ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Le Président Wade devant l’Histoire

Le Président Wade devant l’Histoire 
 
Décidément en Afrique, la succession politique est un exercice difficile mais douloureux pour les peuples. Il faut le dire bien haut le cas du Sénégal mérite qu’on s’y attarde. L’espérance était grande. Les Sénégalais attendaient que soient posés des actes pour un nouveau contrat social, des ruptures en profondeur. Malheur nous en prit car cette attente se déchira vite. L’écœurement s’est abattu sur celui-là que la légitimité populaire et historique, avait manifesté un enthousiasme aveugle, en avril 2000, dans un stade Léopold Sédar Senghor archicomble.  
Cette déception est née, bien sûr, de la trahison morale du régime libéral à qui nous avions confiance. Malheureusement, Me Wade n’a pu se démarquer de la politique zigzagante de ses prédécesseurs, œuvre de toutes les déceptions accumulées avant 2000. Tout candidat, qui s’engage à soulager son peuple sans avouer qu’il a perdu l’espoir de le guérir, n’est qu’un trompeur. C’est là, où l’exercice du pouvoir est dangereux surtout quand, entouré de courtisans sans scrupule, un président ne peut choisir une ligne et s’y tenir. Admiré comme un héros, obéi comme un chef, Me Abdoulaye Wade, le leader opiniâtre du Parti Démocratique Sénégalais et théoricien du Sopi, était soutenu avec une vive excitation par la presse privée, les jeunes, le mouvement syndicaliste, les féministes, des coalitions de partis politiques. En effet, lui seul (Wade) pouvait apporter au pays des éléments psychologiques susceptibles de raviver l’espoir perdu, nous redonner confiance, initier de nouvelles stratégies quant à la réhabilitation et la distribution des richesses, garantir la paix sociale intérieure, et forger enfin un destin commun pour tous les Sénégalais. Malheur à nous, Sénégalais cette alternance démocratique arrachée, au prix de moult sacrifices, s’est transformée en une déception collective. Nous nous demandons toujours « Qu’est-ce qui est arrivé au président Wade ? », «Qui le conseille ?». Le peuple sénégalais ne peut oublier le feuilleton politico judiciaire entre le Président Wade et son Premier Ministre et alter ego d’alors, Idrissa Seck. Non. Ce capharnaüm juridico-financier en plusieurs épisodes avait jeté le trouble dans les âmes. Partout prévalait l’inquiétude parce qu’il venait de se passer une étrange histoire rocambolesque portant sur les milliards, au sommet de l’Etat. Jusqu’ici, nul ne sait où se trouve la vérité. Notre seule erreur a été de n’avoir pu nous entourer de prévisions de ce que l’alternance pouvait causer.  
Parlons de l’imbroglio politique (le bras de fer) persistant et sans solution visible dans l’immédiat, dû au refus obstiné du président de la République de se représenter pour un troisième mandat. Le Président sortant, Me Wade a fait de multiples sorties et démontré dans des déclarations – à la limite choquantes qu’on ne se prive pas de railler parfois – que personne ne peut l’empêcher de se représenter : « ma waxoon waxeet », «Les promesses n’engagent ceux à qui on les fait.» Il y a là – que l’on me pardonne de la crudité du mot, je n’en trouve pas d’autre – une comédie qui imprime ici tout le manque de considération à son peuple. Aujourd’hui, c’est une pléthore d’experts étrangers et locaux du droit à animer ici, chez nous, un séminaire international sur la recevabilité de la candidature de Me Wade. Une honte pour le Sénégal a titré la presse nationale. On devine sans peine la réplique de ses avocats défenseurs. Peu importe le bilan du Président Wade, ses succès, ses échecs. Ce qui nous intéresse ici, en tant que citoyen sénégalais à part entière, c’est de dire ce que nous pensons des gouvernants, des interprétations de leurs actes. Eusse-je appris que « lorsqu’une entreprise d’envergure nationale se présente, toute action de faible portée est laissée entre les imbéciles et les incrédules. » Cela dit, nous ne pouvions rester insensibles à la machination intelligente du Président de la République à rempiler pour un troisième mandat et qui ne n’agrée pas l’adhésion populaire comme en 2000, et plus ou moins en 2007. On sait pertinemment qu’il ne pouvait faire autrement ? Cette obsession obscure recèle un trop-plein d’ambitions et de prétentions qu’on rapprocherait effectivement à la « bunkarisation » de son projet de dévolution monarchique ? Le contraire est à prouver, car l’on sait comment le Président Macky Sall a été éjecté de son fauteuil à l’Assemblée nationale. Donc, si c’est bien le cas, nous voilà confrontés à l’échec du modèle démocratique dans la mesure où « nguur keen du ko yakkale, dees koy xare » (le pouvoir s’arrache). Sur ce plan, l’attitude du Président Wade va, à coup sûr, gripper notre démocratie, celle-là dite majeure. L’ancien président Chirac français n’a-t-il pas raison sur nous ? A propos de la France, restons-y pour remonter un peu son histoire, cette histoire-là que chérit bien Wade. Au sommet de son pouvoir, le Général de Gaulle a, à plusieurs fois, reculé devant la volonté populaire. Car pour lui, tout choix démocratique repose sur la sacralité des Institutions, par conséquent il faut consulter l’opinion du citoyen au sujet des actions de l’Etat. Aussi, le Général de Gaulle n’a-t-il pas, en 1962 saisi directement son peuple pour le projet de révision de la Constitution, puis en 1969, lors d’un référendum dont le résultat négatif le conduisit à cesser ses fonctions. De Gaulle, contrairement à Wade (« sa » Constitution sénégalaise a été modifiée 17 fois), a compris que les Institutions sont investies d’un droit légitime qui garantit le système à l’intérieur d’un territoire défini. L’occasion qui s’offre aujourd’hui au Président Abdoulaye Wade sera-t-elle saisie pour nous épargner de cicatrices profondes qui se dessinent à l’horizon ? Le Président Senghor que lui, Wade, identifie comme son digne héritier ( ?!), annonçant à ses concitoyens son départ, après s’être opposé radicalement à la présidence à vie, n’a-t-il pas dit aux Sénégalais qu’« à 74 ans, je quitte le poste de Président de la République pour céder le flambeau à la jeune génération ? » (Le Soleil, 2 janvier 1981). Encore là une raison supplémentaire pour Me Wade, le Président la République du Sénégal, de renoncer à sa candidature sans attendre le Conseil constitutionnel. Admettons que la décision soit entérinée par les Cinq Sages, que va réellement se passer au Sénégal ? Un pays déchiré, à feu et à sang, un pays ingouvernable ?  
A quelques encablures de la présidentielle la plus crainte, sous l’aiguillon d’une certaine classe politique engagée dans des aventures individuelles ambiguës, également sous la complicité d’une certaine presse diffusant quotidiennement une vision partisane pour refléter le miroir fidèle de la réalité politique, il urge de lutter contre le cadre imposé, pour attaquer de front le système. Ne nous voilons pas la face, la candidature de Wade risque de saborder la paix intérieure. Donc contraints d’ouvrir les yeux, les Sénégalais devraient mesurer la complexité de la situation et ses ambiguïtés. Car, il nous est glissé à l’oreille qu’un danger ignoré ou mal perçu nous guette : les bruits de bottes dans les casernes. Cette menace doit-elle être prise au sérieux ? Qu’adviendra-t-il si demain le pays s’enflamme sous l’emprise d’hommes ou de femmes aveuglés par une soif inextinguible du pouvoir. La leçon de nos cousins ivoiriens est là toute fraîche. S’ils ont été frappés par une mystérieuse et insurmontable malédiction, c’est parce que quelque part le Président sortant a voulu confisquer le pouvoir. Privés de liberté, ils ont péniblement ressentis la guerre civile devenue par la suite accablante. Ici au Sénégal, tous ceux qui laisseront s’amonceler des charges explosives sur le peuple en seront les fossoyeurs. C’est clair. Donc, seule une analyse claire des problèmes et des risques spécifiques aux nouvelles démocraties peut nous permettre d’éviter une confusion, de ne point connaître les affres de la division, des révoltes et des répressions. C’est ainsi que l’Histoire nous remettra probablement dans notre vraie place et nous englober dans notre manteau de pays démocrate, loin des pleurs des fils et petits-fils de «Gorgui» qui lui souhaitent un repos bien mérité.  
 
 
Gallo Thiam  
Médina-Dakar  
 
De la compassion pour notre patriarche 
Le premier devoir d’une Constitution est de rétablir chaque citoyen dans ses droits. Une Constitution ne doit pas être un outil pour régler des comptes personnels ou pour léser certains et en privilégier d’autres. En ce qui concerne l’invalidité de la candidature de Mame Abdoulaye Wade, nous n’avons nul besoin de recourir à notre Constitution ni à nos constitutionnalistes, encore moins à ceux de l’étranger. Pour la bonne et simple raison qu’il n’existe aucune œuvre humaine (constitution soit-elle) et aucun homme (constitutionnaliste soit-il) infaillibles. La véritable Constitution déjà rédigée pour nous autres Humains provient des Paroles de Notre Seigneur à tous, Le Tout-Puissant. Elle est puisée des Saintes Ecritures révélées par les Prophètes. Les textes de notre Constitution ne sont pas de saintes paroles, mais de simples paroles. Ecrites par de simples mortels comme vous et nous, elles peuvent être changées du jour au lendemain. Seule la Parole de Dieu est immuable. La Perfection est son ressort, car c’est Lui Seul qui la détient et la confère à qui Il veut.Pour ceux qui ont le sens de l’observation, la nature qui est un parfait ouvrage du Divin nous a fourni la réponse à la question relative à l’invalidité de sa candidature. 
Dans quel foyer du Sénégal avons-nous vu le patriarche effectuer les travaux de la maison à la place de ses enfants et petits-enfants ? Est-ce une belle image que de voir un vieil homme suer au soleil sous le regard de vaillants jeunes hommes se prélassant à l’ombre ? L’exercice de la fonction de chef d’Etat est un travail de toute heure, n’importe où, n’importe quand et sur n’importe quoi. Cela exige toutes les formes d’effort, physique, moral, psychique et psychologique. Il faut être apte à surmonter toutes les pressions. Un président a beaucoup de devoirs et n’a pas tous les droits. Il doit pouvoir être à l’écoute de tout et de tous, rester en éveil quand les autres dorment, être à jeun lorsque les autres mangent, toujours mettre au premier plan les intérêts de la Nation, reléguer en dernier lieu ses jouissances et intérêts personnels. Entrer en alerte constante et toujours prêt à intervenir de jour comme de nuit là où il le faut. Savoir faire preuve d’humilité et de retenue, de sagesse allions-nous dire, quand c’est nécessaire, etc. 
 
Le métier de président requiert une santé de fer et impose une lucidité parfaite et constante. Y a-t-il dans notre pays des cultivateurs, des ouvriers, des fonctionnaires, des pêcheurs, des instituteurs, des tailleurs, des sportifs, des policiers, des aviateurs, des militaires, des juristes, des médecins, des artisans, des commerçants, bref des constitutionnalistes continuant d’exercer leur métier jusqu’à 80 ans ? Alors, de quel droit un président au même âge, devrait-il se le permettre ? La charge de président n’est-elle pas plus pesante que toutes ces activités ? Quel Sénégalais aimerait voir son père ou sa mère, même à moins de 80 ans, se lever tous les matins pour passer ses journées à travailler dur, et souvent à voyager loin ? Même le chômeur part à la retraite, car arrivé à un certain âge, ce dernier cesse d’être compté parmi les sans-emplois. C’est dire qu’il y a aussi un âge pour ne plus rien faire. Les guides religieux ont une fonction à vie, mais parvenus à cet âge, ils délèguent une bonne partie de leur activité. 
 
Quand, à 84 ans voire plus, notre vieux président demande à être réélu, c’est qu’il ne jouit plus de toute sa liberté. Car, si cela ne dépendait que de lui, il partirait à la retraite comme le font tous les travailleurs bien avant d’arriver à cet âge. Mais comment faire perdurer l’existence d’une bande d’incompétents et pilleurs de nos deniers publics dont le règne est devenu illégal par ses multiples échecs dans ses missions, devant une population qui n’en peut plus de les supporter ? C’est, en effet, de prendre notre président en otage ! Ce groupuscule l’a fait pour préserver ses propres intérêts et par crainte de la vindicte populaire à subir après le départ de son mentor. Son rêve final est de se voir léguer tous les pouvoirs par leur précieux otage en cas d’après victoire. Un projet d’élire un vieillard à la tête d’un jeune pays en voie de développement comme le nôtre, constitue un geste de mépris à l’endroit de notre belle population composée majoritairement de jeunes. C’est aussi un manque de compassion, sinon de respect envers une si vieille personne qui pourtant, mérite repos et soin comme tout être humain arrivé au crépuscule de sa vie. 
 
Condamner un vieillard au travail forcé est pire que de faire travailler un enfant. Au moins l’enfant peut en profiter pour apprendre. Faire travailler le quatrième âge ? Cela relève tout simplement du cynisme. C’est un acte immoral, ridicule et même criminel, devrions-nous dire. Oui, notre président est l’otage de gens incapables de gagner des élections et qui comptent sur lui pour y parvenir afin de rester au pouvoir le plus longtemps possible. Beaucoup de Sénégalais, malheureusement, n’imaginent pas l’état dans lequel se trouve notre chef de l’Etat. Surtout les militants de son parti, ainsi que ses sympathisants et admirateurs. Nous avons le sentiment que notre président est sous la menace de ses ravisseurs, prêts à le traîner dans la boue avec sa famille au cas où il refuserait leur marché. D’où sa peur plus grande de la réaction de ces gens, que de la furie populaire. Si Karim et Sindjély Wade tardent à s’indigner pour une raison ou une autre sur le cas de leur père, faisons-le à leur place. Il est le père de sa famille, mais celui de notre Nation, aussi. Alors, libérons Me Wade, et vite ! 
 
Parfois dans ses discours ou dans ses gestes, ses appels au secours sont perceptibles. Comme quand il s’adresse aux ouvriers du pont Faidherbe : ‘Je vous confie l’entretien de l’ouvrage, prenez-en soin.’ Or, lorsque l’on confie quelque chose, c’est qu’on est prêt à s’absenter. Quelques mois auparavant, il disait : ‘Si tous les Sénégalais me demandent de partir, je m’en irai...’ Les exemples coulent de source, il suffit seulement de l’écouter. Aussi, joue-t-il souvent à provoquer l’irritation populaire par certaines de ses initiatives. La dernière en date est la venue d’étrangers qu’il a permis de s’immiscer dans les problèmes de notre pays en nous serinant comme un disque rayé, la recevabilité de sa candidature. Ces derniers, en riant sous cape, en ont bien profité, surtout pécuniairement. Et s’il menait de tels agissements pour pousser les populations à se soulever ? Ce qui serait une occasion pour lui de quitter le pouvoir de force et, du coup, se libérer de ses maîtres chanteurs. 
 
Nous nous désolons de l’arrivée tardive de notre cher aïeul au pouvoir. Une erreur de calcul imputée à une opposition partie le chercher dans sa maison de retraite en France pour le faire participer à des élections qu’elle-même avait pourtant gagné d’avance, tel un fruit bien mûr prêt à tomber de sa branche. Car, avec Wade ou sans, Diouf allait partir devant une majorité d’électeurs résolue à mettre un terme à la quarantaine d’années de règne socialiste. Une bonne et forte mobilisation aurait suffi. Seule l’opposition, par manque de confiance en elle, ne le savait pas. En 2007, la logique était de le réélire pour lui permettre de terminer ce qu’il avait commencé, mais l’opposition une fois de plus, habituée à sous-estimer l’intelligence des Sénégalais, a commis la fatale erreur de boycotter les législatives. Maintenant, il est temps pour notre président élu démocratiquement, de partir de la même manière, c’est-à-dire par la volonté populaire. Et surtout d’une façon honorable, autrement dit, par la grande porte. Chers compatriotes, il est temps donc de nous soulever, mais pacifiquement pour libérer ensemble notre président prisonnier. 
 
Nous garderons de lui le souvenir du chef d’Etat le plus communicatif que n’avions jamais eu encore, allant même jusqu’à être traité de bavard, comparé à ses prédécesseurs. Par souci de compréhension ou de transparence peut-être, il a été le président qui s’est le plus exprimé en wolof, langue comprise par plus de 90% de notre population, ce qui a poussé tout le peuple sénégalais à s’intéresser, sinon à s’impliquer à la chose politique. Senghor et Diouf s’adressaient très peu à la Nation et uniquement en français, langue parlée par une minorité de la population et le niveau de sa compréhension par ses usagers reste largement inégal. Si jamais il arrivait à nos deux premiers présidents de parler en langue nationale, c’était pendant leurs campagnes électorales. Or, tant qu’on peut se faire comprendre par une large majorité de la population dans une de nos langues nationales, s’exprimer dans la langue de l’ex-colonisateur ne doit plus être une obligation, sans quoi nous serions comme sous un régime colonial pour ne pas dire une république bananière. Les colons, en leur temps, communiquaient avec la population par le biais d’interprètes. Pourquoi le contraire ne serait pas possible ? L’indépendance peut être bien, aussi politique, économique que linguistique. Ce n’est qu’une question d’ambition et de volonté. 
 
Enfin, c’est Baay Ablaye le premier chef d’Etat à avoir eu le courage d’afficher ouvertement et sans complexe, aux yeux du monde entier et surtout à ceux de nos ex-colonisateurs, sa soumission en tant que président d’une république, en l’autorité véritable du Sénégal en la personne de feu le regretté Serigne Saliou Mbacké. 
 
Aujourd’hui, notre brave Gòor gi national n’a plus rien à prouver. Et, osons le dire, il a fait quelque chose, même si ce n’est pas toujours ce que nous aurions voulu qu’il fasse. Par certains endroits, il a fait mieux que d’autres. Reconnaissons que de nos jours, il y a plus de liberté et de moyens d’expression que du temps de Senghor et Diouf. De nouvelles routes ont été réalisées, même si les embouteillages demeurent et que le système de transport en commun est déplorable. Des monuments et édifices ont été érigés, même s’ils ne sont pas prioritaires. Le nombre d’écoles a doublé même si le niveau des élèves est en baisse vertigineuse. Des investissements ont été faits dans des infrastructures agricoles même si le monde rural ne voit rien venir pour l’instant. L’électricité revient petit à petit à la norme, malgré les catastrophes que son manque a causé dans un passé récent. Il est vrai aussi, avouons-le, que notre grand-père de chef d’Etat a réalisé beaucoup de choses même si la manière de le faire a parfois inquiété et souvent divisé l’opinion. Tout cela pour dire que notre Pape du Sopi n’a pas été ce dirigeant parfait que nous attendions de lui. Mais notre prochain président qui sera autre, viendra pour promouvoir la VERITE, remédier à toutes ces imperfections et insuffisances, et notre cher Suñugaal ira de l’avant ! 
 
Notre souhait maintenant est de le voir aller dignement et paisiblement se reposer, car Monsieur Wade le mérite vraiment. C’est pourquoi nous invitons tout Sénégalais en perte de bon sens et de lucidité jusqu’à voir en lui un candidat aux prochaines joutes électorales, à vite retrouver la raison et la décence, seul moyen de lui offrir un beau départ du pouvoir. 
 
Chers concitoyennes et concitoyens, l’heure de la VERITE a sonné, et l’honneur du Sénégal que nous aimons est en jeu. Que chacune et chacun d’entre nous, vienne rejoindre le mouvement ‘YËRËM SUÑU GÒOR GI’ afin de libérer notre Président de l’emprise d’une meute de vauriens qui gravitent autour de sa frêle personne comme des parasites. Nous lui souhaitons de vivre longtemps encore, mais... pour se reposer, car après tout, nous lui devons cela. 
 
Mais attention ! Son départ ne signifie pas que n’importe quel candidat pourra devenir notre 4ème président. Le Sénégal ne sera pas dirigé par un farceur. L’homme que nous élirons ne sera pas un candidat aigri qui se sert des élections pour régler des comptes avec son ancien parti, pas un candidat devenu subitement riche par on-ne-sait-comment, pas un candidat issu d’un parti qui a déjà fait ses ‘mauvaises’ preuves. Le CANDIDAT que nous voulons comme prochain dirigeant doit être en premier lieu un homme ‘neuf’, que nous serons fiers de présenter au monde. Il sera un Homme de Vérité, de Paix, de Tolérance, d’Equité et de beaucoup de sciences. Un homme de hautes vertus, pétri des valeurs de ce pays et de l’Afrique. Un Rassembleur !!! 
 
Ousseynou Cissé Cultivateur / Écrivain _ Militant pour la Vérité Contact : ousseynoudjamal@yahoo.fr Dakar 
Pour que le web sénégalais cesse d’être la poubelle de la presse 
 
Monsieur le ministre de la Communication, je viens par cette note vous exprimer mon profond regret et mes inquiétudes devant les dérives auxquelles nous assistons à ce jour dans l’univers des médias, le monde de l’information et de la communication dont vous avez la charge. 
Vous n’êtes pas sans savoir que l’ouverture d’un média, radio, télévision, journal ou site internet obéit à certaines normes, à des règles, voire à un cahier des charges strict et rigoureux. Vous avez la charge, monsieur le ministre, de réguler les organes de presse que sont la radio, la télé et les journaux. Toutefois, vous semblez très peu vous soucier de la tragédie qui se joue sur le web sénégalais, devenu une poubelle où n’importe qui peut écrire n’importe quoi en toute impunité. Contrevérités, diffamation, atteintes à la vie privée d’honnêtes citoyens. Vous aurez sans doute constaté la floraison accrue de sites internet dont personne ne connaît les orientations encore moins les motivations. Ils se disent tous d’information, ou spécialisés dans le people, mais sans source avérée en dehors de la rumeur, sans professionnels à même de traiter l’information, ou de vérifier et de contrôler la fiabilité de ce qui est écrit sur ces pages web qui, en fin de compte, s’avèrent être une caricature du métier noble qu’est le journalisme, le devoir d’informer. Le web sénégalais, monsieur le ministre, est devenu la poubelle de la presse, une zone de non droit où des criminels opèrent en toute impunité, car ce qu’ils font relève du crime, il faudrait l’admettre. 
 
Il vous appartient donc, à vous, d’y mettre fin dans les meilleurs délais. Personne d’autre ne le fera à votre place. Parce que cette situation ne saurait perdurer. Il est difficile certes de contrôler tout ce qui est écrit et diffusé sur la toile, mais il est de votre prérogative, monsieur le ministre, de veiller à ce que les auteurs de diffamation et d’attaques personnelles sans raison, soient lourdement punis, sévèrement réprimés, afin de servir d’exemple à ceux qui, sciemment, violent l’intimité et les vies privées de leurs compatriotes en toute impunité. 
 
Toutefois, faudrait-il dans ce sens renforcer la loi, ou se servir des médias traditionnels que sont les journaux, radios et télévisions afin de sensibiliser les gestionnaires et gérants de sites internet, les mettre face à leurs responsabilités, et à titre d’exemple, saisir la Justice et demander si nécessaire la fermeture de tout site internet qui dérogerait à la règle. A titre d’exemple, en France, le ministère de l’Intérieur a obtenu de la Justice la fermeture d’un site spécialisé dans le fichage des policiers. Donc, il vous appartient, monsieur le ministre, de mettre en œuvre tous les moyens nécessaires aux fins de réguler l’ouverture et le fonctionnement des sites internet sénégalais basés au Sénégal, pour la plupart. 
 
Monsieur le ministre, vous n’êtes pas sans savoir que ces sites ont plus que nui et continuent de nuire à la réputation de bon nombre de nos compatriotes, lesquels se demandent s’il leur faut saisir les juridictions compétentes pour laver leur honneur, et mettre fin à l’anarchie ambiante, en d’autres termes, nettoyer au kärcher la poubelle qu’est devenue la presse en ligne sénégalaise. 
 
De simples citoyens qui mènent une vie paisible et tranquille, loin des médias, se retrouvent exposés du jour au lendemain sur ces sites internet auxquels ils n’ont accordé ni interview, ni autorisation de publier leurs photos. Facebook aidant, il est beaucoup plus facile d'accéder aux données personnelles et de s’immiscer dans la vie de ces derniers. Le droit à l’image, ils n’en ont cure : de l’étudiante à la femme mariée en passant par la veuve ou divorcée, le web sénégalais est devenu un lieu de lynchage médiatique où n’importe qui peut se retrouver livré à la vindicte populaire sans raison. Personne n’est à l’abri de ce nouveau phénomène totalement en déphasage avec les valeurs qui, jusqu’ici, ont fondé notre pays. Parmi ces gérants de sites internet, il n’y a pas un seul qui voudrait que sa sœur, sa mère, son père ou son frère soit à la place de ceux qu’ils salissent au quotidien, comme s’ils étaient payés à le faire. Car liberté d’expression n’est point synonyme d’autorisation de calomnier, de salir ou de diffamer. Je ne parle même pas du massacre dont la langue française est constamment victime sur ces sites dont le langage employé, en général, n’équivaut pas au niveau d’un élève de sixième. 
 
Monsieur le ministre, la protection des données personnelles, de la vie privée de nos concitoyens, vous incombe. A l’instar des journaux, radios et télévisions, de grâce, régulez l’ouverture et le fonctionnement des sites internet et préservez cet outil merveilleux que sont les nouvelles technologies de l’information et de la communication, aujourd’hui à la merci de personnes mal intentionnées et qui n’ont aucun sens de la responsabilité, encore moins du professionnalisme. 
 
Momar MBAYE, Momar.dna@gmail.com Thiesvision.com 
M. le Président, le Sénégal mérite plus de reconnaissance de votre part ! 
Monsieur le Président, votre volonté de briguer un troisième mandat contre la morale, la raison et la Constitution plonge l’immense majorité des Sénégalais dans l’angoisse de graves troubles politiques. La tension est vive. Les germes d’un cycle de violences se développent chaque jour davantage. Le chaos guette le pays. Vos compatriotes attachés à la démocratie et au respect des lois ont manifesté leur détermination à se liguer contre toute tentative de violation de la Constitution. Vos partisans, guidés par le souci de sauver les privilèges qu’ils tirent de vos fonctions ont affiché leur disponibilité à vous aider à contourner la Constitution pour vous maintenir au pouvoir à tout prix. Dans ce contexte si lourd de dangers, votre responsabilité historique est de vous arracher à votre attitude partisane pour poser des actes qui rassurent. Est-ce trop demander à un chef d’Etat ?  
Monsieur le Président, je vous accuse de manque de reconnaissance pour votre pays ! Vous êtes, à bien des égards, redevable au Sénégal. Si le poids de l’âge n’a pas altéré votre mémoire, vous vous rappellerez sans doute qu’à la veille de l’Alternance, vous aviez déserté le terrain politique au profit d’un long séjour parisien pour méditer sur vos multiples tentatives avortées de conquête du pouvoir. La suite, on la connaît.  
 
Vous n’aviez pas plus de mérite que les leaders de la Ca 2000 qui ont mis en veilleuse leur ambition présidentielle malgré une riche carrière politique, pour vous donner une chance de succès. Vous n’aviez pas plus de mérite que votre adversaire, le Président Diouf, qui a maintenu debout l’Etat du Sénégal, assaini les Finances publiques et apaisé le climat social malgré d’âpres années d’ajustement structurel. Pourtant, c’est dans un élan populaire sans précédent que les Sénégalais se sont mobilisés pour vous porter au pouvoir en 2000, avant de renouveler le contrat de confiance en 2007. C’est dire que le peuple sénégalais vous a tout donné. Qu’a-t-il reçu de vous ? 
 
L’Etat que le peuple vous a confié en 2000 dans un état louable est aujourd’hui malmené par votre politique d’«agenciation» outrancière, qui répond moins à des impératifs d’efficacité dans l’action qu’à une volonté manifeste d’offrir à des membres de votre clan le cadre idéal pour se sucrer sur le dos de la Nation sans avoir de comptes à rendre. La Nation qu’il vous a confiée en 2000 dans une parfaite unité est ébranlée dans ses fondements les plus symboliques en raison de votre manière ostentatoire d’afficher votre identité confrérique. Les institutions qu’il vous a confiées en 2000 dans un état républicain souffrent profondément de votre propension à vouloir les adapter à vos moindres désirs, même si ceux-ci sont incompatibles avec l’intérêt national. Les gaspillages et multiples scandales financiers qui ont jalonné votre exercice du pouvoir ont mis à mal les Finances publiques et conduit à un endettement excessif qui conduit des générations de Sénégalais à devoir payer des dettes qu’une minorité d’affairistes a contractées en leur nom. 
 
En définitive, au-delà des barrières juridiques infranchissables qui se dressent devant votre désir de quête d’un troisième mandat, rien dans votre bilan ne plaide en faveur de votre maintien à la tête de l’Etat. 
 
Dès lors je vous accuse, monsieur le Président, de placer au soir de votre carrière politique, votre destin personnel et celui de votre fils au dessus de la sécurité et du bien-être de près de treize millions de vos compatriotes ! 
Pour conclure, M. le Président, le sens de la reconnaissance, cette vertu fort ancrée dans nos traditions, vous commande de rendre en 2012 le pouvoir au peuple pour lui permettre d’exercer en toute souveraineté et dans la paix, son droit de choisir un chef d’Etat moins âgé, moins partisan et plus soucieux du bien-être collectif que d’intérêts claniques afin de conduire le Sénégal vers des lendemains plus sécurisants. 
 
 
assanekane2012@yahoo.fr 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 30.11.2011
- Déjà 5549 visites sur ce site!