ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Message à la nation : Wade va-t-il enfin déme

Le 23 juin 2011, le Mouvement ‘Y’en a marre’ a dit y’en a marre et j’ai écouté, entendu et compris: j’ai compris que y’en a marre en a marre de voir qu’une frange importante des personnes qui nous gouvernent, se comporte comme si non seulement le Sénégal était sa propriété dont elle peut user et abuser à volonté, mais également comme si les votes de la majorité des citoyens de notre pays appartenait pour toujours à la coalition autour du Président Wade, parce que tout simplement les cartes de leurs propriétaires ont été librement offerts pour l’éternité à Maître Wade et à tous ceux qui acceptent de cheminer avec lui ou de défendre demain son héritage. 
 
Y’en a marre a aussi dit par la bouche de Foumalade, qu’il en avait marre de voir des millions de gobelets de café Touba joncher partout le sol des villes Sénégalaises, alors qu’un petit geste auraient pu les faire atterrir dans une poubelle; il a également dit qu’il en avait marre de voir des ‘Ndiaga N’diaye ‘ quotidiennement surchargés de monde, et mettant toujours en danger la vie des populations. 
 
Tout cela pose le problème de la responsabilité du citoyen vis-à-vis de lui-même, de la responsabilité du citoyen vis-à-vis de la société et celui de la responsabilité de l’état vis-à-vis de ses constituants. 
 
Si Y’en a marre, cris du cœur du peuple, a conscience de l’étendue de ses maux, et de la dimension de ses problèmes, il ne sait pas comment leur trouver solutions et c’est normal car, cela n’est pas de ses responsabilités premières et principales; la charge principale de la résolution des problèmes des Sénégalais appartient d’abord aux gouvernants, et cette charge n’est qu’une compétence transférée. 
 
Malheureusement, depuis le premier gouvernement d’Ahdjibou Soumaré, et l’installation du Sénat, si le Président de la République a mis un point d’honneur pour que ses grands projets continuent leur petit bonhomme de chemin, avec la crise de 2008 et les subventions supprimées, c’est non seulement qu’on n’a pas mis en place un programme d’urgence de soutien aux couches vulnérables ou défavorisées, mais beaucoup d’élus et membres du gouvernement identifiés par les populations comme n’ayant aucun mérite outre celui d’avoir été un Fidel et loyal compagnon de longue date du Président Wade, se sont installés dans leurs fonctions avec un comportement arrogant, et un refus total de même, communiquer avec le peuple. 
 
Le 23 juin, il était question du vote d’un projet loi, mais cela n’a été qu’un prétexte; ce qui s’est déversé dans la rue ce jour là et dans la nuit du lundi 27, c’était l’accumulation d’une frustration qui a débuté nous l’avons dit quelque temps après la réélection du Président Wade en 2007. 
 
En 2007, le Président Wade n’a été réélu qu’avec le bénéfice du doute: avec beaucoup de chantiers ouverts avec l’ère Macky Sall, le peuple a dit et tout le monde s’en souvient, ‘Bayiléne Gorgui Mou Li Guéye’ ; au lieu d’aider le président de la république a géré ‘le Sénégal comme un pays qui vient de sortir de guerre’, l’administration s’est plu depuis dans le laxisme. 
 
Dakar et toutes les villes du Sénégal sont sales et désorganisées, et on s’en rend mieux compte lorsqu’on vient de l’étranger; si on est une personne avertie, on saura que le Festival Mondial des Arts Nègres a créé beaucoup de frustrations chez beaucoup d’artistes et hommes de culture, et depuis longtemps la banlieue Dakaroise gronde sans être écoutée ni entendue. 
 
Beaucoup de Sénégalais sont convaincus qu’un système a été mis en place au palais présidentiel, pour empêcher le Président Wade d’être accessible par son peuple et de recevoir toute idée nouvelle de réforme; des centaines voir des milliers de projets innovants dorment aussi dans les tiroirs des conseillers du Président de la République lorsqu’ils ne sont pas tout simplement détournés. 
 
Mettre en place un programme d’urgence de soutien aux couches vulnérables et défavorisées, comprendre que les populations ont besoin d’être associées davantage à la gestion de leur quotidien car il y va de leur destin, être conscient que le monde a changé et que du fait de l’internationalisation des medias à l’échelle planétaire et de la démocratisation de l’information, les Sénégalais dans leur ensemble ont muri et aspirent à un niveau de bien-être de classe international, sont des choses importantes à comprendre par les gouvernants actuels et ceux de demain. 
 
Le 23 juin dernier, on a beaucoup parlé de démocratie et d’approfondissement de la démocratie mais dans tous les cas, le citoyen Sénégalais ne veut pas de démocratie qui ne nourrit pas son homme, rien ne saurait donc se construire demain dans le désordre et la terreur, les événements du 27 juin sont là pour ne le rappeler. 
 
En route vers 2012, les électeurs de 2000 ne sont pas les électeurs de 2007, ceux de 2007 n’étaient pas ceux de 2009, et ceux de 2012 seront de type nouveau ; tout ceci pour dire que ‘Y’en a marre’ en a marre de voir que beaucoup de Sénégalais sont pris pour des demeurés et il l’a dit tout haut les 23 et 27 juin derniers, les autorités qui veulent s’adonner à ce jeu périlleux, ne peuvent pas dire qu’elles ne sont pas averties.  
 
Samba Soumare - Consultant 
Message à la nation : Wade va-t-il enfin démettre son fils ? 
Ceux qui observent l’actualité politique sous nos tropiques ont encore en mémoire le discours émouvant du président Wade le 3 avril 2009, deux semaines après la débâcle qui aura coûté les élections locales au camp du PDS, le parti au pouvoir. 
 
On se rappelle le discours du président Wade qui à l’occasion de la fête nationale du 4 avril 2009 déclarait tirer tous les enseignements de cette défaite imputable à la présence de son fils, Karim Wade dans les listes électorales, une initiative qui aura coûté la mairie de Dakar et bien d’autres collectivités au Parti démocratique sénégalais. Mais l’opinion a été prise de court lorsqu’elle s’est rendu compte que Wade n’avait tiré aucun enseignement de ces consultations électorales que lui-même avait transformées en un référendum, pour ou contre son fils. Un fils que le père a ensuite nommé dans le gouvernement avec les charges pesantes qu’on lui connait aujourd’hui. Nous sommes à peu près dans le même cas de figure, à quelques heures de l’adresse à la nation du chef de l’Etat, à l’heure où les forces vives de tous bords réclament le départ immédiat de celui dont la présence dans le gouvernement aura mis tout le monde mal à l’aise, y compris dans les rangs du PDS. Faudra-t-il s’attendre à ce que le président abdique devant l’échec et le rejet patents que continue d’essuyer Karim Wade, dont Robert Bourgi nous dit qu’il n’a rien à faire en politique, une idée largement partagée par nos compatriotes ? Wade aura-t-il la clarté d’esprit, la grandeur d’âme et la stature d’un homme d’Etat capable de décoder un message en renonçant à sa candidature d’une part, et en démettant son fils d’autre part? Aura-t-il la sagesse de faire passer l’intérêt supérieur de la nation devant ses propres aspirations à faire de son fils un homme politique célèbre mais impopulaire, puissant mais sans défense ? Le peuple va-t-il se retrouver dans ce discours tant attendu, et retrouver enfin celui qu’il a porté au pouvoir en 2000 ? 
 
En tout état de cause, le maintien éventuel de Karim Wade dans le gouvernement édifierait l’opinion sur une chose : le président Wade n’aura tiré aucun enseignement des récents événements des 23 et 27 juin dernier. Il aura choisi le bras de fer avec son peuple au lieu de prêter une oreille attentive à ses compatriotes plus que jamais déterminés à combattre toute idée de la dévolution monarchique du pouvoir. Partira, ne partira pas, de cette allocution du président dépend l’avenir de toute une congrégation politique, et au delà, la stabilité de tout un pays et le devenir de toute une nation déterminée à recouvrer sa souveraineté après le cauchemar qu’aura été l’alternance démocratique. 
 
Momar Mbaye 
 
http://mbayemomar.over-blog.net 
La réponse de Wade au peuple : Analyse 
21 jours après la journée historique du 23 juin beaucoup de nos compatriotes attendent avec amertume le discours du Président de la république prévu aujourd’hui 14 Juillet. Pourtant depuis les événements le Président Wade s’est à maintes reprises prononcé à ce propos et a posé des actes à cet effet. Le discours du 14 juillet sera juste l’occasion pour le Président de la République de confirmer les mesures déjà prises. 
On peut se poser la question de savoir pourquoi nos compatriotes attendent du chef de l’Etat qu’il fasse un discours sachant que l’action est plus forte que la parole et que le Président a déjà agi. Dans la suite de ce texte, nous allons analyser les actes posés par le chef de l’Etat et tenter d’anticiper sur ce qu’il dira le 14 juillet. 
Depuis le 23 juin, le Président Wade a préféré répondre au peuple à travers 2 réunions du comité directeur de son parti. 
Au delà de la teneur de ces réunions, le premier enseignement qu’on peut en tirer, c’est que le Président de la République a répondu au peuple en chef de parti. En effet face à un événement aussi majeur, au lieu de réunir les forces vives de la nation et se comporter comme un chef d’Etat, le Président Wade a choisi d’agir comme secrétaire général du PDS. Ceci n’est pas un hasard, en effet, après 11 ans d’exercice du pouvoir, le Président Wade ne s’est jamais mis dans la peau d’un chef d’Etat, il a toujours agi comme le chef du PDS et a transformé le palais de la République en un siège de son parti. Il est entré au palais comme un chef de parti et il en sortira comme un chef de parti. Après 11 ans, le Président de la République s’est montré incapable de s‘élever au dessus de la mêlée pour prendre de la hauteur afin d’agir comme l’unificateur de la nation, le garant de la cohésion nationale. Avec lui il est un peu déplacé de parler de gardien de la constitution comme le disait Elhadji Mansour Mbaye du temps du Président Abdou Diouf, en ce sens que Wade s’est toujours comporté comme un violeur de la constitution et il l’a violé à 17 reprises environ. A ce propos, pour le dédouaner, on ne peut pas forcer une personne à offrir quelque chose qu’elle n’a pas, et le Président Wade n’a ni élégance ni classe, il est incapable de voir au delà des ses intérêts, de ceux de sa famille et de ceux de son parti. 
Pour en venir à la teneur de ces deux rencontres, les mesures prises peuvent se résumer en des appels à la violence et en des tentatives de dé-crédibilisation du 23 juin. En effet, le premier comité directeur avait comme objet « l’analyse de la journée du 23 juin et les décisions à prendre à cet effet ». A l’issu de la réunion, le comité directeur a pris la décision d’installer des comités de défense des institutions dans tous les quartiers du Sénégal. Le soleil rapporte que Le Président a exhorté son parti à mieux s’organiser pour répondre de « manière énergique aux agressions répétées des forces politiques adverses, sans faille et avec détermination ». Babacar Gaye révèle que le Président Wade a salué « la capacité de résistance de son parti à travers les jeunes, même s’ils ont été pris de court par les évènements ». 
L’analyse de ces décisions émanant d’un Président de la République fait froid dans le dos. Tout d’abord le 23 juin, les violences notées étaient soit le fait d’éléments du PDS comme en témoignait le journaliste Pape Allé Niang ou comme le témoigne l’agression d’Alioune Tine soit des échauffourées provoquées par les charges de la police sur les manifestants. Aujourd’hui le Président Wade devrait plutôt remercier les leaders de l’opposition, car s’ils n’avaient pas canalisés la fougue de la jeunesse, aujourd’hui Wade serait dans sa dernière demeure ou à bord de la pointe de la Sardaigne pour chercher difficilement un point de chute comme ce fut le cas de Ben Ali. « Installer des comités de défense des institutions » revient à former des groupes armés dans le pays à la solde du PDS car s’il s’agit de protéger les institutions de la République la police et la gendarmerie sont là pour ça. « Saluer la capacité de résistance des jeunes du parti et les exhorter à mieux s’organiser pour réponde de manière énergique aux agressions répétées de l’opposition » : c’est une forme d’incitation à la à la violence et à la confrontation. L’agression de Serigne Mansour Sy Jamil montre que cet appel à la violence a trouvé son écho et que leur plan d’installation de la violence dans le pays est maintenant opérationnel. Ce qui est encore plus grave c’est que ces décisions ont été prises dans l’enceinte du palais de la République. Si nos institutions fonctionnaient correctement, à la publication du compte rendu de ce comité directeur, tous les gens qui ont assisté à cette rencontre devraient être traduits en justice et inculpés pour « incitation à la haine et à la violence » et « atteinte à la sureté de l’Etat ». Cette attitude de Wade nous rappelle un certain Laurent Gbagbo avec ses jeunes patriotes. Son retranchement au plais nous rappelle aussi Gbagbo quand il s’était retranché dans son palais en attendant la délivrance divine. Gbagbo a été entrainé par sa femme et le boulet de Wade c’est son fils Karim. Souhaitons pour lui et pour l’image du Sénégal qu’il ne finira pas comme son ennemi juré. 
Durant la deuxième réunion du comité directeur, le Président Wade a accusé l’opposition d’être en train d’installer l’instabilité et la terreur dans le pays et que son parti doit prendre ses responsabilités pour faire face aux velléités de déstabilisation de nos institutions venant de l’intérieur comme de l’extérieur de nos frontières. Lors de cette réunion ils ont entendu Karim Wade à propos des affirmations de Robert Bourgi et comme on pouvait s’y attendre, l’assistance a cru aux démentis de Karim Wade sur parole. Durant cette réunion ils ont aussi annoncé que désormais le comité directeur allait se réunir chaque semaine. Cette deuxième réunion du comité directeur montre que le PDS veut se substituer à l’Etat pour vouloir maintenir l’ordre et s’est substitué à la justice pour découvrir la vérité à propos des affirmations de Robert Bourgi. Les faits reprochés à Karim Wade sont très graves car elles portent atteinte à la souveraineté et à la stabilité de notre pays et cela mériterait au moins l’ouverture d’une enquête sérieuse surtout que la justice peut facilement accéder aux preuves au Sénégal comme en France. Dans cette affaire espérons que la vérité sera établie un jour. Leur décision de tenir le comité directeur toutes les semaines à la présidence de la République confirme que désormais c’est au comité directeur du PDS que l’avenir de notre pays se décide. 
Dans leur stratégie de minimisation et dé-crédibilisation du 23 juin, il y a eu tout d’abord le mensonge selon lequel c’est à la demande des marabouts que le projet de loi a été retiré. Karim Wade a joué sa partition dans cette stratégie de dé-crédibilisation et de diversion. C’est lui qui osé accuser publiquement sans preuve l’opposition d’avoir armée des jeunes pour s’attaquer aux autorités. Dans la foulée il a aussi accusé les opposants d’être derrière les attaques d’églises. A travers ses agissements, on voit que son but tout comme celui de son père c’est de mettre le pays à feu et à sang alors que selon Monsieur Bourgi le père et le fils étaient en train de négocier une exfiltration par l’armée française. C’est dans cette même lancée que Karim Wade a écrit sa fameuse lettre ouverte aux sénégalais. L’affaire Hissène Habré rentre toujours dans le cadre de la diversion, avec cette affaire leur but était qu’on parle du Sénégal sur d’autres dossiers internationaux pour étouffer le 23 juin. Mais détrompez vous, le 23 juin est et restera une journée historique pour notre pays et restera gravée dans toutes les mémoires. Le 9 juillet, la dispersion de la réunion du mouvement du 23 juin rentre dans le cadre de l’intimidation. 
Compte tenu de l’analyse qui a été faite des actes posés jusque là et compte tenu de la personnalité du Wade, il est aisé d’anticiper sur son discours. Sans nul doute, dans son discours il abordera notamment trois points : la glorification de son œuvre, l’annonce de « mesurettes » et la critique de la communauté internationale. 
Mes compatriotes qui attendent des annonces importantes risquent d’être déçus. Connaissant Wade, il ne faut pas s’attendre de sa part à une annonce importante à la hauteur des événements du 23 juin. Il n’accédera à aucune demande de l’opposition, il leur réitérera juste un appel au dialogue. Mais le problème c’est que Wade a tellement trompé et trahi que personne ne peut plus lui donner du crédit même s’il est sérieux sur ce coup. 
Pour son bilan il va se glorifier des ces 7 merveilles sans dire en quoi elles sont merveilleuses pour le sénégalais moyen qui manque de tout et qui a d’autres priorités que de les contempler. Il nous parlera des routes sans nous préciser que ce sont des routes payées à prix d’or par le contribuable sénégalais qui on dirait ne mérite pas de rouler sur des routes normales payées à leur juste prix à l’instar des autres peuples. Le Président nous parlera du budget de l’éducation qui selon lui occupe 40% du budget national et de la construction d’infrastructures scolaires et universitaires on oubliant de dire que les problèmes de l’éducation sont encore plus aigus aujourd’hui plus qu’avant. Dans ce domaine, avec leur stratégie de la quantité, le Ministère de l’Education Nationale s’est transformé en un Ministère de l’alphabétisation nationale avec un niveau qui baisse d’année en année, des effectifs pléthoriques et des problèmes d’orientation des bacheliers. Dans son bilan il omettra de parler de la cherté de la vie et du désespoir des sénégalais avec l’immigration clandestine des jeunes au prix de leur vie et les immolations qui sont maintenant banalisées. Dans son bilan il oubliera de parler de ses 11 ans de corruption et de mal-gouvernance qui ont aujourd’hui plongé le pays dans une crise généralisée : gouvernement pléthorique, instabilité gouvernementale, création du Sénat et du Conseil Economique et Social, création d’agence tous azimuts, les fonds politiques sources d’enrichissement pour Wade et son fils putatif Idrissa Seck, la liquidation des ICS, la gestion de la SENELEC, l’affaire de la LONASE, le naufrage du Jola par négligence, l’affaire Mbakiyou Faye, l’affaire SUDATEL, l’affaire des 7 milliards de Taiwan, l’affaire Global Voice, l’affaire SEGURA, le scandale de l’ANOCI, le FESAMAN, le monument de la renaissance, l’accaparement des terres par le Président Wade et les proches du régime. Dans son bilan il oubliera de dire que ses 11 ans de règne, ce sont 11 ans d’impunité et d’injustice : affaire des chantiers de Thiès notamment avec l’emprisonnement injustifié de Bara Tall, agressions de Talla Sylla et d’Alioune Tine, agressions répétées de journalistes, près de 14 meurtres qui sont restés impunis à ce jour, Malick Bâ en est la dernière victime. Il oubliera de dire que ses 11 ans, ce sont aussi 11 ans de viol et de tripatouillage de la constitution à des fins familiales ou partisanes comme l’éjection de Macky Sall de la Présidence de l’Assemblée Nationale. Ce n’est que durant sa dernière et ultime tentative de viol de la constitution qu’il a été pris en flagrant délit par un peuple vigilant et déterminé. 
Ensuite le Président Wade, comme à son habitude devrait annoncer des promesses qu’il ne tiendra pas. IL parlera notamment du plan takkal, de ses magasins témoins et éventuellement de vivres de soudures pour le monde rural. Déjà au lendemain de la journée du 23 juin il avait affirmé qu’il ne démissionnera pas et que le gouvernement restera en place; sur ce point il ne faudra pas s’attendre à grand chose. Il profitera peut être de cette occasion pour virer ceux qui, dans son camp étaient hostiles à son projet. Comme à son habitude il fera les éloges de son fils 
Le choix du 14 Juillet, fête nationale française n’est pas anodin, en effet puisque ses anciens amis lui ont tourné le dos pour se mettre du coté du peuple, il va s’attaquer à eux après avoir critiqué l’opposition. Il se présentera alors comme l’Africain qui se bat contre le néocolonialisme et contre l’ingérence occidentale comme si ce n’était pas lui qui avait trahi ses pères africains pour être la marionnette des occidentaux en Lybie avec son voyage à Benghazi. A chacune de ces attaques il sera acclamé par une salle totalement acquise à la cause du maitre, au finish il n’y aura que du déjà vu. 
Tout cela pour dire que le Président de la République parlera pour ne rien dire. Il parlera sans répondre à la colère du peuple qui demande tout simplement un respect de la constitution. Cela montre que le Président Wade n’a pas encore compris le message du peuple ou qu’il fait du « maa tay ». 
Auteur: Dr. Serigne DIA, Grenoble  
A… 
Parler de son pays, c’est se situer au cœur même de la citoyenneté. Des lignes qui vont suivre, que beaucoup de mes compatriotes - en l’occurrence les jeunes – en tirent le maximum d’enseignements. C’est pourquoi, à défaut de pouvoir les écrire en langues nationales (wolof, pulaar, etc.), je vais les écrire dans un style compris par tous. 
 
Le 23 juin 2011, nous avons écrit une page toute neuve de notre histoire politique ; page que beaucoup d’entre nous auront demain une innommable fierté à raconter à leurs enfants. En effet, ils diront altiers : «Un jeudi du mois de juin de l’année 2011, un peuple las de subir le mépris de ses insolents gouvernants, a décidé de montrer à ceux-ci qu’il n’est plus disposé à accepter qu’on se sert comme d’un papier mouchoir de son fondement : sa Constitution. Ce peuple a montré qu’il n’est pas aussi poltron que l’entourage de son Président, que ce que peuple veut, Dieu le veut. Cette masse de vieux, d’hommes, de femmes, de filles et de garçons a dit à son Président que Dieu seul est une constante, que son fils d’emprunt s’est trompé en le définissant de la sorte. Cette foule de 3 000 personnes - qui n’a pas été formée de personnes transportées en Ndiaga Ndiaye d’une localité à une autre, déguisées en pantins et nourries de sandwiches -, a dit non à son vieux de Président, avide de pouvoir et qui passe tout son temps à insulter ces «Gors» du peuple en leur faisant savoir qu’ils ne valent rien et que son fils est, dans tous les domaines meilleur qu’eux. Ce vieux a appris à ses dépends que nous avons une part plus grande que la sienne de la pirogue Sénégal. Ce vieux Président qui a eu la mauvaise idée de nous ramener à l’Antiquité en voulant nous faire élire notre Président désormais avec seulement moins d’un quart des suffrages de nos compatriotes… Mais ce jeudi 23 juin 2011, le peuple uni comme une seule personne lui montra que sa souveraineté lui appartenait, qu’il était prêt à lui faire découvrir la peur bleue dont il le taxe.» 
 
Aujourd’hui, quelques jours après ce jeudi mémorable, j’aimerais attirer l’attention de mon cher peuple à travers l’interpellation de certains de ses fils, d’où le titre de ma contribution : A… 
A monsieur le Président je demanderai de cesser de rêver, car relève du rêve le fait de prétendre être le plus savant de tous dans un pays qui a des fils qui s’appellent Pr Souleymane Niang, Léopold Sédar Senghor, Abdoul Mbaye, Moussa Touré pour ne citer que ceux-là. Ensuite, monsieur le Président, merci d’avoir été notre Président, de nous avoir évité les regrets que nous aurions eus si vous ne l’aviez pas été. Et enfin monsieur le Président, deux choses : premièrement, vous n’êtes pas chargé de nous trouver notre prochain Président, nous sommes libres car comme disait Ahmadou Kourouma dans Les Soleils des Indépendances : «Le maître est le maître de l’esclave et non le maître des rêves de l’esclave» ; deuxièmement, pour le bien de votre pays, choisissez vos collaborateurs pour les huit mois qui vous restent à la tête de ce pays, et, ne les choisissez pas parmi des larbins de l’ordre, des hannetons de l’espérance, des punaises de moinillon et des mauvais gris-gris comme disait Aimé Césaire. 
 
A Moussa Sy, Massaly et con­sorts, je demanderais de me dire où était leur courage les nombreuses fois qu’on a modifié la Constitution. Je leur demanderais d’être responsables et respectueux envers le peuple à qui ils doivent des explications sur leur arrogance et leur «diaay doolé» ces douze années écoulées. 
 
A Idrissa Seck je dirais que la récréation est terminée, qu’il est démasqué depuis son retour chez les Libéraux qu’il voyait jadis comme des démons. Nous avons une vision de la politique autre que la tienne qui ne repose que sur les coups bas et les tromperies de tous genres. Ndama li bine bine bine, gnoola gueuna mouss, gnoune gni dagg guènou mouss té yeugoul. Arrête !, car tu nous as montré que tu ne nous aimais pas. 
 
A Karim Wade je dirais qu’il ne comprend rien de l’héritage, on n’hérite pas d’une République démocratique comme de la voiture de son papa. Ensuite, arrête de te percher sur les épaules de ton père, trouve ton quelque chose à toi, le Sénégal n’est pas la propriété des Wade. Et enfin, enfant gâteau et irrespectueux des Sénégalais, dis-nous où tu as mis nos sous, sans cela tu ne seras pas libre d’aller te prélasser à Besançon ou à Paris. 
 
A tous les mbalaxmen, je dirais qu’ils ont raté le train de l’histoire, qu’ils nous ont montré qu’ils ne vivent que de par les louanges de nos bourreaux qu’ils chantent. Quoi de plus frappant que Gorgui doolignou, et la réponse d’un grand chanteur de cette catégorie musicale à une question qu’il a mal comprise par ces mots : «Mourra celui qui s’attend à me voir faire de la politique», (oh le pauvre ! Il a oublié que l’homme est un animal politique ou il ne le sait pas). 
 
A l’opposition, je demanderais de méditer sur l’idée de Simon selon laquelle ses leaders doivent mettre de côté leurs intérêts personnels et de trouver un jeune candidat en qui nous aurons confiance et qui nous mènera vers l’autosuffisance alimentaire, vers l’énergie en abondance et vers une scolarisation de tous nos enfants, surtout les filles. 
 
Aux éternels insatisfaits comme ceux de Leeral askan wi et qui demandent l’univers, je demanderais d’arrêter de vouloir exclure des hommes d’Etat comme Moustapha Niasse, Tanor et autres des artisans de la victoire du 23 juin et des gens qui peuvent demander le suffrage des Séné­galais. 
 
A ces policiers qui nous matraquent, nous arrosent de bombes lacrymogènes et nous torturent après les marches pacifiques qui sont des composantes de notre Constitution, je dirais que le monde a changé, le mur de Berlin est tombé depuis 20 ans, que la Gestapo est morte et qu’ils doivent écouter The wind of change des Scorpions. Notre combat est le leur car la plupart d’entre eux tirent comme nous le diable (qu’on peine à voir) par la queue et sont comme ces hommes et ces femmes que nous sommes, las d’enfanter des meurt-de-faim. 
 
Et enfin, à tous nos frères de Y’en a marre, je dirais merci et continuons le Daas Fanaanal des cartes d’électeur et sortons pacifiquement à chaque fois que les voleurs de la République tentent d’agir illégalement. 
 
Le jeudi 23 juin, les manifestations populaires qui se sont violemment cristallisées devant la place Soweto et l’Assemblée nationale étaient d’abord et avant tout, politiques. Les députés y étaient convoqués au vote du projet de loi sur la vice-présidence. 
 
Ces manifestations étaient portées par des coalitions de partis politiques, des organisations de la société civile et le Mouvement « Y en a marre » qui contestaient la révision constitutionnelle (ticket présidentiel et quart bloquant), ainsi qu’une certaine forme de gestion libérale des institutions de la République. Depuis lors, une jonction structurante a été faite entre ces diverses parties et un plan d’action esquissé pour contraindre le Président à reconnaitre l’invalidité de sa candidature à la présidentielle de 2012. Et de respecter la Constitution, voire supprimer les décrets sur le redécoupage des collectivités locales, entre autres préoccupations. Une tension porteuse de heurts politiques avait, en même temps, gagné le Sénégal, les acteurs politiques comme tous les citoyens dans un contexte de positionnement politique pré-électoral. 
 
Il semblerait que, dans un tel contexte de méfiance et d’opposition frontale, le Président se doit de créer les conditions d’un apaisement des cœurs et d’une paix sociale sans laquelle les acquis de la démocratie sénégalaise risquent de souffrir durement. Pour autant, dans son adresse, Me Wade est invité non pas à « sauver les meubles », mais à restaurer la confiance entre les acteurs politiques sénégalais. L’appel à un dialogue politique accepté par tous va-t-il, dès lors, recevoir avec cette adresse (déclaration) de Wade, les lettres de noblesse qui lui permettraient de nouer les fils d’une concertation dynamique avec les acteurs politiques et civils ? Rien n’est moins sûr, compte tenu surtout des préalables posés par l’Opposition qui lie le dialogue politique avec le pouvoir à une renonciation de Wade à un troisième mandat présidentiel et à toute révision de la Constitution. 
 
Le Président de la République est-il prêt à satisfaire ces attentes pour sauvegarder la paix sociale ? Et tout autant, à destituer les ministres de l’Intérieur et de la Justice Ousmane Ngom et Cheikh Tidiane Sy), des piliers du régime que l’Opposition, comme des membres de la société civile soupçonnent de ne pouvoir garantir la clarté et la transparence du processus électoral. D’ailleurs, à ce niveau, le Président est-il disposé à mettre sur pied une structure autre que la Cena pour suivre et contrôler les élections, tel que l’exige une partie de l’Opposition politique ? 
 
Autres points, autres attentes qui peuvent interpeller Me Wade. Un Président dont l’arbitrage ou la révision des positions est vivement souhaitée pour ce qui concerne les décrets relatifs au redécoupage territorial qui a créé une vive tension à Mbane et Sangalkam où il y a eu mort d’homme ? Quid de la gouvernance publique soumise à rude épreuve avec des affaires qui incriminent de jour en jour la gestion libérale du pays. Sur tous ces points qui agitent le Sénégal, le Président Wade est attendu de pied ferme par les acteurs politiques, civils comme le citoyen lambda. 
INCONTOURNABLES DELESTAGES 
 
Le 27 juin dernier, les émeutes qui ont chamboulé Dakar étaient dites « de l’électricité ». Elles trouvaient leur source dans le fait que les populations n’arrivaient plus à s’accommoder des délestages intempestifs et récurrents du courant électrique dont elles souffraient depuis belle lurette. Annoncées déjà par des séries de manifestations spontanées de rue dans les moindres quartiers de Dakar, ces « émeutes de l’électricité » avaient porté un rude coup au pouvoir libéral. Elles avaient aussi montré au Président de la République à quel point sont criardes les attentes des Sénégalais à une meilleure qualité de vie.  
 
C’est dire que le premier point sur lequel les populations sénégalaises attendent de pied ferme le Chef de l’Etat, dans son adresse de ce jour, est celui de l’électricité qui est en passe d’installer le Sénégal dans une crise économique et sociale sans précédent. Invoquer uniquement le plan Takkal qui est en train de « dégraisser » les budgets des différents ministères et « vendre » son label pour une résorption à moyen terme du problème de l’énergie électrique, risquent d’être un exercice périlleux pour le chef de l’Etat, lequel a besoin de redorer son blason devant des populations « blasées». 
 
La satisfaction de la demande sociale, dans un contexte préélectoral, devrait aussi s’inviter à une adresse à la nation d’un Président sortant qui voudrait encore rempiler. Me Wade s’y est exercé, depuis 2007, à moult reprises. A la seule différence que cette fois-ci, le prétexte n’est plus protocolaire, mais imposé par la rue sénégalaise. A ces milliers de jeunes et de citoyens en butte à une certaine forme de gestion sociale qui les précarise chaque jour davantage, Me Wade devra tenir, pense-t-on, un langage qui restaure la confiance. D’autant que des populations sénégalaises continuent encore de vivoter dans le lit des inondations, du sous-emploi des jeunes, voire de la cherté des denrées de première nécessité. 
 
 
Amdy SEYDI 
ADRESSE DE ME WADE AUX ELUS 
Ces attentes qui agitent les Sénégalais 
Très attendue par l’opinion publique depuis les âpres événements des 23 et 27 juin, l’adresse au peuple sénégalais du président de la République, Me Abdoulaye Wade, intervient près d’une quinzaine de jours après la vague de manifestations populaires et d’émeutes qui ont durement secoué le pouvoir en place. La gestion libérale du Sénégal fortement contestée par la rue, le Chef de l’Etat s’était dit disposé à en tirer les leçons. Le seront-elles toutes cependant, au regard des énormes attentes sociales et politiques qu’ont portées ces deux journées de manifestations? 
Moctar DIENG 
A l’attention des différents acteurs du dialogue politique (Suite)  
Quel contenu faut-il réserver au dialogue ? 
 
A l’heure actuelle, le dialogue doit servir à rassurer les différents partis prenants et le peuple sénégalais que : 
 
- Les élections présidentielles de 2012 seront totalement libres, indépendantes et transparentes ; 
 
- Le conseil constitutionnel est mis dans les conditions de liberté et de travail optimales pour valider ou invalider toute candidature selon strictement les dispositions de la Constitution ; 
 
- Il n’y aura de chasse à l’homme pour quiconque prendra le pouvoir ; 
 
- Le pays sera placé dans une situation préélectorale de gouvernabilité ; 
 
- Le rôle et la place des institutions de la république seront respectés par toutes les parties à la réserve qu’on leur garantisse la liberté qui sied à leur nature ; 
 
Quelle position pour chacun des partis prenants ? 
 
Pour le président et son régime, l’erreur de trop serait tout comportement méprisant vis-à-vis du peuple, opposition comme population. L’erreur serait aussi pour le président de traîner encore son pire handicap, son fils Karim. Le président est accusé de deux maladies : l’autisme et l’ego. Trois maîtres mots doivent donc guider son ouverture au dialogue sans condition : ‘J’ai écouté, entendu et répondu’. C’est déjà un pas de décider de s’adresser aux Sénégalais à la date du 14 juillet à travers une rencontre avec des élus censés représenter le peuple. Mais la vraie adresse au peuple devrait être marquée d’une solennité. Oui, le ton solennel, direct, en dehors de toute rencontre servant de prétexte, en regardant chaque citoyen dans les yeux au journal de 20 h ou lors d’une conférence de presse pour une déclaration expresse pour envoyer un signe d’égard et de respect à la population qui lui a fait deux fois confiance. 
 
Il est tout simplement attendu que le président de la République dise clairement et en substance : ‘Je vous remercie de m’avoir fait confiance... J’ai essayé de vous servir au mieux de mes capacités... J’ai certainement apporté satisfaction à certains égards…Et j’ai peut-être déçu à d’autres égards… Si tel est le cas, soyez assuré que mon combat a été de servir le pays et d’être le président à la hauteur de vos attentes… Par ailleurs, il est évident que ma candidature aux prochaines élections présidentielles a suscité beaucoup de remous, eu regard à mon âge et aux nouvelles dispositions de notre Constitution…Abstraction faite de toute considération, je retire ma candidature et laisse au meilleur candidat bénéficiant de la confiance du peuple de poursuivre mon œuvre ainsi que celle de mes prédécesseurs… Je resterai toujours, en ce qui me concerne à vivre, et au mieux de mes moyens, au service du Sénégal. 
 
Pour éviter toute confusion, j’invite mon fils Karim en qui je renouvelle toute ma confiance et ma reconnaissance à me présenter immédiatement sa démission du ministère dont il a la charge et de continuer de m’accompagner autrement pour le reste de mon mandat… Je m’engage à œuvrer avec mon parti, l’opposition, la société civile et toutes les forces vives de notre nation pour assurer toutes les conditions requises pour des élections libres, démocratiques et transparentes.’ Un tel message surprendra heureusement le monde entier et couperait l’herbe au pied de quiconque en voudrait personnellement à Wade et à sa famille et quiconque aurait des ambitions malsaines pour notre démocratie. Ce sera pour le président la sortie par la grande porte dans l’honneur et la dignité. Ce sera aussi la preuve irréfutable qu’il n’est ni autiste, ni égocentrique, ni despote. 
 
Pour l’opposition, l’erreur serait d’égrener un chapelet de conditions ou de préalables au dialogue. Si la prudence doit être de mise étant entendu qu’il y a clairement des oppositions et pas une opposition, certaines arrogances traduiraient plutôt un manque de confiance en soi, donc un aveu d’incompétence et une preuve d’immaturité pour mériter la confiance du peuple, ou autrement, et quelque saugrenu que cela puisse paraître, un appel du pied au pouvoir. L’erreur serait aussi de tenter de jeter le discrédit sur le ‘Groupe des six’ qui, pour l’instant, mérite félicitations, encouragements et a priori favorable. 
 
Il est tout simplement du rôle de l’opposition qu’elle réponde sans condition et sans compromission à l’appel à la négociation en étant force de proposition, en restant en phase avec la volonté populaire et en sachant maintenir intelligemment la pression requise pour éviter tout dérive du pouvoir. Il est évident que toute tentative d’avilir ou de déshonorer Wade sera parfaitement inutile, infertile et infructueuse.La médiation pour la paix est ouverte, l’équidistance est requise et l’intelligence ne serait pas de trop… 
 
(Fin) Saliou DRAME saliou.drame@gmail.com

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 14.07.2011
- Déjà 5210 visites sur ce site!