etat» de la dimension de «feu Jean Collin» à son fils qui occupe le plus grand ministère du gouvernement. C’est un boulevard qui est ainsi ouvert à Karim, en attendant son entrée en force dans le comité directeur du PDS et dans les instances du Parti. Parmi les présidentiables de 2012, Karim Wade est le plus médiatisé. Ce qui risque à terme de l’imposer au sein de l’opinion. KW souffre par ailleurs, de son handicap de ne pas parler la langue wolof, et le fait d’être le fils du Président de la République est la faiblesse de sa principale force.  
Idrissa Seck  
Il ambitionne clairement d’être le 4ème président de la République. Le retour de l’enfant banni dans le camp libéral va sans doute créer une nouvelle guéguerre au sein du Pds, ce qui risque de poser un nouveau format à donner à la candidature d’Idrissa Seck en 2012. Cependant, il ne faudrait pas écarter l’idée d’une alliance entre Idy et Karim. Avec l’un comme président et l’autre comme vice-président. Sans ce schéma de partage du pouvoir entre les deux hommes, ils iront vers des candidatures séparées lors de la dite échéance. Idrissa Seck a dit sans ambages et à plusieurs reprises, qu’il n’entend pas s’aligner derrière une autre personnalité au Pds à part Wade. «Après lui, c’est moi », répète inlassablement l’ancien Premier Ministre Sénégalais. Reste à savoir que vaut désormais Idrissa Seck après ses allers retours?  
Macky Sall  
C’est le dernier révolté de la famille Wade. Même s’il a de solides attaches avec Niass, Macky n’est pas encore complètement dans le camp de l’opposition. Il a pourtant écarté toute idée de retrouvailles avec Wade et le Pds dans sa forme actuelle. Il va sans doute faire cavalier seul en 2012, ce qui risque d’amoindrir sa force de frappe. Il a forte représentativité au sein des pulars et a gagné le bastion du Sine qu’il domine de main de maître. Sa bonne percée aux élections locales montre que c’est un candidat à prendre «très aux sérieux» contrairement à ses débuts où les responsables du Pds le traitaient de simple «épiphénomène». C’est ce qui explique qu’un de ses plus proches lieutenants soit promu Ministre porte-parole du Président de la République.  
Sambou Biagui pour 24HCHRONO  
 
Bara Tall, Jacques Diouf et Lamine Diack pointent le bout du nez  
L'appétit vient en mangeant. La quintessence de cette maxime peut résumer les actes posés ces temps-ci, par certaines personnalités sénégalaises que la vie politique nationale laissait complètement indifférentes. Car, depuis quelque temps, ces "leaders" dans leurs différents domaines de prédilection, commencent plus ou moins à prendre goût à la politique. Tendance somme toute paradoxale. D'autant que dans un passé récent, ces derniers étaient complètement désintéressés de la chose politique, occupés qu'ils étaient dans leurs activités et autres business. Mais, depuis l'avènement des assises nationales et l'annonce des ambitions présidentielles de Karim Wade, ces grandes figures commencent à lever un coin du voile sur leurs ambitions politiques. Jusque -là spectateurs privilégiés de la scène politique, ils commencent lentement mais sûrement à se muer en acteurs. Grand patron de l'athlétisme mondial, Lamine Diack s'est distingué ces temps-ci par ses sorties inédites à travers les médias qui en disent long sur son "hostilité" au régime libéral. "J'aurais toujours mon mot à dire sur la gestion de la Nation », dixit M.Diack qui a été au coeur des assises nationales avec les 10 millions de francs qu'il a déboursé en guise de "participation" pour le succès de la manifestation. Toutefois, l’ancien ministre sous Senghor, s'est par la suite empressé de préciser qu'il ne s'agissait pas là, d'une quelconque volonté de sa part de (re)faire de la politique. « J’ai arrêté de faire de la politique depuis 1993. J’ai consacré beaucoup de temps à cet exercice, je ne me préoccupe que du sport ». Lamine Diack cacherait-il son jeu? Wait and see.  
Une autre personnalité accusée à tort ou à raison de vouloir se dresser sur le chemin des Wade, c’est Jacques Diouf. En effet, le Président de la Fao est présenté depuis quelque temps comme une épouvante qui hante le sommeil du Chef de l’Etat. Ce dernier, ne s’en cache pas d’ailleurs. À maintes occasions, le Président de la République qui ne porte visiblement pas Jacques Diouf dans son cœur, a désigné celui-ci comme étant un « ennemi du Sénégal».  
En dehors de Lamine Diack et de Jacques Diouf, c’est sans doute Bara Tall l’exemple qui incarne le mieux cette tendance.  
En effet, depuis quelques temps le jeune homme d'affaires sénégalais s'est taillé des habits "d'opposant" au régime libéral. Pour cause, depuis le début de ses tracasseries avec les libéraux, le célèbre entrepreneur est entré en conflit avec Abdoulaye Wade et ses hommes qui l'ont forcé à l'exil. Pour avoir réussi à asphyxier financièrement les affaires du patron de Jean lefébvre Sénégal, le régime de l'alternance a dressé contre lui un ennemi qui ruminait intérieurement sa vengeance. La confrontation pouvait dés lors commencer. Et la réplique ne se fera pas attendre.  
Profitant de l'avènement des assisses nationales Bara Tall aurait d'après certaines indiscrétions mis un de ses immeubles à la disposition de Amaddou Makhtar Mbow et compagnie pour abriter le sièges des assises. Auparavant, le Président Wade lui-même avait tiré la sonnette d'alarme pour alerter ses collaborateurs quant aux ambitions affichées par Bara Tall qui risque de se dresser sur son chemin. Le Chef de l'Etat avait publiquement déclaré que l'ancien patron de presse s'alliait avec le journaliste Souleymane Jules Diop, pour mettre en place un groupe de presse hostile au gouvernement sénégalais.  
Amadou Lamine MBAYE pour 24HCHRONO  
 
Monsieur le maire, quand même !  
Souleymane Jules Diop Vendredi 29 Mai 2009 
L'éthique, c'est l'esthétique du dedans. 
Pierre REVERDY 
 
La vie, faut-il l’avouer, réserve bien des surprises. Au sujet du nouveau maire de Dakar, j’avais émis quelques réserves, en répondant à ceux qui s’en étonnaient que je préférais être déçu en bien plutôt qu’accablé en mal. J’avais moi-même appelé à voter Khalifa Sall, puisqu’il était inconcevable à mon sens d’ouvrir les portes de la mairie de Dakar à quelqu’un comme Karim Wade. Que Khalifa Sall avait lui aussi acquis la nationalité française par son épouse ne m’était pas inconnu. Qu’il était lui aussi un riche vicaire d’Ousmane Tanor Dieng, je l’ignorais jusqu’ici. Cinq maisons au Sénégal, deux en France, sans compter les nombreux vergers, les terrains, les actions dans les banques, les comptes fournis, ça fait un peu trop pour son âge. La déclaration du nouvel élu du Point-E n’était pas plus glorieuse. « Docteur » Malick Diop possède, après une dizaine d’années d’exercice de son noble métier, plus d’un milliard en biens immobiliers, sans compter ses rutilantes voitures et ses tableaux de grands maîtres non « estimés ». Le jeune maire n’a pas oublié dans sa déclaration assermentée ses nombreux salons de cuir. Il en a trois italiens et deux français, comme pour assurer à ses administrés qu’il ne leur volera Point-E. Au point que j’ai pensé qu’au lieu de demander des comptes à Abdoulaye Wade et à ses ouailles, les populations feraient mieux d’en réclamer à leurs nouveaux élus. Sa pharmacie vaut-elle vraiment 250 millions de francs Cfa ou le jeune homme a-t-il simplement, par orgueil, pré-daté ses objectifs financiers; ou alors, a-t-il pris les biens de son père, l’ancien ambassadeur Babacar Khalifa Diop, pour ses propres biens ? Mais dans ce cas-là, que peut valoir sa déclaration sur l’honneur ? 
La déclaration de patrimoine, quelle bonne idée ! Elle révèle quand même, au-delà du procès du wadisme, l’immensité des dégâts causés par la cupidité des socialistes. Puisque si Khalifa Sall, qui est, toutes proportions gardées, de ceux qui ont le moins trempé la main dans la confiture, a autant de biens, imaginez ce qu’il doit en être de ceux que les différents rapports d’audit ont nommément cité. Ses camarades n’en reviennent pas qu’il se soit livré si gratuitement à son voyeurisme. Ils ne comprennent pas une telle témérité. J’en suis presque meurtri pour celui qui, dans le Parti socialiste, voulait incarner le renouveau et la modernité, la nature ayant un si grand horreur du vide. Mais sa fraîche camaraderie avec Karim Wade, qui ne lui a pas fait que du bien, le rendait déjà suspect aux yeux de nombreux administrés. Depuis son élection au poste de maire, Abdoulaye Wade, qui sait bien reconnaître les siens, ne tarit pas d’éloges : « ah mais les renseignements m’ont dit que vous être très populaire... Ah, Dakar a changé de visage en si peu de temps... Ah mais heureusement que je ne vous ai pas eu comme adversaire à la dernière présidentielle ! » Il y a de quoi inciter une petite grenouille à boire les rivières et les marais. 
Mais pendant qu’on y est, monsieur le nouveau maire, qu’en est-il de l’appartement qui est au 21 rue des épinettes dans le 17éme arrondissement de Paris; celui qui est au 4 place de la Solidarité à Lille ? Au demeurant, quelle est l’activité professionnelle de votre épouse, qui puisse justifier de telles acquisitions ? Et le compte international numéro 30012180411200045010126 logé au 35, avenue Mozart, est-il bien le vôtre ? 
Les déclarations sur la consultance internationale, quoique nécessaires, me paraissent grotesques. Iba Der Thiam a été Consultant de l’Unesco avant vous. Il a une expérience plus longue comme consultant international, dans le cadre de l’Unesco. Il a été député pour une plus longue une durée. Il a été ministre pendant sept années sans interruption, fonction qu’il cumulait avec son titre professeur des universités, titulaire de Chaire. Il n’a pas, à ses 70 ans passés, autant de biens que vous déclarez en posséder. Même Abdoulaye Wade, qui a été un avocat prospère devenu président de la République, qui a presque deux fois votre âge, n’a pas autant de biens que vous. Figurez-vous quand même qu’à vous tout seul, vous en avez plus que le président Abdou Diouf, qui a occupé de hautes fonctions de 1960 à 2000, soit quarante ans à occuper des fonctions qui le dispensaient de payer le loyer, le chauffeur et le sac de riz.  
L’on peut comprendre que dès le lendemain du 22 mars 2009, Ousmane Tanor Dieng, mieux avisé que vous, se soit refusé à toute idée d’auditer la gestion des mairies passées sous le contrôle des socialistes. Vous aviez vous-même eu ces mots surprenants à l’endroit du maire sortant, Pape Diop : « vous pouvez partir la tête haute.» Ben oui monsieur le maire. Si vous avez la tête aussi basse, n’importe qui peut se situer au-dessus de vous. Autant de richesse pour un professeur de secondaire me révulse. L’étaler avec autant d’aisance me répugne. C’est une insulte pour tous ceux qui moisissent sous les tentes de Keur Massar en attendant un toit. Raison pour laquelle, je le répète encore, il nous faudra sortir de nous-mêmes ou sortir de l’histoire. 
Pour autant, ce n’est pas au Parti socialiste qu’il faut en vouloir, c’est à Abdoulaye Wade. Il avait tous les moyens juridiques pour contraindre les apparatchiks de l’ancien régime à s’expliquer sur leurs biens, ce qui était la position de Moustapha Niasse. Il en a fait une gestion partisane et électoraliste. Si Khalifa Sall a pu posséder autant de choses, on peut deviner ce qu’il peut en être de Sada Ndiaye, Adama Sall, Mbaye Diouf et de celui qui les incitait à faire du « social », Ousmane Tanor Dieng !  
Au « Nouveau Parti socialiste », ils en veulent tous au nouveau maire de Dakar de s’être livré à un exercice aussi périlleux sans demander l’avis de « la direction ». Ce que Khalifa Sall vient de faire est un bon rappel à tous ceux qui pensaient que le Parti socialiste avait guéri de son mal et que la défaite de 2000 était à elle seule une punition suffisante. Cette question a traversé les dernières assises, et les socialistes ont refusé jusqu’au bout que le bilan du wadisme fût aussi celui de leur parti. Au lendemain de la présidentielle, l’ancien Premier ministre Mamadou Lamine Loum avait suggéré dans une note au président Diouf, qu’il accordât à ses ministres 35 millions de francs Cfa chacun pour préparer leur retraite, parce qu’ils étaient pauvres. Diouf avait refusé, il faut dire, mais on se rend compte que des pauvres, ils n’en avaient pas un dans le gouvernement. Ce que les socialistes font mieux que les libéraux, c’est la cachoterie scabreuse. Ils savent jouir de leurs richesses discrètement, pendant que Souleymane Ndéné Ndiaye circule en Porsche Carrera. C’est là toute la différence. Je ne pense pas pour autant que tous les socialistes aient été des voleurs. Je pense qu’il y en a parmi eux qui ont été des hommes sincères et honnêtes. Je pense que des hommes comme Abdoulaye Elimane Kane, bien que se réclamant encore de ce parti, sont des hommes au-dessus de tout soupçon. Ils ont le sens de la solidarité et de la camaraderie, ces « socialistes ». Pendant qu’Abdoulaye Vilane trimait par loyauté pour son parti, je ne savais pas que cet homme en avait autant. Comme je reste convaincu qu’il y a d’anciens socialistes qui se sont converti très brillamment dans le monde des affaires. Ce qu’ils viennent de voir les couvre de honte. Pour ma part, je suis plus que jamais convaincu que le meilleur gouvernement n’est pas un gouvernement démocratique. C’est un gouvernement de gens honnêtes. Khalifa Sall s’est battu avec tout le monde, il s’est abattu tout seul. L’argent ne fait pas le bonheur, mais vaut mieux en faire de bonne heure. Oui. Mais, avec honnêteté monsieur le maire. Ce que vous venez de faire n’est pas un rigorisme transparent, c’est un voyeurisme arrogant.  
SJD 
Auteur: Souleymane Jules Diop  
 
APS : Jeudi 28 Mai 2009 
Souleymane Ndéné Ndiaye rassure sur les aides budgétaires et les finances publiques  
Dakar, 28 mai (APS) - Le Premier ministre, Souleymane Ndéné Ndiaye, a rassuré les bailleurs de fonds, jeudi à Dakar, sur l’utilisation des aides budgétaires et la gestion des finances publiques. 
Le nouveau chef du gouvernement s’exprimait après une rencontre avec les partenaires au développement.  
En réponse à une interpellation de Gilles Hervio, chef de la déléation de l’Union européenne au Sénégal, M. Ndiaye a indiqué à la presse que des garanties existent pour une gestion transparente de l’aide budgétaire. 
Après avoir rappelé que les inquiétudes exprimées par les partenaires sont relatives à ‘’l’utilisation qui est faite de l’argent’’, Souleymane Ndéné Ndiaye a rappelé que le Sénégal a ‘’mis en place un certain nombre d’organismes et de cadres pour garantir la transparence’’. 
Sous ce rapport, les partenaires au développement n’ont ‘’aucune raison de s’inquiéter’’, a estimé M. Ndiaye. 
‘’ Souvent, a-t-il indiqué, dans le cadre de ces aides budgétaires, l’argent est géré à la fois par le gouvernement mais aussi sous le contrôle des partenaires qui font ces aides-là’’. 
Il a ajouté : ‘’Je pense que de ce point de vue-là, nos partenaires peuvent être rassurés, parce que nous avons mis en place un système tel que la transparence sera garantie’’. 
Parlant des finances publiques, le Premier ministre a rappelé que ‘’le gouvernement a mis en place un système qui garantit la transparence’’. 
‘’Et, justement, ces rencontres périodiques permettent à nos partenaires de contrôler l’utilisation qui est faite de l’argent qui nous vient de l’aide. Donc, je pense qu’il n’y a pas de souci à se faire par rapport à la gestion des finances publiques’’, a-t-il affirmé. 
Auteur: ASG/SAB  
 
LAs : Vendredi 29 Mai 2009 
LE GOUVERNEMENT ENCORE RETOUCHÉ. 
Selon des sources très sûres, le président de la République a retouché le gouvernement depuis le dimanche 24 mai, avant de prendre l’avion pour le Brésil. Une retouche qui profite à l’ancien directeur de cabinet de Aziz Sow nommé dans le même temps, ministre-conseiller chargé de la Solidarité nationale et du Nepad. Jusque-là ministre du Nepad et des relations avec le Parlement, Faustin Diatta devient ministre des Affaires sociales et des Relations avec les Institutions. Quant à Ndèye Khady Diop, qui avait en charge la Solidarité nationale, elle est désormais ministre d’Etat, ministre de la Famille, de la Sécurité Alimentaire, de l’Entreprenariat Féminin, de la Micro Finance et de la Petite Enfance. 
Selon des sources très sûres, par décret numéro 2009-484 en date du 24 mai dernier, le président de la République a procédé à une retouche du gouvernement qui s’est traduit par un « délestage » chez Ndèye Khady Diop. Nommée à la faveur du dernier remaniement ministre d’Etat, ministre de la Famille, de la Solidarité Nationale, de la Sécurité Alimentaire, de l’Entreprenariat Féminin, de la Micro Finance et de la Petite Enfance, cette dernière n’est plus « que » ministre d’Etat, ministre de la Famille, de la Sécurité Alimentaire, de l’Entreprenariat féminin, de la Micro Finance et de la Petite Enfance. Un changement qui profite à l’ancien directeur de cabinet de Aziz Sow au ministère de l’Information. Ce dernier a été nommé ministre conseiller à la Présidence, chargé de la Solidarité nationale et…du Nepad. Jusque-là ministre du Nepad et des relations avec le Parlement, Faustin Diatta devient ministre des Affaires sociales et des Relations avec les Institutions. Pour le moment, on ne connaît pas encore les raisons de ce changement. Toutefois, il n’en demeure pas moins que le retrait de la Solidarité nationale au ministère de la Famille est un coup dur. En effet, ce département était l’un des plus importants, et politiquement des plus stratégiques démembrements du ministère de la Famille. C’est la énième fois que le gouvernement est retouché. Déjà, Me Ousmane Ngom avait été limogé, avant d’être rappelé. Son éphémère successeur au portefeuille des Mines, Ibrahima Cissé, nommé ministre conseiller. Un come-back qu’il faut mettre, entre autres, à l’actif d’un opérateur économique qui a plaidé, arguments à l’appui, le maintien au poste de Me Ngom. À la suite de cela, Aïda Mbodji avait démissionné de son poste de ministre de la Transformation Alimentaire des Produits Agricoles. Dans le décret constatant cette démission, le Président Wade tranchait que les attributions de la mairesse de Bambey revenaient désormais à Maître Ousmane Ngom. 
C.M.G 
Abdoulaye Diop passe la Chine, la Corée, l’Inde, les pays Arabes et les Investissements privés à Karim Wade 
L’As révélait que même s’il a retrouvé son « Economie », le ministre d’Etat, ministre des Finances a été « délesté » de certaines de ses attributions en faveur de Karim Wade. La confirmation par les faits puisqu’une passation de service est prévue aujourd’hui à 16 heures entre les deux ministres. Selon nos informations, d’importants pans de la Coopération internationale, jusque-là sous la tutelle de Abdoulaye Diop, vont désormais revenir à Karim Wade. Ce dernier aura désormais en charge la Coopération avec la Chine, la Corée, l’Inde et les pays Arabes. En plus des investissements privés. L’Apix menacée ? En tout cas, Karim Wade a mis en place une Direction des Financements et des Partenariats Public-Privé. 
C.M.G 
Auteur: Cheikh Mbacke GUISSE  
 
CONTRIBUTION La fin d'un mythe 
 
Article Par Yatma DIEYE, professeur d'anglais, Rufisque,  
 
 
"Ne forçons point notre talent,  
Nous ne ferions rien avec grâce  
Jamais un lourdaud, quoi qu'il fasse  
Ne saurait passer pour galant.  
La Fontaine, L'Ane et Le Petit Chien, 5, IV  
Aviez-vous remarqué les gestes du leader de la Génération du Concret durant la dernière campagne électorale? Un de mes amis se gaussait de la manière dont il levait les bras au ciel: rien de naturel, tout était calculé, on aurait dit un écolier récitant une leçon mal apprise. L'ex-futur maire de Dakar, ce politicien mort-né, aura appris à ses dépens que l'arène politique n'est ni une villégiature ni une randonnée de plaisance en jet privé. Dans un reportage de "Jeune Afrique"n° 2499 du 30 novembre 2008, le journaliste avait cité un conseiller du Chef de l'Etat qui qualifiait la situation dans les quartiers de la périphérie dakaroise de "bombe à retardement"; cette bombe a explosé le 22 mars 2009, emportant avec elle les ambitions illégitimes, la suffisance et les prétentions irraisonnées d'une génération de destructeurs. L'heure est maintenant aux règlements de comptes dans le camp des vaincus qui ont reçu une raclée à la mesure des maux qu'ils ont fait subir à un peuple qui leur a tout donné. Vaincus sans gloire, ils tentent de revenir par la porte du déshonneur en usant de leur arme favorite:la corruption. Mais ces conseillers ciblés doivent savoir que le peuple les regarde et qu'il ne leur pardonnera jamais de les ramener à la case départ. Qu'ils sachent que les imprécations de ce peuple les poursuivront au point que les millions et les parcelles de la corruption ne leur porteront pas bonheur. Rien n'aurait pu empêcher cette victoire; même l'arrêt de la Cour d'Appel et l'arrêté du ministre de tutelle sur les communautés de Ndindy et Ndoulo ont été annihilés par l'arrêt de Dieu et le bras de fer tant attendu entre la CENA et le ministre était devenu sans objet. Il ne reste plus à la coalition Bennoo Siggil Senegaal que de gérer sa victoire dans l'unité et la concorde; Il faudra que ses membres pensent au peuple pour une fois. La désunion et l'éparpillement des forces ne mènent nulle part, la preuve:tous ces partis qui avaient boudé le PS pour voler de leurs propres ailes ont dû dire adieu à leurs illusions. La coalition victorieuse doit faire sienne la morale de la fable des "Deux Coqs":"Défions-nous du sort et prenons garde à nous après le gain d'une bataille."  
Le mythe Wade s'est effondré et le phénomène est irréversible, le peuple ayant déjà atteint les limites de sa patience; tous ceux qui s'approcheront du parti au pouvoir subiront le même sort. Les signes de fin de règne se multiplient, la phobie du rouge et des huées s'est emparée de nos dirigeants, c'est ce qui explique l'interdiction faite à Walf TV de retransmettre en direct le défilé du 4 avril ; ils n'ont pas écarté la possibilité de manifestations hostiles puisqu'ils n'ont pas la conscience tranquille... Quant au prince, il devra s'atteler à d'autres tâches plus concrètes; No, my dear Karim, you can't !  
LE QUOTIDIEN : 
POSITION - A propos de la restitution des Assises nationales. 
28-05-2009  
Le Rsd/Tds demande au Président de s’approprier la charte Par Mamadou Samba GACKO 
 
Le Rassemblement pour le socialisme et la démocratie/ Takku défaraat Sénégal (Rsd/Tds) dans un communiqué rendu public invite le président de la République à s’inspirer des conclusions issues des Assises nationales pour sortir le pays d’une crise socio-économique. «Aujourd’hui, si le président de la République voulait aider le peuple, il renoncerait à son projet de vice-présidence coûteux et inopportun, pour s’approprier la charte des Assises, pour en faire un Vade mecum, afin d’être plus près des Sénégalais.» En effet, pour Robert Sagna et ses camarades, «cette charte n’est rien d’autre que l’espoir et la volonté du peuple sénégalais». Ils estiment que la charte de ces Assises nationales résume de manière consensuelle, les fondamentaux d’une société sénégalaise enracinée dans ses valeurs les plus positives d’éthique, de morale et du don de soi. «Cette charte de très haute facture et d’une limpide clarté interpelle aujourd’hui et interpellera demain et pour toujours, de manière temporelle et impersonnelle, tout régime ou gouvernement qui préside ou présidera aux destinées de notre Nation. C’est un grand défi d’introspection individuelle et collective lancé aux politiques afin qu’ils retrouvent à l’aune de cette charte, la conception et la démarche politiques auxquelles ils n’auraient jamais dû déroger dans l’intérêt de tous», ajoute le Bp de Rsd/Tds. 
Après s’être réjoui de la forme de la cérémonie de restitution qui a réuni un aréopage de femmes et d’hommes de grande valeur très représentatifs de la société sénégalaise, le Rsd/ Tds «décerne une mention spéciale à Amadou Makhtar Mbow, président des Assises, pour sa ténacité, sa persévérance, son engagement sans faille à servir jusqu’au bout son pays, notre pays, le Sénégal».  
Stagiaire  
 
Le président Amadou Makhtar Mbow précise. 
29-05-2009  
Les conclusions des Assises ne sont destinées ni à Wade ni à l’opposition  
Dans le cadre de la vulgarisation de la «Charte de gouvernance démocratique», le bureau des Assises nationales a rencontré hier le Conseil des diffuseurs et éditeurs de presse du Sénégal (Cdeps). L’occasion a été saisie par le président des Assises, Amadou Makhtar Mbow, pour inviter le président de la République à imiter la démarche participative dans la gestion des affaires publiques. 
La «Charte de gouvernance démocratique» proposée par les Assises nationales n’est pas le patrimoine de l’opposition. Telle est la précision de taille de ses initiateurs qui ont déjeuné hier avec le Conseil des diffuseurs et des éditeurs et patrons de presse (Cdeps). Selon le président du bureau des Assises nationales, Amadou Makhtar Mbow, il s’agit plutôt de renverser le processus décisionnel vertical qui a toujours prévalu au Sénégal et qui s’est souvent soldé par un échec des choix de développement. En guise d’exemple, l’ancien Premier ministre Mamadou Lamine Loum s’est référé au Code de l’urbanisme en voie d’être réformé. La démarche consistant à renverser la pyramide des décisions et que proposent les Assises nationale voudrait que ce code soit l’émanation d’une large concertation avec les acteurs évoluant dans le secteur. C’est cette démarche qui doit désormais prévaloir dans toutes les décisions concernant la gestion des affaires publiques. De l’avis de M. Mbow, les autorités doivent cesser d’imposer les priorités socio-économiques aux citoyens et en l’absence de leurs avis. Au contraire, elles gagneraient, d’après lui, à adopter la même démarche de consultations populaires des Assises nationales, lesquelles ont débouché sur des conclusions qui garantissent la liberté d’expression sur toutes ses formes. Ces consultations et les conclusions issues des Assises constituent donc une avancée démocratique à saluer pour le Conseil des diffuseurs et éditeurs de presse.  
LE DEVOIR DU JOURNALISTE 
C’est dans une ambiance détendue que les patrons de presse membres du Cdeps ont manifesté à Amadou Mokhtar Mbow et à son équipe toute leur disponibilité à relayer les informations relatives aux conclusions des Assises pour accompagner la campagne de vulgarisation lancée par ses initiateurs ; ceci, sans manquer de leur rappeler le devoir du journaliste de recueillir les avis contradictoires émanant des partisans comme ceux des détracteurs des Assises. A ce titre, le président du Cdeps, Madiambal Diagne a fait remarquer à la délégation l’égalité des acteurs politiques quant à l’accès aux médias quelles que soient leurs couleurs politiques, d’autant plus que les animateurs des Assises ont dû procéder, par moment, à la censure durant les consultations citoyennes. Un comportement qui a d’ailleurs entravé le travail de nombreux journalistes. Les membres du bureau ont fait comprendre au Cdeps que les enjeux étaient tels qu’il fallait être un stratège pour sortir vainqueur face à des adversaires qui n’hésitaient pas à exploiter la moindre maladresse pour remettre en cause l’opportunité et la pertinence des Assises nationales.  
Cette phase délicate étant dépassée, le bureau des Assises nationales compte renforcer la collaboration avec les médias. En réalité, les remarques du Cdeps n’ont fait que corroborer le sentiment du président du bureau des Assises nationales Amadou Makhtar Mbow qui a encore réitéré aux éditeurs, le caractère exclusivement citoyen de la «Charte de bonne gouvernance» qui matérialise un travail de bénédictin. Toutefois, les conclusions auraient été plus pertinentes, si la commission spécialisée sur la Casamance boucle ses travaux. Selon le président M. Mbow, les membres de ladite commission ont entamé la dernière ligne droite. Cette démarche participative, qui a accouché d’une alternative de gouvernance pour le Sénégal, n’est guidée que par l’urgence de trouver des solutions aux crises multiformes qui secouent le Sénégal, d’après ses défenseurs. Une fois les remèdes identifiés, le bureau des Assises nationales lance le défi de la vulgarisation dans toutes les langues nationales et en Arabe. Pour ce faire, des mécanismes de suivi sont envisagés pour une diffusion large des recommandations des Assises nationales 
 
Par Birame FAYE 
 
WALF FADJRI : 
La mise en service de bateaux taxis sur Dakar-Rufisque est-elle ajournée ? 
 
 
Les Sénégalais qui fréquentent la nationale 1 à hauteur de l’entrée et de la sortie de la vieille ville de Rufisque, ainsi que sur le passage devant l’hôtel de ville, se souviennent fraîchement de l’existence de majestueuses affiches déclinant un fameux projet de dotation de bateaux taxis pour la desserte maritime Dakar - Rufisque sur fond d’une grande effigie du président de la République. Il était pompeusement indiqué dans ces affiches fièrement exposées sur le boulevard Maurice Guèye, un ponton, des bateaux taxis et une gare maritime, au titre des grands travaux du chef de l’Etat. Ces images virtuelles, assimilables à des panneaux publicitaires, étaient destinées à faire rêver plus d’un Sénégalais sur les capacités managériales et innovantes des libéraux pour la recherche d’une gloire, plutôt que sur la viabilité et l’impact d’un vieux projet sur la mobilité des populations, au vu de l’utilisation à outrance du mode sur communicationnel. Il y a lieu de faire observer que les affiches qui trônaient sur le boulevard, ont subitement disparu du décor, alors que les rotations des bateaux taxis n’ont pas encore débuté. Que s’est-il passé ?  
La propension des libéraux à agir sur le subconscient des populations, par des effets de manche, rappelle au bon souvenir des Sénégalais d’autres affiches du même support communicationnel dans le domaine de l’agriculture avec le projet de la Goana ; ces affiches qui faisaient rêver également les Sénégalais d’un pays où régnerait l’abondance de la nourriture. Nos compatriotes se sont rendu compte, la mort dans l’âme, du désastre qui continue à prévaloir dans le monde rural, deux années après cette campagne d’affichage préélectoral.  
Cependant, le projet de dotation de bateaux taxis a connu un début de réalisation avec la construction d’une gare maritime et d’un ponton d’embarquement et de débarquement de passagers de 80 mètres environ qui s’étire dans l’atlantique sur la plage de Ndeppé, privant d’ailleurs les populations du seul domaine public maritime du littoral où elles pouvaient fréquenter la proximité de la mer. Les populations et pêcheurs de la localité ont vu un changement du décor naturel sur une frange maritime particulièrement érodée et agressée par l’avancée marine, rendant précaires les ouvrages édifiés pour l’exploitation de la liaison maritime sur la seule plage de la bordure océane de la ville de Rufisque. Les rotations des bateaux-taxis, prévues pour le mois de décembre 2008, n’ont jusqu’à nos jours débuté donnant l’impression d’un abandon du projet avec une gare et un ponton qui bravent sans défense l’agression marine, particulièrement destructrice, au regard des dégradations déjà occasionnées par une progression marine plus accentuée à cet endroit.  
Nous écrivions déjà dans Wal Fadjri n° 4818 du 14 avril 2008 afin d’attirer l’attention de nos gouvernants sur la non-viabilité d’un tel projet sous le titre ’des bateaux-taxis pour un marché non porteur’, en ce qu’il répondait plus à du tintamarre communicationnel que de réalisations innovantes et viables ayant un impact appréciable sur la vie des populations… Dans un contexte où il faudrait des embarcations moins exigeantes et moins onéreuses pour la desserte fluviale, de véritables bateaux seront nécessaires entre Dakar et Rufisque pour affronter les mers en eau profonde, demandant des moyens financiers et sécuritaires colossaux. Pour la desserte de villes côtières peu distantes sur une frange maritime, la rentabilité devient illusoire lorsqu’il s’agit de bateaux à faibles capacités d’emport au vu des coûts élevés dans le secteur, de la concurrence des autres moyens de transport terrestre et du niveau faible du revenu des populations. En général, les bateaux taxis sont utilisés dans le monde pour des croisières ou pour des opérations maritimes ponctuelles, mais, pas pour le transport passager régulier, sauf, sur des fleuves ou bras de mers dans lesquels les embarcations sont moins exigeantes en termes de volume d’investissement et de stabilité.  
Nous ne nous trouvons ni en Guadeloupe ou en Martinique, ni aux Antilles, ni dans d’autres endroits insulaires du monde, ni dans des villes côtières au niveau de détroits ; nous nous trouvons, en effet, sur une frange maritime assez large où il est plus efficient de multiplier les voies d’accès terrestres entre Dakar et l’hinterland, en particulier, de réaliser le port minéralier de Bargny qui désengorgerait la capitale de ses camions de transport marchandises et qui pourrait abriter un port de plaisance et un embarcadère sécurisé pour un trafic passagers éventuellement. En dehors de sa non-viabilité et de sa non-rentabilité, le projet présente également des aberrations au plan technique :  
Le choix du site d’implantation de l’embarcadère sur la plage de Ndeppé est manifestement une erreur avec une gare maritime pied dans l’eau dont l’avancée marine n’en fera qu’une bouchée et un ponton d’une distance assez courte (80 mètres) ne permettant pas un accostage des bateaux en douceur du fait qu’il se trouve dans la zone d’inclinaison des vagues où la mer est particulièrement agitée. Il s’y ajoute que ces ouvrages n’ont pas de digue de protection au large, pour une mer particulièrement agitée dans ces endroits, en plus du fait que les petits bateaux accostent horizontalement par rapport à la rive et non verticalement, ce qui accroît d’autant l’instabilité des frêles embarcations. A cet égard, il y a lieu de relever les accidents aussi bien en mer qu’à l’arrimage des bateaux taxis, prouvant ainsi que les essais se sont révélés non concluants et démontrant la non fiabilité technique de l’exploitation.  
Les caractéristiques des bateaux taxis à grande vitesse ne permettent pas d’affronter les mers agitées où existent des houles de fond sur la majeure partie de l’année, avec une grande stabilité, facteur qui sera très contraignant pour le confort des passagers. Le short sea shipping est plus compétitif sur les trajets relativement longs, à la limite entre Dakar et Mbour au moyen de véritables bateaux (catamaran) d’une grande stabilité, de capacité plus importante (300 à 500 personnes), en sus d’une clientèle solvable qui nécessiterait, le cas échéant, des investissements plus lourds, et de la réalisation de véritables ports d’embarquement et de débarquement. Il aurait mieux fallu doter l’île de Carabane, sans aucune autre connexion possible, sauf par la voie fluviale, de ces types d’embarcations pour desservir cette partie du Sénégal aux villes du littoral comme Ziguinchor, Sédhiou ou Goudomp, ou, encore sur le fleuve Sénégal de Saint-Louis à Podor, lesquelles embarcations présenteraient moins de risques et seraient plus viables.  
Manifestement, le projet de dotation de bateaux taxis n’a pas fait l’objet d’études approfondies au terme desquelles les caractéristiques techniques des bateaux et les ouvrages techniques sur le site de l’embarcadère pourraient être améliorés, en plus des nombreux questionnements sur la pertinence dudit projet au plan économique et social.  
Kadialy GASSAMA Economiste Rue Faidherbe X Pierre Verger Rufisque  
Mise en oeuvre des conclusions des assises : Les solutions du Parti socialiste 
 
 
Conjuguer les forces politiques et sociales dans un mouvement populaire et s'engager, à nouveau, dans le combat pour créer les conditions de mise en œuvre des conclusions des Assises nationales. Telle est la solution du Parti socialiste dans le débat sur les possibilités de mise en œuvre des recommandations formulées à l’issue de ces échanges. Pour y arriver, Tanor Dieng et ses camarades estiment que la priorité doit être axée sur une diffusion ‘large’ et une vulgarisation des conclusions des Assises nationales. Cela, ‘en vue de leur appropriation par les populations, de tous âges et de toutes catégories socioprofessionnelles’, font-ils savoir, dans une déclaration publique.  
Aussi, invitent-ils, les parties prenantes des assises, ‘à rester ouvertes aux observations, aux suggestions et aux critiques, d’où qu’elles viennent, pourvu qu’elles servent les intérêts du pays’. Autrement, il s’agit, selon le Ps de poursuivre, avec la ‘même générosité et avec humilité’, le débat participatif pour une appropriation et un approfondissement par les populations des conclusions des Assises nationales. Le seul moyen, selon les opposants, d’assurer un ancrage ‘pérenne’ de ces conclusions ‘consensuelles, efficaces et durables’.Lesquelles conclusions constituent, à leurs yeux, un sillon d’espoir pour des ‘millions de Sénégalais qui aspirent à vivre et à s’épanouir dans un pays stable, prospère et solidaire’.  
Les conclusions des assises nationales annoncent, de l'avis des socialistes, un changement d’ère. Parce ‘qu’elles ouvrent la voie aux ruptures indispensables que notre pays ne peut différer indéfiniment sans risquer de se perdre’. Aussi, poursuivent-ils, ‘elles indiquent des orientations stratégiques à partir desquelles pourraient être impulsées les réformes structurelles nécessaires à la viabilité et à la pérennité de l’Etat, de la démocratie’. L'objectif que se sont fixé les parties prenantes, en lançant les Assises nationales, est de ‘forger, dans le consensus, la force de l’élan nécessaire au redressement de notre pays’, rappelle le Ps. A l'arrivée, il ne fait aucun doute, selon ces opposants, que les conclusions de cette initiative apportent des enrichissements indéniables aux fondamentaux institutionnels, politiques, économiques et sociaux du pays. C'est pourquoi, il importe d’assurer ‘l’adoption de la Charte de gouvernance démocratique qui consacre l’engagement de toutes les forces patriotiques (...) à l’opposé du despotisme actuel qui imprime à notre pays une marche forcée vers la décadence des valeurs républicaines et démocratiques’.  
Y. MASSALY  
 
 
L’Ue prête à débloquer 23 milliards d'appui budgétaire pour 2009 : Le décaissement est assujetti à la réduction de la pauvreté, la gestion des finances publiques…  
23 milliards de nos francs, c’est le montant de l’enveloppe que l'Union européenne compte dégager au titre de l’appui budgétaire au profit du Sénégal en 2009. Mais cette aide est assujettie à des conditions précises, liées notamment à l’utilisation efficiente des derniers publics.  
 
Le chef de la délégation de la commission de l'Union européenne à Dakar a manifesté, hier, la volonté de son organisation d’apporter au gouvernement du Sénégal un appui budgétaire conditionnel de 35 millions d'euros, soit 22 milliards 750 millions de francs Cfa à partir de 2009. ‘...Nous nous engageons à débloquer cette année 35 millions d'euros, si les conditions sont réunies. Celles-ci sont liées à l'engagement du gouvernement sénégalais en faveur de la réduction de la pauvreté, à la stabilité macro-économique et à l'amélioration de la gestion des finances publiques’, déclare Gilles Hervio. Le diplomate européen, qui s'exprimait au cours de la rencontre de prise de contact entre le Premier ministre, Souleymane Ndéné Ndiaye et les partenaires techniques et financiers, de préciser : ‘Avant de décaisser ce montant, la commission de l'Union européenne veut être rassurée d'une bonne utilisation de ses ressources et de l'adaptation du Document de stratégie de réduction de la pauvreté (Dsrp) au contexte actuel de la crise financière et économique mondiale qui va tout bouleverser’. En outre, Gilles Hervio relève quelques faiblesses relatives aux avances de trésorerie et à la lenteur dans la mise en œuvre du budget. Il invite également le gouvernement à poursuivre ses efforts de rigueur dans la gestion des affaires publiques, engagées en fin 2008 et début 2009. Il sera rassuré sur ses inquiétudes par le Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye. Le nouveau chef du gouvernement, qui se voit ainsi interpellé, indique aux différents acteurs présents à la rencontre que ‘des garanties existent pour une gestion transparente de l’aide budgétaire’.  
‘Le Sénégal a mis en place un certain nombre d’organismes et de cadres pour garantir la transparence. Sous ce rapport, les partenaires au développement n’ont aucune raison de s’inquiéter’, ajoute le Premier ministre. ‘Je pense que de ce point-de-vue-là, nos partenaires peuvent être rassurés, parce que nous avons mis en place un système tel que la transparence sera garantie’, insiste Souleymane Ndéné Ndiaye. Se prononçant sur la question des finances publiques, le Premier ministre rappelle la mise en place, par le gouvernement, d'un système qui garantit la transparence. ‘Ces rencontres périodiques permettront d'ailleurs à nos partenaires au développement de contrôler l’utilisation qui est faite de l’argent qui nous vient de l’aide. Donc, je pense qu’il n’y a pas de souci à se faire par rapport à la gestion des finances publiques’, soutient le chef du gouvernement.  
Ndakhté M. GAYE  
Responsabilité médicale : Les médecins entre le marteau et l’enclume 
L’établissement de faux certificats médicaux, l’exercice illégal de la médecine, l’assistance à un agent qui exerce illégalement la médecine, non-assistance à une personne en péril, le fait de donner des indications mensongères sur l’origine d’une maladie, la violation du secret médical, la corruption des membres du corps médical, les méthodes invasives de diagnostic, sont autant d’actes qui mettent en cause la responsabilité du médecin. Et ils ont été rappelés hier, à l’occasion de la conférence inaugurale des Xes Journées médicales de l’hôpital Principal de Dakar. 
 
Les dispositions du Code de déontologie dans l’exercice de la fonction médicale place le médecin entre le marteau et l’enclume. En effet, l’article 4 du Code de déontologie dit que le médecin ne doit, en aucun cas, exercer des activités de soins si la qualité n’y est pas. Autrement dit, si les conditions ne garantissent pas l’activité des soins. Parallèlement à cette disposition qui leur interdit d’exercer dans des conditions non favorables à leurs activités, l’article 49 du Code de déontologie leur est totalement applicable s’ils s’abstiennent, alors qu’il n’y a aucun danger ni pour eux, ni pour les tiers, de porter assistance à une personne en péril. ‘Une situation apparemment assez compliquée pour les médecins si jamais ils refusent d’exercer’, relève Antoine Diome, substitut du procureur général près la Cour d’appel de Dakar. Le magistrat, venu à la place de Mandiogou Ndiaye, Procureur général de la République, introduisait la conférence inaugurale des Xes Journées médicales de l’hôpital Principal de Dakar ouvertes hier à Dakar. Le thème de cette conférence inaugurale portait sur : ‘La Responsabilité médicale’.  
Seulement, au vu des conditions dans lesquelles le métier de médecin est exercé dans nos hôpitaux, l’on se demande si celui-ci bénéficie de toutes les conditions pour prodiguer des soins, s’interroge, dans un brouhaha, l’assistance composée en majeure partie de praticiens.  
L’établissement de faux certificats médicaux, l’exercice illégal de la médecine, l’assistance à agent qui exerce illégalement la médecine, non-assistance à une personne en péril, le fait de donner des indications mensongères sur l’origine d’une maladie, la violation du secret médical, la corruption des membres du corps médical, les méthodes invasives de diagnostic, sont autant d’actes qui mettent en cause la responsabilité du médecin. Pour le substitut du procureur, la responsabilité médicale est une responsabilité transversale. Car, explique le magistrat, elle met en jeu la responsabilité civile, pénale et professionnelle. ‘Cela dépend de la nature de la faute qui a été retenue pour le médecin. Cette faute ne peut être appréciée qu’à travers les agissements du mis en cause. L’on se demande si on est en face d’une faute civile, pénale ou professionnelle. Quoi qu’il en soit, il peut y avoir une identité de toutes ces fautes’, explique Antoine Diome qui cite des exemples patents de jurisprudence à travers lesquels la responsabilité du médecin est engagée.  
Quand un médecin est déclaré coupable, il est condamné selon la nature de la faute et l’organe devant lequel il comparait. Le Code prévoit des peines d’emprisonnement et d’amende. Cependant, le magistrat tient à faire une précision entre les médecins militaires et les autres médecins si jamais leurs responsabilités sont mises en cause. ‘Les médecins militaires ont une certaine particularité, car leur statut disciplinaire n’est pas le même que celui des autres médecins. Pour les autres, c’est la loi de 1966 sur l’Ordre des médecins qui réglemente la manière par laquelle ils sont jugés. Lorsqu’ils commettent des fautes professionnelles, ils peuvent être traduits devant le Conseil de discipline si les médecins sont de la Section A. Ou bien carrément jugés en cas de déclaration de culpabilité parce qu’ils sont des médecins de la Section B. Les médecins militaires sont des militaires. Leur statut obéit aux lois du tribunal militaire’ indique Antoine Diome.  
‘Les Infections’, c’est le thème principal de ces Xes Journées médicales de l’hôpital Principal. Les pathologies infectieuses qui sont des maladies résultant de la pénétration dans le corps humain d’un micro-organisme (bactérie, virus, parasite), intéressent toutes les spécialités médicales : pédiatrie, gynécologie obstétrique, chirurgie, réanimation, ophtalmologie, médecine,.. Marraine de ces Journées médicales, le Professeur Eva Marie Coll Seck, se prononçant sur le thème, estime qu’il est inadmissible que des personnes ne puissent pas avoir accès aux soins par manque de moyens.  
L’ancienne ministre de la Santé, professeur titulaire de chaire de maladies infectieuses, et actuelle Directrice exécutive du partenariat Roll back malaria a également avancé que le Sénégal sera à l’avant-garde de cette lutte contre le paludisme, une pathologie dans l’agenda de ces Journées médicales.  
Issa NIANG  
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 29.05.2009
- Déjà 5213 visites sur ce site!