ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

gouverner par la ruse seulement !

Vrai faux régime présidentiel sénégalais  
Après les événements douloureux de 1962, le Sénégal, pour casser toutes tendances bicéphales au sommet, opta par voix référendaire en 1963 pour une constitution instaurant de fait un régime dit présidentiel. Avec ce type de régime, le Président de la République concentre tous les pouvoirs de l’exécutif en ayant seul la possibilité de nommer et de révoquer les ministres. On était sorti de la constitution de type parlementaire de 1960. Les révisons successives de 1967, 1970, 1976, 1978 et 1981 ne touchèrent pas fondamentalement à l’âme du type de régime malgré entre-temps le retour du poste de premier ministre en 1970.  
En 2001, après l’alternance, une nouvelle constitution est adoptée par voix référendaire à 94%. Cette nouvelle constitution n’a pas non plus réduit à première lecture les pouvoirs du Président de la République. Au contraire, elle les aurait même renforcés selon la perception que l’on s’en fait. Depuis 2001, la quintessence de cette constitution votée par le peuple est passée à la trappe des révisions en fonction du climat politique du moment. Le mandat présidentiel ramené de 7 à cinq ans par le peuple souverain de 2001 a été révisé par les parlementaires pour repasser à 7 ans sans effet rétroactif. Le nombre de députés ramenés de 140 à 120 lors du référendum de 2001 est repassé à 150 par la seule volonté des parlementaires obéissant à la volonté du Patron de l’exécutif. Le Sénat et le conseil économique et social supprimés de la constitution de 2001 sont revenus par la fenêtre des mêmes parlementaires suivant la volonté du maître. Grosso modo, la constitution adoptée par le peuple sénégalais en 2001 aura donc subi des révisions par voix parlementaire qui ont fini par en dénaturer le substrat. Beaucoup plus de pouvoirs y sont entre les mains de l’institution Président de la République qui, en réalité donne l’impression de coiffer le judiciaire et le sénat (nommé au trois quarts) tout en ayant aussi le pouvoir de dissolution de l’assemblée nationale unique institution issue d’un suffrage réellement universel. Une institution née du suffrage universel peut en rayer une autre issue du même suffrage.  
Au plan judiciaire, aujourd’hui, la constitution donne au Président de la république le pouvoir de nommer les membres du conseil constitutionnel (article 89), et les magistrats après avis du conseil supérieur de la magistrature ou du conseil supérieur de la cour des comptes (article 90). N’en déplaise aux zélateurs haut-parleurs, l’exécutif tient par ce biais le judiciaire et le Sénégal gagnerai à une évolution de cette situation. Cette évolution ne devrait certes pas consacrer une sorte de République des juges mais devrait tendre vers plus d’équilibre et de marge de manœuvre du judiciaire vis-à-vis de l’exécutif par essence politique. Le Sénégal a assez vécu d’expériences pour pouvoir trouver enfin un équilibre consensuel à la seule condition que la réflexion dépasse les intérêts individuels. Nous devons rompre avec les lois faites pour les vainqueurs du moment et les juges doivent par la pratique marquer un peu plus le territoire de leurs institutions. Comprennent-ils leur mission historique dans ce Sénégal en mutation ? 
Au niveau de l’exécutif, l’article 42 de la constitution actuelle donne au Président de la République le seul pouvoir de déterminer la politique de la nation. En l’état actuel de notre constitution, l’article 49 dispose aussi que le Président de la république nomme le Premier Ministre et les ministres et met fin à leurs fonctions. La même constitution dispose en son article 53 que le Premier Ministre est responsable à la fois devant le Président de la République et devant le parlement qui, a la possibilité de faire tomber tout gouvernement par vote d’une motion de censure selon les dispositions de l’article 86. A la lecture de tous ces articles équilibristes, on est tenté de se demander dans quelle institution se trouve le véritable siège du pouvoir exécutif. Jusque là, le soit disant régime présidentiel de 1963 renforcé en 2001 n’a pas connu le scénario d’une opposition majoritaire au parlement raison pour laquelle, nous vivons une sorte de stabilité avec un chef à la fois du parti, de l’Etat et, de tout l’exécutif. Demain, si une opposition gagne les législatives et impose de fait son Premier Ministre, qui devra légitimement déterminer la politique de la nation ? Le Président de la république ou le Premier Ministre ? Comment un Président élu pourra demain prétendre déterminer la politique de la nation et nommer et dégommer les ministres dans un contexte de cohabitation avec une opposition majoritaire au parlement ? Les chantres du type de régime actuel savent pertinemment que le semblant de stabilité institutionnelle dont ils parlent ne concerne que le scénario d’un Président dont le parti est majoritaire au parlement. Ce scénario peut changer. 
Le régime sénégalais actuel tel que défini dans le texte constitutionnel résistera difficilement à la première cohabitation sauf si, en face, nous avons la chance d’avoir affaire à un Président dont la sagesse sera telle qu’il saura faire preuve de hauteur pour sauvegarder l’honneur et l’esprit de la République. Nous n’en sommes pas là mais, dans le cadre d’une cohabitation, l’article 87 de la constitution qui permet au Président de la République de dissoudre l’assemblée nationale après deux ans de législature ne pourra être utilisé indéfiniment et, un vice-président avec des pouvoirs donnés directement par le même Président ne pourra certainement pas contourner le Premier Ministre ad vitam æternam.  
En réalité, le régime dit présidentiel sénégalais actuel n’en est pas un si l’on se réfère aux dispositions de la constitution. C’est une variante du parlementarisme maquillé par des pouvoirs exceptionnels donnés au Président de la République de nommer les deux tiers des sénateurs parlementaires (article 60), d’être chef de parti politique (article 38), de nommer les magistrats (articles 89 et 90), de choisir demain un Vice-président à qui il pourra donner une partie des pouvoirs que le référendum lui a conférés. Ceci n’est pas une norme qui répond aux standards démocratiques modernes. C’est une trouvaille sénégalaise que nous devons dépasser. 
Nous sommes en face d’un type de régime parlementaire hybride, conjoncturel non classique qui ne répond plus aux exigences de la modernité et de l’irréversibilité de la démocratie participative. Nous devons tailler une constitution solide pour les générations futures et non pour les maîtres du moment. 
C’est en cela que les axes de réflexion posés par la charte de gouvernance démocratique des assises nationale sont importants et méritent plus de respect et d’approfondissements. Il est indécent de rejeter en bloc avec une véhémence ubuesque la teneur de cette charte impersonnelle et patriotique en brandissant le spectre des événements de 1962. La charte n’est pas une panacée mais c’est déjà une piste de réflexion sérieuse. Le Sénégal a récemment permis aux hommes et femmes politiques mauritaniens de s’entendre sur un minimum pour la stabilité de leurs institutions. Il est temps pour nous de trouver un consensus sur une constitution qui dépasse les querelles et ambitions politiques si nous voulons renouer avec notre statut de modèle démocratique en Afrique et asseoir une stabilité à toute épreuve.  
En définitive, le type de régime parlementaire est nécessaire pour servir de relais à la démocratie participative sine qua non pour notre développement. L’essentiel est de préciser les champs d’action des uns et des autres dans une constitution dont l’âme ne devrait plus être révisée en fonction de la volonté du maître. Les assises nationales ont déjà défriché le champ de la réflexion. A nous d’apporter la semence pour que vive la République. Républicains de tous les partis unissez-vous pour la République ! 
Pour les générations futures, il est temps de sortir du vrai faux régime présidentiel actuel qui n’est opérationnel que le temps d’une symbiose entre le Président de la République et la majorité parlementaire avec les dérives que l’on connait. Demain, les citoyens ne mettront pas forcément tous les œuf dans le même panier. Ils seront tentés de choisir un Président de la République tout en donnant l’assemblée à l’opposition. Ce sera une manière référendaire d’obliger à la limitation des pouvoirs. Avec ce scénario, aucun subterfuge politique même par voix constitutionnelle ne permettra à un Président de la République de tout régenter sauf à sortir des frontières démocratiques.  
En allant tout de suite vers le parlementarisme véritable et sans masques nous anticiperons sur ce scénario. Un Président de la République doit être au dessus de la mêlée même s’il est venu au pouvoir par le biais de cette même mêlée. C’est au gouvernement de gérer la nation sous le contrôle d’un parlement stable et lucide. Le Président d’une République est une institution de stabilisation et de garde de la constitution. Ce n’est pas une institution qui gère le quotidien. 
Le régime actuel devrait avoir la sagesse et la hauteur d’aller tout de suite vers cette voix irréversible d’un parlementarisme sain. Cela ne fera que nous faire gagner du temps vers cette issue irréversible. 
 
Mamadou NDIONE 
Mandione15@gmail.com 
FERLOO.COM : 
Apr : "Le Gouvernement que Wade a mis et continue de mettre en place, confirme..., sa volonté de persister dans sa logique de dévolution du pouvoir..." 
"Sous le Présidence effective du leader national du Parti, une réunion de présentation et de définition des missions dévolues aux différents Commissaires Politiques nommés par le Président de l’APR, s’est tenue le 05 juin 2009 au siège du Parti", nous informe un communiqué parvenu à Ferloo. M. Macky Sall en a profité pour "tracer les lignes politiques de ce travail visant, non pas une structuration organisationnelle de l’Apr, mais plutôt la construction de solides fondations pour l’Apr, en vue d’en faire le premier parti du Sénégal". 
 
"En effet, renseigne ce communiqué, par la Lettre - Circulaire 001/009/PR/, Monsieur Macky Sall, Président de l’Alliance Pour la République (APR), a défini les grandes tâches politiques présentes du parti, dans un contexte principalement dominé par les manœuvres du pouvoir, envasé dans une profonde crise et en quête de construction d’un schéma structurel garant de sa survie. Incapable de trouver des réponses aux grands maux qui étranglent les populations et n’ayant tiré aucune leçon positive des élections locales du 22 mars qui témoignent de son rejet par l’écrasante majorité de notre peuple, ceux qui nous gouvernent se signalent, une fois de plus, par l’amateurisme, l’arrogance, le pilotage à vue et une pratique profondément antidémocratique et anti-républicaine du pouvoir". 
Toujours selon ce document : "Le Gouvernement que Wade a mis et continue de mettre en place, confirme, si besoin en était, sa volonté de persister dans sa logique de dévolution du pouvoir, autrement que par des voies démocratiques et dans une perspective héréditaire. Pire encore, au moment où les tensions sociales assaillent le pays, la vie de nos braves paysans hypothéquée par la mauvaise gestion de la campagne agricole et que les populations ploient sous les lourds fardeaux de la hausse des prix de certains produits, le pouvoir crée, avec la complicité des Institutions qu’il a vidées de leur sens, une Vice-Présidence inutile au pays, uniquement destinée à ses préoccupations et manœuvres politiciennes". 
Et de poursuivre : "C’est dans un tel contexte gros de tous les dangers, qui appelle la mobilisation et la riposte de toutes les forces politiques, démocratiques et populaires, que le Président Macky Sall a dégagé les priorités urgentes du parti entre le mois de juin et décembre 2009. Il s’agit, principalement, d’organiser l’APR à la base sur l’ensemble du territoire national, par l’installation de comités, cellules structurelles composées de 100 militants, tous détenteurs de leurs cartes de membres. Cette vaste entreprise politique, est pilotée par le Directeur des Structures du Parti, M. Mbaye Ndiaye. Dans le même temps, ce travail permettra la rationalisation de la vente des cartes déjà entamée". 
En conséquence, dit le communiqué, "le Président Macky Sall exhorte tous les militants et Responsables de l’APR, à s’impliquer fortement, avec un esprit de responsabilité, de respect des directives du Président de l’APR, et d’ouverture dans ce travail politique primordial, garant d’une APR solide, conquérante, prête à faire face aux agressions du pouvoir et apte à mener à bien les prochaines échéances électorales". 
Alassane DIALLO 
L’Alternance décapitée : L’enjeu de la perte de l’autorité du Chef de l’Etat 
Les erreurs politiques se payent. Souvent, très cher. La formation du sixième gouvernement de l’alternance constitue assurément un exemple fort intéressant à étudier par la mouvance présidentielle. C’est un tournant historique de la page ouverte en mars 2000. Les cafouillages ont été nombreux à l’occasion de la constitution de l’équipe gouvernementale. Nous avons tout au bout de quelques semaines de remaniement sauf un orchestre et un chef, maître de la musique de son orchestre et de ses hommes. La nomination éphémère d’un ministre, le repêchage de ministres au dernier moment, l’absence de réflexion sérieuse sur des ministères nouvellement créés de manière artificielle et la répartition hasardeuse de fonctions entre des entités ministères taillées en fonction de la tête de celui devant occuper le fauteuil, ont fortement discrédité l’autorité du président de la République et ses hommes de confiance. 
 
L’image du Sénégal en a pris un sacré coup médiatique au sein de l’opinion publique nationale, africaine et mondiale. C’est de l’amateurisme au sommet de l’Etat, Il est inacceptable moralement et politiquement au regard de l’expérience accumulée par le régime de l’alternance depuis bientôt dix ans. Elle a eu le temps d’apprendre l’exercice du pouvoir pour éviter de donner une image aussi négative de notre système qui n’a absolument rien à envier aux démocraties européennes en matière de management des hommes et des équipes chargées de gérer les biens publics. Evidemment, les adversaires du régime ont saisi naturellement cette conjugaison de maladresses pour agiter la fin de règne du pouvoir du président de la République, Me Abdoulaye Wade. C’est un pas franchi par des pans entiers des franges de l’opposition. Cette réaction d’adversaires est normale. C’est le jeu démocratique qui fonctionne ainsi dans tous les pays se réclamant de la démocratie. On ne fait pas de cadeau à son ennemi politique déclaré. Bien au contraire. Il faut exploiter toutes ces faiblesses sans état d’âme. Il faudra peut être aller plus loin que cette appréciation pour mieux comprendre ce qui se passe dans les rangs de la mouvance présidentielle en général et singulièrement au cœur du pouvoir de l’alternance. Tout laisse croire que le chef de l’état est entrain de subir une pression énorme dont les premiers effets visibles se mesurent aux cafouillages dans les actes posés depuis la fin des élections locales marquées par la défaite du régime dans les grandes villes de notre pays. Cette pression résulte de la défaite du Parti démocratique sénégalais au terme des résultats des élections locales et de l’incapacité du pouvoir à lire correctement l’évolution du cours politique, social et culturel. L’impression d’une alternance décapitée est lisible à plus d’un titre. Le Pds vit des moments extrêmement difficiles. Les alliés n’ont aucune existence politique La cap 21 est plus qu’en panne d’idées. Le gouvernement lui n’a pas réellement un chef libre de ses mouvements et de son action. Il cherchera longtemps ses marques dans une mission quasi impossible. Le temps presse. Les urgences se multiplient sur tous les fronts. Aucune politique cohérente de redressement du tissu économique n’est à l’ordre du jour. Il faut de l’argent et il faut aller le chercher partout à travers la planète vivant une des crises financières les plus dures à supporter par les investisseurs. Jamais le Pds n’a été aussi mécontent de son propre pouvoir et de son chef. Tous les responsables libéraux vaincus au soir du 22 mars 2009 ont refusé de subir la sanction au regard du traitement de faveur accordé au responsable moral de la Génération du concret, Karim Wade. Alors que la lecture politique la plus cohérente aurait consisté à sanctionner au premier chef ce dernier pour avoir été battu dans son propre bureau de vote, le Secrétaire général national du Pds a plutôt promu le Président de l’Anoci au rang de ministre d’état avec un porte feuille ministériel à la limite défiant les exigences d’une gouvernance à la hauteur d’une meilleure rationalisation des activités du gouvernement. Cette récompense illégitime dans l’entendement des militants du Pds a ainsi secrété une résistance ouverte de certains leaders libéraux refusant de subir une injustice notoire. Le résultat est là. Dans le sixième gouvernement cohabitent des ministres ne s’entendant sur rien. Sinon sur leur appartenance à une équipe bâtie sur un mal entendu extraordinaire. Ceux qui ont gagné les locales sont devenus les frustrés du Pds, du gouvernement et du président de la république. Le monde à l’envers. Les partisans de la génération du concret sont désormais décidés à prendre tout le pouvoir politique. Rien ne les arrête plus sur ce chemin tout ouvert d’autant que le Pds révèle chaque jour que Dieu fait sa plaie et ses faiblesses internes. Le refus de la Ministre Aida Mbodji d’occuper un ministère imaginaire traduit à bien des égards le sentiment de révolte contenu. Les ministres libéraux se sentant à l’étroit aussi bien dans le gouvernement et que dans la formation libérale décapitée depuis la suppression du poste de Secrétaire général national adjoint dorment d’un seuil œil. Ils peuvent à tout moment partir. Il sera alors impossible dans ces conditions 
de trouver une unité de pensée et d’action au sein de ce gouvernement. La crise au sommet du gouvernement est alors dans le domaine des possibles. Les cafouillages ne sont en fait que les premiers signes de l’affaiblissement de l’autorité du président de la République par des camps se disputant le contrôle du pouvoir exécutif et la succession du président de la république. Ce qui se dessine à l’horizon, c’est simplement une autre crise de nature fort différente certainement aux crises nées sous le règnes des Premiers Ministres Idrissa Seck et Macky Sall. Elle débouchera sur la formation d’un autre gouvernement susceptible de donner tout le pouvoir à la génération du concret. Et,elle ne demande pas moins au chef de l’Etat. 
Mamadou SY Albert 
Seneweb.com : Dimanche 7 Juin 2009 
Imprimeurs et libraires du Sénégal, le temps est venu de vous rebiffer ( par Mody Niang)  
Lors du dernier pèlerinage marial de Popenguine, le Ministre d’Etat Cheikh Tidiane Sy, représentant le gouvernement, a profité de son adresse aux autorisés de l’église catholique pour vanter la démocratie sénégalaise. De la bouche de ce ministre, cela fait sourire. Quand on a été pendant de longues années le conseiller spécial du sanguinaire dictateur Mobutu Sese Seko, on ne devrait vraiment pas savoir ce que démocratie signifie. Et même si d’aventure on le savait, on y croirait pas du tout. Le Ministre Cheikh Tidiane Sy ne croit effectivement pas à la démocratie. Il est surtout bien placé pour savoir que la démocratie sénégalaise n’est pas un exemple à vanter. Elle est au mieux une démocratie formelle, une démocratie de façade, une démocratie tropicale. La démocratie sénégalaise est une démocratie du verbe, qui établit une discrimination inacceptable entre les citoyens. Les courtisans de la mouvance présidentielle jouissent sans limite de tous leurs droits humains, y compris du droit à l’expression. Ils ont accès sans limite à la radiodiffusion et à la télévision nationales. Ils écrivent des panégyriques, parfois franchement médiocres voire carrément nuls, qui se réduisent à des injures contre une catégorie de Sénégalais et à des tombereaux de louanges sur celui qui leur distribue « généreusement » des prébendes. D’autres, comme Abdou Latif Coulibaly, Abdou Aziz Diop et maints autres compatriotes qui refusent de se ravaler au rang de vulgaires laudateurs, et qui expriment, chaque fois que de besoin, leurs désaccords avec la nauséabonde gouvernance libérale, sont sevrés sans état d’âme de ces droits constitutionnels importants. 
Il existe aujourd’hui plus d’une dizaine de titres de livres qui sont bannis des frontières nationales et n’ont aucune chance de franchir le cordon douanier de l’Aéroport international Léopold Sédar Senghor. Il s’agit notamment de :  
1. Mamadou Seck, Les scandales politiques sous la présidence d’Abdoulaye Wade, L’harmattan 2005 ;  
2. Issa Thioro Guèye, Les médias sous contrôle : Liberté et responsabilité des journalistes au Sénégal, 2006 ;  
3. Abdou Latif Coulibaly, Sénégal, Affaire Me Seye : un meurtre sur commande, L’Harmattan, 2006 ;  
4. Mody Niang, Qui est cet homme qui dirige le Sénégal ?, L’Harmattan, 2006 ;  
5. Toumany Mendy, Politique et puissance de l’argent au Sénégal. Les désarrois d’un peuple innocent, L’Harmattan,décembre 2006 ;  
6. Babacar Sall, Le stagiaire. Roman d’un président de la République, L’Harmattan, janvier 2007 ;  
7. Pape Moussa Samba, Le président Wade ou le génie solitaire, Editions Cjfb, janvier 2007 ;  
8. Souleymane Jules Diop, Wade, l’avocat et le diable, L’Harmattan, 2007.  
Il y en a bien d’autres encore et aucun de ces livres n’est vendu à Dakar, ni dans aucune autre ville du pays. On ne les trouve en tout cas dans aucune des deux plus grandes librairies de la place. Pendant ce temps, les livres qui caressent Me Wade dans le sens du poil ou le portent carrément dans les nues, font l’objet de toutes les attentions et de traitements manifestement de faveur, notamment de cérémonies de dédicaces tapageuses, largement couvertes par la télévision « nationale ». Certaines d’entre elles déplacent tout Dakar et la librairie qui les abrite refuse du monde. A l’occasion, des exemplaires du livre à dédicacer s’arrachent comme de petits pains, par centaines. Pendant ce temps, mes livres, comme ceux d’Abdou Latif Coulibaly et de nombreux autres compatriotes qui commettent le sacrilège de ne pas être d’accord avec l’immonde gouvernance de Me Wade, sont carrément bannis de ces librairies, espaces de diffusion du savoir. Même notre présence physique, qui manifestement inquiète et gêne, n’y est pas souvent souhaitée. Comme si nous étions des pestiférés ! Nous le sommes effectivement aux yeux de certains de nos compatriotes. 
Ce déni de liberté d’expression – c’en est vraiment un – laisse pourtant indifférent. Il n’est relevé pratiquement par personne : ni par l’opposition qui en pâtit, ni par les organisations de la société civile, ni par la presse. En tout cas, pas à ma connaissance. L’Association des Ecrivains sénégalais se signale en particulier par son silence assourdissant. Il est vrai que nombre de ses responsables sont devenus des affidés de Me Wade. Nous ne serions pas d’ailleurs, à leurs yeux, des écrivains. Tout le monde semble donc accepter finalement ce déni de liberté d’expression, comme un fait accompli : seuls les flagorneurs de Me Wade ont droit à la parole et à la plume. C’est proprement scandaleux dans un pays qui se dit démocratique. 
J’en suis réduit à faire moi-même la promotion et la distribution de mes livres, puisque les principales librairies n’en veulent pas. Ce n’est pas là d’ailleurs la seule difficulté à laquelle je suis confronté. Même pour les imprimer, c’est une véritable gageure, une véritable course du combattant. La première imprimerie à m’avoir opposé une fin de non recevoir est l’imprimerie Saint-Paul. Le directeur m’avait sans fard avoué, après avoir gardé le tapuscrit pendant trois jours, qu’il ne pouvait pas courir le risque d’imprimer « Un vieux président face à lui-même ». Et comme réserves, il me renvoyait à certains mots, à certaines expressions qui posaient problème, à ses yeux (dès lors, on était en plein dans la monstrueuse censure). Il en avait souligné quelques-uns dans le texte. Pourtant, ce qu’il considérait comme des mots ou expressions à risques, rendaient compte d’une stricte réalité. Il a souligné par exemple : « Me Wade raconte souvent des contrevérités ». Comment peut-on me reprocher de faire une telle affirmation ? Même les oiseaux chantonnent à longueur de journée que Me Wade raconte des contrevérités ! Je peux en donner mille exemples. 
Les imprimeurs qui se risquent à imprimer mes livres refusent de les signer. Ainsi, vous ne verrez le nom d’une imprimerie dans aucune de mes livres édités au Sénégal. On s’empresse tellement à me les livrer d’ailleurs et à se débarrasser de ma présence gênante qu’ils comportent parfois des lacunes techniques. Ainsi, dans mon dernier livre (« Amadou Lamine Faye : ″Comprendre l’alternative wadienne (…)″. Un livre qui établit une nullité prétentieuse »), il y a quelques problèmes au niveau des notes de bas de page, dont certains numéros ne correspondent pas parfois aux textes explicités. Tout cela est inacceptable et nous ne devrions pas nous en accommoder. Ce pays n’appartient pas à Me Wade, ni à sa famille, ni à sa mouvance. Il y a été précédé par les présidents Senghor et Diouf. Un jour ou l’autre, il devra, lui aussi, débarrasser le plancher politique. Et le plus vite sera le mieux. 
J’ai mis en cause la responsabilité de l’opposition, de la société civile et de la presse, pour leur passivité par rapport à cette situation. Je me permets davantage de pointer le doigt sur la responsabilité de l’église catholique et de la Douane. Je peux comprendre que, par exemple, les responsables de la librairie Aux-Quatre-Vents prennent peur. Il ne pourrait en être de même de l’église. Du moins, c’est ce que je crois. En imprimant ou en vendant un livre, les imprimeurs et les libraires gagnent leur vie, eux et les travailleurs qui les entourent. Personne ne devrait les en empêcher, tant qu’ils sont en phase avec la loi. Or, aucun texte officiel n’interdit la distribution des livres bannis au Sénégal. Aucun autre n’interdit aux imprimeurs d’imprimer un certain nombre de livres ciblés. Je comprends donc difficilement la passivité de l’église dans cette affaire. Celle-ci a été notre refuge pendant les moments difficiles, surtout pendant les longues années de braise de la lutte contre le régime de Senghor. C’est souvent au Centre Daniel Brothier que nous nous repliions pour organiser nos conférences. Je me souviens, comme si c’était hier, de l’une d’entre elles, retentissante : « La négritude au Festival d’Alger », alors introduite par notre compatriote Diagne en 1969. 
L’église catholique s’est toujours signalée, aussi bien du temps de Monseigneur Thiandoum, comme de son successeur, par des positions responsables et courageuses sur des questions d’intérêt national. Dans le chapitre IV (pp. 133-138)) de mon livre banni des frontières nationales « Qui est cet homme qui dirige le Sénégal ? », L’Harmattan, mai 2006, j’ai rendu un vibrant hommage à ces positions responsables. J’en ai fait autant dans plusieurs contributions dont, pour ne donner que cet exemple, « Trop sélective, la colère de Me Wade contre l’église », Walfadjri du 9 janvier 2004. Je devrais pouvoir me permettre donc, quand je ne suis pas tout à fait d’accord avec elle sur une question, l’exprimer librement. Je fais donc ici état de mon incompréhension, quand la librairie Saint-Paul tremble devant certains manuscrits ou que la librairie Clairafrique fait le tri entre les « bons » et les « mauvais » livres. Par exemple, le livre d’Amadou Lamine Faye qui est d’une nullité extrême, y est en très bonne place, alors que le mien qui en fait la critique n’a aucune chance d’y être vendu. C’est cela qui est inacceptable et que je comprends difficilement de notre église catholique. On essayera évidemment de me convaincre que l’imprimerie Saint-Paul et la librairie Clairafrique sont une chose, l’église en est une autre. Ce sera vraiment peine perdue. 
Une autre structure engage sa responsabilité, prend une part coupable ans l’iniquité qui nous est faite : ce sont les services de la Douane qui acceptent docilement d’exécuter une très sale besogne. Les douaniers de l’Aéroport Léopold Sédar Senghor s’empressent de confisquer tous les titres bannis qui leur tombent sous la main. Or, jusqu’à preuve du contraire, ils font excès de zèle : ils n’ont aucun droit de confisquer un livre qui n’est pas officiellement interdit par un arrêté du Ministère de l’Intérieur. Il semble que ce soit sur la base d’une note interne du Ministère de l’Economie et des Finances qui leur indique un certain nombre de titres à bloquer qu’ils font ce travail peu valorisant. Si c’est vraiment le cas, le Ministère de l’Economie et les services de la douane ont bien d’autres chats à fouetter que de se livrer à cette sale besogne pour le plaisir du prince. Le Ministre de l’Economie et des Finances était attendu sur bien d’autres d’intérêts, notamment sur cette importante dette intérieure qui plombe les entreprises sénégalaises ainsi que sur les recettes fiscales et douanières constamment en baisse. Sa responsabilité est en particulier lourdement engagée dans les nombreux et lourds silences qui entachent gravement la nauséabonde gouvernance libérale. En particulier, il devrait nous édifier sans mensonge sur ces six milliards de francs Cfa qui avaient migré de la Sonacos vers une destination inconnue. Quelle était cette destination ? Ces milliards ont-ils été retournés à la Sonacos ? Les fameux cinq milliards de Sénégal Pêche ont-ils été effectivement encaissés par le Trésor public ? Qu’en est-il des fameux 7,5 milliards de fonds taïwanais ? Et de ces six autres milliards que le président Wade avait « donnés » gracieusement au gouvernement, et que l’ancien Premier Ministre Macky Sall s’était empressé de distribuer, comme s’il était un comptable public ? Un seul franc de ces hypothétiques milliards est-il vraiment rentré au pays ? Si c’est le cas, quels projets sociaux a-t-on réalisés avec ? D’autres questions restées jusqu’ici sans réponses pouvaient lui être posées, à lui, à ses ministres délégués successifs et à ses nombreux collègues (inspecteurs du Trésor) qui gravitent autour de lui. Le silence particulièrement lourd qu’ils gardent sur ces questions n’est guère rassurant. Il devrait donc avoir d’autres préoccupations que de faire confisquer illégalement des livres, si bien sûr, la note interne existe. 
Cette réflexion est valable aussi pour la Douane : notre pays devient de plus en plus une plaque tournante pour la drogue et l’argent sale. De ce côté-là, il y a suffisamment de travail (utile) à faire. Excès de zèle pour excès de zèle, que les douaniers jettent de temps en temps, ne serait-ce que furtivement, un coup d’œil sur ce fameux salon d’honneur. Le Sénégal est un petit village ou tout ou presque se sait. Cette sale besogne que les autorités de la Douane acceptent de jouer de façon pitoyable ne les grandit pas du tout, n’est pas du tout revalorisant pour leur corps, qui a davantage intérêt à faire la lumière sur ce scandale présumé, dont l’hebdomadaire La Gazette a fait état dans deux éditions successives. 
Le Sénégal n’est pas la propriété exclusive de Me Wade. C’est notre pays à nous tous. Nous devons cesser de nous laisser terroriser et dicter sa loi par cet homme. Les imprimeurs et les libraires en particulier doivent se rebiffer et refuser le fait accompli qu’on leur impose, et qui ne repose sur rien de légal. Tous les Sénégalais ne peuvent pas accepter de se ravaler au rang de vulgaires troubadours de cet homme qui nous dirige et qui devient de plus en plus gâteux et grabataire. Travailler pour gagner honnêteté sa vie est sacré. Personne, fût-il un monarque qui se prend pour le nombril du monde ne devrait nous en empêcher, surtout sur la base de simples artifices. Cela, nos imprimeurs et nos libraires ne devraient jamais le perdre de vue.  
MODY NIANG, e-mail : modyniang@arc.sn 
SUD QUOTIDIEN: 
Macky dénonce le mal gouvernance de Wade 
par Aïssatou Diop NDIAYE | SUD QUOTIDIEN , mardi 9 juin 2009 
L’apr a tenu une réunion de présentation et de définition des missions dévolues aux différents commissaires politiques nommés par le président du parti, Maky Sall le 05 juin, à Dakar. Cette réunion à pour but de bien garantir la construction de solides fondations pour l’Apr. Maky Sall en a profité pour critiquer une fois de plus le parti au pouvoir. 
En effet, monsieur Macky Sall, président de l’Alliance pour la république (Apr) a défini les grandes tâches politiques présentes du parti, dans un contexte politique principalement dominé par les manœuvres du pouvoir envasé dans une profonde crise et en quête de construction d’un schéma structurel garant de sa survie. 
Selon, le président du parti Macky Sall : « Incapable de trouver des réponses aux grands maux qui étranglent les populations et n’ayant tiré aucune leçon positive des élections locales du 22 mars qui témoignent de son rejet par l’écrasante majorité de notre peuple ceux qui nous gouvernent se signalent, une fois de plus, par l’amateurisme, l’arrogance, le pilotage à vue est une pratique profondément antidémocratique et antirépublicaine du pouvoir ». 
Le patron de l’Apr d’ajouter : « Le gouvernement que Wade a mis et continue de mettre en place, confirme, si besoin en était, sa volonté de persister dans une perspective héréditaire. Pires encore au moment où les tensions sociales assaillent le pays, ou les populations ploient sous les lourds fardeaux de la hausse des prix de certains produits, les populations s’inquiètent de la gestion de la campagne agricole et renouent avec les délestages, le pouvoir crée, avec la complicité des institutions qu’il a vidé de leur sens, un vice -présidence inutile au pays uniquement destinée à ses préoccupations et manœuvres politiciennes. » 
C’est dans un tel contexte gros de tous les dangers et qui appelle à la mobilisation et à la riposte de toutes les forces politiques, démocratiques et populaires, que le président Maky Sall a dégagé les priorités urgentes du parti entre le mois de juin et décembre 2009. Il s’agit, principalement, d’organiser l’ Apr à la base sur l’ensemble du territoire national, par l’installation de comités, cellules structurelles composées de 100 militants tous détenteurs de leur carte de membres. 
Cette vaste entreprise politique, est pilotée par le directeur des structures du parti, Monsieur Mbaye Ndiaye, dans le même temps, ce travail permettra la rationalisation de la vente des cartes déjà entamée. En conséquence, le président Macky Sall exhorte tous les militants et responsable de l’Apr, à s’impliquer fortement, avec un esprit de responsabilité, de respect des directives du solide, conquérante prête à faire face aux agressions du pouvoir et apte à mener à bien les prochaines échéances électorales. 
LE QUOTIDIEN : 
Revirement dans l’appréciation des Assises nationales. 
Il y a de cela un an, les Assises nationales avaient fait l’objet de critiques acerbes, le plus souvent provenant de la mouvance présidentielle. Certains alliés de Wade, à sa suite, avaient usé de tous les mots pour fusiller les Assises nationales et leurs initiateurs. Iba Der Thiam, Djibo Kâ, Souleymane Ndéné Ndiaye, Oumar Sarr, Doudou Wade, Mamour Cissé, Farba Senghor, Idrissa Seck… La liste n’est pas exhaustive. L’initiative de Karim Wade hier, rapportée des confrères de L’As et du Populaire, de rencontrer le président Amadou Makhtar Mbow et Moustapha Niasse, le Secrétaire général de l’Afp (partie prenante de ces Assises), même si elle n’est pas exempte de calculs politiques, est un autre pied de nez aux contempteurs des Assises nationales. 
Les va-t-en en guerre d’hier battent en retraite 
Par Mamadou DIALLO 
Les Assises nationales ont été lancées un dimanche 1er juin 2008. Presque un an après, elles livrent leur verdict. Les conclusions des travaux ont été rendues publiques le 24 mai dernier. Des conclusions qui ont été diversement appréciées. Mais, retardons-nous un peu sur le lancement de ces Assises qui avaient suscité une énorme polémique au sein de la classe politique sénégalaise. Des critiques acerbes sur l’idée et l’organisation de ces Assises par «une opposition qui ne reconnaissait pas la légitimité du Président Wade» ont été faites par certains responsables libéraux et des membres de la mouvance présidentielle. Ils avaient fortement récriminé sur ces Assises nationales et les hommes qui les animaient. Mais depuis lors, beaucoup d’eaux ont coulé sous les ponts. Comme s’ils s’étaient rectifiés, certains d’entre eux ont adouci leur moulin à critiques, contre des Assises qu’ils assimilaient à une conférence nationale ou à un complot d’opposants. Cela, après que le président des Assises nationales, Amadou Makhtar Mbow et son équipe, ont rendu public les conclusions tirées des consultations citoyennes et des réflexions des élites politiques et de la société civile. 
POSITIONS MITIGEES 
N’est-ce pas le professeur Iba Der Thiam, qui s’est noyé depuis fort longtemps dans les eaux libérales, qui dénigrait ces Assises, les qualifiant même d’insensées ? Dans un entretien accordé à un quotidien de la place, il disait : «Les Assises nationales, qui se tiendront sans la majorité, n’ont aucun sens. Les Assises nationales sont des formes de conférences nationales qui ne disent pas leurs noms. C’est une sorte de contournement du processus démocratique pour emprunter des voies que l’état de notre démocratie a dépassées depuis fort longtemps.» Peut-être qu’il s’était trompé ou bien qu’il ne comprenait pas la démarche des organisateurs de ces Assises. C’est le moins que l’on puisse dire. M. Thiam a changé aujourd’hui de discours. Il adopte maintenant une position moins tranchée, plus nuancée en tout cas, après la restitution des conclusions. Même s’il a eu à émettre quelques observations toujours critiques sur certains points de ces conclusions, Iba Der Thiam semble se racheter. Il s’est servi de l’émission dominicale Grand jury de la Rfm comme tribune pour rectifier le tir. «S’il y a une fraction du peuple qui se réunit, réfléchit et propose des solutions, il faut se donner la peine de les écouter. Cela me paraît être une attitude de bonne gouvernance qui, au demeurant, est vigoureusement conforme à l’éthique et à la démarche du chef de l’État», dit-il. En procédant de la sorte, l’historien a bien mis du bémol dans son appréciation des assises, même s’il récuse le qualificatif «nationales» qui leur a été collé. Mieux, semble-t-il, il prône l’application de ces Assises par le pouvoir en place.  
Autre membre de la mouvance présidentielle à faire des Assises ses choux gras pour critiquer ses organisateurs, c’est le ministre de l’Environnement Djibo Leïty Kâ, le leader de l’Union pour le renouveau démocratique (Urd). M. Kâ n’avait pas digéré que ces Assises aient eu lieu, allant même jusqu’à les qualifier «d’agression directe contre la démocratie». Djibo Leïty Kâ qui défendait la position de son patron Wade, réfractaire à ces Assises, disait à l’époque par le biais de son parti : «Les Assises dites nationales ou Assises nax sa bopp sont inacceptables puisqu’elles sont manifestement une agression directe contre la démocratie, contre tout bon sens politique et contre la volonté librement exprimée par les Sénégalais qui, par une majorité écrasante, ont renouvelé leur confiance au chef de l’Etat. Ces assises frisent l’irresponsabilité. L’opposition poursuit un objectif malsain en imposant par voie détournée la négociation au pouvoir, dans le but de réunir les conditions d’une situation insurrectionnelle.» Hier, c’était le passé. Un passé très récent même. Aujourd’hui, le rénovateur en chef n’a plus le même discours incendiaire. Sa position a aujourd’hui varié et épouse un contour moins virulent et moins arrogant envers les organisateurs des Assises nationales. Que s’est-il passé ? Pourquoi ce retournement de situation ? Mystère et… bâton du petit berger Peulh. Mais en attendant, visez sa réaction après la restitution des conclusions issues des travaux des Assises nationales. Une réaction qui n’a rien à voir avec la première, et qui frise même l’hilarité. «L’idée des Assises nationales était géniale, car elle a permis à l’opposition d’occuper l’espace médiatique. Ils ont eu une bonne stratégie en se mettant en retrait et en laissant la société civile mener ces Assises», disait-il, lors d’une émission télévisée. Mais Djibo Kâ ne s’est pas limité là. Plus loin, il poursuit, cette fois-ci lors d’une rencontre du Bureau national des jeunes de son parti à Mbour : «J’espère que les conclusions issues des Assises nationales vont être communiquées aux partis politiques. En tous les cas, de ce que j’en ai lu dans la presse, après plusieurs réflexions, si c’est objectif, dépouillé de toutes les considérations partisanes, c’est une bonne chose.»  
Même le député Mamour Cissé avait contribué à la moule du gâteau… des dénigrements des Assises nationales. Le leader du Psd/Jant bi manifestait à l’époque son opposition catégorique aux Assises. «Ils (les initiateurs des Assises) n’ont pas à se prévaloir de leur propre turpitude pour se croire obligés de convoquer des Assises nationales qui n’ont du reste aucune légitimité du point de vue de la Nation parce qu’elles n’émanent d’aucune autorité incarnant la République. Cette situation qui leur est défavorable et qui est peu agréable, pour eux, ne devrait pas pour autant les pousser à vouloir prendre le pays en otage. Accepter les Assises nationales, ce serait saper nos institutions. Et, je pense que l’Etat du Sénégal saura prendre ses responsabilités.» Voilà ce qu’expliquait M. Cissé, lors d’une conférence de presse qu’il avait organisée à cette occasion. Tout récemment encore, à la faveur d’un projet de fusion entre son parti et celui de Me El Hadj Diouf, Mamour Cissé envisage même de se rapprocher des Assises. 
LA RAGE DES LIBERAUX PURE SOUCHE 
Les initiateurs des Assises nationales ont essuyé critiques, mais aussi menaces qui hurlaient de rage après que Wade a flétri les Assises et ceux qui y participaient. L’actuel Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye, à l’époque ministre de l’Economie maritime, avait livré un jugement sans appel sur les Assises nationales. M. Ndiaye les qualifiait de réunions qui se tiennent dans des salons et qui sont organisées par des gens qui ont fait leur vie. «Ces Assises n’ont rien de nationales. Ce sont les assises de l’opposition. Quelques semaines après leur défaite, ils se sont retrouvés avec de pseudos intellectuels pour réfléchir à la place de ceux qui ont été légitimement élus. Il n’y a pas un seul membre de cette opposition ou de cette société civile qui puisse brandir une preuve de fraudes des élections présidentielles de 2007. Je ne sais pas ce qui leur permet de nous prendre pour des nullards et de réfléchir à notre place. Nous ne nous laisserons pas faire. Ils ne sont pas d’accord avec nous ; c’est tant pis pour eux. Ils ont la liberté de consulter qui ils veulent. Nous avons des conseillers qui ont une expertise avérée. Nous n’avons pas besoin de leurs conclusions. C’est au Président de consulter des experts ; ce n’est pas aux experts de le convoquer pour lui donner des solutions», soutenait-il avec un brin irrité. C’est donc presque tous les libéraux qui s’en étaient vertement pris aux Assises nationales et à leurs organisateurs. Le ministre d’Etat, ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat y va aussi de «ses vérités» en dénonçant la démarche de l’opposition qui a initié les Assises nationales. «L’opposition, assommée depuis lors essaie de se réveiller par des Assises nationales et des déclarations catastrophistes. Nous les connaissons. C’est facile d’utiliser la presse de Dakar et de faire croire qu’on a de la force. Le Pds existe partout. Maintenant, dans l’animation quotidienne, il y a des couacs constatés par-ci, par-là. Nous les rectifierons et aux élections locales à venir, nous gagnerons comme jamais on a gagné auparavant. L’opposition, quasi-inexistante, s’est réfugiée à Dakar, dans la presse, mais n’est pas présente sur le terrain social. Elle le constatera à ses dépens et parlera encore de trucages électoraux», disait Omar Sarr.  
Si certains s’en prenaient aux Assises nationales elles-mêmes, d’autres tiraient sur les membres de la société civile qui ont accepté de prendre part à ces Assises. C’est le cas du président du groupe parlementaire libéral Doudou Wade. Le député libéral s’en est pris vertement à l’ancien chef d’Etat major de l’Armée, le général Mamadou Mansour Seck, qu’il accusait d’avoir tenté de liquider Abdoulaye Wade du temps du régime du Parti socialiste. «Il a fait des propositions au régime socialiste contre le Président Wade. Le Général Seck et les autres parties prenantes aux Assises nationales lancées dimanche dernier sont en train de participer à un complot contre la démocratie. Ils appellent au soulèvement. Le Général Seck était là du temps du Ps et il a déjà eu à prendre position contre Abdoulaye Wade. Ils complotent contre l’Etat, mais le Pds fera face», soutenait Doudou Wade. Et puis, le parti au pouvoir ne s’est pas seulement limité à critiquer les Assises nationales. Certains sont allés même jusqu’à menacer les participants à ces Assises. On se rappelle de Farba Senghor qui, dans une déclaration belliciste devant la presse, avait usé d’une témérité incongrue, une arrogance étonnante pour mettre en garde les participants aux Assises. «Ceux qui décideront de participer aux Assises auront choisi sur eux la lourde responsabilité de faire face au pouvoir. Ces rencontres constituent une bataille purement politique entre le camp du pouvoir et celui de l’opposition qui refuse l’évidence. Le démarrage des Assises, le 1er juin, constitue un moment pour compter les partisans du régime au pouvoir et ceux de l’opposition. Je demande aux chefs religieux et aux organisations politiques et de la société civile à se déterminer. Le terme Assises nationales est inapproprié. Il s’agit d’une farce de mauvais goût, une tentative supplémentaire de diversion organisée par des désespérés et des rancuniers et appelée pompeusement Assises nationales», lançait Farba Senghor. 
RETICENCE DE IDRISSA SECK 
Le leader de Rewmi, qui était invité lui aussi, à participer aux Assises nationales, a tenu, à travers une lettre adressée au président du Comité de pilotage, Amadou Makhtar Mbow, à émettre son avis. Des Assises auxquelles il n’a pas voulu participer pour des raisons qui lui sont propres. «Je participerai aux Assises lorsqu’elles deviendront nationales, c’est-à-dire inclusives de la majorité, de l’opposition et de la société civile. Le succès et l’éclat de ces Assises ne seront garantis qu’avec la présence de tous. Elles rempliront alors pleinement leur fonction, car aujourd’hui plus que jamais, tous les fils de ce pays, sans exclusive, ont besoin de se parler.» Ainsi se justifiait Idrissa Seck. 
Mais, aujourd’hui, à quoi ressemblent donc tous ces pourfendeurs, lorsqu’ils voient Karim, le fils de leur mentor, le Président Wade, tailler bavette avec le président des Assises et certaines parties prenantes. Et il est fort probable que cette initiative ait reçu la bénédiction du locataire du palais Léopold Sédar Senghor. 
madiallo@lequotidien.sn 
Les Assises nationales, une chance pour les Sénégalais. 
Heureux qui, comme les assoiffés, parcourant le Sahara à la recherche d’un point d’eau,  
Voient soudain autour d’eux s’abattre une pluie diluvienne, 
Ou comme ceux qui, cherchant ombrage, voient leur tomber l’aurore, 
Ou encore comme ceux-là qui, souhaitant désespéramment marcher au milieu d’un halo,  
Sont heureusement surpris par le soleil tout entier, doux et resplendissant. 
Qui sont-ceux-là ? 
C’est celui qui, trop de pouvoirs embrassant, a mal étreint 
Et a fermé l’horizon de tous bords à sa patrie, 
Faisant tomber une nuit noire dans tous les coins et recoins de son pays,  
Lâchant toute sa meute, contre vents et marées, sur le peuple qui l’avait élu, 
Et ce sont ceux qui se débattent depuis le 19 mars dans une impasse sans précédent. 
C’est lui qui a démythifié la République, agressant ainsi les libertés et la citoyenneté, 
Bafouant toute discipline budgétaire et ignorant toute politique économique et des affaires, 
Mettant à genoux tout un secteur primaire et brisant tous les espoirs fondés sur la terre, 
Ignorant royalement les valeurs et les droits économiques et sociaux de ses concitoyens, 
Faisant que l’homo-senegalensis a honte aujourd’hui de proclamer haut sa «sénégalité», 
Et ce sont eux qui mangent à midi et ne peuvent le faire le soir. 
C’est lui qui a transformé la dignité de ses gouvernés en pacotille, 
C’est lui qui a confié l’environnement du pays et son territoire à une jungle de prédateurs, 
Pour que ces derniers hypothèquent le développement durable du Sénégal. 
C’est lui qui, par sa faute, a poussé à l’aventure des milliers de jeunes trompés et désespérés, 
Qui, par ses humeurs et ses actes, a fait que cher Sunugaal est mal regardé et vu du dehors. 
Et ce sont eux qui souffrent ailleurs de la stigmatisation.  
Heureux donc eux tous qui, ne sachant plus où aller, ne pouvant plus retourner sur leurs pas 
Et se résolvant, l’un à remettre à des mains plus inexpertes l’outil arraché aux plus valeureux, 
Et les autres à s’opposer impuissamment à des manœuvres suicidaires pour le pays,  
Se voient proposer le grand bain national qui va purifier le Sénégal. 
Les Assises nationales sont donc une chance pour tous les désespérés d’en haut et d’en bas.  
Alors, que vivent les Assises pour que triomphent le Peuple, la République et la Nation. 
 
Daouda DIEDHIOU - Secrétaire administratif du Mouvement des jeunes du Rassemblement  
pour le socialisme et la démocratie / Takku Defaraat Senegaal 
On ne peut pas tirer le lait du hérisson en fignolant simplement. 
Le régime libéral commence à atteindre ses limites. La constante est de plus en plus contestée. Des voix s’élèvent au fur et à mesure que les uns et les autres se rendent compte que «tapalé ratoul sougnel». En d’autres termes, «ce ne sont pas des fignolages qui traient le hérisson», selon un proverbe local. Le minimum de bon sens devrait permettre à n’importe qui, qui prend en charge la gouvernance d’un pays, de se rendre à l’évidence que l’argent, à lui seul, pour corrompre les affamés et les nécessiteux ne peut guère sous-tendre une politique à long terme ; même dans un système répressif. Mais le vrai problème de Wade, c’est de ne pas connaître l’Etat et d’ignorer son mode de fonctionnement.  
La base essentielle de son échec retentissant sera, à coup sûr, fondée sur ces deux aspects en plus de sa personnalité. 
Dès après l’Alternance, les Sénégalais ont découvert un homme qu’ils n’ont jamais vu, ni connu. Un profil diamétralement opposé à celui de l’homme qui a bravé au nom du peuple toutes les péripéties de la bataille contre les socialistes, entouré d’une gamme de personnalités fortes et compétentes. Or, cet homme qui venait de naître, portait en lui le germe d’un complexe existentiel grave. Il était devenu le centre de la terre ; l’Homme supérieur ; une petite divinité transcendant la morale établie par tous, pour tous et les croyances des uns et des autres. C’est ainsi qu’il a décrété que «personne ne pouvait le remplacer à la tête de ce pays» oubliant au même moment qu’il y a remplacé un simple humain, qui a été lui-même précédé par un simple humain. 
En s’imaginant les choses ainsi, notre nouveau messie pensait qu’il allait réinventer l’histoire, l’histoire de la République du Sénégal. Sans prendre la précaution de voir ce qu’il y avait déjà en place, il s’est mis à détruire tout ce que ses prédécesseurs se sont évertués à construire pendant 40 ans ; parfois dans la douleur au prix de grands sacrifices et avec sans aucun doute des fautes et des fautes graves, que le peuple n’a pas pu pardonner ce fameux 19 mars 2000. Après cette étape, il s’est mis à raser tout ce qu’il y avait comme ressources humaines à côté de lui et qui l’a accompagné pour l’accession au pouvoir, pour ensuite s’entourer de gens cupides simplement guidés par leurs intérêts propres. 
Comment Djibo Kâ a-t-il intégré le camp Wade ? Qui ne se souvient pas de la fameuse bataille de Rufisque entre Mbaye Jacques Diop et son nouveau mentor ? Qu’est-ce que Iba Der Thiam n’a pas dit contre Wade ? Abdourahim Agne qui a porté la parole du Ps pendant plus de dix ans peut-il, une seule fois, se regarder dans la glace et dire «c’est toi Agne ?»  
La grande surprise pour les observateurs attentifs, c’est le sabordage de l’entité And Jëf, qui, après avoir goûté aux délices du pouvoir, s’est enivrée et a perdu tous ses repères ; du nord au sud, d’est à ouest, de bas en haut et latéralement. Ce ne sont pas seulement les hommes politiques qui ont été la cible du système ; l’administration a aussi subi sa purge. Les hauts fonctionnaires et les cadres dans tous les secteurs ont été domestiqués par la loi de la carotte ou celle du bâton perdant ainsi la neutralité, la sève nourricière de tout régime démocratique.  
Du même coup, on a recruté des bébés aux grands diplômes et sans aucune expérience étatique tant au niveau des administrations qu’à la tête des ministères et bonjour les dégâts et autres cafouillages. Commence alors la chute des grandes entreprises et des grandes politiques amorcées : l’éducation et la formation, l’agriculture, la santé, l’économie, la Senelec, les Ics, etc.  
Concernant l’éducation et la santé, rien ne va plus à cause du fait que le président de la République s’est levé un bon matin pour allouer des indemnités sans commune mesure dans les annales des Républiques modernes à des corps de fonctionnaires, en laissant ce personnel en rade et bien d’autres qui n’ont pas pu ou osé se battre. Bien entendu, ce qui devait arriver arriva : des grèves à n’en plus finir à l’école et dans les formations sanitaires. 
Pour l’agriculture, si avec le Ps le paysan faisait la galère, aujourd’hui, il est devenu un forçat, un bagnard. L’économie, quant à elle, chancelle ; l’Etat est souvent pris de court par les factures intempestives par rapport à ses capacités de paiement. Les dettes intérieure et extérieure reviennent au grand galop. 
Mais malgré les échecs accumulés, le régime reste sourd, et muet. L’opposition est faible et ne tape pas sur la table. Le rapport de force est inégal car seules les couches éclairées sont à l’affût, mais ne parviennent pas à drainer les foules. Signes encourageants pour un régime dont le fondement idéologique patent est que la fin justifie les moyens. Au contraire des socialistes qui les ont précédés, on ne recule devant aucun obstacle pour atteindre ses objectifs, quitte à faire éclater en mille morceaux la Nation. Voilà l’état des lieux aujourd’hui en 2009.  
Neuf années après sa prise du pouvoir, Abdoulaye Wade se rend enfin compte certainement que l’argent aura été pour lui un mauvais conseiller pour tenir en laisse une population de plus en plus acculée, meurtrie par ses politiques de misère et de désagrégation du tissu social et économique. Les Locales du 22 mars aidant, il a voulu relancer sa popularité en chute libre en s’investissant au mépris de la loi et de la morale éthique dont il n’a que faire, dans la campagne électorale. 
A cet égard, il a suffisamment vu du rouge et a même été caillassé. Mais c’est aussi, à ses yeux, des signaux forts. Il me semble que Wade est redevenu un simple humain dans sa tête, mais plus que cela, j’ai le sentiment qu’il a commencé à comprendre que la fin est proche. Et tel qu’il a géré ce pays, il doit se faire beaucoup de soucis pour sa retraite. Son problème, c’est qu’il s’est emprisonné dans son système au point de ne plus trouver autour de lui des personnes capables de lui garantir cette retraite.  
Idrissa Seck, sur qui il pouvait compter, lui fait tellement peur maintenant que malgré la volonté constante de se rapprocher de lui, il a du mal à franchir le rubicond. Il est pétrifié en pensant aux méthodes sanglantes, violentes et assassines qu’il n’a jamais soupçonnées être dans l’agenda de ce dernier. Macky Sall semble être perdu à jamais.  
A l’intérieur du système, il sait que tout le reste n’existe que par lui et que plus que Diouf, dès la fin de son règne, il n’aura plus qu’à recenser la longue liste des personnes qui savent dissimuler leur capacité à retourner leur veste. Il n’y a plus que son fils sur qui compter ; mais est-il capable de relever un si grand défi ? 
L’équation à plusieurs inconnues à mon avis pour lui, c’est cela ! Nommer son fils ministre, en faire un personnage central dans les sphères de l’Etat, c’est quelque chose, je crois que seul Wade aurait osé imaginer au Sénégal avant son élection en 2000. Aucun Sénégalais n’a jamais connu la figure d’un fils de Senghor ou Diouf sans aller chercher très, très loin. La preuve par quatre que le népotisme ne fait pas partie de notre vocabulaire républicain.  
Ce poste de vice-président qu’il crée sans dire pourquoi doit rentrer dans ce schéma. Et puisque rien n’a été dit, les interrogations fusent de partout. Les armoires du régime étant remplies de cadavres dont certainement celui de Me Sèye qui n’a pas encore livré ses derniers secrets doivent conduire des gens à prendre toutes les précautions imaginables. Sans parler des sous mal gérés, détournés et volés. 
Encore une fois, à tous ceux qui aspirent diriger à partir d’un mandat électif, faites vôtre le conseil de Condorcet : «Mandataire du peuple, je ferais ce qui me semble conforme à ses intérêts.» J’ajoute en ne pensant guère au mandat qui suit, car gouverner par la ruse est un argument de faiblesse et d’incompétence notoire. 
El Hadji D. SARR 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 9.06.2009
- Déjà 5066 visites sur ce site!