ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

"DELIT D'INITIE"

AFP - Emprunt obligataire et coup de l’électricité : Niasse accuse Wade et son gouvernement  
 
de «délit d’initié» 
 
 
Réunie en Bureau politique jeudi (dernier), l’Alliance des forces de progrès (Afp) de  
 
Moustapha Niasse a publié une déclaration pour accusé le gouvernement libéral d’avoir commis  
 
un «délit d’initié» sur l’emprunt obligataire lancé par le Sénégal il y a quelques jours, et  
 
qui n’a pas atteint les résultats escomptés (60 milliards francs Cfa obtenus pour 100  
 
recherchés). «La consultation préalable des souscripteurs potentiels des obligations et des  
 
bons du trésor que l’Etat Sénégalais vient d’émettre sur le marché financier de l’Union pour  
 
cent milliards de francs Cfa, a faussé le fonctionnement normal du marché où tous les  
 
investisseurs potentiels doivent être au même niveau d’information», ont déclaré les  
 
«progressistes» au cours de cette réunion, présidée par Moustapha Niasse. L’Afp a dénoncé  
 
ainsi «l’insouciance et la désinvolture avec lesquelles le gouvernement de Me Abdoulaye Wade  
 
gère les affaires de notre pays». Selon ce parti, c’est ce qui fait que «le gouvernement  
 
s’est mis dans un cas de délit d’initié considéré comme une violation du principe de  
 
transparence». «Malgré ce vice de procédure, l’échec de l’opération a mis en évidence la  
 
perte de crédibilité de l’Etat sénégalais, auprès des investisseurs, en raison d’une  
 
politique erratique», lit-on dans la déclaration dont Nettali a obtenu copie.  
 
Les «progressistes» ont réclamé aux «autorités monétaires nationales, régionales et  
 
internationales un certain nombre de mesures susceptibles, désormais, de préserver  
 
l’intégrité, la fiabilité et la crédibilité des mécanismes de fonctionnement du marché  
 
financier et boursier de la sous-région, mécanismes auxquels le Sénégal a l’obligation de se  
 
soumettre».  
 
Sur l’électricité, Niasse et ses camarades ont critiqué «l’augmentation annoncée du prix de  
 
l’électricité au consommateur par kw/h, à la suite de celle effective du carburant». Ils ont  
 
estimé que «si la conjoncture économique internationale et la flambée des cours du pétrole  
 
justifient, dans certains cas, que soit appliquée dans une certaine mesure, la vérité des  
 
prix pour certaines consommations subventionnées par l’Etat, ceci ne pourrait être le cas de  
 
l’électricité sans un ajustement corrélatif des salaires et de certains revenus non salariés  
 
comme le loyer».  
 
 
EDITORIAL - Debout frères… ! 
 
 
En nos temps troublés, que rythment en refrain les mots «journalistes nuls et sans  
 
formation», les violences exercées sur des professionnels de l’information et de la  
 
communication devaient être traitées, pour des tenants de pouvoir, comme des faits divers  
 
journalistiques. Sans préjuger des surprises que nous réservent les titulaires d’une charge  
 
qu’ils tirent à hue et à dia, dans une accumulation névrotique si hétérogène que la raison  
 
s’y perd. Ce goût du rentre-dedans, tout en hargneuse intimidation, et qui relève moins du  
 
courage physique que d’une posture de matamore, nous augurons depuis belle lurette, qu’il  
 
constitue un trait psychopathologique du système. Si la République comme le pensait  
 
Machiavel, est un régime dans lequel les citoyens ont intérêt à la vertu parce que celle-ci  
 
y a plus de chances d’être récompensée, ici le «Monstre» est toujours déterminé à imposer  
 
d’autres valeurs.  
 
Les «délits» apparemment commis par Boubacar Kambel Dieng, Karamoko Thioune, Ousmane  
 
Mangane, Pierre Dasylva, Ibrahima Lissa Faye, ne sont, en fait, que des actes de bravoure  
 
démocratique dans un pays où le droit d’informer devient de plus en plus dangereux. Si les  
 
citoyens sont privés de tout droit d’être informés, via le travail des journalistes, ils  
 
risquent de cautionner, par méconnaissance, les pires aventures. On comprendrait qu’un  
 
journaliste soit mis en cause, voire poursuivi, pour avoir dit faux, diffamé, diffusé de  
 
fausses nouvelles, trompé ses lecteurs, bref, avoir mal fait son travail. Mais, là, c’est  
 
tout l’inverse. On leur reproche d’avoir couvert des manifestations. On leur demande, au  
 
besoin avec la matraque électrique, les gifles et les insultes, de se taire. «Silence, à  
 
genoux !» «Effacez les images !», les injonctions des tortionnaires qui se sont acharnés sur  
 
les journalistes, coupables de chercher à savoir pour faire savoir, traduisent cet état  
 
d’esprit. Toujours est-il que la liberté de la presse est l’un des principes fondamentaux  
 
des systèmes démocratiques qui reposent sur la liberté d’opinion et d’expression.  
 
Ceux qui s’échinent à faire peur, par un chantage, une violence physique ou verbale,  
 
semblent ne comprendre et connaître du journalisme, qu’un miroir lisse dans lequel ils  
 
s’admireraient. Est-il besoin de rappeler la leçon de l’Histoire : ce n’est pas parce que  
 
l’on tient les rênes du pouvoir que l’on contrôle les consciences.  
 
C’est vrai que le président de la République, en premier lieu enrage contre ces journalistes  
 
«systématiquement démolisseurs» et qui se refusent «à pédagogiser», «sa vision», dans un  
 
moment où la culture journalistique est aujourd’hui beaucoup plus consciente de l’importance  
 
des libertés et du pluralisme. Défendre la liberté d’expression dans un monde ouvert est un  
 
combat loin d’être gagné.  
 
Si la République est en danger aujourd’hui, n’est-ce pas plutôt le fait des manquements de  
 
la puissance publique, dus à l’incapacité et au manque de courage de nos gouvernants ?  
 
Peut-on blâmer ceux qui en appellent à la transparence dans tous les domaines, quand l’Etat  
 
montre chaque jour son incapacité à remédier à des problèmes qui touchent à l’essence même  
 
de la Nation et la sécurité des citoyens. Que les donneurs de leçons, prompts à convoquer  
 
l’éthique et la déontologie, se le tiennent pour dit : ce n’est pas en s’inscrivant dans une  
 
logique de diabolisation des acteurs du secteur des médias qu’ils arriveront à imposer leur  
 
mode de domestication de l’information, d’uniformisation de la pensée.  
 
Tous à la marche de ce jour, pour s’élever contre les tentatives de bâillonnement.  
 
 
Le Comité pour la défense et la protection des journalistes  
 
Cheikh Hadjibou Soumaré : ’’la survie des entreprises dépend de la réaction du gouvernement  
 
face à la crise’’ 
27 Juin 2008 14:00 heure de Dakar 
 
(APS) – La ’’survie’’ des entreprises sénégalaises dépend de la capacité du gouvernement à  
 
réagir au contexte économique mondial rendu difficile par la flambée des denrées de première  
 
nécessité, a déclaré vendredi à Dakar le Premier ministre Cheikh Hadjibou Soumaré.  
’’Nous avons la pleine conscience que la survie de nos entreprises dépend de notre capacité  
 
à faire face à la situation actuelle’’, a affirmé le chef du gouvernement, après avoir  
 
décrit ’’un contexte économique international difficile auquel les entreprises sont  
 
confrontées’’. 
 
M. Soumaré était l’invité des ’’journées promotionnelles’’ de la Chambre de commerce,  
 
d’industrie et d’agriculture de Dakar (CCIAD), ouvertes jeudi. 
 
’’Je suis convaincu que l’avenir de l’entreprise sénégalaise dépend d’une association  
 
étroite entre le secteur privé et les institutions publiques’’, a-t-il relevé, se  
 
réjouissant du fait que ’’ce mouvement est bien engagé’’ par les opérateurs économiques dont  
 
ceux de la CCIAD. 
 
Le Premier ministre a assuré que dans ce contexte ’’aucun aspect qui intéresse la vie de  
 
l’entreprise sénégalaise ne sera négligé’’ par son gouvernement. 
 
’’Les réformes engagées dans le domaine économique ne sont jamais définitives. Il faut les  
 
évaluer et les adapter’’ au contexte économique actuel, a-t-il par ailleurs indiqué. 
 
A son avis, la participation des opérateurs économiques à travers les chambres consulaires,  
 
des agriculteurs, ainsi que des éleveurs est ’’fortement attendue pour la réussite de la  
 
GOANA (Grande offensive agricole pour la nourriture et l’abondance)’’. 
 
Lancée par le président Abdoulaye Wade en avril dernier, la GOANA ambitionne d’atteindre, à  
 
court et moyen termes, 500.000 tonnes en production locale de riz. Ses autres objectifs sont  
 
: 2 millions de tonnes de maïs, 3 millions de tonnes de manioc, deux millions de tonnes pour  
 
les autres céréales tels que le mil, le sorgho, le fonio, une production de 400 millions de  
 
litres de lait et 43.500 tonnes de viande. 
 
’’Le rôle des chambres de commerce, a estimé Hadjibou Soumaré, est fondamental pour la  
 
réalisation du programme économique de notre pays’’ basé sur une réduction de moitié de la  
 
pauvreté, à l’horizon 2015. 
lequotidien/ 
Le Pds n’est plus un Cabinet ou une Charge de «papa», encore moins le Sénégal 
 
 
L’équilibre social exige un minimum de consensus culturel et moral. L’histoire et les  
 
croyances vécues en commun façonnent l’expérience collective. Au Sénégal, malgré des  
 
conflits politiques à l’intérieur du pouvoir comme à l’extérieur, apparemment inextricables,  
 
l’unité culturelle et historique du pays est sans doute beaucoup plus profonde qu’il n’y  
 
paraît. Le consensus acquis se traduit par des principes naturels d’organisation de la  
 
société, et ces principes ainsi acquis constituent aujourd’hui, un ciment très solide de  
 
l’édifice collectif. Mais, il va s’en dire que l’on ne peut pas fonder notre société sur  
 
cette seule base. Il faut trouver, ou plutôt ajouter, d’autres fondements. Et ces fondements  
 
sont l’ensemble des contraintes et incitations créées par le système institutionnel,  
 
juridique et constitutionnel. Ce système est vital pour assurer la vie en groupe et la  
 
résolution des conflits entre des choix contradictoires. Il joue de même un rôle capital  
 
dans l’orientation des attitudes humaines.  
 
Les contraintes et incitations institutionnelles sont essentielles pour expliquer et  
 
orienter les comportements des individus. Le philosophe Suisse, Amiel souligne :  
 
«L’expérience de chaque homme se recommence. Seules les institutions deviennent plus sages :  
 
elles accumulent l’expérience collective et, de cette expérience et de cette sagesse, les  
 
hommes soumis aux mêmes règles verront non pas leur nature changer, mais leur comportement  
 
graduellement se transformer.» A croire qu’au Sénégal c’est tout à fait le contraire qui se  
 
produit. Combien de fois on entend dire que si les Sénégalais se comportent de telle ou  
 
telle façon «c’est une question de mentalité». Si les politiques ne changent pas leur  
 
pratique politique «c’est une question de mentalité». Sans doute les mentalités peuvent  
 
expliquer en partie les attitudes et les comportements. Mais rarement l’on s’est demandé si  
 
par ailleurs le système d’incitation auquel sont soumis les Sénégalais ne les pousse pas à  
 
avoir des comportements de ce type. Si les élèves et étudiants, les marabouts, les chefs  
 
coutumiers, les syndicats, le patronat, préfèrent devenir des professionnels de la  
 
politique, ne serait-ce pas tout simplement, parce qu’ils ont appris qu’en se tournant vers  
 
les autorités étatiques, vers les autorités politiques, ils pouvaient satisfaire leurs  
 
intérêts particuliers ? Parce que l’Etat tend toujours à leur donner satisfaction, même si  
 
c’est au détriment du contribuable ou de la collectivité dans son ensemble. La bonne société  
 
doit prendre l’homme tel qu’il est, et établir le système d’incitations institutionnelles  
 
susceptibles de conduire les individus à contribuer le mieux possible. Contribuer non  
 
seulement à leur propre bien-être, mais aussi, et autant que faire se peut, à celui de tous  
 
les autres.  
 
Dans une société libre, il n’est pas suffisant de posséder des règles indiquant qui doivent  
 
gouverner. Il faut circonscrire et limiter le pouvoir de ceux qui gouvernent. Comme celui de  
 
tous les autres, et dans tous les domaines. N’oublions pas que la démocratie a été conçue  
 
comme un garde-fou, dressé contre les abus possibles du roi et de son administration. Les  
 
pères philosophes du gouvernement démocratique : Jean Bodin dès le XVIe siècle avait conçu  
 
l’Etat comme «une association non religieuse et donc aux pouvoirs circonscrits à l’ordre  
 
social». John Locke dénonça lui «les arguments bibliques en faveur de la souveraineté royale  
 
absolue». Il insista aussi sur le fait que «l’autorité de l’Etat devait être acceptée par  
 
tous, sinon sa légitimité disparaissait». Et Montesquieu élabora de la façon la plus  
 
convaincante la séparation des pouvoirs. Aussi peut-on se demander, si le système  
 
démocratique tel que nous le connaissons aujourd’hui au Sénégal, a-t-il véritablement  
 
atteint ces objectifs ? Qui nierait le surcroît de centralisation politique,  
 
l’instrumentalisation de l’Etat, le recul des principes démocratiques voire l’instauration  
 
d’une monarchie constitutionnelle ?  
 
Il n’existe aucune justification pour qu’une majorité impose toujours sa volonté à une  
 
minorité à plus forte raison qu’une minorité à une majorité. Vous voulez dépérir l’Etat  
 
dites-vous ? Eh bien commencez par dépérir le parti Etat d’abord. Le parti, encore moins  
 
l’Etat ne doit pas être l’instrument d’une volonté humaine illimitée et être utilisé au gré  
 
de ceux qui le contrôlent. Les libéraux de France, résident de surcroît dans ce pays des  
 
plus grands penseurs de la démocratie, Bodin, Montesquieu, Tocqueville, ces militants et  
 
sympathisants libéraux ne sauraient se plier à un dictat d’un mouvement de soutien du parti  
 
à savoir : la «Génération du Concret». Dans les professions touchant de près ou de loin au  
 
droit et à la justice, les fils à papa, «dans la plupart des cas, les chances de réussite  
 
sont plus grandes, si papa possède un cabinet ou une charge» fait remarquer Isabelle Musnik.  
 
Le Pds n’est plus un cabinet ou une charge de «papa» encore moins la République du Sénégal.  
 
Ce grand mouvement, qui s’est manifesté un jour du 19 mars 2000, pour porter à la  
 
magistrature suprême maître Abdoulaye Wade, reste encore plus que présent et disponible pour  
 
à nouveau sauver le peuple sénégalais. Ce grand mouvement a fait du Sopi, du Pds, un  
 
patrimoine national, par conséquent aucun sénégalais à lui tout seul ne peut se  
 
l’approprier.  
 
Militants libéraux convaincus, ayant participé à tous les combats du Pds depuis sa création,  
 
ils restent fidèles aux principes du libéralisme. Le libéral moderne attache une très grande  
 
importance à l’Etat, mais pas à n’importe lequel. Il sait que sans l’Etat la liberté  
 
individuelle serait un leurre. Il sait que seul l’Etat peut établir le cadre indispensable à  
 
toute vie sociale et à l‘épanouissement personnel et collectif. Mais, il sait aussi que  
 
l’Etat peut engendrer des monstres. Il sait que l’Etat peut se dévoyer dangereusement et  
 
devenir une fin en soin, alors qu’il ne doit rester qu’un moyen au service du peuple. Bref,  
 
le libéral moderne sait que l’Etat peut être capable du meilleur comme du pire. Personne  
 
n’est forcé de choisir une religion, ni même d’en avoir une, alors pourquoi forcer les  
 
militants et sympathisants, pour ne pas dire les citoyens sénégalais, à soutenir la  
 
«Génération du Concret», ce qui veut dire, désigner Karim Wade comme successeur au parti et  
 
à l’Etat ? En mettant en place en 1978 la Fédération Pds de France pour soutenir maître  
 
Abdoulaye Wade, même ce dernier ne les avait forcé à le faire. Mais convaincus par un  
 
discours clair, une démarche courageuse, des idées bien comprises, ils ont volontairement  
 
adhéré au libéralisme et juré fidélité à maître Abdoulaye Wade. Après lui avoir prouvé leur  
 
fidélité depuis trente ans, ils sont en droit de choisir qui ils veulent si tant est que le  
 
Président Abdoulaye Wade pense se retirer. Car, pour les libéraux de France, le seul bon  
 
pouvoir, le seul véritablement défendable sur le plan des principes est celui de la règle du  
 
droit, c’est-à-dire un pouvoir sortie des urnes par la volonté du peuple. Un pouvoir fondé  
 
aussi, sur un consensus large d’hommes libres, remis en cause continuel, par la discussion  
 
organisée et par compromis fondés sur la tolérance.  
 
Si l’on accepte le libre choix des individus, personne, absolument personne, n’a de  
 
légitimité pour imposer une direction, à la société. Tout un chacun doit pouvoir librement  
 
essayer de convaincre ses prochains et de leur faire partager son éthique, son système de  
 
valeurs. Mais à une condition expresse et imprescriptible : de le faire par l’argumentation,  
 
la discussion et non par la coercition et la force. La «Génération du Concret» dont les  
 
membres se cantonnent aujourd’hui dans l’expédition des affaires courantes de l’Anoci, et  
 
dont la seule aspiration est de satisfaire les intérêts particuliers de ses membres, ou pire  
 
encore le propre intérêt de Karim Wade, est indigne de considération. Si la «Génération du  
 
Concret» de Karim Wade veut le soutien des libéraux de France, elle ne doit manquer aux  
 
grands principes moraux applicables à tous. C’est-à-dire la persuasion par l’argumentation,  
 
la discussion et le respect.  
 
 
 
Alioune Ndao FALL - Cis - France Secrétaire à la Communication Pds de France  
Furie policière contre les journalistes Kambel et Kara Thioune : Ne restons pas sourds au  
 
miracle 
 
 
Le son est terrible. Il marque les esprits et meurtrit les cœurs. Lundi dernier à 7 heures,  
 
le jingle du journal parlé de la Rfm est lancé, suit un son qui glace d’effroi toute la  
 
maison. On entend des coups qui pleuvent sur un homme, il hurle. Il est roué de coups, mais  
 
ses bourreaux poussent le sadisme au point de lui interdire de crier. Il doit contenir sa  
 
souffrance. Les bourreaux exigent le silence pour mieux jouir de leur séance de torture. Les  
 
cris de la victime pourraient alerter les oreilles indiscrètes. Il faut l’éviter. Silence.  
 
On torture.  
 
Les coups pleuvent, la victime fait fi des appels au silence. Il souffre. Il craque : «Ne me  
 
frappez pas», supplie-t-il. «Silence. A genoux, assis…», crie l’un des bourreaux. Les coups  
 
continuent de s’abattre sur un homme à qui on ordonne tantôt de s’agenouiller, tantôt de se  
 
mettre à carreaux et de recevoir les coups sans broncher. Les enfants qui étaient attablés  
 
pour le petit déjeuner, sont restés sans voix. On sent leur envie de comprendre. Le  
 
présentateur du journal parlé de la Rfm leur apporte la terrible réponse en révélant à la  
 
fin de l’élément sonore : «Ce n’est pas de la fiction. C’est le film du lynchage dont a été  
 
victime notre confrère Boubacar Kambel Dieng, livré à la furie d’une meute de …policiers.»  
 
L’un des enfants, âgée de tout juste 8 ans, pose la question qui lui vient à l’esprit :  
 
«Papa, tu m’as toujours dit que les policiers et les gendarmes sont nos oncles et nos tantes  
 
qui ont choisi ces métiers pour protéger la population contre les bandits. Un journaliste  
 
n’est pas un bandit. N’est-ce pas ?» A cette question innocente, je réponds sans réfléchir :  
 
«Oui ma chérie, un journaliste n’est pas un bandit. Ce journaliste a eu la malchance de  
 
tomber sur des policiers qui ne comprennent pas cela. Mais oublie ce que tu viens  
 
d’entendre. Dépêchez-vous. Il est presque l’heure d’aller à l’école.»  
 
Ce matin là, les enfants sont allés à l’école le cœur meurtri. Ils ne comprennent pas. Je me  
 
sens coupable d’avoir allumé la radio. Je me sens coupable de leur avoir imposé ce son.  
 
Ce mercredi 25 juin, en voyant dans Walf Grand-Pace, la photo de Kambel à l’hôpital avec ses  
 
deux filles, mes enfants m’ont supplié : «Papa, pourquoi ne pas rendre visite à tonton  
 
Kambel à l’hôpital ?» Je leur dis que je vais rédiger un texte qui sera la preuve de notre  
 
soutien à tonton Kambel, à Kara Thioune et à leurs familles.  
 
Les policiers avaient délibérément choisi de traîner le journaliste Kambel Dieng et son  
 
confrère Karamoko Thioune hors des regards pour mieux les lyncher. Mais oh miracle : oui  
 
grâce au miracle de la technologie, un appareil enregistreur a pu capter le son qui blesse.  
 
Il est évident que les bourreaux auraient usé de tous les moyens de répression possibles  
 
pour récupérer et détruire cet appareil maudit qui a capté le son de la honte. Mais le  
 
miracle s’est produit. Dieu a voulu que ce son soit capté et qu’il soit diffusé partout,  
 
afin que nul n’en ignore. Kambel et Karamoko sont des martyrs désignés. Ils sont un signe du  
 
destin. Le destin a voulu que des journalistes dans l’exercice de leurs fonctions soient  
 
traités comme des chiens par une meute de… policiers. C’est un signe pour que chacun ouvre  
 
les yeux sur les exactions que commettent certains de nos frères des corps armés. Oui par  
 
manque de formation et d’humilité, certains d’entre eux sont convaincus que la tenue et  
 
l’arme qui leur sont remises, sont des permis de casser du citoyen sans coup férir. Ils se  
 
trompent. Ils ont tort. Dans la bande sonore qui rend publique la séance de torture imposée  
 
à Kambel, l’un des bourreaux dénie à la victime sa citoyenneté. Le son est sans équivoque :  
 
«ki citoyen la ? Ki citoyen la ? Da nga rèw. Di nga guiss», crie un des bourreaux. Ce  
 
bourreau retire à Kambel sa citoyenneté pour se donner le droit de le tabasser sans retenue.  
 
Ne restons pas sourds à ce miracle qui a permis que la séance de torture dont a été victime  
 
Kambel Dieng soit rendue publique. Pas besoin de statistiques pour être convaincu que des  
 
centaines de Kambel et de Kara Thioune sont parmi nous. Je repense à ce beau-frère qui il y  
 
a quelques mois avait été violenté, roué de coups par des policiers dans l’enceinte même de  
 
la Direction des passeports et titres de voyages. Il avait été traîné devant un commissaire  
 
qui, sans chercher à comprendre, avait administré des gifles au beau-frère et lui avait  
 
intimé l’ordre de se mettre à terre sur les carreaux sans broncher. Les éléments du  
 
commissaire de police s’étaient empressés de faucher le beau-frère pour qu’il s’exécute. Oui  
 
il n’avait pas le droit de se tenir debout devant le commissaire. Le seul tort du  
 
beau-frère, avoir osé enlacer sa propre épouse devant un jeune policier en faction à  
 
l’entrée du bureau des passeports sis à Dieuppeul. Il a osé, il devait être battu et humilié  
 
devant la fille qu’il a épousée il y a tout juste 5 jours. Ce beau frère a subi l’injustice  
 
et l’humiliation. «Je ne reconnais plus mon pays», avait-il dit.  
 
Le lynchage de Kambel et de Kara Thioune me fait aussi penser à l’histoire de ce compatriote  
 
qui a subi une humiliation policière qui le ronge depuis des mois. Honteux, il ne raconte  
 
son histoire qu’à de rares amis. Cité dans une affaire et convoqué à la police, il sera  
 
dépouillé de tous ses vêtements. Nu comme un verre, il a été laissé sur le carreau pendant  
 
des heures par les enquêteurs. Il fallait le casser, l’humilier pour le rendre malléable à  
 
souhait avant de l’entendre. Il est marqué à vie. Il ne peut comprendre que des hommes, qui  
 
peuvent être son frère, son neveu, son oncle,… lui fassent subir cette humiliation tout  
 
simplement parce qu’il est suspect. Précisons qu’après cette humiliation, et privé de  
 
liberté pendant quelques mois, il sera innocenté. Mais les images de son humiliation le  
 
hantent terriblement.  
 
Les cas de Kambel et de Kara sont aussi des appels pour que les Sénégalais ouvrent les yeux  
 
sur les hommes politiques, les citoyens, les membres de la société civile qui sont souvent  
 
brutalisés par les forces de … l’ordre, parce qu’ils osent participer à des marches de  
 
protestation.  
 
Kambel et Kara sont des martyrs désignés pour qu’enfin les Sénégalais de tous bords :  
 
étudiants, marchands ambulants, chômeurs, hommes politiques, ministres, députés,  
 
enseignants, journalistes, sportifs, syndicalistes, avocats, juges, magistrats,  
 
fonctionnaires…, se lèvent et disent d’une seule voix : «Halte à la dérive !!!» Les acteurs  
 
de l’Alternance ont fait du Sénégal un Etat policier. Il ne se passe pas une semaine sans  
 
que la police ou la gendarmerie soit au devant d’une manière qui ne les honore pas. Que ceux  
 
qui encouragent ces agissements policiers n’oublient pas que le pouvoir n’est pas éternel.  
 
Dans un proche avenir, ils rejoindront l’opposition ou seront plongés dans l’anonymat par la  
 
volonté de Dieu. Qui leur dit qu’ils ne seront exposés à la furie policière si aucune mesure  
 
réfléchie n’est prise. La sanction contre les tortionnaires de Kambel et de Kara, doit être  
 
exemplaire.  
 
On n’est pas policier ou gendarme, parce qu’on est plus fort que les autres Sénégalais. Si  
 
tel était le cas, les éléments de ces corps seraient recrutés parmi les lutteurs, et autres  
 
Sénégalais adeptes des arts martiaux. Evitons de poser des actes qui créent l’animosité  
 
entre nos frères armés et le civil. Le métier des armes est noble. Quand des Sénégalais  
 
armés et habillés par le contribuable se mettent à dix pour tabasser deux compatriotes dans  
 
l’exercice de leurs fonctions, c’est de la lâcheté. La sanction doit être exemplaire. Elle  
 
doit même toucher le Commandant de ces tortionnaires sous l’autorité duquel ils étaient ce  
 
jour là. Il a failli s’il a laissé faire ses hommes. Il a failli si les tortionnaires ont  
 
agi à son insu.  
 
 
Paul MENDY - Journaliste  
 
CRITIQUE - Charles Camara, professeur de Lettres classiques au Prytanée militaire de  
 
Saint-Louis : «Il faut rompre avec l’enseignement fonctionnaire, routinier et abêtissant» 
 
La cérémonie distribution des prix aux élèves les plus méritants du Prytanée militaire de  
 
Saint-Louis, hier vendredi, a été empreinte de solennité. Le professeur de Lettres  
 
classiques, Charles Camara a prononcé, à cette occasion, un discours appuyé sur le rôle et  
 
la place que le ludique joue dans la formation. Il a été rejoint dans son analyse par le  
 
ministre des Forces armées, Bécaye Diop, qui présidait la fête de l’excellence, en présence  
 
du chef d’Etat-major général des Armées, le général Abdoulaye Fall, de la hiérarchie  
 
militaire, et de membres du corps diplomatique.  
 
«Le ludique au service du pédagogique, ou le périscolaire au service du Scolaire» le thème  
 
introduit par Charles Camara a été une occasion pour ce dernier de pointer du doigt la crise  
 
multiforme qui traverse l’école sénégalaise. Mais, ce sera surtout pour constater que «les  
 
crises répétées de l’école (grèves des enseignants, déperditions scolaires, etc.) ne sont  
 
qu’un épiphénomène d’un malaise général, plus profond, dont les racines seraient plutôt à  
 
rechercher dans le fonctionnement rigide et sclérosé d’un système qui a du mal à se  
 
renouveler».  
 
M. Camara qui capitalise plus de 20 ans d’expérience au Prytanée militaire de Saint-Louis,  
 
et formé des dizaines de milliers de cadres ces dernières années, a professé une rupture  
 
dans l’approche pédagogique présente. En effet, estime-t-il, il s’agit de «rompre avec  
 
l’enseignement fonctionnaire, routinier et abêtissant», pour faire place «à une pédagogie  
 
plus appropriée, non pas déclinée comme une simple approche académique des catégories du  
 
savoir, mais qui prenne en charge les compétences propres à préparer chaque étudiant à la  
 
vie active». Pour Charles Camara, «cette nouvelle formule pédagogique se conçoit comme une  
 
hygiène du mental», plutôt que comme «une accumulation de connaissances pour elles-mêmes».  
 
Selon le conférencier, les mutations profondes de la société avec les Nouvelles  
 
technologies, la culture du Hip hop qui a investi les écoles, le développement continu des  
 
médias, imposent des réajustements continus dans le sens de développements d’espaces  
 
ludiques au sein de l’école en mettant «le ludique au service du pédagogique».  
 
Le journal scolaire, que l’exposant a présenté comme «la plus grande révolution que le  
 
périscolaire a apportée dans la pédagogie», constitue aux yeux du professeur de Lettres  
 
classiques «une tribune pour l’expression de leur propre fantasme». M. Camara pense aussi  
 
que le l’arrivée du hip-hop dans l’espace scolaire constitue un saut qualitatif, «une  
 
heureuse initiative qui a réconcilié la génération rap avec l’école».  
 
En même temps, M. Camara a fait l’apologie de l’immixtion du théâtre dans les lycées. «Le  
 
jeu de rôle est non seulement une discipline qui fédère toutes les disciplines, c’est avant  
 
tout une école de la vie.»  
 
L’exposant a ainsi encouragé les établissements scolaires à mieux prendre en charge cette  
 
préoccupation dans les budgets, car «peu d’administrations sont disposées à allouer un  
 
budget conséquent à la promotion des loisirs», regrette-t-il. Ces réformes qui sont devenues  
 
nécessaires, a insisté M.Camara, ne constituent pas «la seule unique voie de sortie de  
 
crise», mais assurément peuvent se révéler une «voie magique» vers l’excellence.  
 
 
Source : Nettali.net  
OPINION - Christophe Champin, correspondant de Rfi au Sénégal : «La presse sénégalaise offre  
 
un paysage riche fortement marqué par la politique» 
 
 
Le journaliste Christophe Champin, qui doit quitter en mi-juillet prochain son poste de  
 
correspondant de Radio France internationale (Rfi) au Sénégal, a décrit l’univers des médias  
 
sénégalais comme un paysage divers, riche et marqué par «un rythme effréné de l’actualité  
 
politique».  
 
«Quand on a connu d’autres pays africains, ce qui est intéressant au Sénégal, c’est qu’il y  
 
a une richesse de la presse et des médias qui est quand même exceptionnelle. On a un nombre  
 
de radios et de journaux qui est absolument incroyable, et une liberté de ton qui, quoiqu’on  
 
en dise, est quand même très forte, même s’il y a eu des incidents et qu’il y a eu parfois  
 
des cas de répression et d’emprisonnement», a-t-il dit à l’Aps.  
 
Le paysage médiatique sénégalais est «un paysage qui est intéressant, parce que quand on le  
 
compare à d’autres pays africains, il y a une diversité, une richesse qui est très forte», a  
 
ajouté Christophe Champin, correspondant de Rfi au Séné-gal depuis août 2004.  
 
Il a fait remarquer que, dans «beaucoup de pays africains», cette diversité n’existe pas  
 
dans les médias, donnant le cas, par exemple, de la Côte d’Ivoire où il n’y a pas de  
 
stations privées, en dehors de Nostalgie ou de radios internationales.  
 
Selon M. Champin, un des inconvénients de cette situation réside dans le fait que «quand il  
 
y a trop de titres, quand il y a beaucoup de radios, il y a un risque de dilution des  
 
compétences». Cela, a-t-il estimé, peut mener à «certaines imperfections» qui ne sont pas,  
 
du reste, spécifiques au Sénégal.  
 
«CONSTAMMENT MOBILISE PAR L’ACTUALITE POLITIQUE»  
 
Durant les quatre années passées au Sénégal, «ce qui m’a marqué, c’est le rythme effréné de  
 
l’actualité politique. C’est vrai que les Sénégalais boivent et mangent politique, comme  
 
disent les Ivoiriens», a affirmé le journaliste.  
 
«Quand on est journaliste étranger» ou même qu’on travaille pour une radio locale, «on est  
 
constamment mobilisé par l’actualité politique», puisqu’on «ne doit pas rater un  
 
revirement», une déclaration, a fait valoir Champin, évoquant «les soubresauts permanents»,  
 
les «revirements» et «coups de théâtre» qui font le «côté spectaculaire de la politique  
 
sénégalaise».  
 
Cela n’est pas spécifique au Sénégal, mais ici, il y a, à la fois, «le côté spectaculaire et  
 
le côté joutes, joutes verbales ou joutes entre les leaders politiques, mais en même temps,  
 
il y a beaucoup de passerelles souterraines qu’on ne soupçonne pas entre les gens» et qui  
 
font que même quand on croit aller dans l’abîme, «on n’y tombe pas, parce qu’il y a des  
 
passerelles religieuses, ou amicales, familiales qui permettent d’éviter la catastrophe»,  
 
a-t-il analysé.  
 
WADE, «TRES ACTIF POLITIQUEMENT»  
 
Il a, de ce point de vue, établi un parallèle entre Nicolas Sarkozy, dont l’élection à  
 
l’Elysée a obligé, selon lui, les rédactions françaises à renforcer leurs services  
 
politiques et le Président Wade, «quelqu’un de très très actif, politiquement» et qu’il faut  
 
donc suivre parce que l’actualité est centrée autour de lui.  
 
«C’est très intéressant et en même temps épuisant à couvrir», a-t-il commenté en soulignant  
 
qu’à part les Assises nationales de l’opposition, ouvertes depuis quelques semaines, «c’est  
 
quand même le Président Wade qui fait l’actualité quasi quotidiennement et ça, c’est un  
 
phénomène intéressant pour un journaliste, puisqu’on observe un personnage, on s’intéresse  
 
parfois à ses revirements, on s’intéresse à ses déclarations chocs parfois».  
 
Il a estimé qu’il est «plus intéressant» d’écouter les radios, en raison, notamment, de leur  
 
réactivité et du fait qu’elles ont «le plus d’impact au Sénégal. Les journaux, finalement,  
 
qui peut se les acheter ? Il y a peu de gens qui peuvent les acheter».  
 
Pour Champin, «un gros problème de la presse sénégalaise, c’est le problème de l’argent,  
 
c’est-à-dire le manque de moyens d’un certain nombre de médias» qui fait que les salaires  
 
sont «souvent faibles dans beaucoup de journaux. Ça rend aussi parfois les journalistes plus  
 
vulnérables dans leur métier».  
 
«Tout l’enjeu» d’être correspondant dans un pays comme le Sénégal réside dans le fait de  
 
savoir quel type d’informations est susceptible d’intéresser «les auditeurs sénégalais, les  
 
Africains non Sénégalais et les auditeurs non Africains», a-t-il soutenu.  
 
Au nombre des sujets qui peuvent intéresser ces différents types d’auditeurs, il a cité la  
 
vie chère, l’insécurité alimentaire, les affaires de mœurs, comme guddi town, du nom d’un  
 
film de danses obscènes exécutées par des filles sénégalaises et qui a été mis en ligne sur  
 
le Net.  
 
Ce sujet qui «montre les contradictions» de la société sénégalaise intéresse tous les  
 
auditeurs, comme du reste l’affaire du mariage d’homosexuels qui a récemment secoué le  
 
Sénégal, poursuit le journaliste qui parle de ce sujet comme d’un «serpent de mer» qui parle  
 
«à tout le monde en Afrique».  
 
 
FILIGRANE - Le psy Wade s’entretient avec le silence ! 
 
 
Pas un mot de réconfort à deux journalistes sauvagement tabassés par des gros bras de la  
 
Police ! Pas une pensée exprimée ! Pas une parole de regret ! Aucune sorte d’émotion, même  
 
pas feinte ! Rien ! Mais alors rien ! Tel est l’humain visage auquel renvoie l’attitude de  
 
Me Wade dans cette affaire.  
 
Lorsqu’un président de la République élu au suffrage universel, premier magistrat du pays,  
 
premier citoyen de la nation, premier défenseur nominal des droits de l’Homme, ne trouve  
 
rien à dire sur une overdose de tortures policières contre deux citoyens exerçant le métier  
 
de journaliste, l’on se donne des raisons de penser que nous sommes sous des cieux  
 
détraqués. Sept jours après les faits, au milieu d’un tumulte d’indignations et de chagrins,  
 
Me Wade cultive ses champs d’ailleurs. Par exemple, en téléguidant des manœuvres  
 
politiciennes à l’Assemblée nationale. C’est très captivant comme passe-temps ! Ce silence  
 
d’enfer du chef de l’Etat, on peut tenter de l’analyser en quelques points. Me Wade ne parle  
 
pas, parce qu’il considère que tous ceux qui s’égosillent contre les dérives d’éléments de  
 
la Bip sont des malades en puissance. Les bêtises de la Police, il les assume intérieurement  
 
car il pense au fond de lui qu’elles sont une expression pertinente de la nature de son  
 
régime. Alors, lui le psychologue certifié, reclus dans ses certitudes de surpuissance et  
 
d’invincibilité, organise la fuite en avant par le…silence. Il estime avoir le devoir  
 
d’«écouter» dans la quiétude la plus totale tous ces cris de colère émanant de secteurs  
 
«excités» de la société sénégalaise, exactement comme le ferait le psychologue face à un  
 
patient. Une sorte de «ndeup» d’un autre genre pour d’autres fins. C’est très responsable  
 
comme attitude !  
 
Deuxièmement, le président de la République se tait parce qu’il ne se sent pas concerné par  
 
ce qui peut arriver (de pire) à un journaliste dans l’exercice de ses fonctions. Il dispose  
 
de ministres et d’une administration pour faire appliquer à cette affaire le traitement  
 
politique qui sied à la vision qu’il a de ses rapports avec la presse. Mais, il a cultivé et  
 
récolté tellement de contentieux avec cette corporation de têtes brûlées qu’il en serait  
 
arrivé à se dire que, dans tous les cas, un journaliste ne peut avoir raison. Vive l’équité  
 
!  
 
Troisièmement, Me Wade, en toute logique, n’agit et ne dit rien de ce qui est arrivé, car il  
 
est prisonnier de ce type de silence dit «irrité» qui frappe les personnes en conflit  
 
violent avec elles-mêmes et qui scrutent des «ennemis» de partout, jusque dans les tombes de  
 
cimetière.  
 
Ce mutisme intrigant du président de la République n’explicite pas seulement une tendance  
 
morale et philosophique liée au phénomène de la violence. Il met en lumière également le  
 
manichéisme primaire qui sous-tend son action politique globale au quotidien. Me Wade ne  
 
conçoit le Sénégal (comme le reste du monde) que sous la lucarne de la division. C’est lui,  
 
d’un côté, les autres, ailleurs ! Sa presse à lui, c’est la vérité, les autres sont la  
 
racaille. C’est tout le sens de son investissement dans la pratique de la transhumance  
 
politique, dans la répression de l’exercice des libertés d’expression (manifestations  
 
interdites, livres interdits…). Sa prise de position contre les Assises nationales a été le  
 
dernier avatar en date de cette intolérance démocratique particulière. Reconnaissons-lui  
 
malgré tout une qualité qui ressort de son attitude face à l’agression contre les  
 
journalistes : Wade n’a pas été hypocrite. Le silence a ses bienfaits !  
 
 
Momar DIENG  
 
 
MINERVE - Rituel de violences 
 
 
La triste page de l’agression policière contre nos confrères Kambel Dieng et Kara Thioune  
 
s’insère dans le grand carnet de violences d’une alternance qui n’a eu cesse de s’abîmer à  
 
détruire l’image des journalistes, à les jeter en pâture à la vindicte de militants et de  
 
responsables d’un Etat-Pds ou d’un Pds-Etat, à les mettre en mal avec la société en  
 
invoquant, dans les litanies lassantes, leur prétendue manque de formation, leur propension  
 
à faire fi de la déontologie, évidemment leur déontologie à eux consistant à vouloir  
 
enfermer tous dans leur bien-pensance, à en faire les apôtres de leur pensée unique et  
 
furtive. La police, le bras armé, de cette pensée unique et univoque ? Très certainement. En  
 
effet, ne l’oublions jamais : dans ce carnet sanglant de l’alternance, figurent aussi les  
 
expéditifs et prétendus complots contre la sûreté de l’Etat pour museler les esprits libres  
 
et tous ceux qui ne s’inscrivent pas dans la logique unilatérale de défense de la cause  
 
présidentielle. De quoi faire de la Dic un banal lieu de traques et de tracasseries. Il  
 
faudrait peut-être rédiger un almanach des agressions contre les journalistes et les esprits  
 
libres sous le régime libéral pour prétendre à l’exhaustivité à ce niveau-là. Pire que tout,  
 
il y a cette violence insidieuse, sournoise, plus insupportable, plus traumatisante encore,  
 
et qui se traduit par les chapes de plomb sur le quotidien des citoyens, victimes des  
 
délestages, des pénuries, de la cherté de la vie, des insolences des parvenus. Des citoyens  
 
«au cachot du désespoir», torturés par les orgies de milliards qui empruntent les chemins  
 
obscurs de la corruption, des gaspillages, des achats de conscience, facilités par la  
 
pauvreté perméable à tous les vices.  
 
Depuis huit ans, le Sénégal s’est abonné économiquement, politiquement, socialement et  
 
moralement au rouge. Le drapeau du changement et de l’espoir est devenu un linceul de  
 
violences permanentes, alors même que le pays s’enfonce dans les abysses des pénuries  
 
récurrentes et que les héros de mars 2000, à force de s’attaquer au sanctuaire des libertés,  
 
de dévaster les minces acquis du passé, de se livrer à des acharnements stériles, ont fini,  
 
aujourd’hui, par revêtir le manteau de légionnaires taiseux aux galons sans gloire. La  
 
fatuité politicienne livre maintenant les précoces intempéries nées des revirements, des  
 
promesses trahies et des transhumances exhibées comme de hauts faits politiques.  
 
Les impasses d’aujourd’hui se masquent par des hâbleries assourdissantes, par des ruses  
 
désuètes, les enflures des dithyrambes destinées au roi Soleil, la tentative de la  
 
généralisation de l’immoralité, mais surtout par l’exercice de violences assidues, par des  
 
menaces perfides et des persécutions sans génie. Bien sûr, la nature a horreur du vide. Mais  
 
qu’en est-il lorsque le vide est nature ? Qu’est-ce qui fait donc le lit de ces violences,  
 
de ces crimes aux commanditaires lâchement silencieux et de ces horreurs impunies ? Un  
 
pouvoir englué dans ses incompétences. L’incapacité presque congénitale d’un régime à donner  
 
des réponses pertinentes au présent, à même d’engager la quête d’un futur meilleur. Le  
 
reflux à la surface des âges farouches, quand on était autrefois Maître d’une Rue publique  
 
aujourd’hui en voie d’être confisquée par d’autres forces sur lesquelles se projettent les  
 
espoirs de naguère. Il ne reste plus, face à des politiques thanatologiques, à des destins  
 
tragiques, que les parades sanglantes, les boucheries politiques pour exorciser des oedèmes  
 
incurables. Le jeu des assassins de l’espoir dans un pays abonné aux reculs de toutes  
 
sortes, aux pénuries insoutenables ne peut enfanter et alimenter que des violences. La haine  
 
devient forcément ordinaire dans le vaste carrousel des travers des stratèges de chambre.  
 
Les tribus libéro-fascistes, affreuses, qui terrorisent les braves gens, relayées par les  
 
ouailles parasitant les émissions interactives, défendant le diable avec des discours  
 
corrompus, ne peuvent point porter dans leur cœur les journalistes et intellectuels libres.  
 
Cette «espèce» rare, dans un régime qui a logé la morale dans un bordel, ruine leurs contes  
 
de fées bidon, les empêche à leurs maîtres de magouiller en rond, de dilapider en large et  
 
de ruser en long. Demain, on contera leur saga tragique.  
 
 
Soro DIOP  
SUDQUOTIDIEN: 
Adoption par le Parlement européen de la directive « Retour » 
Des milliers de Sénégalais de l’Extérieur risquent la prison.Par | | samedi 28 juin 2008  
La guerre aux migrants fait rage en Europe. En effet, le Parlement européen a adopté le 18  
 
juin dernier, la directive « Retour » qui vise à harmoniser les règles d’expulsion des  
 
sans-papiers. Jusqu’à 18 mois d’internement pour toute personne sans papiers arrêtée par la  
 
police dans un pays de l’Union européenne. La guerre aux migrants n’épargne pas non plus les  
 
mineurs et les personnes vulnérables sur qui pèsent des menaces de rétention et d’expulsion.  
 
Pour corser le tout, toute personne qui a la malchance d’être expulsée, sera interdite de  
 
retour sur l’ensemble du territoire européen ; l’interdiction est valable pour une durée de  
 
5 années. 
 
A l’heure où le débat sur la mondialisation est plus que d’actualité, l’Europe se barricade  
 
sans susciter la moindre condamnation ni le moindre commentaire de la part des pays  
 
africains. Dès l’annonce de l’adoption de la directive, le Président du Venezuela, Hugo  
 
Chavez a été l’un des rares chefs d’Etat à exprimer publiquement son indignation face à des  
 
mesures qui « foulent du pied » la dignité humaine. Chavez a déclaré publiquement que son  
 
pays ne vendrait plus jamais de pétrole à tout pays qui appliquerait ces mesures d’un autre  
 
âge. Même si le volume des exportations de pétrole du Venezuela vers les pays de l’Union  
 
européenne est faible, le Président Chavez a le mérite de dire aux Européens que c’est  
 
hypocrite de vouloir d’un côté tirer profit du reste du monde et de l’autre, instaurer une  
 
véritable chasse à l’étranger sur l’ensemble du territoire de l’UE. 
 
Les auteurs d’une telle directive ont fait preuve d’un amateurisme qui met à nu leur totale  
 
ignorance des réalités du phénomène des sans-papiers. Si les députés européens espèrent  
 
ainsi décourager l’émigration clandestine, ils font fausse route. Ils vont sur peupler leurs  
 
prisons pour un résultat négatif. Et-ce que la menace d’une peine de prison de 18 mois peut  
 
décourager un homme qui est prêt à risquer sa vie en embarquant dans une pirogue de fortune  
 
pour aller à l’assaut de la forteresse Europe ? Non. Appliquer la directive « Retour » aura  
 
pour unique résultat la multiplication d’abus et d’exactions de toutes sortes sur les sans  
 
papiers. 
 
Le silence de l’Afrique est incompréhensible. Où sont les ministres chargés des émigrés ? Où  
 
sont les ministres des Affaires Etrangères ? Pourquoi ce mutisme ? Les autorités africaines  
 
sont promptes à organiser séminaires et foras pour chercher les voies et moyens de tirer  
 
profit des 50 milliards de dollars que les 30 milliards de nos frères et sœurs disséminés à  
 
travers le monde, envoient chaque année pour couvrir les dépenses courantes des parents  
 
restés au pays. Parmi ces 30 millions de personnes, combien sont sans papiers en Europe et  
 
qui malgré tout, se sacrifient, acceptent les travaux les plus dévalorisants uniquement dans  
 
le but de recevoir un maigre salaire. Une partie de ce salaire de misère est vite envoyée en  
 
Afrique pour la prise en charge des besoins essentiels de parents, frères, secours, cousins  
 
et cousines,… Cette manne des sans papiers contribue fortement à la lutte contre la pauvreté  
 
dans nos pays. 
 
Malgré les sanctions assez sévères qui pèsent sur ceux qui font travailler les sans papiers,  
 
ces derniers trouvent toujours des astuces pour travailler même si c’est au noir. Ils  
 
survivent et font vivre des familles. La persistance du travail au noir sur l’ensemble des  
 
pays de l’Union européenne prouve si besoin en était que ces pays qui se barricadent ont en  
 
réalité bien besoin de cette main-d’œuvre bon marché qui ne concurrence nullement les  
 
demandeurs d’emplois locaux. 
 
Chasse à l’homme 
 
Oui, les sans papiers souhaitent rester dans les pays de l’UE parce qu’ils y ont la chance  
 
de contribuer à faire vivre leurs familles restées au pays. Les sans papiers sont pour une  
 
part non négligeable dans les 50 milliards de dollars envoyés chaque année par la diaspora  
 
sur le continent. Pourquoi donc leur sort n’émeut nullement les pouvoirs publics africains ? 
 
L’Afrique perd chaque année des centaines de ses fils et filles qui chaque fois que  
 
l’occasion se présente, n’hésitent pas à s’entasser dans des pirogues de fortune pour aller  
 
à l’assaut des côtes européennes. Même si leurs chances d’arriver vivants sont extrêmement  
 
faibles, ils tentent l’aventure. Hélas de nombreuses âmes de nos frères et sœurs victimes de  
 
l’émigration clandestine, errent sur les côtes européennes. Avec l’adoption par le Parlement  
 
européen de la directive « Retour », ceux qui au péril de leur vie, avaient réussi à percer  
 
les forteresses de l’Europe, seront comme des bêtes traquées. 
 
Au détour d’un contrôle de police, ils risquent d’être arrêtés, jetés dans des geôles  
 
pendant 18 mois et expulsés sans aucune autre forme de procès. Des milliers de familles au  
 
Sénégal risquent de voir un des leurs faire les frais de cette fameuse directive « Retour ».  
 
Apparemment, cette terrible perspective n’émeut ni les pouvoirs publics en Afrique, ni les  
 
ONG, ni les soi-disant associations de défense des droits de l’homme. Même la presse en  
 
Afrique semble insensible à cette directive de la honte adoptée par le Parlement européen.  
 
Nos frères et sœurs sans-papiers ne méritent cela. Ils ont besoin de notre solidarité. Les  
 
autorités, les ONG, les médias,… doivent dès à présent entamer une réflexion pour contrer  
 
cette directive. 
 
L’Europe a assez causé de torts à l’Afrique avec la Traite négrière et la colonisation. Même  
 
si tous les fils et filles de l’Afrique avaient choisi d’émigrer en Europe, jamais l’Afrique  
 
ne pourra récupérer ce que l’Afrique lui a pris de force des siècles durant. 
 
L’Afrique n’a pas le droit de continuer à laisser ses enfants à la merci des directives et  
 
autres mesures qu’imposent à ses enfants des décideurs européens. Les générations futures ne  
 
nous pardonneront jamais d’avoir livré nos frères et sœurs de la diaspora comme chair à  
 
canon de la guerre que l’Europe livre sans pitié aux migrants. 
 
Par Paul MENDY 
Journaliste. 
 
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 28.06.2008
- Déjà 5207 visites sur ce site!