ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Grosse WADERIE

‘Candidats’ du M23 : les dessous d’un radicalisme suicidaire 
Le docteur-vétérinaire, Ousmane Socé Diop, colistier de Me Lamine Guèye, a eu à s’exprimer, en ces termes pathétiques, du haut de la tribune du Congrès extraordinaire de la Sfio (Section française de l’internationale ouvrière), le 5 février 1955, à Puteaux, en France : ‘En ces heures douloureuses, où la fédération socialiste du Sénégal pleure quatre de ses militants, lâchement assassinés par les bandes armées du député Senghor ; en ces heures où cinquante des nôtres pansent leurs blessures, où la démocratie connaît au Sénégal sa crise la plus grave, je voudrais vous dire tout de suite quel sentiment de réconfort nous avons éprouvé, mes amis et moi, en voyant cette atmosphère de fraternelle et chaude solidarité du Parti socialiste, nous accueillant dans un climat de fraternité réelle, dès les premières heures de notre arrivée à Paris’. 
C’était au lendemain de la sanglante embuscade que des activistes du Bloc démocratique sénégalais (Bds) de Senghor avaient tendue à la caravane de la Sfio de Me Lamine Guèye, le 23 janvier 1955, alors que ce dernier quittait, avec son staff de campagne, Bignona pour se rendre à Ziguinchor. Des centaines d’assaillants, surgis de nulle part, armés de machettes, de gourdins et d’armes à feu avaient violemment pris à parti le cortège du leader de la Sfio. Le bilan fut macabre : quatre morts, 46 blessés. On dénombra sept impacts de balles sur le véhicule de Lamine Guèye. Et son colistier, Ousmane Socé Diop, fut sérieusement atteint par un projectile, à la cuisse. 
Même si, dans sa longue tradition démocratique, le Sénégal peut se targuer d’être l’un des rares pays d’Afrique à s’être, très tôt, doté d’institutions électives modernes, d’avoir organisé ses toutes premières élections législatives, dès 1848 (le 31 octobre), et d’avoir, dès lors, acquis, très tôt, le louable automatisme citoyen de choisir ses élites politiques par la voie démocratique des urnes, la vérité crue des annales électorales sénégalaises n’en révèle pas moins des drames électoraux, caractérisés souvent par de violentes et sanglantes rivalités politiques. 
Inquisiteur dans l’âme, le journaliste-écrivain, Marcel Mendy, dans son dernier ouvrage, ‘La violence politique au Sénégal’, aura, sans ménagement, cloué au pilori les hommes politiques, qui en sont la sève nourricière. Se référant à d’authentiques documents d’archives, de l’histoire politique récente du Sénégal, l’auteur ne trouvera pas de mots assez vigoureux pour faire vivre aux lecteurs les émeutes sanglantes du 1er décembre 1963, sur le boulevard Général De gaulle (ex-Allées du Centenaire). C’était sous le règne du tout-puissant président Léopold Sédar Senghor, alors Secrétaire général du parti unique, Union progressiste sénégalaise, Ups : ‘Une fusillade nourrie a été ordonnée contre les membres de l'opposition, manifestant (…) contre les fraudes électorales et le règne de l'arbitraire, pendant qu'un hélicoptère de l’armée survolait les centaines de milliers de résistants, hommes, femmes, jeunes, personnes âgées, en les arrosant de grenades offensives (…) Le bilan officiel a été lourd : 10 morts et plusieurs blessés.’ 
Dans le sillage de ces exemples épars de violence et d’intolérance politique, on peut y inscrire, pêle-mêle, l’assassinat du député socialiste, maire de Mbour, Demba Diop, poignardé, le 03 février 1967, dans le parking de la Préfecture de Thiès, par Abdou Ndafath Faye, un inconditionnel de son rival politique, Jacques d’Erneville ; la tentative d’assassinat, le 22 mars 1967, lors de la prière de Tabaski, à la Grande mosquée de Dakar, du chef de l’Etat, Léopold Sédar Senghor, par l’arabisant autodidacte, Moustapha Lô. Ce dernier, profitant d’un moment d’inattention de la garde rapprochée de Senghor, avait pointé un pistolet Mac 9 millimètres, avant d’être presqu’aussitôt maîtrisé, par la garde présidentielle. 
En dépit de ses dénégations, arguant qu’il n’avait véritablement pas l’intention de tuer le président de la République (‘Je voulais simplement lui donner un avertissement pour lui faire changer de politique’) ; et nonobstant les médiations persistantes des guides religieux, musulmans (Thierno Seydou Nourou Tall, Serigne Abdoul Aziz Sy) et catholique (l'Archevêque de Dakar, Hyacinthe Thiandoum), Moustapha Lô fut condamné à mort et exécuté le 27 juin 1967, dans le champ de tir de la Corniche-Ouest. Il avait 41 ans. 
Sept ans plus tard, l’ouverture démocratique, limitée à quatre courants de pensée, initiée en 1974 par le président Senghor, n’aura pas eu l’effet de tempérer cette propension, quasi-atavique, à la violence, qui semble, comme une malédiction, poursuivre la classe politique sénégalaise. Dès février 1978, la preuve macabre en fut administrée par les batailles rangées qui éclatèrent à Maka Koulibantang, entre militants socialistes et libéraux. Interrogé par Marcel Mendy, par ailleurs auteur de ‘Wade et le Sopi’, ce dernier de lui confier, dans l’ouvrage supra : ‘Quand ils ont commencé à disperser notre meeting, il y a eu des bagarres. C'était très violent. Mon chauffeur a sorti son fusil, il a tiré en l'air, puis il a rechargé, les gens ont reculé. Ensuite, quand on a voulu partir, les gens nous ont poursuivis, et mes gardes du corps qui étaient dans une Citroën familiale, que je venais d'acheter, l'ont laissée aux assaillants, qui l'ont brûlée. La tactique était très simple : on place des troncs d'arbre sur la route, et au moment où vous descendez pour les déplacer, ils arrivent avec des haches, des flèches’, a conclu l’opposant d’alors, Me Abdoulaye Wade. Bilan de cette embuscade : un mort et des dizaines de blessés. Les instigateurs, qui appartenaient tous au parti au pouvoir (Parti socialiste), ne furent pas inquiétés. La ronde macabre se poursuivra, en atteignant un effrayant summum, avec la froide exécution, le 16 février 1994, en plein mois de Ramadan, par des jeunes manifestants en furie, de six policiers, à la fin d’un meeting organisé par l’opposition… Pour ne citer que ces quelques cas saillants. 
La ‘cadence’ sera néanmoins maintenue, jusqu’à la présente campagne électorale, en perspective d’une Présidentielle de toutes les convoitises, et qui aura déjà enregistré son lot de morts (quatre, officiellement) et de blessés graves. Une campagne ‘électrifiée’ à volonté par certains candidats - enchantés, d’une part, par un verdict d’un Conseil constitutionnel ayant décidé de l’acceptation de leur propre candidature, mais furieux, d’autre part, contre cette même juridiction, qui aura, sur la base des mêmes critères définis par la loi, également validé la candidature d’un autre prétendant - jouissant, comme eux, de tous ses droits civiques. Et, paradoxalement, on couvre de tous les pêchés d’Israël cette institution judiciaire, auprès de laquelle, pourtant, on était venu, la veille, requérir sa bénédiction, aux fins de se voir déclarer apte à briguer les suffrages des électeurs sénégalais. 
De l’indignation sélective de ‘nos’ constitutionnalistes ! 
Mais, auparavant, pendant de longs mois, l’opinion aura assisté, médusée, à une extraordinaire débauche d’énergie, soutenue par un battage médiatique sans précédent, contre la candidature du président sortant. Lequel avait pourtant bel et bien annoncé, deux ans plutôt, son intention de participer aux joutes de 2012, sans que cela n’eût suscité le moindre tollé. Mais, il a fallu qu’un constitutionnaliste français, Guy Carcassonne, sur instigation de l’opposition, s’en mêlât, pour qu’un véritable tohu-bohu s’installât dans le sérail politique sénégalais. S’en suivirent de coûteuses excursions, auprès de puissances occidentales, pour y dépeindre notre pays et ses institutions, sous les plus sombres auspices et les plus apocalyptiques perspectives. Un forum fut même initié par l’opposition et quelques responsables de la Société civile, pour accréditer la thèse du juriste français, ayant ‘décrété’, avant la lettre, la non-recevabilité de la candidature du Président sortant. 
Et l’on ne trouva rien de mieux que de coopter, parmi les animateurs de ce forum singulier, deux constitutionnalistes, co-rédacteurs attitrés de la nouvelle Constitution sénégalaise, adoptée le 22 janvier 2001, par le Parlement. Mais, dès le départ, le casting parut bancal, dans la mesure où l’opposition, en réunissant ‘ses’ spécialistes du Droit, pour ‘défaire’ cette candidature tant redoutée, avait crée la surprise en y incluant ces constitutionnalistes ‘spéciaux’, dont un chef de parti d’opposition, très actif dans les manifestations politiques contre la candidature de Wade, et donc farouche adversaire du candidat sortant – dont il fut naguère un proche collaborateur, avant de se retrouver aujourd’hui dans le directoire de campagne d’un candidat bien en vue de l’opposition ; ou ce professeur de Droit, qui s’est vu confier, quelques semaines plus tard, par une frange des formations de l’opposition, la tâche de piloter un certain ‘Comité de facilitation’, pour dénicher un présidentiable, dans le rang de Benno-Alternative, une autre coalition de l’opposition (objectivité et impartialité garanties, dès le départ !). But de ce ‘forum de combat’, dont l’orientation tendancieuse et le parti-pris flagrant se passent de commentaires : développer un avis d’expert, sur ‘l’inconstitutionnalité de la candidature de Wade’. 
Lorsque les lampions se sont tus, la majorité, usant légitimement et démocratiquement de son droit de réplique, convoya, à son tour, des quatre coins du globe, des praticiens de renommée mondiale, de surcroît spécialistes, pour la plupart, de constitutions africaines, pour démontrer qu’à un avis d’experts, on pouvait parfaitement opposer un autre avis d’experts. Il n’en fallut pas plus pour qu’on criât au scandale ! Soutenant que c’était faire preuve de complexe, vis-à-vis des juristes ‘Toubab’ - encore qu’il y avait, parmi ces légistes de renom, des spécialistes sénégalais et africains. Mais, il n’empêche qu’on s’épancha, à longueur d’ondes et de colonnes, pour démontrer que c’était ‘une incitation coupable à l’ingérence ; une forme d’allégeance ; un mépris de l’expertise locale ; une atteinte à notre fibre patriotique’. Et tutti quanti ! Comme si le Français Carcassonne, dont l’opposition avait commandité la thèse anti-candidature de Wade, était, un Sarakholé, un Manjake, un Al-Poular ou un Lébou bon teint ! Il eût, certes, été plus pertinent de faire de cette confrontation de thèses juridiques, une affaire d’experts sénégalais, entre eux. Mais, puisque le ton avait déjà été donné, par ceux-là même qui, tout en prétendant donner des leçons de patriotisme, sollicitaient dans le même temps l’ingérence de l’Occident dans nos querelles sénégalo-sénégalaises, la Majorité, se fondant sur le principe du parallélisme des formes, a dû, le cœur en peine, en sus de l’expertise locale, se résoudre à quérir celle provenant d’autres horizons. (A suivre) 
Mame Mactar GUEYE, Secrétaire général du Rds, Membre du Directoire de campagne des Forces alliées (Fal2012) mamemactar@yahoo.fr 
Facebook au cœur de la campagne électorale  
Facebook, la merveille de Mark Zukerberg, est au cœur de la campagne électorale au Sénégal. Tous les candidats à la présidentielle de cette année, ont leur page officielle sur Facebook. 
Une campagne électorale est par essence un grand moment de communication bidirectionnelle, entre le candidat et les citoyens électeurs. Tous les supports de communication sont utilisés afin de vendre un projet de société aux électeurs. 
Aujourd’hui, il ne fait l’objet d’aucun doute que le réseau social Facebook fait partie des moyens de communication les plus puissants au monde. Se connecter sur son compte Facebook est devenu un reflexe quotidien chez près de huit cent (800) millions de terriens. 
Ne pas intégrer un tel outil dans son plan de communication est une erreur stratégique et cela tous les candidats au scrutin du 26 Février, l’ont compris. La stratégie des candidats sur Facebook est articulée autour de deux pôles. L’un, animé par le candidat lui-même ou son staff de communication et l’autre par les partisans. 
Les candidats utilisent leur page officielle pour vendre leur projet de société, échanger avec les électeurs, polir leur image auprès de l’électorat. En compressant le temps et l’espace, le réseau social permet, également, au candidat, de faire sentir à l’électeur qu’il lui est proche. Car, ce dernier a la possibilité d’échanger directement avec lui. 
Facebook leur offre enfin, la possibilité d’avoir un contrôle total du contenu des messages (images, audio, textes) véhiculés, contrairement aux supports traditionnels comme la radio, la télévision ou la presse écrite. 
En appui aux pages officielles des candidats, leurs sympathisants créent des pages partisanes pour appuyer la communication du candidat. Ces pages servent de moyens de communication interne pour la sensibilisation et pour les échanges d’idées. 
Les militants utilisent également ces pages partisanes, pour s’employer à détruire l’image de marque des autres candidats.Un tour dans le réseau social de Zukerberg permet de constater que chaque candidat s’ingénue à avoir le plus de fans possible, autrement dit, chacun veut être le plus populaire sur Facebook. 
Certains candidats vont même jusqu'à adopter le concept du ‘LikeStore’, qui est un procédé qui consiste à acheter des fans virtuels sur Facebook. Ce qui explique qu’un candidat comme Ibrahima Fall soit le plus populaire sur Facebook. 
La sphère politique n’aura pas échappé à la déferlante Facebook, mais il ne saurait en être autrement, face à la montée vertigineuse de ce réseau social. En effet les prévisions lui prédisent un (1) milliard de membres en août 2012 ! 
Abdoulaye DJIGO layemail80@gmail.com 
Si vous changez votre Numero d'identification national en modifiant le 1er chiffre par tout les chiffres de 1 a 9, vous trouverez une carte d'electeur avec toutes vos informations nom prenom TOUT sauf que le ID number change. Prenez des screenshot de chaque carte que vous relevez comme preuve avec la date du jour.Si vous le faites, faites le avc un ordi ou portable different du votre des que vs allez essayer, apres ils vont vous coupez le net, vs ne pourrez pas faire passez l info cce kil mon fait. essayer et balancer l info a tous les medias que vous pouvez joindre, faites le vite avant qu'ils ne ferme la page, dites vous bien que chacun de Nous votera PLUS DE 10 FOIS, LA PREUVE EST LA!!!! 
 
Abdou Diouf : ‘’Je prie pour mon pays" 
Le secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) et ancien président du Sénégal, Abdou Diouf, a dit qu’il prie pour le Sénégal, tout en refusant de se prononcer sur la situation politique nationale. 
"Je prie pour mon pays", a-t-il indiqué, jeudi, dans d’un entretien avec la chaîne francophone TV5, en marge du salon Expolangues à Paris. 
L’ancien président du Sénégal a souligné qu’il ne veut pas faire de parjure. ‘’Quand je quittais le pouvoir en 2000, j’ai dit +jamais je ne m’exprimerai sur les problèmes du Sénégal+ et je ne m’exprimerai pas sur les problèmes sénégalais ’’, a-t-il souligné. 
Diouf a indiqué par ailleurs qu’il n’est ’’pas du tout détaché du Sénégal, parce que nourri par le lait sénégalais et enraciné’’. 
Abdou Diouf a été battu en 2000 au second tour de l’élection présidentielle par l’actuel président Abdoulaye Wade. Il était à la tête du pays depuis 1981. 
La candidature d’Abdoulaye Wade à l’élection présidentielle du 26 février est contestée par l’opposition et des organisations professionnelles et de la société civile. Ils considèrent que le président sortant se lance à la recherche d’un troisième mandat interdit par la Constitution. 
M. Wade a été élu président en mars 2000 et réélu en février 2007. Ses partisans et lui-même considèrent que son mandat de 2000 ne doit pas être pris en compte en raison du référendum constitutionnel organisé par ses soins en janvier 2001, alors qu’il était déjà au pouvoir. 
Le Conseil constitutionnel estime que sa candidature est recevable et l’a validée vendredi. Des manifestations sont organisées dans le pays par l’opposition et certaines organisations de la société civile, depuis la publication de la liste des candidatures autorisées par le Conseil constitutionnel. 
Cinq personnes sont mortes dans ces manifestations tenues à l’appel du Mouvement du 23-Juin (M-23), la coalition de partis de l’opposition et d’organisations de la société civile. 
Le Conseil constitutionnel a aussi validé 13 autres candidatures dont celles de trois anciens Premiers ministres d’Abdoulaye Wade, à savoir Moustapha Niasse, Macky Sall et Idrissa Seck. 
Il a rejeté les candidatures de l’artiste-musicien Youssou Ndour, ainsi que celles du financier Kéba Keinde et du fonctionnaire international Abdourahmane Sarr. 
 
RFI :un week-end d’émeutes à Dakar 
Ce fut « un week-end noir » selon Walfadjri. « La guérilla urbaine s’installe à Dakar » titre le quotidien. Les mots choisis ce matin dans la presse sénégalaise sont forts : « Le Sénégal à feu et à sang ». Voilà ce qu’on peut lire en Une de La Tribune alors que le site d’information Senewebparlait hier après-midi d’« intifada » dans une partie de la capitale. 
« Ni Léopold Sédar Senghor, ni Abdou Diouf n’ont jamais fait l’objet d’un rejet aussi vaste et violent que celui exprimé depuis trois jours consécutifs contre Abdoulaye Wade » analyse La Tribune, pour qui « le chaos avance à grands pas ». Le journal dénonce « une folie répressive qui s’abat sur un peuple manifestement déterminé à défendre les principes démocratiques. » 
 
La police critiquée 
 
Le rôle de la police est critiqué, toujours dans La Tribune qui pointe du doigt une police nationale devenue « politique, clanique, groupusculaire et au service du pouvoir »… une police qui a désormais du matériel et des équipements « alignés sur les standards des forces de répression des pays développés »… une police qui « bénéfice d’augmentations de salaires sans qu’elle n’ait jamais eu à exprimer une quelconque revendication ». Voilà comment « la machine à réprimer a été boostée ». « La violence est ainsi devenue la première réponse à toute controverse », conclue La Tribune. 
 
Pour beaucoup de journaux, cette campagne électorale a pris une tournure inédite avec l’incident de vendredi dans une mosquée de la confrérie des Tidjanes. « La profanation du lieu de culte est la dernière goutte qui a fait déborder un torrent de frustrations » écrit La Tribune. « La tension est monté d’un cran » poursuit Guinée Conakry Infos. 
 
Le site d’informations analyse : « c’était aller vite en besogne que de parier sur l’essoufflement et l’échec de la fronde anti-Wade ». Certes au départ, « on ne peut pas dire que les appels à manifester ait rencontré un franc succès ». Mais au fil des jours « la fermeté et la détermination de l’opposition se sont renforcés ». « Une poignée de Sénégalais » a fait montre« d’audace et d’outrecuidance » pour braver les interdits des autorités. « Les forces de l’ordre n’y sont pas allé de mains mortes ». Résultat : « de plus en plus de Sénégalais associent à Abdoulaye Wade à cette escalade de violence qui ternit l’image de leur pays ». « Si le pouvoir ne fait pas attention, conclue Guinée Conakry Infos, cette grande tension politique risque bien de lui coûter des points à l’élection. » 
 
« Cercle vicieux » 
 
Plusieurs journaux de la région s’inquiètent ainsi de l’issue du scrutin. Liberté au Togo pense que ces violences « préfigurent des lendemains postélectoraux très difficiles ». 
 
« La violence a été au début et sera probablement à la fin du scrutin » prédit le quotidien burkinabais Le Pays. 
 
« Entre les proches de Wade qui annoncent leur victoire au premier tour et défient leurs contempteurs dans les urnes, et les anti-Wade qui, quelle que soit l’issue du scrutin, refuseront de le reconnaître comme président, le Sénégal est écartelé et risque de tomber dans un cercle vicieux. » 
Et pourtant, poursuit Le Pays, « le Sénégal a toujours été au-dessus de la mêlée par son expérience démocratique exceptionnelle où la dévolution du pouvoir s’est toujours opérée de façon démocratique et sans violence. Tout le contraire de ce que les hommes politiques et les Sénégalais offrent comme spectacle au monde aujourd’hui. » 
 
Les dirigeants africains en « spectateurs » 
 
Face à cela, quelle est la réaction des dirigeants africains ? Eh bien une mission d’observateurs de l’Union Africaine a commencé à être envoyée sur place. Trop peu selon le journal Liberté au Togo qui juge « regrettable » le silence des dirigeants africains face à – je cite – « l’entêtement d’Adboulaye Wade ». « Les chefs d’Etat africains se font des spectateurs et attendent le pire pour jouer les pompiers avec leur UA, CEDEAO ou autres machins », raille Liberté… qui pose la question : « à quoi riment les regroupements sous régionaux et africains ? Si ce n’est uniquement à la solidarité dans le mal. » Conclusion amère de Liberté : « sûrement que quand le moment sera venu pour obéir à un appel à s’aligner de la part de l’ex-métropole, d’une seule voix comme ce fut le cas contre Laurent Gbagbo, ils n’hésiteront pas à se manifester comme de petits élèves acceptant d’avaler la couleuvre à leur corps défendant, parce qu’il faut plaire à une puissance. » 
anthony-lattier 
ccmi@piccmi.co Emeutes au Sénégal: Des Ong vont recenser des preuves pour une plainte devant la Cpi 
Les manifestations contre la candidature de Me Wade ce week-end qui ont occasionné trois morts et plusieurs blessés n’ont pas laissé indifférentes les organisations de défense des droits de l’homme. Ces dernières comptent amener l’affaire devant la Cour pénale Internationale (Cpi). A cet effet effet, des documents et toutes les violations graves (les auteurs y compris) vont être recensés.  
Car, selon Me Demba Ciré Bathily, interrogé par nos confrères du journal « Le Populaire», dans le mécanisme de la Cpi, en réalité il n’y a pas de mécanisme de plainte directe. Il a fait savoir que « c’est le Conseil de Sécurité ou le Procureur qui décide de mener une enquête. Selon lui, " tous ces cas sont suivis de très près ». 
Mamadou Lamine Loum, ancien premier ministre fait le bilan des 12 ans du régime libéral : Les fondamentaux économiques sont étriqués’ 
Etablissant un diagnostic des 12 ans du régime libéral au Sénégal, l’ancien Premier ministre socialiste, Mamadou Lamine Loum trouve que, durant cette séquence, les bases politiques et économiques sont ébranlées. Et, dit-il, cela a induit, aujourd’hui, des conséquences grave sur l’avenir du pays. 
Mais, hélas, le pays s’est retrouvé avec une croissance fluctuante et moins ample de 3,5 %, en moyenne, avec une irrégularité entre 1995 et 2000 où chaque année il y a eu un taux supérieur à 5 % ou s’approchant. ‘Il y a eu trois années de croissance avec des taux inférieurs au taux de poids démographique. Cela veut dire que les revenus des Sénégalais par tête ont baissé en 2001, 2006, 2009’, souligne Loum. Qui dénonce, ainsi, la manière dont les finances publiques ont été tenues ces dernières années. ‘La gestion des finances publiques est malsaine avec un déficit de base face à un excédent de base et un déficit global de 4 % ; donc un financement contraint par l’emploi. Et tout cela se passe alors que les recettes progressent de 10 % par an’, fustige l’ancien Premier ministre socialiste. 
 
Pis, fait-il remarquer, la moitié de l’endettement du Sénégal a été essuyée par les bailleurs de fonds et annulée. Se demandant, comment un tel gaspillage a pu être possible, Loum ne trouve d’explication en cela que par la surfacturation avec des coûts multipliés par 3, 4, 5. ‘Nous avons même des coûts multipliés par 10. Des infrastructures physiques qui coûtent dix fois même leur prix de marché’, dénonce-t-il. Non sans s’inquiéter de l’endettement du pays ‘aux conditions informelles et aux coûts immodérés’. ‘Depuis 2, 3 ou 4 mois, le Sénégal s’endette presque chaque semaine et s’enorgueillit d’avoir levé un milliard de dollars sur le marché international à 8,5 %, plus que le taux de la Grèce’, peste Loum. Pour l’ancien ministre socialiste du budget sous le régime socialiste, les gains de compétitivité issus de la dévaluation ont été grappillés et ont disparu. Et la balance des paiements s’est profondément détériorée. ‘Je parlais de 75 à 80 % en 2000. Le taux de couverture des exportations par les importations a baissé à 40 % dans les années 2010. C’est dire que le Sénégal a perdu, avec ce régime, l’indépendance relative qu’il avait avec la couverture de ses importations par ses exportations’, note Loum. 
 
Le capital naturel est dilapidé 
 
Evoquant le capital productif, Loum décèle une évolution renforcée des écarts entre les pauvres et les riches. La population la plus pauvre étant rurale, il soutient que le secteur primaire est passé de 18 % à 14 % dans la richesse nationale et que l’agriculture, dans ce secteur, est passée de 10 à 7,5 %. Quant à l’élevage, dit Loum, il stagne au moment où la pêche est en régression.Pour l’emploi de la richesse nationale, il regrette que le Sénégal, qui était à un taux de consommation de 75 %, remonte à 92 % comme du temps des ajustements structurels. Ce qui veut dire qu’il y a une destruction des richesses et non pas d’investissement pour créer des richesses de demain. 
 
La situation serait moins grave, selon Mamadou Lamine Loum, si elle se limitait à cela. Il rappelle, en effet, que l’industrie est en berne, avec la faillite notée, durant ce magistère libéral, des vedettes de ce secteur qu’étaient la Société africaine de raffinage (Sar), Senelec et les Industries chimiques du Sénégal (Ics). Qui, selon lui, n’ont pas profité des années où ils pouvaient sortir la tête de l’eau. ‘Tous les nouveaux pavillons industriels substantiels datent de la période d’avant l’Alternance. Le capital naturel est dilapidé. L’or du Sénégal a été concédé ; il nous reste 3 à 4 ans d’exploitation pour le bassin de Sabadola. Les sables des taniphères sont en train d’être vendus à des multinationales américaines. Mais tout cela va au détriment des règles essentielles de capitaux non renouvelables qui doivent être gérés avec beaucoup de précautions dans les normes environnementales, de durée, et d’impact sur les populations locales qui sont les premiers à être affectés surtout par les solutions chimiques de ces sables’, note-t-il. 
 
Les infrastructures dont se targue le régime actuel d’avoir doté le Sénégal, Loum les voit comme la grande rengaine de l’Alternance. Mais, il les voit comme une honte et dénonce les ‘coûts records’ de celles-ci avec des financements internes, sans procédures, de gré à gré. Ce qui, dit-il, diminue la productivité marginale de ce capital investi. ‘On n’en aura jamais un effet retour tel qu’on les a payées, d’après l’Ansd’, dit-il. 
 
Loum signale par ailleurs que les socialistes ont travaillé en 7 ans et ont donné dix ans de financement au régime issu de l’Alternance. Pour lui, cet avenir, qui était hier contraint, est aujourd’hui sous hypothèque pour 4 raisons. D’abord, une démocratie menacée par la dévolution monarchique ; une économie menacée ‘d’immergence’, pas d’émergence dès les premiers retournements de conjoncture, qui n’a surtout pas été capitalisée dans les périodes que nous venons de vivre. Car, dit-il, entre 1995 et 2000, nous avons, en Afrique, une période faste qui s’est ouverte et qui permet aujourd’hui de dire que l’économie africaine s’est globalement avancée. ‘Le Sénégal aurait pu prendre beaucoup d’avance pendant cette période et il ne l’a pas fait. Les périodes qui s’ouvrent risquent d’être très douloureuses pour nous’, prévient-il.  

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 20.02.2012
- Déjà 5549 visites sur ce site!