ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

au sénégal

SENEGAL-AGRICULTURE 
L’ex-directeur de l’Isra, Jacques Faye passe au crible la politique agricole de Wade 
mercredi 27 février 2008  
NETTALI - Les agriculteurs ont de plus en plus du mal à « assurer le minimum de repas pour se nourrir », selon l’ex-Directeur général de l’Isra, Jacques Faye. Il a tiré cette sonnette d’alarme au cours d’une conférence de presse après une tournée dans le monde rural de plusieurs mois. 
A en croire M. Faye, les paysans « n’auront pas de semences pour la campagne agricole prochaine, car il n’existe pas aujourd’hui dans le pays assez d’arachides pour un approvisionnement normal en semences ». De fait, la récolte prochaine risque fort d’être plus mauvaise que celle de 2007, prévenant un exode rural massif vers les grands centres urbains du Sénégal si l’on y prend garde. 
De l’avis de l’ancien directeur de l’Institut sénégalais de recherche agricole (Isra), le gouvernement est Le seul responsable de cette situation en ayant pas initié de « programme de distribution de vivres de soudure, un programme de réparation des forages pour que les paysans puissent faire du maraîchage et surtout un programme de production en intersaison ». 
M. Faye explique que cette production au permis de disposer « de semences de mil, de niébé, d’arachide, pour essayer au moins de pallier cette question d’insuffisance de semences qui va se poser ». 
Jacques Faye a aussi regretté la faiblesse des surfaces cultivées aujourd’hui au Sénégal actuellement à 3 millions d’hectares avec autant de rendements faibles. La production oscille entre 400 à 500kg à l’hectare, alors qu’elle pourrait passer à 2 tonnes à l’ha. 
M. Diouf a également critiqué le plan Reva (Retour vers l’agriculture, soutenant que c’est plutôt « une promesse électorale qu’un programme sérieux ». Pour lui « rien » de ce qui a été annoncé cela n’a été fait 18 mois après. 
 
Le Sénégal vers une impasse ...  
 
 
La prochaine tenue des assises nationales devra constituer sans nul doute un moment fort et un évènement inédit dans l'histoire politique du Sénégal, de par son format, de par son objet, mais particulièrement aussi de par ses constituants. Il est vrai que, et de quelque bord que l'on soit, la pudeur, l'honnêteté intellectuelle et le respect de sa patrie et de ses compatriotes, obligent de reconnaître que le dialogue politique est devenu, indépendamment de sa consubstantialité avec le concept de démocratie, un impératif et une urgence pour notre pays. Cela est d'autant vrai que les enjeux et les défis qui interpellent actuellement la nation sénégalaise, dans sa globalité et dans sa totalité, militent en faveur d'une véritable concertation à grande échelle.  
Toutefois, et malgré les luttes et les querelles politiciennes et/ou politiques, malgré les chocs des idées et ou des projets et programmes, la raison nous commande à toutes et à tous, de transcender les limites de l'impossible pour mieux cerner et avec précision, le possible. Car, en réalité, Me Wade a été réélu démocratiquement le 25 février 2007 pour un mandat de cinq ans. Même et je dis bien même, si une partie de l'opposition a dû contester le processus électoral, les élections et les résultats de ces élections; si une partie de l'opposition a dû dénier à Me Wade son statut de président de la République, en droit; il se trouve qu'une année après, cette opposition reconnaît en fait, Me Abdoulaye Wade, président de la République du Sénégal. Et ce statut lui confère légitimité et légalité, encore que, théoriquement, sa légitimité puisse faire l'objet de spéculations au sein de cette opposition. Cette situation me pousse à des questionnements, moi profane et non constitutionnaliste, quant à l'issue de la trajectoire qu'emprunte mon pays en ces instants où il a plus besoin de la jonction des convergences de ses fils, que de l'antagonisme de leurs divergences.  
Mais comment en arriver à cela? Des assises nationales. Certes. En tout état de cause, ces concertations auront le mérite, avec le concours d'experts et spécialistes émérites de toutes branches confondues, de dresser un état des lieux et une analyse situationnelle très certainement rigoureux et pertinents de tous les secteurs d'activités : politique, économique, social, culturel, éducationnel, agricole, sanitaire, environnemental ... du pays. D'une manière générale, de l'Etat sénégalais et de la nationale sénégalaise. Il est évident que la logique scientifique de la démarche débouchera sur des propositions de plateformes stratégiques et des recommandations.  
Néanmoins, et ne nous y trompons pas, ces concertations auront aussi le mérite de faire le procès des huit années de règne de Me Wade et de son régime. Et voilà que paradoxalement, Me Wade devra y être et ne pas y être. Il devra y être, y participer, lui et/ou son équipe parce que facilitateur naturel, mais aussi et surtout, parce que tenant de la vérité de sa gestion. Mais comment répondre à un procès où l'avocat de la partie civile est lui-même, et en même temps, le juge? De surcroît, organiquement, la légitimité de ces assises nationales n'est-elle pas en conflit avec la légalité des institutions républicaines, avec la légitimité des institutions républicaines ? Plus loin encore, devant, juridiquement, cette instance parce que pourvue d'une personnalité morale, celle-ci fût-elle non formelle, n'étant dotée d'aucun pouvoir ni décisionnel ou délibératoire, ni même consultatif, quel est le lien administratif ou réglementaire, matériel ou immatériel, ayant habilitation d'assumer le transfert des résultats des travaux de cesdites assises vers l'Etat dans sa fonction de puissance publique mère ? Vers le chef de l'Etat ? Car, si tenir des assises nationales et même les réussir est une chose, assurer l'application totale, ou serait-ce partielle de ses conclusions et recommandations en est une autre, dans un Etat de droit qui se respecte.  
Aussi, je pense profondément, qu'il est encore possible de reconceptualiser le dialogue politique en refondant la terminologie, en élargissant ses acteurs… Je pense profondément, qu'il est encore possible de réinventer un cadre institutionnel et juridique et des conditions réglementaires prompts à anticiper et à résorber les éventuels chocs et/ou conflits de compétences futurs, mais également, de prendre en charge de manière effective et efficiente, dans l'unique et ultime intérêt de la nation sénégalaise, la contribution communautaire. Je pense profondément, eu égard des résultats attendus, et tant il est vrai que les intentions des uns et des autres s'avèrent être la recherche du consensus national dans la complémentarité et la coresponsabilité face à l'Etat et à la Nation, qu'il serait dommage que le produit de telles assises soit dédié à des campagnes de partage, de sensibilisation et de dissémination à travers le pays et le monde.  
El Hadji DRAME Militant du Parti démocratique sénégalais Fatick 
 
Pour prévenir tout mouvement d'humeur : Wade met le Sénégal au chômage  
Après les élèves et étudiants, qui sont en vacances du 10 au 14 mars, le gouvernement vient de déclarer la journée du jeudi 13 mars chômée et payée. Si, du côté des chefs d’entreprise, cela grogne ferme à cause des grosses pertes économiques que cela va engendré, chez les syndicats d’enseignants aussi, on rue dans les brancards pour critiquer les vacances scolaires.  
 
La journée du jeudi 13 mars 2008 est déclarée jour férié, chômé et payé, en raison de la tenue à Dakar du 11e sommet de l’Organisation de la Conférence islamique (Oci). L’annonce a été faite hier par le gouvernement dans un communiqué de presse. Les autorités justifient cette décision par la nécessité ‘de permettre à toutes les composantes de la nation de communier avec cette importante rencontre’, qui s’ouvre jeudi à Dakar. En outre, les ‘contraintes de mobilité (…) inhérentes’ à l’organisation d’un évènement comme le sommet de l’Oci, motivent également cette décision.  
Certaines catégories de travailleurs ne manquent pas de voir là une occasion de mettre les Sénégalais au chômage forcé au grand dam des patrons d’entreprise qui vont subir de grosses pertes économiques. Déjà, dans les organisations patronales, cela grogne ferme depuis que cette décision a été rendue publique hier soir. Avec le Magal qui a freiné les activités économiques, voilà que, pour les beaux yeux des souverains et chefs d’Etat membres de l’Oci, on les prive d’une journée de travail alors que se dessinent le Gamou, les fêtes de Pâques et de l’Indépendance. ‘C’en est trop’, selon les patrons d’entreprise interpellés. Pour le gouvernement, du moins ceux qui sont chargés de l’organisation du 11e sommet de l’Oci, c’est une occasion en or massif de désengorger Dakar, le jour de l’ouverture de ce sommet, pour prévenir toute manifestation d’humeur de travailleurs bloqués dans une circulation qui sera ainsi fluide dans les artères de la capitale qui ont fait peau neuve. Reste que la grande inconnue est de savoir si les commerçants ambulants dont le déguerpissement était prévu en direction du sommet et qui avaient violement manifesté pour s’opposer à une telle mesure, vont rester chez eux, le temps du séjour des hôtes du Sénégal. Ensuite quelle sera la réaction des populations des Almadies, de Ouakam et d’une partie de Ngor contraints de rester chez eux pour les besoins du sommet.  
En tout état de cause, du côté des syndicats d’enseignants, la décision du ministre de l’Education d’accorder des congés scolaires du 10 au 14 mars aux écoles et universités du pays, à cause du sommet de l’Organisation de la conférence islamique, n’est pas du goût des organisations syndicales. Et elles le font savoir de vive voix. Joints par téléphone hier, les responsables de ces organisations syndicales ruent dans les brancards. ‘C’est catastrophique !’, s’exclame Marième Dansokho du Syndicat des professeurs du Sénégal (Sypros). En écho, Mamadou Diop ‘Castro’ de l’Union démocratique des enseignants du Sénégal tonne : ‘C’est irresponsable et inopportun !’.  
‘Je ne vois pas comment une rencontre de chefs d’Etats de la Ummah islamique peut suspendre la vie de tout un peuple. Ils peuvent se réunir dans leur coin et laisser les autres vaquer à leurs occupations. Cela montre une fois encore que l’école ne les intéresse pas’, remarque Marième Dansokho, la patronne du Sypros. Pour elle, c’est la preuve palpable qu’’une fois encore, l’école n’intéresse pas les autorités’. ‘On vient de compter deux mois durant lesquels, il n’y a pas eu de cours dans les écoles du public. La semaine prochaine, ce sera le 17 mars et le 22 du même mois, les élèves vont repartir en congé de pâques et de fête de la jeunesse. C’est irresponsable !’, fait-elle remarquer. Ajoutant que ‘c’est une fuite en avant du gouvernement pour torpiller le quatrième plan d’actions de l’Intersyndicale enseignante’.  
Son collègue Mamadou Diop ‘Castro’ de l’Uden ne dit pas autre chose et embouche la même trompette. Pour lui, ces congés scolaires accordés aux élèves et aux étudiants dont le quantum horaire a été mis à rude épreuve par les grèves, dénotent du peu de ‘souci que le gouvernement fait de l’avenir du système éducatif’. Et d’avertir : ‘Si c’est pour torpiller le mouvement de grève de l’Intersyndicale, il ne fait qu’amplifier la lutte’. ‘Il était plus judicieux de convoquer des négociations. Ces congés, c’est pour tromper l’opinion et montrer que tout est calme dans ce pays. Les autorités se trompent. Après l’Oci, nous poursuivrons notre plan d’actions et la lutte’, martèle le numéro un de l’Uden.  
Mamadou SARR  
 
YOUSSOU NDOUR AU SUJET DE SA RÉCONCILIATION AVEC LE FILS DU PRÉSIDENT WADE : 
« Il ne s’agit pas de soutenir Karim Wade pour aller aux élections » 
Par El Hadji Gorgui Wade NDOYE (ContinentPremier.Com) | | mardi 11 mars 2008  
 
Annemasse (France)- C’est dans sa loge au Château-Rouge où se tenait le 8 mars, Journée internationale de la Femme, l’un des plus grands concerts du Festival Voix de Fête que Youssou Ndour nous a accueilli avec un sourire très fraternel. Il y a deux ans, il nous confiait ses « affinités avec le Président Wade ». Une querelle avec le fils du Chef de l’Etat l’avait mis hors de la sphère présidentielle. La réconciliation annoncée à quelques jours du Sommet de l’OCI et dans un contexte marqué par des supposées ambitions présidentielles de Karim Wade, a créé la suspicion au niveau de certains de nos compatriotes. Qu’en est-il ? Le promoteur de « Birima », homme d’affaires et artiste majeur qui a donné un concert exceptionnel de 24 chansons, s’explique. 
Certains ne comprennent pas les raisons de votre réconciliation avec le fils du Président. Youssou Ndour, allez-vous soutenir Karim Wade ? 
Ma réconciliation avec Karim Wade n’a rien de politicien. Tous les gens qui me connaissent savent que moi, je suis un homme de paix. J’avance et j’avance dans la paix. Le Sénégal est un pays de paix. Je sais ce que je représente. Je sais aussi ce que représente Karim Wade. Nous avons aujourd’hui dépassé nos différends et nous sommes ensemble. Maintenant, une réconciliation est une réconciliation. Il y a beaucoup de gens qui sont très contents. Bien sûr d’autres sont mécontents. Au niveau de nos proches entourages, tout le monde a salué cette réconciliation. Maintenant il ne s’agit pas de soutenir Karim Wade pour aller aux élections. 
C’est donc une réconciliation entre Frères ? 
Effectivement. C’est une réconciliation entre Frères. D’ailleurs, c’est ce que le Président Wade et mon père ont dit. Mon père a fait les mêmes commentaires que le Président Wade. Ce dernier a dit : « Deux Frères se sont retrouvés ». Vous savez tout cela est bien et très important car il faut avancer. Moi je suis conscient d’une chose : le Sénégal et ce qui s’y passe m’intéressent mais pas la politique. Je sais aussi quelque part que pour soutenir mon pays, je dois me mettre dans une logique de paix. C’est ce qui nous permet d’être dynamiques et d’avancer. Je ne vais plus m’occuper de détails. Mon ambition, c’est faire avancer le Sénégal. 
Pouvez-vous à présent nous parler de votre projet « Birima » ? 
C’est une manière pour moi de lutter contre la pauvreté. Le microcrédit est un instrument très important pour que les gens puissent travailler, garder leur dignité –je l’ai vécu personnellement. J’ai pensé qu’il fallait partir sur des bases qui respectent nos traditions, la parole donnée, pour ces gens qui ne parlent pas beaucoup mais quand ils disent quelque chose ils le font. Le microcrédit n’implique pas de grosses sommes donc les gens vont tout faire pour rembourser. J’avais un peu d’argent, et je l’ai mis dans ce projet. Je remercie Benetton qui m’ont fait bénéficier de leur campagne mondiale. Les réactions autour de ce projet Birima sont très positives. Ce que je recherche à travers ce projet, c’est que les bailleurs de fonds, qui ont l’habitude de prêter aux banques traditionnelles, puissent aussi en même temps prendre en compte le microcrédit, c’est à dire que qu’une banque d’ici puisse aller vers un Birima et accorde un microcrédit. Dès le lancement, des milliers de personnes se sont inscrites sur Birima, environ 3,000 personnes et si nous ne trouvons pas les institutions financières, ça va être difficile, au Sénégal comme ailleurs en Afrique. Nous voulons rebooster ce label Birima qui existe déjà et marche bien. Avec cette multinationale, nous bénéficions de leur savoir-faire et eux aussi retire un profit. Tout le monde y gagne. Mon rôle s’arrête à la promotion de ce projet ; j’ai pris des gens avertis, qui connaissent très bien le microcrédit, qui pourront répondre aux questions techniques ce que je ne peux moi-même fairee. Il y déjà une équipe dirigée par Malick Thioune. Ce sont des jeunes qui ont reçu une bonne formation bancaire et juridique. Beaucoup de gens viennent déposer un peu d’argent, quelquefois beaucoup d’argent, en disant qu’ils croient en ce projet, d’autres présentent un projet de financement. Notre but c’est de voir s’installer ces petites banques partout en Afrique. 
Vous dites que l’Afrique n’a pas besoin de charité ? 
Birima est un projet qui veut retourner aux gens leur Dignité. Vous savez, j’ai dit dès le départ à tout le monde que cette opération n’est pas une œuvre de charité. Nous ne demandons rien à personne. Nous recherchons plutôt à mettre en jonction les gens. L’Afrique n’a pas besoin de tendre la main. Ce dont elle a besoin c’est de travailler. Et si on en donne les moyens à l’Afrique, elle travaille. 
Jusqu’ici ce sont les Etats qui s’endettaient mais il est temps que les populations s’endettent directement. Et je pense que cela peut être différent. 
Etes-vous soutenu par le gouvernement du Sénégal ? 
J’ai déjà eu les encouragements et les félicitations du Président Wade directement, de Jacques Attali qui est un ami et celles du Président Diouf, secrétaire général de la Francophonie et de diverses personnalités des milieux des affaires et des finances aux Etats-Unis, en Italie avec notamment M. Alessandro Benetton qui croit fermement à ce projet. Ce dernier s’est investi personnellement pour que les institutions financières puissent faire confiance à Birima. 
Vous- êtes membres, comme Fatou Diome, Ousmane Sow, Patrick Pivre d’Arvor, de « Génération-Afrique » lancée par le secrétaire d’Etat français à la coopération, Jean-Marie Bockel, de quoi s’agi-il ? 
C’est une initiative de la coopération française qui regroupe entre autres des Africains issus de divers milieux représentatifs de l’Afrique. Génération Afrique est une boîte à idées pour conseiller la France et l’accompagner dans son engagement et son comportement envers l’Afrique. Nous essayons aussi d’appuyer la Francophonie au niveau culturel. Génération Afrique a demandé au Gouvernement français d’assouplir les visas. Ce qui est en train de se réaliser. Les artistes ont par exemple plus de facilité pour obtenir des visas. D’autres visas sont concernés, comme pour les études. 
Le report est la dernière née des techniques de fraude 
 
 
Il n’y a guère longtemps, le spécialiste de droit public et criminologue Souleymane Ndiaye invoquait la ‘mentalité délinquante des hommes politiques sénégalais’. L’assassinat impuni du juge Babacar Sèye, la tentative d’assassinat du jeune opposant Talla Sylla, les coups reçus dans l’enceinte même de l’Assemblée nationale par le député Aminata Mbengue Ndiaye, ceux assenés par le président du groupe parlementaire libéral et démocratique Doudou Wade au député de son propre camp Aliou Sow pour cause de désaccord sur la manière, le squat violent des commissions électorales du Parti démocratique sénégalais par les voyous de la ‘Génération du concret’, les insultes que le ministre Farba Senghor destine régulièrement aux rédactions de la presse privée, l’assimilation facile de toute critique à une déclaration de guerre émanant d’un ennemi à abattre, les menaces de mort régulièrement déposées dans les boîtes vocales de quelques abonnés impénitents conquièrent définitivement les faits sur les préjugés. Et le chef du camp majoritaire use du report des élections pour démobiliser les troupes de l’adversaire et préparer la fraude.  
Abdoulaye Wade perpètre lui-même le report délictueux ou encourage une initiative similaire venant d’un de ses amis politiques. La dernière proposition de report en date - concernant les locales du 18 mai 2008 - est celle faite par le député et maire de Dioubel, Aminata Tall. L’intéressée s’en explique dans les colonnes du quotidien L’As daté du vendredi 7 mars 2008 : ‘Ce n’est l’idée ni du président de la République, ni du gouvernement, encore moins de l’Assemblée nationale. C’est ma propre idée. Je l’ai mûrie, élaborée et soumise à mes collègues sous forme de proposition de loi’. Peu importe. L’esprit retors contente le chef revêche, qui dit vouloir renouer le dialogue avec son opposition décapitée par la rumeur et le report effectif d’élections aussi cruciales que les législatives initialement prévues en avril 2006. Les épisodes croustillants du report à deux reprises des élections législatives en disent long sur la nature du délit politique perpétré par le gardien même de la Constitution. La manœuvre se couvre d’abord du voile hypocrite du couplage de l’élection présidentielle du 25 février 2007 avec les législatives pour venir en aide aux sinistrés de la banlieue de Dakar. Aujourd’hui, la proposition de loi pour la tenue des élections locales le 22 mars 2009 - au lieu du 18 mai 2008 - se couvre du voile hypocrite de l’égalité en droit de toutes les régions du Sénégal (anciennes et nouvelles).  
Face aux délinquants, les rares députés honnêtes doivent entreprendre une bataille juridique implacable en saisissant le Conseil constitutionnel. L’article 96 (alinéa 2) de la Constitution stipule, entre autres, que le Conseil constitutionnel ‘est compétent en dernier ressort dans le contentieux des inscriptions sur les listes électorales et des élections aux conseils des collectivités territoriales’. Nicolas Sarkozy, monté récemment au créneau pour rendre la loi sur la ‘rétention de sûreté’ des criminels dangereux rétroactive en dépit de la décision contraire du Conseil constitutionnel français, n’aurait pas non plus gain de cause chez nous. En effet, au Sénégal ‘les décisions du Conseil Constitutionnel ne sont susceptibles d'aucune voie de recours. Elles s'imposent aux pouvoirs publics et à toutes les autorités exécutives’. Aucun député n’a le droit de s’arrêter tant qu’il n’a pas exploré toutes les voies de recours qui s’offrent à lui dans sa poursuite ininterrompue de l’intérêt général.  
Tant qu’il y a des pays qui respectent le calendrier démocratique par souci d’équité et de clarté, le Sénégal doit s’en inspirer. L’exemple des Etats-Unis d’Amérique est à ce sujet révélateur. En conformité avec le système électoral, les citoyens américains élisent, tous les quatre ans, le mardi qui suit le premier lundi du mois de novembre, les ‘grands électeurs’ qui ont pris l’engagement de voter, le lundi qui suit le second mercredi du mois de décembre, pour le candidat démocrate ou républicain à l’élection présidentielle. Le nouveau président élu prête serment devant le président de la Cour suprême le 20 janvier après la proclamation officielle, le 6 janvier, par le Congrès, des résultats du vote des ‘grands électeurs’. Immuable ! En plus de leur mentalité délinquante tout ou presque de la géographie.  
Couvrant un territoire d’une superficie de 1,2 million de kilomètres carrés, vingtième pays au monde par sa superficie, le Tchad est le cinquième plus grand d'Afrique après le Soudan, l'Algérie, le Congo-Kinshasa et la Libye. Depuis 2003, le Tchad est divisé en 18 régions administratives dirigées par des gouverneurs nommés par le gouvernement tchadien. Le Sénégal qui ambitionne d’en disposer au moins d’une vingtaine, est six fois plus petit que le pays des ancêtres Sao des Tchadiens d’aujourd’hui. Le report sous prétexte d’érection de trois nouvelles régions (Kédougou, Kaffrine et Sédhiou) permet d’affiner une technique de fraude électorale ou d’en concocter une nouvelle. Le Camerounais Hilaire Kamga, auteur d’une étude sur ‘les techniques de la fraude électorale en Afrique’, dénombre 32 artifices dans l’escarcelle des fraudeurs. Le report à la sénégalaise est la dernière née des méthodes de vol éprouvées. Aussi la renaissance de l’opposition démocratique sénégalaise passe-t-elle aussi par sa capacité à s’y opposer par tous les moyens.  
Abdou Aziz DIOP Politologue  
 
 
Le Soleil : Mardi 11 Mar 2008 
CONTRE LE REPORT DES ELECTIONS LOCALES : Le Front “ Siggil Sénégal ” déroule un plan d’action à partir du 18 mars  
L’opposition n’entend pas s’arrêter à une condamnation du report des élections locales. Selon Ali Aïdar, le porte-parole du jour de la Conférence des leaders du Front « Siggil Sénégal », elle déroule à partir du 18 mars un plan d’action. Des manifestations sont prévues dans les départements. 
Le Front « Siggil Sénégal » va dérouler un plan d’action pour dire non au report des élections locales qui devaient avoir lieu le 18 mai prochain. Cette lutte débute à partir du 18 mars prochain avec des manifestations devant les Préfectures et sous-Préfectures du Sénégal, selon Ali Aïdar, le porte-parole du jour qui a animé le point de presse qui a suivi la réunion de la conférence des présidents. 
Les responsables effectueront également « des tournées au niveau des départements pour parler au Front au niveau national, régional et départemental ». 
« Nous allons leur demander de travailler dans l’unité comme si les élections vont avoir lieu, parce que nous allons tout faire pour que les élections aient lieu », a martelé M. Aïdar. Le leader des écologistes poursuit : « nous n’allons pas baisser les bras. Le président a décidé d’une manière unilatérale de reporter les élections parce que son parti est en décrépitude. Ils sont en train de s’entredéchirer. Parce que nous avons trouvé dans la coalition « And Siggil Sénégal » l’unité de l’opposition. Ce qui était une réponse pour prendre les locales », a averti le porte-parole du Front. 
Des dénonciations se feront également dans les représentations diplomatiques accréditées à Dakar, à en croire le porte-parole. 
L’opposition soupçonne des manœuvres du pouvoir avec ce report. « Si le président reporte les élections dans un an cela veut dire que cela fera deux ans qu’il est élu. Il pourra aussi demander une démission de l’Assemblée nationale et proposer son fils pour le remplacer », souligne-t-il. 
C’est pourquoi M. Aïdar appelle les Sénégalais à prévenir, soulignant que l’opposition va continuer le travail dans le cadre des assises. « Nous avons fait de grands pas en avant vers l’organisation des assises nationales pour qu’avec toute la Société civile, les syndicats nous puissions donner une réponse aux dérives qui sont en train de se passer dans notre pays », déclare-t-il. 
Amath Dansokho, du Parti de l’indépendance et du travail (Pit) ajoute que des personnalités de premier plan participeront aux assises. « Wade sera obligé de se soumettre ou de se démettre », a lancé M. Dansokho. 
Aussi le leader du Pit, prévient-il que le report des élections locales « ne restera pas impuni ». « On va riposter. Nous avons eu des discussions très sérieuses sur tous les plans », a dit M. Dansokho qui poursuit que la réussite des actions dépendra de la population. Et, selon lui, « les militants sont déterminés à faire face ». 
Les responsables de l’opposition ont en outre désapprouvé la mobilisation organisée samedi dernier pour soutenir le sommet l’Oci. Ali Aïdar parle « de meeting pharaonique » qui, selon lui, « a mobilisé 800 millions de Fcfa ». Pourtant, déplore-t-il, « à l’intérieur du pays, les paysans sont dans le désarroi. Les pêcheurs démissionnent. La santé va mal ». 
Bataille pour le respect du calendrier républicain à Kaolack 
La Coalition « And Siggil Sénégal » de la commune de Kaolack annonce la couleur dans la lutte contre le report des élections locales. Dans une déclaration rendue publique dont copie nous est parvenue, la Coalition « And Siggil Sénégal » de la commune de la capitale du Saloum « dénonce et condamne avec la dernière énergie toute décision de report des élections ». Selon la déclaration, l’instance kaolackoise « mènera le combat pour le respect du calendrier républicain ». 
Pour la Coalition à Kaolack, « l’Assemblée nationale, largement dominée par les libéraux, vient encore une fois de plus de montrer à la face du monde qu’elle est au service d’un seul homme, Abdoulaye Wade et de son parti, le Pds ». 
L’opposition estime que : « la situation du pays est grave et préoccupante. L’Etat de droit est de plus en plus bafoué, la démocratie recule, les libertés sont violées, les marches interdites. C’est plus que jamais le règne du pouvoir personnel, de l’arbitraire et des constructions antidémocratiques de succession », dénonce le communiqué. 
Face à cette situation, la Coalition « And Siggil Sénégal » de Kaolack appelle « les Sénégalais à se mobiliser afin de restaurer la démocratie et de sauver la République ». 
REPORT DES ELECTIONS LOCALES EN MARS 2009 
Les Femmes de Tekki qualifient de « honte » l’initiative de Aminata Tall 
Par Bacary Domingo MANE | SUD QUOTIDIEN | mardi 11 mars 2008  
 
Au moment où les femmes députés libérales se félicitent de l’initiative de leur sœur, Aminata Tall, l’auteur de la proposition de loi sur le nième report des élections locales fixées le 18 mai prochain, celles du Mouvement Tekki – Emergence Citoyenne parlent de « honte ». 
« Nous, femmes engagées dans le sursaut citoyen avec le Mouvement Tekki, réunies pour honorer en ce jour les batailles héroïques des femmes ici et ailleurs pour la liberté, le respect de nos droits et la démocratie, reprenons le flambeau des mains de notre députée Ndèye Fatou Touré et protestons devant une telle forfaiture. 
Nous appelons nos sœurs et frères, citoyennes et citoyens de notre République malmenée, à dire non aux fossoyeurs de la nation et à défendre nos droits de contrôle sur les collectivités locales par le choix à date échue des conseillères et conseillers à qui nous voulons confier leur gestion », renseigne un communiqué envoyé à notre rédaction. Pour ces femmes, « d’abord la loi créant ces régions n’existe pas, parce qu’elle n’est même pas encore votée par le Sénat, sans parler de sa promulgation. Ensuite, au moment de faire voter la loi le gouvernement avait prétendu que toutes les dispositions étaient prises pour que des élections locales se tiennent à bonne date dans des conditions transparentes » 
Nul doute qu’il s’agit encore et toujours, selon les femmes du Mouvement Tekki, de « manœuvres politiciennes visant à empêcher les citoyennes et les citoyens de reprendre la gestion de leurs collectivités locales des mains d’élites rentières réactionnaires spécialisées dans la spéculation foncière. Encore une fois, le Maître du PDS dévoile qu’il « parle en démocrate et se comporte en autocrate », ne se gêne pas pour donner un coup de pied au 08 mars, journée symbole de l’affirmation des droits et libertés des femmes ». 
SOCIÉTÉ ET VIOLENCE 
« Les cadres sociaux sont déréglés » (suite) 
Par Cherif FAYE | | mardi 11 mars 2008  
 
« La violence s’explique par le dérèglement de la solidarité organique dû à la déconfiture des cadres d’intégration sociaux ». C’est la principale idée à retenir de la 2e partie de l’entretien que le sociologue Hadiya Tandian a accordé à Sud Quotidien dans son édition du vendredi 7 mars dernier. 
Le dérèglement de la solidarité organique est-elle dès lors le problème dans nos sociétés post-modernes ? 
La solidarité organique se conçoit comme la coopération nécessaire entre les individus différenciés d’une société donnée pour permettre un bon fonctionnement de tous les secteurs vitaux de la collectivité. Le problème de notre société actuelle, c’est le dérèglement de cette coopération qui doit fonctionner de manière organique. La solidarité organique est propre à la modernité, elle est la forme de coopération que prennent les rapports sociaux suite à une différenciation plus ou moins achevée des ambitions sociales. Or, toute société où domine la solidarité organique comporte des risques de désagrégation ou d’anomie. La société moderne implique de nouveaux comportements, de nouvelles aspirations qui conduisent à une nouvelle solidarité qui creuse l’écart entre la classe portant la culture dominante et celle qui la subit. L’absence ou l’insuffisance du nombre de cadres sociaux nécessaires pour corriger cet écart, ou pour satisfaire ces aspirations est à craindre. Dans notre société, il y a une disproportion à cet égard. Le problème que pose la solidarité organique est celui des relations entre l’individualisme et le socialisme. Lorsque nous parlons de socialisme, c’est dans le sens Durkheimien du terme. Le socialisme, dit-il, « ne se réduit pas à une question de salaire, ou, comme on a dit, d’estomac. C’est une organisation plus achevée de la vie collective, qui aurait pour objet et pour conséquence d’intégrer les individus dans les cadres sociaux ou dans des communautés dotées d’autorité morale pour parvenir à un réarrangement du corps social ». Or, dans la société à solidarité organique, il existe des tendances individualistes qui éloignent de ces sentiments. Finalement, c’est l’anomie sociale qui fait sa loi. Pour corriger les « effets pervers » de la solidarité organique, il importe donc de donner un contenu assez large et une autorité suffisante à la conscience collective. Notre problème aujourd’hui, c’est de corriger les « effets pervers » de la solidarité organique. 
Comment expliquez-vous que les anciens cadres d’intégration ne sont plus opérationnels ? 
Nous avons fait une étude sur les comportements conjugaux à Dakar. L’observation portait sur les divorces prononcés au tribunal départemental de Dakar entre 1988 et 1997 ; soit dix ans. Deux questions avaient motivé nos recherches. La première question consistait à savoir pourquoi la famille ne joue plus son rôle régulateur dans la vie conjugale. La seconde question concernait la répudiation qui, malgré son interdiction par le code de la famille, les Sénégalais le pratiquaient dans leur généralité. Pour la première interrogation, nous avons constaté que les mariages contractés au niveau de la famille ou de la mosquée, sont généralement dissouts au niveau du tribunal, non parce que c’est la volonté des deux parties, mais c’est en fonction du caractère contentieux de leurs rapports. Cela s’explique d’abord par la perte de valeur des institutions sociales comme la famille. Celle-ci a perdu de sa notoriété sur son membre. Ensuite, lorsqu’un mariage tourne au litige, les instances sociales de règlement des conflits domestiques qui sont de type patriarcal où la prééminence est donnée à l’homme sur la femme favorisent plutôt l’homme et lèsent la femme par rapport aux conséquences du divorce. Ainsi, la femme ne trouve plus en ces cadres un interlocuteur favorable qui puisse défendre ses intérêts en cas de dissolution du mariage. L’homme parfois, trouve que la femme n’a pas été suffisamment découragée dans son intention de rompre le lien conjugal. Et finalement, le tribunal devient l’ultime recours pour la femme qui est socialement isolée. Généralement, ce sont les femmes qui introduisent les demandes de divorce contentieuses au tribunal. Dans l’étude que j’avais faite, les demandes de divorce étaient introduites généralement par les femmes, surtout par celles qui avaient moins de trois enfants. Donc la famille qui était le cadre domestique où le sentiment d’équité et de solidarité devait prévaloir sur l’égoïsme et l’injustice fournit un visage étranger à ses membres Pour la seconde question, nous avons constaté que la répudiation était la forme de dissolution du mariage la plus répandue chez les sénégalais malgré son interdiction. D’abord, les Sénégalais bénéficient de la complicité de trois cadres moraux pour régler leurs conduites conjugales : ce sont les lois coutumières, les lois religieuses et enfin le code de la famille. Mais généralement, les Sénégalais ne distinguent pas avec évidence les dispositions réglementaires de chacun de ces cadres. Pour une même activité, ils recourent indistinctement tantôt aux lois coutumières, tantôt aux règles religieuses ou tantôt au code de la famille. Lorsqu’un conjoint transgresse les sentiments défendus par un de ces cadres, il trouve une échappatoire dans leurs conflits juridiques pour échapper aux sanctions adéquates. Ainsi le code de la famille ne parvient pas à imposer son modèle, non plus les lois musulmanes et coutumières. Or, de tels comportements tiennent la femme dans un rapport de violence latent ou réel, surtout dans une société patriarcale. Donc en plus de la famille, les cadres normatifs sociaux perdent également leur consistance chaque fois qu’un criminel se faufile entre ces zones d’incertitude. 
Qu’est ce qui est à l’origine des violences dans le champ politique ? 
Il faut savoir que nous vivons dans une société qui comprend deux types de structures. Le premier type est d’origine monarchiste, moulé dans des sociétés de castes et d’ordre où les différents segments sociaux fortement différenciés vivent sous des rapports de conflits et de tensions à tous les niveaux de la société. Cette structure est appelée par le Pr. Malick Ndiaye le « type agonistique » ; c’est-à-dire « qui combat dans les jeux ». Le second type quant à lui, est éduqué dans les puissants liens communautaires des sociétés sans castes fortement égalitaires sur le plan du statut social. Ces sociétés sont de type « irénique » ; c’est-à-dire qui prône la « paix ». Or, le comportement moyen de la majorité des Sénégalais d’aujourd’hui est fortement déterminé par les manières de penser d’agir et de faire propre au type agonistique dont les structures connaissent le mépris de castes. Aussi, le personnel politique des partis qui se font la concurrence pour l’exercice du pouvoir se recrute majoritairement dans ce groupe. Ainsi, ses agents transposent dans le jeu démocratique leurs façons de faire qui se nourrissent de rivalités, d’outrages, de défis ou de duels physiques et mystiques. La démocratie, selon le professeur Raymond Aron, est une organisation qui permet « la concurrence pacifique pour l’exercice du pouvoir » ; donc c’est un jeu essentiellement pacifique dont le principe réside dans la vertu. La démocratie n’autorise pas la violence. La présence de la violence dans le jeu démocratique s’explique par la nature des structures sociales des classes dirigeantes. Ce sont les acteurs issus des sociétés de type agonistique qui sont généralement à l’origine des comportements violents dans le jeu démocratique. Mais, nous dira-t-on, que la violence se constate également chez le type irénique ! Mais lorsque des segments sociaux vivent en communauté, le groupe dominant exerce sur les autres une coalescence, telle sorte que ces derniers finissent par adopter les manières de penser, d’agir et de faire propres au groupe dominant. Ainsi le jeu démocratique se trouve être déterminé par la nature des rapports des structures sociales dans lesquelles la majorité des acteurs politiques est produite. Maintenant où se situe la difficulté ? Pourquoi notre système démocratique fonctionne comme si la violence lui était normale ? Il peut y avoir au moins deux raisons. L’une tient aux principes de la démocratie elle même, et l’autre, à la nature de notre état social. Pour la première raison, selon Raymond Aron, le régime démocratique est le seul qui, par principe, n’est pas tenu de se défendre contre ses ennemis. La démocratie étant définie comme « l’organisation de la compétition pacifique », on ne voit pas comment peut-elle interdire à ceux qui n’aiment pas le système d’y participer à leur façon. Les acteurs politiques issus des sociétés inégalitaires adoptent le principe du jeu démocratique pour seulement arriver au pouvoir, mais sans y croire naturellement. La seconde raison s’explique par le fait que chez nous, c’est notre état politique qui prône la démocratie. Mais notre état social est essentiellement inégalitaire, par conséquent, il ignore les règles de la démocratie. C’est pour cela qu’il est important de veiller sur les relations objectives entre les différentes institutions de la république. Car, comme le dit Charles-Louis de Secondât, Baron de Montesquieu, « nulle âme n’est assez vertueuse pour ne pas se corrompre », il faut toujours veiller sur les acquis démocratiques. 
Comment expliquez-vous la récurrence des violences malgré les sanctions pénales infligées aux criminels ? 
Quand le sociologue dit que la violence est un phénomène normal à la vie des sociétés, cela ne veut pas dire que les criminels soient forcément des gens normaux. Pour que les criminels disparaissent, il faut que les sentiments qu’ils froissent soient ressentis avec la même intensité dans les consciences individuelles. Dans une société, les individus n’ont pas le même niveau, ils ne sentent pas les mêmes choses avec la même intensité. Il y a toujours des gens qui s’approchent du type normal et d’autres qui s’en écartent. C’est pourquoi, malgré les sanctions répétitives, les gens commettent toujours des crimes. Je prends un exemple. La maladie est haïssable. Mais tous les jours, les docteurs de la santé trouvent des remèdes à ces maladies. Et ce n’est pas pour autant que la maladie disparaît. La maladie est même quelque part importante pour que l’on connaisse l’état de santé. Par ricochet, le crime est important pour que l’on puisse connaître le degré de santé de la société. Cela ne veut pas dire que nous encourageons le crime. 
 
HUMEUR - Huit milliards presque partis en fumée ! 
Au lendemain du Sommet de l’Organisation de la conférence islamique, la location du bateau Msc Musica accouchera d’une terrible évidence : elle coûte au Sénégal une ardoise de 8 milliards de francs Cfa, mais elle ne laissera aucune trace dans notre pays. Huit milliards sans un cm2 d’infrastructure palpable ! Huit milliards sans lien physique durable avec les intérêts pratiques d’une nation ! Huit milliards qui rapportent des broutilles ailleurs ! Huit milliards investis dans du prestige absolu ! Huit milliards de francs Cfa qui, au final, se transforment en vraie fumée ! Il faut être d’une absolue ingéniosité pour avoir l’idée de couler, de cette façon, une somme si faramineuse dans les méandres d’une manifestation qui n’en demandait pas autant. Peut-être bien que l’échelle d’appréciation par rapport à un investissement de ce niveau, de même que les motivations qui le sous-tendent, échappent au petit bon sens du gentil petit peuple. Peut-être bien aussi que notre perspective critique est bien trop étroite pour appréhender la grande vision des décideurs de l’Anoci pour l’avenir du Sénégal. Il n’empêche, on est choqué !  
Avec 8 milliards de francs Cfa, que n’aurait-on pu réaliser dans ce pays qui a mal presque partout ! De petites choses certes, mais en tout cas de petites choses utiles aux millions de Sénégalais qui souffrent, dans les villes et dans les campagnes, dans les quartiers dits huppés comme dans les bidonvilles, partout et nulle part, à des degrés divers. Huit milliards pour un gros navire dans un pays où des paysans et leurs familles se nourrissent d’aliment de… bétail faute de mieux. Huit milliards, c’était utile pour les innombrables «routes» ensablées des coins et recoins de la capitale, pour les bidonvilles urbains qui puent du mal-assainissement, pour les zones abonnées au noir faute d’éclairage, pour les poubelles à ciel ouvert que sont les canaux et égouts.  
Huit milliards, c’était utile pour réparer les milliers de forages en panne dans le monde rural, subventionner les produits pétroliers sur lesquels l’Etat fait son beurre, donner un vrai visage d’école à ces multiples paillotes à ciel ouvert qui pullulent dans les campagnes, secourir les pauvres malades sans le sous qui périclitent après avoir été trimballés de centres de santé en hôpitaux et ceux qui rendent l’âme entre deux morgues inaccessibles… Les conditions dans lesquelles a été organisé le sommet de la conférence islamique sont déjà extrêmement contestables avec les tensions infligées aux finances publiques, les désagréments décrétés en matière de circulation, pour que les flamboyants patrons de l’Anoci n’aient jamais pu avoir en eux la grande idée de consacrer huit milliards de francs Cfa à un bateau qui reprendra le large. C’est franchement dramatique et, surtout, impitoyable pour ce pays. Au matin du 15 mars, on se demandera : «Mais où sont passés les 8 milliards de francs Cfa versés à ce veinard propriétaire du Msc Musica ? »  
Momar DIENG  
11 mars 2008 | 13:07 
SENEGAL - TUNNEL DE SOUMBEDIOUNE - EOULEMENTS D’EAU 
Les chantiers de Karim manifestent leurs premières failles mardi 11 mars 2008  
NETTALI - Selon la Rfm, le tunnel de Soumbédioune qui a été ouverte à la circulation commence à manifester des défaillances techniques. Des écoulements d’eau ont été constatés par un reporter de la Rfm. L’entreprise qui a construit le tunnel dédramatise alors qu’un technicien contacté à la radio estime qu’il s’agit là de défaillances sérieuses. 
Le "bijou" a coûté 9.802.204.286 de francs Cfa. Il s’agit d’un tunnel long de 300 mètres dont les travaux ont duré 14 mois. Et Karim Wade déclarait que "ces travaux, qui ont commencé il y a exactement six mois, ont été réalisés dans les délais. A cet effet, je tiens à féliciter personnel de l’Anoci, le consortium Cde-Al Kharafi et l’ensemble des bonshommes de la route qui font un travail impressionnant et efficace pour atténuer les nuisances en matière de circulation". 
Le consortium Cde-Al Kharafi parle dans cette affaire de "situation maîtrisée" alors qu’une des sources de la Rfm qui a préféré garder l’anonymat évoque des défaillances techniques. Elle estime que c’est parce qu’il y a des problèmes au niveau de l’étanchéité ou d’isolement du béton par d’autres moyens techniques qui sont à la base de ces écoulements d’eau. 
Les difficultés enregistrées dans la finalisation de la construction du tunnel avaient justifié au dépassement de 8.208.748.755 F Cfa Htva sur les travaux de la Corniche ouest, selon un rapport du contrôle de gestion sur l’exécution des projets d’infrastructures routières de l’agence nationale de l’Oci au 30 juin 2007 réalisé par la Compagnie internationale de conseil et d’expertise (Cice). Ce qui avait fait grimper le montant global et initial de 18. 717. 647. 407 francs Cfa Htva, à 26.926.396.162 francs Cfa Htva ; d’où un dépassement de, correspondant à un taux de 44%. 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 11.03.2008
- Déjà 5056 visites sur ce site!