ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

D’UN GRAND DEMOCRATE

LE PARADOXE D’UN GRAND DEMOCRATE 
Les partisans de Abdoulaye Wade, ses souteneurs, ses proches, ses collaborateurs ses inconditionnels ou encore ses affidés et même certaines brebis égarées et véreuses de la classe politique, sans doute boulimiques et assoiffées de pouvoir et qui ont fini par le rejoindre à la dernière minute, ont toujours soutenu, mordicus, partout et en tout lieu que Maître Wade est un Grand démocrate. Ce dernier s’en est senti tellement flatté, tellement flagorné, adulé et berné qu’il demeure tout à fait comblé, satisfait et serein tout en pavoisant tranquillement du haut de son perchoir intangible.  
Il est peut-être important de rappeler et de reconnaître, en toute honnêteté, que l’homme lui-même a connu, par le passé, un parcours politique extrêmement riche et alléchant, parcours quelques fois ponctué de bagnes et de brimades de toutes sortes que le régime d’alors lui infligeait mais, auxquelles il a su courageusement résister, des années durant. On sait également qu’il a été, à l’instar de beaucoup d’autres hommes et femmes de la nation, de tous les combats politiques épiques qui ont contribué triomphalement à l’avènement de l’alternance dans notre pays. Il a été, bien entendu, avec la création de son parti politique le Pds en 1974, à côté de quelques formations politiques de l’époque, de ceux-là qui ont permis l’émergence d’un nouveau paysage politique avec une certaine visibilité et un renforcement réel du multipartisme national. Ce combat historique et stoïque a quand même le mérite de lui être reconnu à juste titre et à tout point de vue.  
Cependant, tous ces inconditionnels et ces fanatiques du président qui prétendent et répètent à souhait, quelques fois sans aucune conviction réelle, que Wade est éminent démocrate en Afrique voire au monde, se fondent uniquement sur son riche itinéraire politique dont nous avons fait cas plus haut, et surtout sur certains de ses rêves à l’échelle continentale, rêves ; certes panafricanistes mais, dont la réalisation de la plupart s’avère complètement utopique. Il faudrait que ces gens se rendent à l’évidence que le parcours d’un homme politique, si riche fût-il, ne sied nullement pour que l’on puisse dire de lui qu’il est un grand démocrate. Dans une République, et surtout quand vous exercez le pouvoir que le peuple vous a souverainement confié, et en tant que premier garant des institutions de l’Etat, vos intensions, vos paroles, vos déclarations, vos prises de positions, vos sorties et vos actes quotidiens, sont d’autant plus importants et sacrés au regard de la loi et aux yeux de vos compatriotes qu’ils déterminent même la nature du pouvoir que vous êtes en train d’exercer. Et la démocratie est forcément prise en otage, lorsque les citoyens ne se retrouvent plus dans les actes posés par les tenants du pouvoir, notamment, par celui qui incarne la première institution de la République.  
Malheureusement dans notre pays, nous avons constaté et nous continuons encore de constater, avec amertume et regret, que certains actes posés par Maître Wade se distancient, en réalité, des principes démocratiques au premier degré. Nous pouvons, en guise d’illustrations, donner toute une forêt dense d’exemples, mais nous allons simplement nous limiter à un seul.  
Quand le président Wade est arrivé au pouvoir en 2000, un an après, en 2001 précisément, il soumet une novelle constitution au peuple qui l’a plébiscitée. Cette nouvelle constitution va désormais limiter la durée du mandat présidentiel à cinq ans, renouvelable qu’une seule fois. Ce qui fut, à priori, très excellent pour un président nouvellement élu, débordant d’ambitions et dont on subodorait encore d’autres actes républicains susceptibles de renforcer les acquis démocratiques dans notre pays. Par cette nouvelle réforme constitutionnelle limitant la durée et le nombre de mandats présidentiels, nous avions eu au départ, l’euphorique sentiment, comme d’ailleurs beaucoup de Sénégalais, que le président Wade avait naturellement compris que l’exercice d’un pouvoir a bien des limites raisonnables au-delà desquelles, ce pouvoir cesserait de s’exercer démocratiquement. Nous avions également eu l’impression que le président Wade, par cet acte fort et salutaire, voulait définitivement marquer une rupture profonde avec certaines pratiques rétrogrades, moyenâgeuses et antidémocratiques de beaucoup de chefs d’Etats africains, y compris les Présidents Senghor et Diouf (20 ans au pouvoir pour le premier et 19 ans pour le second), qui avaient tendance à s’éterniser au pouvoir.  
Mais le paradoxe le plus renversant se révélera plus tard, quand maître Wade lui-même, avait avoué solennellement, à la face du monde entier et à travers les media, l’intention pour les libéraux de conserver le pouvoir pendant cinquante ans. Les Sénégalais et le monde entier se souviennent encore et se souviendront toujours, comme dans un conte de fée, de cette déclaration fracassante du président qui les a tous laissés éberlués. En affichant ainsi cette volonté de vouloir conserver le pouvoir, le plus longtemps possible, beaucoup plus longtemps d’ailleurs que les socialistes qui l’ont précédé, on voit là une certaine contradiction abyssale entre l’esprit de la nouvelle disposition constitutionnelle limitant la durée et le nombre de mandants présidentiels et cette volonté manifeste à vouloir conserver le pouvoir le plus longtemps possible que ne le permet la Constitution. Voilà une intention, en réalité, qui n’a absolument rien de démocratique puisqu’elle vient fouler aux pieds l’échéance temporelle bien définie dans la Constitution et qui sanctionne raisonnablement l’exercice du pouvoir. On ne peut pas prétendre servir la démocratie en procédant de façon sournoise, astucieuse et insidieuse, ou bien en posant, au départ, certains actes forts qui ont mérité l’adhésion du peuple, pour venir par la suite, leur opposer des velléités et des démarches incongrues, incompréhensibles et bancales.  
Mais le plus inquiétant dans cette intension antidémocratique avouée par le président de la République, c’est son caractère obsessionnel et aveuglant de la longévité du pouvoir suscité dans l’esprit de ses partisans et autres affidés habitués aux délices du trône qu’ils ne sont plus prêts à lâcher très tôt, ayant été rassurés d’avance par le chef lui-même. On peut, dès lors, comprendre l’opiniâtreté inouïe et l’acharnement démentiel de ce régime finissant, à vouloir s’agripper et à s’adosser au pouvoir pour le conserver encore plus longtemps par tous les moyens. C’est là qu’il faut également appréhender l’une des raisons fondamentales qui justifient l’inacceptable volonté manifeste de la dévolution monarchique du pouvoir qui continue toujours de flâner dans le Ciel serein et paisible de notre cher pays.  
 
 
M. Babou DIATTA  
Professeur de Portugais au Lycée Malick Sy de Thiès  
E-mail : thelougoumba@hotmail.com 
 
 
Respectons les enseignants 
A entendre certains de nos compatriotes parler des enseignants ou des choses les concernant, on est du coup saisi par une soudaine envie de tomber à la renverse, tellement qu’ils parlent d’eux avec une certaine désinvolture, sans égard, sans respect et parfois avec un total mépris. Combien de fois au quotidien, n’a-t-on pas entendu, à l’endroit des enseignants, des propos du genre : «…Ces enseignants là …», «Ils sont tout le temps en grève…», «Ils ne travaillent pas…», «Ils sacrifient les apprenants…», « ils n’en font qu’à leur tête…», «Ils ne sont bons qu’à faire de la consultance (vulgairement appelée «kharmat ») …», «Ils sont cupides et radins…», encore et encore…  
En réalité, ces genres de propos que l’on entend sans cesse et qui sont à la limite choquants et offensants, ne sont pas de nature à respecter ni à honorer les enseignants.  
De grâce, que l’on arrête de lapider ces enseignants. Que l’on cesse de les saupoudrer de mépris. Ce sont des citoyens honnêtes et responsables, des pères et mères de familles engagés qui méritent plus de respect et de considération. Ils sont tout aussi méritants que n’importe quel autre fils ou fonctionnaire de ce pays. Ils font partie de l’élite de la nation. Ils ne sont pas que seulement dans les salles de classe. Ils sont présents dans beaucoup de secteurs-clés de l’économie de notre pays, que ce soit dans l’administration ou dans le gouvernement. Si par exemple, on venait aujourd’hui à extirper les enseignants de l’équipe gouvernementale de la République, les autres membres qui resteraient, seraient comptables du bout des doigts. Voilà une preuve indéniable qui montre que les enseignants constituent véritablement le substratum de l’intelligentsia nationale. L’actuel chef de la magistrature suprême de notre pays ne fut-il pas un enseignant ? Alors !... Arrêtons, encore une fois, de nous moquer des enseignants. Ils n’ont rien fait d’autre que d’avoir choisi un sacerdoce, l’enseignement, l’éducation et la formation des jeunes, un travail noble, mais difficile dont ils s’acquittent d’ailleurs avec beaucoup de sacrifices et de compétences pour servir dignement la Nation et contribuer ainsi au développement du pays. Il est évident que l’environnement scolaire et universitaire dans lequel ils travaillent est devenu précaire, pollué et traverse un ouragan récurrent de problèmes pour lesquels on n’a jamais voulu faire des efforts conséquents pour leur trouver définitivement des solutions, malgré les slogans propagandistes et démagogiques que l’on a toujours entendus ça et là.  
Tout le monde sait que l’éducation et la formation des jeunes sont à la base de tout processus de développement social et économique d’un pays. On ne peut imaginer un pays sans éducateurs, sans enseignants. Tout cadre ou tout autre agent de l’Etat est naturellement passé par les mains de l’enseignant. Il est clair qu’un Etat se construit avec des enseignants bien formés, dignement traités, respectés et considérés.  
Mais, nous sommes malheureusement dans un pays où l’enseignant demeure encore le parent pauvre de la fonction publique. C’est ce qui justifie d’ailleurs qu’aujourd’hui, plus personne n’est motivé pour aller exercer le métier de l’enseignement. La fonction enseignante est tellement désacralisée, banalisée et dévalorisée que n’importe qui peut devenir enseignant, alors que n’importe qui ne peut prétendre devenir, du jour au lendemain, administrateur, juge, médecin ou magistrat. Où est le sérieux ?  
L’enseignant est aussi le seul agent de la fonction publique qui, quand il est commis pour une mission (organisation et correction des examens du Baccalauréat et du Bfem), reste pendant des mois avant de recevoir ses honoraires de mission au moment où d’autres agents, qui ne sont pas plus méritants que lui, entrent immédiatement dans leurs fonds à la fin de leur mission. Où est le respect ? Et il a toujours fallu que l’enseignant décrète des mots d’ordre de grève, contre son gré, pour pouvoir entrer dans ses frais de mission. Où est le respect ?  
En effet, il est important de savoir que tout ce malaise profond, tous ces mauvais traitements, ces injustices et surtout le manque de respect et de considération que vive l’enseignant dans sa chair, le placent, évidemment, dans une posture qui l’oblige à vouloir conquérir et préserver ses droits de telle sorte que le reste de la société le perçoit plutôt comme un revendicateur permanent et aguerri voire un rebelle. Or, lorsque l’enseignant est réduit à un éternel mendiant de la fonction publique, cela se traduit nécessairement par des sentiments de frustration et de révolte incontrôlables qui finissent inéluctablement par exploser au grand jour. Et c’est là précisément que réside tout le cancer qui affecte dangereusement notre système éducatif national.  
 
M. Babou DIATTA,  
Professeur de Portugais  
au Lycée Malick Sy de Thiès  
thelougoumba@hotmail.com 
 
Magistère de Wade ou le culte du doute 
Depuis 2000, et même avant, Me Abdoulaye Wade nous a habitués à des aventures sans épilogue, laissant notre peuple, en permanence, dans sa faim de savoir. 
Nos mémoires sont encore hantées par l’affaire Me Babacar Sèye dans laquelle il a été cité, inculpé, puis relâché, sans que la lumière soit faite jusqu’ici. Certes, le temps finit toujours par révéler ses secrets. Pour autant, l’attidude de Maître Abdoulaye Wade tant à l’endroit de la famille du défunt Maître Babacar Sèye que des meurtriers présumés, condamnés puis graciés et même, paraît-il financés, fait planer le doute. Mais, comme disait l’autre, laissons du temps au temps. 
 
Le doute, encore le doute et toujours le doute tant sur les affaires précitées que d’autres affaires criminelles qui se sont succédé durant le magistère malheureusement ensanglanté de Me Abdoulaye Wade. 
 
Les coups de marteau meurtriers sur Talla Sylla, l’incendie criminel de la Bourse du Travail, le meurtre de Balla Gaye et d’autres affaires toutes aussi ensanglantées restent toujours non élucidées. La dernière connue étant le meurtre de Malick Bâ à Sangalkam. 
 
Les multiples agressions subies par la presse avec les attaques contre le journal L’As et le Groupe Walfadjri sont également des tentatives de déstabilisation des médias libres sénégalais par l’installation du sentiment d’insécurité et de peur dans leurs rangs. Fort heureusement, habités par les principes d‘honneur et de dignité qui sont les vertus fondamentales de notre peuple, nos compatriotes qui ont opté pour le sacerdoce d’informer notre peuple, d’éveiller la conscience citoyenne et de dire seulement la vérité, développent chaque jour une ténacité bien supérieure aux intimidations qu’ils ne cessent de subir. Jusqu’à ce jour, ces agressions demeurent impunies et nous laissent dans le doute. 
 
Comment dans un pays, quel qu’il soit, peut-on espérer l’équité de la part de la Justice quand l’Etat n’est ja¬mais tenu responsable de fautes a¬vérées et que la machine judiciaire elle-même semble mise au service de règlements de querelles politiciennes ? 
 
L’utilisation du doute comme moyen de brouillage et d’aliénation du peuple sénégalais et son usage fréquent à dessein pour discréditer les adversaires politiques aux yeux du peuple, sont devenus des moyens ordinaires de marketing politique. 
L’innommable affaire dite des «Chantiers de Thiès» avec son cortège d’épreuves douloureuses subies par monsieur Idrissa Seck, sa famille, ses proches et son entourage participe de la même stratégie du doute pour discréditer. Malgré la non condamnation de monsieur Seck, finalement blanchi, le mal est fait. Aujourd’hui encore, le préjudice a laissé des traces dans certains esprits toujours habités par le doute. 
 
Et pourtant, dès l’entame de cette stratégie funeste d’installation du doute pour le discréditer et le détruire, monsieur Seck avait clamé haut et fort que «jusqu’à l’extinction du soleil on ne trouvera rien qui puisse entacher (son) honneur». 
 
N’était-ce pas Abdoulaye Wade qui disait : «Je ne pourrai pas me présenter à l’élection de 2012, car la Constitution me l’interdit. J’ai bloqué le nombre de mandats à deux.» 
Mais l’appétit venant en mangeant et les germes de la monarchisation déjà semés, la horde de propagandistes opportunistes a fini de convaincre le «Roi» qu’il était le seul Sénégalais valeureux capable de conduire le bateau du Sénégal vers les horizons de l’émergence économique. 
 
Cela constitue le plus grand affront jeté à la figure des Sénégalais envers qui, le Président est même allé jusqu’à dépasser sa personne pour simplement penser que sa progéniture est de loin la meilleure de notre pays. 
 
A propos de bateau, Le Joola restera gravé dans la mémoire de l’histoire de la navigation. Avec un moteur au lieu des deux requis, plus de 2 000 personnes à bord au lieu des 500 réglementaires, un tonnage largement dépassé et inconnu, personne n’est responsable sinon le commandant de bord déclaré naufragé parmi les victimes. Et pour couronner ce drame, le refus du renflouement du bateau qui aurait permis d’établir des certitudes sur les vraies causes du naufrage, installant un doute permanent et l’impossibilité de faire un vrai deuil pour les familles des victimes non retrouvées. 
 
Jamais dans notre histoire nationale, le peuple sénégalais n’a autant douté. On doute de tout et tout le monde doute. 
 
Le gouvernement lui-même doute. Les ministres vivent avec angoisse le syndrome du limogeage possible à tout instant. Et dans la haute Administration, les hauts responsables des services de l’Etat s’attendent à être défénestrés à chaque Conseil hebdomadaire des ministres. Ce faisant, installés dans ce doute permanent et angoissant, chacun cherche à sauver sa tête, non par des résultats dans les actions de construction nationale, mais dans le degré d’allégeance et de laudation au «mo¬narque» et à sa famille. 
 
Les élus, redevables du suffrage des populations, ne sont pas épargnés de ce doute permanent et angoissant. Les maires, présidents de Conseil régional, de Conseil rural et leurs conseillers s’attendent à tout instant à se retrouver démis et remplacés par une délégation spéciale, souvent pour des raisons qui n’ont aucun lien avec leur gestion ou la légalité des actes qu’ils posent au nom des populations. Le tout est accompli, sans état d’âme, par un ministre plus soucieux de modifier la carte électorale selon les intérêts de son camp que de faire un maillage harmonieux du territoire. 
 
Ce doute permanent et angoissant est accompagné d’une campagne systématique de dénigrement contre tous ceux qui ont le patriotisme de refuser le diktat de la pensée unique. 
Ce sont alors des chapelets de calomnies, de dénigrements, de diffamations, de complots, d’harcèlements et même d’agressions contre des citoyens dont le seul tort est de dénoncer les manquements, tout en proposant le redressement de notre pays déstructuré. 
 
Ce battage dans les cerveaux est si prégnant que les citoyens les plus fragiles doutent aujourd’hui tant à l’endroit des personnes capables d’apporter le changement nécessaire, que sur les programmes considérés comme de vaines promesses de politiciens en quête de pouvoir pour se servir et non pour servir le peuple. 
 
Cette stratégie basée sur le doute absolu n’a en fait qu’un seul objectif : développer un réflexe de défense dans l’esprit des Sénégalais, tuant chez nous toute envie de nous lancer dans une nouvelle aventure politique qu’on nous prédit déjà chaotique pour installer une peur du changement devenu indispensable, si nous voulons sauver notre pays. 
 
Malheureusement, les théoriciens et praticiens du doute oublient de compter avec le patriotisme, l’intelligence, le courage et la détermination du peuple sénégalais debout qui ne laissera personne «monarchiser» ou détruire notre République. L’Histoire du Sénégal est jalonnée de hauts faits dans sa marche tant pour l’Indé¬pen¬dance que pour l’avènement d’une vraie démocratie. 
Le peuple sénégalais debout ne reculera jamais. 
 
Les théoriciens et praticiens du doute auront beau faire, ils ne réussiront jamais à maquiller la réalité. 
Le peuple sénégalais debout sera toujours présent et alerte pour déjouer toute ruse et continuer sa marche irréversible vers un horizon de paix, de liberté, de réelle démocratie et de prospérité dans la justice et la solidarité. 
 
Et ce sera la fin du magistère du doute et l’ère d’une nouvelle espérance pour le brave peuple sénégalais. 
 
Docteur Moustapha LO 
Responsable politique Rewmi 
LOUGA 
Bennoo: Niasse et/ou Tanor  
La politique n’est ni la morale ni la religion. Elle est affaire d’intérêts, de conquête et de conservation du pouvoir d’abord et avant tout. Dès lors, seule l’efficacité compte. Et la question de la candidature, aussi essentielle soit-elle, ne saurait se réduire à l’égo. Niasse et Tanor ont de la compétence et de l’expérience à revendre. Si leurs itinéraires politiques ont divergé un moment ; les circonstances les ont fait converger à nouveau. Unis dans l’opposition contre le régime libéral, ils ont démontré, jusqu’ici l’un et l’autre, leur détermination, leur rigueur et leur maturité politique. La cure d’opposition révèle les caractères bien trempés et les citoyens qui ont donné la victoire à Bennoo en 2009 ne s’y sont pas trompés. Niasse et Tanor, avec leurs alliés, ont gagné de nouveaux galons de crédibilité et de patriotisme. Leur engagement, s’il a pour finalité la conquête du pouvoir, ne s’épuise pas dans ce combat. Il est aussi patriotique car ces deux-là ne cherchent ni à s’enrichir ni à gagner de nouveaux lauriers. Ils ont, chacun, occupé des fonctions éminentes et ne sont pas en proie à des fins de mois difficiles.  
Mais ils ont conscience de pouvoir apporter des solutions plus efficaces et plus justes (dans le sens de la morale républicaine) aux problèmes qui assaillent leurs compatriotes. Et que le régime en place n’arrive pas à résoudre. D’aucuns diront qu’ils ont déjà été au pouvoir et qu’ils seraient des ‘has been’. Un tel jugement est erroné car le contexte a changé et ce qui manque le plus aujourd’hui c’est la compétence. Ce n’est pas un hasard si des personnalités respectées de tous les Sénégalais comme les Professeurs Abdoulaye Elimane Kane, Abdoulaye Bathily et Maguette Thiam, mais aussi Amath Dansokho etc…qui ont été des opposants résolus de Senghor soutiennent, aujourd’hui, Niasse et Tanor. C’est parce qu’elles (ces personnalités) les ont pratiqués, comme on dit et croient en la dynamique de changement à l’œuvre dans la Nature et dans chaque être vivant.  
Il est vrai qu’il y a des gens qui changent mal, si on peut dire et d’autres qui se bonifient. C’est le cas de Niasse et Tanor qui remettraient, si Bennoo arrive au pouvoir, le pays sur de bons rails. Avec tous les patriotes révoltés par les excès du régime Wadiste. Alors il faut trancher la question de la candidature qui ne sera pas un choix exclusif : Niasse ou Tanor. Mais un choix inclusif : Niasse et/ou Tanor. Les deux font la paire dans l’intérêt bien compris de tous. La victoire sera à ce prix ; sinon ce sera la désillusion. Ceux qui poussent à la désunion manquent d’expérience et de vision. Il faut donc jeter la rancune à la rivière et opter pour l’unité. Contre vents et marées. L’un sera désigné ; l’autre le soutiendra. Choix de raison. Choix politique.  
Mouhamadou M. DIA, Professeur de Philosophie-Journaliste  
Idrissa Seck : Une trajectoire politique à géométrie variable  
Les deux maximes de tout grand courtisan sont : toujours tenir son sérieux et ne jamais tenir sa parole. ‘Je ne serais jamais candidat tant que Wade se présente’, nous balançait Idrissa Seck bien avant 2007. Les Sénégalais ne sont pas si amnésiques que cela pour se rappeler des moindres détails de la trajectoire politique de Monsieur Seck. Pourquoi une telle déclaration ? Idrissa Seck a toujours lorgné le fauteuil du président de la République et espérait toujours la clémence de ce dernier pour retourner aux affaires. Aujourd’hui, Idy s’est radicalisé comme ce ne fut jamais le cas en clamant haut et fort sa rupture définitive avec Wade. Eh bien, tout ceci n’est qu’un cours de rattrapage, suivez mon regard. Si vous observez bien, M. Seck s’est radicalisé et a pris son courage politique à deux mains juste après les événements du 23 Juin où il a débuté son opération de charme à l’endroit du peuple avec des attaques violentes à l’endroit du chef de l’état et de son fils.  
Pourquoi la date du 23 Juin ? Idrissa Seck en fin politicien a attendu la victoire du peuple sénégalais pour décliner sa trajectoire. Avez-vous entendu une seule fois M. Seck dénoncer le ticket présidentiel ? Pas à ma connaissance. Il a toujours joué le jeu avec Wade pour se servir d’un raccourci vers le palais et je peux vous assurer que si la candidature de Wade était validée, il changera automatiquement de veste. On ne se débarrasse pas d'une habitude en la flanquant par la fenêtre ; il faut lui faire descendre l'escalier, marche par marche. Idy s’appuie sur deux motifs pour se démarquer du clan des Wade : Abdoulaye Wade est rejeté par le peuple sénégalais et sa candidature n’est pas recevable. Idy sait qu’en continuant de réaffirmer son ancrage aux cotés des Wade, il risque d’être vomi lui aussi par le peuple et puisque Wade ne peut plus briguer un 3e mandat, donc il n’a aucun intérêt à le soutenir. Conclusion : virement à 360 degrés de Idy.  
Dans l’analyse de la candidature de l’ancien Premier ministre, nombre d’observateurs se sont limités à une appréciation presque périphérique de l’acte posé, se contentant d’une simple estimation du mal qui pourrait en découler pour le parti au pouvoir. C’est une approche, mais elle n’est sans doute pas suffisante. Ce n’est pas en faisant du neuf avec du vieux qu’Idy réalisera son rêve. Car la marque sera toujours préférable à la copie.  
A y regarder de près, la candidature du leader de ‘Rewmi’ est grosse de faiblesses quasi insurmontables. En encadrant ce ‘fils’ aujourd’hui renié, en en faisant un leader parmi ceux qui comptent le plus dans ce pays. Wade connaît parfaitement son ‘futur’ challenger. Il l’a pratiqué pendant de longues années et connaît bien donc sa psychologie, même s’il n’a pas su apprécier la mue qui a fait de lui, selon son propre mot, un ‘serpent venimeux’ dans sa propre maison. Mais quand on a été une fois pris à défaut, on redouble de vigilance et l’on s’impose d’exigence. Wade donc s’emploiera avec la hardiesse qu’on lui connaît à débusquer la moindre faiblesse de l’ex-Pm pour le retourner contre lui. Ne l’a-t-il pas du reste poussé à la faute en 2005 en brisant le silence dans lequel ce dernier s’était obstinément enfermé ? C’est dire donc, que dans cette bataille, si elle a lieu, Wade qui garde en plus la puissance symbolique du pouvoir aura une bonne longueur d’avance sur Idy.  
BABACAR KEBE, Ingénieur en Télécommunications Membre de la Ccr/Apr Yaakar Email : ingtelecom1@yahoo.fr  
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 22.10.2011
- Déjà 5217 visites sur ce site!