ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Y a-t-il un pilote dans l'avion?

L'OBSERVATEUR: 
 
DÉPASSEMENT BUDGÉTAIRE L'IGE SUR LA PISTE DES 109 MILLIARDS  
 
 
Article Par Daouda Mine,  
Paru le Samedi 29 Nov 2008 
L'affaire des dépassements budgétaires qui avait été dénoncée au Sénégal, il y a quelques mois, est loin d'être enterrée. En effet, depuis le début de cette semaine, les agents de l'Inspection générale d'Etat (Ige) sont en train de fouiner dans la quasi-totalité des ministères sur cette question des dépassements budgétaires. Des ministères comme ceux de l'Intérieur et de l'Equipements sont principalement ciblés par ces descentes de l'Ige. On évalue ces dépassements budgétaires à 109 milliards sur une durée de quatre ans.  
Des missions de l'Ige sont lancées depuis le début de cette semaine dans les différents ministères. Les agents de l'Ige sont en train de fouiner dans les différents ministères pour voir plus clair dans le scandale de dépassements budgétaires qui défraie la chronique depuis plusieurs semaines. Les investigations engagées s’intéressent aux Directions de l'administration générale de l'équipement (Dage) des ministères par où passent généralement les fonds publics. Pour le moment, on estime que les ministères de l'Intérieur et de l'Equipement sont les départements les plus ciblés par les missions actuelles de l'Ige.  
Le dépassement budgétaire évalué à 109 milliards avait été dénoncé, il y a quelques semaines par les institutions financières internationales. D'aucuns avaient même annoncé que cette affaire avait fini d’écorner l'image de marque du Sénégal auprès des bailleurs de fonds décidés à la tirer au plus clair. On indiquait que le Sénégal risquait de perdre les fonds que doit mettre à sa disposition le Fonds monétaire international (Fmi) dans le cadre d'un accord sans décaissement intitulé Initiative de soutien à la politique économique (Ispe). Ainsi, tous les observateurs s'étaient accordés à voir derrière le limogeage du ministre chargé du Budget, M. Ibrahima Sarr lors du Conseil des ministres qui s'était tenu dans la journée du jeudi 7 août dernier, un signe du Président de la République à l'endroit des bailleurs de fonds. M. Ibrahima Sarr qui a été remplacé par M. Mamadou Abdoulaye Sow est désigné comme le principal coupable dans cette affaire de dépassements budgétaires opérés par plusieurs ministères et qui ont coûté à l'Etat du Sénégal la somme de 109 milliards de Fcfa. Mais ce seul limogeage du ministre Ibrahima Sarr n'avait pas été jugé suffisant par les bailleurs de fonds qui veulent que cette affaire soit tirée au clair afin que tous les responsables paient. Les dépassements budgétaires se seraient opérés sur une période de quatre ans. Certains estimant même qu'ils remonteraient du temps où l'actuel Premier ministre, M. Hadjibou Soumaré était ministre du Budget. Certains auraient évalué ces dépassements budgétaires à la somme de 450 milliards de Fcfa. On estime que les hôpitaux, les universités ainsi que 15 ministères seraient les principaux bénéficiaires de ces dépassements budgétaires qui n'ont pas été autorisés par l'Assemblée Nationale.  
Cependant du côté de l’opposition, on avait qualifié ces dérapages budgétaires d’«arbre qui cache la forêt des violations de procédures, des détournements d’objectifs et des dilapidations des ressources publiques ». Le Parti socialiste qui avait émis ces griefs avait demandé «l’ouverture d’une enquête indépendante pour situer les responsabilités sur le dépassement budgétaire enregistré par le gouvernement». Le Président Wade a visiblement choisi une autre voie en confiant cette mission à l’Ige.  
Après les investigations, les inspecteurs qui n’ont pas un pouvoir d’auto saisine doivent déposer leurs rapports sur la table du Président de la République qui a l'exclusivité des rapports de l'Ige, et qui décide de la suite à donner aux dossiers qui lui sont soumis. En vertu de ses pouvoirs discrétionnaires, le chef de l'Etat peut aussi interrompre s'il le juge utile les investigations menées par l'Ige dans des services de l'Etat. Comme cela a été le cas avec la mission de l'Ige au niveau du Pcrpe.  
 
 
 
PARTAGE DES RETOMBÉES DE L’ALTERNANCE Des calots bleus interpellent Wade et chargent Bro 
 
 
Article Par Latir MANE ,  
Paru le Samedi 29 Nov 2008 
«Baye Moussé Bâ, notre responsable, ne se soucie que de sa personne sinon il aurait dit à Wade que nous ne sommes pas contents et nous voulons le voir pour qu’il nous dise ce qu’il peut faire pour nous et ce qu’il ne peut pas faire. Pour qu’on sache à quoi s’en tenir». C’est en résumé les propos du collectif des calots bleus qui jusqu’à hier n’ont pas bénéficié des retombées de l’alternance.  
Encore un autre front qui s’ouvre pour le Pape du Sopi. Celui-là ne dit pas encore son nom. Mais il doit être pris au sérieux, même si ces «militaires de Wade» font comme si de rien n’était. Après les militants de premières heures du Parti démocratique sénégalais (Pds), c’est au tour des calots bleus de se manifester. Ce ne sont pas tous les calots bleus. Mais ceux-là, qui depuis 2000, attendent leur part du gâteau, «après avoir tout sacrifié pour Me Wade», disent-ils. Deux des membres de ce collectif ont fait un saut hier à la rédaction pour manifester leur mécontentement. Ils soutiennent qu’ils ont entendu que Me Wade leur a offert beaucoup de choses, par l’intermédiaire de Baye Moussé Bâ, leur responsable, mais jusqu’à présent ils n’ont rien reçu. Ni les maisons, ni les billets pour la Mecque. Pour dénoncer cela, ils ont tenté d’entrer en contact avec le Pape du Sopi, mais son entourage les bloque. Après plusieurs tentatives de se faire entendre, ils ont décidé de dérouler un plan d’actions. Car ils veulent être reçus par Me Wade en présence de tous les calots bleus pour disent-ils «laver le linge sale en famille».  
Le collectif signale qu’il a déjà pris langue avec Baye Moussé Bâ, Pape Samba Mboup, Babacar Gaye, Abdoulaye Faye. Mais ils estiment que leur message n’est toujours pas passé. Ils expliquent qu’ils ne vont pas se suicider devant le palais, ils ne vont pas brûler des pneus, encore moins casser des bus. L’idée de déballages ne leur traverse même pas l’esprit. En «bons soldats», ils vont rester dignes jusqu’au bout. Mais ils tiennent à rappeler que si Me Wade est arrivé sain et sauf au palais, c’est en partie grâce à eux. Ils ne disent pas aussi que Wade n’a rien fait pour eux, loin de là. Mais ils estiment que ceux qui combattaient Wade dans l’opposition ne peuvent pas être plus nantis qu’eux à côté de Wade aujourd’hui. Alors qu’ils ont sacrifié leur vie pour lui. Leur souhait est que Me Wade les reçoive dans la paix. Mais au cas contraire, ils promettent de dérouler un plan d’actions. ils précisent aussi que ce n’est pas l’approche des fêtes qui les fait bouger mais les promesses non tenues par Me Wade.  
 
 
LEQUOTIDIEN: 
Gaspillage - Pour rentrer de Paris jeudi et vendredi : Wade loue un avion, Sangomar ramène Viviane  
29-11-2008 Le Président Abdoulaye Wade et son épouse ne lésinent pas sur la dépense quand il s’agit de leur confort. Pour venir de France, le couple a pris deux avions spéciaux, à moins de 24 heures d’intervalle. Des observateurs informés se demandent ce qui a nécessité cela, d’autant plus que la situation a coûté au Trésor public plus de 300 millions de francs Cfa. 
Par Mohamed GUEYE 
 
Le président de la République est revenu avant-hier de Paris, après avoir fait un saut à Lyon, en France. Comme à son habitude, depuis l’incident qui l’avait obligé à faire un atterrissage forcé à Palma de Majorque en avril 2007 (voir Le Quotidien n°1287 du mardi 17 avril 2007), le président a préféré louer un avion privé, un gros porteur qui l’a conduit de Dakar à Lyon, en passant par Paris, et retour. Parti dimanche 23, le président est revenu jeudi dernier, 27 novembre, soit un séjour de quatre jours. 
 
Sans doute que le chef de l’Etat a dû rencontrer, lors de son séjour français, son épouse, née Viviane Vert. Madame Wade s’est, également, rendue en France de son côté, en visite privée et pour des raisons personnelles. Même si leur agenda ne concordait pas, il est certain que les époux présidentiels ont dû se retrouver à Paris, puisque tous les deux ont pris leur départ de l’aéroport parisien du Bourget, où leurs avions étaient parqués. Car Mme Viviane Wade s’est, également, rendue en France en avion personnel. 
 
Car, de son côté, la Première Dame et sa suite ont quitté le pays dans l’avion de commandement, La Pointe de Sangomar, que le Président Wade boude de manière systématique. Des personnes travaillant à l’aéroport Léopold Sédar Senghor de Yoff et qui ont vu les deux époux partir dans deux aéronefs différents vers le même pays, se sont scandalisées de la manière dont les deniers publics sont dépensés. Elles font remarquer que la location d’un avion gros porteur, du genre de celui qu’affectionne le Président Wade, ne revient généralement pas à moins de 300 millions de francs Cfa. A ces montants, il faut ajouter les frais de kérosène et de stationnement, aussi bien sur l’aéroport du Bourget qu’à celui de Lyon. 
 
De même, quand l’avion de commandement décolle pour plusieurs jours, le Trésor public prend en charge les frais inhérents au kérosène, à l’atterrissage et au parking, entre autres. Les observateurs avertis considèrent que le président de la République et sa famille auraient pu, en cette période de vaches maigres, épargner toutes ces charges à l’Etat. Il leur aurait suffi à tous deux de prendre un seul avion, au lieu de rentrer à Dakar chacun de son côté, en moins de 24 heures.  
 
Ainsi, le Président Wade a débarqué jeudi dernier à 20h 53mn, tandis que l’avion transportant la Première Dame et sa suite, a atterri le lendemain vendredi à 16h 10mn. Tous les deux en provenance de Paris Le Bourget. Les observateurs considèrent qu’il y avait là, une belle opportunité pour les dirigeants de ce pays, de donner un bel exemple d’économie des deniers publics en prenant un seul avion. Ils jugent que la Première Dame aurait pu établir son emploi de temps de manière à voyager dans le même appareil que son époux de président. Cela aurait toujours été une importante économie, vu que leur progéniture, en l’occurrence Karim Wade, ne pratique pas non plus des vertus d’économie. 
 
Le président de la bientôt défunte Agence pour l’Organisation de la Conférence islamique (Anoci) est, également, revenu de voyage, mardi 18 novembre dernier. En digne fils de son père, M. Wade fils ne voyage également plus qu’en jet privé. Or, ce personnage n’a plus d’autres fonctions connues que celles de conseiller du président de la République. Au prix d’un avion privé affrété, même s’il n’est pas de dimensions d’un gros porteur, cela fait à chaque fois une très importante somme. Plusieurs personnes se demandent qui prend en charge les dépenses de voyage de Karim Wade. Elles se demandent surtout ce qui empêche ce dernier, ainsi que sa mère à prendre un vol commercial régulier. «Ils pourraient, s’ils le désiraient, payer tous les sièges du vol Air France pour Paris, cela reviendrait toujours à meilleur prix que de louer un avion privé», assurent des connaisseurs. 
 
Le Quotidien a vainement tenté d’avoir des explications de la part du service de communication de la Présidence. Le téléphone du ministre porte-parole du chef de l’Etat, Me El Hadji Amadou Sall, sonnait sans qu’il ne décroche. Renseignement pris par ailleurs, Me Sall était occupé à s’entretenir avec son patron, le Président Wade. Et il n’a pas jugé utile de rappeler Le Quotidien. 
 
mgueye@lequotidien.sn 
 
 
 
NETTALI: 
SENEGAL-ECONOMIE-COMMERCIALISATION-ARACHIDE  
L’Etat ne subventionne pas cette année le prix au producteur, selon le CNIA  
samedi 29 novembre 2008  
L’Etat ne subventionnera pas cette année le prix de l’arachide au producteur, a indiqué le Comité national interprofessionnel de l’arachide (CNIA), samedi, lors d’un point de presse.  
D’après le CNIA, le prix du kilogramme d’arachide au producteur a été fixé à 165 francs CFA, pour la campagne de commercialisation 2008/2009 qui démarre le 8 décembre. 
‘’L’Etat a accepté la proposition qui consiste à fixer le prix de l’arachide au producteur cette année à 165 francs, avec la précision qu’il n’y aurait pas de subvention’’, a déclaré le vice-président du CNIA, Amadou Moustapha Djigo. 
Expliquant les raisons qui ont guidé le choix de la date du 8 décembre pour le démarrage de la campagne de commercialisation, M. Djigo a dit qu’elle a été retenue de façon à ‘’permettre aux huiliers d’avoir la possibilité de drainer le maximum de financement, et aux opérateurs qui sont chargés de la collecte, de mobiliser de l’argent auprès des banques’’. 
’’Une campagne, c’est d’abord l’argent, ce sont des préalables’’. 
Pour la précédente campagne, l’Etat du Sénégal avait subventionné le prix au producteur à raison de 15 francs le kilogramme. Aucune explication officielle n’a encore été donnée à la décision de l’Etat de ne pas reconduire sa subvention dans l’achat de l’arachide. Mais certains acteurs estiment qu’elle serait dues à l’augmentation significative cette année de la production. 
Selon M. Djigo, la fixation du prix de l’arachide est intervenue après plusieurs rencontres entre les acteurs de la filière. Outre ‘’plusieurs réunions’’, un séminaire s’est tenu à Saly, a-t-il rappelé, ajoutant qu’à la suite de ces rencontres, ils ont approché l’Etat pour l’informer des décisions qui sont prises au niveau du CNIA, relativement à la fixation du prix de l’arachide au producteur. 
Il a indiqué que les discussions n’ont pas été faciles en raison du fait qu’il s’agissait d’un cadre de concertation. ‘’Nous ne sommes pas un parti politique (…). Cadre de concertation veut dire décisions consensuelles’’, a-t-il rappelé. 
’’S’il arrive qu’une minorité se dégage par rapport surtout à la fixation du prix de l’arachide, les discussions sont reprises et c’est cela qui explique que le conseil d’administration s’est réunie quatre fois et a fini par solliciter l’arbitrage de l’Etat pour la fixation du prix de l’arachide’’, a-t-il expliqué. 
Par la voix de son directeur général adjoint, El Hadji Mbaye, la SUNEOR a indiqué qu’elle prévoit d’acheter entre 170.000 et 200.000 tonnes, contre70.000 tonnes pour la NOVASEN et 30.000 tonnes pour le complexe agro-industriel de Touba. 
Source Aps 
 
SUD QUOTIDIEN: 
CHEIKH TIDIANE SY, MINISTRE D’ETAT, MINISTRE DE L’INTERIEUR « Ils sont libres de tenir leurs Assises »  
par Madior FALL | SUD QUOTIDIEN , samedi 29 novembre 200 
Cheikh Tidiane Sy, ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur a rétorqué hier, vendredi 28 novembre à certains sénateurs qui l’ont invité à l’occasion de l’examen par leur chambre du budget 2009 de son département, à faire cesser, par ses services compétents, « la tenue des Assises nationales », qu’il ne le ferait pas. Ni lui, ni ses services d’ailleurs, rappelant au passage que cette concertation est conforme à la Constitution. Selon lui, « ils sont libres de tenir leurs Assises ». Rappelant ainsi les Sénateurs à l’ordre…constitutionnel. 
Faut-il se louer de la répartie « démocratique » à première vue du premier policier du pays hier, vendredi 28 novembre à l’occasion de l’examen par la chambre (haute ?) du Parlement du projet de budget 2009 de son département ? Ou se plaindre de la « bêtise » de certains de ces représentants,- au juste de qui ?,- qui demandaient tout bonnement la cessation par la force certainement, des Assises nationales organisées depuis juillet 2007 par plusieurs partis de l’opposition, des organisations patronales et des pans importants de la société civile ? 
Il est heureux en tous les cas d’apprendre de la bouche du premier responsable que le ministère de l’Intérieur ne fera rien contre les Assises nationales. Cheikh Tidiane Sy, ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur a répondu courtoisement mais tout aussi fermement ainsi hier à l’interpellation de certains sénateurs certainement égarés dans les méandres politiciens, qu’il n’était pas question que lui et ses services compétents s’occupent à casser des Assises nationales. Il a rappelé au passage que la concertation organisée sous l’égide d’une partie de l’opposition était conforme aux dispositions de la Constitution. 
« C’est la liberté d’expression qui est consacrée dans notre Constitution. Le président de la République l’a défendue lors de son arrivée au pouvoir, en voulant faire de sorte que le jeu politique soit ouvert. Il l’a consacrée dans la Constitution », a-t-il indiqué en guise de réponse aux sénateurs qui lui demandaient de faire cesser, par les services compétents de son département, la tenue des Assises nationales que pilote Amadou Mactar Mbow, ancien Directeur général de l’Unesco et ancien ministre de l’Education nationale sous Senghor et où l’on retrouve plusieurs personnalités du monde politique, économique, « civile » et anciennement militaire. 
« On ne peut pas vouloir une chose et son contraire », a souligné aux sénateurs, Cheikh Tidiane Sy, même s’il s’est empressé d’ajouter glissant sur le terrain partisan ou ne pouvant pas s’empêcher de le faire qu’il « y a des limites à ne pas franchir. Les Assises, il faut les laisser continuer leur cours. C’est maintenant le seul mode d’expression de ceux qui les organisent ». Selon lui en effet, « les Assises, c’est quelque chose de politique et rien d’autre. Laissons-les, le peuple sénégalais appréciera », a-t-il déclaré, ajoutant, sur un ton de raillerie, que ceux qui s’en occupent, n’ont pas d’autres choix, ni d’autres cadres d’expression. 
PERCEPTION 2008 DE LA CORRUPTION Une alternance pour rien au Sénégal  
par Madior FALL | SUD QUOTIDIEN , samedi 29 novembre 2008  
Le Sénégal reste scotché à la 85éme place du classement proposé par l’indice de perception de la corruption (Ipc). Un score de 2008 qui correspond exactement à celui d’il y a dix ans, de 1999 donc. À y regarder de près, notent certains observateurs, on y a réalisé une alternance politique pour rien. 
Les 25 mesures des deux Abdoulaye du ministère de l’Economie et des finances pour se sortir du déséquilibre actuel de nos finances publiques, mesures que le Parti socialiste (Ps) juge même insuffisantes et inopérationnelles, prévoient la cession d’actions et/ou de biens mobiliers de l’Etat. Les deux argentiers se démènent pour trouver de l’argent quitte à être des épiciers, comptant piécette par piécette. C’est ainsi qu’ensuite de la vente d’actions flottantes ici et là, de l’Etat, on prévoit de « céder » à plus offrant le Méridien Président et d’autres actions qui tendent tous à renflouer les caisses du pays si vide à force de dépenses immodérées et inconsidérées. 
Cependant, invitent des observateurs avertis du droit international, « pourquoi ne pas tirer utilement profit de l’initiative de rapatriement de l’argent volé que permet désormais l’Onu-Dc et la Banque mondiale ? » Une disposition du droit international contre la corruption et la concussion que notre pays a ratifiée depuis 2005. La ratification par le Sénégal des conventions de l’Union Africaine (Ua) et de l’Organisation des Nations Unies (Onu) de lutte contre la corruption avait été bien saluée à l’époque. 
Pour l’heure et pour ces mêmes observateurs, « c’est aujourd’hui le crépuscule des salopards dans le monde avec les nouvelles dispositions qui consentent au rapatriement de tout l’argent volé dans un pays et planqué ailleurs. C’est ce qui explique tous ces procès intentés aujourd’hui en Europe contre des dirigeants africains à la moralité et à la respectabilité plus que douteuses. En ce qui concerne notre pays, si en 1999, l’unité de compte était encore le million de Fcfa, il se chiffre actuellement en milliard de Fcfa. Il suffirait donc de rapatrier quelques milliards de responsables qui, seulement en 2000, éprouvaient toutes les peines du monde à satisfaire une dépense quotidienne de 2000 Fcfa et qui aujourd’hui, exhibent fièrement des relevés de compte de plus d’un milliard de Fcfa, planqués dans des paradis fiscaux » 
En attendant de telles mesures hardies pour soulager les pauvres gardiens des sous-nationaux, réconforter la trésorerie nationale et assainir en même temps les mœurs politiques et la pratique sociale du pays, on constate au regard de l’indice de perception de la corruption (Ipc), que l’on piétine au Sénégal depuis dix ans. Le score de 2008 correspond exactement à celui de 1999. Le Sénégal continue à se vautrer quelque que soit le régime considéré dans la zone rouge des pays les plus corrompus au monde. 
Obstacle majeur 
Pourtant, le phénomène de la corruption agit comme un obstacle majeur à la réalisation des stratégies de développement du Sénégal, notait récemment le responsable du Forum civil, Mamadou Bodj. Pis, a-t-on suffisamment quantifié ses impacts financiers et sociaux ? Quelle est la part de la corruption dans les morts du « mbek-mi » ?Ces désespérés jusqu’au suicide qui, faute d’avenir, bouché par des corrompus sans vergogne ont préféré offrir leur vie et leurs affamées carcasses à la mer ? Dans ceux du Joola ? Il n’y a pas encore des études qui en permettent la perception, mais l’on peut avancer sans grand risque de se tromper à la suite de Mamadou Bodj, « qu’en générant un surenchérissement du coût des infrastructures qui se trouve alourdi par les charges des transactions liées à la corruption, à des taux usuels compris entre 10 et 20% ; en accroissant de manière factice le poids de l’endettement dans un pays ; en entraînant la dépréciation des qualités techniques des ouvrages réalisés dans un pays et en hypothéquant leur durabilité ;en accroissant la pauvreté dans un pays ; en modifiant le système des valeurs dans un pays par la promotion de contre-modéles,en tuant le goût de l’effort chez les jeunes citoyens qui y voient un mode d’enrichissement rapide sans cause », on déstructure une nation, spolie un Etat et hypothèque le futur des générations nouvelles. 
L’omerta de la classe politique 
S’il fallait noter que des actes ont été posés ces dernières années par les autorités de ce pays pour infléchir la tendance ; notamment avec la création de la commission nationale de lutte contre la corruption depuis 2003, force est de reconnaître que ces actes sont de portée limitée face à l’ampleur du phénomène. Il s’y ajoute que cette commission tarde à apporter la preuve de son efficacité relativement à sa mission malgré quelques modifications intervenues dans la loi créant cette institution. 
Les conventions internationales ratifiées par le Sénégal attendent en outre toujours, dans certaines de leurs dispositions à être harmonisées avec les textes précédents pour pouvoir produire tous leurs effets escomptés dans le droit interne. Ces faibles avancées dans la lutte contre la corruption interviennent dans un contexte global d’impunité dans le pays et qui a eu comme point de départ, les audits post-alternance, en 2000. Ces audits ont connu tous un traitement politicien dans le but de copter au pouvoir un segment significatif de l’opposition défaite. Cette expérience a révélé le manque de volonté de l’autorité politique d’utiliser l’institution judiciaire comme un levier efficace dans la lutte contre la corruption, souligne Mamadou Bodj. 
A sa suite, on peut également noter que le phénomène jouit au sein de la classe politique d’une omerta « coupable ». Très peu de partis politiques et de dirigeants dénoncent publiquement la corruption et la concussion qui gangrènent le pays. Au fait de quoi et comment vivent nos formations politiques qui croissent comme des champignons ? En stagnant voire en reculant dans un classement qui le place parmi les pays les plus corrompus du monde, le Sénégal aurait pu s’épargner une alternance politique et ainsi faire l’économie des « loufoqueries » de ces neuf dernières années. 
WALFADJRI: 
Intellectuels de mon pays, gardons-nous de toute vanité  
 
 
Décidément, certains universitaires, certains intellectuels ne cesseront jamais de croire que, sans eux, le monde est en danger, le monde est en perdition comme l’illustre la dernière réflexion d’Abdou Latif Coulibaly livrée ce 26-11-08 par certains journaux de la place. Sous le compte de Gutemberg, ces intellectuels croient encore que n’est vrai que ce qui est écrit et que seuls ceux qui savent lire maîtrisent la connaissance et partant le monde. En tous cas, la réussite sociale des Modou-Modou exclus par l’école, la validation incontournable de toute théorie féconde par une pratique intelligente, les différentes crises mondiales que traverse notre monde contemporain devaient inciter à plus de modestie à ce moment ci où toutes les grandes théories philosophiques, économiques, financières, éducatives.... ont montré leurs limites après avoir fait de notre planète une jungle.  
La connaissance gît dans des situations de vie exprimées dans une langue. Qu’elle soit écrite ou parlée, la langue, si elle n’est pas elle-même objet d’enseignement, ne peut alors être que médium. La résolution de situations de vie répétées installe des compétences de vie courante qui facilitent la maîtrise du milieu. Que l’on soit dans une civilisation de l’oral ou dans une civilisation de l’écrit, cette éducabilité de l’homme a été jusqu’ici le moteur de son évolution. Mais restons au Sénégal longtemps caractérisé par une civilisation de l’oralité pour rappeler à Abdou Latif Coulibaly :  
- D’abord que l’Assemblée nationale est, par essence, la représentation de la nation, c’est-à-dire qu’elle doit être la photocopie de notre nation dans ses diversités géographique, éthique confessionnelle, culturelle, professionnelle. De façon plus détaillée, elle doit être composée d’hommes et de femmes de toutes les couches sociales : chômeurs, travailleurs, professions libérales, agents de l’Etat, paysans, pasteurs, pêcheurs, femmes au foyer, femmes de ménage, marabouts, prêtres, croyants, non croyants, handicapés de toutes les régions du pays qui ont leur mot à dire dans la gestion du pays et que personne ne peut dire mieux qu’eux mêmes !  
- L’Assemblée nationale est un lieu de réflexion, d’échanges, de prises de décisions, de délibérations, d’actions pour une gestion collective et concertée de la vie de la nation.  
- C’est vrai qu’il y en a qui oublie que le bon sens est la chose la mieux partagée au monde.  
- Ensuite que les intellectuels ne sont qu’une catégorie de notre société et que cette situation de privilégiés qui leur enfle la tête, leur a été offerte par la nation toute entière qui mérite ainsi leur reconnaissance et non leur mépris parce que simplement beaucoup d’entre nous, sommes analphabètes !  
Le diplôme universitaire n’est pas un critère d’éligibilité du député. Il est souvent impossible d’objectiver le choix des électeurs. La compétence, la renommée, la richesse sont des qualités nécessaires, mais pas suffisantes. Ainsi la légitimité (la représentativité : nombre de voix obtenues) et la légalité (élection régulière et transparente) sont les critères les plus communément admis pour la qualité d’une Assemblée nationale. Aucune catégorie sociale ne saurait s’ériger en seuls et dignes représentants d’une Nation sans verser dans le ridicule ou dans l’oppression !  
Enfin qu’un Cv même de 20 pages n’a jamais été un indicateur pertinent pour le choix d’un bon représentant de la nation. Etre à l’écoute de l’autre, disponible, savoir partager, avoir le sens des responsabilités, du devoir bien accompli et surtout celui de l’histoire sont des comportements, des attitudes et des aptitudes qui ne découlent toujours pas des connaissances acquises. Le meilleur député n’est pas celui qui a le diplôme universitaire le plus élevé. Intellectuels de mon pays évitons de croire que sans nous rien ne peut se faire ! Une nation est plurielle et c’est là toute sa force et sa richesse dans une solidarité dynamique. Je persiste à croire que tous ceux qui sont concernés doivent se concerter sans exclusive !  
El Hadj Malick DIOP Député-maire de Tivaouane  
FERLOO: 
COMPRENDRE LA POLITIQUE  
Un soir, devant la télé, un enfant demande à son papa : ’Papa, explique-moi ce qu’est la politique’. 
Réponse du papa : C’est très simple, mon fils. Je vais te donner un exemple. Prenons le cas de notre famille :  
Ta maman gère cet argent ; elle est donc le GOUVERNEMENT.  
La jeune fille que tu vois travailler dans la maison est notre bonne ; elle, constitue la CLASSE OUVRIERE.  
Ton petit-frère encore qui dort tranquillement dans le berceau, nous dirons qu’il est l’AVENIR. L’enfant a très bien écouté ! La nuit tombe, chacun s’en va au lit. L’enfant dans son sommeil, entend son petit-frère pleurer dans le berceau. Il décide de se lever, et d’aller voir. En fait, le petit-frère a sali sa couche ! Que faire ? se demande-t-il. Il va dans la chambre de ses parents pour les réveiller, et s’aperçoit que sa maman est seule au lit, et dort profondément. Très inquiet, et ne voulant pas la réveiller, l’enfant va dans la chambre de la bonne, et curieusement, il trouve son papa en plein repos du guerrier, dans le lit de la jeune fille. Bouleversé, l’enfant va voir le grand-père dans sa chambre, lequel se contente aisément de regarder par la fenêtre, la scène de la jeune fille et du papa. Apeuré et déçu en même temps, l’enfant va se recoucher et s’endort, laissant le petit-frère pleurer. Le lendemain, le papa demande fièrement à l’enfant : ’Alors mon fils, as-tu réfléchi et compris ce qu’est la politique ?’ L’enfant répond : « Oui papa, ta définition était trop claire : le Capitalisme profite de la Classe ouvrière pendant que le Gouvernement dort, et le Parlement regarde sans rien dire. On s’en fout de ce que pense le Peuple, et l’Avenir est dans la merde » 
Quel sage enfant ! 
L'OFFICE: 
Promesses mirobolantes  
Secret de polichinelle. Dans ce pays, ceux qui nous dirigent nous prennent pour des demeurés. Hier, on a entendu le ministre des Mines…, Ousmane Ngom, débiter des énormités du genre : «Sous peu, nous allons construire de petits avions » ! Défense de rire. Et, n’écarquillez pas les yeux. Alors qu’ils ne peuvent même pas assurer une distribution correcte de l’électricité, ils nous pompent l’air avec des chimères. Le prix du baril du pétrole a drastiquement baissé – de 150 dollars à moins de 50 - et ils nous maintiennent toujours dans la diète. Après les promesses farfelues de Ngom Dem-Dikk, il faut s’attendre, bientôt, à ce que son patron nous parle des secrets du paradis. Comme quoi, ils sont toujours sur leurs nuages. Ça, c’est pas du concret. N’est-ce pas Karim ? 
( Mor Todjangué )  
LE MATIN: 
 
WADE AURAIT-IL RENONCÉ À SE FAIRE SUCCÉDER PAR SON FILS ?  
 
 
Le président Wade nous a encore gratifié d’une de ses surprises consécutives à ses nombreux revirements, lesquels échappent à toute analyse approfondie, du moins à court terme. A ce propos, les historiens seront plus chanceux que les journalistes, eux qui ont le recul nécessaire pour cerner des évènements dont les apparences sont pour la plupart trompeuses. En fait, de quoi, s’agit-il ?  
Au moment où tout indiquait qu’il allait laisser mourir son parti au profit d’un obscur mouvement du nom de « Génération du concret » dirigé par son fils, le Pape du Sopi a fait faire au Comité directeur de son parti, avant-hier, une déclaration, dans laquelle, il apparaît évident, qu’il entend en amorcer la restructuration en profondeur. Tous les indices dans ce sens sont réunis : D’abord la reconnaissance de problèmes d’organisation, fait rarissime au Pds où tout semblait beau depuis 2000, la date de leur arrivée au pouvoir ; ensuite, la mise en place d’un Comité de réflexion et surtout la nomination de certaines personnes de la trempe de Moustapha Diakhaté dont tout le monde connaît l’esprit critique et les divergences avec Karim, le fils de Wade, ce qui lui a valu son départ de la Présidence.  
Dans le cahier de charge du Comité de réflexion, il est question de faire des propositions allant dans le sens de revoir et l’organisation et le fonctionnement du parti. Alors, à moins d’assister à une séance de « Ndiomboleries » (ruses et manœuvres) de Wade, il apparaît clairement que la mise à mort du parti au pouvoir est un processus qui pourrait connaître un coup d’arrêt immédiat. Car, à côté de Moustapha Diakhaté qui a dû démissionner de son douillet poste de Conseiller du président de la République pour des questions de principe (chose rare de nos jours), va siéger Modou Diagne Fada qui sort d’une longue période de disgrâce, ce qui ne l’avait jamais poussé à renoncer à ses convictions ; il a en effet toujours assumé son amitié avec Idrissa Seck aux durs moments de la liquidation politique de ce dernier.  
C’est dire que ces fortes personnalités n’auraient pas accepté de s’engager dans un projet à seule valeur propagandiste. On peut alors donner crédit à cette démarche qui a toutes les allures d’une refondation. Toutefois, il échoit dès lors d’en tirer certaines conséquences au plan politique. Car, il ne fait pas de doute que la mort programmée du Pds aurait bénéficié à la Génération du concret dirigée par le fils de Wade, Karim. Mais, à moins d’un autre revirement de Wade, tout indique que ce dernier a renoncé au projet de se faire succéder par son fils si tant est que ce projet a jamais existé. Du moins, dans l’immédiat. Wade se serait-il rendu compte que ce serait une bourde politique majeure et que son fils serait balayé par le premier ouragan qui ne manquera pas d’oblitérer son magistère ?  
N’est-ce pas là une façon de reculer pour mieux sauter car, certaines indiscrétions annoncent que Wade-fils pourrait être proposé non pas dans l’immédiat à la présidence de la République, mais d’abord à la mairie de Dakar, pour mieux forger son avenir politique et bien le préparer pour les futures échéances. Vérité ou intoxication ? Dans tous les cas, ce mouvement parle à ses « militants » et se dit fin prêt pour les échéances électorales futures. Lesquelles ? C’est là la question. A juste titre d’ailleurs, car, Wade n’a pas dégagé autant d’énergie pour écarter Idrissa Seck et Macky Sall pour rien. L’ambition politique du père à l’égard du fils, même si la mise sous orbite politique de ce dernier a du mal à se concrétiser du fait des obstacles ô combien nombreux, est une évidence de plus en plus criarde. C’est dire que Wade n’a pas forcément renoncé à son projet de succession mais qu’il le repoussera tant qu’il ne jugera pas le moment propice.  
Assane SAMB  
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 29.11.2008
- Déjà 5296 visites sur ce site!