ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

« LA SENEGALAISE DE DELESTAGES »

 
ARGUMENTS TECHNIQUES CONTRE ARGUTIES POLITICIENNES Le Dsrp 2 tranche le débat sur les inondations 
 
Article Par PAPA SOULEYMANE KANDJI,  
Paru le Jeudi 25 Juin 2009 
 
Les questions de croissance, de protection sociale, de gestion des risques majeurs et autres catastrophes naturelles incombent à l’Etat et non aux Collectivités locales. C’est la conviction d’un économiste, Alpha Ousmane Aw, qui tire ses arguments du Document de stratégie pour la croissance et la réduction de la pauvreté au Sénégal (Dsrp), notamment en sa phase 2. Le problème de la gestion des inondations ne devrait pas susciter autant de débats. Inondant, du coup, les populations dans un flou total. En effet, ce débat, qui a fini de prendre des relents politiciens indéniables, est tranché, de façon nette et sans équivoque, par le Document de stratégie pour la croissance et la réduction de la pauvreté au Sénégal (Dsrp), notamment sa phase 2, qui comprend la séquence temporelle comprise entre 2006 et 2010. En effet, il est écrit, noir sur blanc, dans sa partie portant sur les «défis de l’élaboration d’une politique de protection sociale», que : «Réduire la vulnérabilité est plus complexe que de juste réduire la pauvreté monétaire. Elle évolue dans le temps ! Elle varie selon le contexte local géographique». Il s’y ajoute que, lit-on dans le document ci-dessus cité, les objectifs visés sont divers et variés. Et le législateur d’en dresser une liste non exhaustive : ruptures dans l’écosystème et ses conséquences, sécheresses successives, érosion côtière, intrusion marine, salinisation des terres, dégradation des terres, inondations, péril acridien, etc. Une avancée notoire, par rapport au Dsrp 1, qui s’explique par le fait que les experts avaient jugé opportun de remplacer l'axe «amélioration des conditions de vie des groupes vulnérables» par un autre prenant en compte «les nouvelles priorités de l'Etat et des populations en matière de gestion des risques et catastrophes auxquelles elles ont été confontées ces dernières années (naufrage du bateau le Joola, inondations, invasions acridienne, pluies hors-saison…)». Il n’en fallait pas plus pour inspirer à un économiste le commentaire que voici : «Si c’était une impression, elle est devenue une réalité : l’Etat a une mémoire courte et fuit ses responsabilités». Convoquant le chapitre 4 du Dsrp 2, notre interlocuteur renvoie l’opinion à la partie portant «Prévention et gestion des risques et catastrophes» qui précise que «l’Etat avait élaboré un programme de prévention et de gestion des risques majeurs et catastrophes qui vise principalement la maîtrise des accidents industriels majeurs et les inondations». Curieusement, au moment où l’Etat entretient cette «polémique puérile», pour paraphraser le ministre Abdoulaye Makhtar Diop, les populations vivant dans les zones inondées s’enfoncent davantage dans la précarité et l’extrême pauvreté. Il s’y ajoute que, vu leurs conséquences désastreuses sur les ménages et l’environnement, les inondations feront perdre à l’économie nationale d’importants points de croissance. C’est ce que le Pr Abdoulaye Bathily de la Ligue démocratique (Ld) définit à travers le concept de «stratégie de décroissance accélérée du régime Wade».  
 
AFP : Vendredi 26 Juin 2009 
Abdou Diouf pour un respect des mandats électoraux en Afrique  
YAMOUSSOUKRO, (AFP) Le secrétaire général de la Francophonie et ancien président du Sénégal (1981-2000) Abdou Diouf a plaidé jeudi à Yamoussoukro (centre) pour un respect des mandats électoraux tel que prévus par les Constitutions en Afrique, soulignant qu'"il y a une vie après le palais".Le secrétaire général de la Francophonie et ancien président du Sénégal (1981-2000) Abdou Diouf a plaidé jeudi à Yamoussoukro (centre) pour un respect des mandats électoraux tel que prévus par les Constitutions en Afrique, soulignant qu'"il y a une vie après le palais". 
De la même manière que la vocation d'un avocat ne prend pas fin avec son activité, les responsabilités et l'engagement d'un homme d'Etat, ce en quoi il croit, ne s'achèvent pas avec son mandat", a déclaré M. Diouf, parrain des manifestations marquant le 50e anniversaire de l'ordre des avocats ivoiriens. 
Le président ivoirien Laurent Gbagbo et l'ancien président ghanéen Jerry Rawlings ont également participé à cette cérémonie. 
S'exprimant sur le thème: "Y a-t-il une vie après le palais?", M. Diouf a répondu sans l'ombre d'une hésitation: "Oui!" 
"Je peux vous dire que je ne me suis jamais senti aussi libre que quand j'ai transmis les rênes du pouvoir à maître Abdoulaye Wade" l'actuel président sénégalais, a-t-il poursuivi, sous des applaudissements de près d'un millier de participants venus d'Afrique et d'Europe. 
Pour lui, "c'est une chance inédite pour ce monde nouveau encore en gestation, que de pouvoir s'appuyer sur des hommes (...) qui, dégagés des contingences du pouvoir et de la politique politicienne, peuvent développer une réflexion libre, et se faire ainsi les avocats de tous les Hommes sur la voie du progrès". 
La déclaration de l'ancien président sénégalais coïncide avec l'intention déclarée depuis quelques jours du chef de l'Etat nigérien Mamadou Tandja de se maintenir au pouvoir. 
M. Tandja, 71 ans, avait annoncé début mai la tenue d'un référendum portant sur une nouvelle Constitution qui lui permettrait de rester au pouvoir au-delà des deux mandats successifs actuellement autorisés. Mais, saisie par des partis d'opposition, des ONG et des syndicats, la Cour constitutionnelle avait annulé le 12 juin la tenue d'un tel référendum. 
Les décisions de la Cour sont sans appel et s'imposent au président Tandja. 
Cependant, mercredi, le chef de l'Etat a adressé une requête à la Cour pour lui demander de se rétracter en l'accusant d'avoir outrepassé ses compétences. 
 
© 2009 AFP 
Auteur: AFP via TV5 Monde  
 
WALF FADJRI : 
Quand la structure officielle des prix des hydrocarbures enrichit illégalement la Société africaine de raffinage 
 
 
Au moment où le gouvernement se met à la vérité des prix avec la suppression des subventions, les consommateurs se doivent d’être beaucoup plus vigilants par rapport à la fixation de ces prix. C’est dans ce cadre que j’ai eu à analyser les structures des prix des hydrocarbures publiées depuis le début de l’année 2009. Résultat : Sur les six structures publiées, les trois (structures du 21 mars, du 18 avril et du 16 mai 2009) ne sont pas conformes à la réglementation en la matière. Sur la période, les prix fixés par les structures officielles ont illégalement octroyé à la Société africaine de raffinage (Sar) 3,7 milliards de francs Cfa de surplus de recettes, supportés en partie par les consommateurs et en partie par le Trésor public.  
Comment est déterminé les prix des hydrocarbures ?  
Le décret n°2009-952 du 26 septembre fixe les modalités de détermination des prix des hydrocarbures. Il définit de façon précise les prix sur le marché international devant servir pour le calcul du Prix parité importation (Ppi) qui constitue le prix de vente, hors droits et taxes, de la Sar. A ce Ppi, s’ajoutent les droits et taxes qui reviennent à l’Etat et les marges (distributeurs, grossistes et détaillants) encaissées par les opérateurs.  
La pratique illégale  
Pour la fixation des prix des hydrocarbures des structures du 21 mars, 18 avril et 16 mai 2009, les Ppi normaux (obtenus sur la base des dispositions du décret) ont été remplacés par des valeurs purement arbitraires qui ont permis de transférer illégalement des ressources à la Sar.  
La structure des prix du 21 mars 2009  
Pour tous les produits, le Ppi a été fixé au niveau où il se situait pour la structure des prix du 21 février 2009. De ce fait, comme l’illustrent les chiffres ci-après, tous les prix qui devaient baisser sont restés au même niveau.  
PRODUITS PRIX NORMAL PRIX APPLIQUE SURPLUS Gaz butane 9 kg 4 289 F Cfa 4 820 F Cfa 531 FCFA la bouteille Gaz butane 12,5 kg 6 770 F Cfa 7 510 F Cfa 740 F Cfa la bouteille Gaz butane 38 kg 20 581 F Cfa 22 825 F Cfa 2 244 F Cfa la bouteille Essence super 580 FCFA 582 FCFA 2 FCFA le litre Essence ordinaire 547 F Cfa 550 F Cfa 3 F Cfa le litre Essence pirogue 400 F Cfa 402 F Cfa 2 F Cfa le litre Pétrole lampant 345 F Cfa 367 F Cfa 22 F Cfa le litre Gasoil 462 FCFA 491 FCFA 29 FCFA le litre Diesel 323 390 F Cfa 354 224 F Cfa 30 834 F Cfa la tonne Fuel oil 180 235 736 F Cfa 244 645 F Cfa 8 909 F Cfa la tonne Fuel oil 380 230 703 F Cfa 236.897 F Cfa 6.194 F Cfa la tonne Fuel Senelec 202 100 F Cfa 208 409 F Cfa 6 309 F Cfa la tonne Distillat TAG 329 225 F Cfa 361 530 F Cfa 32 305 F Cfa la tonne  
Avec la structure de prix du 21 mars 2009, 2,2 milliards de francs ont été gracieusement offerts à la Sar, dont 1,7 milliard payé par les consommateurs et 0,5 milliard supporté par le Trésor public à travers la subvention verser pour maintenir les bouteilles de gaz butane de 2,7 kg et 6 kg à 1 000 F Cfa et 2 500 F Cfa respectivement ; avec un surplus de subvention de 59.000 la tonne.  
La structure des prix du 18 avril 2009  
Pour le gaz butane et le gasoil, le PPI a été fixé au niveau où il se situait pour la structure des prix du 21 février 2009 et leur prix maintenu alors qu’il devait baisser.  
PRODUITS PRIX NORMAL PRIX APPLIQUE SURPLUS Gaz butane 9 kg 3 850 F Cfa 4 820 F Cfa 970 F Cfa la bouteille Gaz butane 12,5 kg 6.160 F Cfa 7 510 F Cfa 1 350 F Cfa la bouteille Gaz butane 38 kg 18 728 F Cfa 22 825 F Cfa 4 097 F Cfa la bouteille Gasoil 483 F Cfa 491 F Cfa 8 F Cfa le litre  
De la même manière, 1,3 milliard de francs a été gracieusement offert à la Sar par la structure des prix du 18 avril 2009, dont 0,4 milliard payé par les consommateurs et 0,9 milliard supporté par le Trésor public pour soutenir les prix des bouteilles de gaz butane de 2,7 kg et 6 kg ; le surplus de subvention atteint 107 820 F Cfa la tonne.  
La structure des prix du 16 mai 2009  
La mesure a été maintenue pour le gasoil, ce qui a conduit à un prix de 491 F Cfa le litre alors qu’il devait être de 487 F Cfa, soit un surplus de 4 F Cfa le litre. 0,2 milliard de francs a ainsi été gracieusement offert à la Sar, totalement supporté par les consommateurs  
La conclusion  
Sur une base parfaitement illégale, les consommateurs ont enrichi la Sar de 2,3 milliards de francs Cfa indus. L’effet de la Tva sur ce surplus de recettes est de 0,4 milliard au profit du Trésor public. Par la même occasion, l’Etat a enrichi la Sar de 1,3 milliard de francs Cfa par le versement d’un surplus de subvention de 1,5 milliard pour compenser le surplus sur le prix de vente de la Sar et le surplus de Tva qui en découle. Au total le Trésor public perd dans l’opération quelque 900 millions de francs Cfa en déduisant le surplus de Tva (600 millions) de la subvention anormalement supportée.  
Ce petit exercice pousse à réfléchir et à se poser la question : ‘A qui profite le crime ?’, car si le ministère de l’Energie peut fermer les yeux sur les pratiques peu orthodoxes qui avantagent une de ses sociétés, la question se pose pour le ministère des finances qui y perd des ressources au même titre que les consommateurs et pour le ministère du Commerce chargé de veiller sur les prix.  
En tout état de cause les associations consuméristes doivent se doter des moyens nécessaires pour vérifier que les prix publiés sont conformes à la réglementation et au besoin les faire annuler.  
Mamadou NDIAYE Consultant Email : njieconsulting@gmail.com  
Gestion de la Senelec : Nous ne comprenons pas ! 
 
 
Combien de fois M. Samuel A. Sarr s’est adressé au peuple sénégalais pour l’assurer de la fin des délestages et d’une meilleure qualité du service ? Certes en autant de fois que nous ne nous souvenions pas, mais jusqu’à présent le mal persiste. Aminata Mbengue Ndiaye le disait : ‘Il y a des difficultés à choisir les gens qu’il faut…’ Mais pour nous, ‘le bas peuple’, le débat est de dire comment en est-on arrivé à une hausse de 20 n si peu de temps et pourquoi les risques n’ont pas été prévus.  
Monsieur le Président, Samuel a eu tout le temps de démontrer ses carences depuis le début de l’alternance. Pourquoi ne pas lui chercher un poste de ministre conseiller sur les dix millions de postes disponibles à votre côté mais, de grâce, qu’il soit très loin de la gestion de l’énergie.  
Quels sont aujourd’hui les montants des investissements consentis par l’Etat pour la Senelec et combien de redevances cette société n’a pas payé au trésor public ? Or voilà un secteur stratégique mais qui, depuis bientôt dix ans, est victime d’une très mauvaise gestion. N’est-ce pas ce Samuel qui, en tant que directeur général, a commandé beaucoup de véhicules pour ses ‘cadres’ dans un contexte de liquidité où l’orthodoxie d’une gestion rationnelle dictait des gros investissements sur un matériel qui a commencé à vieillir. Tout ceci était prévisible si les charges récurrentes de fonctionnement étaient bien analysées. Apparemment, M. Sarr manque de vision stratégique pour ce secteur.  
Si gérer c’est prévoir les risques et incertitudes, pourquoi vous ne vous gênez jamais pour expliquer vos difficultés de management par des conditions extérieures (prix du pétrole, crise, etc.). Rappelons que tous les pays vivent cette conjoncture, mais la seule différence est la compétence. On ne change pas une équipe qui gagne, mais pour autant, une équipe qui perd doit être remplacée. Monsieur le Président, le Sénégal regorge de compétences qui pourraient nous donner plus de satisfaction. Alors, pensez à changer d’équipe.  
Nous avons été atterrés par les propos du ministre qui disait que lors du premier contrat avec le fournisseur : daf nû nax (il nous a dribblé) avec une telle aisance que cela ressemble à une plaisanterie de mauvais goût car, après tout, c’est nous qui allons payé les pots cassés. Comme du reste M. Sarr ne s’est pas entouré de gens avertis et compétents. Les Sénégalais qui prétendent nous diriger doivent intérioriser définitivement qu’à certaines stations de décision, l’erreur est impardonnable. Monsieur le Ministre est à la limite arrogant vis-à-vis du peuple sénégalais. Certainement vous n’avez jamais connu la souffrance comme le bas peuple, mais cela ne vous dédouane pas de nous respecter.  
Sur un autre registre, nous avons l’impression que les autorités n’ont aucune connaissance des incidences de ces délestages sur le matériel des pauvres goorgorlus, sur l’économie informelle et, de manière générale, sur notre économie. Avez-vous une idée claire de la part de l’électricité sur nos maigres budgets et comment l’attente d’une facture d’électricité hante notre sommeil. Que certainement Non ! Non parce qu’en partie, toute la discussion engagée par les associations de consuméristes et la commission de régulation est presque inutile à notre entendement, car jamais ces rencontres n’ont permis de mettre au cœur des stratégies les avantages des consommateurs. Si vous êtes conscients que demain, vous répondrez de votre gestion devant le peuple souverain, faites l’effort de nous parler un langage moins ésotérique et plus véridique. Contrairement à ce que vous pouvez penser, le peuple est loin d’être amnésique et passif. L’histoire nous édifiera.  
Mbaye NIANG Mbayeniang22@yahoo.fr Wakhinane  
Lettre-réponse de Benno à Wade : La charte fondamentale des assises, préalable au dialogue 
Pour définir les ‘préalables et conditions’ au dialogue politique, les opposants n’ont pas cherché loin. Amath Dansokho et Cie font de la charte de gouvernance des assises la référence à tout dialogue ou concertation.  
 
Comme prévu, la coalition Benno Siggil Senegaal a défini les ‘préalables et conditions’ au dialogue politique, dans sa lettre-réponse qu’elle fera parvenir au chef de l’Etat. Au cœur de ce dispositif, la charte fondamentale des assises nationales occupe une place centrale. Abdoulaye Bathily, sans trop entrer dans les détails, l’a fait savoir, hier, au sortir de la rencontre des leaders. ‘Nous avons rencontré le président Amadou Makhtar Mbow pour lui faire état de la lettre (les invitant au dialogue, Ndlr) d’Abdoulaye Wade. Il nous a accueillis favorablement et s'est félicité que les conclusions des assises soient incluses dans notre préoccupation. Ce qui est tout à fait normal car nous nous sommes engagés autour d'une charte pour la gouvernance’. Et, cette charte poursuit le leader de la Ld, porte-parole du jour des leaders, ‘décline tous les grands problèmes de notre pays et les propositions de solutions.  
Alors, nous entendons faire de cette charte de gouvernance la référence à tout dialogue ou concertation avec qui que ce soit dans le pays’. En termes clairs, le ‘Jallarbiste’ en chef indique que les partis de l’opposition ne peuvent pas discuter sans cette charte de gouvernance qui, rappelle-t-il résume, un ensemble de solutions consensuelles dans différents domaines. Aux pourfendeurs de Benno Siggil Senegaal, Bathily fait savoir que sa coalition ne peut pas être contre les principes d'un dialogue. Parce que ‘c'est le dialogue qui a permis à Abdoulaye Wade d'être président de la République’. Il s’agit, précisément, se souvient-il, ‘du dialogue autour du système électoral. Le code consensuel de 1992 que Abdou Diouf a appliqué après la réunion des plénipotentiaires des partis, assistés des éléments de la société civile. C’est ce dialogue qui a permis de faire les élections de 1998 et de 2000 en corrigeant après chaque élection les imperfections.’ Suffisant selon lui pour comprendre que le dialogue n'est pas quelque chose de nouveau, inventé par Abdoulaye Wade. Au contraire, ‘il a bloqué le dialogue depuis son arrivée au pouvoir’.  
La question des inondations a, aussi, été abordée au cours de cette rencontre. Le porte-parole des leaders d’informer, à ce propos que mandat a été donné au groupe de travail chargé de la question des inondations d'organiser une mobilisation populaire autour du sujet. Aussi a-t-il demandé à ce groupe de se rapprocher des parties prenantes des assises nationales pour trouver des solutions de sortie de crise ? Car, rappellent les opposants, ‘dans les consultations citoyennes au niveau de ces localités, la problématique des inondations a été longuement abordée’. Quant au gouvernement d’Abdoulaye Wade, Amath Dansokho et ses camarades l’invitent à prendre ses responsabilités sur la question. Et c’est pour ‘trouver des solutions immédiates mais surtout des solutions à long terme pour éradiquer définitivement ce fléau’. Les opposants ne comprennent pas qu’Abdoulaye Wade et son gouvernement veuillent dégager leur responsabilité de la gestion des inondations. Alors que, rappelle Bathily, ‘en 2005, le chef de l’Etat avait soustrait du budget de l'Etat plus de 50 milliards, disant que c'est la responsabilité du gouvernement de régler la question des inondations’.  
Yakhya MASSALY  
Serigne Mame Mor Sall (Spécialiste en gestion du trafic routier) : ‘Les embouteillages à Dakar coûtent 4 milliards par an aux usagers’ 
Serigne Mame Mor Sall est un ingénieur, spécialiste en gestion du trafic routier. Manager général de la société Transecor, il s’est entretenu avec nous à l’occasion de la clôture de la 13e semaine de l’Association des gestionnaires et partenaires africains des routes (Agepar), des conséquences des embouteillages dans la capitale. Ainsi, cet ingénieur, qui note des inadéquations entre les nouvelles infrastructures routières et celles qui existaient déjà, soutient que les embouteillages, en dehors des conséquences négatives sur la santé, coûtent plus de 4 milliards de francs Cfa par an.  
 
Wal Fadjri : Quelles sont les conséquences des embouteillages à Dakar ?  
Serigne Mame Mor Sall : Ils ont principalement deux conséquences. Ils induisent des effets économiques et sanitaires négatifs. Du point de vue économique, ils coûtent cher aux Dakarois, même si le coût par personne et par an est difficilement modulable. Néanmoins, nous avons pu quantifier les pertes. Quand on modélise, on peut connaître la valeur financière perdue à cause des embouteillages. Le carburant et le temps perdus par les usagers avoisinent les 4 milliards. Du point de vue de la santé, le logiciel que nous avons utilisé pour construire le modèle existant sur la chaussée, nous a fourni toutes les informations sur les émissions de gaz : monoxyde de carbone, azote par gramme. Ces embouteillages, avec les émissions de carbone, causent des maladies liées le plus souvent à la respiration.  
Wal Fadjri : Quelles sont les solutions préconisées ?  
Serigne Mame Mor Sall : Depuis 40 années, tous les pays sont dans la gestion des réseaux, en termes de trafic routier. Les pays se sont rendu compte que l’on peut construire autant de routes que l’on veut, mais, il y aura toujours des points de conflits, de stationnements anarchiques, des encombrements sur les voies. Par conséquent, la clé est dans la gestion du trafic. Quand vous avez un réseau routier, il faut gérer les flux pour pouvoir bien les maîtriser. Et ce sont les systèmes de transports intelligents (Sti) qui permettent de le faire. Il s’agit de la détection des incidents, du comptage des véhicules et des vitesses, de leurs fréquences, de manière permanente, pour savoir les facteurs de croissance et de pic. Il y a aussi la coordination entre la police et les équipes de secours en cas d’accident ou de panne. Aux Etats-Unis et au Canada, en 2004, quand un incident se produisait sur une route, accident ou panne, il fallait en moyenne 15 minutes pour rétablir la circulation. Aujourd’hui, on n’est pas efficace si l’on se bat en 13 minutes 50 secondes. Au Sénégal, un véhicule peut tomber en panne sur la chaussée pendant une demi-journée, alors que la route est bien conçue. De manière géotechnique, sa capacité normale est réelle. Il n’y a pas de saturation, la route peut écouler deux mille véhicules. Malheureusement, elle n’écoule que la moitié. Il y a donc un problème d’exploitation du réseau, qui peut être résolu par la gestion du trafic. Il n’y a pas de problème d’infrastructures. Les routes sont fiables et aptes, elles sont mal gérées.  
Wal Fadjri : Pourquoi tant d’embouteillages, vu le nombre de routes construites ?  
Serigne Mame Mor Sall : Dans le cadre des projets de l’Anoci, on a réglé le problème de la périphérie de Dakar. Il est très facile maintenant de faire le tour de la ville. Dans la nomenclature des routes, il y a ce qu’on appelle les routes locales, les correctrices, les artères et enfin les autoroutes, qui peuvent être des voiries urbaines d’écoulement ou de très haut débit. Maintenant, ce qu’on a construit est plus proche des autoroutes. On a les autoroutes comme Malick Sy - Patte d’Oie, Patte d’Oie - Yoff. Ensuite, on a les autres routes qui ressemblent à des autoroutes, parce que leurs caractéristiques géométriques, en termes de visibilité, de capacité de voies et de vitesses, sont des caractéristiques d’une autoroute, mais, on ne peut pas les classer parmi les autoroutes. C’est le cas des tronçons Patte d’Oie-Cices, Aéroport-Bloc des Madeleines et la Vdn puisqu’ils ont des carrefours, des dos d’âne et les piétons sont autorisés à traverser la chaussée. Ce sont des voies rapides, des express way chez les anglo-saxons.  
Ces routes sont très utiles pour écouler rapidement le trafic. Mais le problème se pose aux niveaux des artères et des correctrices, qui jouent leur rôle de transition, selon l’heure de la journée. On transite d’une autoroute à une artère, d’une artère à une correctrice et d’une correctrice à une locale. Et le matin, quand les gens vont au travail, c’est le sens contraire. Par conséquent, si on facilite la circulation sur les autoroutes, sans pour autant en faire autant sur les correctrices et les locales, cela pose problème. C’est ce que nous avons actuellement à Dakar. Vous allez faire des passerelles et des trémies, parce qu’une artère se gère avec des feux de signalisation, des ronds-points…  
Wal Fadjri : Pouvez-vous donner un cas concret ?  
Serigne Mame Mor Sall : L’étude présentée sur le carrefour Front de terre-Bourguiba est un exemple concret. Sur cette avenue, le comptage fait en 2007 par l’Aatr montre 29 mille véhicules par jour, 27 mille sur la corniche et 24 mille sur la Vdn. Le carrefour Bourguiba-Front de terre s’est positionné comme la route qui a plus de véhicules sur tout le réseau national, mais cela n’a pas été pris en compte. Puisque certains soutiennent que le traitement des carrefours et des correctrices ne relève pas des qualifications de l’Etat, mais plutôt des collectivités locales. Mais les rôles, l’espace et le cadre ne sont pas bien définis. Il y a un problème institutionnel. La gestion des feux tricolores est transférée aux collectivités locales, malheureusement, ces dernières n’ont pas les ressources humaines et financières nécessaires. Ensuite, il y a un manque de coordination entre les collectivités locales et les autorités routières. En définitive, c’est surtout l’exploitation et moins la mise en œuvre qui pose problème.  
Pour revenir au cas de Front de terre-Bourguiba, il y a l’échangeur de Hann qui est à côté et qui a coûté des milliards, mais le carrefour Bourguiba-Front de terre constitue un goulot d’étranglement. On a des files d’attente entre la route qui va de l’avenue vers l’hôpital de Grand Yoff. Il y a ensuite un autre goulot à partir de ce carrefour jusqu’à l’échangeur de Hann. Et, quand on franchit cet échangeur pour entrer dans Hann Mariste, c’est la croix et la bannière. Jusqu’à Capa aussi, on a des files d’attentes. Et il y a beaucoup d’autres.  
Prenez l’autoroute Patte d’Oie-Malick Sy, c’est pratiquement impossible d’entrer dans l’avenue Lamine Guèye. Bloc des Madeleines, pareil. On gagne peut-être 20 minutes sur la corniche, mais une fois arrivé au Bloc, on ne peut pas entrer en ville. Or, un système routier c’est un ensemble et chaque élément joue son rôle. Si on met l’accent sur un seul élément visible et on laisse un autre élément invisible, qui a un rôle primordial, il y a problème.  
Wal Fadjri : N’y aurait-il pas de cohérence entre les travaux dernière génération et ceux qui étaient là avant ?  
Serigne Mame Mor Sall : Si vous posez la question aux gens qui s’occupaient de ces travaux, ils vous diront que ces routes ne faisaient pas partie de leur projet ou bien elles relèvent de la compétence des mairies. Mais, en tout état de cause, cela démontre l’incohérence entre les services de l’Etat et de la municipalité. L’échangeur de la place Omvs coûte dans les 4 milliards (vous pourrez vérifier les chiffres auprès de l’Anoci), alors que le carrefour Aimé Césaire-Cheikh Anta Diop n’est toujours pas régulé. Des policiers ont été mis pour gérer le trafic, alors que l’on pouvait le faire avec des outils modernes, en cohérence avec le niveau de qualité du pont, qui est juste à côté. Cela aurait évité des problèmes. Quand on fait des projets pareils, il faut prendre en compte toutes les situations annexes.  
Propos recueillis par Charles Gaiky DIENE  
Construction d'infrastructures routières en Afrique : Les recommandations des experts africains  
 
 
Les routes sont indispensables à tout développement économique. D’après les experts, la faiblesse du réseau routier africain constitue l’un des obstacles à l’essor économique du continent. Cependant, la construction des routes coûte très cher. Et malgré leur coût exorbitant, ces infrastructures ne sont pas durables. Cela est dû, entre autres causes, à l’utilisation de matériaux non adaptés et de mauvaise qualité, d’une main-d’œuvre sous-qualifiée, à un manque de transparence dans la passation des marchés. C’est pourquoi, la 13e semaine de l’Association des gestionnaires et partenaires africains des routes (Agepar) a recommandé aux Etats des solutions, pour les aider à avoir des infrastructures routières de qualité à l’image de celles du Nord.  
Ainsi, l’association, qui considère que la mise en place d’un système de normalisation propre à l’Afrique est une activité complexe, qui requiert des moyens financiers élevés et des ressources humaines compétentes, recommande aux Etats de se pencher ‘très sérieusement’ sur la question des normes et standards harmonisés, en vue de créer les conditions favorables à des études de conception d’infrastructures routières répondant aux problèmes de mobilité. De plus, les experts, qui estiment que la bonne qualité des études et des travaux exige la mise en place d’une démarche qualité, exhortent les pays à intégrer, dans la conception des projets routiers, des audits externes de sécurité routière avant, au cours et après les travaux. Ces contrôles ont pour objectif de s’assurer de la mise en place d’infrastructures routières sures et durables.  
A propos du financement des routes, l’association insiste sur la nécessité de recourir davantage à des mécanismes de partenariats public-privé et à davantage faire appel au secteur privé. Et pour favoriser ce mécanisme de partenariat public-privé, l’Agepar conseille aux Etats de développer des dispositifs institutionnels et législatifs suffisamment incitatifs.  
Au sujet de l’exploitation routière, vu que celle-ci requiert peu d’attention dans les différentes activités de gestion du réseau routier et que chaque Etat a besoin d’infrastructures routières sûres et durables, l’association invite les pays à la poursuite des efforts d’amélioration des routes en vue de réduire les risques d’accidents et à prendre en compte des équipements de stationnement et de repos lors de l’élaboration des projets. Enfin, il est conseillé l’instauration d’un système de planification à l’échelle spatiale du système routier et des modes de transport.Cependant, de l’avis des participants à ces assises, les pays ne sauraient avoir des routes fiables sans un certain sens civique des automobilistes.  
Ch. G. DIENE  
LE SOLEIL : 
Moustapha Guirassy, ministre de la communication et porte-parole du gouvernement : « L’appel au dialogue s’inscrit dans une totale cohérence avec l’attitude du chef de l’Etat » 
 
Le ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement, M. Moustapha Guirassy explique dans cet entretien, le sens du dialogue politique et invite l’opposition à saisir cette main tendue du président de la République. 
Le président de la République vient de lancer un appel au dialogue politique avec l’opposition. Comment percevez-vous le sens de cette initiative ? 
Je la vois inscrite dans une totale cohérence avec l’attitude du président de la République depuis qu’il est au pouvoir. Ce que le président Wade n’a cessé de dire, c’est que la démocratie exige la concertation et la libre expression des points de vue. On ne dira jamais, parlant du Sénégal sous la présidence de son Excellence Me Wade, que nous sommes dans un Sénégal où la parole politique est étouffée. Les partis politiques se réunissent, se regroupent, s’expriment partout et il en est de même des citoyens et de la presse. Personnellement, je préfère le terme de concertation politique à celui de dialogue politique. Le terme de dialogue politique serait approprié dans le discours politique à des moments de grande tension, de grande crise, de désordre économique et social. Et ce n’est pas le cas aujourd’hui au Sénégal. Pensez à notre récent succès à Genève auprès du Fmi, à nos progrès sur la protection des droits de l’Homme. Pensez aussi à la fiabilité de notre fichier électoral, à la réputation de stabilité politique et sociale du Sénégal et à ses succès diplomatiques qui amènent plusieurs pays à faire confiance à la sagesse de notre président pour régler des conflits internationaux. Malgré ce que veulent faire croire certains, nous vivons une période positive de décrispation sociale et politique et de bonne réputation internationale et cela est propice à la concertation. 
Vous semblez dire que le Sénégal est un pays sans problèmes... 
Je ne dis pas que le Sénégal est sans problème mais nous sommes dans une meilleure période de paix sociale et politique et le Premier ministre et son équipe sont résolument tournés vers ce qui est le plus important pour la population : travailler et être à l’écoute. Je garde quand même, pour les besoins de l’interview, le mot dialogue en rappelant toutefois que ma préférence va à l’expression concertation pour désigner l’initiative du président de la République. 
Pourquoi dialoguer avec l’opposition en ces moments précis ? 
La mise en œuvre des changements souhaités par le président rend incontournable l’articulation d’une vision mobilisatrice impliquant toutes les forces vives du pays. Quelle valeur donner par exemple au Fesman ou à la Révolution rurale ou à la célébration prochaine de nos cinquante années d’existence comme pays indépendant sans l’adhésion de tous les Sénégalais ? Mais aussi quelle valeur donner au sens de la responsabilité et de la citoyenneté des hommes politiques, de la Société civile s’ils ne répondaient pas aux appels républicains du chef de l’Etat ? 
Le président a toujours su qu’il ne suffisait pas de donner « l’ordre » du changement pour que les acteurs du pays, en provenant d’obédiences diverses antérieurement autonomes, se sentent liés par le changement proposé. Aux actions hautement symboliques que le premier des Sénégalais se doit de poser pour signaler l’enclenchement du changement, aux efforts que ce dernier doit consacrer pour « influencer » les Sénégalais et les amener à s’approprier le changement, s’ajoutent des actions à caractère politique dont l’objectif est de permettre aux acteurs, symbolisant l’opposition, d’effectuer un passage aussi harmonieux que possible vers la nouvelle culture d’émergence. 
Cette rencontre devrait aussi permettre à l’opposition d’avoir le sentiment réel de contribuer non seulement à l’actualisation du changement mais aussi à son élaboration. Cette rencontre donne, par ailleurs, à l’opposition, une présence politique que, dans l’imaginaire des Sénégalais, elle avait perdue suite aux dernières législatives. C’est aussi là une ouverture généreuse du président de la République. 
Le dialogue a-t-il des chances de réussir ? 
Le dialogue politique est le moment d’une prise de parole plurielle et celle-ci ne s’identifie ni au bavardage collectif, ni à une séance de défoulement verbal collectif. Le dialogue politique, qui a des chances de réussir, est un échange traversé par le principe de reconnaissance, c’est-à-dire la reconnaissance des statuts et des prérogatives des uns et des autres. Nous avons un pouvoir exécutif légitime, une Assemblée nationale légitime et des élus locaux légitimes. Ce que confirment un fichier électoral fiable et le regard de toute la communauté internationale. Nous avons une opposition qui découle du jeu démocratique. Certains, en toute liberté démocratique, ont choisi de boycotter les législatives, tandis que d’autres, en toute liberté, ont participé aux élections. Les élections locales ont encore prouvé la fiabilité de notre fichier électoral et ont permis une percée notable de l’opposition, même s’il est avéré que la coalition reste plus que jamais majoritaire dans le pays. La crédibilité de notre démocratie est reconfirmée. Ce sont des programmes politiques, des orientations de gestion du pays qui ont été présentés à la population par les partis politiques et la population a fait son choix souverain. Si chaque partie met en avant la République, ses institutions, ses intérêts, ses usages et convenances, cette concertation connaîtra alors un grand succès pour le grand bonheur des Sénégalais. Le président de la République, Me Abdoulaye Wade, est à l’écoute des idées de tout bord, de toute allégeance qui puissent l’accompagner dans sa volonté de développer concrètement le Sénégal. Aujourd’hui plus qu’hier, les conditions sont davantage réunies pour un dialogue politique responsable et constructif. Nous ne pouvons dialoguer et en tirer des bénéfices pour la population que lorsque les conditions pour le succès de l’entreprise existent. Nous ne pouvons pas nous permettre des rencontres qui ne confirmeraient que les polarisations de points de vue. 
Et si l’opposition mettait des conditions à ce dialogue ? 
La légitimité des uns et des autres acceptée, l’intention de chaque acteur n’étant pas de s’accaparer des attributs de l’autre, la volonté commune n’étant pas de considérer les convictions d’un groupe particulier de la population comme le référentiel de l’échange, mais le mobile premier étant de dialoguer avec celui que le peuple souverain a choisi pour définir la politique de la nation sur des idées, sur des propositions qui renforceraient la paix sociale, la démocratie et le développement économique et social du pays ; les paramètres peuvent être réunis pour que les différents acteurs de la scène politique et sociale puissent se concerter. 
Quelqu’un qui se lance dans un dialogue politique en disant que le seul critère de succès réside dans la totale satisfaction de ses attentes, celui-là n’a pas compris ce qu’est le dialogue politique ou n’est pas disposé au dialogue. Quelqu’un dont la motivation est de substituer son programme politique à celui défini par la personne que le peuple souverain a choisi, ne donne pas chance au dialogue. De plus, l’esprit du dialogue politique demande que le consensus total ne soit pas l’étalon de mesure du succès. Il faut s’attendre dans un dialogue à ce que certains consensus se fassent et que des divergences puissent subsister mais qui pourraient être levées à d’autres moments du débat démocratique. Il faut éviter de mettre en avant des conditions qui conduiraient à une impasse. Et si en ces temps ci, son Excellence le président de la République appelle l’opposition à la concertation, c’est qu’il se dit que nous Sénégalais, avons le patriotisme fort, assez déterminant pour pouvoir toujours nous retrouver autour de valeurs fortes, autour d’actions concrètes qu’il met en avant pour construire le pays. 
N’est-ce pas par contrainte que... ? 
(Il coupe. Non !) Dans le contexte des grandes mutations économiques, des grandes transformations industrielles que le Sénégal vit, que le Sénégal vivra, il nous faut anticiper aussi sur les mutations sociales et culturelles, celles des valeurs que ces transformations apporteront. Car développer, c’est prévoir, c’est anticiper autant sur les aspects positifs que sur les problèmes potentiels. Sa démarche nous parle au contraire de notre responsabilité, de la responsabilité des actions que nous posons pour l’avenir, donc pour les générations futures. 
Cette ouverture par le président Wade est le signe d’un Sénégal qui ne se contente pas de dire qu’il est démocrate. C’est le signe d’un Sénégal qui montre dans l’action qu’il respecte les citoyens et est fortement attaché à la paix sociale. Avec cette démarche et avec ce qui est à venir comme décrispation, c’est le Sénégal qui, dans l’action, construit avec responsabilité l’inclusion politique. Aucune contrainte. C’est librement qu’il dit oui au dialogue. Et c’est parce qu’il est aussi libre de dire non que son oui a tant de valeur. 
Encore des manœuvres du président disent certains ? 
Il est impératif pour le chef de l’État impliqué dans le changement d’élaborer une stratégie politique, s’il souhaite éviter la politisation de la mise en œuvre du changement envisagé. C’est différent de la manœuvre politicienne. Oublier l’impact politique d’un changement aurait des conséquences tout aussi tragiques que de piloter un changement sans proposer une vision mobilisatrice. 
Y aura-t-il vraiment entente ? 
Ils ne pourront pas, à coup sûr être, d’accord sur tout mais dans l’approche du chef de l’Etat, il s’agira de proposer une vision ouverte qui, à la fois, sache être à l’écoute des éléments des visions défendues par l’opposition mais en même temps, sache marquer son territoire par la mise en avant d’éléments spécifiques qui sont incontournables dans la nouvelle politique de relance du développement économique et social qu’il conduit depuis l’avènement de l’alternance. 
M. le ministre, est-ce que la question de l’institutionnalisation d’un chef de l’opposition ou de l’opposition officielle pourrait faire partie des éléments de discussion ? 
Je ne sais pas. Je ne peux anticiper sur les éléments précis de contenu de ce dialogue. Ce qui se dessine, c’est que le questionnement pourrait être ouvert. Personnellement, je vois ce statut du chef de l’opposition comme un enjeu important de notre démocratie. Le Secrétaire général du PS, M. Ousmane Tanor Dieng, a fait récemment référence à cette question. Le président Wade a toujours accordé une grande importance à la valorisation de l’opposition. Il a été longtemps dans l’opposition pour comprendre les besoins de ces élus du peuple qui portent une partie de la volonté de la population. 
Le statut de l’opposition se trouve dans nos textes. Quant au statut du chef de l’opposition, depuis son accession au pouvoir, le président de la République en parle et réfléchit aux conditions de son instauration pour renforcer la position de l’opposition. 
Vous n’oubliez pas que le président avait chargé, je crois, le professeur El Hadj Mbodj de réfléchir au statut du chef de l’opposition et à la manière d’institutionnaliser son leadership dans un contexte d’émiettement, d’inflation des partis politiques, pouvant occasionner un certain désordre. C’était donc dans le souci d’optimiser la cohérence et le rendement de l’opposition que le président de la République avait pensé à ce statut du chef de l’opposition et au statut d’opposition officielle. On avait beaucoup parlé à ce moment de l’exemple canadien. L’institutionnalisation d’une opposition officielle et d’un statut du chef de l’opposition est une démarche de valorisation de la volonté populaire parce qu’elle permet de reconnaître que, lors des élections, le peuple a désigné un second issu d’un parti politique qui mérite de détenir un statut particulier, des privilèges et de bonnes conditions de travail. C’est un geste fort de reconnaissance de la volonté du peuple. Nous ne sommes pas au Canada, bien sûr et c’est pour cela que nous devons réfléchir aux conditions sénégalaises d’instauration de ce statut d’opposition officielle et de chef de l’opposition. Faut-il rappeler que la révolution démocratique initiée par le chef de l’Etat et cristallisée dans la Constitution de 2001 a été, en son temps, fortement soutenue par la majorité de l’opposition (le Parti socialiste compris). 
L’opposition y voit des manœuvres ! 
Ne soyons pas Cassandre en cherchant à dénaturer une proposition qui cherche à valoriser l’opposition et qui fait ses preuves ailleurs. Il y a là une volonté d’innovation démocratique qui ne peut déranger que ceux qui veulent continuer de vivre dans la confusion politique et la non décantation des leaderships. 
Un autre sujet brûlant. Que pensez-vous de la polémique opposant ministres et élus locaux sur la prise en charge des inondations ? 
Tout d’abord, nous prions Dieu pour avoir une excellente saison des pluies et pour que la population soit épargnée des inondations. C’est là le souhait de la population, des élus locaux, du gouvernement et le souhait le plus fort du chef de l’État, Me Abdoulaye Wade. Nous avons tous à cœur le bien-être de la population. Nous parlons déjà d’inondation parce que ceux qui gouvernent ont une mission d’anticipation. Donc parler des inondations, c’est assumer cette mission d’anticipation. Il faut nous préparer à toutes les éventualités. L’État reste logique, conséquent avec ce qu’avait énoncé son Excellence le président de la République. Il avait dit qu’il veillera à ce que rien ne fasse obstacle à l’exercice des fonctions dont les collectivités locales ont été investies. Celui qui dit cela n’est pas dans un esprit de ressentiment, de blocage ou de mise en otage. Ce qui est important, c’est que, selon les niveaux de compétence, que chacun travaille à assumer pleinement son rôle de satisfaction des besoins des populations. Si à ce moment-ci, certains élus locaux et quelle que soit leur allégeance politique, prennent l’initiative de s’adresser au gouvernement pour les appuyer dans leurs actions, alors chaque partie aurait joué son rôle pour le grand bonheur des Sénégalais. 
Ce qui est sûr, c’est que l’État jouera son rôle et assumera pleinement ses obligations. Les différents niveaux administratifs ont chacun leur rôle et pourront collaborer. Le gouvernement y veillera. Il saura être à côté des collectivités et des populations. Il ne se défilera pas, mais s’assurera qu’il n’y a pas de confusion de compétences mais cohabitation de compétences, parce qu’en définitive, l’Etat et les collectivités relèvent d’une même entité. La population ne doit pas souffrir d’une confusion dans les obligations. 
On a l’impression de trop politiser cette question qui semble pourtant être prioritaire et urgente ? 
Il nous faut savoir lire, avec objectivité, les résultats des élections de mars 2009. Elles constituent indéniablement une percée de l’opposition mais elles sont loin de signifier que celle-ci contrôle la volonté des Sénégalais. L’opposition, se basant sur son relatif succès aux locales et sur ses assises, pense que le chef de l’État, dont le programme politique a été validé en juin 2007, ne peut entreprendre sa politique du changement en vue d’améliorer les conditions de vie des Sénégalais sans prendre en charge, sans faire de leur référentiel, la base du changement. C’est un peu le monde à l’envers : plutôt qu’un travail « d’incubation politique » de la vision du chef de l’État, ce serait l’incubation politique de la vision de ceux à qui le peuple, par des élections démocratiques, n’a pas remis la direction de son destin. A défaut de faire de son référentiel la base des discussions, elle ne se sentirait par liée par la mise en œuvre et les conséquences du changement. Ce que l’opposition n’a pas obtenu lors des élections présidentielles, c’est-à-dire le pouvoir de définir la politique de la nation, elle veut l’obtenir par des stratégies politiciennes qui risqueraient de créer l’impasse. Je dirai pour conclure que l’appel à la concertation du chef de l’État est responsable, ouverte et généreuse. Mettre en priorité le Sénégal, mettre en priorité la République commandent de répondre à l’appel républicain du chef de l’État. Le peuple ne comprendra pas que l’on refuse l’appel à la concertation de celui qui a en charge de définir la politique de la nation. 
A quand la rencontre avec l’opposition ? 
Les usages et les convenances de la République permettent au président, comme l’a rappelé le Premier ministre, il y a quelques jours, de convoquer ou consulter tout citoyen ou groupe de citoyens. Le citoyen ne pourra alors que répondre à l’invite du chef de l’Etat pour ne pas perdre la bataille de l’opinion, pour ne pas avoir à manquer de respect à l’institution présidentielle et pour ne pas avoir à refuser la concertation dans un pays qui a le dialogue comme credo. 
Dialogue ou concertation ? 
Je parlerai plutôt de concertation en précisant que c’est une déclinaison pratique de la vision du président. On parle de dialogue quand il y a conflit, alors que concertation est une chose normale et courante. 
Propos recueillis par DAOUDA MANE 
RÉPONSE A L’APPEL DU CHEF DE L’ETAT : L’opposition tient à un « dialogue inclusif et sincère » 
 
La coalition « Bennoo Siggil Sénégal », un regroupement de plusieurs partis politiques de l’opposition, a répondu à la lettre d’invitation pour le dialogue politique que le chef de l’Etat lui avait récemment envoyée. Selon le Pr Abdoulaye Bathily, Secrétaire général de la Ligue démocratique (Ld), parti membre de « Bennoo », l’opposition veut un « dialogue inclusif et sincère ». Sa réponse contient des préalables, avant d’entamer des discussions avec le chef de l’Etat. 
« Il faut que le dialogue politique soit inclusif et sincère. Il faut aussi qu’il soit engagé autour de problèmes qui concernent tous les segments de la société. Et au terme de ce dialogue, les conclusions qui sont retenues soient appliquées sans y enlever un mot, conformément à notre tradition de dialogue ». 
Ce sont là les préalables posés par la coalition « Bennoo Siggil Sénégal », avant d’entamer un dialogue avec le président de la République. Ils sont contenus dans la lettre réponse que cette coalition de partis politiques membres de l’opposition va envoyer au chef de l’Etat dans les prochaines heures, selon le Pr Abdoulaye Bathily, porte-parole hier, de la conférence des leaders de Bennoo, qui a eu lieu hier chez Amath Dansokho. 
Le Pr Abdoulaye Bathily rappelle que les grands sujets qui peuvent être l’objet de dialogue ont déjà été abordés par les Assises nationales. C’est pourquoi, il estime que l’opposition reste fidèle à ces Assises. "Nos référentielles uniques, ce sont les Assises nationales", avertit-il. 
Les leaders de l’opposition déclarent également que leur perspective principale, « c’est de consolider l’unité, la victoire et aller vers de nouvelles victoires ». « Nous ne pouvons pas être divertis par une initiative qui n’est pas de nous », fait remarquer le Pr Bathily. Et d’ajouter : « nous avons engagé les perspectives qui pour nous sont incontournables pour aller au dialogue". 
En attendant une réponse du côté de la mouvance présidentielle, l’opposition s’est engagée dans une autre bataille, « la défense des terres des populations de Mbane ». "C’est une vaste entreprise de spoliation foncière qui est mise en oeuvre dans cette localité avec l’octroi de milliers d’hectares à des responsables du régime", dénonce le Pr Bathily. Le Pr Bathily a annoncé une campagne nationale et internationale de dénonciation de la « spoliation des terres de Mbane ». 
La conséquence de cette "forfaiture", selon le leader de la Ld, c’est " l’annulation des bureaux de Diamaguène et de Ndome dans cette localité. Ce qui a entraîné la perte de cette Communauté rurale au profit de la Coalition Sopi 2009 ». 
Par ailleurs, la coalition de l’opposition va organiser ses maires en mettant en place « l’Association des maires Bennoo ». 
La gestion des inondations sera certainement au coeur des combats de cette association. Il s’agit, selon le Pr Bathily, d’organiser la mobilisation contre la décision de l’Etat de se désengager de la gestion des inondations. 
Babacar DIONE 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 27.06.2009
- Déjà 5433 visites sur ce site!