ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

La jeunesse révoltée

Le peuple reprend sa souveraineté 
Wade Go ! Wade Dégage ! Ne touche pas à ma constitution ! “Y’en a marre !“ Le peuple sénégalais que beaucoup qualifiaient de trop passif, a encore parlé. Comme le 19 mars 2000, il a démontré que la souveraineté nationale lui appartient. Désormais, ce jeudi 23 juin 2011 fera date dans l’histoire politique du Sénégal. Il était annoncé comme un jeudi noir, à l’instar des événements de Wall Street en 1929. 
 
Finalement, il a été tout simplement un jeudi blanc pour le peuple sénégalais qui a confirmé sa souveraineté en disant non à tout assujettissement. 
Quiconque pensait également que les députés pouvaient faire fi des récriminations du peuple pour satisfaire une oligarchie, un clan, une famille en adoptant cette loi inique, s’est lourdement trompé. N’est ce pas Moussa Sy ? Le député maire des Parcelles assainies sorti de l’hémicycle pour tâter le pouls du peuple, agrippé devant les grilles de l‘Assemblée nationale, a vite compris que ce serait une grossière erreur que de faire passer le projet de loi. 
“Nous ne pouvons pas voter cette loi alors que le pays brûle dehors“, martèle-t-il avec force. Avant lui, c’est Joseph Ndong qui avait marqué sa désapprobation. Que dire du courage du député de Nioro Wack Ly, de Me El Hadji Diouf qui démontre de plus en plus qu’il mérite le titre du député du peuple au détriment de l’autre devenu entre temps un thuriféraire de Wade. L’histoire retiendra ces noms. 
Mais au-delà, le débat reste la conséquence de ce désaveu cinglant que le peuple a administré à Abdoulaye Wade et à son gouvernement. La suite logique, comme d’ailleurs dans toute démocratie, c’est la démission du Chef de l’Etat. Ce fut le cas en 1969 en France avec le général Charles De Gaulle. 
Ici, Wade n’a même pas voulu passer par la voie référendaire, nonobstant l’importance du projet de loi, mais sa majorité parlementaire lui a dit NON. Son peuple aussi. Alors M. le Président, tirez les conséquences de ce désaveu au nom du parallélisme des formes. Partez ! C’est le peuple qui le demande. 
 
Qu’on l’aime ou qu’on l’exècre, il faut reconnaitre qu’aucun autre Sénégalais n’aura autant marqué la société de son époque que ne l’a fait notre Président bien spécial comme disait l’autre. Il n’est pas rare d’entendre de jeunes enfants au détour d’une rue y aller de leurs commentaires sur ce Vieux qui pourrait être leur arrière grand-père : propos du petit maure recueillis de derrière la tente. 
 
Jeudi 23 juin 2011, c’est le Peuple, dit-on, qui a repris la main pour dire : en fait, « l’Etat c’est moi ». Et le Peuple a bien fait. Il y a bien eu quelques dégâts collatéraux : l’autre disait, les populations sont devenues le Peuple. Voire. 
Il y a eu la prestation largement décriée de semeurs de troubles, de voleurs, d’agresseurs, de vrais vandales qui n’ont rien à envier aux hordes qui ont marqué la vieille Europe. Qui lui ont inoculé cette violence qui l’empêche encore aujourd’hui d’avoir cette posture généreuse qu’on devrait légitiment attendre d’une civilisation qui se dit fière de ses racines chrétiennes. Bref, la fange, mais le peuple aussi, cette partie de la famille pas sortable, à ne surtout pas convier aux civilités. 
Les héros du jour, ce ne sont surtout pas ceux-là, non plus les politiciens. Ou les « sociétés civilistes » chez qui il y a comme un soupçon de militance commandée …(commanditée ?) Les « Y en a marre » auront été admirables. Jusque dans la belle déclaration servie lors de leur conférence, empreinte de sérieux, de paroles sages. Y avait même du Fanon. Bon sang de rappeur ne saurait mentir. 
Une chronique de Grand-Place pour retraités, du petit peuple, de cette journée mémorable leur tresse des lauriers. Pour avoir tiré les futurs membres de ceux qui allaient se poser en pompeux «Mouvement du 23 juin » de leurs réunions peu efficaces pour les sommer de venir à la Place Soweto où le dernier acte du coup de Maitre était en train de se jouer. C’est ce qui nous a valu peut-être cette photo qui a fait le buzz de cet opposant, ce qu’il y a de plus républicain et de classe, armé de gros cailloux prêt à caillasser du robocop sénégalais. 
Ces jeunes rappeurs, représentants de la génération-charnière de notre premier siècle d’indépendance, ont affiché une détermination et une lucidité qui forcent l’admiration. Ils considèrent avoir remporté une bataille et qu’il y en d’autres à mener. Ils ont pris la mesure de l’enjeu et bien considéré la gravité de l’heure : « le présent trébuche, l’avenir hésite… ». 
Message clair : Wade a exercé deux mandats et il n’y a pas de place pour un autre. L’inconstitutionnalité de la candidature de Wade en 2012, c’est évident. Ils ont tranché le débat des constitutionnalistes. Le Peuple, émanation des trois pouvoirs, ne s’est-il pas exprimé ce 23 juin en tançant sa représentation institutionnelle coupable d’être inféodée à l’exécutif ? Du coup, le travail de la Cour constitutionnelle s’en trouve simplifié. Ne rend-elle pas la Justice au nom du Peuple ? 
Le réel danger pour Père Wade, c’est cette sentinelle de la démocratie contre le tripatouillage de la Constitution. Le péril Jeune qui n’hésite pas à mettre son corps en rempart. En attendant le Daas fanaanal de cet électorat, nouveaux inscrits des listes électorales, ce qui ne sera qu’une formalité. 
Notre espace médiatique regorge d’experts et de spécialistes de la wadésie et des coups du Maître selon qui il serait en train de mijoter son prochain coup. Il ne lâche jamais le morceau et chercherait à remettre l’ouvrage du ticket sur le métier. Il tient à se faire succéder par son fils : le projet de « dévolution monarchique » reste un repoussoir inusable pour certains. 
Pour d’autres, il préparerait une revanche contre le peuple : ceux-là, -ce sont surtout les politiciens-, lui souhaitent le sort de ces potentats qui ont lancé leur armée contre leur peuple et se sont attirés les foudres d’une « communauté internationale » vengeresse. Après Kadhafi, Me Wade. 
Aussi est-il urgent de sauver le soldat Wade. Et la responsabilité incombe en premier au cercle restreint de ses proches. Dont il serait l’otage, soutiennent encore d’autres experts de la wadésie. 
Le problème de Wade ne pourrait-il pas être beaucoup plus simple ? 
Abdoulaye Wade se réclame de la doctrine économique du libéralisme et ce n’est point une coquetterie politique de sa part. Il est ainsi absolument convaincu que les principes du libéralisme sont les seuls à même de tirer le Sénégal et les autres de la situation peu enviable de pays économiquement arriérés. N’a-t-il pas été parmi les pères du NEPAD, outil politique, rampe de lancement conçue pour mettre enfin l’Afrique sur l’orbite du développement ? 
Faire régner le libéralisme pendant cinquante ans, telle était son ambition déclarée pour le Sénégal. Une à deux générations de Sénégalais pour convertir le pays et l’accrocher au train des pays riches. La réalisation de cette ambition, dont il peut ne pas être le témoin, passe nécessairement par une transmission du pouvoir à son fils …putatif, seul digne d’assumer le khalifat dans la famille libérale sénégalaise. Seulement, les politiciens sénégalais opportunistes en diable ont mis du sable dans la machine en mettant en selle le fils biologique. 
La candidature très tôt annoncée n’était qu’une candidature d’attente. Le temps de se rabibocher, de faire revenir le fils prodigue dans la maison du Père. La suite du compagnonnage soulève encore aujourd’hui des supputations… 
 
Momar Gassama Dakar 
 
La jeunesse révoltée  
La nature nous apprend qu'un homme révolté est celui qui dit non et s'il refuse, il ne renonce pas. C'est aussi un homme qui dit oui, dès son premier mouvement. D 'apparence, il existe une limite à la révolte. Cependant, la révolte est un droit. La révolte née de la perte de patience devient un mouvement et se situe donc dans l'agir. Elle se définit par le ‘Tout ou Rien’, le ‘Tous ou Personne’.En premier, elle soumet l'idée d'égalité, position d'égal à égal entre le maître et l'esclave. Mais le révolté finit par imposer cette égalité qui se traduit souvent par une inversion des rôles. Suivant le raisonnement de Scheler, l'homme révolté n'est pas l'homme du ressentiment, c'est-à-dire qu'il ne baigne ni dans la haine ni dans le mépris. La révolte enfante des valeurs. De fait, ‘pour être, l'homme doit se révolter’. 
Il est donc évident de redéfinir la révolte, en extirpant l'homme de la solitude puisqu'elle est collective, d’où l’aventure de tous. Néanmoins, faire l'expérience de la révolte, c'est faire l'expérience de l'ascèse. Les mythes de Prométhée, d'Achille (avec Pactrole), d'Œdipe et d'Antigone, sont des archétypes de révoltes antiques au même titre que la révolte de Spartacus. La révolte est souvent légitime, elle est l'expression la plus pure de la liberté et semble revêtir le visage de l’espoir. De surcroît, la révolte impose une tension, elle refuse donc formellement le confort de la tyrannie ou de la servitude. 
Le révolutionnaire a la volonté de ‘transformer le monde’, disait l’autre, alors que Rimbaud nous enseigne que le révolté veut ‘changer la vie’. Cette jeunesse sénégalaise a osé démontrer de vive voix, la nécessité et le timing d’une révolte face à un régime machiavélique, dictatorial et calculateur. Le peuple sénégalais avait tristement perdu tout espoir de vie sous un régime né pourtant il y a une décennie et dont les acteurs restent à situer dans l’échiquier de la politique elle-même. Je dois rappeler ici qu’il y a deux façons de faire de la politique. Ou bien on vit ‘pour’ la politique, ou bien ‘de’ la politique. Cette opposition n’a absolument rien d’exclusif. Bien plutôt, on fait en règle générale les deux à la fois, idéalement certes, mais aussi la plupart du temps matériellement. Celui qui vit ‘pour’ la politique fait d’elle, dans le sens le plus profond du terme, le ‘but de sa vie’, soit parce qu’il trouve un moyen de jouissance dans la simple possession du pouvoir, soit parce que cette activité lui permet de trouver son équilibre interne et d’exprimer sa valeur personnelle en se mettant au service d’une ‘cause’ qui donne un sens à sa vie. 
C’est en ce sens profond que tout homme sérieux qui vit pour une cause, vit également d’elle. Notre distinction a donc pour base un aspect extrêmement important de la condition de l’homme politique, à savoir l’aspect économique. Nous dirons donc que celui qui voit dans la politique une source permanente de revenus ‘vit de la politique’ et que, dans le cas contraire, il vit ‘pour’ elle. Sous le régime fondé sur la propriété privée, il est nécessaire que soient réunies certaines conditions, triviales si vous voulez, afin qu’un homme puisse vivre ‘pour’ la politique en ce sens. Il est normal de procéder à l’approbation sans réflexion de toute idéologie du chef quelle que soit son absurdité. L’homme politique doit, dans des conditions normales, être économiquement indépendant des revenus que l’activité politique pourrait lui procurer. 
Le fait qu’un État ou un parti soit dirigé par des hommes qui, dans le sens économique du mot, vivent exclusivement pour la politique et non de la politique, signifie nécessairement que les couches dirigeantes se recrutent de façon ‘ploutocratique’. En disant cela, tous ne chercheront nullement à faire accroire que la direction ploutocratique ne profite pas de sa situation dominante pour vivre également ‘de’ la politique et pour exploiter sa position politique au profit de ses intérêts économiques. Cela va sans dire. Il n’existe pas de couches dirigeantes qui ne l’aient fait d’une façon ou d’une autre. Si nos ministres pillent les ressources d’un pays assez pauvre et sans ressources en défendant les thèses absurdes de leurs situations économiques prospères d’avant l’alternance, au vu et su du chef, il est évident d’approuver toute loi quelle que soit sa teneur et ses conséquences pour assurer son bien-être personnel. 
Je pense que Machiavel et Montesquieu devisent aux enfers, en échangeant quelques propos sur la politique moderne, et la façon la plus efficace pour quelques hommes politiques, toute considération de morale mise à part, d’acquérir et de conserver indéfiniment le pouvoir, mettant des hommes de paille aux places clé de la société. Voici un style tactiquement étudié et pondu pour un peuple marginalisé par la plus haute instance d’un régime et béni par des hommes ignorant toutes racines républicaines, en défendant des intérêts économiques personnels. 
René Descartes, en retournant par le doute à la base de ce qui caractérise la nature humaine, est arrivé à une constatation irréfutable en s’écriant : ‘Cogito, ergo sum’ L’Homme est un être pensant, et Wade pense autrement. Un constat des dérives d’une pensée de ce régime pour garantir un règne sans partage au-delà de tous les pouvoirs dictatoriaux connus : 
- Dans un pays parlementaire, c'est presque toujours par la presse que périssent les gouvernements, eh bien, j'entrevois la possibilité de neutraliser la presse par la presse elle-même. Cette manipulation commence par un contrôle des publications, puis par une organisation des journaux afin de donner l'impression de liberté de la presse. Le bruit causé par le flot d'informations permet alors de dissimuler le fait que l'essentiel n'est jamais mis en cause, et que seules des anecdotes insignifiantes font la une ; 
- Je diviserai en trois ou quatre catégories les feuilles dévouées à mon pouvoir. On verra des feuilles, dévouées à mon gouvernement, qui m'attaqueront, qui crieront, qui me susciteront une foule de tracas. Remarquez bien que jamais les bases ni les principes de mon gouvernement ne seront attaqués par les journaux dont je vous parle ; ils ne feront jamais qu'une polémique d'escarmouche, qu'une opposition dynastique dans les limites les plus étroites ; 
- L'étape suivante est de se mettre en scène. Et le premier point consiste à étourdir l'opinion publique, par des annonces faites à l'improviste, sans hésiter à dire une chose et son contraire ; cela permet de discréditer ses adversaires et de diriger les émotions des masses. 
- A l'aide du dévouement occulte de ces feuilles publiques, je puis dire que je dirige à mon gré l'opinion dans toutes les questions de politique intérieure ou extérieure. J'excite ou j'endors les esprits, je les rassure ou je les déconcerte, je plaide le pour et le contre, le vrai et le faux. Je fais annoncer un fait et je le fais démentir suivant les circonstances. Je sonde ainsi la pensée publique, je recueille l'impression produite, j'essaie des combinaisons, des projets, des déterminations soudaines, comme des ballons d'essai. Je combats à mon gré mes ennemis sans jamais compromettre mon pouvoir, car, après avoir fait parler ces feuilles, je puis leur infliger, au besoin, les désaveux les plus énergiques ; je sollicite l'opinion à certaines résolutions, je la pousse ou je la retiens, j'ai toujours le doigt sur ses pulsations. Elle reflète, sans le savoir, mes impressions personnelles, et elle s'émerveille parfois d'être si constamment d'accord avec son souverain. On dit alors que j'ai la fibre populaire, qu'il y a une sympathie secrète et mystérieuse qui m'unit aux mouvements de mon peuple. Pour cela, il faut imposer aux journaux un droit de relecture, ce qui passera pour une censure honnête, et déjouera les accusations de complot et d'hypocrisie. 
- J'obligerai les journaux à accueillir en tête de leurs colonnes les rectifications que le gouvernement leur communiquera ; les agents de l'administration leur feront passer des notes dans lesquelles on leur dira catégoriquement : Vous avez avancé tel fait, il n'est pas exact; vous vous êtes permis telle critique, vous avez été injuste, vous avez été inconvenant, vous avez eu tort, tenez-vous-le pour dit. Ce sera, comme vous le voyez, une censure loyale et à ciel ouvert. Tandis qu'on se disputera, qu'on donnera les interprétations les plus diverses à mes actes, mon gouvernement pourra toujours répondre à tous et à chacun : Vous vous trompez sur mes intentions, vous avez mal lu mes déclarations; je n'ai jamais voulu dire que ceci ou que cela. Le bruit occasionné par l'agitation du gouvernement donnera l'impression du mouvement et du progrès. C'est encore grâce à la presse que le spectacle de cette immobilité spectaculaire permet de tromper le peuple : 
- Les masses consentent à être inactives, mais à une condition, c'est que ceux qui les gouvernent leur donnent le spectacle d'une activité incessante, d'une sorte de fièvre; qu'ils attirent constamment leurs yeux par des nouveautés, par des surprises, par des coups de théâtre ; cela est bizarre peut-être, mais, encore une fois, cela est. En conséquence, je ferais, en matière de commerce, d'industrie, d'arts et même d'administration, étudier toutes sortes de projets, de plans, de combinaisons, de changements, de remaniements, d'améliorations dont le retentissement dans la presse couvrirait la voix des publicistes les plus nombreux et les plus féconds. ‘ 
- Le président lui-même doit se mettre en scène et personnaliser le pouvoir, en parlant de ses croyances et en s'identifiant à la nation. 
- Les peuples n'aiment pas les gouvernements athées, dans mes communications avec le public, je ne manquerais jamais de mettre mes actes sous l'invocation de la Divinité, en associant, avec adresse, ma confrérie, ma propre étoile et mes marabouts à celle du Sénégal. 
- Le Président doit paraître jeune, dynamique, faire semblant de faire bouger les choses, ce qui lui permet de se légitimer contre des institutions qui ne seront plus jugées selon leur utilité et le droit, mais selon la valeur, positive en démocratie, de jeunesse. L'hagiographie médiatique permet de disposer des institutions à son gré sans que cela apparaisse sous le jour plus véritable d'un coup de force. 
- Mes principes, mes idées, mes actes seraient représentés avec l'auréole de la jeunesse, avec le prestige du droit nouveau en opposition avec la décrépitude et la caducité des anciennes institutions. 
Enfin Wade pense encore que son fils est le plus sage de la jeunesse sénégalaise et africaine, et à lui seul d’occuper le plus géant portefeuille lui permettant de gérer les racines du pouvoir et sans ma supervision. 
Vive le Sénégal et sa jeunesse 
El Hadj Aboubakry SY syaboubakry@gmail.com Consultant 
Pourquoi réformer le Cnra quand on est incapable d’appliquer la loi en vigueur ? 
La Rfm a fait état d’un projet de réforme du Cnra qui serait dans le circuit administratif. Nous avions clairement démontré dans une tribune publiée au mois d’avril 2011 que le Cnra n’avait pas le courage d’assumer ses missions. Malheureusement, au Sénégal, pour fuir leurs responsabilités les hommes mettent leurs carences sur le dos des textes. 
Le Cnra a les moyens de rendre ‘sérieux’ la Rts et les médias privés. En fait, la Rts ne rend aucun service aux Sénégalais, à la majorité et à l’opposition. Nous n’avons pas besoin d’insister, ici, sur les dérives de la Rts, elles sont connues de tous. Au-delà du non-respect du pluralisme, la Rts n’a même pas une émission à caractère éducatif digne de ce nom. 
La couverture des activités gouvernementales se résume à la cravate du ministre et/ou du Directeur de cabinet qui doivent impérativement placer deux mots et se voir chez eux à 20h, au moment où les autres sénégalais sortent de chez eux (Rts) car ne pouvant supporter le sourire du ministre, ils changent de Chaîne. En effet, la Rts fait la publicité des hommes et ‘rend compte des activités folkloriques au détriment des actions de grande envergure’ du gouvernement. Et ce sont bien les cadres du Pds qui mettaient, ainsi, en garde la Rts en 1991, lors de la première entrée de Wade dans le gouvernement de Diouf. 20 ans après, c’est le Pds lui-même qui se fait piéger. Inutile vraiment de continuer de parler de la Rts. N’est-ce pas l’autre qui disait que la ‘télévision est faite pour ceux qui, n’ayant rien à dire, tiennent absolument à le faire savoir’. Passons donc. 
Parlons alors de cette autre presse qui est entre les mains d’hommes d’affaire impitoyables sans foi ni loi. Ils donnent l’illusion à leurs employés d’être des hommes importants et puissants qui peuvent changer le cours des choses. En vérité, une chose leur intéresse : leurs intérêts personnels. La liberté d’expression des Sénégalais ne leur intéresse que lorsqu’elle va dans le sens de leurs intérêts. Leurs petites certitudes ont valeur de vérité scientifique. Ils se prennent pour des demi-dieux, capables de prédire l’avenir, alors qu’ils n’étaient même pas capables, en 2000, de décrire aux Sénégalais la vraie personnalité de celui qu’ils présentent, aujourd’hui, comme un monstre (soulignons tout de même qu’il s’agit d’un monstre assez particulier, tout le monde peut lui dire ce qu’il veut sans mettre sa vie en danger). Pire, ils ont aidé ce monstre (sic), selon leur dire, à arriver au pouvoir. Diable, cesser de nous dire que c’est un monstre qui nous gouverne, puisque vous nous avez laissé l’élire en 2000. 
L’un des plus grands journalistes d’investigation de ce pays, Abdou Latif Coulibaly, s’est même permis d’avouer, non sans avec beaucoup de fierté -quelle honte !- que cet homme ne faisait pas partie de ses centres d’intérêts avant 2000. Autrement dit, renseigner les Sénégalais sur l’un des plus sérieux présidentiables ne faisait pas partie de ses obligations professionnelles. 
Remake pour 2012. A 8 mois des sélections, les Sénégalais ne savent rien de leurs présidentiables et ce n’est pas le problème de leurs médias. Ils (les médias) ont d’autres préoccupations : éliminer le monstre. Ils invitent, même, les Sénégalais à être amnésiques. En fait, les Sénégalais doivent oublier que Maky Sall, Gadio, Bathily, Landing….avaient servi ce monstre, quant à Idy, ils doivent parler de ses affaires en fonction de ses positions vis-à-vis du monstre. Il faut se taire sur le passé des présidentiables parce que cela pourrait profiter au monstre. Telle est la règle du jeu. 
Et pour parvenir à ses fins, cette presse se permet toutes les forfaitures : absence de pluralisme, traitement déséquilibré de l’information, désinformation, délation…. Tout est motif de combat, de harcèlement, d’intimidation, de lynchage… 
Les citoyens n’ont droit, maintenant, qu’à des monologues.Pape Alé Niang, Sidy Lamine Niasse, Alassane Samba Diop, pour ne citer que ceux-là, invitent des gens qui ont les mêmes positions sur les questions qu’ils évoquent, et pourtant ils savent avant de les inviter qu’ils vont dire la même chose. Mais puisque ce sont des gens bien qui ne disent que la vérité (sic), on peut légitimement faire le deuil du nécessaire débat démocratique contradictoire dans l’intérêt supérieur de la nation.C’est ainsi, pas plus tard que ce mercredi 29 juin 2011, Pape Alé Niang de la 2stv a invité Alioune Sow, Moussa Tine, Abdou Lo et Djiby Diakhaté.En journaliste bien informé, Pape Alé connaissait déjà les positions de Djiby Diakhaté, de Moussa Tine et Abdou Lo, et il savait qu’elles étaient identiques. Mission réussie : le discours de Alioune Sow a été bien noyé. 
Nous avions dit et nous répétons que le Cnra a les moyens de faire face à toutes ces dérives.En effet, au-delà des problèmes administratifs, le Cnra peut bel et bien se prononcer sur les problèmes d’éthique et de déontologie, sur le respect du pluralisme, sur l’objectivité et le respect de l’équilibre dans le traitement de l’information, sur l’accès équitable des partis politiques aux médias audiovisuels, sur la défense de l’unité nationale … (cf. article 7 de la loi N° 2006-04 du 4 Janvier 2006).La loi a mis à la disposition du Cnra des moyens de sanction allant de la mise en demeure à la demande de retrait définitive de l’autorisation d’émettre. 
La vérité est que ni le gouvernement ni le Cnra n’ont le courage d’appliquer la loi. Appliquer la loi c’est aussi amener la Rts à accepter les règles du jeu. Les 22 et 23 juin, la Walf Tv s’est permis des écarts (des plateaux sans aucun invité de la majorité, des images violentes, la justification en direct d’actes de vandalisme…)que les télévisions publiques des régimes les plus dictatoriaux ne peuvent se permettre. 
Il est temps d’avoir le courage d’appliquer la loi.Le gouvernement doit aussi rester cohérent, il ne peut pas engager une grande réforme devant aboutir à un nouveau code de la presse, et engager une autre réforme en solo. 
Sadikh DIOP Administrateur de l’Observatoire de l’information et des médias Site : limedia.org email : info@limedia.org 
Maître, il est déjà trop tard ! 
Touche pas à ma constitution ! N’est ce pas paradoxal que le citoyen ordinaire se trouve dans l’obligation de rappeler la sacralité de la constitution à l’avocat que vous êtes, au gardien de la constitution que vous êtes censé être, au sage que vous auriez dû incarner du fait de votre âge avancé. 
 
Une chaîne ininterrompue de forfaitures et de parjures, a fini par vous faire croire que ce peuple n’avait plus de capacité d’indignation, qu’on pouvait lui faire avaler toutes les couleuvres, qu’il était presque devenu insensible à toute humiliation. Les chants laudateurs d’une caste de courtisans a fini par vous faire croire qu’un seul astre brillait sous nos cieux : Vous ! Il est vrai que ce peuple a faim, qu’il a soif, il a perdu jusqu’au souvenir de la lumière… 
Sachez Maître que l’obscurité imposée ne lui a point fait perdre sa lucidité et sa dignité. « Le peuple veut toujours le bien, même s’il ne le voit pas souvent », nous disait un philosophe du siècle des Lumières. Ce que vous avez fini par perdre de vue c’est que vous n’étiez qu’un serviteur…le serviteur de ce peuple. Il ne vous a rien donné, tout au plus vous a-t-il confié quelque chose qui lui appartient exclusivement mais dont paradoxalement il ne peut se départir : sa souveraineté. Et c’est peut-être là, Maître, où vous faites une erreur monumentale : la légitimité que vous convoquez sans cesse est un processus continué qui résulte de la relation constante entre l’action du mandataire et l’assentiment du mandant. 
Comment peut-on vouloir consolider ou approfondir la démocratie en faisant montre d’un mépris sans précédent vis-à-vis de son propre peuple ? Nous ne voulons point de ce « ticket », ni aujourd’hui, ni demain. Nous n’en voulons pas car tel est notre bon vouloir. A-t-on même besoin de le justifier ? Ou alors ne sommes- nous plus souverains ? Maître, vous n’avez point affaire à un peuple d’esclaves. Citoyens, nous le sommes depuis fort longtemps ; peut-être que le Professeur Bathily, éminent historien, devrait vous prêter quelques manuels d’histoire pour vous rafraîchir la mémoire. Il est vrai que dans votre camp, il n’y a qu’une constante qui pense et, par sa volonté démiurgique, agit, fait et défait les destins des hommes et des peuples. 
La démocratie ne repose pas sur le solipsisme mais sur le pluralisme, la différence et la contradiction ; elle ne signifie pas unanimisme mais repose sur un consensus fondamental des acteurs politiques autour des modes de régulation du politique. Par-dessus toute chose, ce qui donne à la démocratie sa dimension éthique c’est le respect impératif des droits de la minorité. Cette règle impérative contient la toute puissance de la majorité mais surtout a pour fonction de montrer qu’en démocratie, majorité et minorité ne sont que des qualités circonstancielles, interchangeables dans le temps et au gré des rapports de force. 
Sachez que le passage de l’ordre ancien à l’ordre nouveau exhibe toujours un moment de disjonction entre légalité et légitimité. Le peuple a clairement montré qu’il ne reconnait plus ce Parlement qui n’est peuplé, pour l’essentiel, que de députés du Président et non de représentants du peuple. Si nul ne peut contester la légalité de ce parlement, tous sont convaincus de son illégitimité. Souffrez que le régime nazi était tout fait de légalité, était-il légitime pour autant ? Que dire de 1789 ? Le Tiers-Etat n’était-il pas le symbole de la légitimité défaisant la légalité pour aller dans le sens de l’histoire. 
Très cher Maître, vous vous êtes affublé de toutes les compétences, de tous les diplômes qui attestent de votre savoir inégalé, mais vous nous avez convaincu de votre incompétence notoire en matière de sens de l’histoire. Vous vous êtes trompé d’époque, de société, de contexte, de valeurs. Votre façon de faire de la politique est désuète, obsolète car d’un autre âge. Comment avez-vous pensé un seul instant que dans notre pays, le Sénégal, une dévolution monarchique du pouvoir était possible ? Maître, nous vous avions ouvert la grande porte de l’Histoire en 2000, vous nous avez pendant dix ans abrutis avec vos petites histoires et combines. Il est déjà trop tard pour vous ! Est venu le temps de partir. 
Le 23 juin 2011, ce n’était pas votre pouvoir qui était en jeu mais bien votre autorité. Parlant de l’autorité, le philosophe, dans Du mensonge à la violence nous rappelle que « sa caractéristique essentielle est que ceux dont l’obéissance est requise la reconnaissance inconditionnellement ; il n’est en ce cas nul besoin de contrainte ou de persuasion. L’autorité ne peut se maintenir qu’autant que l’institution ou la personne dont elle émane sont respectées. Le mépris est ainsi le plus grand ennemi de l’autorité, et le rire est pour elle la menace la plus redoutable ». 
 
Nous avons retenu trois leçons de votre magistère : 
- La démocratie ne peut être que là où existe la République avec ses institutions et ses valeurs. L’impunité, la corruption, le patrimonialisme finissent toujours par ronger les institutions, par les affaiblir et les vider de leur sens et de leur substance. Il y a bien une éthique politique qui doit s’exprimer à travers le souci de la chose publique. 
- La politique repose moins sur des calculs que sur une vision, c’est-à-dire une capacité à se projeter dans le futur et à se laisser guider par une ambition de grandeur pour son peuple. 
 
La culture démocratique se forge avec l’expérience démocratique, avec ses vicissitudes, ses errements, ses succès. Vous aviez fini par croire que chaque sénégalais avait un prix. Maître, la dignité n’a point de prix et c’est la leçon qu’il vous faudra méditer…dans une retraite qu’il est temps de prendre! 
Doom ci askan wi 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 2.07.2011
- Déjà 5431 visites sur ce site!