ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Le politicien, l’orgueil et la vérité

Par devoir citoyen 
 
Notre devoir citoyen explique l’approche d’aujourd’hui. La démarche sera une expression bâtie sur des articulations qui problématisent le suffragisme, invoquent la nouvelle intelligence citoyenne. Et qui, enfin, essaieront d’identifier des cas de menace de délitement de l’autorité de l’Etat. Ce, pour appeler l’attention sur la potentialisation de moyens pouvant entraîner, à la limite, le détournement de l’Etat après celui de ses deniers. Ces mêmes articulations conseillent, aussi, d’éviter de gifler le peuple. Sans oublier l’avènement d’autres formes d’irrédentismes au Sénégal : les mouvements citoyens 
Le Sénégal ne serait-il qu’une machine à élections ? 
Du suffragisme et de son déclin. 
Pourquoi au Sénégal l’homme politique s’obstine, de manière continue, à ne se déployer que pour le suffragisme ou l’électoralisme ? 
Des alternances s’opèrent sans cesse. Par contre, leurs impacts s’avèrent insignifiants dans la mesure où il ne s’agit, à chaque fois, que d’arrivées d’hommes politiques au lieu d’hommes d’Etat. Les opposants d’hier sont aux commandes depuis 2000, par exemple. Ils n’ont, cependant, développé que des recettes pour continuer à ne conserver que le pouvoir. Les nouveaux opposants, de leur coté, continuent, entre 2000 et 2010, à ne tester des procédés que pour accéder au pouvoir. L’exemple éloquent se révèle dans l’existence d’une bipolarisation sauvage qui ne se manifeste que par une dialectique de recherche de pouvoir. Deux styles existent, maintenant : un dit majorité et un autre appelé opposition. Rien ne les différencie, d’ailleurs. Ils sont analogues et sont souvent l’objet de la même sanction négative sans le savoir. L’alternance 2000 mettait fin au régime socialiste comme le 22 mars 2009 condamnait, d’ailleurs, les tendances lourdes de mal gouvernance enregistrées entre 2004 et 2009. Le combat politique actuel signale, aussi, une forte pression au pré positionnement. Les animateurs de chaque bord agissent en oubliant que les populations restent vigilantes et apposeront, sans état d’âme, la sanction idoine. 
II – De la nouvelle intelligence citoyenne 
Il n’est que temps de faire comprendre aux hommes politiques le fait que les populations aient dépassé, après cinquante années de lutte âpre contre le non développement, la propagande et le populisme en tant que son corollaire. Ces populations se préoccupent, avec beaucoup de discernement, de leur futur. Donc réduire l’état de non développement et le résoudre, de manière définitive, sont les seules lignes d’action qui vaillent maintenant. Le niveau de l’augmentation du coût du financement des dépenses publiques surprend parce que son impact sur le développement manque, toujours, d’être perceptible. Or, ce rythme galopant des charges publiques continue à gagner du terrain et débouche sur la corruption et ses multiples succédanés comme l’enrichissement illicite qui, maintenant, a des ailes. Alors que l’indigence, malheureusement, se consolide en restant l’unique ligne d’horizon d’une nation victime des appétits de ses dirigeants. 
En analysant la structure des programmes , en examinant la personnalité politique des dirigeants et des responsables, en évaluant l’essence des offres contenues dans les projets des formations politiques et celles des organisations de la société civile, les populations, sans déchanter, préfèrent observer une distance critique au lieu de démissionner. Une telle capacité d’indignation citoyenne rassure et encourage les citoyens à observer un repli pour préserver la République et l’Etat qui demeurent, sans conteste, les solides fondations de la Nation SENEGAL. 
III - Des menaces de délitement de l’autorité de l’Etat 
Bâtir la Nation Sénégal demeure la principale ligne d’action de la nouvelle citoyenneté. Doter l’Etat d’une autorité sans délitement et garantir aux générations montantes un futur avec espoir sont les lignes d’horizon très motivantes qui soient pour restructurer, avec rigueur, l’action politique. Serions-nous les nouveaux damnés de la mondialisation après la traite des nègres, le commerce triangulaire, la colonisation et le diktat des puissances financières ? 
Non ! Parce que le citoyen du Sénégal aspire à être et refuse, toujours, d’être victime. Bien que les nouvelles formes du pouvoir persistent, dans leur déploiement, à promouvoir des approches qui continuent, contre toute attente, à ne faire prospérer qu’un nouveau type de mercantilisme. Estimant que la politique ne conduit que vers l’or du Pérou. Les populations ont gagné en maturité et attendent, sans être passives, de trouver les occasions pour entreprendre, sans casse ou sans violence, les transformations requises. 
La problématique ne se situe guère dans le fait de continuer Senghor, Wade et autres mais de permettre aux générations montantes d’évoluer dans une société où personne, pour relever les défis de l’innovation, ne soit victime d’un état de non être. L’enrichissement illicite, l’impasse créée par le non développement, l’accentuation du népotisme, la dictature du parti ou des coalitions de partis au pouvoir, l’appétit du contre pouvoir et maintenant, l’évidence frappante de la volonté criarde de détourner, désormais, l’Etat et ses démembrements constituent autant de raisons pour que le peuple, sans violence, affiche la nouvelle intelligence citoyenne et collective. En s’engageant, sans démagogie, à arrêter ces entreprises funestes. Point de bougonnement mais il est urgent de trouver, avant la fin de 2010, une solution institutionnelle idoine pour éviter que l’Etat du Sénégal, ne tombe, peut être, dans une situation de non Etat. L’histoire contemporaine nous enseigne les méfaits du détournement de l’Etat et de ses démembrements après celui de ses deniers. L’AFRIQUE lutte pour évacuer les causes qui ont contribué à la persistance de la mal gouvernance qui installe, sans pudeur, la gabegie et le dépérissement progressif de l’Etat. 
IV – Le détournement de l’Etat après celui ses derniers 
Les détournements des deniers publics, l’apparat à outrance, la parade démultipliée par les média, l’arbitraire, le délibéré, enfin, le népotisme et son corollaire, la patrimonialisation de l’Etat, sont des manifestations patentes pour admettre l’état de décroissance institutionnelle qui guette, non pas la nation et la république, mais le pouvoir et le contrepouvoir. Les recours sont inexistants parce que les confréries religieuses et les mouvements associatifs, de toutes natures, ne devraient être des alliés stratégiques s’ils veulent se perpétuer. La nouvelle conscience citoyenne et l’intelligence politique collective sont, à l’unanimité, moins fanatiques, plus patriotiques, et très nationalistes. Bien que la politique politicienne utilise, à outrance, deux leviers qui sont l’argent et la médiatisation. Heureusement, l’impossible décollage du social, qui n’est encore en symétrie avec l’économique, forge la conscientisation collective à ne point céder. Et à évoluer vers le développement. 
Comment, dans un pays où le chômage massif décime, socialement, les populations et que les maladies à retentissements sociaux montent en puissance, manquer de discernement ? Au point de rester myope devant une agression qui perpétue, à suffisance, l’impuissance et la veulerie d’un peuple sans futur ne baignant que dans un pessimisme social alarmant ? Demain commence, désormais, en 2010 et peut s’arrêter, également, en 2010. Parce que l’Etat se déploie maintenant pour les mercantiles qui, devant la faillite des systèmes, se décident, à leur tour, a se servir de la République. L’ère des fils est inaugurée, celle des chefs de PME et de PMI se dessine, celle de la parité intégrale, cerise amère sur le gâteau, se précise. Pour, à leur tour, se servir avant tout casse-pipe qui d’ailleurs, se préfigure, une fois les appétits individuels assouvis et les soifs étanchées. 
V – Pourquoi Gifler le peuple ? 
Certains leaders continuent, après avoir atteint leur seuil d’impuissance, à pérorer. D’autres estiment pouvoir continuer le système ou l’appareil. Les derniers, enfin, ayant marché avec les contrebandiers institutionnels ou les pirates politiques pensent, aussi, qu’ils sont des acteurs du futur ou des architectes aptes à prendre part à la construction nationale. 
L’Etat s’engage dans une voie sans issue car l’autoritarisme reste une gifle au peuple. Et pourrait entraîner un désordre fatal menant, sans risque, vers une déconfiture évidente cruelle de l’ordre civil national. Prenons en exemple la communication officielle caractérisée, au double plan du fond et de la forme, par un délitement de niveau indicible. Les autorités déconcentrées ignorent, royalement, la retenue et la réserve et aident à faire phosphorer l’apparat et la parade. Méridien, Sorano et la lutte sont les nouveaux espaces que les responsables ayant des positions de pouvoir affectionnent. Pour étaler, avec une ostentation outrancière et sans aucune éthique, leurs nouvelles richesses…. Certains autres, à leur tour, détournent les média d’Etat pour assurer un marketing à leur entreprise propre et personnelle. La gestion de la paix en Casamance informe, également, sur le niveau du délitement de l’autorité de l’Etat du Sénégal .Le recours aux média privés pour démultiplier l’information d’Etat alors que le service public de l’information et de la communication existe. L’absence de réserve et de retenue manifeste dérange l’opinion car ce laxisme ne se justifie guère. 
Le clubisme au sein de l’Etat augmente son train de vie et aggrave, inutilement, la non stabilisation de la progression, par exemple, de la masse salariale au sein de l’administration .L’évolution de la division du travail et des rôles au sein des services de l’Etat du Sénégal ne justifie, en aucune façon, la pléthore enregistrée dans le service public. Où, désormais, l’effectif des fonctionnels a atteint des niveaux hors norme, alors que celui des opérationnels baisse sans arrêt. Un exemple : Le poste de secrétaire général dans les départements ministériels se justifie-t-il, devant l’augmentation du niveau des compétences décisionnelles et la réduction des intermédiaires hiérarchiques ? 
Pourquoi des agences alors que la croissance et le développement sont au stade de l’amorçage d’une émergence ? 
Pourquoi une indemnisation au sein de la fonction publique définie, non plus, sur la base de la capacité professionnelle théorique et pratique mais octroyée, de façon arbitraire, violant les idées de base ou principes des statuts de la fonction publique ? 
Pourquoi des technostructures alors que les effectifs baissent et que le traitement par fonctionnalité diminue et que les recours à l’opérationnalité augmentent ? 
VI- de l’appel citoyen. 
Cette escalade de la dérive et de la témérité au sein de notre Etat surprend et autorise à croire que la gestion de l’Administration, au lieu d’être sublimée, est banalisée. Une autorité administrative est soumise à la retenue et à la réserve. Parce que l’Etat, étant impersonnel, interdit une ignorance des limites du dédoublement et exige, de tous ses serviteurs, un comportement conforme à l’éthique et à la déontologie. Le non-Etat devient une autre forme d’irrédentisme pouvant, à la longue, entrainer une désintégration organique et systématique de la République. Certains exemples en Afrique, même au Sénégal, appellent un réarmement citoyen avant de s’engager dans une voie sans issue. 
Peut être 2010 ne sera pas le début de la fin mais pourrait être l’aurore de réelles transformations capables de nous tirer de l’impasse qui est, par bonheur et par malheur, la confirmation d’un déclin menant vers une situation analogue à celle qui place un peuple vivant entre le déclin et le pire. 
Heureusement, le Sénégal de l’Islam ne sera pas dans une expectative. Il évoluera mais en respectant les nécessités qu’exigent la croyance en Allah et en son Prophète Seydina Muhammad (psl). Demain n’est ni 2010 ni 2012. Cependant il sera la somme des efforts d’un peuple déterminé à relever le défi de l’existence sans démission et sans démobilisation. 
• Wagane FAYE  
• Professeur d’Anglais  
• Coordonnateur des Cadres du F.A.P  
• Vice Président de la Commission des Cadres et Experts de la CAP21  
• E-mail : waganecoumbasandiane@gmil.com 
 
présidentielle au Sénégal : Penser le Benno à partir du Deggo  
 
 
‘L’unité ne peut avoir comme socle que la vérité et la sincérité’. (Amadou Mahtar MBOW)  
Le Sénégal s’achemine vers l’élection présidentielle, fixée en principe en 2012, dans un contexte de chaos généralisé dont nous ne voyons pas la fin, où l’arrogance du pouvoir libéral et son incompétence se disputent les affres quotidiennes des Sénégalais. Ces derniers voient leurs conditions et leur cadre de vie se dégrader dangereusement et continuellement, pendant que les autres ne pensent qu’à s’enrichir, qu’à assouvir leurs instincts par tous les moyens, particulièrement celui du pouvoir. Cela au prix d’une déstabilisation de notre société et de nos institutions tant au niveau local que national.  
Cette situation, du fait de ses conséquences, interpelle à plus d’un titre l’opposition sénégalaise et la somme de réunir les conditions d’une victoire lors de cette élection. Le débat a trait en ce moment à l’unité de l’opposition. Notre contribution s’inscrit - sans dogmatisme aucun ! - dans cette perspective et ce débat, en tentant de mettre en évidence, selon différents points de vue, les écueils qu’il nous faut éviter ; de parcourir la palette des moyens dont l’opposition dispose ou doit disposer non seulement pour acquérir le pouvoir mais, essentiellement, pour sauver le Sénégal et l’inscrire définitivement dans le long fleuve tranquille d’une démocratie apaisée où l’épanouissement des citoyens et la lutte contre la pauvreté se conjuguent et s’enrichissent mutuellement.  
Le préalable de la double clarification : éviter l’écueil du ‘société civilisme’ et celui du ‘TSWisme’  
Organisations de la société civile et partis politiques s’inscrivent chacun dans des rôles qu’il convient de ne pas confondre.  
A entendre un certain nombre de commentaires glanés ici ou là, à l’occasion de discussions ou à la lecture de certains articles, nous ne pouvons que nous désoler de la confusion totale qui est faite entre les rôles, fonctions des partis politiques et ceux des organisations de la ‘société civile’. Il nous semble important, dans le but d’une consolidation de notre démocratie et pour ouvrir ce débat-là, de sérier les deux sans minimalisme ni instrumentalisation.  
En effet, la fonction essentielle des partis politiques, au-delà d’être le cadre d’une minorité agissante pour la conquête, l’exercice et la conservation du pouvoir, est celle de l’articulation globale au nom de l’intérêt national des différentes aspirations, très souvent légitimes, des multiples groupes sociaux et individus composant la société. Par cette fonction, ils permettent une ‘rationalisation’ et une mise en forme des demandes et préoccupations sociales ; facilitant par ce biais les débats et les choix sur l’orientation globale de la société.  
Cette fonction est inhérente à la nature de toute société, à savoir espace ou lieu par excellence de l’hétéronomie, de la diversité où se déroulent la compétition et la coopération entre ses membres. La prise en compte de ces conflits par la régulation du couple compétition/coopération est essentielle à la stabilité, voire à la survie de la société et fonde, pour ainsi dire, d’un point de vue anthropologique, le pouvoir politique et, par là-même, les organismes qui y concourent. Il n’est point de hasard dans la reconnaissance des partis politiques par les Constitutions dans bon nombre de démocraties.  
De notre point de vue, la nature, le rôle et la fonction des organisations de la société civile sont tout autre. La société civile est entendue ici au sens restreint, c’est-à-dire regroupant l’ensemble des organisations en dehors de celles de la société politique. Cette acception est différente de l’optique gramscienne qui intègre, quant à elle, les partis politiques dans le concept de société civile pour mieux magnifier le face-à-face entre la Société et l’Etat. Au sens restreint, les organisations de la société civile ont comme objectif la prise en charge d’intérêts spécifiques, voire particuliers. Elles jouent, en premier lieu, un rôle de contre-pouvoir. Elles sont, pour paraphraser un grand penseur du libéralisme politique, ces canaux par lesquels s’écoule la puissance de l’Etat et sans lesquels l’impact de celui-ci sur la société et ses citoyens pourrait être désastreux. Ce rôle contributif de protection des citoyens implique une distanciation par rapport aux instruments du pouvoir. Elles apportent également, dans le cadre d’une démarche de démocratie participative, une expertise ciblée ainsi qu’une parole citoyenne, bénéfique et pendante à celles de l’administration et des politiques. Elles ne pourraient, en tant que ‘société civile’ stricto sensu, conquérir, exercer le pouvoir ; sauf à se transformer en organisations politiques. Cela n’exclut évidemment pas que des individualités, issues de leurs rangs, puissent se confronter au suffrage universel.  
Cette confusion nous semble être le cheval de Troie d’anciens militants, indubitablement minoritaires, mais agissants, de l’extrême gauche sénégalaise partisans de la disqualification ‘totale’ des partis politiques, particulièrement ceux qui ont été au pouvoir et au premier rang desquels se trouve le Parti socialiste (Ps). Mais cette posture oublie, d’une part, que le peuple s’est exprimé en 2000, sanctionnant à l’époque le Ps et, d’autre part, que le peuple reste le seul détenteur de la souveraineté. Et nul corps, nul segment de la société ne peut se substituer à lui ou parler en son nom hormis, de manière temporaire, ses représentants clairement désignés par lui.  
Ces ‘ex’, qui ont déserté le champ politique voilà de très longues décennies pour des espaces professionnels beaucoup plus calmes et moins traumatisants que l’arène politique, voient dans cette période historique qu’ont été les Assises nationales, l’occasion de renouer avec leurs ambitions d’antan. Soit, mais que cela se fasse en évitant les amalgames.  
Le ‘Tout sauf Wade’ (Tsw) ne doit pas masquer le rapport de force interne et ne peut construire la nouvelle société à laquelle nous aspirons.  
Une autre confusion s’ajoute à celle précédemment évoquée. Elle est liée à la nature hétéroclite de la coalition Benno Siggil Senegaal. Cette pluralité est certes une force, mais si elle ne permet pas de savoir ‘qui est qui’, si elle ne permet pas de savoir ‘qui pèse quoi’, si elle ne s’inscrit pas dans un principe de complémentarité des différences, alors, elle peut contribuer à fausser le jeu démocratique. Notamment en termes de représentativité du suffrage populaire. En outre, si elle n’est pas structurée autour d’une vision forte et claire de l’avenir, si elle ne permet pas de tracer la ou les voie(s) de l’avenir, alors, elle se transformera en faiblesse, ajoutant de la confusion à la confusion. Il nous faut éviter que le remède ‘Tout sauf Wade’ soit pire que le mal, comme nous l’avons connu avec l’alternoce de 2000.  
L’observation de la trajectoire historique de chacun des membres de la coalition laisse apparaître une multitude de situations. Certains partis s’inscrivent dans le champ politique depuis les indépendances, de manière officielle ou ‘clandestine’. Ils se sont, au fil du temps, confrontés au suffrage universel et ont structuré, appuyé leurs stratégies à partir de profils d’électeurs spécifiques. C’est en ce sens par exemple que la Ligue démocratique/Mouvement pour le parti du travail (Ld/Mpt) et le Parti de l’indépendance et du travail (Pit) ont basé leurs stratégies électorales sur le monde ouvrier, universitaire ou syndical, et le Ps a sa base historique dans le monde rural. D’autres partis ont une inscription dans le champ politique beaucoup plus récent. Ce qui, évidemment, ne diminue en rien leur importance ou leur représentativité tant quantitative que qualitative.  
L’exemple le plus patent est celui de l’Alliance des forces de progrès (Afp), issue des flancs du Ps et créée à la fin des années 90, mais dont l’apport dans l’alternance de 2000 a été déterminant. On peut également citer l’Alliance pour la République (Apr), qui est des partis les plus récents de la coalition et dont la stratégie électorale, nous semble-t-il, est de capter une partie de l’électorat déçu du Pds, tout en misant sur la ‘prime à la victime’ qui a bénéficié à beaucoup de partis politiques. Les leaders de ces partis ont été perçus par l’électorat comme injustement traités par les tenants du pouvoir (ce fut le cas de Djibo Kâ, Moustapha Niasse et tout dernièrement Idrissa Seck) ; perception qui s’est traduite, quel que soit le type d’élection, par un nombre de suffrages exprimés conséquent en faveur de ceux-ci et de leurs leaders. Mais il nous faut ajouter aussitôt que cette ‘prime’ a été rarement confirmée le scrutin suivant.  
L’autre élément de diversité a trait à la taille et à l’organisation des partis. Certains ont une présence réelle sur l’ensemble du territoire national. De même que des équipes expérimentées, structurées et organisées en mesure de concourir de manière efficiente lors des joutes électorales nationales, un réseau de militants dense sur chacune des circonscriptions électorales… A leur profondeur historique s’ajoute donc une dimension nationale. Alors que d’autres occupent certains bastions, ne disposent pas, encore, de cette ‘masse critique’ de militants et de cadres politiques leur permettant d’occuper l’espace auquel ils peuvent légitimement aspirer.  
Certains de ces partis, souvent en dessous de 3 % des suffrages exprimés, bénéficient assurément du charisme de leurs leaders. A ce titre, nous pouvons évoquer le Fsd/Bj de Cheikh Bamba Dièye ou le Jëf Jël de Talla Sylla. Il reste à ces leaders d’achever à moyen terme le processus de ‘routinisation’ en faveur de leurs partis.  
La question idéologique - qui a longuement informé l’espace politique de l’après indépendance autour de la grande question entre réforme et révolution, ou celles de l’impérialisme et du néocolonialisme - si elle n’a pas disparu, et garde toute sa pertinence, est tout au moins en suspens, pour laisser librement cours à la lutte pour la conservation des acquis démocratiques et de la République face aux tentations familistes et monarchiques wadienne.  
L’historicité des formations politiques de la coalition Bss, leurs poids, leurs représentativités et expertises ne peuvent êtres passés par pertes et profits. Sauf à céder aux fariboles au détriment du principe de la représentativité démocratique.  
Ces principaux écueils étant posés, reste à nous concentrer sur l’essentiel, à savoir penser notre unité à partir de modalités communes définies de manière claire et nette. Cela d’autant plus que derrière cette diversité, nous pouvons entrapercevoir certains éléments communs pouvant servir de base programmatique et de consolidation du Benno.  
Il y a évidemment en premier lieu les conclusions des Assises nationales du Sénégal (Ans) qui peuvent servir de point de départ. Celles-ci se sont prononcées sur le type de régime politique, en indiquant un nécessaire rééquilibrage des institutions, particulièrement entre d’une part l’exécutif et le législatif, et d’autre part - au sein même de cet exécutif - entre le président de la République, chef de l’Etat et le Premier ministre, chef du gouvernement. Elles portent également haut et fort le principe de l’indépendance de la justice. Concernant les stratégies de développement, les Ans préconisent judicieusement une rupture avec le modèle néocolonial au profit d’une organisation du territoire autour de pôles de développement épousant étroitement le potentiel, l’histoire et la géographie des régions concernées. Sur les problématiques d’éducation et de culture, elles suggèrent l’adossement sur nos valeurs intrinsèques notamment la primauté de l’être sur l’avoir.  
Ces valeurs communes forgées, de manière participative, à l’occasion de ces assises, sont l’objet d’une large appropriation par la très grande majorité, pour ne pas dire la totalité, des partis membres de la coalition. Nous pouvons également remarquer que le Socialisme et la République sont deux sèves nourricières de la coalition. Ces deux visions - nous semble-t-il - cimentent ou peuvent cimenter la coalition, et pertinemment compléter le piédestal que sont les Ans. (A suivre)  
Magatte-Lô SOW Club Socialisme et République 
 
Le politicien, l’orgueil et la vérité 
 
 
‘Ô vous qui avez cru ! Pourquoi dites-vous ce que vous ne faites pas ?  
C'est une grande abomination auprès d’Allah que de dire ce que vous ne faites pas.’ (Coran, VI, 2 et 3)  
Connaissez-vous Don Quichotte, personnage de Cervantès, antihéros qui part sauver le monde en se battant contre des moulins à vent qu'il prend pour des géants ? Le nom du personnage a donné lieu à l’antonomase ‘un don Quichotte’ qui désigne un personnage chimérique qui se pose en redresseur de torts, mais aussi quelqu’un qui voit partout des adversaires imaginaires. Si vous voulez voir l'incarnation de ce personnage, vous pourrez venir au Sénégal de l'alternance et vous installer presque tous les soirs devant la télévision libérale. Mais ce n’est pas là son moindre défaut ; la colère qui est un des sept péchés capitaux, est une autre caractéristique du personnage. ‘Ira furor brevis est, la colère est une courte folie’ (si elle n'est pas feinte), disaient les Latins. Les Wolofs eux disent que ‘la colère du poulet est sans effet devant le cuisinier’ ; celle à laquelle on a eu droit l'autre soir à la télévision peut être un bon exemple. À quoi sert-il de s'emporter au nom d'une pseudo-dignité pour aller ensuite quémander à travers le monde ? La vraie dignité eut été de faire prévaloir la force des bras de ses jeunes concitoyens pour développer son pays plutôt que de dépendre des ’milliards de l'étranger’.  
Ceux qui assimilent la politique à l'absence de vérité ont partiellement raison. Mais heureusement qu'il existe encore des hommes politiques véridiques. L'on a dit que ‘même le prophète Mohamed (Psl) faisait de la politique’ ; certes, mais sa politique était celle de la vérité, de l'économie et du don de soi pour le bien-être de ses semblables. Ce prophète (Psl) a dit, d’après Ibn Masud : ‘La sincérité mène à l'obéissance de Dieu et à la bienfaisance, et la bienfaisance mène au Paradis. L'homme ne cesse de dire la vérité jusqu'à ce qu'il soit inscrit auprès de Dieu comme absolument véridique. Le mensonge mène à la rébellion à Dieu et la rébellion à Dieu mène en Enfer. L'homme ne cesse de mentir jusqu’à ce qu'il soit inscrit auprès de Dieu comme grand menteur’ (unanimement rapporté).  
L’on nous a récemment dit que le délit de presse était dépénalisé au Sénégal alors que tout le monde sait ce qu’il en est ; demandez aux journalistes...  
Comment comprendre que quelqu’un, à un âge canonique, puisse dire une chose en sachant qu'elle est contraire à la vérité, en sachant que son interlocutrice sait - ou saura - que c'est une contrevérité et que les millions de téléspectateurs qui écoutent, savent que ce n'est pas vrai ? Et le chèque de Bolloré destiné à Youssou Ndour ? Tout récemment avec l'achat bien prouvé de 60 exemplaires de la Charte des Assises nationales, le porte-parole du palais, islamiste de surcroît, déclarait que la présidence n'avait rien acheté du tout et son journal avançait même que ‘la présidence récusait les vraies fausses preuves de M. Mbow’. N'y a-t-il pas un mot de trop dans cet oxymore, mon cher oustaz ? Le palais du ‘weddi’ vient d'avoir le véritable porte-parole qui lui sied. Et puis, à tant faire, puisque le principal intéressé, celui dont le nom figure sur la décharge est bien là, que ne porte-t-il pas plainte pour faux et usage de faux ? Il ne s’en serait pas privé s’il était sûr de son fait.  
Il nous faut assainir nos mœurs politiques et pour cela, les mouvements citoyens et les forces vives de ce pays doivent unir leurs efforts. Ceux d’en face ont vivement critiqué les initiateurs de ces mouvements, prouvant ainsi leur manque de tolérance et de démocratie. Si d’ignobles transhumants ont pu avoir droit de cité dans le paysage politique de l'alternance, pourquoi d'autres citoyens ne feraient-ils pas le chemin inverse ? Pourtant, il suffit que deux pelés et trois tondus insignifiants aillent vendre leur âme au parti au pouvoir pour que la télévision libérale s'empresse de les exhiber comme des bêtes de cirque. Nos dirigeants ne reculeront devant rien pour se maintenir au pouvoir ; rien ne manquera : la corruption, les opérations de charme, la cour aux ‘marabouts’, la rétention des cartes d’identité… Et la loi récente sur la parité participe de ce stratagème. Il est curieux de constater que même les femmes de l'opposition se sont laissé prendre au piège. Cette loi n'est peut-être pas mauvaise en soi, mais elle peut laisser sceptique si on considère l'état d'esprit de ceux qui l'ont initiée ; ces gens-là ne font rien qui puisse profiter au peuple, mais comme toutes les lois politiciennes et démagogiques, elle mourra de sa belle mort.  
Il nous faut élire des hommes nouveaux pour remettre ce pays sur les rails du développement, de la justice et de la morale. Sommes-nous assez fous pour confier le sort de notre jeune nation à un nonagénaire ou à ‘cet enfant’ dont le seul Cv se résume à la généalogie ? Vous n'y pensez quand même pas ! ‘Le plus intelligent et le plus compétent des Sénégalais’ qui nous déclarait dans une cérémonie solennelle où on s’attendait à voir le ministre des Sports : ‘Malgré que le Sénégal n’est pas qualifié’... Huit mots seulement, deux grosses fautes !  
La machine du changement est en marche, rien ne doit l'arrêter, que ce soit les prédictions funestes de charlatans qui se prennent pour Dieu sur terre ou les allégeances serviles de ceux qui devraient savoir que leur sort et leur fortune se trouvent entre les mains de Dieu et non entre celles, périssables, de ce ‘mortel dont on a fait un Dieu chez les Libéraux et leurs alliés’.  
Yatma DIEYE Professeur d’anglais, Rufisque yatmadieye@orange.sn  
Nos excuses au contribuable américain 
compatriotes américains, le peuple sénégalais regrette et condamne fermement, les propos irresponsables du «roi» Abdoulaye Wade à l’égard de son Excellence, Madame Marcia S. Bernicat. Un scénario comique très décevant, qui fait la honte de l’ensemble des Séné¬galais et Africains de la sous-région. Son Excellence, Madame l’ambassadeur était venue juste, pour l’encourager et renouveler des conseils, mais Maître Wade contourne le dé¬bat en comédie théâtrale, malheu¬reu¬sement sous le regard du monde entier. Cette sale occasion ne devait pas manquer, pour le buurba, au moment, où il est à la recherche d’un partenariat avec, le Président iranien, Mahmoud Ahmadinejad. L’A¬mé¬rique ne mérite pas vraiment cette sottise, surtout dans un pays comme le Sénégal. Le contribuable américain a toujours soutenu la cause sénégalaise, surtout, notre développement économique et social. La présence de l’Usaid, dans notre pays, en est une preuve absolue. Par le canal de cet organe, le contribuable américain épaule le Sénégal, et l’ensemble de la sous-région. L’ambassade des Etats-Unis à Dakar joue un rôle extraordinaire, elle accompagne nos pays dans la diplomatie et le maintien de la démocratie. L’Amérique comme l’Afrique sont des victimes de la colonisation et de l’esclavage, la méthode américaine pourrait bien servir aux Africains de leçons d’unification et de développement pour le bonheur du continent. Les Etats-Unis ont réussi une fédération fondée sur la base d’une démocratie naturelle, d’un Etat de droit qui ravit ses populations. Le monde respecte l’Amérique, ce n’est pas par hasard, si ce pays est resté au sommet, durant tout le dernier siècle. Le Welcome américain fait bouger le monde, son peuplement est unique, toutes les races, religions ou sociétés du monde sont dans la diversité. Nous, qui avons pris la nationalité, rien de regrettable, nous sommes considérés comme des natifs, nous partageons les mêmes opportunités et lois. Les émigrés de même, pas de regret, ils sont tous intégrés dans le système. Même le sans-papier vit le rêve américain dans la paix et la liberté.  
L’Afrique, est totalement différente de l’Occident. Malgré la richesse naturelle abondante, les mauvaises politiques nous amènent à tendre la main aux autres pour survire. Les peu¬ples d’Afrique n’ont plus d’es¬poir, étant tous traumatisés et même rongés par la misère. La criminalité commence au sommet de nos Etats, ce malheur est devenu une priorité dans le négoce africain. En général, l’aide internationale est souvent détournée par les mêmes politiciens ou élus, rien que pour se permettre une vie de luxe ou de classe. Je trouve normal que le contribuable américain ait posé des questions avant de faire une donation pour un pays tel le Sénégal. L’aide humanitaire est un devoir sacré, une action noble, qui retire l’homme de ses souffrances. Tout peuple a le droit de savoir ou de contrôler l’argent ou l’aide, qu’il attribue à un pays pauvre ou ami. Même pour un crédit bancaire, le client doit répondre à des questions, sur sa crédibilité et l’utilisation de la dette. Vraiment, personne ne peut qualifier la sottise du buurba sénégalais. Il n’a rien compris, l’âge ronge sa mémoire et le mène régulièrement dans des dérives. Les Sénégalais sont habitués à son théâtre, mais leur responsabilité est engagée du fait qu’ils ont choisi un vieillard d’un jugement supplétif de 86 ans comme guide suprême dans un pays où les jeunes forment une écrasante majorité. Il est temps que les Sénégalais l’obligent à aller à la retraite ; vraiment ses scénarii ridiculisent son peuple.  
Le Sénégal est un pays de teranga (bienvenue), vraiment, la sottise de Maître Wade, n’a rien de sénégalais. «Le niaak teegiin», (humiliation, manque de discipline) n’est jamais permis, par notre culture. Par le canal de la teranga, dit-il, le buurba a offert une mallette d’argent des Sénégalais à un fonctionnaire du Fmi.  
Le voici, encore dans un autre registre le «niaak teegiin» (le déshonneur) ; malheureusement d¬evant les téléspectateurs, il ridiculise une sœur Afro-américaine. Le buurba nous tympanise ces temps-ci, sur sa loi de parité et la teranga sénégalaise. Deux principes qu’il a mal connus ou respectés. (…) 
La famille du Président dirige la République, les ministres ne sont que des figurants, tous à l’ombre du fils Karim. Les jeunes fuient : «Barsa m’ba l’éducation pour une immigration clandestine ou sans retour barsaax.» De tout-petits enfants périssent dans l’Océan atlantique, du jour au lendemain, en grand nom¬bre, sans aucune conscience de l’Etat sénégalais. La pédophilie et la prostitution sont en abondance, cause, la pauvreté et les accessoires de luxe. Les femmes accouchent dans des cuisines, sans aucun traitement médical, et des mineures sont enceintées par viol. Depuis 3 ans, les populations de la banlieue vivent sous les inondations, mais Wade préfère investir des milliards pour un monument qui n’a rien d’africain. Le Président ne reste jamais au pays, toujours en voyage, la facture sur le dos du pauvre contribuable sénégalais. Seule la classe maraboutique ou politicienne mène une vie normale, laissant derrière, des populations en pleine agonie.  
Et pour conclure, les Etats-Unis et le Sénégal partagent une longue histoire. Avant la naissance de Chris¬tophe Colomb, les Sénégalais visitaient les Amériques. Je pense que les dérives du vieux buurba ne peuvent pas travestir l’image de ces deux pays amis et frères.  
Prêt pour la révolution des mentalités. 
Vive l’Unité fédéral et révolutionnaire des Etats d’Afrique. 
 
Ousmane DRAME -NYC USA / Monarchie.non@gmail.com 
 
Inadmissible ! 
Comme beaucoup de Sénégalais j’ai lu avec un sentiment où se mêlaient le dégoût, la surprise et le dépit que le Président Abdoulaye Wade se targuait d’avoir joué un important rôle dans la libération de Clotilde Reiss. 
Comment Wade peut-il aller jusqu’à s’émouvoir des déboires d’une obscure étudiante française qui a eu le malheur de se retrouver dans une affaire politico-judiciaire dont sont si friands les leaders politiques pour polir leur image et se refaire une santé dans les sondages ? 
Il y a un an, exactement le vendredi 22 mai 2009, je découvrais avec beaucoup de tristesse dans le journal Le Quotidien l’histoire de Seynabou Bâ, ancienne secrétaire à la présidence de la République arrêtée en Espagne pour un soi-disant trafic de cocaïne. Victime de la félonie d’une «amie» particulièrement déloyale qui lui fit transporter à son insu de la drogue, elle se retrouva du jour au lendemain dans les pires difficultés puisqu’elle fut arrêtée et emprisonnée pendant au moins deux bonnes années en Espagne. Cette histoire m’émut tellement que j’envoyais une contribution émouvante au journal Le Quotidien pour lancer un appel aux autorités qui se devaient de réagir pour apporter un soutien à cette pauvre dame. Car au-delà de cette femme, c’était l’image même du Sénégal qui risquait d’en pâtir puisqu’elle était quand même  em¬ployée au palais de la Ré¬pu¬bli¬que ! C’est-à-dire la première institution du Sénégal ! Cette contribution je l’avais intitulée «Maria de mi corazon» en souvenir d’un texte que j’avais étudié au collège. 
J’étais écœuré de voir que cette affaire n’émouvait nullement nos autorités qui la traitait avec la plus grande indifférence. 
J’imagine d’ici le tollé que cette histoire aurait une Française ou une Américaine en avait été la victime! Où était provoqué si Ablaye Wade quand cette pauvre souffrait toute seule dans les geôles humides espagnoles ? Où était la «diplomatie» sénégalaise quand cette dame ruminait ses tourments à des mil¬liers de kilomètres de son pays lâchée par tous ceux qui, dans les couloirs lisses de la Présidence, ne manquaient de lui adresser leur plus beau sourire ? Que fait Abdoulaye Wade pour les centaines de Sénégalais qui, à travers le monde, sont dans des situations pires que celle qu’a vécue Clotilde Reiss? 
Je pense que charité bien ordonnée commence par soi-même ! Abdoulaye Wade doit se rappeler qu’il a été élu par les Sénégalais pour régler en premier lieu les problèmes des Sénégalais. A la lumière des évènements récents (Haïti, affaire Clotilde Reiss), force est de constater que Wade se préoccupe un peu trop des affaires des autres oubliant que si lui vit dans un îlot de bonheur, beaucoup de Sénégalais vivent, eux, dans un océan de difficultés. 
Bibata22@gmail.com  
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 9.06.2010
- Déjà 5292 visites sur ce site!