ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Une fiction en extinction

ABDOULAYE WADE :  
Une fiction en extinction 
Il y a quelques semaines, en visite à Matam, Abdoulaye Wade s’est livré à un édifiant exercice de style. Fidèle à une tactique bien éprouvée, il s’est défaussé sur ses prédécesseurs, a porté de fausses accusations et a fait dans l’invective, sans parler de l’épouvantail de la mort du Parti socialiste agité depuis bientôt dix années par un Président qui, oublieux des devoirs de sa charge, est aujourd’hui le seul à faire à tout bout de champ de la politique politicienne. Il aurait pu tenter de rester dans le caractère républicain de cette visite et gommer le ton provocateur dont il est coutumier, mais, comme toujours avec lui, il suffit d’une foule et de quelques micros pour que le naturel revienne au galop. 
Désigner des boucs-émissaires est une technique usée qui a déjà atteint ses limites mais si on y ajoute la mauvaise foi, alors vous relevez un état d’esprit coupable des dérives maladroitement passées sous silence. Le discours d’Abdoulaye Wade à Matam est allé au-delà de la simple mise en scène. Mais il ne doit pas faire illusion. Car la réalité des faits indexe sa gouvernance toxique. Les méfaits multiples de cette gouvernance explosent sous nos yeux avec ses impasses : une économie nationale en pleine dépression, une agriculture moribonde, victime des politiques erratiques, une industrie démantelée par un affairisme d’Etat, des entreprises asphyxiées par la dette intérieure, un pouvoir d’achat en chute constante, une crise structurelle des secteurs de l’éducation et de la santé. 
Au lieu de satisfaire la revendication permanente des Sénégalais pour une vie décente, il n’a d’autres ressources que de s’attaquer aux Présidents Léopold Sédar Senghor et Abdou Diouf. Or tout le distingue de ses illustres prédécesseurs. Ce qui les distingue surtout, c’est la relation névrotique qu’Abdoulaye Wade entretient avec la chose publique. Il y a, pour ainsi dire, chez lui une absence de pudeur et d’éthique dans la gestion de l’Etat, illustrée par une gestion patrimoniale et par la personnalisation outrancière du pouvoir et des institutions. Tout le contraire des Présidents Léopold Sédar Senghor et Abdou Diouf qui nourrissaient, l’un et l’autre, un détachement pour le pouvoir et un mépris pour l’argent. Il tente d’entacher la probité et la rigueur morale de ses prédécesseurs alors qu’il y a peu, l’affaire Segura, qui a couvert notre pays de honte, le désignait comme celui qui a tenté d’acheter la conscience et le silence de l’ancien Représentant-résident du Fonds Monétaire International à Dakar. 
En vérité, Abdoulaye Wade nourrit un gros complexe vis-à-vis des Présidents Léopold Sédar Senghor et Abdou Diouf, qui ont fait l’histoire de notre jeune Nation et sont restés dans la postérité comme des hommes d’Etat exceptionnels. Léopold Sédar Senghor a été l’un des plus grands penseurs de notre temps et un pionnier d’une grande lucidité, dont l’œuvre et l’action resteront à jamais une féconde source pour la Nation. Le Président Abdou Diouf a contribué à consolider l’équilibre de la Nation et a été le principal artisan de la construction démocratique dans notre pays. 
Tous les deux, le premier à partir de sa notoriété personnelle et le second par son expérience et sa sagesse, ont donné à la voix de notre pays une résonnance planétaire et l’ont élevée dans le concert des Nations au moyen d’une diplomatie dynamique, professionnelle et respectée. On imagine le drame d’Abdoulaye Wade et sa frustration dans les endroits où il faut paraître pour être vu et apprécié puisqu’aujourd’hui, sa diplomatie frénétique et compulsive est désormais snobée et mise à l’écart dans les grandes rencontres internationales. 
C’est cela que l’Histoire retiendra de ces précurseurs alors que Abdoulaye Wade restera dans la chronique des faits divers. 
Lorsqu’Abdoulaye Wade annonce la mort du Parti socialiste, on perçoit tout de suite un sentiment trouble. En effet, la violence avec laquelle il s’attaque au Parti socialiste ne doit pas faire oublier la fascination que ce parti exerce sur lui. Le Parti socialiste fascine Abdoulaye Wade, au point qu’il ait toujours cherché à s’emparer, de manière illégitime, de l’héritage du Président Léopold Sédar Senghor et à s’en inspirer, même s’il le fait maladroitement. Abdoulaye Wade doit se faire définitivement une raison. Il ne réussira jamais à faire du PDS, un parti comme le Parti socialiste où cohabitent plusieurs générations de militants. Le Parti socialiste, c’est l’illustration d’un lien intergénérationnel très solide et la succession des générations depuis 1948 avec des alternances régulières et sereines à sa tête. 
A la fascination se mêle la crainte. Abdoulaye Wade a une peur bleue du Parti socialiste, une peur qu’il cherche à exorciser en annonçant régulièrement la mort du Parti socialiste. Naturellement, il se trompe. Malgré les assauts inédits dont il a fait l’objet depuis l’alternance de 2000, le Parti socialiste est resté debout, droit dans ses bottes parce que notre parti a une idéologie et des valeurs portées par des militants convaincus. Il a réussi à se redresser, à remobiliser ses militants et à s’ouvrir à tous les segments de la société sénégalaise. Il n’est pas évident que le PDS aurait pu résister aux attaques auxquelles le Parti socialiste a fait face depuis dix années et qu’il survivrait à son fondateur. 
Aujourd’hui le Parti socialiste est véritablement en ordre de bataille pour conquérir le pouvoir avec ses partenaires de Benno Siggil Senegaal. C’est cela qui fait peur à Abdoulaye Wade, lui dont le Parti ressemble à une armée mexicaine, et pour qui, chaque jour, correspond à un nouvel épisode de la chronique d’une mort annoncée en attendant le jour, plus très lointain, où le peuple sénégalais prononcera son oraison funèbre. 
Au final, la visite de Matam semble surtout avoir servi de prétexte à un déplacement électoral. Et il faut se désoler qu’avec Abdoulaye Wade, les vrais débats soient toujours occultés au profit de la rhétorique politicienne et que la mauvaise foi soit le seul argument d’une campagne électorale prématurée. Or, les Sénégalais ont le droit, aujourd’hui autant qu’hier, de réclamer l’amélioration de leurs conditions de vie, sans qu’au plus haut niveau de l’Etat leur soit en permanence adressé le même refrain. 
• Ousmane Tanor DIENG 
• Secrétaire Général du Parti Socialiste 
Ce présent texte peut également être lu à partir du site/blog de Ousmane Tanor DIENG (tanor-dieng.com) 
 
 
 
 
Monument de la renaissance africaine : Au-delà de la polémique politicienne et du débat profane 
 
 
Les hommes et les nations ainsi que leurs œuvres sont inexorablement soumis à la loi de la caducité. A l’image des feuilles vieilles et fanées qui tombent inéluctablement de l’arbre pour laisser place aux feuilles jeunes et étincelantes de vie verdoyante et prometteuse, nous sommes tous condamnés à céder la terre et la patrie à des générations nouvelles. Mais les vieilles feuilles que le processus de régénération naturelle de l’arbre semble expulser de l’organisme vivant, retournent, par la mort, à la vie de ce même organisme : elles fertilisent le sol à partir duquel l’arbre puise la sève qui le nourrit. Personne n’échappe à cette tragique loi de l’histoire des hommes et des nations qu’est la caducité : la seule façon de s’y dérober de façon indirecte c’est, à l’image du développement organique de la plante, de produire des œuvres immortelles. Ces œuvres prennent des formes et contours variés : les décisions et réalisations politiques exceptionnelles (comme la révolution française), les œuvres philosophiques et scientifiques de qualité (la Critique de la raison pure de Kant ou théorie de la relativité de Einstein) les œuvres artistiques (les chefs d’œuvres littéraires, les monuments architecturaux), etc.  
Les pères des Indépendances et les héros de la décolonisation ont posé des actes politiques mémorables, les artistes africains ont irrigué le monde de leur génie, des savants comme Cheikh Anta Diop et d’autres ont contribué à faire reculer les limites de la connaissance humaine. Il y a donc des monuments africains dans les domaines de la science, de la politique et de l’art. Mais quid des monuments faisant office de patrimoine national et symbolisant les aspirations d’un peuple ? Où sont les édifices qui symbolisent à la fois notre enracinement dans un passé dont nous sommes fiers et notre ouverture dans un avenir que nous affrontons avec sérénité, confiance et courage ?  
Le mot monument, du latin monumentum qui, lui-même, dérive de meneo, c’est-à-dire se remémorer, désigne une statue, ou toute forme d’œuvre architecturale destinée à rappeler un événement ou une personne dont la portée et le sens ont un caractère exceptionnel. Depuis la nuit des temps, l’oubli a été toujours considéré par les peuples et les nations comme une deuxième mort, un avilissement. Les pyramides égyptiennes sont le fruit de tant de sacrifices et d’ingéniosité qu’on est toujours pris d’émoi et de sentiment de respect infini pour les peuples qui ont réalisé de telles merveilles lorsqu’on les contemple. Que saurions-nous aujourd’hui des civilisations égyptienne, grecque, romaine, orientale, si des temples et des monuments érigés par les anciens n’avaient pas été des vestiges qui ont su résister avec succès à l’érosion du temps ?  
Qu’est-ce qu’un peuple qui ne chante pas sa gloire et qui n’affirme pas son optimisme pour l’avenir ? Une petite archéologie des sept merveilles du monde montrerait tout de suite qu’un peuple n’est jamais prêt à construire des édifices de ce genre : ils nécessitent des sacrifices et des efforts humains que ne sont jamais prêts à dépenser ceux qui n’ont d’intérêt que pour les réalisations à rendement immédiat. Aucun contexte n’est en réalité opportun à la réalisation des grandes œuvres de l’humanité, sinon l’héroïsme et le génie n’auraient plus de sens. Le mérite d’un peuple et d’une génération, c’est de savoir titrer de ses difficultés des motifs de fierté rédemptrice et des raisons d’espérance dynamique.  
En dehors des humeurs toujours vagabondes et versatiles de la politique, il convient de juger la portée du Monument de la renaissance avec la lucidité, l’abnégation et la rigueur intellectuelle dont sont si jaloux les intellectuels. Les monuments font partie de l’histoire vivante des hommes et des nations bien que symbolisant ou remémorant la plupart du temps des évènements ou personnages du passé. C’est pourquoi, les monuments ont une valeur à la fois culturelle et historique : ils suggèrent le passé, expriment une certaine fierté et témoignent de la créativité des contemporains. Dans toutes les grandes villes du monde, il y a des panneaux et des plans cadastraux qui orientent l’étranger et donnent une idée au nouveau venu sur les mutations de la ville.  
Il faut, dans le même rapport, considérer l’histoire comme une gigantesque métropole et les monuments comme des repères qui permettent aux visiteurs et aux nouvelles générations de s’orienter dans le tumulte que représente l’histoire de l’humanité. Elle est tellement tumultueuse cette histoire que ceux qui ne savant pas en avoir une lecture correcte et lucide se perdent ou immergent dans ses flots labyrinthiques. Nous autres Africains avons tellement souffert de l’oubli et du mépris que nous n’avons pas le droit de laisser notre patrie vierge de symboles de notre opiniâtreté malgré l’adversité, de notre vivacité malgré les assauts répétés d’un monde injuste et impitoyable, de notre créativité malgré la modicité de nos moyens et malgré notre dénuement.  
Il importe, sous ce rapport de dénoncer la critique de l’opportunité politique et économique du monument de la renaissance africaine : ce n’est (pas) parce que nous sommes pauvres que nous devons nous morfondre dans le misérabilisme et dans une résignation qui ne fera que nous damner davantage dans les tréfonds des poubelles de l’histoire. Il ne faut jamais se délecter du misérabilisme, car il tue tout espoir, asphyxie toute innovation et inhibe toute volonté de résurrection. Une telle critique n’est pas seulement dangereuse et inhibitrice ; elle est fondamentalement fausse, car l’histoire de l’humanité est remplie d’exemples qui montrent que dans l’angoisse et le désespoir l’homme reste lucide et créateur de merveille. ‘De la boue’, des artistes ‘ont pétri de l’or’ et Nietzsche a raison de penser qu’il faut avoir en soi le chaos pour accoucher d’une étoile qui danse.  
Face au spectacle de l’absurde, de l’horreur et du tragique qu’est l’histoire humaine, Nietzsche estime que l’homme est capable d’une créativité et d’une lucidité qui expriment justement sa liberté et sa joie à l’intérieur même d’une vie qui l’écrase et l’anéantit. La fierté n’a pas de prix et c’est faux de ranger le monument de la renaissance dans le registre du gigantisme mégalomane et des dépenses de prestige. Ce monument doit être considéré comme l’habile pétrification des larves de misère, de domination et de mépris, violemment mais ingénieusement extirpées des entrailles du volcan qu’est l’histoire tragique de l’Afrique et des Africains.  
Baudelaire a dit avec beaucoup de pertinence qu’’il est beaucoup plus commode de déclarer que tout est absolument laid dans l’habit d’une époque, que de s’appliquer à en extraire la beauté mystérieuse qui y peut être contenue si minime ou si légère qu’elle soit’. Tous ceux qui prétextent de la morosité économique actuelle pour contester l’opportunité de cet imposant édifice qu’est le monument de la renaissance devraient méditer ce propos de Baudelaire. Cette entreprise n’est pas une sorte de misère dorée, il s’agit plutôt d’une transfiguration de la misère, d’une sublimation dynamique et positive de celle-ci en énergie créatrice. La tour Eiffel a enregistré 6.893 millions de visiteurs en 2007 : combien d’emplois créés ? Combien de millions d’euros en termes de retombées directes et indirectes ces visites ont-elles permis ? New York a son Liberty Enlightening the World, (la liberté éclairant le monde) plus connu sous le nom de statue de la Liberté (Statue of Liberty) : combien de millions de dollars cet édifice génère-t-il par année ? De toute façon on ne peut et on ne doit juger la valeur et l’opportunité d’un tel édifice culturel et artistique en fonction de son coût ou de ses rendements financiers : ce qu’il symbolise, le message qu’il transmet, l’appel qu’il lance sont au-dessus de toute valeur marchande ! En ce qui concerne l’argument selon lequel l’habillement des personnages représentés par le monument heurte la conscience religieuse des Sénégalais et est contre les valeurs traditionnelles, il faut remarquer qu’il n’y a rein de plus saugrenu et de plus farfelu. Les tenants d’un tel argument sont d’ailleurs d’une éclatante mauvaise foi : juger une œuvre artistique en fonction du référentiel islamique dans un pays dont la constitution et les institutions sont laïques, c’est faire preuvede démagogie manifeste ! Il serait plus conséquent de la part de ceux qui défendent une telle idée de commencer d’abord par inviter leurs compatriotes à l’institution d’un Etat islamique où, comme on le sait, le socle culturel ne permettrait peut-être pas le port de tels vêtements.  
Comment peut-on vivre et s’épanouir dans un Etat ou la liberté est un principe fondamental et dénoncer une œuvre artistique sous prétexte qu’elle met en scène des personnages mal vêtus au regard de l’éthique et des valeurs musulmanes ? Comment peut-on déprécier une statue pour un tel prétexte alors qu’au même moment on vit dans un pays où les gens observent des mœurs vestimentaires totalement libres pour ne pas dire libertaires ? De quelle Afrique et de quel Sénégal cette statue incarne-t-elle la renaissance ? Pourquoi, au lieu de remettre en cause le caractère laïc de notre société, ces gens se délectent-ils de procès superficiels et de débats périphériques ?  
Il faut, dans ce pays, qu’on apprenne à faire une dichotomie nette entre le débat politicien et le débat technique : il y a des gens qui parlent de l’art alors qu’ils ne sont en rien autorisés à le faire. Il faut faire la dichotomie nette entre, d’une part le Wade chef d’Etat et chef de parti que les uns adulent et que les autres critiquent et le Wade artiste auteur de l’idée de ce monument et, d’autre part, Wade en tant que personne humaine (avec sa nature humaine bien courbe pour parodier Kant) et la valeur intrinsèque de son idée ou de son œuvre elle-même. Il ne faut pas que l’amour ou la haine, l’adversité ou l’amitié qu’on éprouve pour l’homme politique soient les bases sur lesquelles nous formons nos jugements sur l’œuvre de l’artiste. Il faut surtout éviter de faire une sorte de transfert, pour utiliser une expression freudienne, de la politique à l’art !  
Alassane K. KITANE Professeur au Lycée Ahmadou Ndack Seck de Thiès  
Objection, M. Thiam, la transhumance, malgré ses relents parfois immoraux, reste un phénomène politique naturel … !  
 
 
Dans une intéressante tribune publiée dans Walf Quotidien du 09 février 2010, intitulée : ‘Invention de la violence au Sénégal : ‘Archéologie’ d’un phénomène social menaçant la démocratie sénégalaise’, notre compatriote Abdou Rahmane Thiam Docteur en Sciences politiques basé à Montpellier, en France fait dans le corps de son texte, un violent réquisitoire à la transhumance politique. Phénomène qu’il semble imputé au Parti démocratique sénégalais. Loin de toute polémique, nous voudrions seulement apporter notre modeste contribution dans ce débat qui est loin d’être épuisé.  
En effet, le phénomène de décomposition/ recomposition est consubstantiel à la politique et c’est pourquoi le phénomène de la transhumance, malgré ses relents parfois immoraux, reste un phénomène politique naturel, normal. L’actualité en France et aux Usa a d’ailleurs contraint beaucoup d’analystes politiques sénégalais à revoir la façon dont ils pensaient le phénomène de la transhumance politique : ce n’est ni une invention sénégalaise, ni le monopole d’un parti.  
Aucune histoire politique ne pourra donc s’écrire ni se comprendre sans une prise ne charge lucide et objective de ce phénomène devenu une des clés de toute tentative d’exégèse de la démocratie sénégalaise. Et dans cette entreprise, il n’y a, compte tenu de sa propre histoire et de sa position actuelle dans l’échiquier politique, aucun autre parti plus intéressant, du point épistémologique, que le Pds. Ce parti s’est forgé dans la résistance face à la transhumance et se fortifie aujourd’hui par une gestion, quelquefois cahoteuse, mais malgré tout originale de ce phénomène. L’histoire du Pds et celle de la transhumance politique sont donc intimement liées, car c’est un parti qui, malgré ses précautions, en a souffert, mais qui, paradoxalement, en tire profit aujourd’hui.  
La question que doit se poser une analyse politique doit donc, provisoirement, écarter le point de vue moral pour une approche plus scientifique du phénomène au Sénégal. C’est pourquoi, quand M. Thiam qui convoque le contexte politique de 2000 dit : ’Malgré sa victoire au second tour, tout laisse à penser que le nouveau parti au pouvoir (Pds) n’était pas rassuré par la représentativité de son capital militant. Pour reconfigurer son assise politique locale et nationale, il a fallu débaucher des responsables d’autres partis, et plus particulièrement de grands responsables du Ps’, qu’il nous permette de marquer notre étonnement. Il importe sous ce rapport, de revisiter l’histoire politique du Pds par les textes et par les faits pour mieux cerner les contours de la transhumance politique au Sénégal.  
1- L’histoire de la transhumance politique au Sénégal :  
Selon Confucius, ‘l’expérience est une lanterne que l’on porte sur le dos. Elle n’éclaire que la route déjà parcourue. Devant, demeure toujours l’obscurité’. Toutefois même si ces propos sont vrais dans la mesure où ils signifient qu’on ne peut faire le présent avec les yeux et la mémoire du passé, il est également vrai que le présent ne peut se faire en amputant totalement le passé : celui-ci permet quand même d’éclairer parfois le présent.  
C’est sans doute ce que le parti de Wade a compris et a réellement appliqué dans le contexte de sa gestation et d’une culture de la phagocytose nettement ambiante à l’époque des derniers soubresauts de la dynamique de parti unique. La première Conférence nationale du Pds a permis à ce parti de voir comment il compte participer aux joutes politiques sans être pris dans les mailles du filet que le Ps utilisait pour fragiliser ou neutraliser toute force d’opposition.  
L’alternative se jouait entre être dissout ou être phagocyté : une troisième possibilité n’était pas pensable, pas plus que l’effectivité du principe du tiers exclu n’est guère pensable en logique pure. Un bref rappel du remue-ménage politique des années qui ont précédé la naissance du Pds suffira pour confirmer ce qui est dit plus haut : le Parti de la solidarité sénégalaise (Pss) a rallié l’Ups en 1960, le Bloc des masses sénégalaises lui a emboîté le pas en 1963, le Pra-Rénovation, fraction dissidente du Pra-Sénégal en 1964, le Pra lui-même en 1966 ! Qu’y a-t-il, dans la perspective d’élucidation des mœurs politiques sénégalaises, de plus instructif que ces différentes formes de décomposition/recomposition du paysage politique sénégalais ?  
Pour l’autre possibilité de l’alternative, est-il besoin de rappeler que l’irréductible Parti africain de l’indépendance (Pai) fut dissout en 1960 et que le Front national sénégalais de Cheikh Anta Diop fut dissout à son tour en 1964 ? Comment, dans ces conditions, peut-on penser l’effectivité d’un tiers exclu, c’est-à-dire, imaginer qu’il soit possible qu’un parti d’opposition ne rallie pas l’Ups et qu’il ne soit pas dissout ? ‘Peu de choses sont impossibles à qui est assidu et compétent... Les grandes œuvres jaillissent non de la force mais de la persévérance‘, a dit l’écrivain anglais Samuel Johnson.  
Dans le cadre de l’ascension politique de la formation politique de Me Wade, ce propos de Samuel Johnson est doublement pertinent : le génie de Wade ne fait l’ombre d’aucun doute, malgré la faiblesse originelle de sa formation politique ; et sa persévérance également n’a jamais fait défaut dans son combat politique.L’adresse avec laquelle le Pds a pris en charge les aléas politiques de l’époque nous renseigne aujourd’hui sur ses capacités infinies à faire face à l’adversité, quelles que soient sa nature et son ampleur. *(A Suivre)  
Pape Sadio THIAM Journaliste thiampapesadio@yahoo.fr 76 587 01 63  
Les facéties du Professeur Iba Der Thiam sur les prix du loyer à usage d’habitation 
Après un mutisme de longue durée sur les questions vitales de survie du peuple sénégalais dans un environnement marqué par une inflation de scandales en matière de gestion des ressources publiques, le Professeur Iba Der Thiam voudrait se rappeler au bon souvenir des Sénégalais sur des considérations subsidiaires relatives aux prix du loyer à usage d’habitation. 
Le stratagème de celui qui se faisait appeler «député du peuple» en habituant les Sénégalais de montagnes de questions orales à l’Hémicycle, consiste à éviter les questions urgentes essentielles et, en même temps, rompre son mutisme légendaire pour se focaliser sur des questions très éloignées des préoccupations actuelles des populations. Le but de ce tintamarre est d’apparaître à la fois comme le défenseur des intérêts du peuple et comme le défendeur attitré du régime libéral acculé dans ses retranchements. Il est évident que ce dédoublement fonctionnel le place devant un immobilisme explicatif du mutisme affiché antérieurement, à partir du moment où on ne peut pas être le protecteur d’un régime libéral dont les actes affectent négativement la vie des masses tout en se réclamant le porte étendard de la vox populi. Si bien qu’au risque d’être accusé aussi bien par le régime libéral que par le peuple de garder un silence entretenu sur des questions brûlantes de l’actualité, contrairement à son habitude, le Professeur amuse la galerie en claironnant pour que la voix du «député du peuple» retentisse sur des questions secondaires relatives notamment à la problématique du coût des loyers. 
Le coût élevé du loyer reste, certes, une préoccupation des Sénégalais ; toutefois, il constitue une variable aléatoire dépendante des coûts de facteurs principaux à la base du niveau général des prix dont ceux plus fondamentaux de l’électricité, de l’éau, de la nourriture et de la fiscalité, lesquels coûts sont assujettis aux politiques des pouvoirs publics dans les domaines économique et social. Bien entendu, pour baisser le coût du loyer et d’une manière générale le niveau général des prix, point de secret ; il y a lieu d’intervenir sur le coût des facteurs techniques de production et de la fiscalité intérieure et de porte, extrêmement lourds dans notre pays. La racine du mal consiste donc à mettre en place des politiques économiques de réduction de la fiscalité et par conséquent du train de vie de l’Etat, en plus de la réduction du coût des facteurs techniques tel que les prix sur l’énergie, l’eau, le téléphone pour arriver à une baisse du prix du loyer et du niveau général des prix. Le Sénégal fait partie des pays les plus chers au monde avec, à fortiori, un niveau faible de revenu des ménages et incidemment, avec l’un des pouvoirs d’achat les plus faibles au monde. Le Professeur Iba Der Thiam, pour être conséquent, aurait mieux fait de soulever les questions fondamentales à la base des politiques sociales actuelles de la seule responsabilité de l’Etat, lesquelles politiques impactent négativement les coûts comparatifs et la compétitivité des entreprises sénégalaises, y compris les sociétés immobilières. 
Il s’y ajoute que le coût du loyer dépend aussi du jeu des mécanismes du marché libre entre l’offre et la demande de logement, du coût des matériaux de construction qui dépend du niveau général des prix et du niveau de revenu des ménages au point qu’il est inutile de constituer en la matière une commission d’enquête parlementaire, à moins de vouloir faire de la théâtralisation pour divertir les Sénégalais sur des enquêtes dérisoires. Si commission d’enquête parlementaire devrait avoir lieu, la représentation nationale aurait fait œuvre utile, en vertu de son rôle de contrôle de l’action publique, de veille et de garde, d’utiliser son pouvoir pour commettre une enquête sur le plan «Jaaxay» ou sur les multiples autres utilisations des ressources publiques dans des conditions de non-transparence par les collectivités locales, les administrations, les agences et sociétés nationales et, en l’espèce, il y a à boire et à manger. Que dire des dépenses extrabudgétaires, de la patrimonialisation du foncier qui conditionne aussi le coût du logement, du financement du monument de la Renaissance africaine ou de l’aéroport de Ndiass, des fonds utilisés et dépensés par l’Anoci ou la Senelec dans des conditions opaques, si l’on sait qu’à elles seules, ces dites structures capitalisent plus de 1 000 milliards de francs Cfa de ressources manipulées etc.  
C’est dire au Professeur Iba Der Thiam qu’il devrait plutôt, sur cette question de baisse du coût du loyer dont il voudrait en être le champion, demander au gouvernement d’agir sur les trois leviers principaux suivants de la seule responsabilité de l’Etat : 
- l’accroissement substantiel de l’offre de logement afin de permettre à un maximum de Sénégalais de bénéficier d’un toit au moyen d’une politique volontariste de mise en œuvre de programmes de logements sociaux comme le faisait le gouvernement socialiste (Sicap, Hlm, Parcelles assainies, Zac etc.). 
- la baisse du coût des matériaux de construction en réduisant le coût des facteurs techniques et la fiscalité. 
- l’augmentation sensible du niveau faible de revenu des Sénégalais afin de leur permettre d’avoir un pouvoir d’achat compatible avec le niveau général des prix et de constituer une épargne pour investir dans le logement. 
Le Professeur Iba Der Thiam, à défaut d’être un véritable député du peuple, devrait, dans le contexte actuel marqué par des crises de tous genres et de scandales financiers, prolonger son mutisme légendaire afin d’éviter une levée générale de boucliers. Avons-nous entendu la voix du «député du peuple» tonner sur la catastrophique campagne de commercialisation agricole, sur la mévente du riz local ou le pourrissement de tomates de la vallée du fleuve Sénégal, sur la croissance économique presque nulle en 2009, sur la perte du leadership du Sénégal en Afrique et dans le monde, sur la crise endémique de l’école et de la santé, sur l’absence de notre Equipe nationale de football dans les compétitions africaines et mondiales et, que sais-je encore ! 
L’absence de lois de règlement et d’homologation des exercices budgétaires depuis 2000, montre à quel point, s’il en était encore besoin, que notre représentation nationale n’exerce pas véritablement son rôle de contrôle de l’activité publique pour n’être qu’une caisse de résonnance spécialisée dans le vote de lois incongrues par des députés aux antipodes des préoccupations du peuple. 
Kadialy GASSAMA - conomiste / Rue Faidherbe X Pierre Verger 
Rufisque 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 15.02.2010
- Déjà 5549 visites sur ce site!