ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

L’HOMME POLITIQUE SENEGALAIS, POLITICIEN OU H

A qui faire confiance ? 
En Afrique, le pouvoir semble donner des ailes et surtout rend méconnaissable. Au Sénégal, le Parti démocratique sénégalais (Pds) en est la parfaite illustration, le cobaye par excellence. En 2000, le peuple sénégalais meurtri, dégoûté par quarante ans de règne socialiste, a¬vait placé beaucoup d’espoir en ce grand parti, principalement en son Secrétaire général, maître Abdoula¬ye Wade. Ce dernier, soutenu par tout un peuple, particulièrement les jeunes, contraint le tout puissant d’alors Parti socialiste au second tour, une première au Sénégal ! Et ce soir du mémorable 19 mars 2000, il remportait haut la main les élections du second tour, accrédité au passage de plus de 56% des suffrages exprimés… le vent de l’Alter¬nance (de l’espoir) venait de souffler au Sénégal. Le peuple en liesse sortait dans les rues et jubilait. C’était en 2000. Onze ans plus tard, c’est plutôt le vent du… désespoir qui est en train de souffler au Sénégal ; et le peuple ne sait plus à quel saint se vouer. Triste, non ? Pourtant, en portant leur choix sur le candidat Wade avec son fameux Sopi comme slogan, les Sénégalais avaient fait le meilleur choix possible à l’époque. Avec dans son Cv plus de 26 ans d’opposition, accumulant beaucoup d’expérience, combattant sur tous les fronts, et avec des promesses à la pelle, il était incontestable que maître Wade avait le meilleur profil pour remettre le Sénégal sur les rails du développement. Cependant élu et réélu par le peuple, ce dernier, une fois dans les locaux confortables de l’avenue Roume, oublie -hélas ! - le peuple et lui tourne le dos ! Il se prend pour un roi, prend les Sénégalais pour ses sujets, et son fils comme le prince héritier. Sa cour est remplie de valets et de griots qui chantent ses louanges nuit et jour ; et il adore cela. Il nomme et dégomme selon ses goûts, ses couleurs et ses humeurs. Il est toujours entre deux avions et ne se prive pas de faire du tourisme mondial aux frais du contribuable. Et tous ceux qui roulent avec lui roulent dans l’or : ils habitent dans des châteaux, se sapent comme des princes, conduisent des voitures de luxe et volent dans les airs comme des… oiseaux avec leur passeport diplomatique ; alors que le peuple, le pauvre peuple, trahi et abandonné, vit dans la précarité. Qui disait qu’au Sénégal, il n’y a plus de classe moyenne, mais seulement des gens extrêmement riches et des gens extrêmement pauvres ? Le moins que l’on puisse dire est que c’est alarmant ! 
 
Toutefois pour rendre à César ce qui lui appartient, mettons à l’actif du régime libéral la construction des infrastructures notamment des ponts, des routes, des échangeurs, sans oublier le très polémique mo¬nument de la Renaissance africaine et aussi le récent Grand Théâtre national, entre autres réalisations. Oui ! Force est de reconnaître que Wade a transformé le visage de Dakar ; mais est-ce que le Sénégal se limite à Dakar ? Et surtout, ces réalisations peuvent-elles atténuer un tout petit peu le mal des Séné¬galais ? Car ces derniers, en seulement une décennie, sont passés de la souffrance à l’agonie : les coupures d’électricité sont devenues monnaie courante, les prix des denrées de première nécessité montent en flèche ; les jeunes, diplômes en po-che, traînent dans les rues ; la corruption a fini de gagner tous les secteurs de l’Administration ; l’Injustice gagne du terrain ; l’éducation traverse une crise sans précédent ; les détournements sont banalisés… Disons le haut, Wade a déçu ! 
Qu’a-t-on fait de celle qui avait acheté des clés Usb à 90 mille francs l’unité, des cuillères à 37 000 francs l’unité ? Qu’est devenu le commanditaire des saccages des locaux de certains quotidiens de la place ? Où est passé le principal accusé de l’affaire dite des «Chantiers de Thiès» où des milliards ont disparu sans contrepartie ? Qu’attendent donc les experts de l’Ige pour jeter un coup de projecteur dans la gestion de l’Anoci, qui a englouti des milliards et des milliards du contribuable sénégalais sans aucune justification ? Pourquoi donc celui qui vole un poulet est emprisonné, alors que celui qui fait main basse sur des milliards est aussi libre que l’air ?... Sei¬gneur !, même si toutes ces questions que se posent les Séné¬galais ne trouvent pas de réponses ici-bas, faites donc, je vous en prie, par votre Grandeur et par votre Sa¬gesse, qu’elles le soient dans l’au-delà ! 
 
Et l’opposition dans tout cela ? Elle est loin d’être exempte de reproches ! Regroupée au sein de Bennoo et dite significative, elle semble aujourd’hui être peu significative ! Ne nous leurrons pas. Cette opposition est en train d’émettre des si¬gnaux pas du tout rassurants, in¬quié¬tants à la limite, quant à leur future gestion du pays. Dernière¬ment, elle s’était signalée par sa passivité au point d’être surnommée «l’opposition de salon» par le pouvoir et certes, elle est en train de rectifier le tir. Mais ce qui m’intrigue est ailleurs. En fait, malgré le nom de Bennoo, cette opposition est loin d’être unie ! Et c’est un secret de polichinelle que de dire que de profondes divergences minent cette coalition. Les Sénégalais l’ont appris à leurs dépens ; eux qui, lors des Lo¬cales de 2009, avaient massivement voté pour elle. Mal leur en pris ! Puisque ces derniers, après a¬voir gagné la quasi totalité des grandes villes du Sénégal, se sont tristement illustrés dans des querelles de bas étage pour le choix de leurs édiles locaux. En réalité chacun des partis constituant cette coalition voulait tirer la couverture sur lui, les plus grands voulant engloutir les plus petits. Et ce fut un signal fort ! Où étaient donc passé leur unité, leur éthique, leur patriotisme qu’ils proclamaient auparavant ? Et aujourd’hui encore certains de leurs maires sont en train de faire pire que les Li¬béraux, dans la gestion de leur ville ; faisant du coup regretter les Séné¬ga¬lais d’avoir porté leur choix sur eux. 
 
Dés lors les Sénégalais sont devenus méfiants : le régime libéral a abusé de sa confiance alors que Bennoo ne lui inspire plus confiance. Et ils ne cessent de se poser cette question, qui sonne comme un cri du cœur : A qui faire confiance ? A qui, Bon Dieu ! 
 
Peut-être que le mouvement Y en a marre montrera la voie à suivre… En fait c’est ce que les Sénégalais attendent de toi, Y’en marre ! Comme quoi, aussi bien le pouvoir que l’opposition significative sont exclus, tu dois parrainer un candidat. Et peu importe son appartenance : société civile, candidat indépendant, parti politique non aligné … Seulement il doit remplir certaines obligations : «casier judiciaire» vierge, compétence avérée, intégrité, honnêteté, entre autres vertus. Vas-y Y’en a marre, fais-le, c’est ton rôle ! Et ainsi tu rendras service aux Sénégalais... pauvres Sénégalais ! 
 
Alioune Badara MBENGUE - Ma plume au service du peuple / Mbengue_6@hotmail.com 
L’HOMME POLITIQUE SENEGALAIS, POLITICIEN OU HOMME D’ETAT ? 
L’appellation « homme politique » apparaît comme une expression générique recouvrant plusieurs profils : homme d’Etat, politicien, ou, pour souligner la grande habilité du personnage, on parlera de fin politique et même d’ « animal » politique 
Machiavel, pour sa part, a écrit que l’homme politique doit avoir de la vertu et de la chance. Si la chance peut être définie comme le facteur qui fait que la réussite couronne tout ce que l’on entreprend et qui serait extérieur à la volonté, voire aux attentes de celui qui agit, il faudrait alors la ranger dans le domaine du fortuit. Or, de nos jours et dans nos pays où tout est à faire, l’on ne saurait raisonnablement s’en remettre uniquement à la chance. En démocratie, l’homme politique doit donc, surtout, avoir de la vertu, si celle-ci signifie intégrité morale, sincérité dans les promesses et engagement à travailler pour le bien public. 
Mais alors, qu’est-ce qui distinguerait le politicien de l’homme d’Etat ? La réponse à cette interrogation nous mettra, probablement, sur la voie qui conduit à identifier les agents qui évoluent dans le champ politique sénégalais et, chemin faisant, à mesurer l’intérêt que les uns et les autres peuvent présenter pour le futur du pays. 
 
 
Les différences 
 
 
L’homme politique est une personne qui, principalement, mène une action intéressant la marche de l’Etat ou de ses démembrements. Elle est membre d’un parti (ou d’un de ces mouvements dits « citoyens » qui investissent de plus en plus le champ politique), dont le rôle est de concourir à l’expression de la volonté des populations. 
 
Le politicien est, en particulier, celui qui s’active de manière soutenue, pour atteindre des objectifs partisans. 
 
Au sein du parti, il travaille au maintien de celui-ci aux affaires lorsqu’il est au pouvoir et, quand il est dans l’opposition, il s’emploie à le porter à la tête de l’Etat. Dans les deux cas, ce que l’on constate, c’est que, loin d’avoir à cœur la mise en œuvre d’un programme, dont l’objectif principal serait de conduire le pays vers un rapide progrès, il s’intéresse plutôt au contrôle sur les institutions, sur les hommes et sur les ressources, que peut conférer à son parti l’exercice de l’autorité. Pour le politicien, le pouvoir est recherché pour le pouvoir.  
Pour arriver à ses fins, il recourt à une panoplie d’outils qui varient selon qu’il s’adresse à l’opinion, ou qu’il est dans une posture de combat contre l’adversaire. 
 
Vis-à-vis du public, c'est-à-dire, pour lui, les électeurs actuels ou potentiels, il présente sous le meilleur jour possible, les activités de son parti, ou du gouvernement si ce dernier est entre les mains de sa formation. Cette démarche le conduit souvent à présenter les faits de telle sorte qu’ils apparaissent favorables à son bord politique. Les exemples sont nombreux : ainsi, lorsque l’opinion est préoccupée par l’état de pauvreté qui sévit dans le pays, il met en avant une augmentation du taux de croissance globale de l’économie et prétend que si la tendance se maintient, la pauvreté disparaitra ; il ne dira jamais quelles catégories de la société sont concernées par ladite croissance, ni comment sont répartis les revenus entre les populations. De même quand une saison pluvieuse aura permis de bonnes récoltes de céréales traditionnelles (mil, maïs), il annoncera avec empressement que l’autosuffisance alimentaire est acquise ; il ne précisera pas que les céréales en question ne se substituent pas au riz dont l’importation continue de plus belle. Egalement, si les travailleurs réclament des augmentations de salaires, la comparaison sera vite agitée avec ce qui a cours dans des Etats voisins, sans qu’il soit indiqué que des écarts importants, peuvent exister quant au coût de la vie, d’un pays à l’autre.  
 
Par ailleurs quand un secteur est en difficulté, du fait d’une fiscalité de porte trop élevée, sur les matières premières importées pour son fonctionnement (c’est le cas de l’énergie), la diminution de ces prélèvements à laquelle le gouvernement aura été contraint, sera présentée comme une subvention, un cadeau, qui serait fait au consommateur final. Et pourtant, par un examen rapproché, l’on se rend compte qu’une réduction de certaines dépenses de l’Etat, dont l’utilité est douteuse, aurait pu rendre ces droits d’entrée, en grande partie, sans objet. Autre exemple : pour mettre en exergue les efforts de l’Etat en faveur d’un secteur social comme l’éducation ou la santé, l’on indique avec insistance la proportion du budget national qui y est consacrée, sans préciser s’il s’agit de dépenses de fonctionnement ou d’investissement ; le plus souvent d’ailleurs, les charges en question sont relatives au personnel et la part qu’elles prennent dans le budget, est justifiée par le fait que les effectifs concernés constituent la majorité des agents de la fonction publique.  
 
On le voit, tous les cas décrits ci-dessus, illustrent un recours au procédé qui consiste à ne dire qu’une partie de la vérité et à occulter le reste qui, s’il était connu, aurait pour effet de ruiner l’argumentaire. 
 
En fait, l’objectif visé ici n’est autre que de circonvenir l’opinion, ce qui est rendu d’autant plus facile, que la majorité de la population, en raison de son manque d’instruction, n’a pas la possibilité de connaître tous les paramètres qui sont à l’œuvre dans les différents secteurs. 
Cette démarche politicienne n’est donc pas conforme à la vertu, qui commanderait qu’on informe les populations de la réalité et des vrais résultats de l’action qui est conduite en leur nom, sans hésiter à signaler les difficultés qui n’ont pas pu être surmontées, pour leur permettre de vérifier que le mandat qu’elles ont donné a été respecté. 
 
Voilà pourquoi ce type d’homme politique qu’est le politicien, est à l’origine de toutes les dérives constatées dans l’exercice du pouvoir, au sein des démocraties représentatives ; ces élus qui deviennent une coterie et qui, par la manipulation des faits et la dissimulation, cherchent à conserver un pouvoir, devenu pour eux, finalement, un simple outil de domination. 
 
Face à l’adversaire, puisque le pouvoir est conçu comme, non pas le moyen de servir les intérêts de la nation, mais celui de contrôler un pays, le politicien s’engage dans une lutte farouche pour prendre ou garder le dessus. 
 
Dans cette confrontation, ce ne sont pas les idées, les programmes qui sont mis en comparaison, voire en opposition, c’est le recours à d’autres instruments qui est privilégié. Dans cette perspective, toutes les entités que la sociologie politique désigne sous le nom de groupes de pression (syndicats de travailleurs, artistes et intellectuels, chefs religieux, organes de presse, organisations sportives, etc.) sont les cibles du politicien, qui cherche à obtenir leur faveur au détriment du camp adverse. Et le plus souvent, il met à la disposition des intéressés (ou promet de le faire), divers avantages (aides à la presse, subsides aux religieux à l’occasion des manifestations confrériques, offre de postes dans certaines institutions, etc.) 
 
Allant plus loin encore, l’on n’hésite pas à chercher à recruter dans les rangs de l’adversaire de nouveaux militants, afin de le destabiliser et de l’affaiblir ; et lorsqu’un succès quelconque est obtenu dans cette entreprise, les médias sont fortement mis à contribution pour donner à l’évènement le plus large écho possible. 
 
Jusques et y compris les attaques personnelles, destinées à ternir la réputation de celui d’en face, rien n’est laissé de côté, le but étant de démontrer qu’il est inapte à assumer de hautes responsabilités. 
 
Au contraire du politicien, l’homme d’Etat arbore une tout autre stature. Il est certes membre d’un parti qu’il aura le plus souvent fondé, ou en tout cas dont il est un des principaux leaders. 
Il peut, d’autre part, être titulaire de hautes fonctions dans l’Etat, s’il n’en est pas le chef. Mais ce par quoi il se distingue, c’est son aptitude à identifier les vrais défis auxquels sa nation est confrontée et sa détermination à les relever, en coopération avec l’ensemble des ses concitoyens. Les défis en question peuvent être de plusieurs ordres : la libération pour une nation opprimée par un pays étranger, la paix dans la dignité pour un pays en conflit armé contre un autre, ou qui est en proie à une guerre civile, le vrai développement économique, l’instauration d’une authentique démocratie, dans un Etat dirigé par un pouvoir personnel, assorti d’une négation de certains droits et libertés, etc. 
 
On remarquera chez cette personne de belles qualités humaines : une forte détermination dans la voie qu’elle aura choisi de suivre, une grande capacité de dépassement de soi, qui la tiendra loin de certains états d’âme : Napoléon Bonaparte a dit : « L’homme d’Etat doit avoir son cœur dans sa tête ». De même, elle n’éprouvera pas la crainte d’être temporairement, impopulaire auprès de certaines catégories de la population, quand elle sera convaincue que l’action engagée sert les intérêts de la grande majorité des citoyens.. 
 
Il s’agit aussi d’un homme qui a une haute idée de sa nation, pour laquelle il nourrit une ambition de grandeur et de puissance et son patriotisme ne saurait être pris en défaut. On peut dire de lui qu’il est, sans conteste, le « chevalier » de la politique 
 
L’homme d’Etat a donc une vision qu’il doit transformer en projet. Il prendra soin de bâtir la stratégie qui lui paraitra la plus adéquate pour arriver à ses fins. Dans ce cadre, il lui faudra certes s’appuyer sur un parti dont le rôle est double : d’abord permettre, par la confrontation des ses idées avec celles des autres membres de l’organisation qui partagent sa vision, et qui, par la réflexion et le débat peuvent enrichir les options et affiner les différentes approches ; ensuite, constituer un relais chargé de diffuser la teneur du projet auprès des populations et susciter, de la part de celles-ci, des réactions ou prises de positions qui fourniront la possibilité d’opérer les ajustements nécessaires.. 
 
Mais dans les faits, les situations peuvent se révéler d’une grande diversité et des adaptations s’avèrent sans cesse indispensables. Aussi, l’homme d’Etat est-il souvent seul, ou entouré d’un petit nombre de personnes, pour assumer des décisions qui ne peuvent pas attendre, les circonstances ne lui laissant pas d’autre choix.  
 
En outre, parce qu’il aura besoin, comme nous l’avons indiqué, de l’appui d’un parti politique, les risques sont réels d’une divergence de vue avec les politiciens du parti, dont la seule préoccupation est d’acquérir et de conserver la position dominante que confère la détention du pouvoir 
 
C’est la raison pour laquelle, d’ailleurs, il est souvent arrivé que ces grandes figures aient éprouvé le besoin de s’adresser, directement, à leur peuple pour, non seulement le prendre à témoin, mais surtout contourner l’écran, l’obstacle que peut constituer le parti.  
Cette caractérisation étant faite, il conviendrait, à présent, de voir de quelle manière, depuis plusieurs décennies, voire plus loin dans le passé, se définissent les acteurs présents sur la scène politique de notre pays. 
 
 
Répartition des acteurs entre les deux catégories 
 
 
Déjà avant la colonisation du pays par les Français, l’histoire a retenu certains monarques qu’elle considère comme de vrais hommes d’Etat, du fait de leur engagement dans les causes qui, à l’époque, inspiraient l’action à la tête des différents royaumes. Il faut rappeler que les enjeux, pour un roi, étaient principalement de conserver l’indépendance de son Etat vis-à-vis des autres, souvent des voisins et le maintien au pouvoir, de sa dynastie. 
 
Quand l’impérialisme européen a ensuite amené les puissances occidentales à s’engager dans l’entreprise coloniale, presque tous les souverains sénégalais ont fait montre de leur grande qualité de résistants et ont farouchement défendu la liberté de leur peuple. 
 
Mais l’on ne peut pas dire que pendant cette période, les politiciens aient été absents de la cour des rois. Il est souvent arrivé, en effet, que certains personnages, pour sauvegarder leurs intérêts qu’ils voyaient menacés par la tournure des évènements, aient cherché à pousser le monarque à trouver des arrangements avec l’étranger ; c’est pour cette raison que certains royaumes ont assez vite conclu des traités de protectorat qui ont mis fin à la lutte et qui eurent, pour conséquence, d’installer l’autorité française sur les territoires concernés.  
 
Il reste entendu que la main de la puissance étrangère n’était pas absente de ces intrigues, car c’était pour elle, une autre facette de sa stratégie de conquête. 
 
Pendant toute la durée de l’occupation, la principale aspiration des populations était de recouvrer la liberté, l’indépendance. Et c’est en fonction du degré d’implication des différents hommes politiques d’alors, dans la défense de cette cause, que l’on peut ou non leur attribuer la qualité d’homme d’Etat. Néanmoins, l’on est obligé de s’interroger sur la manière dont les leaders sénégalais ont porté ce vœu de liberté. Que ce soit Blaise Diagne ou Lamine Guèye, on peut observer que leur démarche a surtout visé à obtenir l’amélioration du sort des populations, à l’intérieur du système colonial. Ils ont ainsi œuvré pour faire instaurer l’égalité de droits entre les Français de la métropole et, d’abord les ressortissants des quatre communes (Saint Louis, Dakar, Rufisque et Gorée), avec Blaise Diagne en 1917-18, ensuite la totalité des habitants du pays (loi Lamine Guèye du 7 mai 1946). 
 
Il s’agissait probablement de conquérir cette première position, qui fut acquise de haute lutte, pour, ensuite, envisager d’autres avancées. 
 
Et, comme deux ans après l’adoption de la loi Lamine Guèye, la France, à l’instar de beaucoup d’autres Etats, ratifia la déclaration universelle des Droits de l’Homme, la voie fut naturellement ouverte à l’élite politique sénégalaise, pour réclamer l’indépendance.  
De plus, pendant la deuxième guerre mondiale qui s’est achevée en 1945, la France avait fait la douloureuse expérience de l’occupation de son territoire, plusieurs années durant, par l’armée allemande. En toute logique, il lui était donc devenu malaisé de trouver une légitimité au maintien du régime colonial. 
 
L’autonomie interne fut obtenue en 1956. Elle eut pour avantage de révéler au peuple sénégalais, tant à l’assemblée territoriale qu’au gouvernement, la présence en son sein d’éminents cadres (professeurs, médecins, avocats), qui n’avaient rien à envier à leurs homologues français et qui constituaient la meilleure assurance que l’accession du pays à la souveraineté complète, ne pouvait être qu’un succès. 
 
Une fois l’indépendance acquise, le Sénégal eut deux défis à relever : l’édification d’un nouvel Etat pour remplacer la colonie et la construction d’une économie pilotée par la puissance publique. 
 
Les deux dirigeants de l’époque, Senghor et Mamadou Dia, étaient parfaitement convaincus que leur mission commune était de tout faire pour atteindre ces deux objectifs. Et l’on peut dire que les équipes qui les entouraient et qui ont constitué les premiers gouvernements du Sénégal indépendant, ont parfaitement partagé avec eux cette détermination, cet engagement, parce qu’ayant tous, conscience qu’ils se trouvaient à un moment décisif de la vie de leur nation.  
 
C’est ainsi que, dès après la mise en place des institutions, une réforme entra en vigueur pour restructurer l’administration territoriale et remplacer les cadres français par des nationaux. 
Au plan politique, on assista à la fusion des deux principaux partis que dirigeaient respectivement Lamine Guèye et Senghor, ce qui donna naissance au parti unique : le but visé à travers cette unification semblait être de rassembler les efforts pour construire un Etat fort, exerçant efficacement son autorité sur l’ensemble du territoire et favorisant la consolidation de la nation. L’on peut reconnaître sans difficulté que ce but fut amplement atteint, assez rapidement. 
 
En ce qui concerne l’économie, c’est à Mamadou Dia, Président du Conseil, que revenait le soin de prendre en main sa construction. Il eut en effet une grande vision qui consistait, d’abord, à mettre fin à l’économie de traite qui privait les paysans de l’essentiel du fruit de leur labeur. Pour cela, il fut mis en place un important réseau de coopératives, pour la collecte des récoltes et l’accès au crédit, sans négliger la création de structures d’encadrement et de conseil. 
 
Ensuite, pour le financement du développement, les dispositions furent prises pour installer un système bancaire comprenant le Crédit populaire Sénégalais, la Banque Sénégalaise de Développement et l’Union Sénégalaise de Banque.  
L’Etat était également présent dans d’autres secteurs et branches d’activités (secteur primaire, industrie, etc.) 
 
Cette nouvelle orientation, à la fois nationale et sociale, se heurta très vite à l’opposition des entreprises françaises qui voyaient leurs intérêts directement menacés. Et certains observateurs présentent cette situation, comme ayant été à l’origine du conflit qui occasionna la rupture entre Dia et Senghor, celui-ci ayant été influencé par certains représentants des intérêts étrangers. 
 
En tout état de cause, l’on peut dire que Senghor et Dia, chacun dans leur sphère d’activités, ont revêtu les habits d’hommes d’Etat. Le premier pour bâtir l’Etat, le second pour restructurer l’économie. 
 
Cependant, au cours des décennies qui ont suivi, toute cette œuvre a été pervertie par les dérives politiciennes du parti unique : le secteur public qui embrassait une bonne partie de l’économie a fini par sombrer, du fait de l’absence de contrôle et de l’impunité.  
Par ailleurs, le parti unique fut maintenu bien plus longtemps que nécessaire, car la consolidation de la nation qui était la principale raison de son instauration, a été assez rapidement obtenue. Voilà pourquoi l’exigence d’une démocratie véritable est vite devenue un nouveau défi pour le pays.  
 
Et de fait, de 1970 à 2000 la vie politique a été émaillée par de nombreux conflits entre l’opposition et le pouvoir, principalement suscités par les contentieux post électoraux et, d’une manière générale, par la question des libertés publiques. Ce défi de la démocratie a d’ailleurs mis, au second plan, la question du développement économique et voilà pourquoi aucune avancée significative n’a été obtenue, pendant cette période, dans l’amélioration des revenus de la majorité de la population  
 
Démocratie et développement sont donc demeurés les enjeux pour toute la nation. 
Certes, la transparence et la liberté des élections ont quelque peu progressé, l’alternance en 2000 en est une preuve ; mais le nouveau défi concerne le fonctionnement convenable des institutions à travers une vraie séparation des pouvoirs. Ce fut d’ailleurs une des principales revendications de l’opposition avant l’alternance et, curieusement, malgré l’arrivée au pouvoir d’un des principaux partis de ladite opposition, cette revendication n’est toujours pas satisfaite : le Président de la République est toujours secrétaire général de son parti et en conséquence, garde la haute main sur le parlement où celui-ci est majoritaire. 
 
De même, le Sénat, composé essentiellement de personnes désignées par le Président de la République, a été restauré, impliquant que des non élus, qui en fait sont des représentants de l’exécutif, participent, paradoxalement, à l’élaboration et au vote de la loi. Peut-on trouver plus grave violation du principe de la séparation des pouvoirs, qui pourtant figure dans le préambule de la constitution ? Il y est écrit ceci : « Le peuple souverain du Sénégal proclame la séparation et l’équilibre des pouvoirs, conçus et exercés à travers des procédures démocratiques »  
 
Le développement reste aussi la grande préoccupation du pays et si des infrastructures ont été construites, leur effet sur l’augmentation des productions et donc des revenus du plus grand nombre, n’est pas au rendez-vous. Ceci, parce que simplement, toutes les infrastructures n’ont pas la même signification, quant à leur impact sur la croissance de la production des biens et des services. D’où l’impérieuse nécessité de bien choisir le type d’équipement à édifier, dans un pays habité, pour l’essentiel, par des pauvres. Les difficultés sont croissantes chez l’écrasante majorité des Sénégalais et les investissements publics ne concernent pas, pour la plus grande part, l’acquisition d’actifs, pouvant favoriser l’accroissement des productions et des revenus. 
 
Si donc l’on s’en tient au critère retenu, à savoir : capacité et détermination à relever un défi essentiel se présentant à son pays, l’on ne peut être que fort embarrassé, quand on veut identifier des hommes d’Etat sur la scène politique, tant au sein de ceux qui exercent le pouvoir, que parmi les dirigeants de l’opposition. Simplement, parce que d’un côté comme de l’autre, l’on aimerait pouvoir distinguer une figure porteuse d’un dessein national et visant, par-dessus tout, à répondre à la demande pressante de développement et à l’aspiration des Sénégalais à une vraie démocratie.  
 
La grande question qui se pose à notre pays, est en conséquence, de trouver des citoyens, pour qui le devenir de notre nation prime sur l’intérêt de leur parti, ainsi que sur le simple désir d’occuper de hautes fonctions. 
 
En effet, de nouveaux et sérieux efforts doivent être entrepris, pour relever les défis intérieurs, parce que là est le cœur de la mission confiée à ceux qui dirigent le pays. C’est seulement à ce prix que la nation pour sa part, se rappellera. La mémoire des peuples n’est, en effet, à notre avis, qu’une cristallisation du souvenir autour de ce qui est profondément ressenti comme un grand bien, une action remarquable par ses effets sur le vécu de l’ensemble des populations. C’est la découverte chez les personnes qui mènent les nations, de qualités naturelles, ainsi que le constat d’efforts désintéressés et sincères qu’elles déploient en direction du bien public, qui suscite l’admiration et reste gravée dans les esprits. 
 
 
Au vu de ce qui précède, doit- on conclure que l’homme d’Etat est finalement une perle rare ? Qu’il ne suffit pas de se proclamer tel pour vraiment l’être ? Qu’il y a surtout, au Sénégal, foison de politiciens qui, par leur démarche toujours intéressée, retardent ou compromettent le développement du pays et son ancrage dans la vraie démocratie ? Nous ne pouvons que répondre « oui » à ces différentes questions, car elles correspondent à des constats irréfutables. Voilà pourquoi le peuple sénégalais ne doit plus délivrer un blanc seing à ses représentants, ni prendre pour argent comptant les engagements des uns ou des autres: il doit, comme nous l’avons déjà proposé, se réserver la possibilité d’intervenir directement, de sa propre initiative, pour édicter les mesures propres à servir ses intérêts vitaux. Ainsi, il ne dépendra plus, en cela, des décisions d’un chef d’Etat ou de parlementaires plus soucieux des préoccupations de leur parti et de leur maintien au pouvoir, que de répondre aux vraies aspirations de ceux qui les ont élus.  
 
 
Sidy DIOP « Convergence patriotique- le Sénégal d’abord » 
Email : sidyamadouyella@hotmail.com 
Tel : 221 77 413 00 07  
 
En mon âme et conscience, je n’y crois plus ! 
Le hasard est un maître qui ordonne le monde contemporain. 
Il nous faut nous ressaisir pour un sursaut éthique avant qu’il ne soit trop tard. 
Ensemble, nous devons dénoncer toute forme de gangrène sociale, d’où qu’elle vienne. Et cela, participerait à le croisade morale salutaire qui combattra la déliquescence qui nous guette, chaque jour de manière permanente. 
 
Car, elle menace les fondements de notre société, qu’elles que fussent leurs grandeurs passées et présentes.  
L’homme de Dieu, le défunt khalife de tous les sénégalais, Feu Seid Abdoul Aziz Dabakh Malick (PSL), nous gratifiait de ses sorties verbales retentissantes, pour nous ramener à la raison discursive, afin de remobiliser nos consciences autour de l’éthique et de la déontologie facteurs de la paix sociale.  
Son verbe puissant, sincère, pénétrant à faire pleurer tout le monde pour revenir à Dieu, déversait dans nos cœurs embaumés, pardon et repentance.  
 
Le Saint homme fustigeait, les dérives nocives de langage au grand dam de toute la société sénégalaise, l’invitant au respect, au ressaisissement, à la pureté de notre âme. 
Malheureusement, par les temps qui courent, il y’a un relâchement inquiétant généralisé des mœurs, à une vitesse exponentielle jamais égalée.  
 
Ce fléau participe, d’un contexte globalisé de démissions aux seins des familles, de l’école, des partis politiques des organismes de la société civile, des leaders d’opinions, des intellectuels véreux, des khalifes tous confondus, des professionnels en communication qui ne croient qu’aux enveloppes sous tables, et enfin à l’état responsable de tout ce méli-mélo (Sauf l’église a les mains propres).  
 
L’Etat, c’est nous tous qui le composons. Il a divisé ou s’est divisé en double corps pour se fractionner en deux parts dressées, l’une contre l’autre, prêtent à en découdre le moment M. 
Aucun pays dans le monde n’aurait cru que le Sénégal, terre de paix, d’hospitalité sans limite, connaitrait l’affrontement civil. 
 
Du moins, les signes annonciateurs de cette atmosphère latente. Ces signes, sont nés du refus de dialogue social entre l’opposition et le pouvoir amnésique aux problèmes saillants, de toute la nation dans sa métastase finale.  
 
 
LES QUAND (S) ! 
 
Quand, aucun chef religieux ne prend ses responsabilités ne serait-ce que ¨singer¨, DABAKH, pour dire une sous vérité à lui confié par le tout puissant, c’est inquiétant parce que irresponsable face à ses fidèles.  
Quand, autour du chef de l’Etat, pullulent des animaux repus, organisateurs de la précarité en vue d’affamer le peuple de le martyriser, c’est simplement grave. 
Quand, tous les repères s’estompent pour orienter la jeunesse à l’acculturation, qui sait où aller ! 
Quand, les mollahs de mosquées, se font clochardiser par le matériel et l’argent du plus initié aux secrets de l’alchimie, du pouvoir, piétinent la Sunna il n’en fallait pas moins pour faire tomber, ce qu’ils avaient appris de Dieu : « la justice, la droiture, la dignité, l’intégrité intellectuelle, l’amour du prochain.» 
Ceux-là, ont allégrement franchi le Rubicon pour verser à l’impureté. Quel blasphème n’ont-ils pas commis ! 
Quand, leurs semblables, les Magistrats perdent l’équilibre de la balance, il y’a séisme moral !  
Aussi, le seigneur qui nous gouverne, que nous connaissons, peu ou prou, omnipotent, omniprésent, omniscient, aura réussi son pari grâce à sa nuance agile, sa versatilité, sa ruse de lièvre, à ses qualificatifs ingénieux, s’ajoute un sadisme fascinant. 
Son entourage de ramassis de bœufs et de vaches ruminants, lui font marcher dans des bouses, chaque jour que Dieu fait, pour réanimer peut être son pouvoir mystique, qui dépasse le commun des mortels.  
 
L’ALARME 
 
La vigilance ne doit pas tarder à sonner l’alarme. Elle recommande de décrypter les signes de décadence. Chacun de nous doit remuer ses méninges avant que le pire n’arrive. 
L’histoire est féroce. Car sa marche ne laisse personne en route. Le déclin vient après l’apogée et s’affaisse comme un château de cartes. 
Un peuple opportuniste, une société civile qui ne se préoccupe du pré carré de ses intérêts, des leaders politiques qui jouent au colin Maillard, une spiritualité intéressée et trompeuse, voila qui risque de nous mener au réveil brutal. 
Nous ne sommes pas des moralistes ; loin s’en faut. Mais tout de même des descendants de la République islamique de 1776, des aristocrates, dont les noms se reconnaissent par : «BAAL, TOURE, LY, BARRO, BA, WANE, SY, DIA, KANE, AGNE, TALLA, THIAM, NDIATH, ANNE». 
 
 
 
LE SENAT DU FOUTA, CŒUR DE LA DEMOCRATIE 
 
Cette institution était composée de cinq grands électeurs tout court. 
1- ALY DOUNDOU SEGUELE KANE (patron du Bosséa) 
2- PATHE BOUNGOU notable peulh 
3- YENE DU BOSSEA patriarche peulh sédentaire 
4- ALY SIDY de Hebbiyabé 
5- AMAR BELA RACINE ANNE DE PETE.  
 
Ces grands électeurs pouvaient déposer le président de la République islamique, quand celui-ci faute. C’est pour cette raison ; que je ne peux taire, sur ce qui se passe aujourd’hui. 
Je suis convaincu, que je parle au nom de tous ces noms bien choisis. 
Bref, c’est une petite incursion dans une page de l’histoire, pour rappeler la solidité des institutions de 1776. 
Oui, cela nous concerne, car la primauté du bien, de la dignité, l’éthique, la rigueur furent le soubassement de notre loi fondamentale.  
 
La PAIX dans le Sénégal demeure le souci permanent et l’ossature de la Nation. 
En combattant ensemble la petitesse, la bassesse, larbinisme, la corruption, qui n’existeraient point sans corrupteur .L’image millénaire du Sénégal vraiment a pris un coup dur. 
La sagesse populaire Pulaar dit que « l’ambition dont on n’a pas les talents est un crime» suivez mon regard vers ce présomptueux prétendant qui essuie des échecs partout. 
DIEU EST VERITE 
 
L’augmentation croissante du nombre de révoltés de notre société, les miséreux qui triment dans les eaux polluantes et qui meurent chaque jour que DIEU fait , ces misérables de Hugo, qui déambulent dans les rues, sont victimes de la démission évoquée aux premières pages de l’article ?  
Charles De Gaulle avait dit : « l’Etat en déliquescence c’est l’Etat dans la salle à manger ».Car cette vie de l’Etat est marquée par l’irréalité : «Quand une étoffe est fatiguée, il ne suffit pas de la ravauder là où un trou est apparu. Elle craque de toutes parts». 
 
Le Seigneur qui nous gouverne fut-il persévérant, stratège, rusé, pragmatique, incohérent dans sa philosophie de gouvernance, africaniste dans sa chair, généreux comme crésus des tropiques, combattant comme un tank, imprévisible comme un ciel hivernal, machiavel comme le prince, n’aurait pas pu, malgré son comportement de gladiateur, échapper à l’opposition si celle-ci n’était pas laxiste ! 
Dieu lui a doté ce seigneur, la nuance, pour posséder plusieurs tours dans sa besace .Cette intelligence à lui dévolue, domine tous ses interlocuteurs. 
 
Lui, qui a la pédagogie des mots ne fausse jamais son langage. 
 
En derniers mots Dieu a dit « Fa Aaloune Lima Yourid ».Nous réalisons tout à notre guise : et, DIEU de poursuivre « Inna Rabbaka Bil Mirçaad » Je suis aux aguets. 
 
Monsieur le Président, il est vrai que l’Etat n’a pas d’égal dans son ordre. Mais gare à la pauvreté émotionnelle, qui risque de bousculer l’excès de fiction, pour se cogner droit au mur. 
 
Mamadou Amadou WANE 
Journaliste EX Icône du PDS  
Travailliste, des années de braises. 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 27.04.2011
- Déjà 5217 visites sur ce site!