ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Incohérences institutionnelles

Taph2000@hotmail.com; elhmounir@hotmail.com; 
Le Soleil : Vendredi 5 Juin 2009 
GÉOPOLITIQUE DE LA MONDIALISATION : L’AFRIQUE NE DOIT COMPTER QUE SUR ELLE-MEME, SELON 3A FORUM  
Assurer à l’Afrique un leadership économique est l’ambition d’un réseau de professionnels et décideurs regroupés d’une structure dénommée 3 A forum qui a tenu ces assises ce week-end end à Dakar. D’importantes thématiques ont été traitées liées notamment à l’Afrique dans la nouvelle géopolitique mondiale, les nouveaux enjeux économiques, etc. Digne héritier de l’historien et scientifique, Cheikh Anta Diop, son fils Cheikh Mbacké Diop a refait le fil de l’histoire de l’Afrique pour mieux engager la réflexion sur la situation géopolitique de la mondialisation. Autour de l’approfondissement des importantes questions économiques, notamment les ressources énergétiques, minières, agricoles, culturelles, financières, etc. l’auditoire bien fourni a eu droit aux interventions d’Evelyne Tall, directrice régionale d’Ecobank, du maire d’Abidjan, Bendjo Noël Akossi, d’ Amadou Kane, directeur du groupe Bnp Paribas pour l’Afrique, de Paulo Gomes, ancien directeur pour l’Afrique à la Banque mondiale, etc. Tous se sont penchés sur les axes de ce que doit être la nouvelle manière de penser. Avec l’idée bien partagée que l’Afrique ne doit compter que sur elle-même pour asseoir son développement et son ancrage dans l’économie mondiale. 
 
Auteur: A.MBODJ  
 
WALF FADJRI : 
Cherté de la téléphonie mobile au Sénégal : L’Artp interpellée 
 
 
La libéralisation des télécommunications sénégalaises a été inexorablement amorcée depuis 1996 et il est mieux indiqué maintenant de réfléchir sur la manière d’en faire un choix acceptable. Puisque les carences managériales et financières de l’Etat ne peuvent être résolues que par l’appel aux capitaux privés, la polémique sur la pertinence de la privatisation de la Sonatel doit être dépassée. Sous l’angle économique, chaque choix de libéralisation doit être basé sur une évaluation préalable établissant sa pertinence, et le cas échéant, il est indispensable de mettre sur pied un mécanisme d’accompagnement qui puisse faire de la libéralisation un choix préférable au monopole public en termes d’avantages collectifs. Une telle vocation est réservée à l’encadrement institutionnel qui l’exerce au Sénégal, par le biais du code des télécommunications de 2001 et de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (Art).  
Il s’agit, d’une part, d’enrayer les quatre défaillances du monopole public que sont le manque de rigueur de gestion, les problèmes de qualité, les déséquilibres tarifaires et la carence des investissements. Et d’autre part, d’instaurer par le biais de la concurrence, une dynamique d’évolution du secteur qui favorise les baisses de prix, la création d’emplois et le progrès technique. Tels sont d’ailleurs les principaux objectifs de la libéralisation clairement spécifiés dans les missions de l’Artp.  
Cependant, à part le progrès technique appréciable observé dans le secteur et les investissements qui y sont réalisés chaque année, les attentes des Sénégalais en termes tarifaires et de qualité sont apparemment déçues. Malgré la concurrence, les prix sont encore à un niveau inacceptable. Les bénéfices affichés par la Sonatel et Tigo sont anormalement élevés et la fréquence des promotions montre que des baisses tarifaires conséquentes sont encore possibles. Au niveau de l’interconnexion (entre Tigo, Orange Sn et Expresso), il faut moins de 10 minutes de communications intérieures pour consommer une carte de 1 000 F Cfa dans un contexte où la crise économique et l’inflation ont considérablement laminé le pouvoir d’achat des Snégalais. Cette surenchère tarifaire réside dans les conditions d’interconnexions entre opérateurs mobiles qui semblent coûter cher.  
Le plus gênant est que l’opérateur historique Sonatel, appartenant à 28 % aux Sénégalais, applique généralement les tarifs les plus élevés dans les communications off net (interconnexion). Expresso applique pratiquement les mêmes tarifs qu’Orange Sn avec environ 30 F Cfa le Sms et 100 F Cfa la minute de communication. Mais pour le moment, l’interconnexion entre Tigo et Orange Sn revêt un plus grand intérêt puisqu’elle concerne l’écrasante majorité des usagers sénégalais. Tigo favorise les communications directes en les rendant plus incitatives (promotions sur options d’appels illimités) par rapport aux Sms qu’elle facture 50 F Cfa vers Orange Sn. Un Sms d’Orange Sn vers Tigo ne coûtant que 30 F Cfa depuis quelques semaines au lieu des 75 F Cfa habituels.  
En plus de ces promotions bien appréciées par ses clients, Tigo applique un tarif de 100 F Cfa à chaque minute off net vers Orange Sn. Par contre chaque appel d’Orange Sn vers Tigo coûte 115 F Cfa la minute. Cependant, d’un point de vue global, ce niveau tarifaire semble supérieur à la norme dans cet univers concurrentiel et cela augure péremptoirement une défaillance réglementaire. Il s’agit d’une interconnexion symétrique car les opérateurs ont leurs propres réseaux et un accès direct à leurs clients ; et cette interconnexion doit être placée sous la supervision permanente de l’Artp.  
En effet, comme les opérateurs fixent les charges d’interconnexion eux-mêmes, celles-ci non seulement risquent d’être supérieures à la norme, mais elles peuvent également être l’assiette de stratégies de collusion entre les opérateurs. Les options réglementaires à ce niveau doivent témoigner de leur propension à maximiser l’utilité du consommateur dès lors que la tarification de l’interconnexion entre opérateurs influence totalement la détermination du tarif final. Or le réseau mobile sénégalais est encore loin de son point de saturation. Le secteur est encore porteur d’importantes économies d’échelles du fait du potentiel important de nouveaux consommateurs dans les milieux ruraux, mais aussi de l’incrustation du téléphone portable comme moyen de communication moderne, accessible et facile, auquel les Sénégalais s’habituent de plus en plus. Donc pour assurer son efficacité économique, l’action de l’Artp dans la détermination des charges d’interconnexion doit être basée sur la poursuite d’objectifs précis à court et moyen terme. Deux résultats fondamentaux doivent être recherchés :  
1. La privatisation de la Sonatel continue toujours d’être considérée par les Sénégalais comme une arnaque sur un patrimoine public stratégique. Les Sénégalais s’estiment alors spoliés parce que l’entreprise fait actuellement de très bons résultats qui auraient pu être comptabilisés dans le budget de l’Etat si le monopole public était maintenu. Mais il faut éviter d’avoir le beurre et de réclamer l’argent ayant servi à son achat. La Sonatel est ce qu’il est aujourd’hui grâce à sa privatisation et la rémunération des capitaux privés en a été la condition. Mais à quel niveau s’arrête ce droit aux profits privés ? En tout état de cause, si tous les avantages collectifs escomptés dans la privatisation sont phagocytés dans les intérêts privés, on peut donner raison à ceux qui crient à la spoliation. Donc le rôle de l’Artp est de concilier les objectifs de rentabilité des capitaux privés avec les objectifs d’amélioration de la satisfaction des consommateurs. Dès lors, une juste profitabilité privée et un service de qualité à tarifs très abordables sont les deux éléments qui fondent la légitimité de la libéralisation.  
2. L’efficacité globale du secteur ne proviendra point d’une concurrence sauvage non encadrée qui peut être la source d’une guerre commerciale ruineuse ou d’un rachat des faibles opérateurs par les opérateurs financièrement mieux lotis. La défaillance réglementaire peut également se traduire par une collusion entre les opérateurs. Une telle situation peut reconduire à la concentration du secteur, au retour des défaillances de marché et donc à un échec avéré de la libéralisation. Pour parer à cette éventualité, l’Artp doit d’abord se fixer une vision claire d’une bonne compétition adaptée au contexte du secteur et veiller à la réalisation progressive de cet idéal concurrentiel. Elle doit avoir une bonne idée du nombre optimal d’opérateurs assurant l’efficacité du secteur ainsi que du type d’encadrement tarifaire approprié. La question tarifaire est essentielle parce qu’elle joue un rôle primordial dans la diffusion du mobile dans le pays, notamment en milieu rural où le pouvoir d’achat est encore plus faible. Par le mécanisme des externalités de réseau et des économies d’échelle, les dynamiques tarifaires peuvent être inscrites dans une logique qui conduit aux baisses tarifaires escomptés. Plus la masse de clients est élevée, plus les baisses de tarifs sont possibles avec le maintien du même niveau de profitabilité pour chaque opérateur. L’encadrement tarifaire aura donc le double effet d’améliorer la satisfaction des clients et de favoriser l’accès marginal.  
Dr Elhadji Mounirou NDIAYE Consultant Indépendant (elhmounir@hotmail.com)  
Pour une rationalisation de la mesure d’audience Radio et Tv au Sénégal 
 
 
Pour les chaînes Tv et radios, les enquêtes d’audience présentent un grand intérêt. Cela leur permet en théorie et dans une optique d’évaluation et d’amélioration de la programmation, de valider les grilles et les cibles de programmation ainsi que la pertinence des choix éditoriaux face à la concurrence. Pour le marché publicitaire, ces enquêtes permettent, au niveau des régies publicitaires, l’optimisation de la tarification des écrans et leur segmentation par cible marketing visée. Au niveau des annonceurs, les enquêtes d’audience permettent l’optimisation de l’allocation des budgets destinés à l’achat des espaces publicitaires selon les comportements et attitudes d’audience des différentes cibles ainsi mesurés. Au Sénégal, les budgets et investissements publicitaires tous supports agrégés représentent près de 60 milliards de francs Cfa générant près de 18 milliards de recettes pour les régies (publiques et privées).  
L’Agence dakaroise d’études stratégiques et de recherches (Adesr) domine sans concurrent apparent la filière de la mesure d’audience. Elle publie chaque année ‘Etudes plurimedia’, non sans soulever un tollé et une vague de contestations de la part des professionnels du secteur.  
Les mesures d’audience de la Radio et Télévision reposent sur les enquêtes par sondage. La maîtrise de l’ingénierie statistique et des comportements sociologiques en matière de relevé de l’information sur le terrain constitue les composantes nécessaires pour une mesure fiable. Dans le monde, trois étapes méthodologiques ont jalonné la mesure d’audience, commencée depuis les années 40 aux Etats-Unis avec Gallup. D’abord, il y a eu les enquêtes par interview. Elles consistent à questionner un échantillon d’individus sélectionnés sur la base de quotas raisonnés tendant à garantir la représentativité d’une population de référence avec des critères démographiques et socioéconomiques. Ces enquêtes se déroulent dans la rue en face-à-face et portant sur l’audience Radio et Tv de la veille. Ensuite, à partir des années 60, on est passé à la méthode des carnets d’audience. Il s’agit de placer dans des foyers choisis sur la base d’un échantillonnage précis un questionnaire auto-administré, où chaque jour, le panéliste note ses audiences audiovisuelles. Le panel offre l’intérêt de ne pas faire appel à la mémoire, et par conséquent, de limiter les risques d’erreurs et d’oublis. Il fournit, pour un coût relativement limité, un volume important d’informations et permet d’observer l’évolution des audiences en fonction du temps. Cette technique est encore utilisée aux Etats-Unis, en Europe de l’Ouest, au Maghreb et semble produire des résultats acceptables.  
Enfin dans les années 80 est apparue l’audiométrie qui est une technique qui permet de recueillir les informations sur l’audience des médias par l’intermédiaire d’un appareil appelé audimètre relié d’une part à un téléviseur et d’autre part à une ligne téléphonique qui transmet les informations recueillies à un ordinateur qui les traite. Les audimètres sont installés dans des foyers-échantillons dont on veut mesurer la consommation télévisuelle.  
La méthode utilisée par l’Adesr ne peut être rigoureusement classée dans aucune de ces méthodologies décrites ci-dessus. Peut-être que c’est une méthode propre et singulière, éprouvée et testée par l’agence de mesure de conseil. A mon avis, l’agence n’a pas répondu de manière satisfaisante à certains interrogations d’ordre méthodologique, notamment sur la durée (une semaine), l’enquête et représentativité de l’échantillon (1 306 auditeurs), la spécifications des supports et canaux (radio, Tv, magazine, journal ).  
Comme ce fut le cas avant le début des années 70 en France et le cas aujourd’hui dans les pays du Maghreb, il y a urgence pour le Conseil national de régulation de l’audiovisuel, après consultation avec tous les professionnels du secteur, de réglementer la mesure d’audience avec des normes juridiques et techniques claires et applicables. Les annonceurs doivent encourager cette démarche en incitant, comme c’est le cas dans beaucoup de pays, à allouer une portion des recettes publicitaires au financement et paiement des mesures d’audience avec une périodicité préétablie.  
Dans notre pays, nous pouvons déjà capitaliser sur les enquêtes effectuées par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie qui pourra inclure, dans ses questionnaires destinés aux consommateurs, des rubriques sur les habitudes d’écoute des ménages ou consommateurs. L’enrichissement de l’offre audiovisuelle et la maturité du marché publicitaire exigent des instruments de mesure audiométriques adossés à des normes, règles ou standards consensuels qui doivent être l’objet de consensus entre professionnels, consommateurs, annonceurs, sous l’égide du Cnra.  
Moustapha DIAKHATE Master of Arts, Co – fondateur Restic Taph2000@hotmail.com  
 
 
Fesman : Doit-on occulter la dimension arabe de la culture noire ? 
 
 
Dès sa première édition, le festival n’a été qu’une succession de nuits folkloriques où régnaient les tambourins. Et des pas de danse plus ou moins bizarres, voire diambiques. Ces grands du monde noir n’y ont jamais pris part. S’ils n’ont pas été écartés ! Je pense à des sommités comme Pelé, Cassius Clay (Muhamed Aly, Ray Charles, Martin Luther King, Malcom X, Sidney Poitiers, Harry Belafonte, Abert Luthili, Desmond Tutu, Mandela, Camara Laye, Kwame Nkrumah, Julius Nyerere et même - tenez-vous bien - Cheikh Anta Diop.  
L’organisation n’a jamais tenu compte de la première critique du Prix Nobel de Littérature Wole Soyinka. Une expression simple, mais combien profonde : ’Le tigre ne crie pas sa tigritude, il griffe.’ En d’autres termes, il ne faut pas se contenter de paroles superficielles (même bien distillées.) C’est l’action en profondeur dont nous avons besoin.  
Ayant été aux côtés du chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade au siège des Nations Unies à New York pour le lancement du Fesman, je me demande aujourd’hui si l’objectif était de faire adhérer la diaspora vivant aux Amériques. Si tel est l’objectif, le résultat sera nul. Car rien n’est fait à cet effet. En outre, si l’objectif était de conscientiser le continent, la chose paraît, aujourd’hui, bien sénégalo-sénégalaise.  
Pour en venir à la dimension arabe de la chose africaine, il y a lieu de rappeler que le Yémen (berceau des Arabes), le sud de l’Arabie et l’actuel sultanat d’Oman ont presque toujours fait partie de l’Abyssinie. D’ailleurs, c’est du Yémen que régnait la Reine de Saba. C’est le lieu où fut érigé le premier barrage permettant la rétention des eaux de la rivière Aarym pour les cultures de contre-saison. Sur les vestiges de ce barrage, l’on trouve des inscriptions en Ghez, langue d’Abyssinie, probablement ancêtre des langues sémites que sont l’arabe, l’hébreu et même l’araméen parlé par Jésus. Cette langue africaine était écrite avec des idéogrammes dont l’alphabet a fortement inspiré les écritures arabes, grecques et même latines. La Mecque, en tant que centre spirituel, a vu les prêtresses éthiopiennes dominer ce sanctuaire durant les périodes qui ont précédé l’Islam. La montagne qui jouxte la Ka’aba s’appelle le Mont des Abyssins. La Ka’aba, elle-même, doit être toujours habillée d’une étoffe noire. Couleur sacrée. La pierre angulaire du sanctuaire s’appelle Pierre Noire ou Pierre du Noir.  
Nous savons que la littérature arabe antéislamique était dominée par les sept plus grands poètes arabes de tous les temps. L’un des plus célèbres parmi eux, le prince noir Antar, chantait déjà sa couleur dont il était fier : ‘Par ma couleur, comme la nuit, à mes ennemis, je fais peur. Par mon immensité, je les absorbe. Et, ainsi, en moi, je sens leur torpeur.’ D’ailleurs, l’arabe est la seule langue où le mot noir et Seigneur découlent de la même racine linguistique : saada, yaa suudu ; si yaadatan( seigneurie) ,sa waadan(noirceur)  
Le premier khalifat noir  
Combien savent qu’au IXe siècle, un khalifat noir fut fondé autour de l’actuelle ville de Bassorah ? Qu’il s’étendait jusqu’à l’actuel royaume de Bahreïn et jusqu’à la région iranienne du Khûzistân ? Le Roi Ali, surnommé Shirzanj - le Lion Noir - y avait bâti monnaie et organisé une armée régulière qui avait résisté à trois khalifes abbassides de Bagdad. L’un après l’autre, ils finirent par reconnaître, de facto, sa souveraineté sur cette zone. Durant une période qui s’étala sur 20 ans, le roi Ali avait même renversé la pyramide généalogique. Au point que seul un Noir pouvait être Chérif et se réclamer du Prophète (L’Homme au Turban et à l’Etendard noirs). L’influence de ce khalifat traversa la Mer Caspienne pour voir ses plénipotentiaires atteindre la cour de Russie.  
Un Fesman où des pans de la géographie, de la religion, de la culture sont occultés, est-il celui que nous devons célébrer ? Une influence qui a fait que le Prophète de l’Islam ait choisi la couleur noire pour son étendard et son turban, pour se distinguer (Lui et Sa Descendance) des autres, ne doit pas être occultée. A moins qu’il ne s’agisse de profiter d’une occasion pour faire la promotion d’un certain paganisme auquel l’on aura voulu donner une couleur obscure.  
Ahmed Khalifa NIASSE Président du Présidium du Fap (Cap21)  
 
 
 
 
+ L'info en continu 
 
 
 
 
Constat de l'inspection d'académie de Kolda : Les abris provisoires plombent les résultats scolaires de la région 
 
 
(Correspondance) - L’Inspecteur d’académie de Kolda, Mamadou Hanne, n’a pas attendu un nouveau conflit avec les jeunes lycéens de Vélingara du fait de l’arrêt des travaux de construction du nouveau lycée, pour s’enquérir de l’état de ses infrastructures. En tournée dans le département de Vélingara, dimanche dernier, après une visite de ce chantier en construction, Mamadou Hanne a soutenu : ‘Le ministre de l’Education m’a instruit de faire l’évaluation de ce qui reste à faire dans ce lycée afin qu’il puisse être réceptionné à la prochaine rentrée des classes 2009/2010’. L’on se rappelle qu’à plusieurs reprises, les élèves ont paralysé le lycée, les collèges et autres établissements pour exiger la finition des travaux de construction du nouveau lycée. Et les jeunes de Vélingara avaient même barré la route nationale 6, brûlé des troncs d’arbres et des pneus, puisque étant convaincus que ‘c’est une nébuleuse qui entoure ce dossier’.  
Dimanche dernier, au cours de son face-à-face avec la presse, l’Inspecteur Mamadou Hanne a expliqué que ‘c’est pour qu’il y ait zéro perturbation que nous sommes en train de préparer dès maintenant la prochaine rentrée des classes en associant tout le monde dans la gestion du système’. Il a ensuite étalé les difficultés auxquelles fait face l’académie de Kolda à cause du grand nombre d’abris provisoires qui plombent les résultats scolaires. ‘Il y a trop d’abris provisoires dans la région de Kolda. Ensuite, le déficit de manuels et d’équipements représente un véritable goulot d’étranglement pour le système’, fait remarquer l’Inspecteur d’académie qui ajoute : ‘Il n’y a pas un seul collège qui dispose de mur de clôture dans la région, encore moins de cantine scolaire dans une localité qui fait face à d’énormes difficultés. Nous sommes en train de faire l’état des lieux et de proposer des solutions au cas par cas’.  
Le principal objectif de l’académie de Kolda repose, cette année, sur le relèvement du taux des admissions au Cfee, Bfem ou au Bac. En ce qui concerne les perturbations favorisées par le non-paiement des indemnités de déplacements, liés aux examens scolaires, l’Inspecteur d’académie de Kolda, Mamadou Hanne, souligne qu’il privilégie la concertation avec tous les partenaires pour trouver une solution juste et durable afin qu’il n’y ait plus de perturbations dans le système éducatif.  
Cheikh DIENG  
Atteinte des objectifs de l'éducation pour tous : L’Etat du Sénégal invité à aller au-delà de simples déclarations  
Les rideaux sont tombés depuis hier sur le forum national sur les innovations éducatives. La rencontre qui a réuni trois jours durant les acteurs du milieu scolaire, de la société civile, des Ong et des collectivités locales, a servi de cadre aux participants qui demandent à l’Etat du Sénégal d’aller au-delà des déclarations sur le budget alloué à l’Education.  
 
A l’unanimité, les participants ont demandé hier avec insistance au gouvernement du Sénégal d’aller au-delà des déclarations sur le budget national de plus de 40 % alloué à l’éducation. A leur avis, ceci reste à prouver dans la mesure où ce budget ne correspond pas à la réalité sur le terrain. Ils demandent au gouvernement d'œuvrer pour que l'investissement de ce budget soit palpable sur le terrain. Ce qui fait dire au président du comité scientifique du forum, Kassa Diagne, que même s’il y a de fortes chances pour que l’Afrique subsaharienne n’atteigne pas les objectifs de l’Ept d'ici à 2015, au Sénégal, il y a des possibilités pour que ces objectifs soient atteints. Mais, encore faudrait-il, à ses yeux, que l’Etat du Sénégal, en collaboration avec tous les acteurs du secteur, mette l’accent sur trois dimensions essentielles. Il s’agit notamment de l’accès à l’éducation pour tous, de la qualité de l’enseignement et du choix de la langue d’apprentissage. Lesquelles, si elles ne sont pas prises en compte, favorisent l’exclusion et donc, l'échec du pari de l'Ept en 2015.  
Les participants reconnaissent que chaque pays ne pourra gérer cette situation que par rapport à ses moyens. Cependant, ils demeurent convaincus qu’il faut au-delà, avec une volonté très ferme qui dépasse les déclarations du budget investi dans l’éducation. Les acteurs croient savoir qu’il faut élargir l’accès à l’éducation, en y incluant les adultes qui ont eux aussi droit à l’éducation. ‘Les analphabètes sont des gens exclus de la gestion des affaires de leurs localités et de leur pays. Or, ce sont des gens qui doivent participer au développement de la santé, de l’environnement, de l’élevage, de la pêche, etc. Ce n’est pas un président, un ministre ou un député qui va développer à leur place leur localité’, explique M. Diagne. A son avis, si le rapport mondial de suivi sur l’Ept est sceptique sur l’atteinte des objectifs en Afrique subsaharienne, c’est parce que le rythme d’avancement de l’éducation dans nos pays est lent.  
Par ailleurs l'assistance s'est mise d'accord que la qualité est le point nodal où le Sénégal a des difficultés. ‘Essayons de voir les taux internes en matière de rendement. Si on positionne le taux d’achèvement en quelque 50 %, nous pouvons nous dire que nous sommes dans un système pas très performant’, tranche le président du comité scientifique du forum. Selon Kassa Diagne, ‘il faut, au-delà de ces questions, essayer de lire nos résultats aux examens, de voir les abandons, les redoublements, de voir les enfants en difficulté liée à la pauvreté, autant de questions qui concernent l’environnement interne et externe de nos efforts’.  
De même, les participants jugent anormal qu’un décret ou arrêté institue une langue d’apprentissage. Pour Yao Ydo de l’Unesco-Breda, ‘l’Etat du Sénégal nous a dit qu’il fallait attendre, que c’était difficile de le faire. Mais, cela fait trente ans qu’on attend’, se désole-t-il, estimant que chaque enfant a le droit d’apprendre dans sa langue. Dans la même veine, M. Ydo ébauche la question de la finalité dans l’apprentissage non-formel, en demandant à l’Etat du Sénégal d’encourager la mise sur pied d’institutions qui reconnaissent les acquis en éducation informelle. A son avis, avec le cadre national de certification, ‘cela est faisable’.  
Le président du collectif national de l’éducation alternative et populaire (Cneap), Moussa Mbaye, invite, pour sa part, le directeur de cabinet du ministre de l’Education chargé du préscolaire, de l’élémentaire et du secondaire, Alioune Badara Wagué, de faire des conclusions du présent forum une exploitation judicieuse pour être au rendez-vous de 2015. Et si cela ne tenait qu'à lui, le modèle de gestion et le système de management du système scolaire sénégalais devraient être améliorés.  
Abdoulaye SIDY  
Reflet  
Le paradoxe Wade 
 
 
Depuis son accession à la tête de tête du pays, le président Wade s’est imposé en médiateur infatigable dans la résolution de conflits qui secouent certains pays africains. Il a ainsi beaucoup aidé à la résolution de conflits en Côte d’ivoire, à Madagascar, en Guinée-Bissau, au Tchad et au Soudan, en République de Guinée et tout récemment en Mauritanie. Ce qui lui a valu une certaine reconnaissance et un grand respect de la part de ses pairs. Il ne manquerait que le prix Nobel de la paix pour couronner les œuvres de ce missionnaire de la paix.  
Cependant, force est de constater que derrière ce médiateur hors pair se cache un président qui snobe son opposition, refusant tout dialogue avec elle malgré l’aura que le peuple lui a conférée lors des dernières élections législatives de mars dernier. Dans un tel cas de figure, la sagesse commanderait à Wade de balayer devant sa porte avant de régler les problèmes sous d’autres cieux. Depuis l’année 2005, l’opposition significative réclame un dialogue politique dans le pays pour discuter des questions essentielles. En vain ! Tout se passe comme si Wade était allergique à ces leaders politiques dont il tisse, à l’occasion, des lauriers à certains comme lors du décès de sa belle-fille. Ce qui ne l’a pas dispensé d’inviter dans son palais des capitaines putschistes, parce que seulement ils le reconnaissent comme leur ‘papa’, ou comme un sage. Pourtant, ce ne sont pas les dossiers qui lui manquent. La Casamance où des fils du pays viennent de se faire tirer dessus, le coût insupportable de la vie, les inondations, la crise scolaire et universitaire, l’insalubrité de la capitale, les coupures d’électricité, la faillite des fleurons industriels, la mal gouvernance, la corruption, les hôpitaux malades… La liste des urgences est loin d’être exhaustive pour le soldat Wade. Qui avouait pourtant avoir saisi le message des électeurs du 22 mars dernier, mais qui n’y a apporté aucune ébauche de réponse. Exporter son savoir-faire en matière de médiation et de gouvernance, c’est bien. Attaquer frontalement les problèmes des Sénégalais, c’est encore mieux. Parce que, c’est ce pour quoi Me Wade a été élu en 2000 et réélu en 2007.  
Seyni DIOP  
SUD QUOTIDIEN: 
De la dégradation des mœurs à la recrudescence des meurtres. 
L’affaire du viol, suivi de meurtre, en octobre dernier, de la jeune Ndèye Selbé Diouf, au quartier Darou Salam 2, à Guédiawaye Sahm Notaire, avait suscité de légitimes réactions d’exaspération dans toutes les couches de la société sénégalaise. Abdou Lahat Wade, le meurtrier, était certes porteurs de quelques anomalies psychiques, mais son état clinique ne disculpe en rien la responsabilité collective constitutive de l’acte monstrueux dont il s’est rendu coupable, en violant lâchement et en décapitant cruellement l’innocente Ndéye Selba Diouf, une gamine de 11 ans, à peine sortie des limbes. 
Et, depuis lors, comme si une malédiction s’était abattue sur le pays, combien de victimes sont passées de vie à trépas, dans des conditions quasi-similaires ? De Khalifa Ndiaye (ce haut fonctionnaire du Pnud, lâchement assassiné sur la Corniche), au « charcutage » de la dame Fama Niane (retrouvée également sur la Corniche, découpée en sept morceaux), en passant par les affaires, non encore élucidées, de Souleymane Mané (poignardé par un toxicomane, aux Hlm), de Awa Samb Laye (retrouvée sans vie au seuil de son domicile à Yoff), ces affaires auront eu un douloureux trait commun : les victimes sont toutes de jeunes gens, trucidées à la fleurs de l’âge. En définitive, par moins de quarante meurtres ignobles, enregistrés par les services officiels au cours de ces six derniers mois. 
Deux autres tristes constats, relativement à cette série noire, dont la liste est loin d’être exhaustive : la plupart des auteurs de ces méfaits étaient soit impérieusement mus par une incoercible libido, s’ils n’étaient pas sous l’effet de quelque substance psychotrope. Aussi, JAMRA, qui n’a eu de cesse d’établir une étroite corrélation entre la dégradation des mœurs et la recrudescence des meurtres, se voit, malheureusement, confirmée dans ses appréhensions, chaque jour que Dieu fait. 
Autant les victimes de l’industrie de la drogue ne se comptent plus chez nous ; autant également les victimes de l’industrie pornographique foisonnent de nos jours, surtout chez la frange juvénile des quartiers populaires. Insidieusement, des hommes sans foi ni loi y fabriquent à la chaîne de véritables pervers sexuels, dont la libido débridée, les porte de plus en plus à chercher pour exutoire des sujets socialement plus fragiles et physiquement plus faibles : à savoir les enfants mineurs. 
Tant que les sanctions pénales ne seront pas réellement dissuasives, tant que de véritables actions de prévention – par le biais notamment de cours d’instruction civique – ne seront pas officiellement mis en œuvre dans les écoles, notre société assistera toujours, quasi-impuissante, à la prolifération sous nos cieux de pédophiles et de toxicomanes, toujours plus dangereux, car constituant une menace permanente pour la stabilité sociale. 
Le plus inquiétant est que les populations, exaspérées, se sentant délaissées, sont souvent tentées de vouloir se faire justice elles-mêmes, comme ce le fut cas pour le meurtrier de la jeune Ndéye Selbé, de Guédiawaye, qui a été promptement bastonné à mort par des populations en furie. 
Les pouvoirs publics, en attendant d’inscrire la problématique de la dégradation des mœurs, en corrélation avec la montée en flèche de la criminalité, dans des programmes gouvernementaux essentiellement préventives, pourraient commencer par s’inscrire résolument dans la voie récemment indiquée par le Khalife Serigne Mouhamadou Lamine Bara Mbacké, qui a déclaré, sur tout le périmètre de la Ville Sainte de Touba, la guerre aux industriels du sexe et de la drogue. Lesquels, sans vergogne, ne se fixent plus de frontières ni de limites dans leur quête effrénée du gain amoral et facile. 
Mais, par-dessus tout, le Saint Coran, qui, après avoir été, depuis quatorze siècles, la première institution à avoir statué sur les Droits de l’Homme (« Nous avons conféré la dignité aux fils d’Adam » - sourate XVII, Al Isra, v. 70), a toujours considéré l’atteinte à la vie comme le plus grave des crimes. Aussi, les sanctions prônées par l’Islam contre le meurtre sont à la dimension de l’importance que l’Islam confère à la vie humaine. Allant même jusqu’à considérer le meurtre d’une seule personne comme le meurtre de toutes les vies. Et la préservation d’une vie comme la conservation de toutes les autres vies. 
Ce fondant sur ce principe fondamentale d’équité, c’est la « Kisa’s » (Loi du Talion) qui est préconisée par l’Islam comme remède à toutes formes de meurtres, dés lors que ceux-ci sont commis avec préméditation, doublée d’une intention manifeste de mettre fin à la vie d’autrui. En effet, l’Islam considère le meurtrier comme une personne qui a injustement arraché la vie à son prochain, rendu des enfants orphelins, des femmes veuves et causé la perte d’un élément utile à la Ummah (Communauté). L’auteur de tout homicide volontaire aura donc défié la Ummah, en se plaçant, de son propre gré, en dehors des lois qui régissent la Communauté. 
La « Kisa’s » constitue sans nulle doute une preuve de la Miséricorde d’Allah. Elle préserve la vie et joue un rôle dissuasif à l’égard des tueurs potentiels. Elle leur fait prendre conscience, en amont, qu’en commettant leur forfait, ils se condamnent de facto eux-mêmes, tout en les soustrayant à toute possibilité de récidive. 
Le Seigneur en a ainsi statué, depuis la nuit des temps : « Ô vous qui croyez ! La Loi du Talion vous est prescrite en cas de meurtre (…) » ; Car « c’est dans le Talion que vous aurez la préservation de la vie » (sourate II, Al Bakhara, v. 178, 179). 
• Imam Massamba Diop  
• Président Exécutif de JAMRA 
 
 
GOUVERNANCE ET TRANSPARENCE FINANCIÈRE Le privé aussi cachottier que le public  
par Bakary DABO | SUD QUOTIDIEN , vendredi 5 juin 2009  
« Gouvernance privée et Transparence financière ». C’était le thème autour duquel s’est tenue, le mercredi 03 juin 2009, la 3ème édition des AfterWork Business que REUSSIR, a organisé en partenariat avec le Bureau régional de la Banque Mondiale à Dakar. 
La question de la bonne gouvernance est devenu le socle des relations entre l’État et ses partenaires financiers mais également pour le secteur privé qui est en quête de compétitivité et d’attractivité. L’environnement juridique en vigueur exige plus de rigueur et de transparence pour pouvoir gagner la moindre place sur le marché local, sous-régional et international. 
Comme l’a exposé le professeur, Abdoulaye Sakho : « la diffusion de l’information des entreprises est obligatoire… » Sur la même lancée, Mamour Fall de l’Ordre nationale des experts comptables et comptables agréés du Sénégal (Onecas) a rappelé que « c’est une obligation légale à toute entreprise qui se crée de publier ses comptes annuels au Greffe du tribunal ». 
Un état des lieux sur la question révèle tout autre notamment avec l’accessibilité difficile voir impossible de l’information sur le résultat des entreprises. Mansour Cama, Président de la Confédération nationale des entreprises du Sénégal (Cnes) a révélé que : « même au niveau des organisations patronales ont à toute la peine du monde à réunir l’information de nos membres ». M. Cama pense ainsi qu’avec la présence considérable des Petites et moyennes entreprises (Pme), il faut essayer de voir si l’ensemble des normes est respecté pour mieux appréhender la question de la gouvernance. 
Un consultant ayant pris part à cette rencontre a fait savoir que : « au niveau de plusieurs entreprises, on voit trois bilans dont l’un est pour les banques, le deuxième pour le fisc et le dernier pour l’entreprise elle-même ». Une remarque qui a fait bondir M. Cama qui lance : « il faut faire la part des choses entre gagner de l’argent et tricher ». A son avis, « Au Sénégal, il y a trop de suspicion sur le gain des entreprises. Dire que les entreprises ont trois bilans, c’est même manqué de respect envers les comptables et autres vérificateurs ». 
Devant ce constat, le diagnostic a poussé à rechercher ce qui est réellement derrière cette attitude peu enviable des entreprises. Selon Seydina Tandian, le directeur général de l’Agence régional d’évaluation et de Notation des entreprises, il y a la question de la légitimité des enquêteurs qui se pose de même l’intérêt pour une entreprise à communiquer. M. Tandian estime que cette question est réglée pour le cas des entreprises cotées en bourse ou qui prétendent lever des fonds sur le marché financier. 
A son avis, certaines entreprises ont intérêt à communiquer pour mieux se donner une visibilité auprès des partenaires et investisseurs. Pour Mamour Fall de l’Onecas, « si les entreprises ne communiquent pas, c’est peut-être lié à un problème d’environnement. A son avis, « lorsque les comptes sont rendus publics, cela veut dire que les préoccupations de toutes les entités qui constituent l’entreprise sont prises en compte ». 
Faisant un zoom sur la transparence financière, M. Fall a avancé que : « plus on publie les comptes, plus on s’approche de la transparence de la gouvernance interne ». Pour Me Massokhna Kane de Sos Consommateur, la pression fiscale incite les entreprises à frauder pour s’en sortir. « Avec le développement des Pme, a-t-il constaté, « personnes n’a plus envi d’être formel à cause de la pression fiscale ». A son avis, « l’État doit mettre en place des mécanismes qui obligent les chefs d’entreprises à être plus transparents pour mieux protéger les populations ». 
Pour une résolution du problème de la gouvernance privée, le Pr Abdoulaye Sakho renvoie les acteurs aux idées développées par l’Institut Sénégalais des Administrateurs (Isa) qui, selon lui, lui donne plus de visibilité et de transparence. Libasse Niang de la Cnes pense que : « on a intérêt à faire de la culture d’entreprise une orthodoxie ». Ce qui amène Ibou Diouf, un citoyen travaillant dans une institution financière, à plaider pour une charte de la bonne gouvernance qui, selon lui, va tenir compte des points de vue du secteur privé et du public. M. Diouf pense que du côté du secteur privé, il faut aussi travailler à une charte de la bonne gouvernance pour le citoyen lambda. Un outil qui, à son avis, donnera au public la possibilité de mieux interpeller l’État sur certaines questions. 
LE QUOTIDIEN : 
Incohérences institutionnelles pour un projet politique. 
La situation de néo patrimonialisation, de privatisation de l’Etat à laquelle le Sénégal est en train de faire face n’est que l’aboutissement d’un long processus enclenché depuis l’avènement de l’Alternance. Des scandales se sont succédés sans que Dame justice ne soit sollicitée objectivement. Une quinzaine de tripatouillages constitutionnels depuis le vote par référendum de notre Charte fondamentale il y a neuf ans de cela, nous renseignant à chaque occasion l’état de déliquescence dans laquelle est plongée la plupart de nos institutions (Conseil Constitutionnel, Cour d’appel, Cour de Cassation, Conseil d’Etat, etc.). Le Sénégal peut être aujourd’hui qualifié à un «laboratoire de recherche» grandeur nature pour tous ceux qui s’intéressent aux pratiques de mauvaise gouvernance sous nos tropiques. Rappelons que jusqu’à récemment, des Etats comme le Zaïre (devenu aujourd’hui République démocratique du Congo), l’Ouganda, la République Centrafricaine respectivement sous les présidences de Mobutu Sese Seko, Idi Amin Dada et Jean Bedel Bokassa servaient généralement d’exemple pour étayer les thèses des plus pessimistes quant aux allures monarchiques que prenaient les régimes africains. Le Sénégal peut légitimement aujourd’hui leur disputer ce qualificatif. 
Il me semble toutefois important de relever quelques actes d’une incohérence notoire posés par le régime libéral. Pape Diop, alors président de l’Assemblée nationale fut également maire de Dakar. La seconde personnalité de l’Etat dépend en même temps du ministre des Collectivités locales ou de l’Intérieur. Une recherche effrénée du pouvoir ou des ressources de l’Etat, quelle qu’elle soit ne peut justifier une telle incohérence institutionnelle sauf si c’est fait à dessein. 
Le régime dit de l’Alternance nous servira en même temps un Secrétaire général de la Présidence, Abdoulaye Baldé ayant sous ses ordres tous les Conseillers du Président dont Karim Wade, ce dernier étant en même temps le Président du Conseil de surveillance de l’Agence nationale de l’organisation de la conférence islamique qui a pour directeur exécutif le premier. Bref, un sac de nœuds frisant le cocasse. 
Last but not least, dernièrement, avec la crise traversée par la Sonatel, Thierno Ousmane Sy est monté au créneau pour éclairer la lanterne des citoyens, en tant que Conseiller du président de la République chargé des Tic. Rappelons qu’il représente l’Etat du Sénégal au sein du Conseil d’administration de la Sonatel. En même temps, il a son avis sur tout ce qui se passe chez les concurrents de la Sonatel. Une situation qui peut poser un problème de conflit d’intérêts, voire dans une certaine mesure de délit d’initié dans la mesure où il est censé détenir des informations stratégiques en la matière. Sa position, dans un Etat dit «normal» aurait commandé qu’il adoptât une posture de neutralité afin que les décisions qui seront prises à l’endroit d’opérateurs de téléphonie autres que la Sonatel ne soient perçues comme une volonté de nuire ou de discriminer. 
La question qui revient est de savoir si tous ces actes ne sont pas posés à dessein ? L’étude scientifique du scandale nous apprend que dans certains contextes, le scandale permet au détenteur du pouvoir de se maintenir au pouvoir car surfant sur ces pratiques aux antipodes de la bonne gouvernance afin de mieux contrôler certains, de décourager d’autres et surtout d’alimenter une opacité, une nébuleuse certaine dans le mode de gouvernance pour se maintenir au pouvoir. Tout ceci explique la manière indécente dont le projet de succession est en train d’être mis en œuvre. 
 
Mamadou SECK - Doctorant Science Politique - Sorbonne – France 
TRIBUNAL RÉGIONAL DE DAKAR : La grève des greffiers empêche la tenue des audiences 
 
Les greffiers du tribunal régional de Dakar ont déclenché, hier, un mouvement de grève de 48 heures, empêchant la tenue des audiences du jour, a constaté un reporter de l’Agence de presse sénégalaise. Le mouvement de grève des greffiers du tribunal régional est destiné à protester contre la non affectation de bureaux aux greffiers dans les nouveaux locaux du Palais de Justice, a expliqué Me Assane Ndiaye, secrétaire général adjoint du Syndicat des travailleurs de la justice (Sytjus). Me Ndiaye a ajouté que « cela est incompréhensible, du moment qu’un cabinet a été saisi pour l’affectation des bureaux du nouveau Palais à toutes les juridictions et selon le besoin présenté par chacune des juridictions ». A l’arrivée, dit-il, « le constat est amère et les greffiers du tribunal régional et certains travailleurs de la justice se trouvent laissés en rade en ce qui concerne la distribution des bureaux ». Le syndicaliste a interpellé le ministre de la Justice afin que les travailleurs de la justice soient rétablis dans leur droit par l’octroi de bureaux dans le nouveau Palais de Justice. 
Pour le secrétaire général adjoint du Sytjus, les travailleurs de la justice sont aujourd’hui confrontés à « un problème crucial, car tous leurs dossiers sont entassés dans les couloirs du nouveau Palais de justice ». Ce qui, selon lui, offre « un spectacle désolant, dans un méli-mélo total ». Il a indiqué que si rien n’est fait dans les 48 heures, le Sytjus va « radicaliser le mouvement, en inscrivant ce point dans sa plate-forme revendicative ». Me Ndiaye a annoncé que son syndicat va rencontrer le gouvernement jeudi, dans le cadre du suivi de l’application du protocole d’accord signé entre l’Etat et le Sytjus. 
APS 
 
LE SOLEIL : 
GESTION DE L’ÉMIGRATION PROFESSIONNELLE : TROIS ACTIONS DU PLAN D’ACTION SÉNÉGALAIS RETENUES  
 
Le projet « Partenariat Union européenne pour la gestion des migrations professionnelles » a organisé un séminaire, du 11 au 14 mai 2009, à Cotonou. Plusieurs thématiques ont été développées lors de cette rencontre. Quant au Sénégal, il a présenté son plan d’action. Lequel est articulé autour de 6 points. Notamment la définition d’une offre de services spécifiques à l’égard des candidats à l’émigration professionnelle et à l’intermédiation internationale, appui aux structures comme l’Anej, le service de la Main-d’œuvre ; l’organisation du comité de d’orientation qui sert d’instance de suivi du projet et de concertation technique ; l’information et la sensibilisation des candidats à la migration ; l’appui à la mise en place de dispositifs de reconnaissance et de certificat de compétences mais aussi d’un système adapté de nomenclature des emplois et métiers commune aux pays bénéficiaires pour faciliter l’intermédiation et le rapprochement offre/demande aux plans national, régional et international. Trois (3) actions prioritaires ont été retenues dans le cadre de la mise en œuvre de ce plan : séminaire sur le Rome en juin 2009, l’uniformisation des bases de données dans les Spe (Anej et Smo), mise en place d’un comité d’orientation et de suivi du projet. La délégation sénégalaise a été conduite par le directeur du Travail, 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 5.06.2009
- Déjà 5301 visites sur ce site!