ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Projet mort-né : Le ticket scélérat à la poub

 
Dans la capitale sénégalaise, les manifestants ont obtenu le retrait d'un projet de loi qui modifiait le mode de scrutin. Reportage. 
(De Dakar) Plusieurs blessés, des jets de pierre, des tirs de grenades lacrymogènes, des canons à eau, bastonnades et voitures brûlées… La situation a tourné à l'émeute, jeudi dans le centre-ville de Dakar, lors de manifestations contre un projet de loi perçu par l'opposition comme préparant une succession « monarchique » au pouvoir du président Abdoulaye Wade. Ce dernier a entendu le message, et a annoncé jeudi soir le retrait pur et simple de son projet. 
Crainte d'une « dévolution monarchique du pouvoir » 
Jeudi, l'Assemblée nationale, dont les membres sont à 88% membres du PDS, le parti au pouvoir, examinait le projet de loi du président Wade, qui institue en particulier l'élection au suffrage universel d'un président et d'un vice-président, un « ticket » qui remplace la désignation du seul président. 
Le projet de loi prévoyait :  
« En cas de démission, d'empêchement définitif ou de décès en cours de mandat, le président de la République est remplacé par le vice-président. » 
Une décision qui a suscité la polémique alors qu'opposition et société civile craignent depuis des mois une « dévolution monarchique du pouvoir » d'Abdoulaye Wade, 85 ans, au profit de son fils Karim, 42 ans, actuellement à la tête de pas moins de quatre ministères. 
Une autre disposition prévoyait l'instauration d'un « quart bloquant » : un ticket était déclaré élu s'il réunissait au moins 25% des suffrages exprimés. Opposition et société civile considèrent qu'il s'agit ni plus ni moins d'une suppression du second tour. 
Coup de théâtre jeudi soir, puisque la réforme du mode de scrutin a été retirée. La prochaine élection présidentielle sénégalaise, en 2012, se fera donc sous l'ancien système, comparable au modèle français. 
Il reste désormais à voir si ce recul du président Wade suffira à apaiser le climat particulièrement tendu. 
La « préoccupation » (...) 
Lire la suite sur rue89.com 
 
Sénégal : Wade le « sculpteur » dérape puis demande pardon 
Au Sénégal, Wade inaugure une statue à la mesure de sa mégalo 
Emeutes à Dakar contre la tentation monarchique de Wade 
Dans la capitale sénégalaise, les manifestants ont obtenu le retrait d'un projet de loi qui modifiait le mode de scrutin. Reportage. 
(De Dakar) Plusieurs blessés, des jets de pierre, des tirs de grenades lacrymogènes, des canons à eau, bastonnades et voitures brûlées… La situation a tourné à l'émeute, jeudi dans le centre-ville de Dakar, lors de manifestations contre un projet de loi perçu par l'opposition comme préparant une succession « monarchique » au pouvoir du président Abdoulaye Wade. Ce dernier a entendu le message, et a annoncé jeudi soir le retrait pur et simple de son projet. 
Crainte d'une « dévolution monarchique du pouvoir » 
Jeudi, l'Assemblée nationale, dont les membres sont à 88% membres du PDS, le parti au pouvoir, examinait le projet de loi du président Wade, qui institue en particulier l'élection au suffrage universel d'un président et d'un vice-président, un « ticket » qui remplace la désignation du seul président. 
Le projet de loi prévoyait :  
« En cas de démission, d'empêchement définitif ou de décès en cours de mandat, le président de la République est remplacé par le vice-président. » 
Une décision qui a suscité la polémique alors qu'opposition et société civile craignent depuis des mois une « dévolution monarchique du pouvoir » d'Abdoulaye Wade, 85 ans, au profit de son fils Karim, 42 ans, actuellement à la tête de pas moins de quatre ministères. 
Une autre disposition prévoyait l'instauration d'un « quart bloquant » : un ticket était déclaré élu s'il réunissait au moins 25% des suffrages exprimés. Opposition et société civile considèrent qu'il s'agit ni plus ni moins d'une suppression du second tour. 
Coup de théâtre jeudi soir, puisque la réforme du mode de scrutin a été retirée. La prochaine élection présidentielle sénégalaise, en 2012, se fera donc sous l'ancien système, comparable au modèle français. 
Il reste désormais à voir si ce recul du président Wade suffira à apaiser le climat particulièrement tendu. 
La « préoccupation » des Etats-Unis 
Mercredi soir, l'ambassade des Etats-Unis à Dakar avait exprimé sa préoccupation face à ce projet de loi qui menace de plonger le Sénégal, l'un des pays-clés de l'Afrique de l'Ouest, dans une période de profonde instabilité. Les affrontements avaient commencé la veille dans la capitale sénégalaise, avec l'apparition de pancartes inspirées par la révolution tunisienne : « Wade dégage ! »  
Plusieurs personnes ont été blessées dans les nouveaux affrontements de jeudi. Parmi les blessés, selon l'AFP, figure Alioune Tine, président de la Rencontre africaine des droits de l'homme, à la pointe de la contestation contre le projet de réforme constitutionnelle. 
Alioune Tine se trouvait en compagnie de l'ancien ministre des Affaires étrangères Cheikh Tidiane Gadio lorsqu'il a été attaqué par des présumés « hommes de main » d'un responsable du parti présidentiel. 
Les émeutiers s'en sont notamment pris à l'hôtel des députés, qui se trouve à Dakar Plateau, à coté du marché Sandaga, qui a été incendié.  
 
VOTE DU TICKET PRESIDENTIEL Le peuple sénégalais sort de sa torpeur 
par Denise ZAROUR MEDANG 
Le peuple sénégalais s’est opposé farouchement au projet de loi du président de la République pour un ticket président et un vice président pour la présidentielle de 2012. De jeunes manifestants ont réclamé le départ du président Wade. Des altercations ont fait plusieurs blessés, des dégâts matériaux et dit-on, mort d’homme. 
Place Sowéto, ce site est connu des citoyens. Situé en plein centre ville, il fait face à l’Assemblée nationale. Hier, jeudi 23 juin, elle a été le lieu de convergence du peuple sénégalais. Très tôt le matin, les riverains ont été surpris par le dispositif de sécurité. Les forces du Groupement mobile d’intervention de la police (Gmi) se sont déportées massivement avec tout l’équipement nécessaire. Armés de lacrymogène et autre moyen de sécurité, les forces de sécurité ont fait face aux manifestants venus protester contre le projet de loi sur le ticket président et vice président qui est soumis à l’examen des députés.  
Le peuple sénégalais s’est signalé vers les environs de 08 heures. Par petit groupe, des citoyens ont pris d’assaut la devanture de l’Assemblée nationale et occupé tout le centre ville. Très déterminés dans leur lutte, ils se sont déplacés avec des pancartes, des brassards rouges pour protester contre ce ticket. Avec des slogans « Ne touche pas à ma Constitution ». « Libérons notre démocratie », « Non à l’autocratie », « Non au tripatouillage.» 
Une jeunesse très déterminée. Les partisans de l’Alliance pour la République (Apr) de la Médina font partie des premiers à donner le ton de la rencontre. Ils ont été stoppés dans leur allure par les forces de l’ordre qui leur ont demandé de changer de position.Quelques instants après c’est Me Aissata Sall Tall qui arrive sur les lieux. Elle a fait un tour d’honneur, avant d’accueillir le leader de l’Afp, Moustapha Niasse de l’Alliance des forces du progrès vers 08h 30, qui vient de rejoindre les manifestants. Jusque là, les forces de l’ordre ont contrôlé la situation, il a fallu l’arrivée de Farba Senghor pour que la situation dégénère. Ce dernier a tenté de provoquer les manifestants en faisant un tour avant d’entrer dans l’hémicycle. Une attitude qui a déplu aux jeunes qui l’ont hué avant de lui jeter des pierres et des sachets contenant des urines. 
 
 
L’heure fatale 
 
La confrontation entre les forces de l’ordre et les manifestants a commencé à 10 heures. Après l’arrivée de Cheikh Tidiane Gadio et de Macky Sall, les manifestants ont sauté les grilles pour s’approcher de l’hémicycle. Les forces de l’ordre, incapables de gérer la situation, ont lancé des grenades lacrymogène. C’est le sauve-qui-peut pour les protestataires et les leaders politiques qui cherchaient à se sauver. Les manifestants ont riposté en jetant des pierres. Ils reviennent toujours sur les lieux après un repli tactique, pour réclamer le retrait de la loi, ainsi que la démission du président Wade. 
 
Le Pds envenime la situation 
 
Les jeunes libéraux ont composé un front pour riposter contre les manifestants. Ils ont occupé la ruelle qui mène vers l’hôpital le Dentec. Ces derniers se sont attaqués à Alioune Tine de la Raddho, non sans le blesser. N’eut été l’intervention des forces de sécurité, la vie du patron du Raddho était sérieusement menacée. Jusqu’au moment où nous rédigeons cet article, Alioune Tine se trouve au service d’urgence de l’hôpital principal. Une réaction qui a envenimé la situation. Les manifestants les ont chargés, avant de saccager la maison de Farba Senghor qui se trouvait à une dizaine de mètres de l’Assemblée nationale. 
 
Les nervis trouvés sur place auraient tiré sur la foule. Les altercations ont fait des blessés, noire des morts, selon des témoins trouvés sur place. Il y a eu beaucoup de dégâts matériels dont des voitures calcinées. 
 
Projet mort-né : Le ticket scélérat à la poubelle  
Alors que les évènements de Sangalkam, nés de raisons purement politiciennes et qui ont abouti à la mort regrettable du jeune père de famille Malick Bâ ne se sont pas estompés, Wade, pour accélérer la cadence et comme à son habitude, a cru devoir introduire encore en procédure d’urgence une loi instituant un ticket aux prochaines joutes électorales et se glorifier d’avoir «assommé» l’opposition quand les réactions ont commencé à fuser au sein de cette même opposition. 
Dans mon article publié en octobre 2010 et intitulé : Plaisants père et fils et parfum de Président à mort, je disais que Wade ne transmettra pas le pouvoir dans la paix et dans l’élégance comme son devancier et comme nous l’avons vu au Ghana entre John Kuffor et Atta Mills. Il fera tout pour rempiler, et le dispositif qu’il est en train de mettre en place renseigne parfaitement sur cette volonté. Tous les moyens seront utilisés à cet effet (chantage, corruption, intimidation, menaces). 
 
La journée du 23 juin sera à jamais gravée dans l’histoire politique, tellement la détermination du peuple a été forte. Il passera une mauvaise soirée, c’est sûr, avec son fils, ce petit «toubab» au cœur de la République. C’est sûr que si ce projet était voté, c’est même l’Assemblée nationale qui allait être détruite par ce peuple maintenant debout. Et comme le rappelait le Président Senghor dans un discours mémorable au Brésil devant Castelo Branco en citant l’avocat bordelais Gara Ainé, détruire l’institution et la reconstituer sur d’autres bases, mais y croire. 
 
Le maintien de Cheikh Tidiane Sy à son poste trouve maintenant toute sa justification. 
La jeunesse combattante est à féliciter et à encourager dans son rôle de sentinelle. Cette jeunesse qui avait les bretelles, est au devant de la lutte pour stopper ce pouvoir fou, sanguinaire et prédateur qui ne fait qu’enrichir un clan et des enfants. 
 
Notre premier Président a quitté volontairement le pouvoir ; le second a perdu le pouvoir à la suite d’élections transparentes et régulières ; lui veut transmettre le pouvoir par un schéma absurde de dévolution monarchique. 
 
«Nous allons élire Me Abdoulaye Wade qui, après cette élection va passer le pouvoir à cet homme qui est là devant vous, Karim Meïssa Wade.» Voici ce que Awa Ndiaye a théorisé publiquement et sans vergogne. Elle est devenue ministre d’Etat pour cela malgré les grosses casseroles qu’elle traîne. 
Wade n’a pas digéré la défaite familiale de 2009 et c’est la raison du renforcement des pouvoirs de son rejeton préféré, de la promotion de ses obscurs amis, et de la mise à la tête du ministère des Collectivités locales d’un jeune sauvageon libéral rien que pour rendre la vie dure aux mairies gagnées de haute facture par Bennoo. Mais il se rendra à l’évidence que son choix est mauvais, absurde et insultant pour le pays.  
 
Si Wade savait combien le peuple a du mépris pour sa gouvernance, pour parler comme son fils mal éduqué qui fait l’apprentissage de l’insolence, il allait rectifier le tir avant qu’il ne soit trop tard. 
Il a l’avantage d’avoir dans son pouvoir des hommes sans foi ni loi, des transhumants répugnants, de grands prédateurs qui vont précipiter la chute de son pouvoir pour des intérêts bassement matériels. 
Comment comprendre que cette Assemblée qui a eu à voter un poste de vice-président depuis mai 2009 dans les mêmes formes (procédure d’urgence), qu’il n’a jamais pourvu, se permette de légiférer encore sur un même poste ? 
 
Dans son pouvoir il y a des individus dont les pères se remuent dans leur tombe chaque fois qu’ils défendent certaines positions de Wade. 
 
Tous ceux qui ont porté, soutenu et défendu ce poste de vice-président sont les pires fumiers de notre cher pays. 
 
Et maintenant où est le Premier ministre qui bombait son torse à la «jango» pour dire que le projet sera voté ? 
 
C’est maintenant clair dans leur tête que «leur peuple» est différent du vrai peuple qui était dans la rue partout dans le pays pour dire «y’en a marre de vous !» 
 
C’est cela aussi la prouesse de Wade, parvenir à dévaloriser la fonction ministérielle à un niveau jamais égalé dans aucun pays sérieux, avec la promotion de vulgaires individus à des postes aussi stratégiques, faire place et promouvoir tout transhumant ou «fossiles politiques», surtout venant du Ps ou de l’Afp rien que pour entendre ceux-la, ravaler toute honte bue ce qu’ils ont jadis admiré et servi. Entendre des «venant de» ou «revenant de» qui, comme du bétail, lui faire acte d’allégeance, lui donnent du baume au cœur et pour cela, il est prêt à tout. C’est triste et révoltant. Mais comme on dit dans les grandes révolutions, on trouve deux catégories de gens, ceux qui les font et ceux qui en profitent. 
 
Voici une journée avec tout ce que nous avons vécu en direct comme gâchis, rien que pour imposer par la force son fils et son clan à la tête du pays. 
 
Wade doit limoger son incompétent de fils qui ne réussira rien dans ce pays et ne le dirigera jamais. 
Il est plus que temps pour Wade d’être sage. Et comme le disait André Chénier, le temps d’être sage est voisin du tombeau. 
 
Salif NDIAYE - Dieuppeul2 - Salifn2000@yahoo.fr 
 
Nous ferons face, Monsieur le Président de la République, quel qu'en soit le prix 
 
 
Monsieur le Président de la République,  
Je suis arrivé ce matin au bureau, pressé de finir des tâches importantes, mais, le cœur gros, dépité, je me suis donné la liberté de m'inviter à ce débat qui agite le pays dans son ensemble. Monsieur le Président de la République, je me permets de vous adresser cette lettre ouverte afin de vous donner mon sentiment sur ce qu'il convient, désormais, de considérer comme un coup d'Etat honteux contre la démocratie et la grandeur du Sénégal forgée par vos prédécesseurs et d'illustres Sénégalais, avec minutie, patience, ténacité, esprit d'ouverture et de dialogue.  
Monsieur le Président de la République, le Sénégal est un pays qui s'est illustré depuis des lustres comme une marque de fabrique que nous envie le monde entier, surtout en Afrique où nous étions un modèle dans presque tous les domaines avec des hommes de grande envergure qui n'ont eu comme seule préoccupation que de polir cette image reluisante. Malheureusement, depuis votre accession à la tête de ce pays, porté par une légitimité populaire incontestable à la suite d'une élection calme, paisible et transparente sur la base d'un code électoral consensuel, vous avez pris le parti de déconstruire tout ce qui a été méthodiquement mis en place par le peuple sénégalais à travers des luttes épiques.  
Vous avez vous-même activement pris part à cette lutte du peuple pour plus de liberté, de démocratie pour qu'au bout nous ayons des élections crédibles qui reflètent la volonté populaire maintes fois bafouée dans le passé. Votre lutte acharnée de 26 ans, combinée à celle des autres partis politiques, de la société civile et de tous les patriotes a permis d'aboutir aux résultats qu'attendait le peuple sénégalais. Cependant, il aura fallu pour cela, et il est important de le saluer et de le magnifier, la lucidité, la grandeur et l'envergure d'un homme d'Etat comme le président Abdou Diouf pour espérer arriver à ces compromis. Je disais tantôt que, malheureusement, vous allez à contre-courant de l'histoire de votre pays en prenant date avec la mesquinerie, l'instinct sordide de conservation du pouvoir par tous les moyens, même ceux qui peuvent mener le pays au chaos.  
Monsieur le Président de la République, il est sûrement sans effet de vous rappeler que les hommes passent et que les institutions demeurent, puisque vous avez décidé de faire changer les institutions à travers vos innombrables agressions contre notre Constitution pour faire demeurer votre clan au pouvoir pendant 50 ans contre la volonté du peuple sénégalais ; ce même peuple qui a placé sa confiance en vous en 2000 et qui l'a renouvelée en 2007, malgré les protestations de l'opposition. Je vous rappelle que ces élections se sont déroulées avec des dispositions constitutionnelles démocratiques, avec l'élection du président de la République à deux tours, si aucun des candidats n'obtient plus de 50 % des voix au premier tour. Ces dispositions sont en vigueur dans la plupart des pays qui aspirent à donner une plus grande légitimité populaire à leur président.  
Les Sénégalais ne pourront jamais vous pardonner de rabaisser leur système démocratique au niveau de pays, dont le Sénégal a toujours constitué une vitrine et un exemple à suivre, avec une alternance démocratique paisible où un Grand Monsieur par la taille et l'élégance républicaines, Abdou Diouf, vous a cédé le pouvoir dans des conditions saluées par tous et qui ont fait la fierté de tous les Sénégalais. Le 19 mars 2000 (jour du 2e tour) et le 20 mars de la même année (jour de délivrance pour tous ceux qui aspiraient à la première alternance par les urnes) resteront gravés à jamais dans la mémoire collective des Sénégalais qui ont osé regarder le monde entier avec le buste droit et la tête haute.  
Monsieur le Président de la République, l'écrasante majorité des Sénégalais est dans le plus grand désarroi, après avoir entendu à travers la presse, qu'un projet de modification de la constitution a été adopté lors du dernier Conseil des ministres et est en voie d'être voté par le Parlement en procédure d'urgence. Cette façon de faire n'est pas celle qu'on attendait de vous puisque nous pensons que vous ne pouvez pas faire moins que votre prédécesseur qui s'est évertué pendant la décennie précédant sa sortie honorable, à rendre notre système démocratique plus crédible.  
Votre prédécesseur a été jusqu'à accepter le principe de créer un organe de contrôle et de supervision des élections et de nommer un militaire à la tête du ministère de l'Intérieur pour apaiser les craintes de l'opposition et de la société civile qui en avaient fait un point d'honneur de ne pas impliquer un ministre partisan dans le processus électoral. Abdou Diouf pouvait refuser, mais il en a accepté le principe et nommé le Général Lamine Cissé à cette fonction. Avec la présence de vos anciens partenaires du Fal dans vos premiers gouvernements, vous aviez encore nommé un Général à ce poste, mais seulement pendant la durée éphémère de la présence de vos anciens alliés dans ces gouvernements. Après cet épisode, vous avez patiemment, mais obstinément déroulé votre plan de confiscation du pouvoir par vos affidés, dont l'un des plus illustres est votre actuel ministre de l’Intérieur, Ousmane Ngom, connu comme étant un serviteur zélé puisque repêché après avoir soutenu votre adversaire lors de la présidentielle de 2000.  
Monsieur le Président de la République, nous vous avons entendu récemment taxer votre ancien ami Kadhafi de dictateur, mais à y regarder de plus près, vous être pire que lui puisque vous êtes un dictateur qui veut se couvrir d'un manteau de démocrate qui pense qu'avec les mallettes d'argent distribuées avec une facilité déconcertante, vous arriverez à avoir le silence de vos compatriotes. Je vous rappelle que l'argent n'a jamais tout donné. Si c'était uniquement la puissance de l'argent qui permettait d'accéder au pouvoir ou de le conserver, vous n'auriez jamais eu l'honneur de diriger notre pays. Vous êtes véritablement en train de passer à côté d'un destin fabuleux qui vous était destiné si vous aviez ce brin de sagesse qui illumine les grands hommes d'état qui sont cités partout dans le monde.  
Vous avez décidé de rester un président hors norme, mais dans le mauvais sens (malheureusement pour un grand pays comme le Sénégal), qui passe tout son temps à s'enorgueillir d'avoir réalisé tant de choses qui n'ont pu l’être pendant les 40 ans de régime socialiste. Seulement, les Sénégalais dans leur écrasante majorité auraient préféré ne pas avoir d'autoroute à péage, ni de corniche (la plus belle d'Afrique), mais de garder intacts les acquis de son système démocratique qui vous ont permis d'accéder au pouvoir.  
Monsieur le Président de la République, cette proposition de ticket à la présidentielle et la suppression de fait du second tour avec l'élection possible du président et de son colistier avec seulement 25 % des voix au premier tour n'est pas acceptable. Les Sénégalais combattront votre projet de toutes leurs forces puisque vous savez pertinemment que si ce projet passe, nous risquons de supporter pendant 7 ans un ticket présidentiel que l'écrasante majorité des Sénégalais aura rejeté.  
Vous avez sans doute mesuré le degré de mécontentement des Sénégalais par rapport aux multiples complaintes de vos compatriotes venant de presque tous les secteurs et à l'impopularité de votre fils pour en arriver à cette extrémité. Je sais que vous êtes sourd aux récriminations provoquées par votre entêtement à vouloir coûte que coûte assurer vos arrières afin de ne pas rendre des comptes.  
Monsieur le Président, ces comptes, vous allez inéluctablement les rendre, vivant devant les hommes ou mort devant Dieu. Les meurtres qu'on vous impute à tort ou à raison, la corruption généralisée que vous avez institutionnalisée dans ce pays, la concussion, les détournements à grande échelle, les scandales fonciers dont le plus illustratif demeure celui des terres jouxtant l'aéroport de Yoff (vente confiée à un énergumène qui est loin d'être un exemple de probité), tout cela ne peut être passé en pertes et profits, même si nous devrions être peinés de voir un vieillard rendre des comptes devant la justice.  
Vous prenez le peuple sénégalais comme un peuple amorphe, hâbleur à souhait, sensible à l'argent, surtout les chefs religieux que vous considérez comme des faire-valoir, juste bons à donner des consignes de vote en votre faveur. A ce sujet, je vous fais observer que la conscience politique des Sénégalais a beaucoup évolué, n'étant plus aussi dociles que vous ne pouvez le penser.  
Je sais que vous comptez beaucoup sur le vote confrérique pour vous tirer d'affaire, car vous ne vous êtes même pas gêné d'allouer une somme de 50 millions pour massifier les inscriptions à Touba, pensant que l'essentiel du vote de cette cité religieuse vous est définitivement acquis. Vous vous trompez lourdement et je vous laisse à vos petits calculs sournois. Pourquoi n'avez-vous pas fait la même chose à Pikine, Guédiawaye, Thiaroye, par exemple, préférant y faire organiser des séances de ‘Sabar’ afin de distraire les laborieuses populations de la banlieue. Elles vous apporteront, j'en suis persuadé, le 26 février prochain, une réponse adéquate à cette ultime provocation. Cela dénote d'une peur qui s'est emparée de vous et de votre camp de perdre la prochaine présidentielle et de débarrasser le plancher. Ce que vous ne pouvez envisager car vous avez décidé, comme le disait l'autre, de mourir au pouvoir ou d'imposer votre fils-chéri (le plus brillant d'entre tous) par tous les moyens, même délictuels, ce qui est le cas actuellement.  
Monsieur le Président de la République, j'ai suivi avec effarement les images du sommet du G8 où votre fils, par l'entremise de son agent marketing (Sarkozy), a été présenté au président Obama pour un malheureux coup médiatique qui ne servira pas à grand-chose, tant le rejet massif d'une dévolution dynastique ou monarchique du pouvoir est ancré dans la conscience collective des Sénégalais. J'ai également suivi les autres images encore plus honteuses, d'un vieil homme dans son palace volant, entouré d'une escorte de mirages de l'armée française, qui allait délivrer un message des autorités françaises (après avoir reçu sa feuille de route lors de son entrevue avec Alain Juppé à Paris) à son ancien allié et ami Kadhafi.  
Toutes ces sorties intempestives agrémentées de deals et de diplomatie-spectacle pour faire avaliser et faire taire les chancelleries occidentales sur vos petites combines n'auront aucun effet sur la volonté inébranlable du peuple sénégalais à garder jalousement ce legs que lui ont laissé de dignes fils de ce pays, mais que vous voulez malheureusement fouler au pied du seul fait d'un entourage désemparé et d'un fils gâté qui veut prendre le pouvoir par défaut. Nous ferons face, Monsieur le Président de la République, quel qu'en soit le prix.  
Je terminerais cette présente lettre ouverte, en espérant qu'elle vous trouve encore en état de lucidité pour vous dire ceci à titre de conclusion : Le Sénégal est plus important que tous les saints hommes dont une bonne partie des Sénégalais se réclame, plus important que tous les hommes politiques d'envergure que ce pays a connus, donc évidemment, bien plus important encore que vous et votre famille.De grâce, laissez-nous le Sénégal tel que vous l'aviez trouvé et nous vous en serions éternellement reconnaissants.  
Etre rangé dans la catégorie des Gnassingbé Eyadema, Idi Amin Dada, Mobutu et autres ex-présidents de cet acabit vaut mieux que se retrouver en plus, à la fin de ses jours, devant la Cour pénale internationale (Cpi) au moment où vous devriez jouir d'une retraite paisible, car les Sénégalais répondront énergiquement à cette énième provocation, celle de trop.  
Cheikh Tidiane NDIAYE Nord Foire - Dakar Adressemail: tidiane.ndiaye73@hotmail.com  
Sénégal : Faut-il envisager un coup d’Etat ? 
 
 
L’idée d’un coup d’Etat qui a jusqu’ici été épargné au Sénégal, plane en ce moment dans bon nombre d’esprits devant un entêtement téméraire dont font preuve le président Wade et son entourage à instaurer un ticket présidentiel qui ferait élire le président de la République avec seulement 25 % des suffrages, soit le quart de la population.  
Certains leaders de l’opposition s’en remettent à Dieu, alors que d’autres de manière explicite en appellent à l’Armée nationale, garant de stabilité pour qu’elle prenne ses responsabilités, ce qui revient à accorder du crédit à ce qui jusqu’ici était impensable dans le cas du Sénégal : un coup d’Etat, une alternative désormais crédible et envisageable puisque Wade ne reculera devant rien, si ce n’est pour mieux sauter. Parce qu’il demeure convaincu de son impopularité, qui lui affecte moins de 25 % d’opinions favorables. Les onze années d’exercice du pouvoir sonnent un désaveu pour celui qui a trahi son serment et prouvé son incapacité à se porter garant de la Constitution et du bon fonctionnement des institutions républicaines.  
‘L’armée issue du peuple ne bronchera pas’, estime une certaine catégorie de citoyens qui, sans se résigner, émettent l’idée d’un soulèvement dans un sursaut populaire, ou d’un blocage du pays pour contrecarrer le projet de forfaiture. Toutefois, est-il souhaitable que l’armée républicaine sonne la fibre patriotique et prenne ses responsabilités ? Deux options s’offrent au peuple : descendre massivement dans la rue, jeudi – quoi que cela puisse coûter - et exiger de Wade qu’il respecte les textes et institutions, qu’il retire immédiatement son projet de loi. Autre option, faudrait-il abdiquer une fois que la loi aura été votée ?  
Wade aura lancé un défi à tout un peuple : à nous d’être à la hauteur, de relever ce défi, de réussir une Marche du Million, à l’image de l’Egypte de la Place Tahrir. A Barthélémy Dias et aux leaders de l’opposition d’inviter le peuple à descendre massivement dans les rues, et obliger Wade à nous restituer les clés de la République avant qu’il ne les égare pour toujours. Parce que la liberté se conquiert, au besoin s’arrache : elle a un prix, aussi se paie-t-elle par le sang ou par la voie du martyr. Encore faudrait-il que l’on ait la volonté de briser nos chaînes et de nous affranchir à l’image des vaillants patriotes qu’on tue, mais qu’on ne déshonore pas. Car si les Egyptiens avaient fléchi malgré le nombre croissant de martyrs tombés sous les balles de l’armée et de la police, ou si les Tunisiens s’étaient résignés devant la violence inouïe des forces de l’ordre, les régimes Ben Ali et Moubarak perdureraient encore et continueraient d’opprimer le peuple, ou de régler des comptes à ceux qui ont initié la révolution du Jasmin. Certes, le Sénégal n’est pas l’Egypte, encore moins la Tunisie, mais il n’y a pas de différence entre les peuples qui aspirent à la liberté et résistent à l’oppression, ni entre Moubarak, Ben Ali, et Wade aujourd’hui dans une certaine mesure. Parce que Wade aussi, aura emprisonné et tué des innocents, dont les esprits le hanteront jusque dans l’au-delà.  
Au nom de quoi devrions-nous accepter que le président de la République soit élu par une minorité ? Comment oserions-nous demain, regarder nos enfants et petits-enfants dans les yeux, et leur dire que nous étions là, présents, dans l’inertie, lorsqu’Abdoulaye Wade a fait voter cette loi inspirée de Satan ? En tout état de cause, il ne faudrait pas se plaindre au lendemain du 26 février 2012, parce qu’avec une loi de cette nature, le président le plus impopulaire de toute l’histoire de notre pays, et dont la candidature est plus qu’irrecevable pour mille et une raisons, passerait au premier tour haut la main. Avec ou sans fraude. En définitive, il est à se demander si l’on n’est pas en train d’assister à la fin de ce qui était jusqu’alors considéré l’’exception sénégalaise’ en Afrique : la démocratie.  
Momar MBAYE http://mbayemomar.over-blog.net  
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 24.06.2011
- Déjà 5214 visites sur ce site!