ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

de WADE

Me Wade s’énerve devant des partisans du dialogue avec l’opposition «Je ne vais pas me rabaisser devant eux, ils ne représentent rien !» 
 
Article Par Latir MANE,  
Paru le Mardi 5 Juin 2007 
 
Les bonnes volontés partisanes du dialogue politique entre Me Wade et l’opposition n’ont pas baissé les bras, malgré la décision publique de Me Wade de tourner définitivement la page de l’opposition boycotteuse. Ils sont revenus avant-hier soir à la charge, le mettant cette fois dans tous ses états, même s’il a promis ensuite d’y réfléchir à l’avenir pour la formation d’un gouvernement d’union nationale.  
La haute politique reprend ses droits au sommet de l’Etat . Et chacun y va à sa manière. Mais avec un seul objectif, qui demeure le même pour tous : se positionner pour ne pas disparaître. Me Abdoulaye Wade, président de la République, a été très énervé avant-hier soir. Ce sont les auteurs de cette situation qui se sont confiés à nous. Lorsque les premières tendances ont commencé à tomber, montrant une baisse considérable du taux de participation lors des législatives, ces bonnes volontés basées au palais présidentiel ont tenté de faire revenir Wade sur sa décision de tourner définitivement la page de l’opposition boycotteuse. Ces proches collaborateurs du Président se sont rapprochés de lui pour lui demander de reconsidérer sa décision. Mais, il s’est d’abord énervé avant de promettre d’y réfléchir. Nos interlocuteurs, qui préfèrent garder l’anonymat pour ne pas voir leur entreprise mise à l’eau, racontent que lorsqu’ils ont saisi Me Wade sur la question, il leur a fait savoir qu’il est hors de question de revenir sur cette affaire. «Si vous voulez vous abaisser devant ces gens-là, allez-y. Mais je vous préviens qu’ils ne représentent rien dans ce pays !». Avant d’ajouter que s’il se met à les suivre dans leur raisonnement, la bande à Dansokho «risque d’avoir raison sur lui». Et nos interlocuteurs de poursuivre que lorsqu’il s’est calmé, Me Wade a promis d’y réfléchir. Mais ce sera dans le cadre de la confection d’un gouvernement d’union nationale qu’il va recevoir les leaders de l’opposition. Et ceux qui accepteront feront partie de son gouvernement réduit de 27 ministres qu’il veut mettre sur pied très rapidement afin de se tourner définitivement vers le travail.  
Après le coup de semonce des législatives L’opposition « assomme » Wade dès vendredi 
 
Article Par HAROUNA FALL,  
Paru le Mardi 5 Juin 2007 
 
L’opposition dite significative qui a gagné la bataille du boycott des élections législatives du 03 Juin 2007 ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Dès vendredi prochain les leaders des partis se réunissent pour ficeler un nouveau plan d’actions pour la suite des événements. 
L’opposition est plus que jamais décidée à aller au bout de sa logique. Contraindre le chef de l’Etat Me Abdoulaye Wade à comprendre qu’elle est incontournable dans le processus démocratique du pays. Après avoir gagné la bataille du boycott des élections législatives du 03 Juin 2007 qui a enregistré un faible taux de participation, les leaders de l’opposition se retrouvent vendredi prochain pour définir un nouveau plan d’actions. En attendant chaque parti politique est invité à aller consulter ses instances pour dégager de nouvelles stratégies de lutte en vue des prochaines batailles. Selon Ibrahima Sène, membre du comité central du parti de l’Indépendance et du travail (Pit), le Sénégal vit un tournant sérieux. C’est la première fois que les forces de sécurité et les civils regardent dans la même direction. L’opposition doit, sans perdre de temps, analyser la situation, en tirer toutes les conséquences et décider de la conduite à tenir. Pour l’instant, Wade est muet. Les diplomates accrédités au Sénégal et les bailleurs de fonds l’écoutent et attendent de sa part des explications par rapport à cette nouvelle situation. Qu’il sorte de son mutisme ou pas, a indiqué M. Sène, l’opposition poursuit sa lutte. L’opposition a déjà donné le ton avant-hier lors de son face-à-face devant la presse. Pour les camarades d’Amath Dansokho, Me Abdoulaye Wade s’était investi personnellement dans cette campagne électorale en descendant sur le terrain. Il doit tirer toutes les conséquences du boycott des élections législatives par la plupart des Sénégalais. Ce qui est avant tout, selon eux, une défaite personnelle du président de la République. A les en croire, jamais au Sénégal les élections législatives n’ont connu une telle désaffection. « C’est un échec pour Me Abdoulaye Wade. Le faible taux de participation est une victoire du peuple sénégalais qui a refusé le hold-up électoral du 25 Février 2007. » ont-ils dit.  
Lendemain de scrutin Calme plat dans les états-majors 
 
Article Par BABACAR NDAW FAYE,  
Paru le Mardi 5 Juin 2007 
 
24 heures après les élections législatives qui ont vu la victoire de la coalition Sopi 2007 et de…l’abstention, les états-majors des coalitions ayant participé au scrutin sont vides. Ou presque.De «Tekki Taarù Sénégal » à « Takku Defaraat Sénégal » en passant par « Waar-wi » ou « And Defar Sénégal », les responsables se font désirer, de même que les militants. Dégâts collatéraux du faible taux de participation ? 
16 heures au siège de la coalition « Tekki », la seule qui a investi une femme comme tête de liste nationale. L’atmosphère est morose, la tête de liste est absente et un militant rencontré dans la salle d’accueil nous souffle que quelques responsables sont en conclave. Sûrement pour faire une évaluation des premières tendances, histoire de savoir si leur leader, Ndèye Fatou Touré parviendra à décrocher un poste à l’Hémicycle. À quelques encablures de là, nous sommes chez les follistes. Même ambiance. Deux militants sur place qui assurent que les responsables devraient, en principe se réunir « ce soir » (hier, ndlr). Cap sur la Vdn qui abrite plusieurs sièges de parti ou coalitions. Dont Waar-wi de Modou Diagne qui occupe la bâtisse laissée vacante par Louis Jacques Senghor, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle. Là aussi le décor n’est guère plus reluisant avec le chargé de communication de Fada, le préposé à la sécurité deux militants et un responsable, le téléphone collé à l’oreille. « Les investis sur les listes départementales s’attèlent à collecter les résultats. Les procès-verbaux nous parviendront d’ici à mercredi et nous ferons les cumuls pour savoir si notre deuxième place sera confirmée » s’emporte ce pro-Fada. C’est toujours la même atmosphère qui prévaut dans la coalition dirigée par Robert Sagna. Seul le secrétaire permanent est visible sur les lieux. Il rassure, ce n’est pas les dégâts du faible taux de participation aux élections de la veille qui justifie ce vide, mais plutôt le fait que les responsables de la coalition sont près de leur base. Partout, on refuse d’admettre la portée du coup de massue des électeurs qui se sont majoritairement abstenus. Même au siège du Pds, toujours sur la Vdn, le décor contraste avec l’ambiance festive des grands jours. Les esprits sont orientés au palais où le secrétaire général national avait convoqué le comité directeur pour leur exprimer son courroux. Après l’abstention, le pape du sopi va certainement taper dur.  
COMITE DIRECTEUR DU PDS - Devant le faible taux de participation aux législatives : Me Wade promet l’enfer aux «traîtres» du Pds 
Les responsables libéraux qui n’ont pas mouillé le maillot pour pallier le faible taux de participation aux législatives ou qui ont demandé de voter contre la liste de la coalition Sopi sont avertis. Après que Me Wade les a qualifiés de «traîtres», il jure de leur régler leurs comptes et de moderniser le Pds, qu’il dit avoir constaté être «un parti informel».  
C’est un «langage cru et sans équivoque» que le secrétaire général national du Parti démocratique sénégalais (Pds), Abdoulaye Wade, a employé, hier, à la réunion du Comité directeur extraordinaire qu’il a convoquée pour faire l’analyse du scrutin de dimanche dernier. Bien qu’il ait félicité son Premier ministre pour le travail abattu pour arriver à ce résultat, Me Wade, confient des sources, n’a pas digéré le faible taux de participation enregistré aux élections législatives d’avant-hier. Et non sans situer les responsabilités. En effet, des membres du Comité directeur soufflent que le libéral en chef a pointé du doigt des responsables du Pds comme étant parmi les instigateurs de ce «coup d’Etat électoral» ayant abouti à cette situation de boycott massif des joutes législatives : «Il y a des traîtres dans le parti», a ainsi pesté Me Wade devant les membres du Comité directeur, visiblement surpris par cette déclaration.  
Cette conviction du chef de l’Etat est confortée par les sorties faites depuis avant-hier, par des responsables du Pds qui n’ont pas manqué de pointer un doigt accusateur sur leurs «frères» libéraux qu’ils accusent d’avoir travaillé pour la défaite de la coalition Sopi 2007. C’est le cas du directeur des structures du Pds, Ousmane Masseck Ndiaye qui a ouvert le bal, lors de sa conférence de presse d’hier, pour laisser entendre qu’il a fait face à «deux adversaires que sont les boycotteurs et des responsables de (son) propre parti». A peine a-t-il fini de s’offusquer de cette situation que le ministre de l’Environnement, Thierno Lô, monte au créneau pour accuser l’administrateur du Pds, Abdoulaye Faye, d’avoir favorisé sa défaite à Darou Mouhty pour avoir soutenu son adversaire Modou Diagne Fada à coup de 50 millions. Et le ministre-délégué auprès du Premier ministre, Awa Diop, d’exiger que la coalition Sopi 2007 fasse en son sein une étude très sérieuse pour savoir les raisons profondes de ce fort taux d’abstention jamais enregistré dans l’histoire du Sénégal indépendant. Dans ses lamentations sur fond d’accusation indirecte, le président de l’Assemblée nationale et tête liste de la coalition à Dakar, Pape Diop, ne s’en est pas privé en criant sa déception. «Je suis déçu», s’est-il lamenté, alors que la tête de liste de la Coalition Sopi affiché la satisfaction.  
Si ces responsables versent dans des généralités, le secrétaire général national du Pds, en admettant l’existence de traîtres dans le parti, fait allusion aux responsables frustrés par les investitures ou par leur position dans le parti et qui sont tapis dans l’ombre pour saper les acquis de la formation libérale. Mais, ces ténors libéraux devront avoir une peur bleue, eu égard aux menaces proférées par le secrétaire général national du Pds. Car, nos interlocuteurs rapportent que Me Wade, continuant à déverser sa bile à la réunion du Comité directeur, n’a pas fait dans la dentelle pour promettre l’enfer aux personnes ciblées : «Je vais sévir et régler leurs comptes.» Sans citer de noms, le président de la République a clairement donné des indications en jurant qu’il y a «des responsables qui n’ont pas voté et qui n’ont pas fait voter» pour la liste de la coalition Sopi 2007 portée par le Pds. Une menace qui, selon nos sources, a plongé la salle dans un silence et les responsables présents d’échanger des regards. Les sanctions promises par Me Wade ne s’appliquent pas seulement à ceux qu’il qualifie de «traîtres» car, des membres de la première instance du parti libéral rapportent que «les responsables qui n’ont pas la capacité de mobiliser et de massifier le Pds» ne seront pas épargnés.  
Ces mesures annoncées par Me Wade seront accompagnées d’une vaste opération de relookage du parti, d’après nos sources. En effet, du constat du secrétaire général national, il ressort que «le parti n’a pas suivi l’évolution du temps et les mutations qu’il doit opérer font défaut». En effet, Me Wade reconnaît que «le Pds est très informel». Un constat suffisant pour sonner l’heure de «la modernisation et du changement de sa direction politique». Un projet qu’il compte finaliser rapidement. Cette initiative tient du fait que «le parti n’a pas renouvelé ses instances régulières depuis 1998. Et il y manque des leviers solides sur lesquels il peut s’appuyer pour aller de l’avant et mobiliser davantage de militants», avoue le fondateur du Pds.  
Ndiaga NDIAYE - 
130 députés pour la Coalition Sopi, seul Ely Madiodio Fall manque à l’appel 
La primeur des résultats issus des élections législatives de dimanche dernier a été donnée aux membres du Comité directeur du Pds. En effet, «c’est en pleine réunion de cette instance que le ministre de l’Intérieur, Ousmane Ngom, a fait parvenir à Me Wade les estimations et fait le partage des sièges à l’Assemblée nationale», révèle-t-on. Ainsi, d’après nos sources, Me Ngom crédite la Coalition Sopi 2007 de 130 sièges dont 40 élus sur la liste nationale et les 90 issus des listes départementales. Les 20 autres sièges reviennent ainsi à l’opposition. A l’exception du parti de Ely Madiodio, qui n’a pas fait un score lui permettant d’avoir de députés, toutes les 12 autres coalitions seront représentées à cette 11e législature. Les coalitions dirigées par Mamoune Niasse, Modou Diagne Fada, Landing Savané et Robert Sagna disposent chacune de 3 sièges. Un siège va à chacun des 8 autres participants aux scrutins.  
Ndiaga NDIAYE - 
FILIGRANE - Me Wade et son Pds, le temps des ruptures 
Entre Macky Sall, chef de guerre des troupes sopistes, qui exhibe fièrement 35 trophées facilement remportés, et Pape Diop, patron libéral à Dakar qui exprime toute sa déception, c’est l’image contrastée du Parti démocratique sénégalais au sortir des législatives qui transparaît. Le Premier ministre a la casquette d’un comptable électoral au niveau national, le président de l’Assemblée nationale, lui, l’est au niveau départemental. Le premier est un fusible tout fait, prêt à sauter en cas de catastrophe ; le second est en embuscade, disposé à cueillir les fruits d’une déstabilisation interne au sommet. Ils ne se reconnaissent pas comme ennemis, mais la réalité des faits l’impose. Le Pds est un parti uni éclaté.  
Rouleau compresseur sans pitié, dévoreur d’hommes et de partis, mammouth financier sans pareil, le parti du président de la République vient véritablement d’entrer dans l’ère des incertitudes. La présidentielle dans la poche en dépit de tout, le Sénat et l’Assemblée nationale mis dans le tempo du quinquennat et des desseins du maître, Wade est, pour la première fois depuis mars 2000, mis devant ses responsabilités de fondateur du parti et d’aiguillon de l’avenir qu’il lui prépare. Cet avenir, il lui est impossible de le construire à partir des bases actuelles de sa formation politique, de l’état d’esprit avec lequel il évolue, de son mode de fonctionnement. L’immense colère affichée en Comité directeur par le président de la République contre de nombreux responsables libéraux coupables de «sabotage» et de «trahison» est absolument compréhensible du point de vue de la défense des intérêts du Pds dans une élection aussi importante. En revanche, elle fait sourire car Me Wade apparaît comme le diviseur stratégique principal attablé au sommet de la pyramide, dans son manteau d’instigateur des rivalités entre patrons de chapelle. Il est le chef d’orientation des rivalités et de leur exacerbation en fonction des objectifs à atteindre.  
Ce mode de gestion lui a permis, en temps utile, de neutraliser, de déstabiliser ou de mettre sur la défensive qui il voulait. Sous prétexte que le Pds est un parti «libéral» où toutes les sensibilités ont un devoir d’expression libre, il a lâché la bride à tout le monde, encouragé des tendances, mais en veillant à ne jamais laisser éclore un vrai courant capable de remettre en cause le format anachronique du leadership. A Saint-Louis, Dakar, Louga, Thiès, Diourbel, Touba, Bambey, Mbacké, Kaolack, Rufisque, etc., l’unité est l’exception, les divisions sont la règle. Le Pds a maintes fois paru échapper au contrôle de Me Wade, mais il n’y existe pas d’autre dénominateur commun que…Wade lui-même. Cela explique que les célèbres frondeurs que furent Ousmane Ngom (avant son retour) et Jean-Paul Dias, par exemple, durent quitter la barque pour poser leurs baluchons ailleurs parce que la démocratie et le pluralisme n’y sont pas des valeurs fondamentales. L’exclusion y est une méthode douce.  
C’est ce modèle achevé d’anachronisme qui n’a plus aucune chance d’accompagner sereinement le président de la République dans ce qu’il lui reste de chemin politique et institutionnel. Les «trahisons» nées des législatives sont un excellent prétexte pour «réformer» en profondeur le Parti démocratique sénégalais. Si Me Wade avait comme dessein de préparer sa lignée biologique à la succession, il ne le pourrait pas avec ce gros machin vieux et grognard, informel, cassé en divisions ennemies, déficitaires en cadres de haut niveau et qui, tôt ou tard, devra s’affranchir de sa tutelle. C’est l’occasion ou jamais, alors, de relooker «concrètement» (?) cet instrument de conquête du pouvoir en le ramenant à l’échelle d’une formation politique de type moderne qui n’appartienne à personne en particulier, à tout le monde en général.  
Momar DIENG -  
PROPOSITION - Abdoulaye Baldé explique les raisons d’avoir la photo des candidats sur les bulletins de vote : «Les électeurs se demandaient si Macky Sall était un homme ou une femme, parce qu’ils ne le connaissent pas» 
La tête de liste départementale de la coalition Sopi 2007 (pouvoir), à Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, a fait la proposition selon laquelle les photos des candidats investis sur les listes départementales, lors des législatives, devraient figurer sur les bulletins de vote pour que les citoyens dont ils sollicitent les suffrages puissent les reconnaître et avoir la certitude qu’ils votent pour eux. «Les personnes qui sont investies d’une confiance au niveau d’un département doivent figurer sur la liste départementale du bulletin de vote de leur formation pour que les gens sachent que ce sont ces gens-là qui sont candidats», a notamment déclaré M. Baldé hier, à Ziguinchor. S’exprimant lors d’un point de presse, il a ajouté que «cela doit être fait, même si à côté de la photo du candidat on doit mettre celle de la tête de liste nationale». Ce faisant, «si le candidat n’est pas connu dans sa circonscription, c’est lui qui en pâtira», a indiqué M. Baldé avant de souligner sa résolution de faire une telle idée son «combat». «C’est mon combat, je vais le porter au niveau national. Je ne parle pas pour moi seul, je parle pour le principe», a-t-il précisé, soulignant «qu’il faut que les gens aient un repère, car il y va de l’intérêt de tout le monde». Si Abdoulaye Baldé en est arrivé à faire une telle proposition, «c’est parce que, a-t-il expliqué, dans beaucoup de bureaux de vote, on nous a signalé que les électeurs se demandaient si Macky Sall était un homme ou une femme, parce qu’ils ne le connaissent pas». Par conséquent, selon M. Baldé, «il faudrait qu’on essaye d’en tirer les conséquences pour qu’au niveau du parti, au niveau de l’administration, les élections ayant davantage un caractère local, que de plus en plus, au niveau des départements, on essaye de responsabiliser mieux les têtes de listes en mettant leurs effigies sur les bulletins de vote». Selon lui, dans beaucoup de bureaux de vote, «les gens venaient demander où sont les bulletins de Baldé» et ses adversaires ont joué là-dessus en disant aux électeurs que «ce n’est pas l’élection de Baldé, mais c’est Macky Sall contre Robert Sagna, pour les décourager et les amener à voter la liste Takku Defaraat Sénégal (Tds)».  
Aps  
LECTURE - Awa Diop, ministre délégué auprès du Premier ministre : «Le comportement des députés en question» 
Le faible taux de participation enregistré à l’échelle nationale est resté en travers de la gorge du ministre délégué auprès du Premier ministre, Awa Diop. De sa lecture, il ressort que les raisons de cette abstention massive des électeurs sont à chercher dans le comportement des députés. «On doit revoir l’attitude des députés, car elle n’encourage pas les électeurs au vote. Il y a un effort à faire de leur côté pour revaloriser cette fonction très noble», préconise-t-elle. A son avis, «le comportement des élus du peuple est d’une situation que les populations n’accordent aucune importance à cette élection qui consacre leur choix». D’où la nécessité, juge-t-elle, de mettre en place un nouveau code de conduite qui contraint les représentants du peuple à l’Assemblée nationale à montrer un visage plus reluisant et plus digne du parlementaire.  
Mais, Mme Diop refuse d’établir tout lien entre le faible taux de participation et le boycott des élections décidé par une partie de l’opposition. «Cette opposition qui a été battue par Me Wade il y a moins de trois mois et qui est en perte de vitesse n’a pas assez de poigne pour être suivie par les populations dans son jeu perdu d’avance», attaque-t-elle. Le constat fait, la présidente du mouvement national des femmes du Parti démocratique sénégalais, qui ne pouvait cacher son amertume, exige que la coalition fasse «une étude très sérieuse pour savoir les raisons profondes de cette abstention record». Sans entrer dans les détails, elle estime qu’une évaluation de la campagne est nécessaire pour permettre d’avoir une idée plus affinée sur le refus constaté des Sénégalais d’aller accomplir leur devoir civique. D’autant plus qu’elle trouve «inacceptable que le taux de participation de ces législatives puisse chuter d’une manière aussi spectaculaire par rapport à l’élection présidentielle».  
Ndiaga NDIAYE  
Talla Sylla quitte la scène 
Par Madior FALL | SUD QUOTIDIEN | mercredi 6 juin 2007 | 467 lectures 
 
 
Le président de l’Alliance APJ/Jëf-Jël, Talla Sylla quitte la scène politique. Dans un communiqué parvenu hier, mardi 5 juin à notre rédaction, le leader de la « Jeunesse malsaine » affirme se retirer de la vie politique, estimant qu’il n’a plus la force de continuer, parce que « malade et épuisé ».. 
LIENS RECOMMANDES  
________________________________________ 
DOSSIERS  
TALLA SYLLA 
« Aujourd’hui, je suis malade, épuisé et, je ne me sens plus la force de continuer. J’ai donc décidé de me retirer de la vie politique publique » a écrit hier, Talla Sylla, le président de l’Alliance Jëf-Jël, formation politique née 1998, dans une adresse aux Sénégalais dont copie a été faxée à notre rédaction hier. Si le jeune dirigeant politique, il a 41 ans, y déclare que son « amour pour le Sénégal reste intact » au point qu’il n’exclut pas de revenir. « Un jour, peut-être, s’il plaît à Dieu, je reviendrai », indique-t-il. Mais pour l’heure, « malade et épuisé », il décide conscient certainement de ses limites physiques et morales, de saluer le public politique et de se retirer dans ses quartiers privés, le temps de se ressourcer. Car le leader du Jëf Jël rappelle dans son texte son « engagement sans retenue sur tous les terrains » et « tous les combats au service du Sénégal et des Sénégalais » qu’il a mené et compte mener si Dieu lui donne la force et la flamme nécessaire. Talla Sylla a souligné à ce propos comme pour prendre l’histoire en témoin, qu’il a poursuivi son combat après avoir été « victime d’une cruelle et lâche agression physique » en octobre 2003. 
Celui qui, à 41 ans seulement, a décidé, sans crier gare, à être un « retraité politique », momentané ?, était pourtant jusqu’à cette date, présent sur la scène politique sénégalaise depuis plus de 20 ans. Si à la présidentielle de mars 2000, son « mouvement » est né en 1998, Talla Sylla avait décidé de se présenter contre Abdou Diouf. Mais, âgé de moins de 35 ans, il ne pouvait franchir l’écueil constitutionnel que constituait la limite d’âge des candidats, définie par le code électoral. Avait finalement décidé de soutenir Moustapha Niasse, Secrétaire de l’Alliance des forces de progrès (AFP), qui arrive en troisième position derrière Diouf et de Me Abdoulaye Wade. En 2007, ayant eu l’âge constitutionnel requis, il s’est lancé malgré sa maladie, à la conquête de la magistrature suprême pour la première fois sous la bannière de sa propre formation. 
Un parcours politique mouvementé 
L’homme a la politique dans le sang. Le jeune dirigeant du mouvement étudiant qui se définit comme le leader de la « jeunesse malsaine », cette jeunesse que l’ancien président socialiste sénégalais Abdou Diouf avait vivement pris à partie en 1988, houspillé qu’il était pendant la campagne électorale surtout à Thiès, a créé dès 1992, le mouvement Jeunesse pour l’alternance (JPA, proche du PDs) en 1992. « Député de la rue », disait-il, il devient aux élections législatives d’avril 2001, « député du peuple », occupant en l’occasion, la fonction de vice-président de l’Assemblée nationale en étant membre du groupe parlementaire de l’Afp. Comme son mentor, Me Abdoulaye Wade avec qui, il divorce très rapidement, il est un personnage imprévisible, au langage souvent châtié. Le verbe facile, il aime haranguer. A l’âge de 14 ans, il militait déjà au sein du Parti africain de l’indépendance (PAI de Mahjmouth Diop rappelé à Dieu le 27 janvier dernier). Le PAI est le creuset de la Gauche sénégalaise. Plusieurs formations politiques actuelles de cette gauche dite historique sont issues de ses flancs. La Ligue démocratique / Mouvement pour le parti du travail (LD/ MPT), d’Abdoulaye Bathily, Le Parti pour l’indépendance du travail (PIT), d’Amath Dansokho pour ne citer que ceux-là. 
En octobre 1987, Talla Sylla est élu par ses collègues président de la Coordination des étudiants de Dakar (CED) où on trouve un certain Mouhamadou Bodj et celui qui est devenu un confrère, Assane Saada. Un « syndicat » étudiant extrêmement bruyant pendant cette période, l’une des plus critiques pour le régime de Diouf. En février 1988, il dirige le mouvement de grève à l’université contre « les fraudes électorales opérées lors de la présidentielle par le président Diouf ». Une grève qui va faire vaciller le régime et aboutir à l’arrestation d’Abdoulaye Wade, alors candidat du Parti démocratique sénégalais (Pds). Talla Sylla est accusé par le pouvoir socialiste d’être manipulé par le leader libéral. Pour montrer son indépendance vis-à-vis des politiques, il se signale, toujours à la tête du CED, par un soutien à la grève lancée en 1989 par le Syndicat autonome des enseignants du supérieur (SAES). En 1990, après une nouvelle grève à l’université, Talla Sylla est exclu de l’UCAD. Il obtient néanmoins une bourse d’étude en France de la part du gouvernement à la suite de l’intervention du président de l’Assemblée nationale d’alors, Abdou Aziz Ndaw, originaire comme lui de la région de Thiès. 
Le gouvernement de Diouf d’alors a-t-il fait circuler des rumeurs sur cette bourse pour faire passer le jeune dirigeant comme un vendu ? On peut le penser. Toujours est-il qu’il essuya quelques critiques dans ce sens. Sans se soucier de ces accusations malveillantes, inscrit en 1991 à l’Université de Grenoble, il crée à la veille de la présidentielle et des législatives de 1993, un mouvement, Jeunesse pour l’alternance (JPA). Un mouvement dont l’objectif est de mettre fin au régime du président Diouf en soutenant Me Abdoulaye Wade, qu’il considère comme « le principal pôle de l’alternance » au Sénégal. En 2000, l’histoire lui donna raison. 
Abandonnant ses études en raison de ses multiples activités politiques, Talla Sylla voit sa bourse d’études suspendue. Fin 1995, il rentre au bercail. En profite pour transformer la JPA en un parti politique, dénommé Alliance pour le progrès et la justice (APJ/ Jëf-Jël) en 1998, précisera Moussa Tine, son camarade, qui deviendra, quelques années plus tard, Alliance Jëf-Jël. Après les élections municipales de 1996, il rompt avec le leader du Pds à la suite de divergences politiques avec l’ancien numéro deux d’alors de ce parti, Idrissa Seck. Aux élections législatives de mai 1998, l’Alliance Jëf-Jël fait partie de la liste nationale conduite par Djibo Leyti Kâ, leader du mouvement Renouveau, après sa démission du Parti socialiste. 
En juillet 1998, nouvelle rupture. Talla Sylla dénonce Djibo Leyti Kâ qui a décidé de transformer le Renouveau en parti politique, l’Union pour le renouveau démocratique (URD). Le Renouveau démocratique, pour Talla Sylla, ne devait n’était qu’un creuset pour toutes les forces démocratiques en lutte contre le Ps. Quelques mois après, il est arrêté et mis en prison pour offense au chef de l’Etat, les Sénégalais découvrent un homme fortement marqué par la foi. Talibé mouride, il se veut fervent. Il déclare que sa « source d’inspiration, ce sont les khassaides (poèmes) de Cheikh Ahmadou Bamba ». Aux élections législatives d’avril 2001, Talla Sylla se présente, sur la liste nationale, sous la bannière de Jëf-Jël. Unique député de son parti, il rejoint le groupe parlementaire de « L’Espoir », de l’Afp que préside Madieyna Diouf, coordonnateur national de la formation, deuxième parti au Parlement, derrière le Pds avec onze députés. 
Il démissionne de l’Assemblée nationale le 8 décembre de la même année de son mandat de député, estimant qu’il avait « été privé de s’exprimer en tant que parlementaire ». « On m’a empêché de m’exprimer lors du débat sur l’affaire des 6 milliards et lors du vote du budget 2002 des pouvoirs publics », clame-t-il. L’affaire dite des »6 milliards de la SONACOS », avait été soulevée par le leader de l’Afp, Moustapha Niasse. Il concernait le retrait de 6 milliards de FCFA des caisses de la Société nationale de commercialisation des oléagineux (société publique) vers le Trésor public. « On n’a pas voulu que je demande des explications sur le budget de fonctionnement de la Présidence et les 379 millions (environ 570.000 euros) prévus pour les dépenses de fêtes et de cérémonies", avait ajouté Talla Sylla. Son camarade Moussa Tine, avait pris le relais, au point qu’il s’est trouvé certains pour déclarer que c’était là « une combine » du Jëf-Jël, pour se passer le témoin à l’hémicycle. Il n’en est rien, car Moussa Tine, le remplaçant est resté jusqu’à la fin du mandat. On apprenait hier, que la direction du parti n’avait été informée que le même jour de la décision de son président, lui qui est le principal bailleur de la formation. 
FRONT SIGGIL SENEGAL SUR LE TAUX D’ABSTENTION 
« C’est la preuve que les libéraux ont volé la présidentielle » 
Par Ibrahima Lissa FAYE | SUD QUOTIDIEN | mercredi 6 juin 2007 | 201 lectures 
 
 
Le scrutin pour les législatives du 3 juin n’a pas enregistré d’électeurs contrairement à la présidentielle du 25 février. Alors, la conviction de Aminata Mbengue Ndiaye et de ses camarades du « Front Siggil Sénégal » est faite : le régime libéral a « largement volé » pour maintenir son chef, Abdoulaye Wade, au pouvoir. 
 
________________________________________ 
DOSSIERS  
LEGISLATIVES 2007 
Ça jubile du côté du Front « Siggil » Sénégal ! Les partis membres de l’opposition dite significative qui a boycotté les élections législatives du 3 juin dernier se disent « très satisfaits » du fort taux d’abstention noté aux législatives du 3 juin dernier. En conférence de presse hier à la maison du Parti socialiste (Ps), les femmes de la coalition, amené par la présidente des femmes socialistes, Aminata Mbengue Ndiaye, ont brandi ce fort taux d’abstention comme « la preuve du vol de l’élection présidentielle ». 
Aminata Mbengue Ndiaye conteste même le pourcentage de 38 % comme taux de participation aux législatives avancé par les libéraux et estime qu’il a été gonflé. « C’est un pourcentage gonflé car il est loin de refléter la réalité de ce qui s’est passé dans les différents bureaux de vote du pays », dénonce-t-elle. En tout état de cause, la responsable socialiste de Louga en déduit que « les populations ont désavoué Abdoulaye Wade et son gouvernement ». Et de sommer : « Il doit partir ; le gouvernement doit démissionner ». Aminata Mbengue Ndiaye n’a pas arrêté de marteler, avec une pensée particulière pour Macky Sall, tête de liste de la « Coalition Sopi 2007 » qui, a-t-elle rappelé, situait la bataille au niveau du taux de participation. « Ils ont échoué et doivent accepter leur défaite et en tirer toutes les conséquences. Ils sont minoritaires dans ce pays. 
Et malgré le fait qu’Abdoulaye Wade ait battu campagne à leurs côtés. Ces photos s’observent partout à travers le territoire. Ils ont, de plus, enfreint les lois du pays. Ils n’en ont cure parce qu’à la veille du scrutin, Macky Sall, le ministre de l’Intérieur, Ousmane Ngom, et Pape Diop en appelaient aux populations d’aller voter massivement alors que la campagne était clôturée », s’est-elle indignée. 
La porte-parole des femmes du Front « Siggil » Sénégal estime en outre, ironique, que si les citoyens ne sont pas allés accomplir leur devoir, c’est parce que « les libéraux n’ont pas sorti suffisamment d’argent comme cela a été le cas lors de la présidentielle avec l’achat de conscience, de véhicules pour les marabouts et pour les jeunes, les cartes d’électeurs à 10000 voire 20000 francs Cfa ». Aminata Mbengue Ndiaye a par ailleurs souligné que « c’est la maturité et la prise de conscience des citoyens qui expliquent ce faible taux de participation ». Elle a rappelé que si les populations avaient voté le 3 juin dernier, les libéraux auraient remis en marche leur machine à frauder. 
Après les concerts de casseroles et autres visites de proximités pour dénoncer naguère la « hausse vertigineuse » des denrées de première nécessité dont « tout le monde a ressenti les affres », le Front « Siggil » Sénégal est en train de concocter un autre plan d’actions qu’il va rendre public incessamment, a fait savoir Aminata Mbengue Ndiaye. Les femmes ont, pour leur part, indiqué qu’elles vont consolider les acquis et « se rapprocher davantage de la population pour partager leurs préoccupations dans l’espoir de contraindre Abdoulaye Wade à quitter le pouvoir ». 
CHRONIQUE D’UNE CAMPAGNE 
Course contre la montre  
Par Abdoulaye Ndiaga SYLLA | SUD QUOTIDIEN | mercredi 30 mai 2007 | 343 lectures  
 
C’est la mobilisation générale dans le camp des partis et coalitions de parti présentant des listes aux législatives de dimanche prochain, 03 juin. Militaires et paramilitaires ont à peine sonné l’alerte les 26 et 27 mai, avec un taux de participation au vote très faible, que la consultation est partie pour prendre les allures d’un référendum, d’un face à face entre des candidats et des non partants. 
LIENS RECOMMANDES  
________________________________________ 
En effet, le souci premier sera non pas de voir la configuration de la nouvelle chambre, mais quelle fraction de l’électorat a participé au choix des cent cinquante députés. Sous ce rapport, et selon le nombre de votants par rapport à ceux qui sont inscrits dans le fichier, la victoire des votants ou des boycotteurs, la défaite des quinze ou le désaveu du Front Siggil Sénégal, passeront avant le succès ou l’infortune des candidats à la députation, des forces politiques qui les ont présentées. Pourtant, le pays est bien engagé dans une consultation en vue de confier, à des Sénégalaises et à des Sénégalais et ce pour une période de cinq ans, le pouvoir de légiférer et de contrôler l’exécutif. 
Avec cette nouvelle donne, tout porte à croire que la face d’une campagne sans relief jusqu’ici va changer au cours des derniers jours. L’appel au vote citoyen dans cette dernière ligne droite meublera bien de discours pour contrer plus fortement que cela n’a été le cas jusqu’ici l’offensive de l’opposition dite significative. Plus de couplets, sur l’Assemblée nationale transformée en dortoir, les manquements relevés dans le contrôle de la politique menée par l’Exécutif, l’image écornée d’une institution transformée en chambre d’enregistrement et d’applaudissements. A défaut de présenter la Chambre comme le lieu par excellence du débat démocratique, le modèle de la représentation populaire, la vigie des intérêts du peuple, tout sera entrepris par les postulants à la députation pour ne pas désespérer l’électorat. 
Cela passera par la persuasion dans les meetings, les déclarations radiotélévisées, pour emporter l’adhésion des citoyens au vote, les visites de proximité, une levée des militants et des sympathisants. Et comme sur le terrain, et dans cette course contre la montre, ils croiseront les partisans du boycott qui ont sillonné le pays, et œuvré activement pour dissuader les Sénégalais de se rendre aux urnes, il faut en appeler à la mesure pour éviter tout débordement. 
5 Réactions 
•  
30 mai 2007 11:50, par xott  
vive le boycot les militaires et paramilitaires ont donnet le ton suivons les .  
 
•  
30 mai 2007 14:38  
Nous aurons un vote à poing dressé, mais nous aurons quand même un vote. Maître Abdoulaye Wade est resté fidèle à sa mystique politique, il ne se reniera pas. Son entêtement lui aura finalement coûté un mandat qui devait être celui du rachat, et il va causer l’effondrement de notre système démocratique. Malgré les informations peu rassurantes qui nous parvenaient, nous pensions que l’homme descendrait de son piédestal officiel, pour refiler les habits du médiateur conciliant. C’était peine perdue. Il est aussi napoléonien que ceux de son époque, et il finira son mandat avec la même arrogance obsessionnelle, jusqu’à couper les jarrets à son opposition. Ne nous attardons pas sur la décision du Conseil d’Etat. Cette institution, d’inspiration monarchique, est basée sur un principe vieillot qui veut que l’Etat, juge et partie, n’ait jamais tort. Elle est à la merci d’un homme pétri d’ambition qui pense que les institutions sont au service de son ambition. Et voilà que le juge administratif estime que ce qui était valable il y a trois mois, l’idée élémentaire que le nombre de députés dans chaque département soit proportionnel à la population générale, ne l’est plus aujourd’hui. Parce que le législateur Wade a glissé dans sa nouvelle loi électorale quelques points et quelques virgules de convenance. Il a quand même trouvé des magistrats assez outillés pour défendre cette décision incompréhensible à tous, si ce n’est ceux à qui elle profite. La raison en est bien simple : quand Wade a voulu vraiment reporter les élections, il a fait voter une loi à l’Assemblée nationale. Quand, à l’approche du 25 février, il a remarqué qu’il s’était enfermé dans son propre piège, et que les problèmes internes à son parti pouvaient compromettre son élection, il a brillamment trempé dans son panier à crabes le Ps et la Ld/Mpt. Ils ont attendu pendant deux semaines une décision que Wade souhaitait plus que tout le monde. Le Conseil d’Etat est une partie de l’Etat, et il en est le chef. C’est une vérité de plus qu’il s’applique dans toute sa rigueur. Finalement, le recours introduit en janvier, qui nous a valu le découplage des élections, a été un grand service rendu au président de la République, et un grand tort fait à l’opposition. Même avec un processus électoral renégocié, Abdoulaye Wade partait avec la posture d’un chef d’Etat, avec une nouvelle légitimité. Une erreur d’apprenti car rapide, inexcusable pour de vieux routiers de la politique ! C’est une dégringolade de nos institutions, un crime républicain qui porte la signature du même homme, et nous le porterons très longtemps. Il n’y a rien qui puisse justifier cette césure entre l’esprit démocratique et la flagornerie de ceux qui sont chargés de l’incarner au sommet de l’Etat. Nous aurons une législature sans vrais législateurs, alors que le propre d’une Assemblée, c’est de rassembler justement. 
Wade sent les vents favorables, et il mettra les voiles, tant qu’il ne prendra pas contre lui la « vague populaire », qu’il continue de respirer abondamment. Elle lui signifie curieusement son approbation, pendant que les délestages et les rapatriements de clandestins reprennent. C’est un miracle continu qui lui permet de gouverner par procuration, et c’est certainement une des erreurs de l’opposition d’avoir négligé qu’elle n’a pas avec elle « l’opinion ». La rue est foncièrement contre un boycott qui, même s’il est justifiable, nous en convenons, est inopportun. Parce qu’encore une fois, il met la plupart des partis dans une fragilité monumentale, et la plupart sont soumis à des crises qu’ils auraient bien pu éviter, s’ils avaient ajouté à leur fermeté, un minimum de bon sens. On ne peut pas forcer au chômage des pères de famille qui ont fait de la politique leur gagne-pain, et c’est ce que les leaders de l’opposition, qui n’ont certainement pas de problèmes de fin de mois, ont fait, dans la plupart des cas sans l’avis de leurs partis. C’est la réalité politique de ce pays, et on fait la politique avec le réel. Ils ont inutilement créé des situations de crise en suscitant un opportunisme de classe qu’il faut certainement condamner, mais qu’il faut comprendre avec le réalisme d’un opérateur politique. On ne peut pas demander à Mamadou Diop Decroix, qui a fait de la politique son métier depuis la fermeture de l’Oncad, de rester cinq années sans mandat électif et sans poste ministériel. Il le prend pour un suicide. Il a été un des rares à avoir, par raison politique, défendu, dès le début de l’alternance, qu’il serait aventurier de s’opposer à Abdoulaye Wade à la présidentielle. Pape Diouf a, quoi qu’on puisse penser de lui, été d’une loyauté remarquable, mais il ne peut pas payer les conséquences d’une décision qu’Idrissa Seck a prise seul, sans consulter son parti, avec la perspective de perdre le seul revenu qui lui reste, celui de maire, après les prochaines locales. Tous ces candidats à « l’immigration » le vivent d’autant plus injustement qu’ils sont laissés à eux-mêmes, alors que la plupart de leurs leaders sont à l’abri du besoin. Ce sont des situations tragiques qui ont été inutilement créées dans tous les partis, et pour tous, le ventre parlera indéniablement avant la tête. Tous les responsables de l’opposition significative, sans doute avec le cynisme du pouvoir et ses prébendes, sont dans une logique de transhumance, et la nouveauté, c’est qu’on ne les appelle pas. Ils sont tous en embarcation, les nouveaux Cayucos, affamés de l’opposition. Ils frappent tous à la porte de Pape Samba Mboup. La politique est un métier, et ils n’entendent pas rester longtemps au chômage. 
Nous aurons hélas, dans les prochaines semaines, des ralliements surprenants, qui vont conforter chez un homme déjà sûr de tout, que tout le monde s’achète. Ils sont nombreux, dans tous les états-majors, à préparer armes et bagages, pour entreprendre le grand voyage, et les chefs de partis se retrouveront bientôt seuls. Il y a une ambition derrière cette cascade de ralliements, c’est le grand parti présidentiel, nouvelle version de l’Ups des années 70, qu’Abdoulaye Wade a toujours rêvé de mettre en place, et qui s’est toujours heurté au refus de ses anciens alliés. Il en a désormais le prétexte et les moyens. Il prendra tout ce qu’il trouvera sur son chemin, pour constituer ce grand parti de ses rêves, et lui faire porter les ambitions de son fils. Malgré la certitude d’une large majorité à l’Assemblée nationale, le trafic inhumain n’épargne pas ceux de ses alliés qu’il n’est pas sûr d’avoir à sa coupe. Après les élections, et juste avant la mise en place du Sénat, un appel à la paix suivra, après le grand carnage. C’est l’appel final, destiné à tous les numéros deux qui attendaient en silence. Le « gnibbi » après le « toxu », la vengeance du père offensé. Wade veut forcer les chefs de l’opposition à la reddition, en vidant leurs états-majors. C’est son ambition de toujours, régner sur ses semblables. Il a dit lundi à un de ses hôtes, venu le voir avant la prière, qu’à son âge, s’il a quelque chose sous le dentier, c’est contre Moustapha Niasse et Idrissa Seck. Le premier l’a toujours méprisé, le second a voulu l’humilier. Il va se venger d’eux après les législatives 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 6.06.2007
- Déjà 5537 visites sur ce site!