ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Wade réélu au Sénégal ? Mathématiquement impo

Wade, la décennie de la décadence 
Mais qui sont tous ces gens qui courent dans la rue sans savoir vraiment où ils se rendent ? Ils sont guidés par l’euphorie de la victoire et tels des détenus habités par un brusque sentiment de liberté et l’espoir d’une vie meilleure après quarante ans d’emprisonnement, ils ne se doutent donc pas qu’ils sont juste transférés de cellule. Ils font un signe étrange de la main, formant à l’aide de l’index et du majeur la lettre ‘V’ et criant Sopi à tout-va. On me dit alors que ce jour était un grand jour et que ce signe était synonyme de victoire et de réussite. Avec le recul, ce ‘V’ me rappelle étonnamment la forme des oreilles de l’âne. Tous ces gestes signifiaient inconsciemment que le peuple dupe allait alors connaître une décennie de bêtise et de profonde médiocrité. A cette échelle, nous ne pouvions pas mieux faire comme prémonition collective. 
Dépité par ses quatre défaites précédentes et ‘réfugié’ en France, fuyant ainsi le fisc et les sollicitations de ses fidèles militants, mais toujours bavant devant les grilles de la présidence, l’indésirable dans la dèche devient comme par miracle la seule chance d’un peuple qui en avait déjà marre à l’époque de la monarchie socialiste. C’était évidemment en comptant sur la grande marche bleue dont malheureusement chacun d’entre nous fera partie. Oui nous l’avons tous aimé et nous l’avons tous applaudi ce jour où tout a commencé, au stade Léopold Sédar Senghor. Le poète pourtant nous avait bien mis en garde contre ‘Njombor’. En effet, le lièvre une fois au pouvoir s’est mis à bouffer de la viande. Le loup était déjà dans la bergerie. Il était bien trop tard pour rattraper notre erreur. 
En ce 1er avril 2000, le discours d’investiture a été certainement le plus gros poisson d’avril de tous les temps. On nous demanda alors de ‘travailler, beaucoup travailler, toujours travailler’, mais on ne nous avait pas dit que nous serions les seuls à le faire. A l’époque où il savait encore faire des discours concis, il nous dit : ‘Dis-moi quelle jeunesse tu as, je te dirai quel peuple tu seras’. Mais au lieu d’un stylo, ma jeunesse aujourd’hui a une pierre dans la main. Elle est orpheline de père et cherche par tous les moyens à fuguer, contre vents et marées, pour rejoindre la terre de ‘ses ancêtres les Gaulois’ qui ne veut plus d’elle. Ceux qui restent n’ont plus peur de la police. Le bruit des lacrymogènes devient agréable à leurs oreilles et ils respirent leur odeur comme un doux parfum d’air pur. Ils ne croient plus en aucune morale et si on en accuse un de ne pas tenir parole, il vous répond d’un ton narquois : ‘Wax Waxeet ! ’ A ton tour maintenant, dis-moi donc quel peuple nous serons. 
Ainsi, la main droite levée il prêtait serment. Mais dans l’euphorie collective, personne ne remarqua qu’il avait croisé en même temps les doigts de sa main gauche. Nous autres jeunes n’avions pas été attentifs à la première leçon du Maître, le parjure. Cependant, comment pouvions-nous faire confiance à cet homme et penser qu’il nous apporterait bonheur et prospérité alors que son crâne dégarni même nous avertissait du danger de l’aridité extrême qui nous guettait ? Lors de discussions bruyantes et très agitées, ses partisans ne manquent jamais de me rappeler qu’il est le président le plus diplômé d’Afrique. Faute de mettre tout ce savoir-faire au service de son peuple, ce curriculum vitæ par ailleurs surfait ne lui aura finalement servi qu’à recevoir çà et là des distinctions obscures et des décorations de complaisance. 
Ses premières années de pouvoir seront consacrées à trahir ses compagnons de route et frères victorieux devenus bien trop nombreux pour le partage du gâteau. Pendant que la discrète Mame Aïda fait son safari sur les pistes du Dakar, Meïssa, lui, apprend à devenir grand. Sentant la viande fraîche, Bouki s’est donc bien gardé de rester dans l’anonymat en tant que simple banquier au Royaume d’Elizabeth, sachant qu’il pouvait être digne héritier du trône au royaume de son père. Ayant à peine appris à marcher, il sait déjà compter jusqu’à quelques centaines de milliards mais ses multiples portefeuilles pèsent lourd sur ses jambes de nain. Lors d’une rencontre entre parents d’élèves et professeurs, le père, torse bombé, dit à son fils : ‘Karim, je dirai à ta mère que tu as bien travaillé.’ Le professeur interloqué réplique : ‘Monsieur, vous avez parlé trop vite, votre fils a falsifié son bulletin de notes’. Sourire en coin, papa lui répondit : ‘Je sais Monsieur, c’est même moi qui lui ai appris l’art de la tricherie. 
Ainsi, dans cette version moderne des Fables de la Fontaine, où l’épouse du laboureur est bien trop présente à mon goût, le vieil homme, dont la mort est très loin d’être prochaine, demande à ses enfants de ne pas s’inquiéter devant des millions de témoins. Il s’occuperait de tout ! Il a peut-être raison de la jouer solitaire et de ne compter que sur les liens du sang, vu que hormis quelques compagnons de longue date, le champion du monde du remaniement ministériel ne peut compter sur un Parti démocratique sénégalais qui a plus des allures de carrefour de tous les traîtres et transhumants, hommes et femmes dénués de toute conviction politique ou personnelle. 
Pour exemple, celle qui lui donna autrefois le surnom certes un peu dur mais alors bien cocasse de ‘Fantômas’, est la même qui aujourd’hui, en signe de soutien, n’hésite pas à agiter ses pagnes à la moindre occasion, telle une ‘Njeuké’ euphorique en plein mariage, soucieuse de faire bonne impression quitte à en faire trop. 
Mais le bas peuple, lui, a bien d’autres soucis que d’assister à ce triste spectacle. C’est donc avec un pincement au cœur que je me souviens de ces hommes et femmes, arpentant les rues, casseroles et marmites vides à la main, pour manifester contre la faim. Nous n’avons pourtant pas des silhouettes de Somaliens mais les plats étaient de plus en plus vides tandis qu’au Palais, l’ambiance était celle des banquets. 
Certains convives comme dans la tradition des Romains de la haute société, bien que rassasiés, n’hésitent pas à aller se faire vomir pour ensuite retourner s’empiffrer. Certes, certains hommes de l’appareil ont bien les qualités pour occuper les plus hautes fonctions de l’Etat. Mais nombre d’entre eux habitent les bas-fonds de la médiocrité intellectuelle. Et chaque jour, nous assistons des fenêtres de nos vieilles guimbardes cabossées, impuissants et quelquefois admiratifs, au ballet de leurs luxueux 4x4, que ceux qui les trouvent trop grands ont d’ailleurs rebaptisés 8x8. Ce véhicule est ainsi devenu au fil des années, aux yeux du petit peuple, celui des collaborateurs qui ont vendu leur âme au diable pour bénéficier de la reconnaissance du grand chef. Tandis que les L200 convoient les bourreaux du peuple, chargés d’effectuer le sale boulot. 
Le peuple, donc faute d’avoir du pain, doit se contenter des jeux pour être heureux. Un peuple aveugle, mais bien malgré lui, car il est réellement dans l’obscurité. Ainsi, les populations de Ouakam dans le noir aperçoivent, émerveillés, au loin le monument de la Renaissance africaine éclairé de mille feux, tels ces pauvres persécutés à la veste étoilée ayant enfin en point de mire la terre promise. Et si par Renaissance, on veut nous faire comprendre que nous ressuscitons au même niveau d’avancement et de développement, en revenant à l’époque de la bougie et du charbon de bois, alors le concept a été bien choisi. 
Les gosses sur les plages de la corniche Ouest n’ont certainement pas ouvert leurs cahiers de la journée, pourtant ils miment les gestes qu’ils auront vus la veille dans ‘Batamba’. Ils ne seront certainement pas tous lutteurs mais peut-on vraiment les empêcher de prendre comme modèles les seuls hommes publics qui font semblant de se battre, au moins durant quelques secondes, pour mériter leur succès ? Et pendant que j’admire le calme de la ville plongée dans le noir, une lumière vive vient m’éblouir, accompagnée d’une rumeur étrange, Aaaaahhhh ! 
C’est le son de communion de tous ceux qui voient le fameux ‘courant’ revenir enfin. Ce bien si rare arrive néanmoins à une heure bien embarrassante de la journée, celle de la prière mais aussi des feuilletons. Les plus superstitieux diront même que ce n’est pas une coïncidence mais un signe du ciel, le Seigneur voulant alors tester si notre foi est assez forte pour résister aux futilités de la vie. Bref, j’ai fait mon choix. Je n’aurai pas souvent l’occasion de voir Vaidehi, enveloppée dans son magnifique Sari et éblouissante de grâce et de sensualité. Dieu, lui, me verra prier même dans le noir, plus tard. 
Ne soyons quand même pas si injustes, il n’y a pas que des zones d’ombre dans ce règne. A la longue, nous reconnaissons le refrain des inconditionnels du régime actuel : ‘Il a construit des routes’. Certes nous le remercions d’avoir réalisé cette mission que ces prédécesseurs n’ont jamais pu accomplir. Nous avons enfin notre autoroute de quelques kilomètres, notre trou à rats, je veux nommer le tunnel de Soumbédioune, ou même notre corniche Ouest dont certains n’ont pu s’empêcher de clamer qu’elle fait la fierté de notre nation. Même si après douze années de mandat, cet argument me semble assez léger pour garder sa Majesté à la tête du pays, ne faisons pas la fine bouche. Nous avons des routes, bouclons-la et roulons !* (A Suivre) 
Pape Bamar KANE Etudiant en Licence 3 à l’Université des sciences et technologies de Lille (France) 
Me Wade nous dit clairement que ses promesses n'engagent que ceux qui y croient 
«Les dictatures fomentent l'oppression, la servilité et la cruauté ; mais le plus abominable est qu'elles fomentent l'idiotie. » de Jorge Luis Borges 
 
Après de tels propos exprimés de vive voix et sans ambages à tous les Sénégalais sans exception, est-ce qu'il est raisonnablement et envisageable, que les citoyens électeurs vraiment conscients, se laisseraient abuser encore, par Me Wade, en nous débitant comme par le passé son catalogue de promesses ? Je pense intimement que non ! Par ailleurs, il ressort au regard de son attitude et à l'évidence du discours qu'il nous tient, que Me Wade n'a aucun respect pour le peuple sénégalais, et cette conviction est largement partagée aujourd'hui dans le pays et, même à l'Etranger, où l'image du Sénégal est totalement ternie. L'exception sénégalaise tant vantée, vire ainsi à ses antipodes en devenant une dictature pure. Mais si Me Wade ne nous respecte pas, c'est bien de notre faute. Il nous appartient souverainement de nous faire respecter, en l'obligeant à cesser de vouloir nous endormir comme ses petits-enfants. Nous devons tous ensemble, citoyens à part entière et démocrates, forts de nos droits et devoirs, ici et maintenant, que nous ne sommes ni ses obligés ni ses sujets. 
 
Nous remarquons tous clairement, que rien, strictement rien, dans le discours de campagne de Me Wade n'a changé d'un iota. C'est toujours les mêmes rengaines qu'il nous sert, à savoir des promesses démagogiques depuis trente-huit ans (26 + 12) et nous continuons encore à le laisser toujours faire. Maintenant, ce n'est plus la fin de la récréation mais, la fin du match. C'est terminé pour lui, car il est out dans cette élection du 26 Février 2012. Il nous a assez gargarisé de promesse jamais tenues. Alors n'est-il pas l'heure enfin d'y mettre un terme ? Si ! C'est dans ce cas, maintenant ou jamais. 
 
En écoutant Me Wade débiter, on se croirait être en face d'un enfant gâteux, inconscient, incohérent et incorrect, qui sort des boniments face à son monde. Son discours actuel est tellement empreint d'incohérences et de contradictions comme « Ma waaxon waxeet » que sa vacuité ne laisse plus aucun doute pour personne. C'est pourquoi, l'on se demande, comment pourrait-on imaginer raisonnablement, confier un pays comme le Sénégal, à un tel homme, qui porte difficilement ses 86 ans et semble pratiquement ne plus jouir de toutes ses facultés physiques et mentales. 
 
Les Sénégalais conscients de leurs responsabilités, toutes catégories confondues au plan national, pour l'intérêt du peuple sénégalais, devraient-il laisser Me Wade mettre en application son intention insensée selon quoi, s'il partait du pouvoir maintenant, il laisserait notre pays dans le chaos ? Non bien entendu ! Alors nous devons absolument lui barrer la route, en quoi faisant ? En nous mobilisant massivement pour l'empêcher de prendre part à cette consultation électorale, dont il est exclu constitutionnellement, ou à défaut et au pire des cas, le battre à plate couture dans les urnes. Il n'est pas encore trop tard, si nous y mettions le prix que la situation exige, pour arrêter les menaces que Me Wade et sa coalition font peser sur le pays. Et tout cela, rien que pour se maintenir au pouvoir, même, contre la volonté populaire largement exprimée. Les manifestations massives et constantes des populations du Sénégal à travers tout le pays donnent la preuve du rejet du régime libéral et son chef Me Wade. 
 
Alors, ceux qui prêchent ou prient pour la paix au Sénégal, parmi lesquels certains marabouts, devraient être conséquents avec eux-mêmes, en regardant la réalité et les faits concrets sur le terrain. Ils doivent chercher à savoir, qui fait quoi et qui subit quoi ? Au lieu de prêcher dans le vide ou de vouloir mettre sur le même pied, le pouvoir et ceux qui s'opposent à lui, ce qui n'est pas juste du reste. Il faut situer au paravent les responsabilités de part et d'autre, et des uns et des autres dans ce qui est arrivé à notre pays pour qu'on soit dans cette situation critique. C'est cela la question fondamentale. Toute cette violence qui est partie du 23 Juin contre le fameux ticket principal, est née du refus catégorique de l'application de la loi dans sa rigueur et son intégralité par les tenants du pouvoir. Et s'y ajoute, ses violations constantes à des fins personnelles de la constitution, rien que pour demeurer infiniment au pouvoir. Ne pas tenir compte de tous ces paramètres, c'est faire fausse route dans la recherche d'une solution de paix durable et d'une tenue régulière, transparente de l'élection présidentielle, dans la paix et la tranquillité. Si ces soi-disant prêcheurs ne dénoncent pas les violences récurrentes du pouvoir, exercées sur les paisibles manifestants, qui ne font que d'user d'un droit que la constitution leur reconnait, ensuite d'amener les autorités en place à faire un bon usage des forces publiques, mises à leur disposition pour la sécurité publique de tous les citoyens et non pour les jeter comme des chiens enragés, sur les populations aux mains nues ; et enfin, de dire au pouvoir de respecter scrupuleusement la forme républicaine de notre pays, qui n'est pas un bien familial des Wade ou un royaume conquis par eux. Tout le monde est témoin en ce moment, qu'en pleine campagne électorale, le pouvoir et sa police interdisent aux candidats déclarés de mener leurs manifestations publiques librement, comme ils l'entendent sur l'étendue du territoire national. Toutes ces violences que nous connaissons durant cette semaine, sont de la responsabilité de Me Wade à lui tout seul. Il parait même, qu'un des candidats à l'élection présidentiel en l'occurrence Cheikh Bamba Dièye ainsi qu'un responsable politique du PIT, Ibrahima Sène seraient arrêtés par la Police. C'est du jamais vu ! Même dans les dictatures les plus rétrogrades, pendant la période de campagne électorale, aucune manifestation publique n'est soumise à autorisation, durant celle-ci. Même la Zavia d'Elhadji Malick Sy n'a pas été épargnée par la police d'Abdoulaye Wade. Voici des faits patents palpables dont disposent les prêcheurs et autres avocats du diable pour la paix, s'ils voulaient réellement des preuves. 
 
Ces prêcheurs de la « paix » liés au pouvoir ainsi que ces juges bien engraissés, doivent savoir une bonne fois pour toute, comme tous les Sénégalais le constatent aujourd'hui, qu'un pays ne peut être gouverné par le mensonge, dans le mensonge et pour le mensonge indéfiniment. La loi, impersonnelle en soi, est bien faite pour tous les Sénégalais sans exception aucune, son application ne doit faire aucune distinction ou souffrir d'une discrimination quelconque entre les citoyens. Dans le cas du Sénégal sous Me Wade, il y a justement deux poids et deux mesures dans l'application de la loi. Ainsi, ceux qui revendiquent légitimement leurs droits et protestent contre l'injuste sociale et la violation de la loi, sont réprimés sauvagement et mis en prison. Et dans le même temps, ceux qui violent la loi délibérément et quotidiennement, vaquent eux, en toute liberté à leurs besoins, dans une totale impunité. C'est une injustice caractérisée qui a été mise en place par Me Wade depuis son avènement, pour protéger les siens de toutes leurs forfaitures. Au nom de quoi alors, devrions accepter dans cette république du Sénégal, pour laquelle les générations passées et présentes se sont battues vaillamment, pour en faire un Etat démocratique et de Droit, que Me Wade tout seul veuille délibérément tout briser ? 
 
Cette élection du 26 Février 2012, est un tournant décisif et historique pour notre pays. Il oppose précisément Me Wade contre toutes les forces vives et de progrès de notre pays, qui refusent l'inacceptable instauré par le régime libéral. Ce combat très juste est celui de tout Sénégalais qui cherche réellement une paix juste et qui veut sauver son pays d'un chaos, dans lequel Me Wade veut le plonger avant de disparaitre de la scène, dans un sens ou dans un autre. Nous avons le devoir et l'obligation patriotiques de nous y opposer à tout prix. Nous tous ensemble, forces vives réunies au sein du M23, dans un élan de patriotisme sans faille, de solidarité agissante, de générosité, d'une parfaite unité d'action et d'homogénéité, rien que pour la victoire du peuple sénégalais tout entier sur le régime honni de Me Wade. 
 
Nous notons avec indignation, que tous ceux qui sont indifférents à la situation actuelle de notre pays, sont des complices potentiels objectifs du pouvoir, qu'ils en soient conscients ou inconscients, il en est ainsi. Comme on dit en Wolof : « Bu de jot te ku dundë do gor » 
 
Je voudrais prier aux journalistes et hommes de la presse, de bien se souvenir, qui véritablement Me Wade. A cet effet, je rappelle que, quand il avait grand besoin de vous en 2000 et même à chaque fois que de besoin, il vous a encensé ou caressé dans le sens des poils, mais dès après, il vous jette en pâture. Ce jeu de duperie et d'hypocrisie dont il est coutumier en cas de besoin, devra être déjoué de manière nette et claire, par tous les professionnels de la communication, tout particulièrement, à cette étape cruciale de la vie de notre pays. Votre rôle est capital, surtout en de pareilles circonstances, pour informer juste et vrai, quand on sait encore que les médias d'Etat, sont caporalisés par le pouvoir et au service quasi exclusif du parti au pouvoir, en appui de ceux qui leur sont propres et déjà à leur disposition. Citoyens avant d'être journalistes, vous avez le devoir d'être du côté des intérêts supérieurs de la nation sénégalaise contre ses fossoyeurs. C'est grâce à vous, dans votre rôle de sentinelle, que les Sénégalais sont informés en temps réel de ce qui se passe dans le pays tout entier. Nul doute que vous poursuivrez cette tâche patriotique qui est la vôtre. 
 
Nous connaissons tous à présent, les méthodes violentes et antidémocratiques du libéral en chef, qui consistent à utiliser le bâton et la carotte, autrement dit, l'utilisation de la corruption pour arriver à ses fins personnelles qui, naturellement, sont aux antipodes de l'intérêt du peuple sénégalais présentement. 
 
Unis, nous vaincrons immanquablement le monstre, parce que la cause que nous défendons est juste et noble et de surcroit, c'est au service de notre peuple. 
 
 
Par Mandiaye Gaye - 
Email:Gaye_mandiaye@hotmail.com 
 
Wade réélu au Sénégal ? Mathématiquement impossible ! 
La réélection de Abdoulaye Wade à la tête du Sénégal pour un 3e mandat, c’est ce que prédisent de nombreux observateurs avisés et probablement résignés. Au regard de l’histoire, cela paraît pourtant impossible. En 2000, au sommet de sa gloire d’opposant «historique», le candidat «libéral» Wade pesait exactement 30% des suffrages lors du premier tour d’une élection qui fut l’une des plus transparentes d’Afrique de l’ouest. L’arrivée au pouvoir du «Maître» a été grandement facilitée par la sagesse du Président Abdou Diouf qui, dès le lendemain du 19 mars 2000, a félicité son successeur, coupant ainsi l’herbe sous le pied de quelque jusqu’au-boutiste de son camp. 
Le Sénégal n’étant pas à un paradoxe près, c’est majoritairement les jeunes, aspirant à un réel changement, qui ont élu ce septuagénaire au discours populiste voire racoleur se disant porteur de vision pour son pays… Mais comme cela a été le cas ailleurs, l’accession de l’opposant historique au pouvoir n’a pas été à la hauteur des attentes. Au contraire. L’Alter¬nance exemplaire du Sénégal est devenue très vite «alternoce» pour qualifier un train de vie de l’Etat caractérisé par un tourbillon de démesure et d’arrogance dans un pays marqué par une pauvreté endémique, un sous-emploi structurel et frappé de plein fouet par la crise mondiale… Qu’à cela ne tienne, le pouvoir a instauré l’unité de compte «milliard» dans ses effets d’annonce sur les «Grands Projets» du chef de l’Etat. 
 
Dès son accession au pouvoir, Wade commande des audits pour procéder à l’analyse de la gestion des deniers publics par le régime de Abdou Diouf. Plusieurs de ceux qui auraient pu être mis en cause ont vite fait de transhumer vers les prairies libérales et, depuis lors, les Sénégalais n’ont plus jamais entendu parler de ces audits et de leurs résultats ! On n’ose pas imaginer ce que donnerait aujourd’hui un sérieux audit indépendant sur la gestion dispendieuse du «Maître»… 
 
Tétanisé par le fait de vouloir marquer l’Histoire à tout prix, le «Maître» s’est illustré par une litanie de grands projets et de grands travaux. A son accession au pouvoir, la «Porte du troisième millénaire» est très vite sortie de terre au cœur de Dakar. Le dernier avatar de cette obsession est cet affligeant monument «nord coréen» démesuré à la gloire de la Renaissance africaine…un business dont il est lui-même actionnaire ! 
 
Pour financer toutes ces idées parfois innovantes et ces autres lubies visionnaires, un système parallèle au Trésor public a vu le jour à travers la multiplication d’agences nationales spécialisées dans tous les secteurs, pour alimenter un impressionnant circuit financier échappant aux rigueurs de gestion des bailleurs de fonds du développement.  
 
Surfant sur un «Etat de grâce» qui n’a pas duré plus de deux ans, le «Maître», qui a amené dans son sillage de nombreux novices et autres opportunistes vers les marches du Palais présidentiel, s’est très vite illustré par son pilotage à vue dans la gestion des affaires de l’Etat. Durant ces douze dernières années, le Sénégal a connu plus d’une vingtaine de remaniements ministériels, le «Maî-tre» redisposant en permanence ses pions sur l’échiquier politique en fonction des circonstances et de ses ambitions. Elu par une vaste coalition de partis, les alliances se sont vite effritées et le cœur du pouvoir s’est progressivement resserré autour d’un Parti démocratique sénégalais dont la seule constante est, depuis toujours, le «Maître» lui-même. L’entourage étant constitué d’un mélange de suiveurs, de transhumants ou de laudateurs qui n’ont souvent pas d’autre conviction profonde que celle de servir le «Maître» et de tenter d’accomplir tant bien que mal ses visions, en se servant au passage comme il se doit en «mangercratie» ! Et les «indéboulonnables» constitués en garde rapprochée sont en général ceux qui sont chargés des basses besognes et qui en savent trop sur les coups tordus perpétrés par un régime prétendument libéral opérant en toute impunité.  
 
Toujours très préoccupé par son aura internationale, le «Maître» en néglige parfois le landerneau politique national qui est en ébullition permanente. Au fil du temps, le régime accentue son contrôle malsain de toutes les institutions du pays. Tous les rouages de contrôle judiciaire, financier et opérationnel du pays passent aux mains libérales. Les gouverneurs, préfets et autres sont mis à l’abri du besoin par les largesses sonnantes et trébuchantes du «Vieux». Dans le même temps, Wade le rusé («Le lièvre» disait Senghor) se livre à un savant travail de sape et d’anéantissement de l’opposition, entre feintes propositions de dialogue et diatribes moqueuses, n’hésitant pas à acheter les plus faibles…  
 
Abreuvé de milliards de francs Cfa, le pouvoir est trop doux pour envisager un instant de le céder. En 2007, l’élection présidentielle a eu tous les atours d’un hold-up électoral où le «Maître» passe au 1er tour avec 56% des voix. Qui peut croire à la transparence d’un tel scrutin ? Au lendemain, les rues de Dakar sont étrangement calmes. Comme quand on retient son souffle pour savoir si la manœuvre passe sans encombre… L’opposition dégoûtée par cette mascarade d’élection décide de boycotter les élections législatives organisées dans la foulée. Résultat ? Une As¬semblée nationale bleue à plus de 90% prête à entériner toutes les décisions du désormais seul maître à bord… L’opposition est réduite à néant et ceux qui ont le malheur de porter la contradiction au «Maître» s’exposent aux menaces en tous genres. Combien sont-ils à avoir défilé devant les limiers de la tristement célèbre Dic (Division des investigations criminelles) ?  
 
Ce régime de Wade, avec la montée en puissance du fils Karim, sombre aussi dans un raidissement inquiétant, une fuite en avant progressive faite de corruption, de grands plans pharaoniques censés mettre le Sénégal sur la voie de la croissance, de la sécurité alimentaire ou à l’abri d’inondations récurrentes et de coupures de courant intempestives (Goana, Jaxaay, etc.). Le climat s’alourdit et il est marqué par l’intimidation et l’agression d’opposants, l’achat de consciences, quelques morts suspectes, une Justice mise au pas, des règlements de comptes politiques de plus en plus virulents, des distributions d’enveloppes érigées en mode de gouvernance, des bureaux de médias incendiés, des scandales financiers à répétition avec d’énormes sommes d’argent en jeu…  
 
Le «Maître» a répété à plusieurs reprises qu’il ne voyait personne à la hauteur pour lui succéder. Hormis son fils, omnipotent ministre aux portefeuilles stratégiques cumulés, assurément trop lourds à porter pour ses jeunes épaules. Il semble qu’au fil des évènements, Wade ait tout de même compris qu’il ne pourra pas imposer cette dévolution monarchique du pouvoir aussi aisément qu’il l’aurait souhaité pour installer Karim Wade à la tête du Sénégal. Alors suivant sa logique très particulière et contre la Constitution du Sénégal qui limite le nombre de mandats à deux, il a décidé, à l’âge avancé de 85 ans au moins, de se représenter pour un 3e mandat de président de la République.  
 
Pourtant dans une interview, il avait clairement déclaré qu’il ne pouvait pas se représenter une troisième fois puisque la Constitution limitait le nombre de mandats du président de la République à deux. Mais le «Maître», qui n’est pas à une contradiction près, a récemment expliqué que lorsque l’on se dédit, le seul en cause est celui qui a cru le propos. Stupéfiant ! Un peuple peut-il faire confiance à quelqu’un qui se donne le droit de dire une chose et son contraire ?  
Démagogue à souhait, Wade a également déclaré un jour que des élections étaient superflues, tant les foules étaient nombreuses à venir le plébisciter lors de ses sorties médiatiques bien orchestrées. Aujourd’hui, il continue à prétendre que des millions de Séné¬galais sont derrière lui… mais c’est devenu un secret de polichinelle que ces foules sont peuplées de figurants transportés et rémunérés pour le rôle qu’ils doivent jouer dans ces mobilisations organisées avec des centaines de millions de francs Cfa qui pourraient être investis autrement dans un pays qui, loin d’être émergent, a des besoins énormes et pressants. 
 
Probablement vaguement conscient du mé¬contentement de son peuple et pas si sûr de remporter un scrutin si facilement, il tente, le 23 juin 2011, de faire passer à l’Assemblée nationale une disposition légale faite sur mesure qui établit une élection présidentielle à un tour où le premier qui obtient 25% des suffrages remporte la mise. Les Sénégalais, restés relativement passifs jusque-là sont descendus dans la rue pour marcher sur l’Assemblée nationale afin de refuser ce premier coup de force pour se maintenir au pouvoir. Une fois n’est pas coutume, pris de court par la réaction de ses «sujets», le «Maître» fait marche arrière et le projet est retiré. C’est le point de départ d’une opposition qui dépasse les frontières de la politique, menée par de jeunes rappeurs rassemblés au sein du collectif qui traduit ce que la majorité des Sénégalais pensent : Y’en a marre !  
 
Mais pour assurer la réussite du deuxième coup de force décisif, le «Maître» s’est offert, à coups de millions et de privilèges octroyés, un Conseil constitutionnel entièrement acquis à sa cause qui a déclaré, à un mois de l’échéance électorale, que la candidature du «Maître» étant légalement recevable. D’aucuns ont justement qualifié cet évènement majeur de coup d’Etat constitutionnel. C’est ce même Conseil qui devrait proclamer les résultats de la prochaine élection. Sinistre présage… 
 
Wade n’a pas l’air de penser à son destin de mortel et il a bien peu de considération pour la mort des autres. Lors du deuxième anniversaire célébrant la tragédie du bateau Le Joola qui a coûté la vie a des centaines de Sénégalais, il était absent, trop occupé quelque part dans le monde à recevoir une distinction honorifique quelconque, bien plus pour ce qu’il représentait que pour ce qu’il a fait. Plus récemment, quand l’entêtement d’un seul homme, prisonnier de sa vanité, et la contestation de son coup d’Etat constitutionnel par la rue ont fait 5 morts, il a qualifié cela avec un cynisme bien à lui, de «brise légère qui souffle sur le Sénégal»…  
 
Cet homme, qui n’hésite pas à prendre des libertés avec la vérité, n’a jamais eu peur de jouer avec le feu ; même s’il ne fut pas, autant qu’il aime à le proclamer, en première ligne lors des années de braise de la contestation. C’est lui qui, entre les deux tours de l’élection 2000 en a appelé à l’Armée -fait gravissime dans le contexte africain- si Abdou Diouf lui volait sa victoire. Plus récemment, faisant fi de toutes les instances continentales, il est parti en solitaire en Lybie pour demander à Kadhafi de quitter «sagement» le pouvoir… 
 
Gageons que, malgré sa mémoire défaillante, il saura s’en souvenir…  
Voilà comment le Sénégal a reculé pour entrer dans le 21e siècle… Et il y a, hélas, trois fois hélas, peu de chance que cette dixième élection présidentielle depuis l’Indépendance ne renverse le mouvement parce qu’il semble bien que les dés en soient pipés d’avance. Cet homme n’est pas du genre à se présenter à une élection pour la perdre. Très fier Docteur en Mathématiques appliquées à l’économie, le «Maître» entend faire parler les chiffres à sa façon. Un dispositif subtil de fraude massive est déjà en marche dans la distribution des cartes électorales pour garantir que le «Maître» ne soit pas contredit. Il n’a jamais supporté cela ! 
Boubacar DIALLO - Bruxelles 
Sénégal : la situation se dégrade à une semaine de la présidentielle 
R.F.I 
A sept jours du premier tour de la présidentielle au Sénégal, la mobilisation d'une partie de la rue contre la candidature du président Wade ne faiblit pas. Des manifestants ont de nouveau dressé à Dakar des barricades, brûlé pneus et poubelles, et affronté la police anti-émeutes. Des heurts qui ont fait au moins une dizaine de blessés. Par ailleurs, un jeune est mort après avoir été blessé vendredi soir à Kaolack, au centre-ouest ; lors de la manifestation organisée pour protester contre ce qui a été perçu comme «la profanation» d'une mosquée de Dakar par la police. 
A une semaine du scrutin, le climat reste plus ou moins tendu dans la capitale, où le Mouvement du 23-Juin continue d’appeler à manifester contre la candidature d’Abdoulaye Wade. Le M23 a franchi un pas dans ses actions, en déplaçant ses rassemblements au Plateau, au centre-ville de la capitale, où le préfet a interdit toute manifestation. 
Le ton est monté d’un cran en fin de semaine, lorsque des policiers ont lancé une bombe lacrymogène dans une mosquée de la confrérie Tidiane, provoquant la colère des habitants de Tivaouane, ainsi que plusieurs soulèvements spontanés à Kaolack, où un manifestant a succombé à ses blessures. 
Ce samedi, le ministre de l’Intérieur en personne s’est rendu à Tivaouane afin de calmer les esprits. Il a rencontré le khalife général de la confrérie Tidiane, qui a appelé au « calme et à la sérénité ». 
Dans le même temps, on enregistre une série d’arrestations. Treize jeunes du mouvement « Y en a marre » sont en garde à vue, et sept autres devront comparaître mardi au tribunal, pour avoir participé à des manifestations non autorisées par le préfet de Dakar. 
 
C'est dans ce contexte que plusieurs organisations de défense des droits de l'homme ont appelé les autorités sénégalaises à « cesser immédiatement la répression en cours». Parmi ces ONG, la Fédération internationale des Ligues des droits de l'homme, dénonce «des dizaines d'arrestations» depuis la fin du mois de janvier. Florent Geel, chargé de l'Afrique à la FIDH est inquiet. 
Sénégal : la police disperse une manifestation interdite du M23 contre le président Wade 
Une manifestation de l'opposition sénégalaise a été dispersée à Dakar le 17 février par la police. Une manifestation qui était interdite. La police a bouclé la place de l'Indépendance, près du palais présidentiel, et a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser les protestataires qui manifestaient depuis quatre jours consécutifs. Les opposants contestent toujours la candidature du président sortant Abdoulaye Wade pour l'élection du 26 février prochain. Parmi eux, le chanteur Youssou N'Dour et Cheikh Bamba Dièye, un candidat à la présidentielle qui a été brièvement interpellé. 
La place de l'Indépendance a été complètement verrouillée dans l'après-midi du 17 février 2012 par les forces anti-émeutes. Aucun groupe n'a pu y accéder. Les leaders du M23 (le Mouvement du 23 juin) ont eux aussi été stoppés, comme Cheikh Bamba Dieye, l'un des candidats à la présidentielle, qui a été brièvement arrêté. C'est donc dans les rues environnantes, puis dans une partie du quartier du Plateau que la confrontation entre jeunes et policiers anti-émeutes s'est installée. 
Le sol a très vite été jonché de pierres, tandis que la police tentait de repousser les manifestants à l'aide de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc. « Il ne faut pas reculer » lançait un jeune à ses amis réfugiés dans l'entrée d'une maison près du marché Sandaga, « il faut leur barrer la route ». 
En fin d’après-midi, des gaz lacrymogènes ont été envoyés dans la zaouiya -la mosquée- El Hadj Malick Sy du plateau. L’air y est devenu irrespirable. Les fidèles se sont alors installés sur la chaussée, à quelques mètres de manifestants restés près d'un brasier. La police a tiré d’autres bombes lacrymogènes, dispersant de manière indifférenciée manifestants et croyants. La nouvelle a provoqué une vive émotion au Sénégal et des manifestations ont éclaté à Tivaouane, l'une des villes saintes de la confrérie Tidjane. Certains croyants ont crié à la profanation. 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 19.02.2012
- Déjà 5417 visites sur ce site!