ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

les signes avant-coureurs

Lettre ouverte au président de la République 
 
 
L’urgence et l’exigence de l’heure commandent à toutes les forces vives de la Nation de se lever pour endiguer les flots de violence qui tentent de dévaster le pays. En ces moments, se taire revient à apposer sa signature sur l’entreprise de destruction du pays. C’est pour cette raison, Excellence que je vous demande de me permettre de vous dire qu’il ne se trouve pas un seul Sénégalais qui éprouve un sentiment de fierté en abordant l’état de délabrement avancé de la démocratie, de l’économie, de la culture, de la santé et de l’agriculture de son pays. Et pourtant, il y a peu de temps, ce pays était réputé pour l’excellence de sa démocratie, la solidité de ses institutions, l’assainissement de son économie, la clarté de sa culture et la grandeur de sa classe politique, républicaine jusqu’au bout des doigts. Autant dire que les citoyens vous ont donné, en 2000, un pays en bon état, aujourd’hui vous en avez fait une ‘démocratie bananière’. 
Il est certes vrai que ce pays a traversé des crises politiques profondes, mais à chaque fois, les acteurs politiques et les intermédiations sociales se sont levés, en un élan solidaire et patriotique, pour apporter une solution à la pathologie sociale. En 1962, en 1963, en 1968, en 1972, en 1980, en 1988 et en 1993, des hommes et des femmes se sont donné le mot d’ordre de préserver leur pays du chaos, et ils ont réussi. C’est pour vous dire, Excellence, qu’à chaque fois qu’une crise s’est installée dans ce pays, le chef de l’Etat de l’époque adoptait la posture du berger de la paix et de la sécurité. Léopold Sédar Senghor et Abdou Diouf ont traversé l’histoire politique de ce pays en veillant sur la paix et sur la sécurité des biens et des personnes, même s’il y a beaucoup de choses à dire quant à la façon dont la démocratie était gérée en ces temps-là, je vous le concède, vous qui avez fréquenté les prisons pour avoir manifesté un désir ardent de promouvoir une politique respectueuse des droits humains. Mais les citoyens veulent que l’histoire soit un fleuve qui charrie le bien et qui se déleste de ses éléments négatifs. Voilà, Monsieur le président de la République, toute la philosophie de votre élection en 2000 et de votre réélection, contestée à juste raison, en 2007. 
Les citoyens voulaient un coup de force progressif sur la démocratie, sur les institutions et sur la fracture sociale ponctuée par un fort taux de chômage des jeunes et des femmes, une paupérisation dramatique des couches intermédiaires, une difficulté d’accès aux soins de santé de base, un système éducatif délabré, une agriculture et un élevage plongés dans les limbes de l’amateurisme, une politique énergétique inefficace et une inondation chronique des zones peuplées. Vous aviez donné l’assurance et la garantie, en 2000, de vous pencher prioritairement sur ces fléaux qui déstructuraient le tissu socio-politique. Mais, une fois élu à la tête de ce pays, vous avez rangé dans les oubliettes les aspirations du peuple pour dérouler votre propre scénario, qui ne flatte que votre ego démesuré. Vous avez privilégié les dépenses de prestige (Fesman, Monument de la renaissance africaine, avion de commandement, musées, etc.) et la construction de routes, de ponts et de ‘tunnels’, qui aurait pu attendre que les citoyens mangent à leur faim, que les élèves aillent à l’école, que les jeunes travaillent et que les citoyens se soignent. Les routes, ponts et tunnels ont enrichi honteusement tout un clan niché autour de vous. Au Maroc et en Tunisie, le kilomètre de bitume coûte entre un milliard deux cents millions et un milliard cinq cents millions. Dans ce pays, le coût est plus élevé si l’on en croit les experts. 
Monsieur le président de la République, les prix de l’essence et du gasoil connaissent des hausses vertigineuses que rien ne justifie. Le Mali voisin, qui s’approvisionne chez vous, vend moins cher le litre d’essence et celui du gasoil. Malgré les six cents milliards de F Cfa que vous avez alloués au plan Takkal, les populations sont constamment dans le noir. Malgré le budget de deux cents milliards de F Cfa du super-ministère de votre fils, rien ne marche dans ce pays. Les denrées de première nécessité sont devenues la hantise des pères de familles dont le salaire ne couvre plus une semaine de vie normale. Hélas, Monsieur le président de la République, vous n’en avez cure et continuez allégrement dans votre entreprise malheureuse de destruction de ce pays qui vous a tout donné. Monsieur le président de la République, les citoyens s’attendaient, depuis mars 2000, à la grande bataille contre la paupérisation des couches démunies et au combat titanesque pour l’éclosion d’Institutions républicaines dignes de ce nom. Vous avez laissé cette couche sociale orpheline et affaibli les Institutions de la République en les travestissant. 
Aujourd’hui, les Sénégalais sont fatigués, les écoles sont paralysées par des grèves cycliques, les hôpitaux sont désertés à cause d’un manque criard de moyens curatifs, les justiciables se sont détournés du pouvoir judiciaire vassalisé par l’Exécutif, les citoyens, désillusionnés, vivent en direct l’avachissement du service public, transformé par vos sbires en un quartier général du Pds. Les morts hantent le sommeil des citoyens. Les ‘calots bleus’, intégrés dans le corps de la police nationale, ont eu la vie d’un jeune étudiant répondant au nom de Mamadou Diop. Il avait trente-deux ans, était marié et père de deux enfants. Ses parents et sa femme pleurent devant ses enfants qui constatent que leur papa ne rentrera plus jamais à la maison pour leur raconter des histoires joyeuses. Les balles réelles tirées par les ‘calots bleus’ ont blessé un petit-fils de Mame Maodo Sy et de Seydina Aboubacar Sy, les vénérables de Tivaouane. Une cinquantaine de blessés peuplent les salles des hôpitaux de Dakar. A Podor, trois personnes, qui vaquaient à leurs occupations, sont fauchées par des balles perdues. Une bavure, dit-on encore. Excellence, permettez-moi, par décence, d’arrêter la longue et macabre liste qui jonche votre parcours depuis un certain 20 mars 2000. 
Excellence, votre choix délibéré de conserver une fonction managériale dans votre formation politique et l’irruption de votre fils dans l’espace étatique ont administré un singulier camouflet à la République. La chose publique devient familiale. La généalogie remplace la citoyenneté. Il est difficile, voire impossible, d’être juge et partie. Et pourtant, tout au long de votre parcours politique, en tant qu’opposant, vous n’aviez cessé de dénoncer cette clause de la Constitution de 1963 et vos prédécesseurs n’ont jamais osé hisser leurs fils à des niveaux de responsabilité étatique. Mais, coup de tonnerre dans le ciel de la démocratie sénégalaise, la Constitution de janvier 2001 reconduit la même clause. Dubitatifs et désorientés, les citoyens se posent des questions tout en espérant que le Rubicon ne sera jamais franchi. 
Autre point nodal, vous passez outre les points centraux contenus dans le document de la Ca 2000 et fustigez le régime parlementaire qualifié, par vos soins, de facteur d’instabilité. Vous préférez l’hyper-présidentialisme qui répond plus à votre tempérament. Il vous faut tout contrôler et tout régenter. Les citoyens l’apprennent à leurs frais. Votre fils, qui est votre conseiller spécial, trône à la tête d’une agence dotée d’un budget faramineux. Et personne n’a le droit de fouiller dans les affaires financières de votre fils. Macky Sall l’apprendra à ses dépens. Il est déchu de la Primature et du perchoir et intègre l’opposition. Idrissa Seck, un de vos fils ‘putatifs’, parle alors de ‘maturation du fils biologique’. Vous le limogez de son poste de Premier ministre et l’envoyez en prison. Désormais la vie politique s’articule autour de votre fils et sa volonté de devenir président de la République après vous ne souffre d’aucune ambigüité. 
Le pays retient son souffle car il pensait être dans la démocratie et voilà qu’on lui sert une monarchie. Comme vous, votre fils s’accapare de tous les leviers de l’Etat et du gouvernement. Jamais un fils de président de la République n’a eu autant de pouvoirs entre ses mains. Conséquence de ce fait, le peu de crédibilité qui vous restait s’est évaporé. Seize fois de suite, vous tripatouillez la Constitution pour régler un problème politique anodin. Le peuple se cristallise et la société civile entre dans la danse pour sonner la fin des impunités. Aujourd’hui, le pays est au bord du chaos et vous seul détenez la clef de la résolution. Il suffit tout simplement que vous vous retiriez de la course électorale pour que ce pays respire la joie. La Constitution de 2001 n’offre que deux mandats. Vous l’avez conçue et vous en êtes le gardien. L’exercice herméneutique, à coût de milliards de F Cfa, ne peut vous donner raison. 
La raison judiciaire est à chercher dans l’article 108 et permettez-moi Excellence de le citer : ‘La Constitution adoptée entre en vigueur à compter du jour de sa promulgation par le Président de la République. Cette promulgation doit intervenir dans les huit jours suivants la proclamation du résultat du référendum par le Conseil constitutionnel.’ De cette clause a résulté, dans un premier temps, la suppression du Sénat et du Conseil économique et social, la dissolution de l’Assemblée nationale et l’organisation d’élections législatives en 2001.La dernière étant faite en 1998 pour un mandat de cinq ans, faites le calcul.Excellence, selon vos exégètes, l’article 108 a une application discriminatoire. Quel dommage pour un juriste de votre tempe.Excellence, permettez-moi de mettre un terme momentané à cette lettre tout en vous souhaitant une bonne compréhension de ce qui fait le bonheur d’un peuple qui vous a tout donné. Merci d’avance. 
Abdoulaye SEYE, Journaliste 
Seule la cohésion nationale pourra sauver l’Ecole sénégalaise 
 
 
Qu’Allah, le Très Miséricordieux le Tout Miséricordieux, dans son infinie bonté épargne notre cher Sénégal d’une année blanche avec ses lourdes conséquences sur le destin de ce que nous avons de plus cher : notre jeunesse. 
Nous en avons les signes avant-coureurs, avec cette violence aveugle, sans nom, qui s’installe solidement, et se pérennise à l’Université Cheikh Anta Diop. Tous les ordres d’enseignements sont dans le combat. Le ton se durcit. La radicalisation explique cette inquiétude au paroxysme qui trouble le sommeil des familles. 
Cette situation dramatique, - déplorons le, tous, vivement, - inquiète, à plus d’un titre, les parents d’élèves, concerne toutes les couches de la Nation, sans exclusive, mais aussi et surtout les partis politiques, les organisations syndicales, les leaders politiques (pouvoir et opposition), la Société civile, les Mouvements citoyens, les chefs religieux et Autorités coutumières, le Patronat, la liste est loin d’être exhaustive. L’heure est à la solidarité et le devoir nous commande d’agir, ensemble et vite, avant qu’il ne soit trop tard. 
Face à ce ‘cancer’ (la crise scolaire et universitaire), notre responsabilité est collective. Ici, et à notre humble avis, le rôle des partis politiques est essentiel pour un règlement consensuel de ce problème complexe. La Politique, rappelle le président François Mitterrand ‘n’est pas une question d’humeur’. 
De la brillante conférence du Professeur Raymond Barre, ancien Premier ministre de la République française (1976 -1978) (le Pouvoir des Partis), ce paragraphe que nous en avons extrait se passe de commentaires. ‘Quoi que l’on puisse dire de leurs travers ou de leurs défauts, les partis politiques constituent un élément fondamental de la démocratie pluraliste. Ils sont les intermédiaires nécessaires entre le Pouvoir et les citoyens. Ils sont des organes d’encadrement, des courroies de transmission, des garants de la liberté. Le pouvoir des partis dans l’exercice de ce rôle est utile et bénéfique à la vie démocratique de la Nation’. 
N’est-ce pas l’heureuse, inestimable et salutaire occasion pour tous, mûs par le seul intérêt de la Nation, d’engager un dialogue fécond, vecteur de paix et d’équilibre, seule voie, nous semble-t-il, pour sauver l’Ecole sénégalaise en général, et l’Université, en réel danger ? 
Du reste, - reconnaissons-le, et soulignons-le, avec force, - tous les acteurs politiques nourrissent les mêmes desseins pour faire du Sénégal un pays émergent même s’ils empruntent des voies divergentes pour atteindre ces nobles objectifs. 
Plus jamais cela : ces scènes effroyables, ces échauffourées, ce tableau sombre sur l’Avenue cheikh Anta Diop ou sur le campus avec leurs ramifications dans les collèges et lycées du pays. 
Tous ceux et toutes celles qui sont concernés par l’Education, administrateurs comme administrés, employeurs comme employés - ont à examiner lucidement, sereinement, sans arrière-pensée les problèmes multiples que nous avons à résoudre. 
La confrontation est stérile si elle débouche sur l’affrontement. La Paix sociale n’a pas de prix et le dialogue aux solides vertus est à privilégier, à consolider et à pérenniser. Approprions-nous cette vérité et cette sage leçon ‘le bouclier c’est la Paix, et l’arme le dialogue’. 
Point de vainqueurs ni de vaincus, c’est tout le corps social qui est interpellé, sommé de trouver, ensemble, la meilleure solution possible. Cette analyse, implicite ou explicite de la situation de l’Education dans notre pays, ce compendium, nous l’espérons, seront des éléments utiles au chef de l’Etat pour la Bonne Gouvernance. 
Nos compatriotes, aimables lecteurs constateront que nous avons, à dessein, fait abstraction dans cette contribution du volet sensible des négociations entre gouvernement et enseignants et leur niveau d’exécution. Notre propos était simplement de tirer la sonnette d’alarme face à ce danger qui nous guette tous, à travers nos enfants. Aucun gouvernement, c’est notre intime conviction, ne saurait gouverner contre sa jeunesse à qui, il doit protection contre les forces du mal, les conflits idéologiques susceptibles de compromettre son avenir. 
Le gouvernement et les enseignants-enseignés, représentants des organisations syndicales sont d’une même Nation, construisent la même Nation. Ils peuvent avoir des vues divergentes mais ne devraient point demeurer des adversaires irréductibles. C’est la claire conscience de cet esprit qui, nous le souhaitons, placera les questions cruciales de l’Education dans leur véritable contexte et sera un catalyseur de succès futurs. 
Face à l’école sénégalaise secouée par une crise profonde, implorons tous, par nos ferventes prières, dans un même élan dans l’humilité, l’union des cœurs et des esprits, Allah le Tout-Puissant afin que s’instaure une paix durable dans nos Universités, nos collèges et lycées, que l’année 2012 se déroule sur des eaux calmes, au grand bonheur de notre jeunesse à qui appartient la relève pour un Sénégal émergent, occupant la place privilégiée qui lui revient dans le concert des Nations. Cette rencontre, autour d’une table pour sauver l’année universitaire est un impératif catégorique. La dynamique, patriotique et vigilante fédération nationale des associations des parents d’élèves, bouclier et rempart de l’Ecole sénégalaise en connaît parfaitement l’importance, la dimension et le caractère sérieux. Aussi, le président Bakary Badiane et sa vaillante équipe prendront-ils en charge et sans délai ce dossier brûlant et sensible pour réussir, avec l’aide de Dieu, devant l’histoire, cette mission cruciale mais difficile, dans l’intérêt supérieur de la Nation (Allah soit exalté). 
Comme le dit si bien, notre bien aimé poète-président, l’académicien Léopold Sédar Senghor, dans notre hymne national : ‘Soleil sur nos terreurs ! Soleil notre Espoir’. 
Cheikh Abdoulaye DIENG 
 
La défiance politique est légitime - Obéir n’a de sens que lorsque le commandement est juste 
 
Le M23 pose aujourd’hui devant l’opinion une question d’importance. Est-il légitime de défier le pouvoir politique ? Cette question est souvent répétée en redondance dans les déclarations des supporteurs du pouvoir actuel et dans certaines prédictions qui prêchent, en toute bonne foi, pour la paix. 
Cette question m’entraine à me poser la question de savoir quel est le rapport entre la déviance constitutionnelle et la défiance politique ? Est-ce que c’est la défiance qui menace la paix ? Qu’en est-il de la déviance qui a engendré cette défiance ? 
 
La question de la défiance politique ne peut être analysée dans l’ignorance de la déviance constitutionnelle qui l’a engendrée. Car, depuis toujours, la résistance civile, pour parler comme ( Jacques semelin, chercheur Ceri, sciences po, Paris) a été une arme des élites et des populations devant les iniquités des pouvoirs politiques et la forfaiture. Les exemples peuvent être trouvés dans différents endroits du monde et à différentes époques : aux Etats-Unis avec Martin Luther King et le Mouvement pour les droits civiques, en Inde avec Ghandi, en Afrique du Sud, avec Mandela, en Tunisie, en Egypte, tout récemment et en Syrie actuellement. Auparavant dans les années 90, le mouvement Solidarnosc dirigé par Lech Valessa et tout le printemps des pays de l’Est sont des illustrations. 
 
L’observation de ces cas nous montre que ce sont des mouvements de défiance politique et de résistance civile qui résultent d’une tentative d’asservissement du citoyen par la manipulation de la constitution, la mise sous ordre de l’appareil judiciaire et l’instrumentalisation du législatif. A ce niveau, on remarque qu’il y a deux façons d’asservir les citoyens : un asservissement qui consiste à entretenir la peur par les armes et la violence policière, la torture, l’assassinat et la disparition, d’une part et d’autre part, un asservissement civil par le vote de lois injustes et la subordination des institutions de la République. Ce second type est plus subtil et plus pernicieux car il permet d’invoquer le respect des institutions et de paraitre être victime de conspiration d’opposants qui ne "veulent pas respecter l’injonction de la loi". Cependant aussi subtil soit-il, il n’en demeure pas moins être un asservissement qui justifie une résistance civile et pacifique mais déterminée. Comme disait Martin Luther King, dans la lettre de Birmingham, à force d’attendre, on risque de ne jamais y arriver, par conséquent, la désobéissance civile devient justifiée face à une loi injuste, mieux « chacun a la responsabilité morale de désobéir aux lois injustes". Et Martin Luther King de poursuivre, "J’abonderais dans le sens de saint Augustin pour qui « une loi injuste n’est pas une loi » ’’. 
 
Or, la défiance politique et la résistance civile posent problème aux déviants car ils n’ont pas de réponses appropriées. Une répression devant une résistance pacifique fait tomber le masque. Par conséquent, les tenants de la déviance, pour justifier leurs forfaitures et jeter le discrédit sur les ’’résistants’’ alléguent des risques de chaos, de menace de fitna, de préparatifs à ’’brûler’’ le pays. Ils s’empressent d’envahir les média sous leur contrôle, et de manipuler les médiateurs potentiels et régulateurs que sont les chefs religieux et coutumiers. C’est que les deviants ne sont à l’aise que dans la répression, dans l’utilisation de la violence. Ils la provoquent, ils la créent pour nourrir leurs ambitions par l’installation d’un environnement de peur et d’angoisse. 
 
Mais où est la mémoire des déviants ? On sait que dans les trente dernières années, des hommes politiques ont décliné, à la place de l’obélisque, un discours appelant à la résistance politique et à la riposte violente face aux forces de l’ordre. Les mêmes personnes ont changé de posture, la seule différence c’est que les citoyens d’aujourd’hui ont une culture politique différente, une option ferme pour la non violence, même s’ils restent déterminés dans la résistance civile. 
 
Obéir n’a de sens que lorsque le commandement est juste 
 
Lorsque les dirigeants d’un pays foulent au pied les régles les plus fondamentales du contrat social, il devient légitime de "protester" et de ne plus obéir à l’autorité. Car l’obéissance à l’autorité est tributaire du respect des termes du contrat. L’obéissance est différente de la soumission servile ; l’obéissance est le respect volontaire des normes qu’on s’est choisies et des commandements moraux y résultant. Lorsqu’on s’en éloigne, les actes deviennent illégitimes même si elles sont enveloppées d’un formalisme accessoire. 
 
Or, en violant les termes de la constitution, par une candidature à un 3e mandat, le Président de la république rompt unilatéralement les termes du contrat qui le liait au peuple. Son autorité, qui était légitime, devient de l’autoritarisme, ce qui est illégitime. Pour que le pouvoir soit légitimé par une autorité reconnue et respectée, il est nécessaire que ses bases soient celles d’un consensus. Ce qui signifie que tout changement dans les termes du contrat suivent le même cheminement par lequel il avait été scellé. Sinon, la violation du contrat entraine la perte de légitimité et de ce fait, la défiance politique est non pas seulement légitime, mais elle est nécessaire. 
 
La défiance du M23 entre dans ce cadre de manifestation 
 
d’indignation devant le non respect des institutions et la violation de la constitution. Cette défiance politique est une réponse pacifique, organisée et déterminée à préserver le Sénégal des lendemains qu’ont connus toutes les dévaiances politiques. Car, à force de laisser faire, de se résigner, à force de préférer l’ordre à la justice, on est arrivé, ailleurs à des situations explosives et la défiance est devenue une révolte, voire une révolution. C’est donc salutaire qu’au Sénégal, les populations aient eu trés tôt cette capacité d’indignation et cette volonté farouche de faire face à la déviance politique par une défiance tout aussi politique avant que la déviance ne devienne tyrannie et n’engendre la révolte ou la révolution sans autre âme que la destruction des symboles du pouvoir. 
 
Ceux et celles qui ne comprennent pas ce mouvement dans son essence, dans ses objectifs et ses stratégies, sont abusés par la désinformation des "déviants" qui traduisent toute défiance par la "fitna" et le ’’chaos’’. Je crois que c’est plutôt un préventif à la ’’fitna’’ qu’il faut saluer, soutenir afin que la déviance soit corrigée et que les choses reviennent à leurs justes normes : le respect de la constitution que le peuple s’est librement choisie. Je partage la conviction de Martin Luther King quand il disait, toujours au fond de sa geôle de Birmingham : " il est immoral de demander à un individu qu’il renonce à s’efforcer d’obtenir ses droits constitutionnels fondamentaux sous prétexte que sa quête précipite la violence" 
 
La résistance civile est une réponse conforme aux enseignements de nos religions. 
 
La mobilisation du M23 démontre que dans la dialectique de l’ordre et de la loi, il y a des moments où c’est la vertu de la loi qui détermine l’obéissance ou la dénonciation. Quelle que soit l’incantation ’’force restera à la loi’’, la qualité morale de la loi est facteur d’appréciation pour ’’respecter’’ la loi ou la ’’défier’’ dans le but de sa réforme. 
 
Si les ’’autorités’’, ainsi dénommées à cause de l’autorité que leur confère le peuple, en arrivent à être autoritaires, inutile de convoquer la ’’force de la loi’’. Car l’autorité que confère la légitimité prime sur la force de la loi inique. Que nous enseigne le printemps arabe ? Que nous enseigne cette défiance politique, avec des moyens pacifiques, devant la ’’force de la loi’’ qui ne jouissait plus de l’autorité que confère la légitimité ? Ce que cela nous enseigne, c’est que la légitimité est dans le respect de la justice et de l’équité pas forcement dans le respect de la loi. S’il en était autrement, Hitler et sa doctrine seraient légitimes, Peter Botha et son idéologie raciste le seraient aussi. Je rappelle que tous les prophètes ont défié, avec leurs peuples, les gouvernants injustes. Ils ont désobéi à des lois injustes et ont bravé la ’’force’’ de ces lois, avec des moyens de persuasion et de mobilisation pacifiques, à force de foi et d’amour, pour parler comme A. Ndiaga Sylla. Le M23, dans sa mobilisation contre des démarches monarchiques et contre la violation des termes de notre contrat social a prouvé que ce que le Prophète a enseigné, pour réformer les deviances génératrices de mal, a été bien compris. ’’Que celui qui, parmi vous, est témoin d’un mal le réforme par l’action, s’il en est incapable, qu’il le réforme par la parole, sinon par l’indignation intime, et cela est le plus faible degré de foi" a-t-il dit. Qui alors, pourrait réfuter le droit, le devoir j’allais dire, pour les sénégalais et les sénégalaises, conscients des dangers encourus par notre pays, dans la candidature anticonstitutionnelle du Président de la République ? Qui pourrait, raisonnablement, lui ôter cette responsabilité d’avertir, afin que nul n’en ignore, sur le danger qui consiste à violer le contrat social et à installer une dynastie en république, à s’indigner et à se mobiliser ? 
 
Devant, la déviance par rapport à la justice et à la vérité, la défiance est une obéissance à l’ordre d’Allah. C’est le Coran qui dit : ’’ Ô les croyants ! Observez strictement la justice et soyez des témoins (véridiques) comme Allah l’ordonne, fût-ce contre vous-mêmes, contre vos père et mère ou proches parents. Qu’il s’agisse d’un riche ou d’un besogneux, Allah a priorité sur eux deux. Ne suivez donc pas les passions, afin de ne pas dévier de la justice. Si vous portez un faux témoignage ou si vous le refusez, [sachez qu’] Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites.’’ - sourate les Femmes, verset 135. 
 
En 2000, un immense espoir avait fédéré les énergies autour de promesses de bonne gouvernance, de principes de gouvernement démocratiques et vertueux. Les citoyens, dans la bonne foi, y avaient cru. Ils ne se doutaient pas qu’un jour celui sur qui les espoirs s’étaient cristallisés allait apprendre aux uns et aux autres que les ’’promesses n’engagent que ceux qui y croient’’. 
 
Et voila qu’en 2012, après avoir déclaré urbi et orbi l’impossibilité, en droit, d’être à nouveau candidat, celui-là vient encore se dédire et violer la constitution pour simplement imposer, à 86 ans, une dévolution monarchique du pouvoir qu’on lui a confié. 
 
Dans une situation pareille, les citoyens ont raison de choisir la justice et d’adopter une attitude résolue de défiance politique et de résistance civile. Les principes de droits humains l’autorisent, la raison le dicte et la religion y invite. 
’’Que la paix soit avec quiconque suit la droiture’’ - Sourate Taha, verset 47. 
 
Abdoul Aziz KEBE 
Enseignant-chercheur 
Chef du Département d’Arabe FLSH-UCAD 
 
 
 
Senghoriens, senghoristes et senghorisants… 
 
Si Senghor pouvait voir ça… Onze ans après sa mort, son triomphe est absolu : quatorze candidats à la présidentielle, dont les principales têtes de file sont ses petits. A ma droite, les senghoriens, au milieu les senghoristes et en bout de table les senghorisants. 
 
Figure de proue de la tribu senghorienne, aussi bizarre que cela puisse paraître, Abdoulaye Wade. Son titre de gloire ? «Ndiombor», sobriquet que lui affuble non sans malice le poète président, co-auteur de l’histoire de «Leuk-le-lièvre». Pour le sopiste qui s’ignore encore, c’est le signal de départ d’une carrière d’opposant inespérée, par la reconnaissance d’un adversaire mythique. Abdoulaye Wade peine alors à se faire une place d’opposant entre Majmouth Diop, le martyr du Parti africain de l’Indépendance, Mamadou Dia, le premier chef de gouvernement dont quelques nostalgiques ne se consolent toujours pas, et Cheikh Anta Diop, le Pharaon du savoir. Dans les bicoques des Sénégalais modestes, au milieu des fortes têtes de la politique, Abdoulaye Wade devient l’imam de la roublardise… Au «Pays du Dialogue» que les «Gnaks» considèrent comme la terre sainte de l’esbroufe, paradoxalement, ça vous ramène de l’électeur ! 
 
En ce temps-là, s’il y a une icône de la ruse, de l’habileté politique, c’est bien …Senghor. Le Sérère catholique, sujet français, qui, par on ne sait par quel tour de passe-passe, fait tomber le légendaire Lamine Coura Guèye, son ancien mentor, Wolof et musulman, citoyen français, député-maire de Saint-Louis, ministre de la vieille France… du lourd véritable, pour tout dire, que Léopold Sédar Senghor a su mettre au placard par on ne sait quelle magie. De la même sorte, coup de poker ou de baguette magique selon le cas, il se débarrassera de tous ceux qui lui feront de l’ombre. 
 
Wade, le fils illégitime et prodigue du Senghorisme, en fera son viatique jusqu’au 19 mars 2000. Coups de bluff, pokers menteurs ou tours de passe-passe, sa palette est impressionnante. Une école qui a ses adeptes, au premier rang desquels Djibo Kâ, Idrissa Seck et Macky Sall se distinguent particulièrement. Quoi qu’on en pense, c’est du Senghor pur jus… 
 
Dans un autre registre, tête de file de la cohorte senghoriste, Moustapha Niasse. Signe particulier : il n’a pas la prétention d’égaler le maître. Mais sous son front dégarni, rien ne peut l’empêcher de croire qu’il en est l’héritier légitime. Son indéfectible fidélité au maître est de notoriété publique. Les vieux débris survivants de l’ère senghorienne, Robert Sagna, Mamadou Diop, etc. ses pairs, le lui reconnaissent : il est leur bouée de sauvetage. S’il n’en reste qu’un, il est celui-là, dirait le poète… Moustapha Niasse parachève l’œuvre du maître en phagocytant tout ce qui s’est opposé au senghorisme : les débris du Rnd de Cheikh Anta Diop, sous la férule de Madior Diouf, les anciens du Pai, du style Bathily et Amath Dansokho, les derniers diaistes du Msu derrière Massène Niang. Ils sont les rescapés de la vieille école politicienne qui a fait ses gammes en 1968, à coups d’idéologies désuètes et de reniements définitifs. 
 
Enfin, le troupeau des senghorisants, qui sont entrés en politique à reculons, par les portes dérobées de l’administration, auxquels Abdou Diouf a ouvert la voie. Ousmane Tanor Dieng est leur bélier, derrière lequel se bousculent Ibrahima Fall, de retour de ses pérégrinations, Djibril Ngom. Ils en ont gardé le sérieux condescendant de l’administrateur colonial, l’obsession de l’opinion internationale et la rigidité du rouage administratif allergique à la démagogie facile. Et c’est encore du petit de Senghor… 
 
Ibou Fall 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 10.02.2012
- Déjà 5417 visites sur ce site!