ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

DISCOURS CONFUS DE L’ETAT

LE SOLEIL : 
DÉCODAGES * ENTRETIEN - PR AHMADOU LAMINE NDIAYE, ANCIEN RECTEUR DE L’UGB : « Diversifier les structures et formes d’enseignement » 
 
Pour résoudre le problème d’absorption des bacheliers au Sénégal, le premier Recteur de l’Ugb et vice-président de l’Académie des Sciences et techniques du Sénégal, le Pr. Amadou Lamine Ndiaye suggère l’exploitation des opportunités offertes par les technologies de l’information et de la communication. Dans cet entretien, il insiste sur les réformes nécessaires du système éducatif pour assurer une formation de qualité des élites africaines. 
Lors de la réunion de la Cresa à Dakar, vous disiez qu’une nouvelle vision est née puisque l’Afrique veut prendre en charge son enseignement supérieur. Est-ce possible dans un contexte de raréfaction des ressources ? 
Oui. Cela doit être possible. D’abord ceux qui étaient jusque-là hostiles au développement de l’enseignement supérieur dans nos pays, à savoir la Banque mondiale, les partenaires au développement, ont changé fondamentalement de vision. La Banque mondiale (BM) qui a publié un ouvrage en octobre 2008, le considère comme moteur du développement. Ce changement est fondamental. Mais le plus important, c’est la vision que le continent a de son enseignement supérieur. Je signale que l’Union africaine a mené une réflexion très approfondie pour aboutir à la conclusion unanimement partagée que si l’Afrique veut véritablement se développer, il lui faut investir davantage dans la formation de ses ressources humaines. Lesquelles sont, pour la plupart, dans la diaspora. Nos meilleurs cadres qui ont besoin d’une formation de haut niveau, sont obligés d’émigrer et très souvent peu d’entre eux reviennent. Il s’y ajoute que dans nos propres structures, les conditions de vie et de travail sont aussi des facteurs explicatifs. Je précise que la plupart de ceux qui partent ne le font pas à cause des salaires même si cela a un impact. Ils aspirent plutôt à apporter quelque chose dans la création, la diffusion du savoir. 
Vous faites allusion à la fuite des cerveaux ? 
Effectivement. A ce sujet, l’Afrique peut apprendre des pays appelés « dragons d’Asie ». La Corée du Sud avait le même problème. Peu de Coréens revenaient après leur formation à l’extérieur. C’était aussi le cas pour la Chine, Singapour. Au cours des années 80, ils ont décidé d’investir dans les structures de formation et de recherche de haut niveau. Ils ont alors sensibilisé les enseignants et chercheurs de la diaspora. Lorsque ces derniers ont vu que ces structures leur permettaient de s’épanouir sur place, beaucoup de cadres de la diaspora sont revenus travailler dans leur pays. Actuellement, dans ces pays, 75 à 80 % des gens qui vont à l’extérieur pour se former, retournent chez eux contre 10 % dans les années 70. En Afrique, il est heureux de constater que l’UA a permis, sur ce sujet, aux Etats africains de prendre davantage conscience. Les efforts faits pour développer les centres d’excellence où sont dispensées des formations spécialisées sont illustratifs. Ces centres sont des structures partagées, c’est-à-dire plusieurs Etats ou institutions mettent en commun des infrastructures, des ressources financières et humaines pour former, dans des cadres appropriés, les cadres en privilégiant la mobilité des étudiants et des professeurs. Au niveau de la Cresa, nous avons décidé de mettre l’accent sur cette question pour relever l’important défi de la formation de haut niveau des Africains dans le continent. 
Dans la classification des universités, sur les 700 dans le monde, seules 5 universités africaines (4 d’Afrique du Sud, 1 égyptienne) figurent sur la liste. Cela est-il dû à un problème de pertinence ou d’efficacité de nos systèmes d’enseignement ? 
Lorsque ces classements sont sortis, l’UA a réagi. On classe selon des critères. Mais qui définit ces critères ? Ces critères ont été définis par rapport à quel type de besoin ? On n’a pas certainement tenu compte des problèmes, des besoins et de la situation de l’Afrique. C’est la raison pour laquelle l’UA a commandité une étude, à présent achevée, pour définir des critères de classement de nos universités. Le dossier est prêt et la mise en œuvre démarrera bientôt. Des classements, tout le monde peut le faire en fonction de ses objectifs. Il est important aussi que l’Afrique, en fonction de ses besoins, puisse classer ses universités. C’est vous dire qu’il y a une prise de conscience du rôle et de la place irremplaçables de l’enseignement supérieur, de la formation des ressources humaines africaines de qualité sur le continent si nous voulons cesser de dépendre de l’assistance extérieure ou cesser d’être des exportateurs de nos matières premières. 
Les réformes ont été très nombreuses pour améliorer le système mais elles n’ont connu que des fortunes diverses. Comment l’expliquez-vous ? 
Il faut partir de l’origine de ces réformes. Personnellement, j’ai participé à plusieurs d’entre elles, depuis les Etats généraux de l’éducation et de la formation (Egef) en tant que rapporteur général, jusqu’au projet d’amélioration de l’enseignement supérieur (Paes), etc. Sur toutes ces réformes, je réserve un sort à part aux Egef. Toutes les autres réformes, qui ont été faites sous la dictée de nos partenaires extérieurs, avaient choisi de privilégier l’enseignement primaire et secondaire en négligeant l’enseignement supérieur où l’on forme des ressources humaines stratégiques pour le développement. On n’a pas laissé aux enseignants le choix de concevoir et de piloter une réforme. Je l’ai écrit, je le dis et je le répète, les enseignants savent exactement ce qu’il faut faire pour réformer fondamentalement le système d’enseignement supérieur africain. Mais dans la plupart des pays, compte tenu des dérives observées, le coût politique de ces réformes de l’enseignement supérieur est cher et très peu de pouvoirs acceptent de s’y engager. 
Qu’entendez-vous par coût politique ? 
Par exemple au Sénégal, pendant longtemps, il a été considéré que tous les bacheliers doivent intégrer l’université de Dakar. Lorsqu’on a créé l’université de Saint-Louis, je me suis opposé à cela. En ma qualité de recteur fondateur, j’ai demandé et obtenu qu’on laisse à l’Ugb, la possibilité de délibérer et de fixer, chaque année, au sein de l’assemblée de l’université et en fonction des moyens mis à sa disposition, le nombre de bacheliers à accueillir. Le décret existe toujours. Pour la petite histoire, lorsqu’on m’a nommé recteur le 20 janvier 1990, je devrais démarrer avec 2500 étudiants. Ce que je n’ai pas accepté parce que si je le faisais à l’époque, il n’y aurait pas eu de 2e et de 3e année. Le système serait bloqué. C’est ainsi qu’on a ouvert avec 600 bacheliers. Je suis resté dix ans, et on n’a jamais pris plus de 600. Vous direz et les autres. Justement, voila le coût social. On a beaucoup investi sur l’enseignement primaire, moyen et secondaire. Ce ne fut pas le cas dans le supérieur où il manque de structures d’accueil pour les bacheliers dont le nombre ne cesse d’augmenter. Autrement dit, on n’a pas diversifié les structures d’accueil post-secondaire. Or, l’université de Saint-Louis ne prend que 600 étudiants. Tout le reste vient à l’Ucad. Ce qui explique la massification et tout ce qui en découle. Pendant longtemps, on a confondu accéder à l’enseignement supérieur et admission à l’université. 
Quelle est la nuance ou la différence ? 
L’université de Dakar doit être une structure parmi tant d’autres susceptibles d’accueillir dans l’enseignement supérieur. Elle ne devrait pas être - comme c’est le cas actuellement - la seule structure d’enseignement supérieur. Il fallait diversifier les structures et les filières d’accueil, eu égard aux nouveaux besoins. C’est faute de n’avoir pas diversifié qu’il y a ces problèmes. Et ce n’est pas surprenant que l’université de Dakar qui se faisait fort d’accueillir tous les bacheliers, a dit niet cette année. Certes, des efforts sont en cours mais pas au rythme compatible avec le flux de bacheliers qui croît d’année en année. Il s’y ajoute que dans le cadre de la diversification, on aura beau faire des efforts, on ne pourra pas continuer à accueillir tous les bacheliers dans les formes d’enseignement traditionnelles (amphis, salles de cours). Or, les technologies de l’information et de la communication nous offrent des possibilités énormes de diversification avec l’enseignement virtuel transfrontalier. Par conséquent, il faut exploiter ces opportunités à côté de l’enseignement classique. Mais la diversification dans le domaine de l’enseignement supérieur virtuel nécessite une formation pédagogique à ces nouveaux outils, la préparation du matériel pédagogique pour développer l’enseignement à distance. Le maître-mot aujourd’hui, c’est donc la diversification des structures et des formes d’enseignement afin d’apporter des réponses significatives à l’accès à l’enseignement supérieur. 
Comment diversifier les filières si plus 70 % des bacheliers sont issus des séries littéraires ? 
C’est tout le système qu’il faut réformer. Ceux qui viennent à l’enseignement supérieur ont été formés au secondaire. C’est à ce niveau qu’il y a un déséquilibre frappant, cruel, en défaveur des scientifiques. La faculté des Lettres et sciences humaines polarise le tiers de l’effectif de l’Ucad. Le département d’Anglais, par exemple, accueille plus de bacheliers que les trois structures d’enseignement supérieur publiques, créées récemment et le Centre universitaire régional (Cur) de Bambey. 
Ensuite, il existe une multitude de projets d’enseignement des sciences avec les Français, les Belges, l’Usaid, les Japonais, etc. Quelle est la cohérence de tous ces projets ? Quel a été l’impact dans l’amélioration du profil de nos bacheliers ? Ces projets, dont certains sont conduits pendant plusieurs années, ont-ils eu des incidences sur la répartition entre les bacheliers littéraires et scientifiques ? Il serait donc bon de procéder à une évaluation. Le système éducatif doit être conçu comme un ensemble harmonieux qui va de la case des Tout-petits au supérieur en passant par la formation professionnelle. 
Tous les acteurs sont-ils arrivés à ce constat ? 
A l’académie, on est arrivé à ce constat et à un autre, la qualité. Il y a urgence à prendre des mesures conservatoires. Tout le monde s’interroge sur ce qui se passe dans l’enseignement supérieur au Sénégal, y compris le privé. Pour tirer la sonnette d’alarme, nous avons décidé d’organiser, avec les partenaires, deux jours de réflexion sur cette question. Jusque-là, le débat a toujours porté sur la quantité. Or, la qualité est tout aussi importante. Cette qualité commence dans les conditions d’ouverture d’un établissement d’enseignement supérieur, avoir les mêmes exigences de formation de qualité. Pourtant, après avoir satisfait aux formalités requises, un établissement privé supérieur commence à fonctionner de manière provisoire. Malheureusement, ce provisoire dure car la Direction de l’enseignement supérieur (DES) n’a pas les moyens de procéder à une évaluation. Or, avec la mondialisation, les normes de qualité sont devenues une exigence. On a donné des réponses quantitatives sans aborder l’aspect qualitatif qui consiste à respecter des critères d’accréditation d’un établissement d’enseignement supérieur qu’il soit public ou privé. C’est pourquoi beaucoup d’établissements font face à des difficultés notamment des problèmes de salles, d’équipements, de professeurs, etc. 
Propos recueillis par Daouda MANE et Mamadou GUEYE 
WALF FADJRI : 
Quand le pragmatisme dicte ses lois au politique : La nouvelle diplomatie ‘musulmane’ de l’Amérique 
 
 
Historique ! C’est le qualificatif qui semble le plus approprié pour qualifier le discours que Barack Obama a prononcé dans l’enceinte de l’Université du Caire le 4 juin 2009. Il l’est sur plusieurs plans. D’abord, l’initiative de parler au monde musulman dans le cadre d’un discours spécifiquement conçu est une première et même une surprise au regard des années de malentendu - et c’est un euphémisme - entre les Usa et ce monde musulman. Historique, ce discours l’est aussi par sa portée, du moins escomptée, son contenu et le ton qu’il a emprunté.  
Certains se sont précipités de dire qu’il ne s’agissait que d’un discours de plus. On peut légitimement être tenté de le penser. Mais, il faut oser leur rétorquer, aussi, que cet acte courageux inaugure une rupture dans les pratiques diplomatiques américaines et au-delà. La rupture est nette sur, au moins, trois plans : le discours du Caire que d’aucuns voient comme un simple jeu de rhétorique, introduit un triple changement : un changement de style, de ton et de lexique ; ce qui n’est pas rien pour une rhétorique.  
Ce discours apporte un changement de style. Pour la première fois, un président américain affirme, sans équivoque, son intention de vouloir dialoguer avec les musulmans dans le monde, plusieurs fois blessés par les agissements d’une puissance avouant que son pays se doit de s’expliquer, de convaincre de sa bonne foi, en faisant le pas d’aller au Caire, cœur battant du monde arabe, après une tournée en Arabie Saoudite englobant les deux lieux saints de l’islam bien qu’allié inconditionnel des Usa dans la région.  
Mais c’est surtout un changement de ton : la voix que l’on a entendue au Caire, n’est plus celle de l’Amérique jugée d’habitude arrogante et donneuse de leçons. C’est une nouvelle Amérique qui s’est exprimée par la voix d’Obama. Une Amérique qui s’est mise, le temps d’un discours, au même niveau que ses interlocuteurs en leur montrant tous les signes d’un respect qu’ils ont longtemps attendu ou espéré. Mais le plus appréciable de ce discours était de voir qu’avec les musulmans, l’Amérique allait être franche, reconnaissant en face d’elle des partenaires avec lesquels toutes les vérités seront désormais bonnes à dire.  
Barack Obama a, en plus, eu le courage d’aborder la question taboue de la démocratie et des droits de l’Homme dans un Moyen-Orient plein de dictatures et de monarchies. N’est-ce pas une véritable ‘révolution’ de clamer haut et fort, dans l’enceinte de l’Université du Caire, qu'aucun système de gouvernement ne devrait plus être imposé à une nation par tout autre, en insistant sur le fait que les peuples devraient avoir leur mot à dire dans la façon dont ils sont gouvernés ; confiance dans la loi et égalité devant la justice ; un gouvernement transparent ne volant pas le peuple ; et la liberté de vivre comme ils le désirent. Même si on est toujours sur un registre diplomatique, on peut reconnaître qu’il y a plus nuancé comme discours de salon !  
Il est vrai que certaines critiques ont insisté sur le fait qu’il ne s’agissait là que de déclarations de principe. Mais dans cette partie du discours, jugée - je crois à tort - superficielle, il énonce avec vigueur quelque chose de très significatif en direction des régimes de la région qui comptent, généralement, sur l’appui américain pour s’assurer de leur stabilité. Le président américain a pu rappeler sans euphémisme que les gouvernements qui protègent ces droits énumérés dans son discours sont finalement plus stables, réussis et sûrs. C’est cela la véritable nouveauté au niveau du ton.  
On dirait que le message d’Obama a cherché à respecter les deux registres de parole. Il s’est adressé aussi bien aux dirigeants qu’aux populations, en ayant cette parfaite compréhension des nouveaux enjeux des relations internationales, à savoir la fin du monopole des Etats et des institutions sur les affaires du monde et l’irruption des acteurs ‘ordinaires’, des citoyens aidés en cela par le phénomène de la transnationalité qui vient tacler celui - sacro-saint - de la souveraineté. Voilà une claire conscience que le discours diplomatique se doit, désormais, de prendre en compte ce fait nouveau s’il se veut efficace et porteur, nous rappelant le fait important que pointait James Roseneau en parlant de linkage pour décrire l’enchevêtrement et l’hybridation progressive des questions de politique intérieure et extérieure.  
Mais la nouveauté qui est le maître-mot de ce discours n’a pas épargné le côté lexical. Barack Obama venait d’enrichir d’une nouveauté dans le vocabulaire diplomatique américain, dans la conception des rapports avec l’islam. A aucun moment, au Caire, il ne parlera pas du monde musulman en tant que bloc cohérent et monolithique. Il emploie au contraire de nouveaux termes ‘pays à majorité musulmane’ ou encore ‘les musulmans du monde’. En fait, il rompt, avec raison, d’avec la rhétorique des blocs étanches et opposés qui ne pouvaient que s’affronter, d’après les théories tristement célèbres de Samuel Huntington prisées aussi bien par les néo-conservateurs aux Etats-Unis que les extrémistes fortement minoritaires parmi les musulmans. Nous savons tous que cela répondait, des deux côtés, au besoin de la construction imaginaire et fantasmatique d’un ennemi idéal pour se livrer à une guerre des civilisations. Là où Barack Obama - ou du moins ses ingénieux conseillers - innove, c’est dans l’adoption d’un nouveau lexique répondant mieux aux logiques de la nouvelle diplomatie du ‘nouveau départ’ qu’il veut initier.  
Il ne considère pas l’islam ou les musulmans comme un bloc homogène en guerre éternelle contre un Occident, ennemi réel, supposé ou fantasmatique. (A suivre)  
Dr Bakary SAMBE Spécialiste du monde musulman et des relations internationales Institute for the Study of Muslim Civilisations – Aga Khan University, Londres Bakary.sambe@gmail.com  
Le congrès de l’arnaque et de la forfaiture 
 
 
Le groupe fractionniste d’exclus dirigés par Mamadou Diop Decroix, ex-secrétaire général adjoint, vient de franchir une étape supérieure dans sa tentative de liquidation d’And-Jëf/Pads, en organisant leur congrès de l’arnaque et de la forfaiture. Tous les Sénégalais sont surpris par le comportement ubuesque de Decroix. C’est dommage pour lui, qu’il sorte par la petite porte.  
Visiblement, dans tout ce processus, nous voyons de la manière la plus criarde, la main noire de l’Etat qui lui apporte confort et soutien. Chose qui ne fait plus de doute aux yeux de l’opinion publique nationale. En attestent la décision par arrêté n° 0187/CRD/AA en date du 4 juin 2009, qui ferme la permanence nationale du parti au motif de ‘risques de troubles à l’ordre public’ ; de l’autorisation de la tenue du congrès extraordinaire illégal du groupe fractionniste ; du déploiement d’une armada militariste pour la tenue de ce congrès et enfin, de l’importante somme d’argent mise à leur disposition. Toutes choses qui confirment amplement, le parti-pris de l’Etat dans la crise au sein d’And-Jëf, crise qui, du reste, relève d’une lutte de lignes (donc d’orientation) entre deux points de vue et deux positions opposés qui ont atteint un degré d’antagonisme.  
La ligne incarnée par Mamadou Diop Decroix a pour objectif de bâillonner le parti et le remettre au président Wade sur un plateau d’argent, avant de le fondre complètement dans le Pds, gage d’un retour dans le gouvernement. L’autre ligne défendue par Landing Savané et l’ensemble du parti consiste à préserver son indépendance, son unité, sa dignité et la défense des intérêts du peuple.  
Il est faux de personnaliser cette crise entre Landing/Decroix. Il faut la comprendre comme celle qui oppose le groupe fractionniste de Diop Decroix et And-Jëf/Pads. Voilà la réalité intrinsèque des faits. Il faut rappeler que cette exclusion s’est faite de la manière la plus démocratique par le bureau politique. Un point barre. Ne cherchons pas la petite bête ailleurs, c'est-à-dire là où elle n’est pas. Dans ses comportements, ses tentatives de bloquer le fonctionnement du bureau politique et de prises de décisions politiques, dans ses agissements de défiance au secrétaire général, créant ainsi une atmosphère délétère et malsaine au sein du Bp, fragilisant ainsi l’unité et la cohésion dans le parti, cette exclusion se justifie objectivement.  
Non content de cette exclusion, il préfère s’en remettre au ministre de l’Intérieur pour venir à son secours. Par lettre du 18 mai, il attire son attention sur ’les entraves portées à l’exercice de ses libertés politiques par le secrétaire général Landing Savané’. Dans cette même lettre, il profère des menaces ‘sur les risques de troubles de l’ordre public, si les mesures utiles et les dispositions nécessaires n’étaient pas prises par l’autorité compétente, pour empêcher la poursuite de ces restrictions à mes activités politiques….’. ‘Landing, poursuit-il, convoque chez lui des réunions de la direction du parti, en n’y conviant qu’une minorité des membres et délibère sur les affaires concernant le parti tout entier’. Alors, pourquoi diantre s’en offusquer puisqu’il se dit majoritaire dans le parti ? Il y a vraiment là un manque de logique et de cohérence. Pourquoi ne pas réunir sa majorité et ‘délibérer sur les affaires concernant tout le parti’ ?  
Pourtant, l’article 16 des statuts du parti stipule : ‘L’exclusion d’un membre d’And-Jëf/Pads doit être ratifiée par le congrès sur proposition de l’instance concernée dans les conditions définies par le règlement intérieur.’ Pourquoi pas, en bon militant, ayant un esprit de parti et attaché à la discipline et aux principes démocratiques du parti, ne ferait-il pas recours et attendre patiemment le prochain congrès légal pour être confirmé dans ses droits politiques et les exercer pleinement ? D’autant que les quarante fédérations acquises à sa cause, manifesteront sans doute un grand intérêt pour le défendre contre ’l’arbitraire d’une minorité’ !  
Ayant perdu tout espoir de se voir rétabli dans l’exercice de ses droits politiques, il a préféré, lui et ses acolytes, recourir à l’article 3 du règlement intérieur du parti qui stipule : ‘Qu’un congrès extraordinaire peut être convoqué à l’initiative de trois quart des fédérations’. Ils prennent ce qui les arrange et évacuent d’un tour de main les dispositions suivantes. Ils éludent l’article 20 des statuts qui donne dans les mêmes conditions la possibilité de convoquer une session extraordinaire à l’initiative des 2/3 des membres du Conseil national.  
Même en mettant à leur profit cette bonne disposition de l’article 3 du règlement intérieur pour la convocation d’un congrès extraordinaire, Decroix et son groupe n’ont pas respecté toute la procédure. Ils ont fait de la manipulation et sont tombés dans la crapaudière, en essayant d’intoxiquer l’opinion publique sur fond de tapage médiatique. En effet, ils ont honteusement et malhonnêtement tronqué et écorné la procédure d’application de la charte du parti (les statuts) et son règlement intérieur. En les vidant de tout leur contenu. L’article 20 des statuts stipule : ’….Le congrès peut se tenir en session extraordinaire à l’initiative des deux tiers (2/3) des membres du Conseil national. Les membres des And-Jëf/Pads doivent être informés des modalités du congrès trois mois au moins à l’avance’. Or de l’enclenchement du recours de cette disposition, à sa mise en route et la tenue de ce ‘congrès extraordinaire’ les 12, 13,14 juin, cela ne fait pas trois mois francs. Car la fameuse pétition créditée à la ‘fédération de Guédiaway’ date du 9 mai 2009. Le groupe fixe lui-même la date et les conditions de sa tenue en dehors des instances légales du parti.  
Mieux. Selon l’article 21 des mêmes statuts, prennent part au congrès : ‘Les membres du Conseil national ; les délégués des fédérations issus des secteurs ; les représentants des mouvements internes du parti (femmes, jeunes, Moss, cadres, arabisants...) ; les membres de la commission de suive et de contrôle ; les membres de la commission des comptes’. Le groupe a choisi ceux qui lui sont favorables en écartant les autres L’article 33 des statuts stipule que ’le congrès ne peut se tenir et délibérer (valablement) que lorsqu’au moins 2/3 des fédérations sont représentées’. Ils ont fait fi de tout cela. Les vraies fédérations officielles n’ont pas pris part à ce concert politique extraordinaire des scissionnistes.  
L’article 5 du règlement intérieur complète par ceci : ’Le nombre de délégués pour chaque fédération et pour chaque mouvement (interne) est fixé selon un quota, par le Secrétariat exécutif politique (Sep)’. A ce jour, aucune demande, n’est parvenue des fédérations aux mains du secrétaire général du parti, ni au Sep qui doit se réunir pour statuer sur la question, ou de quelques autres instances régulières et officielles d’And-Jëf/Pads. Aucune fédération n’a été convoquée par le Sep, l’ordre du jour et les modalités de ce congrès relèvent du mystère et d’une boule de gomme.  
Au total, nous avons été les témoins oculaires d’un congrès de supercherie, d’arnaque piteusement organisé par Decroix et se bande. Pour toutes ces raisons, nous qualifions de congrès d’illégal, de nul et non avenu. C’est un congrès de Mamadou Diop Decroix, du président Wade et de la Cap 21. Le vrai quatrième congrès d’And-Jëf/Pads aura lieu, lui, Inch Allah les 19 et 20 décembre 2009.  
Demba DIALLO Secrétaire général de la Fédération départementale de Saint-Louis E-mail : ndiourdiallo2@yahoo.fr  
 
 
 
Pourquoi un super ministère pour Karim Wade ? 
 
 
La nomination de Karim Wade comme ministre d’Etat, ministre des Infrastructures, de l’Aménagement du territoire, de la Coopération internationale et des Transports aériens, occupe la une de nos journaux depuis un certain temps. Si ce n’est pas une analyse sur le choix du président de la République sur son fils pour ce grand département ministériel, c’est le commentaire d’un leader politique sur la question qui est relayé. Mais au-delà des analyses de politique politicienne, il me semble nécessaire de voir le choix du chef de l’Etat sous un autre angle.  
Pour rappel, Me Abdoulaye Wade, en vingt-six ans d’opposition, a vécu toutes sortes de brimades (complots, conspirations) inimaginables pour faire échouer son ambition de devenir président de la République du Sénégal et le diriger. Cette longue marche pour la conquête démocratique du pouvoir a été marquée par des séparations douloureuses avec des compagnons des premières heures. Le puissant régime socialiste d’alors ne lésinait sur aucun moyen (intimidations, corruption, chantage) pour obliger des militants du Pds à tourner le dos à cette formation.  
Face aux manœuvres du Ps aussi désastreuses les unes que les autres pour la formation libérale, le président de la République alors dans l’opposition a toujours eu comme viatique de promouvoir les jeunes et les femmes de sa formation. Son choix s’est toujours porté sur des personnes ordinaires inconnues du grand public. Grâce à la confiance de ce dernier, ils ont eu à occuper des responsabilités énormes dans le pays et au sein de leur formation politique, avant et pendant l’alternance du 22 mars 2000. Nous pouvons citer, entre autres, Aminata Tall, Jean-Paul Dias, Ousmane Ngom, Serigne Diop, Modou Diagne Fada, etc.  
Cette option du chef de l’Etat de promouvoir les jeunes et les femmes s’est renforcée à son accession à la magistrature suprême. Ce n’est pas parce qu’ils sont les plus capables et les plus méritants sur les millions de Sénégalais. Mais plutôt, en un moment de leur vie, Me Abdoulaye Wade a porté son choix sur eux. Ils ont tous ce dénominateur commun.  
Qui a fait d’Idrissa Seck, alors jeune étudiant, en 1988 son directeur de campagne ? Et Macky Sall qui, en 2000, était dans l’anonymat au sein du Pds, Abdoulaye Baldé, actuel maire de Ziguinchor et secrétaire général de la présidence de la République, Awa Ndiaye, ancienne ministre de la Femme, que beaucoup de journaux prédestinent déjà comme la future vice-présidente. La liste n’est pas exhaustive, loin de là. Toutes ces personnes aujourd’hui occupent une place de premier rang sur le chéquier politique national.  
Cependant, il est à déplorer que les assauts qui ont le plus ébranlé le pouvoir de Me Abdoulaye Wade viennent de certains parmi ceux-là qu’il a mis sur orbite devant tant d’autres. N’eût été un travail de titan abattu à la tête de ce pays depuis 2000, Me Abdoulaye Wade ne serait jamais réélu au premier tour des élections de février 2007. Mais à peine son deuxième mandat entamé, le voilà qui a sur le dos Macky Sall.  
En dépit de tout cela et au vu des enseignements que le temps a livrés, je crois, en toute sincérité, normal que le chef de l’Etat confie des responsabilités à son fils : d’une part, pour lui donner l’occasion de mettre au service de notre pays, le Sénégal, la plénitude de ses compétences, et d’autre part, d’être près de lui, de l’assister et le soutenir. Vu sous cet angle, son choix se justifie largement.  
Alors, à ce dernier (Karim Wade), obligation est faite de faire des résultats tangibles dans ce super ministère (comme disent les autres) pour convaincre les Sénégalais de ses capacités, pour pouvoir demain prétendre à des stations plus élevées. Le peuple souverain sera là pour juger.  
Mouhamet NDIAYE E-mail :mouhametndiaye@hotmail.com  
 
 
 
Avec 700 000 emplois à pourvoir d'ici 2012 : Le Québec courtise étudiants, maçons, infirmiers, soudeurs, ingénieurs… de l’émigration 
La pénurie de professions spécialisées est une menace économique pour le gouvernement du Québec. La concurrence nationale et internationale, la survie des entreprises québécoises empêchent les autorités de la province de dormir. Sept cent mille emplois doivent être pourvus d’ici 2012. On n’est pas allé loin de chercher les remèdes en ciblant la main d’œuvre spécialisée étrangère et les étudiants étrangers en séjour dans le pays. 
 
(Correspondant permanent à Montréal) - Si vous êtes soudeur, maçon-briqueteur, infirmière, technicien des laboratoires, ingénieur aéronautique, le Québec s’ouvre à vous. Une telle phrase assimilable à une réclame publicitaire est la traduction d’un besoin énorme qui a poussé les autorités québécoises à mettre en place de nouvelles mesures pour faciliter le maintien des étudiants étrangers qui, pour la plupart, après avoir obtenu leurs diplômes, rentrent au pays. Le Québec veut désormais que ces derniers restent pour faire fonctionner l’économie du pays. C’est ainsi pour cette catégorie, le gouvernement a décidé d’émettre un Certificat de sélection du Québec en faveur des étudiants étrangers qui auront obtenu un diplôme d'études secondaires en formation professionnelle, d'études collégiales en formation technique ou un diplôme universitaire délivré par un établissement d'enseignement du Québec reconnu par le ministère de l'Education, du Loisir et du Sport. Cette mesure permettra aussi d'augmenter la fréquentation au sein des institutions d'enseignement dans toutes les régions du Québec. Le ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles, Mme Yolande James, estime à ce niveau qu’’une personne qui a étudié pendant quelques années au Québec, est généralement bien intégrée et son diplôme québécois est connu de nos employeurs’.  
La pénurie est aussi phénoménale au niveau des travailleurs spécialisés. Le Québec doit pourvoir, d’ici 2012, près de 700 000 emplois dans des niveaux basiques comme les soudeurs, les infirmiers, les laborantins, les maçons, les ingénieurs. Le pays s’est toujours illustré dans ces domaines en accueillant la main d’œuvre étrangère dans des segments comme les technologies de l'information, la recherche scientifique et les métiers spécialisés.  
Cependant, de nombreux obstacles se dressaient à l’intégration des étrangers dans ces secteurs qui sont souvent contrôlés par des ordres. Conscientes de telles difficultés, les autorités québécoises veulent faciliter et accélérer l'établissement permanent de ces travailleurs en facilitant à ceux-ci l’acquisition d’un Certificat de sélection du Québec. La cible tourne autour des soudeurs et des maçons-briqueteurs en formation professionnelle, des techniciens de laboratoire au collégial et des infirmières et des ingénieurs aéronautiques en formation universitaire. Les demandes des candidats à l'immigration œuvrant dans ces domaines de compétences qui offrent les meilleures perspectives d'emploi, seront dorénavant traitées en priorité, explique-t-on du côté du ministère.  
Ces importantes mesures annoncées par la ministre Yolande James dans les bureaux de l'Institut national de recherche scientifique (Inrs) qui accueille nombre de chercheurs internationaux de haut niveau, cherchent à mettre à la disposition de la Province un bassin de travailleurs qualifiés pour assurer le développement des entreprises, partout au Québec. La ministre Yolande James d’indiquer que ‘cette action s'inscrit dans la foulée du Nouvel espace économique annoncé par le Premier ministre. Le gouvernement innove et agit de façon responsable afin de préparer la relance et de s'assurer que le Québec pourra compter sur tous les talents et toutes les compétences, d'ici et d'ailleurs, pour soutenir son développement économique’.  
Abdou Karim DIARRA  
SUD QUOTIDIEN : 
GESTION DES INONDATIONS ET DISCOURS CONFUS DE L’ETAT Bennoo met Wade devant ses responsabilités  
par Madior FALL | SUD QUOTIDIEN , jeudi 18 juin 2009  
La Conférence des leaders de « Bennoo Siggil Senegaal » entend mettre le chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade devant ses responsabilités quant à la gestion des inondations probables pendant l’hivernage. Elle l’invite à la présentation d’un plan de règlement définitif de ce phénomène récurrent, qui comprendrait notamment, pour chaque zone, une stratégie d’intervention, des programmes et des projets, bien articulés à la réalité de terrain et adossés à un calendrier précis indiquant les dates de démarrage des opérations et les plannings d’exécution. 
L’hivernage approche s’il ne s’installe déjà dans plusieurs localités, notamment à l’Est et au Sud-est du pays. Dans quelques semaines donc les Sénégalais et les Sénégalaises, notamment des communes de Dakar, Pikine Guédiawaye, Kaolack , Nioro, Joal , Saint Louis et des localités riveraines de la vallée du fleuve Sénégal risquent, comme chaque année, de subir les affres des inondations. 
Une situation qui, selon une déclaration de la Conférence des leaders de Benno Sigigl Senegaal reçue hier, suscite dans les banlieues de Dakar exposées depuis une vingtaine d’années à ces récurrentes inondations, une inquiétude et un désarroi, que la « récente tentative du gouvernement de faire endosser aux collectivités locales la gestion de cette question d’envergure, n’a fait qu’amplifier davantage ». Ce qui reste singulier, poursuit la déclaration, est que « dans cette ambiance délétère, c’est la discordance manifeste dans les positions des tenants du pouvoir central vis-à-vis de la question : l’attitude affichée n’est pas la même d’un ministre à un autre. Selon les plus nombreux la gestion des inondations relève dorénavant des collectivités locales. 
Les autres, dont le ministre en charge de la Décentralisation, estiment, par contre, que sa prise en charge doit être partagée entre l’Etat et les collectivités locales. Le porte parole du Président de la République tente d’expliciter la position de la présidence de la République, en clamant aux Sénégalais que l’Etat n’interviendrait désormais sur cette question que lorsqu’une inondation est provoquée par une pluie exceptionnelle, ayant dépassé la normale, celle-ci étant la moyenne des pluies enregistrées sur un cycle de 30 ans ». 
A quelle autorité faut-il se fier semble s’interroger ainsi la Conférence des leaders de Benno Siggil Senegaal. Elle rappelle que les « Sénégalaises et les Sénégalais se souviennent bien qu’en août 2005, prétextant des inondations et de leur lot de conséquences négatives dans la plupart des localités du pays, dont les moindres, disait-il, étaient des familles sans abris, des routes coupées par le débordement des eaux, une circulation bloquée dans les villes, des champs dévastées par les eaux dans le monde rural, le Chef de l’Etat avait lancé le Plan Jaxaay. 
Selon lui, devant la situation désastreuse à laquelle les populations étaient exposées, l’Etat ne pouvait se permettre d’organiser les élections législatives au mois de mai 2006 à hauteur d’un budget de 7 milliards. Pour le Chef de l’Etat donc, cette enveloppe devrait plutôt être réorientée dans le financement de ce plan dont le budget total a été arrêté à la fameuse somme de 67 milliards ». 
Question : Comment donc l’Etat peut-il, après avoir engagé une opération aussi importante dans son budget, déclarer « que la gestion des inondations ne relève pas de ses compétences » ? Selon les leaders de Benno, « en tout état de cause, la gestion des inondations n’est pas une compétence transférée, ni une compétence propre. Elle ne relève donc pas juridiquement des collectivités locales »…. 
La gestion des eaux usées et pluviales relèvent plutôt, selon la loi 96-02 portant création, organisation et fonctionnement de l’ONAS, de cet organisme. « Cette même loi dispose que l’ONAS est responsable de l’assainissement des eaux pluviales et usées sur l’ensemble du territoire national. En matière de salubrité publique donc, seuls le ramassage des ordures ménagères et le curage des caniveaux relèvent juridiquement des collectivités locales », indiquent-ils. 
Par ailleurs, gouverner c’est aussi prévenir et gérer les crises. C’est pourquoi la Conférence des leaders de Bennoo Siggil Senegaal estime « qu’il faudrait sortir l’effroyable réalité des inondations de la banlieue dakaroise aussi bien du jugement stérile que du raisonnement étroit », invitant ainsi l’Etat central à assumer pleinement ses responsabilités régaliennes au lieu de chercher à se défausser sur des collectivités locales à qui l’on n’a nullement transféré légalement une telle responsabilité. 
Elle exhorte en outre les populations en proie à l’envahissement des eaux, « à s’organiser autour de leur édile en vue de réclamer sans délai au gouvernement la reconnaissance explicite que cette question relève de l’Etat au premier chef. L’objectif de cette bataille est d’engager une vaste et vigoureuse mobilisation autour de cette question afin de faire infléchir l’attitude de désinvolture de l’Etat devant cette situation ». 
Les chefs de l’opposition organisée dans Bennoo Siggil Senegaal demandent aux populations exposées « à exiger l’évacuation sans délai des eaux dés qu’elles commencent à envahir les quartiers et les habitations et, d’autre part, la présentation d’un plan de règlement définitif de ce phénomène récurrent, qui comprendrait notamment, pour chaque zone, une stratégie d’intervention, des programmes et des projets , bien articulés à la réalité de terrain et adossés à un calendrier précis indiquant les dates de démarrage des opérations et les plannings d’exécution ». 
BAÏDY AGNE PRESIDENT DU CNP« Sur la question de la subvention, Alex Segura rend service à l’État » 
par Bakary DABO | SUD QUOTIDIEN 
Le Président du Conseil national du patronat (Cnp), Baïdy Agne épouse la position du représentant du Fonds monétaire international (Fmi) à Dakar, Alex Ségura, concernant les 150 milliards de FCfa que l’État a utilisés pour subventionner les denrées de premières nécessité. Il dit avoir signalé la même chose depuis novembre 2007. 
Le représentant résidant du Fonds monétaire international (Fmi) à Dakar, Alex Segura, dans sa dernière sortie, avait fait savoir que l’État à ce jour a subventionné à hauteur de 150 milliards de FCfa des produits dont en réalité l’efficacité n’est pas forcément sentie par les populations. Interpellé sur la question, en marge de la conférence de presse du Cnp de ce mercredi 21 mai, Baïdy Agne pense que : « cet aspect des choses, si le représentant du Fmi le dit, à mon sens, il rend service à l’État parce que ce n’est pas simplement Alex Segura qui l’a dit ». Personnellement, a livré le président du Cnp, « en octobre-novembre 2007, je suis allé voir le ministre des finances pour lui dire que je ne suis pas persuadé que cette politique mise en œuvre de subventions et de renoncement de Tva à l’entrée, est la meilleure façon de soutenir les populations à terme ». Il fait savoir qu’il doutait de l’efficacité de cette mesure. 
Ce qui, selon Baïdy Agne, ne veut pas dire que c’est facile. A son avis, « Le souci de soulager les populations est réel mais c’est l’efficacité qu’il faut à un moment revoir d’autant plus que nous disions à l’époque, ce que l’État laisse en subventions n’est pas en mesure de contenir la hausse dont il ne maîtrise pas les prix des denrées sur le marché mondial et celui du pétrole ». D’après M. Agne, « de toute façon, le cours est tel qu’il vaut mieux que l’État achète du riz et le donne aux populations directement. Mais la question de la subvention qu’on met en œuvre, bien sûre, on peut le discuter tout en comprenant pourquoi l’État était dans une position de devoir le faire. 
Mais aujourd’hui, je pense que c’est le moment de l’évaluer et d’avancer ». A l’en croire, « si les mêmes subventions sont maintenues, on va arriver à 200 milliards de FCfa ». Pour lui, la question qui se pose maintenant est de savoir : « est ce que l’État peut se permettre de continuer à subventionner avec autant d’argent des produits certes sensibles dont l’efficacité peut être parfois discutée ». 
La dette due entreprises 
Entre autres points de la sortie de M. Ségura qui concerne le secteur privé, le président du Cnp a rappelé l’ardoise que l’État doit aux entreprises qui ont déjà exécuté une commande publique et qu’il estimait à 150 milliards de FCfa. Sur cette question M. Agne fait savoir qu’il connaît différents secteurs qui l’interpellent et que cette question ne date pas d’aujourd’hui. « Pour l’effacement de la dette que l’État a à leur égard, nous saluons l’appui qu’il en a fait. Il est important en réalité pour l’État d’effacer ou de réduire la dette intérieure ». Avant de signaler que la dette intérieure globale n’est pas tout le temps la dette due au secteur privé. A l’en croire, il a vu le ministre du Budget sur cette même question essentielle. 
A cela, il y ajoute la sortie du ministre de l’Economie et des finances qui a publiquement fait part de l’emprunt obligataire qui sera lancé pour accélérer la résolution de la question de la dette à l’égard des entreprises. Sur cette question, Baïdy Agne informe que : « le ministre du Budget m’a assuré hier (Ndrl : avant-hier) qu’ils ont redonné l’ordre au niveau des différents ministères d’accélérer le processus pour que tous les paiements puissent être faits ». Avant de poursuivre : « il nous avait assuré que même d’ici juin, il estimait et pensait que tout ceci rentrerait en ordre. Et nous saluons cela ». Le président du Cnp pense que cette question de la dette à l’égard des entreprises est importante à plusieurs titres dans un contexte où les travailleurs parlent d’augmentation de salaire. 
Selon lui, « si le problème de trésorerie que ça pose aux entreprises peut même occasionner le non-paiement des salaires et qui peut faire à ce qu’une entreprise soit dans une situation à ne pas prendre une nouvelle commande publique parce que n’ayant pas été payée par une commande exécutée au préalable, c’est un vrai problème ». 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 18.06.2009
- Déjà 5296 visites sur ce site!