ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

‘La Constitution, c’est moi qui l’ai rédigée

‘La Constitution, c’est moi qui l’ai rédigée !’ Il faut alors l’assumer !  
Dans une interview accordée au quotidien en ligne Dakaractu, le président Wade a, une fois de plus, étalé les micmacs des circonstances d’élaboration de la Constitution de l’alternance, censée apporter des solutions efficientes à l’omnipotence du pouvoir présidentiel. (…) Alors qu’il clamait à hue et à dia que la procédure d’élaboration de la nouvelle Constitution était la plus démocratique au monde, voilà qu’il vient d’avouer sans réserve : ‘La Constitution, c’est moi qui l’ai rédigée. Tout seul.’ Allant même plus loin, il dénie toute existence au comité d’experts qu’il avait lui-même mis en place pour écrire de l’avant-projet de loi fondamentale : ‘Il n’y a pas eu de commission de rédaction. La Constitution est mon œuvre.’ 
Cette confession nous paraît d’une extrême gravité si l’on se réfère à la quintessence de la Constitution qu’il faut se garder de banaliser à tout bout de champ. ‘Expression d’un consensus national’, selon la formule bien heureuse du Cardinal Théodore Adrien Sarr, la Constitution ne saurait s’accommoder d’une quelconque univocité. Elle n’est jamais, ou tout au moins, ne devrait jamais être la traduction institutionnelle d’une volonté unique. Dans les systèmes démocratiques, la Constitution est élaborée selon une procédure inclusive ouverte à tous les segments de la population, contrairement aux procédés non démocratiques où l’œuvre constitutionnelle est confisquée par un individu ou un groupe restreint. 
Avouant être l’auteur exclusif de la Constitution du 22 janvier 2001, le président Wade est, une fois de plus, auteur d’un détournement de procédure qui lui a ainsi permis de se tailler un manteau constitutionnel à la hauteur de ses ambitions. 
Cette interview, cavalière à un moment où le contentieux de la validité de sa candidature est pendant devant le juge des élections nationales, occulte une nouvelle ruse visant à ingurgiter l’amère pilule du troisième mandat présidentiel, là où ‘sa’ Constitution, qu’il avait bien interprétée au sortir de l’élection présidentielle de 2007, limite le nombre de mandats à deux. 
Tout ‘juriste aussi’ (Wade dixit) qu’il est, l’économiste qui, maintes fois, a déversé son aversion à tout ce qui touche au droit devrait, au nom de l’honnêteté intellectuelle, intégrer dans ses appréciations les points de vue des spécialistes pointus de la science constitutionnelle. La fameuse parabole de mon jeune collègue Mouhamadou Mounir Sy de l’ophtalmologiste se substituant au stomatologue pour l’extraction d’une dent malade est illustrative des perversités qu’un ‘connait tout’ peut inoculer dans une société saine. 
La volonté d’accaparement de l’œuvre constitutionnelle de 2001 a conduit le Président Wade à nier l’existence même de la commission d’experts qu’il avait instituée pour élaborer un avant-projet de Constitution. Pour lui, ‘il n’y a pas eu de commission de rédaction. La Constitution est mon (souligné par nous) œuvre.’ Une telle posture lui donnerait ainsi le statut d’interprète privilégié de la constitution, même s’il reconnait par ailleurs que ‘(sa) déclaration n’a pas de valeur juridique’. 
Les constitutionnalistes ne sauraient cependant rester indifférents à des contrevérités savamment distillées dans le dessein d’induire en erreur les citoyens. Le peuple sénégalais n’est pas amnésique. Il est, au contraire, reconnaissant du laborieux travail accompli par cette commission dont il me plait de recadrer les interactions informelles que j’entretenais indirectement avec les auteurs d’un projet de Constitution dont j’avais dénoncé les dérives autoritaires depuis sa genèse. J’aborderai ensuite sur les points de droit soulevés par l’interview, avant de mettre en exergue la perche tendue par le président Wade au Conseil constitutionnel. 
L’existence de la commission de rédaction est irréfutable 
Il faut être frappé d’une amnésie irréversible pour réfuter publiquement l’existence de la commission de rédaction instituée en vue d’élaborer un avant-projet de Constitution commandé par le Président Wade. Placée sous l’autorité du ministre de la Justice, la dite commission était composée des professeurs Babacar Guèye et Demba Sy, de l’avocat Me Madické Niang représentant le président de la République, du juge Taïfour Diop représentant le Premier ministre et du notaire Me Papa Ismail Kâ, représentant de la société civile. Les observateurs avaient relevé que les deux professeurs de droit constitutionnel sénégalais du moment étaient magistralement ignorés par le président Wade : le professeur Serigne Diop et moi-même. Il est étonnant, dans ces conditions, que le professeur Serigne Diop, publiquement écarté du processus en raison de son soutien au candidat défait par Wade, puisse être en même temps associé à l’œuvre constitutionnelle. 
Tout comme le professeur Amsatou Sow Sidibé qui est une civiliste de renommée internationale et que le président Wade avait publiquement humiliée lors de son show de présentation du projet de Constitution, ait pu apporter son concours à l’enrichissement de son texte. Enfin, le peuple sénégalais n’est pas atteint d’une cécité collective. Tous les téléspectateurs ont regardé la cérémonie solennelle et ultra médiatisée de remise de l’avant-projet de Constitution au président Wade qui, dix ans plus tard, nie l’existence même de cette commission qu’il avait mise sur pied. 
L’on ne saurait passer sous silence la forte prégnance de la volonté et du style du Président Wade dans les différentes moutures qui lui ont été présentées. C’est en connaissance de cause que j’avais qualifié l’avant-projet de Constitution publié en octobre 2000 de ‘travail d‘amateur’ car les incongruités et les incohérences du texte sont aux antipodes de l’ingénierie constitutionnelle. Il état évident que la main qui tripatouillait tout le travail constitutionnel dans le sens d’acclimater le césarisme démocratique au Sénégal ne pouvait être celle de la commission. Les membres de la commission n’étaient que de simples scribes appelés à exécuter fidèlement un plan concocté par le président Wade qui était le véritable et l’unique maitre d’ouvrage du chantier constitutionnel. 
Dix ans, après l’histoire a réconforté cette conviction en dévoilant l’auteur réel de ce ‘travail d’amateur.’ Ce coin du voile levé est en même temps un cinglant démenti infligé aux ‘avocats de courte robe’ - pour emprunter la formule à Tamsir Jupiter Ndiaye - qui m’accusaient de prendre ‘un malin plaisir à flinguer mes collègues’. Ces derniers ont fini par adhérer à la vision du solitaire qui s’était attelé à démontrer ce qui fut une véritable supercherie constitutionnelle. Je rappelle, en passant, à ces contempteurs que je n’ai jamais éprouvé le besoin de porter des cagoules ou des gants pour dénoncer tous les plans machiavéliques déroulés depuis 2000 pour asseoir ce hideux système patrimonial où les biens publics et privés se sont imbriqués au seul profit de l’oligarchie qui a sa mainmise sur l’appareil d’Etat. De même, l’on ne saurait occulter les manœuvres dolosives visant à légitimer un troisième mandat par la révision constitutionnelle de 2008 ou par la règle de la non rétroactivité des lois. 
La révision de 2008 concerne la durée et non le nombre de mandats. Poussant plus loin son argumentaire, le Président Wade avance : ‘Depuis que l’article 27 instituant le septennat a été adopté en 2008, il n’y a pas eu d’élection. Mon premier mandat sous l’empire de ce nouveau texte est celui qui démarre en 2012. ‘ 
La stratégie confusionniste est sans équivoque. Le Président Wade confond durée et nombre de mandats qui sont deux notions juridiques fort différenciées. Le mandat est un contenant alors que la durée est un contenu. Les deux peuvent être soumis à des régimes juridiques qui ne se recoupent pas du tout. Il n’existe aucune détermination linéaire de l’un par l’autre. Au demeurant, certaines constitutions les distinguent clairement. Ainsi, l’article 220 de la Constitution de la République Démocratique du Congo - à l’élaboration de laquelle a pris part votre serviteur- interdit toute révision constitutionnelle portant sur ‘le nombre et la durée des mandats du président de la République’. Or, la très controversée révision constitutionnelle de 2008 n’a porté que sur la durée du mandat. Ses initiateurs avaient publiquement déclaré que la modification pouvait valablement porter sur la durée sans toucher au nombre de mandats qui est intangible. La durée est variable dans le temps et dans l’espace. Elle court à compter de la date d’entrée en fonction d’un président élu jusqu’à l’investiture de son successeur. Cette durée peut être de 5 ans ou de 7 ans, mais elle ne préjuge en rien le nombre de mandats. 
L’article 27, en ce qui concerne ses dispositions relatives à la durée du mandat a été modifié en 2008 sans préjudice du nombre de mandats qui est toujours limité à deux. Or, le président Wade ne saurait contester qu’il a exercé un premier mandat de 6 ans (2001-2007) alors qu’il devrait être élu, conformément à la Constitution du 22 janvier 2001, pour un mandat de 5 ans. Il a bénéficié en quelque sorte d’un bonus d’un an du fait qu’il était le président de la République en exercice au moment de la promulgation de la Constitution de la 3e République. Il a épuisé un second mandat de 5 ans de 2007 à 2012. Vouloir commencer son premier mandat en 2012 est une tentative d’arnaque constitutionnelle qui amène logiquement à se poser des questions sur le statut du pouvoir présidentiel de 2000 à 2012. Une présidence flottante dépourvue d’assise constitutionnelle du fait que la Constitution du 7 mars 1963 n’existe plus alors que la Constitution du 22 janvier 2001 n’est pas encore d’application ? 
Si l’on raisonnait par l‘absurde, en suivant la logique du président Wade, sans affecter le principe de la limitation du nombre de mandats, il est loisible de modifier autant que de besoin la durée du mandat pour bénéficier d’un nouveau décompte du nombre de mandats, renvoyant ainsi aux calendes grecques la limitation du nombre de mandats ! 
L’irrecevabilité de l’argument tiré de la non rétroactivité des lois. 
L’interviewé a semé une grande confusion autour de l’argument tiré de la règle de la non rétroactivité de la loi. A ce niveau également, le ‘juriste aussi’ piétine le principe de la hiérarchie des actes juridiques en appliquant à la Constitution un principe d’ordre législatif. A moins de confondre, dans son for intérieur, la Constitution et la loi. 
Le principe de la non rétroactivité des lois n’est pas intangible. Il est soumis à de possibles réaménagements de la part du législateur. Il est un simple principe général du droit, sauf en matière pénale où il est érigé en principe de valeur constitutionnelle qui s’impose à la loi, tout en restant soumis à l’autorité de la Constitution. Ce principe ne vaut alors que pour la loi et les actes qui lui sont inférieurs dans la hiérarchie des normes juridiques. 
Le principe de la non rétroactivité des lois a été forgé pour résoudre les problèmes juridiques posés par les conflits de lois dans le temps. Or les conflits de lois dans le temps n’existent que dans le cadre d’un ordre constitutionnel existant. Le ‘conflit de constitutions dans le temps’ n’existe nulle part au monde. A notre humble connaissance, il n’y a pas un seul pays au monde régi par deux Constitutions. Une nouvelle constitution naît généralement sur les cendres d’une ancienne. Le mandat du président Wade, entre 2001 et 2007, tire sa légitimité de la Constitution du 22 janvier 2001 et non de la Constitution du 7 mars 1963. 
Les esprits rusés rétorqueront toujours que ‘la Constitution est une loi au sens matériel.’ Cette myopie constitutionnelle ignore la dimension formelle de la Constitution qui la place au-dessus de toutes les normes qui existent au sein de l’Etat. Si on les suivait sur le terrain de l’absurdité, l’on pourrait péremptoirement affirmer : ‘L’arrêté règlementaire est une loi au sens matériel’ ou ‘le décret règlementaire est une loi au sens matériel’. Pourtant ‘toutes ces lois au sens matériel’ sont soumises à des régimes juridiques spécifiques. L’arrêté du sous-préfet ne peut bénéficier du même traitement juridique que le décret ou l’ordonnance du Président de la République. 
En conséquence, la Constitution du 22 janvier 2001 produit ses effets à compter de sa promulgation. C’est uniquement dans le but de faire l’économie d’une élection présidentielle anticipée ou de soumettre le Président Wade à un quinquennat alors qu’il lui restait un mandat de six ans, que l’article 104 de la nouvelle Constitution a procédé à cet arrangement constitutionnel qui ne porte pas préjudice à ‘toutes les autres dispositions de la Constitution’, en particulier l’applicabilité immédiate de la limitation du nombre de mandats au premier Président de la 3ème République. 
La perche du président Wade tendue au Conseil constitutionnel 
Tout ne fut pas négatif dans cet entretien accordé par le Président Wade à Dakaractu. Le Président Wade a solennellement invité le Conseil constitutionnel à prendre ses responsabilités en statuant en toute indépendance sur le différend porté à son jugement. Il s’est engagé à respecter scrupuleusement le verdict du juge électoral sur le contentieux de son troisième mandat. ‘Si, par extraordinaire cela arrivait, je m’y plierais … Mais si les juges en décident ainsi, je vous laisserai tout ça entre les mains’, avec comme bonus le ‘rêve de rester chez moi, au Point E, ou sur mon terrain à Yoff, pour recevoir les gens qui viennent solliciter mes conseils’. Il aura surtout le temps ‘d’écrire (ses) Mémoires’ et de ‘rédiger des ouvrages qui remettent l’économie politique (pas le droit) sur ses pieds’. 
Nul doute que le peuple sénégalais lui est reconnaissant de sa contribution à l’avènement et à la consolidation de la démocratie. Aussi, est-il temps qu’il se tourne vers la communauté scientifique en contribuant à l’essor de la science à travers ses expériences vécues et ses théories enrichies de son vécu. 
Il y a bien une vie après la présidence de la République, président Wade. Les présidents Senghor et Abdou Diouf ne nous démentiront pas. Votre ‘constitutionnaliste de bazar’ 
El Hadj MBODJ, Professeur titulaire des universités Major du 6ème concours d’agrégation de droit et de science politique Ancien expert constitutionnel de l’Onu au Dialogue inter-congolais Ancien Expert constitutionnel de l’Ue au Parlement de la transition de la RDC 
Diaspora pour qui voteras-tu ? 
Jamais dans l’histoire du Sénégal la diaspora ne s’est autant mobilisée/invitée dans le débat autour des élections. Depuis près de 2 ans, les manifestations des Sénégalais en Europe et en Amérique du Nord (Usa et Canada) se suivent et s’intensifient. Pas plus tard que mardi 24 de ce mois, une poignée de Sénégalais regroupés sous la chaise cassée, ont bravé le froid glacial de Genève pour exprimer leur position sur la candidature controversée de Abdoulaye Wade devant les locaux des Nations Unies. 
La diaspora plus que déterminée à voter ? 
Cette forte implication de la diaspora dans le débat politique est à la hauteur des enjeux des élections présidentielles pour l’avenir du pays et la reconnaissance du mérite des Sénégalais vivant à l’étranger dans les efforts de développement du pays. Mais faudrait-il que les électeurs établis à l’étranger aient leurs cartes. En réalité, tout porte à croire qu’on veut les déstabiliser, mais les Sénégalais de l’extérieur opposent une ferme intention pour exprimer leur volonté aux prochaines élections. La preuve, cette semaine, 2 Sénégalais ont été arrêtés en France parce qu’ils s’étaient rendus au consulat pour récupérer leurs cartes d’électeur. 
Au moment où ils sont appréhendés et présentés devant le juge, parce qu’ils ont choisi de jouir de leur droit, certaines autorités de Sédhiou font l’impossible, pour encourager les populations à retirer leurs cartes. Cette conscience citoyenne au niveau de la diaspora mérite d’être saluée et encouragée au lieu d’être brisée. Peut-être que la peur a fini par prendre le dessus sur ceux qui veulent empêcher, par tous les moyens, la diaspora sénégalaise de participer aux joutes électorales. Les élections de la diaspora sont donc à surveiller avec la plus grande attention, parce que les Sénégalais de l’extérieur sont déterminés à prendre part aux prochaines élections présidentielles, même si les principaux candidats ne se sont presque pas prononcés sur leur situation. 
Au fait, diaspora pour qui voteras-tu ? 
‘Moi, je vote pour cette maman qui vend des arachides pour nourrir ce bébé qui ne verra plus son Papa, je vote pour le candidat avec un cœur pour dire merci aux immigrés vous êtes nos héros...vous êtes en guerre économique. Où que vous soyez nous vous aimerons et vous aiderons’. Tel est le cri du cœur de Lamine Mbengue, émigré sénégalais en Espagne (Cf : Barça est devenue Barsakh… on nous tue maintenant). Ces propos de Lamine semblent donner un aperçu sur le profil du candidat idéal pour la diaspora. Il s’agit du candidat qui prend en compte les besoins quotidiens des Sénégalais de l’extérieur pour leur faciliter leur séjour loin de leurs familles. Ce candidat devra également être très attentif et impliqué dans la guerre qu’elle est en train de mener dans les pays d’accueil, à savoir travailler durement pour soutenir leurs familles et participer au développement de leur pays. Enfin le candidat idéal devra faire preuve de reconnaissance envers la diaspora. Le besoin de reconnaissance et de restauration de la dignité des émigrés par les autorités étatiques est plus que nécessaire. 
Il ne se limitera plus, comme on a l’habitude de voir de nos jours, sur des discours politiciens encore moins sur des promesses idéalistes, mais plutôt sur des mesures pratiques et des prises de positions radicales qui réhabilitent définitivement l’émigré sénégalais. Une telle volonté pourrait se matérialiser, par exemple, par la création d’un ministère des Sénégalais de l’extérieur qui s’installerait à l’étranger et qui s’appuierait sur cette force vive. Je pense que si on veut guérir un malade il faut être à son chevet pour pouvoir le diagnostiquer à temps, le suivre et lui prescrire un traitement adapté et réagir systématiquement en cas de besoin. Cette mesure est inévitable.Existe-t-il un candidat à la hauteur de ces attentes ? Qui est ce candidat qui bénéficiera du vote de la diaspora ? 
Un ‘Ndiguel’ de la diaspora serait-il inévitable ? 
En attendant de trouver le candidat idéal, la diaspora pourra jouer sur un levier fondamental : le pouvoir économique. N’a-t-on pas l’habitude de dire que celui qui détient le pouvoir économique détient le pouvoir politique ? Si cet adage est exact, la diaspora détient alors une puissante carte entre les mains. En fait, la diaspora pèse plus de 600 milliards de francs Cfa par an. Elle constitue le principal bailleur du Sénégal. Sa contribution dans la lutte contre la pauvreté et l’effort de développement est aujourd’hui sans conteste. De ce point de vue, la diaspora doit pouvoir influer, à l’image de la diaspora ghanéenne, sur le cours des événements qui concernent leur pays, à plus forte raison le choix de celui qui aura la lourde tache de conduire la destinée de la Nation. Si l’argent devrait s’inviter aux élections pour faire basculer le vote, la diaspora est mieux placée que quiconque pour agir sur le choix des Sénégalais. Cela est d’autant plus vrai que derrière chaque émigré on peut dénombrer au moins 5 potentiels votants. Dès lors, ne devrons-nous pas avoir peur du ‘Ndiguel’ venant, à notre grande surprise, de la diaspora ? Les émigrés ne pourraient-ils pas donner des consignes de vote à leurs parents ? Wait and see !!! 
Khadim MBOUP, Sociologue Xabamba79@yahoo.fr 
NE TUONS PAS LA COLOMBE ! 
 
Appel à la Paix 
 
Lorsque l’on considère le terrain politique sénégalais avec ses allures d’arène où des lutteurs renfrognés se regardent en chiens de faïence. Lorsque l’on considère les acteurs politiques sénégalais et leur amour des postures et des atours guerriers ainsi que leur propension à bander les muscles et à se frapper la poitrine tels des King Kong. Lorsque l’on considère les partis politiques recrutant des nervis et étendant leurs tentacules, semblables à des pieuvres maléfiques, jusque dans les rangs des associations apolitiques, des confréries et autres autorités coutumières et religieuses. Lorsque l’on considère ces leaders de la société civile lorgnant en salivant le pouvoir politique et ses avantages, et ces autres confondant actions communautaires citoyennes et activités politiciennes, discours constructeur et jactance destructrice. Lorsque l’on considère la presse et les frasques politiciennes qu’elle affectionne particulièrement, et comment l’opinion publique s’en réjouit,…, l’on éprouve des craintes légitimes pour ce pays et ses habitants. L’on a envie de crier : «La colombe est blessée. Ne la tuons pas! Ne faisons pas plaisir au diable ! ». L’on a envie d’écrire sur tous les murs, ces mots d’Albert Camus : «La paix est le seul combat qui vaille d’être mené. Ce n’est plus une prière, mais un ordre qui doit monter des peuples vers les gouvernants, (vers tous les leaders politiques), l’ordre de choisir définitivement entre l’enfer et la raison.» 
 
«La paix n’est pas simplement un but éloigné que nous cherchons, mais les moyens par lesquels nous arrivons à ce but», 
Martin Luther King. 
 
«Vous devez être le changement que vous voulez voir dans le monde», 
Mahatma Gandhi. 
 
En vérité, la paix représente pour la société ce que la santé représente pour la personne. Car, tout comme l’individu a besoin d’une bonne santé pour vivre sainement et réaliser ses ambitions, le corps social a besoin de la paix, le plus précieux arbre de notre jardin. Mais un arbre aussi lent à grandir que rapide à abattre. Car la paix n’est pas qu’un mot, qu’un slogan, qu’une incantation, mais un désir sincère, mais un comportement, mais une création continue. Elle ne se décrète pas, elle se suscite, se construit patiemment avec foi, par l’éducation, la formation et le travail. Et cela, les jardiniers, les éducateurs et les médecins le comprennent d’instinct qui savent, à l’instar des poètes, que celui-là qui rêve d’une rose et qui veut en jouir doit planter une graine et l’entretenir, que l’enfant qu’on oublie d’éduquer régresse, pourrit et pourrit la communauté et que la maladie qu’on néglige s’aggrave et tue. Et mon père a raison qui me disait : «Sème la paix, cultive là. Parce que quoi que tu puisses récolter, tu ne possède rien si tu n’as pas la paix». Car, pensent les wolof, la paix est plus importante que tout ce qui n’est pas elle. Sans la paix, le paradis ne serait plus le paradis. Avec la paix, l’enfer ne s’appellerait plus l’enfer.  
 
Oui, osons le dire et le répéter, cet arbre roi qui offre fleurs délicates aux effluves enchanteresses, frais ombrage et fruits délicieux a un coût qui s’appelle justice, bonne gouvernance, respect des lois, règlements et institutions régissant notre «commun vouloir de vie commune», amour du vrai, du beau et du bien, désir de paix et cheminement de tous sur le droit chemin tant chanté par les Prophètes. «Guide-nous dans le droit chemin» prient plusieurs fois par jour les musulmans à l’adresse de Dieu qu’ils appellent aussi «Ya Salaam», «La Paix». Tandis que la Bible fustige «ceux qui abandonnent les sentiers de la droiture pour marcher dans les chemins ténébreux» et nous enseigne qu’ «un homme intelligent emprunte le droit chemin». Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur de «Daru Salaam», (La Cité de la Paix), de confirmer : «la paix est avec celui qui est sur le droit chemin». Seydina Limamou Laye de lancer cette injonction : «Méfiez-vous de ce qui peut en vos cœurs engendrer la haine et l’inimitié». Avant de recommander : «Renforcer vos relations par l’amour, car les habitants du paradis s’aiment». Cheikh Ahmed Tidiane Cherif d’enseigner : «Si vous êtes calomniés, ne calomniez pas». El Hadj Malick Sy d’interroger : «Jeter du bois mort dans un incendie, n’est ce pas attiser le feu qui flambera de plus belle ?». 
 
Mais, se désole Antoine De Saint Exupéry, «le malheur de notre temps, c’est que tous les ambitieux aiment le pouvoir pour lui-même». Et, pour la préservation ou la conquête du pouvoir, ils n’hésitent pas à emprunter les ruelles fangeuses, obscures et tortueuses, à mentir, à haïr, à calomnier, à insulter, à voler et à tuer, les ambitieux politiques qui oublient, comme dit Saint Exupéry, que la guerre n’est pas une aventure, mais une maladie comme le typhus ; qui ne savent pas qu’on ne peut pas éteindre le feu avec de la braise ni éclairer la nuit avec des ténèbres, que «la violence est mauvaise et injuste d’où qu’elle provienne», comme l’affirme Jean Paul Sartre, et qu’elle n’est pas une solution, mais bien plutôt un problème à résoudre ; et qu’être violent ne signifie pas forcément être le plus fort. Hélas, ils raisonnent plus en termes de parti à consolider qu’en termes de pays à construire, en termes de militants à recruter ou à récompenser qu’en termes de populations à sortir de la pauvreté, en termes de voix à compter qu’en termes de voix à écouter. Ainsi, aveugles et sourds à tout ce qui ne flatte pas leur vanité, ils dressent partout et toujours des barricades, jamais des passerelles, oubliant cette sagesse de Nelson Mandela appelant à la collaboration en ces termes : «pour faire la paix avec un ennemi, on doit travailler avec lui, et il devient notre associé». Car il ne comprend que trop, le sage sud-africain, que de la collaboration seule nait la fraternité véritable. «Rendez le bien pour le mal, et vous verrez votre adversaire se transformer en protecteur et en ami», enseigne le Prophète de l’Islam, notre seigneur Mohamed, pour qui : «Après la foi, l’essentiel, le raisonnable est d’aimer les hommes et de faire le bien tant au bon qu’au méchant». Jésus Christ, le Prophète de l’amour, de révéler qu’après Dieu, ton Seigneur, «Tu aimeras ton prochain comme toi-même». Et le prédicateur de prédire : le jour où le pouvoir de l’amour surpassera en nos cœurs l’amour du pouvoir, nous connaitrons la paix véritable. 
En attendant ce jour, le diable se réjouit ; il applaudit des deux mains et rit aux éclats. Alors mettons-nous à l’œuvre. Et prions… 
 
ABDOU KHADRE GAYE, Ecrivain, - Président de l’Entente des Mouvements et Associations de Développement (EMAD) - Tel : 33 842 67 36 , Mail : emadassociation1@gmail.com 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 30.01.2012
- Déjà 5213 visites sur ce site!