ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

ce marketing humain et social qui déshumanise

 
 
Rompre enfin le silence assourdissant face à la mendicité, ce marketing humain et social qui déshumanise le Sénégal 
 
 
En somme, avec cette mendicité, nous assistons simplement à un désolant ‘marketing humain et social’ qui banalise ainsi la pratique de la main tendue. D’ailleurs, les étudiants spécialisés en marketing-communication des nombreux business school ne devraient plus avoir du mal à y trouver des sujets ou thèmes de recherche pour leurs cas pratiques, ou bien des illustrations concrètes de leur cours de marketing management.  
Mais, ce qui est dramatique et révoltant dans tout cela, c’est qu’aucune alternative plausible n’est proposée pour en finir avec ce fléau social qui gangrène notre société comme une tumeur cancéreuse.  
La décision d’interdire la mendicité ne saurait donner des avis partagés, elle devrait plutôt faire l’unanimité. Mais encore faudrait-il que le Gouvernement aille jusqu’au bout de sa logique. En effet, à l’instar de la mendicité populaire et professionnalisée, mon pays, le Sénégal, doit cesser de faire vivre et prospérer les déterminants majeurs de l’économie de la pauvreté que sont, entre autres : (i) la vente ambulante exercée par une jeunesse désemparée et sans espoir ; (ii), le (micro)crédit qui suce sans vergogne le sang et la sueur des groupes vulnérables paupérisés ; (iii) la féminisation du petit commerce de victuailles au capital et au chiffre d’affaires dérisoires ; (iv) la prostitution et le proxénétisme qui sont légitimés voire légalisés ; (v) le tourisme sexuel qui se banalise entraînant dans son sillage la pédophilie, l’homosexualité, des mariages mixtes d’éhontés et de gigolos ; (vi) le commerce de stupéfiants et autres drogues qui trouve en notre capitale son hub international ; (vii) la politique politicienne qui est devenue un raccourci pour une promotion humaine et une ascension sociale rapide…  
Le Sénégal ne mérite pas la déshumanisation de sa société par la culture des antivaleurs et vices. Arrêtons alors de véhiculer cette image dévalorisante de l’Homo senegalensis. Utilisons les véritables ressorts de créativité, de solidarité et d’entraide pour nous sortir des entrailles de cette économie de la pauvreté par le truchement d’une véritable politique sociale solidement chevillée autour d’une pertinente politique de l’emploi qui ferait la promotion humaine et sociale par le travail décent et honnête. Autrement dit, ‘apprendre à tout un chacun à pêcher au lieu de lui donner du poisson’ reviendrait tout simplement à rompre d’avec le clientélisme et le népotisme, le nombrilisme et le narcissisme.  
Il nous faut désormais promouvoir la ‘méritocratie’, le culte du travail décent et de l’effort individuel et collectif, la compétence avérée et éprouvée. Cette compétence comprise comme la quintessence de la combinaison intelligente et pertinente du vécu familial, du parcours social, du background académique et du capital de l’expérience socioprofessionnelle. En effet, chaque citoyen doit s’évertuer à donner le meilleur de lui-même pour bâtir un Sénégal émergent où vivraient des hommes et des femmes dignes, car gagnant leurs vies à la sueur de leurs fronts, et non plus jamais par la mendicité !  
En définitive, nous n’arriverons à ce but salutaire que par la décentralisation comprise ici comme à la fois l’attitude et l’aptitude à considérer ‘la centralité partout, la périphérie nulle part’. Autrement dit, la politique sociale doit avoir pour finalité de créer les conditions et donner les moyens à chaque citoyen d’être libre et digne avec les mêmes chances d’accession aux opportunités d’être et/ou devenir productif et utile pour lui-même, pour sa famille, pour sa société et pour la nation toute entière.  
Le salut du Sénégal passera inéluctablement par là !  
Mohamed Simon NDENE Contrôleur citoyen (ndenesimon@yahoo.fr)  
 
 
Une contribution au débat sur la candidature annoncée du président Wade pour sa propre succession… 
"J’ai bloqué le nombre de mandats à deux (dans la constitution). Ce n’est pas possible. Je ne peux pas me représenter. J’ai donc décidé que je ne me représenterai pas". Tels sont les propos du président Abdoulaye Wade, le 1er mars 2007, répondant à une question au cours d’une conférence de presse. 
Trois ans et demi plus tard, Me Wade dira ne pas se souvenir de ces propos (les siens propres, pourtant), en dépit de leur rediffusion, au même moment, par la plupart des radios de la place. Et puis, à supposer même qu’il les ait tenus, de toute façon, pour lui, il en aurait le droit ; tout comme – à plus forte raison ! – il aurait le droit d’évoluer sur la question. Car, « il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas », arguera-t-il, depuis New-York, à l’adresse de ceux qu’il considère comme ses détracteurs. 
La candidature du président Wade à la prochaine élection présidentielle, pour sa propre succession et pour un troisième mandat, eût été une question d’ordre uniquement juridique, nous n’aurions plus qu’à faire confiance au président sénégalais, en l’occurrence pour détricoter puis re-tricoter et même sous-tricoter voire sur-tricoter la constitution, à volonté et à ses fins propres. Plus qu’un problème juridique, il s’agit, bien évidement, d’une question d’ordre moral ou éthique. Et c’est précisément pour cela que Me Abdoulaye Wade convoque aujourd’hui cette fameuse assertion populaire pour justifier ce qui semble pourtant injustifiable. 
Qu’entend-on, donc, substantiellement, par ‘‘Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas’’, sinon que seuls les individus qui n’évoluent pas en s’élevant sont imbéciles ? Autrement dit, seuls les personnes qui ne savent pas ou qui ne peuvent pas se tenir debout avec leur bâton – leur raison ! – pour ensuite avancer ou seulement tenter d’avancer, sont imbéciles. C’est du moins ce que la sagesse populaire, au travers de cette assertion populaire, essaierait de nous faire comprendre. 
A ce propos, je ne sache pas qu’il y ait jamais eu, au Sénégal, des imbéciles. Ou, plutôt, j’ai la faiblesse de croire qu’il n’y a point d’imbéciles au Sénégal. J’en suis d’autant plus convaincu que c’est bien au Sénégal que, tout enfant, déjà, avec tous les autres enfants de ma génération, depuis ma Casamance natale, l’on m’a appris que trahir un principe pour un autre, objectivement plus élevé que le premier, n’est guère jamais, en soi, une trahison. 
Or, au commencement de la réforme constitutionnelle de 2001, il y avait des principes. Des principes pour lesquels Me Abdoulaye Wade disait se battre, résolument, avec détermination. Parmi ces derniers, il y avait le principe qui présidait à la limitation du mandat présidentiel à cinq ans, au lieu de sept, et celui qui était à la base de son possible renouvellement une seule fois. 
Si, à la lumière de ce qui précède, nous pouvons convenir, raisonnablement, que Me Wade était animé – au moyen de son projet de réforme constitutionnelle, du reste très largement approuvé par référendum – par le souci de rendre plus grande, plus élevée la constitution du Sénégal, tant dans les principes et les valeurs qu’elle recèle que du point de vue de sa fonctionnalité, il va s’en dire que, en ce moment là : Me Abdoulaye Wade, en tant que président nouvellement élu, se devrait – par principe, notamment parce qu’il croirait fondamentalement à tous les principes et à toutes les valeurs que comporte la nouvelle constitution du pays – d’accepter le principe même que cette dernière, dans toute sa plénitude et toute sa radicalité, lui fût opposée immédiatement (en tant que cet adverbe signifie ou s’entend ‘‘ici et maintenant’’, mais guère ‘‘ailleurs et demain’’). 
Autrement dit, même élu démocratiquement pour sept ans, parce qu’il croirait aux vertus intrinsèques d’un mandat de cinq ans ; parce qu’il croirait à la supériorité desdites vertus sur celles d’un mandat de sept ans, le président Wade aurait dû, à son grand honneur personnel, démissionner au terme des cinq premières années de sa première mandature. Au lieu de cela, il n’en fut strictement rien. 
De même, si le président Wade avait eu vraiment foi dans les vertus d’un mandat présidentiel renouvelable une seule fois ; et si, de surcroît, par la suite, il avait vu réellement dans son adoption par le peuple une avancée majeure pour le Sénégal, aujourd’hui il nous accorderait sûrement la faveur, sinon le privilège, de ne même pas avoir à débattre de l’opportunité ou non de sa candidature à la prochaine présidentielle, en vue sa propre succession et pour un troisième mandat. 
C’est pour ainsi suggérer que le père de la réforme constitutionnelle de 2001, au Sénégal, ne sait guère faire UN avec lui-même. Est-ce une fatalité ? Soit ! Mais serions-nous pour autant obligés de faire avec, encore et toujours ? 
Pour ma part, je crois que non. Je le crois d’autant moins que la déclaration de candidature du président Wade pour sa propre succession apparait, à mes yeux, comme une invite solennelle, de sa part, fût-ce à son corps défendant, à une mobilisation sans précédent contre son propre dessein. 
Dans cette perspective, le MFDC que j’incarne ne saurait, sous aucun prétexte, se détourner en l’occurrence de ses responsabilités historiques. 
Le MFDC a, pour ainsi dire, le devoir sinon l’obligation – maintenant que Me Abdoulaye Wade a fini de nous démontrer que la restauration de la paix en Casamance est le cadet de ses soucis– de se battre aux côtés des démocrates, et donc dans la démocratie, pour offrir au pays un président de la République qui, à l’opposé du président Wade, sache véritablement et fondamentalement faire UN avec lui-même, dans l’exercice de son mandat. 
Sous ce rapport, nos frères et sœurs de l’opposition, en particulier ceux de la coalition Bennoo Siggil Senegaal, gagneraient certainement, dans le cadre de cette adversité annoncée, à ne pas se tromper de cible politique. 
Pour l’ancien ambassadeur de France, Jean-Christophe Rufin, la candidature annoncée du président Wade à l’élection présidentielle de 2012, pour sa propre succession et pour un troisième mandat, « est une curiosité, quelque chose de surprenant », en raison, entre autres, de son « âge avancé ». Eh bien, moi, je trouverais absurde – en tous les cas je me refuse à l’imaginer – que l’opposition, dans l’adversité face à Me Abdoulaye Wade et son régime, ne daigne guère s’élever, en transcendant, de manière radicale, ses propres contradictions. 
Villeurbanne, le 28 septembre 2010 
• Jean-Marie François BIAGUI  
• Secrétaire Général du MFDC 
 
Lettre ouverte à Monsieur Amadou Makhtar MBOW Président des Assises Nationales 
Le parti socialiste issu du Bloc démocratique sénégalais était resté trop longtemps au pouvoir. 
Ce sont les hommes issus de ses rangs qui ont présidé aux destinées du pays depuis 1945. Depuis Ibrahima Seydou N’DAO en passant par SENGHOR, Mamadou DIA, Abdou DIOUF, ils se sont succédés sans coup férir. 
Toutes choses étant égales par ailleurs, ils ont bien travaillé, et dire le contraire relève d’une mauvaise foi évidente. Le temps qui use tout a usé ce parti ; l’ardeur des pères fondateurs s’étant émoussée, les mauvaises habitudes ont commencé alors à s’inviter dans la gestion de la cité – les hommes perdirent le sens de la mesure et devinrent arrogants. Le peuple qui ne pouvait plus suivre dit stop et ce fut l’alternance. Le peuple, en compagnie des autres partis de l’opposition, des syndicats, des étudiants, de la société civile a réussi cette performance. Laissé à lui tout seul, le PDS n’aurait jamais réussi à battre le PS ; les chiffres sont édifiants à cet égard. Pour arriver à ce résultat, les hommes ont abattu un travail énorme. Il a fallu des concertations interminables, il a fallu trouver des consensus forts, régler le problème de leadership. Trouver un candidat unique n’a pas été la chose la plus facile dans cette affaire. Mais très rapidement ce fut la grande désillusion. 
Le parti libéral que le peuple avait porté au pinacle trahit sans sourciller les autres partis, les syndicats, la société civile, le peuple tout entier. Le reniement et la trahison devinrent la règle. Me WADE renia les engagements qu’il avait pris, devant ses paires et le Président DIA. Les documents signés et paraphés furent jetés aux orties. L’alternance tant vanté devint très vite le pire des cauchemars. L’alternance avait suscité trop d’espoir. Le peuple, d’abord incrédule fini par comprendre qu’il a été dupé et trahi sur toute la ligne. Une fois revenu de sa surprise il organise les Assises Nationales dans une union parfaite. N’en déplaise aux tenants du pouvoir, les Sénégalais ont réussi, là aussi, au terme de plus d’une année de réflexion, de concertation, de délibérations, une œuvre colossale, magnifique, que le monde entier a salué et continue de saluer comme un modèle que l’on pourrait proposer à la sagacité de tous les gouvernants. 
Dieu a voulu que ce soit vous Monsieur le Président qui présidiez aux destinées de ces Assises Nationales ; c’est là un grand honneur et une grande responsabilité. Nos hommes politiques se sont saisis des conclusions des Assises à l’élaboration desquelles ils ont apporté des contributions significatives ; ils s’en sont saisis pour élaborer des stratégies de sortie de crises, pour proposer au pays une approche et un modèle de gouvernement qui auraient pour rôle de nous sortir des errements de Me WADE et de nous ancrer définitivement dans la démocratie. 
Depuis un an qu’ils se concertent, ils n’arrivent toujours pas à faire des propositions au peuple. Les échos qui nous parviennent de leurs délibérations ne nous rassurent guère. Il y a dans les Assises des points forts qui fondent toutes les entreprises. Ces points forts sont d’abord la démocratie autour de la quelle tout s’articule, c’est le régime parlementaire que l’on propose pour remplacer le régime présidentiel fort source de tous les maux, c’est un gouvernement de transition pour sortir de la crise actuelle dans laquelle la trahison du parti libéral nous a plongé. Un gouvernement de transition dont le rôle essentiel serait de remettre à l’endroit ce que le régime libéral a mis à l’envers, c’est enfin un candidat unique comme en 2000 pour en finir définitivement d’avec le régime libéral ; 
Hormis la démocratie, les hommes politiques ne s’entendent sur rien, ne nous proposent rien ; les échéances sont proches et les tâches multiples. Les échéances sont proches car nous ne sommes qu’à 18 mois de la présidentielle et nous ne pouvons rien faire pour le moment. Nous ne pourrons pas bouger et aller en direction des populations que lorsqu’on aura arrêté une position commune, car, pour parler avec les électeurs, les stratégies sont différentes selon qu’il s’agisse d’une candidature unique ou qu’il s’agisse de candidatures multiples où les uns et les autres iraient en ordre dispersé. 
Ces hommes politiques nous disent que nous confondons vitesse et précipitation, qu’ils ne sert à rien de se précipiter, qu’on a largement le temps, et qu’il faut avant de parler de la candidature unique régler des problèmes en amont ; ce faisant, certains de ces hommes entreprennent de reformuler les conclusions des Assises d’une manière pernicieuse. Tous les points forts que nous venons d’énumérer sont critiqués. Ils prétendent que les Assises ne formulent que des indications et ne sauraient édicter des directives. Ils sont en train de tout remettre en cause. 
Tout le monde est d’accord pour dire que les politiques ont un rôle spécifique ; il leur revient de gouverner la cité. Toutes les parties contractantes sont d’accord sur cela et personne ne leur conteste ce droit. Mais il faut que les politiques s’ils ne veulent pas se fourvoyer, n’oublient à aucun moment qu’ils ne sont pas les seuls concernés. Les militants des partis politiques pris dans leur ensemble ne représentent qu’une part infime du peuple sénégalais ; ce peuple sénégalais a participé d’une manière active et efficiente aux travaux des Assises. Le peuple s’est érigé en gardien des conclusions et de la charte de bonne gouvernance. Il ne laissera pas les politiques tripoter et dévoyer cette grande œuvre commune, pour uniquement satisfaire leur égo, pour uniquement une question puérile de leadership de groupe, devant des enjeux aussi énormes. 
Le régime libéral est passé à la vitesse supérieure, le Président ose désormais aller au-delà de toutes les outrances. Prendre des décisions aussi insensées que remettre en cause le principe de la continuité de l’Etat, en demandant par exemple à l’ex Président du Sénat d’officier en lieu et place du Président actuel ; prendre un décret pour sortir la Présidence de la République et ses agences du contrôle des marchés, les dispensant de passer par des appels d’offres ; élargir ces facilités à ce qu’ils appellent les urgences ; les urgences ne sont rien d’autre, la plupart du temps, que le résultat de l’incapacité des responsables de prévoir et de planifier les approvisionnements ; tout ceci n’est donc qu’une prime à l’incompétence, à la mal gouvernance, tant il est vrai que gouverner c’est prévoir. 
La machine libérale s’est emballée. La perspective de 2012 leur donne le courage de tout oser. Ce n’est pas seulement l’économie et les finances publiques qui sont en danger, c’est tout le devenir de la nation qui est menacé par des dérives de cette ampleur. 
C’est cette période critique que veulent choisir les apprentis sorciers pour faire des paris risqués. Dans les Etats-majors les activistes s’agitent et font des déclarations déroutantes. Le spectacle que nous offre le PDS leur fait croire que ce parti qui se désagrège est à l’agonie, que peut être il suffit de pousser un peu pour que l’édifice s’écroule, et qu’il n’est peut être pas nécessaire de se coaliser à d’autres pour finir le travail, et faire ensuite ce que l’on voudra. Il s ne s’agitent pas tant pour le compte du leader que pour eux-mêmes. Ils se voient déjà ministre, directeur de ceci ou de cela. Ils connaissent mal Me WADE et ses possibilités de régénérescence . La bête est encore debout, il faudra mériter sa dépouille. Prendre le risque de faire réélire Me WADE en 2012, en voulant ignorer les enseignements des coalitions de 2000 et de Mars 2009, faire la pari risqué d’arriver au pouvoir seul, sacrifier avec désinvolture le pays au profit de ses intérêts propres, relève de la haute trahison et sera jugé comme telle par l’histoire. 
Monsieur le Président, je disais à l’entame de mon propos que vous aviez de grandes responsabilités. Le Sénégal vous connait bien. C’est pourquoi, lorsqu’il est devenu évident que les dérives du régime libéral commençaient à menacer le devenir même de la nation, nos dirigeants, spontanément ont pensé à vous et sont allés vous chercher. Tout vous désignait en fait ; votre parcours exceptionnel tant à l’intérieur du pays qu’au plan international, votre sens du refus. Vous faites parti de ces hommes à qui leur peuple demandera toujours de reprendre du service dès lors qu’il se sentira menacé. 
Nous venons vous demander, Monsieur le Président, de revivifier les Assises Nationales en mettant les uns et les autres en face de leurs responsabilités ; que chacun dise d’une manière claire s’il est pour ou contre telle ou telle disposition des Assises afin que le peuple sénégalais au nom de qui tout a été entrepris sache réellement à quoi s’en tenir. Au terme de ces délibérations, certains peut être s’en iront. Vous demanderez alors à ceux qui vont rester de renouveler solennellement leur allégeance aux Assises. 
• Gatta BA  
• RSD/TDS 
 
Contentieux Mairie de Dakar/Ministre de la Décentralisation et de collectivités locales : les faits et le Droit. 
 
 
Tout est bien qui finit bien, a-t-on l’habitude de dire même si je suis convaincu que le scenario n’est pas encore à son terme. L’avenir nous édifiera. L’actualité de ces derniers jours a été marquée par l’intention de la Ville de Dakar d’acquérir des terrains à hauteur d’environs quinze milliards de francs. Volonté qui a fait l’objet d’une levée de bouclier de la part du Gouvernement et notamment du ministre de la Décentralisation et des collectivités locales. Avec la ‘médiation’ de l’Association des maires du Sénégal (Ams), un compromis (précaire ?) a été trouvé. Avant d’en venir aux implications politiques et surtout juridiques que ce problème a permis de mettre en exergue, je considère que l’Ams a été instrumentalisée pour masquer l’échec du ministre de tutelle dans cette tentative de museler le maire Khalifa Sall qui est en phase de trouver une solution à la lancinante question des marchands ambulants là où l’Etat a lamentablement échoué créant des émeutes historiques à Dakar. L’Ams a été utilisée parce que ma conviction est qu’en tant qu’association regroupant les municipalités du Sénégal, elle se devait d’être au-devant de la scène dès l’éclatement du contentieux pour défendre le maire de Dakar au lieu d’attendre que l’Etat soit conscient de l’impasse dans laquelle elle s’embourbait pour jouer aux sapeurs-pompiers.  
Pour cerner le contentieux Etat/Mairie de Dakar, il y a lieu de rappeler que dans sa politique de recasement des marchands ambulants la mairie de Dakar avait d’abord ciblé le site du Cerf Volant où semble-t-il un certain nombre d’hectares lui avaient été affectés avant d’être retirés par l’autorité pour être ‘destinés’ à l’érection du Complexe Massalikoun Jinaan. C’est ainsi que la Ville a pris l’option d’acquérir des terrains en exécution de son ambition en direction des ambulants. Pour cela, le maire Khalifa Sall a eu de son conseil municipal l’autorisation d’acquérir ces terrains. C’est toute l’essence des délibérations à l’origine de la tension politico-juridique pour ne pas dire judiciaire entre la Mairie et l’Etat à travers le ministre de la Décentralisation et des collectivités locales qui a initié une double action : ouverture d’une information judiciaire et instruction au Préfet de ne pas approuver les délibérations du Conseil municipal incriminées.  
Il me semble que sur ce dossier, le président de la République a été fortement abusé. Malheureusement, le constat est que c’est devenu un fait fréquent. En effet, pour rejoindre Ablaye Makhtar Diop, ma certitude est que la question n’a pas été largement discutée en Conseil des ministres ; le cas échéant, des membres du Gouvernement tel que Abdoulaye Diop, ministre de l’Economie et des Finances pour son expérience en la matière de même que Zaccaria Diaw pour avoir assuré le contrôle de légalité quand il était dans le commandement territorial auraient pu éclairer utilement le Gouvernement pour éviter cette maladroite confrontation. Quant au ministre de tutelle, soit toute cette agitation n’est que pure entreprise politicienne visant à déstabiliser le maire de Dakar, soit, et là ce serait très grave, son entourage l’a mal conseillé. En effet, après avoir suivi sa conférence de presse sur cette question, c’est le profond sentiment qui m’anime.  
Ce qu’il faut rappeler tout d’abord est que l’Article 102 de la Constitution de 2001 dispose que : ‘Les collectivités locales constituent le cadre institutionnel de la participation des citoyens à la gestion des affaires publiques. Elles s'administrent librement par des assemblées élues…’ Cet article, il faut le souligner, n’est que la reprise de l’article 90 de la Constitution de 1963 résultante d’une révision introduite, à l’occasion, par l’Assemblée nationale pour accompagner la réforme de 1996. Le principe général ayant guidé cette réforme est liberté et proximité ; de même qu’une des avancées fondamentales introduites est la suppression des tutelles administrative et financière et l’instauration d’un contrôle de légalité a posteriori qui devient la règle.  
Ainsi, il est possible de déceler à travers cette réforme trois régimes pour les actes des collectivités locales. Cette revue permettrait sûrement d’appréhender correctement le problème et d’y apporter des éclairages juridiques.  
Les actes exécutoires après un délai  
Ces actes sont prévus par l’Article 334 du Code des collectivités locales. Les actes concernés sont transmis au représentant de l'Etat auprès de la région (Gouverneur), de la commune (Préfet) ou de la communauté rurale (Sous Préfet), lequel en délivre aussitôt accusé de réception. La preuve de la réception des actes par le représentant de l'Etat peut être apportée par tout moyen. L'accusé de réception qui est immédiatement délivré peut être utilisé comme preuve.  
Pour ces actes qui sont énumérés ci-dessous, le représentant de l'Etat dispose d'un délai de quinze jours pour en demander une seconde lecture. Cette demande revêt un caractère suspensif, aussi bien pour le caractère exécutoire de l'acte que pour tout délai de procédure contentieuse. Sont concernés par ces dispositions les actes suivants : les délibérations des conseils ou les décisions prises par délégation des conseils ; les actes à caractère réglementaire pris par les collectivités locales dans tous les domaines qui relèvent de leur compétence en application de la loi ; les conventions relatives aux marchés ainsi que les conventions de concession ou d'affermage de services publics locaux à caractère industriel ou commercial ; les décisions individuelles relatives à la nomination, à l'avancement de grade ou d'échelon d'agents des collectivités locales ; les décisions individuelles relatives aux sanctions soumises à l'avis du conseil de discipline et au licenciement d'agents des collectivités locales.  
Ces actes sont exécutoires, de plein droit, quinze jours après la délivrance de l'accusé de réception, sauf demande de seconde lecture de la part du représentant de l'Etat, et après leur publication ou leur notification aux intéressés. Ce délai de quinze jours peut être réduit par le représentant de l'Etat à la demande de l'autorité locale.  
Les actes immédiatement exécutoires  
Ce sont les actes prévus par l’Article 335 du même code. Ce régime concerne les décisions réglementaires et individuelles prises par le Président du conseil régional, le maire ou le Président du conseil rural dans l'exercice de leurs pouvoirs de police, les actes de gestion quotidienne pris au nom des collectivités locales autres que ceux mentionnés à l'article 334. Ces actes sont exécutoires de plein droit dès qu'il est procédé à leur publication ou à leur notification aux intéressés, après transmission au représentant de l'Etat.  
Pour les actes mentionnés aux points 1 et 2, le représentant de l'Etat peut les déférer à la Chambre administrative de la Cour suprême lorsqu'il les estime entachés d'illégalité, dans les deux mois suivant leur transmission.  
Les actes soumis à approbation préalable  
Enfin, par dérogation au caractère exécutoire des actes prévus aux articles 334 et 335, l’article 336 du même texte prévoit que restent soumis à l'approbation préalable du représentant de l'Etat les actes pris dans les domaines suivants : les budgets primitifs et supplémentaires ; les emprunts et garanties d'emprunts ; les plans régionaux, communaux et ruraux de développement et les plans régionaux d'aménagement du territoire ; les conventions financières de coopération internationale comportant des engagements d'un montant fixé par décret ; les affaires domaniales et l'urbanisme ; les garanties et prises de participation dans des sociétés privées exerçant des activités d'intérêt général à participation publique ; les marchés supérieurs à un montant fixé par décret et les contrats de concession d'une durée supérieure à trente ans.  
Ces délibérations et décisions sont transmises au représentant de l'Etat, dans les conditions prévues à l'article 334 du présent code. L'approbation du représentant de l'Etat est réputée tacite si elle n'a pas été notifiée à la collectivité locale dans le délai d'un mois à compter de la date de l'accusé de réception par le représentant de l'Etat.  
Ce qu’il faut savoir, c’est que le contrôle de légalité est rigoureusement encadré et le représentant de l’Etat ne peut l’exercer que dans le respect des textes régissant la matière et formant le bloc de légalité. A ce propos, il peut demander une seconde lecture au Conseil autrement dit demander au Conseil de revoir sa copie. Si le désaccord persiste, ce dernier peut saisir le juge administratif pour faire annuler le refus d’approbation.  
En parcourant cette procédure, il apparaît que l’initiative du ministre d’instruire le Préfet de Dakar à ne pas approuver les délibérations du Conseil municipal constitue un précédent grave et une résurgence de la tutelle administrative pourtant abrogée depuis presque deux décennies. Le cas d’espèce était l’occasion d’enrichir le contentieux de la légalité.  
Deux aspects soulevés par le ministre méritent d’être explicités. Il s’agit de l’absence d’une autorisation de programme et le non-respect des dispositions de la loi 77-85 du 10 août 1977 soumettant à autorisation préalable toute transaction immobilière de plus de 10 millions.  
Relativement à l’autorisation de programme, je pense que le ministre est allé trop tôt en besogne du moment que je n’ose pas une seule fois penser que ce dernier n’appréhende pas correctement ce que c’est ce mode de planification budgétaire. En effet, une délibération autorisant le maire à acquérir des biens immobiliers peut ne pas s’accompagner forcément du schéma budgétaire de décaissement. Rappelons, à toutes fins utiles, que l’autorisation de programme est un mécanisme budgétaire qui permet de planifier un investissement - qui ne peut s’exécuter en une année - sur deux ou plusieurs gestions ; les crédits de paiement correspondant aux tranches annuelles d’exécution.  
Comme on le voit donc, pour établir et soumettre au conseil une autorisation de programme, il est au préalable nécessaire pour le maire, sur la base des autorisations du conseil (délibérations incriminées) d’engager des négociations avec les cessionnaires de terrain pour fixer définitivement le prix de cession et les modalités et échéanciers de paiement. C’est seulement après que les accords seront matérialisés budgétairement par inévitablement des autorisations de programme. Cette planification budgétaire s’expliquerait par le fait que la Ville de Dakar ne peut pas se payer le luxe de décaisser en une seule tranche le montant envisagé des transactions au regard de ses autres priorités et contraintes budgétaires (dépenses de fonctionnement, salaires agents etc.).  
L’autre ‘péché’ évoqué par le ministre est le non respect des dispositions de la loi 77-85 du 10 août 1977 soumettant à autorisation préalable toute transaction immobilière de plus de 10 millions. Là également, le ministre a véritablement raté le coche. En effet, cette autorisation communément appelée ‘autorisation de transaction’ ne peut normalement pas être absente dans une transaction portant sur un terrain immatriculé (bail, titre foncier) et ayant atteint le montant minima fixé. Cette autorisation est de la compétence du ministre de l’Economie et es Finances et a donné délégation au directeur général des Impôts et Domaines. Elle est demandée par le notaire en charge d’effectuer la transaction. De même, le cessionnaire devra requérir des services des domaines une autorisation de céder.  
Comme on le voit donc, aucune violation des dispositions évoquées ne peut être valablement reprochée au maire de Dakar.  
Venant maintenant à l’ouverture d’une information judiciaire, le droit pénal sénégalais enseigne qu’un délit suppose un fait punissable (faute), une intention et un commencement d’exécution. En l’espèce, je ne vois pas ce qui peut être reproché au maire et qui ressemble à un détournement de deniers publics. La seule structure qui peut être mise en cause est le conseil municipal et seulement sur la régularité des délibérations et non de leur bien-fondé dans la mesure où l’article 3 du Code des collectivités locales précise bien que les collectivités locales sont seules responsables, dans le respect des lois et règlements, de l'opportunité de leurs décisions.  
Enfin, relativement à la décision de la Ville de Dakar de participer à une société, cela ne me semble pas une nouveauté pour cette collectivité locale. Les ‘Quatre C’ sont là pour le confirmer et le bradage foncier qui a été fait de l’ancien champ de tir. Si information judicaire doit être ouverte, je pense modestement que c’est sur ce nébuleux dossier qui n’a pas encore livré ses puants secrets.  
Habiboulaye DIOP habiboulayediop@gmail.com  
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 30.09.2010
- Déjà 5436 visites sur ce site!