ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Dakar reste sous tension

Jeu de pouvoir 
 
 
A l’heure où certains pays très pauvres et ceux en développement voient le bout du tunnel, à la faveur de politiques de développement savamment mises en œuvre et sources de croissance économique soutenue et enviable, tragiquement, au Sénégal la paix et la gouvernance démocratique sont à la merci de flambeurs et fêtards incorrigibles taillés dans le granite de la pire race des démolisseurs. Quel cynisme délirant de gens incapable de grands gestes et dont l’incompétence et l’inconvenance sont sans limites ! Fossoyeurs de la démocratie, sans scrupules, assimilables à des vautours, travaillant avec acharnement, au mépris des valeurs à leur projet dévalorisant de dévolution monarchique du pouvoir. Par une cruelle ironie de l’histoire, jadis le premier de la classe en démocratie devient honteusement le dernier.  
Le pouvoir absolu a bel et bien un prix à leurs yeux au regard des innombrables délices et merveilles qu’il dévoile, avec un train de vie somptuaire qui contraste indécemment avec la précarité dans laquelle s’enlise le peuple. Incapables d’actes nobles, Ils jouent allègrement avec notre sort dans leurs somptueux bureaux et maisons, alors qu’à côté des morts et des blessés tiennent pignon sur rue devant une vilaine et inopportune répression qui, du reste, ne fait qu’exacerber le mécontentement. Les merveilles éphémères du pouvoir en valent-elles cette chandelle ? Certainement oui pour eux. Car « certains iraient en prison si nous perdons » disait un des leurs.  
A quoi joue ce dirigeant véreux, rêveur, à la prolixité foudroyante des campagnes électorales ? S’interroge un pauvre manifestant. Son ami frondeur, empreint de la gravité de l’heure répliqua sans détours qu’au pouvoir, les gens sont comme des mouches sur de la viande, friandes de matière, insoucieuse du préjudice qu’elles nous infligent lorsque cette hideuse bidoche traversera nos organes. Sur fond d’ironie il poursuit, affirmant que la différence entre ces mouches et nos « chers pouvoiristes » résident dans le fait que ces derniers, dotés de raison, déraisonnent gravement sans cesse car revenant résolument aux mêmes bêtises. Alors que ces pauvres animalcules, s’ils étaient avertis n’allaient pas retoucher, après maints coups de fouet, à la viande pour la salir.  
Cette métaphore de la politique à la sénégalaise met en évidence, dans toute sa laideur, l’ampleur de la gestion avide du pouvoir et l’indélicatesse avec laquelle les tenants méprisent le peuple en avilissant sa démocratie, au vu de leurs pratiques attentatoires à la paix, à la concorde, et par extension aux aspirations et intérêts des grass roots.  
 
Mamadou FAYE  
mafaye3@hotmail.com  
 
‘Candidats’ du M23 : les dessous d’un radicalisme suicidaire (Suite) 
Lors de cette table ronde réplique, fort médiatisée, et largement suivie au-delà de nos frontières, le propos d’un des animateurs, en l’occurrence l’éminent constitutionnaliste, le professeur Moustapha Sourang (ancien Doyen de la Faculté des Sciences juridiques, ancien Recteur de l'Université Cheikh Anta Diop et ancien Garde des Sceaux), battant en brèche les thèses des constitutionnalistes anti-Wade, avait particulièrement retenu l’attention de l’assistance. Il synthétisa admirablement ce débat politico-juridique : ‘Le droit d’éligibilité ne peut être dénié à personne. Dans la mesure où il existe une instance habilitée à trancher les éventuelles contestations (…) Il s’y ajoute qu’une parole privée, fut-elle celle d’un chef d’Etat, ne saurait avoir force de loi, pour s’imposer en dehors de tout principe de droit.’ Dans son sillage, l’ancien Procureur général de l’Etat de Géorgie (Usa), Thurber Barker, apporta un éclairage complémentaire : ‘Wade a été élu, pour la première fois, sur la base de la Constitution de 1963. Une loi constitutionnelle légifère pour le présent et pour le futur. Elle ne peut être que prospective et non rétrospective. Donc, son premier mandat, antérieur à la Constitution de 2001, ne saurait entrer en ligne de compte.’ 
Il est évident qu’il ne s’agissait là que d’avis de professionnels du Droit, livrant librement à l’opinion la religion qu’ils se font des textes à polémique (articles 27 et 104) de notre Loi fondamentale. Mais toujours est-il, qu’au même titre que leurs pairs ayant émis des avis différents, sur la même matière, ils méritent respect et considération. Et non ces jugements à l’emporte-pièce, saugrenus et inélégants, genre : ‘Les mercenaires de Wade ont validé sa candidature’ ! Et l’on daubait à satiété sur de respectables notoriétés scientifiques, simplement parce que leurs ‘attendus’ ne sont pas allés dans un certain sens souhaité ! 
Quand on s’enorgueillit d’être un démocrate, il faut s’évertuer à le traduire également en actes, en ayant surtout le culte de la tolérance en bandoulière ; en concédant à son vis-à-vis le droit de ne pas avoir le même point de vue que soi : ‘Je n'aime pas vos idées mais je me battrai pour que vous puissiez les exprimer’ (Voltaire). 
Cette confrontation de thèses juridiques aura au moins eu le mérite d’avoir permis à de larges franges de l’opinion, auxquelles on a paru un moment imposer des œillères, d’être acquises à l’idée qu’il y avait désormais ‘deux sons de cloche’, relativement à la candidature de Wade. Les travaux de ces spécialistes du Droit, invités par le pouvoir, auront effectivement réussi à briser cet unanimisme béat, qui avait germé de ce fameux forum des constitutionnalistes de l’opposition. Les émissions interactives, organisées à cette occasion par certaines stations Fm, en avaient témoigné largement. 
Ce n’est pas le candidat sortant qui a piégé l’opposition ! 
Il n’empêche que les velléités de pronunciamientos, théorisées, sans sourciller, par certains candidats, les aura insidieusement poussés à se faire plus péremptoires, s’ils ne versaient pas tout bonnement dans un inquiétant radicalisme, lors de diatribes acerbes contre le président-candidat. Et ce, jusqu’à la veille du dépôt des candidatures, auprès de la juridiction ad hoc : ‘Le Conseil constitutionnel ne peut prendre de décision autre que celle consistant à invalider la candidature de Wade’ ! Comment peut-on à la fois prétendre accorder du crédit à l’institution judiciaire, censée arbitrer les élections, au point d’avoir librement choisi d’y déposer son dossier de candidature, et en même temps chercher à la discréditer aux yeux de l’opinion, allant même jusqu’à proférer des menaces, à peine voilés, à son égard ? Et ce, avant même qu’elle n’eût entamé la moindre procédure ! Le comble, c’est qu’une fois la liste des compétiteurs officiellement arrêtée et rendue publique, dès l’instant qu’elle n’épousa pas certaines attentes, on a rué à nouveau dans les brancards, piétinant allégrement le sacro-saint principe de ‘l’autorité de la chose jugée’. Comment peut-on prétendre, urbi et orbi, avoir raison sur tout le monde, simplement parce qu’on a été déçu dans ses désidérata ! Au nom de quoi, l’interprétation qu’on prétend se faire de notre Loi fondamentale serait-elle meilleure et supérieure à toutes les autres? Pourquoi une exégèse unique et uniforme de cette loi devrait-elle faire force de loi, et être la seule digne de foi ? 
Dans ce fourvoiement étrange, on en est même arrivé à ‘oublier’ que l’on est qu’une (simple) partie prenante du jeu électoral, en serinant à l’opinion cette obsédante ritournelle, frisant parfois la paranoïa, voire le diktat : ‘Wade n’a pas le droit de participer à ces élections, parce que sa candidature est irrecevable.’ Qui l’a déclarée irrecevable ? ‘Le peuple, qui rejette sa candidature’. Quel peuple ? Celui de la Place de l’Obélisque ? Un peu de modestie, voyons ! Pour prétendre parler au nom du Peuple, ne faudrait-il pas d’abord sacrifier à un incontournable préalable : quérir et obtenir la majorité des suffrages de ses concitoyens ? Sinon il serait aisé, pour quiconque, de monter sur un tabouret, de haranguer les passants, en affirmant péremptoirement : ‘Untel ne doit pas être candidat’ ! Au nom de quoi ? Et à quel titre le proclame-t-on, alors qu’on est qu’un simple protagoniste du jeu, d’égale dignité avec tous les autres joueurs du match électoral ? Que deviendrait notre société si de telles bravades faisaient jurisprudence ? Dans quelle jungle plongerait-on notre Nation si n’importe quel quidam pouvait s’arroger le droit de prendre des décisions de justice, de se faire justice soi-même, ou de piétiner comme ça lui chante l’autorité de la chose jugée ; simplement parce qu’on a la dangereuse prétention d’avoir raison sur tout le monde ? 
Et, insidieusement, l’on s’emmêla les pinceaux dans des discours dogmatiques, incendiaires, intoxiquant à souhait de frêles esprits, provoquant de nombreux dommages collatéraux dans des consciences juvéniles, et réussissant même la prouesse de fanatiser certaines foules désœuvrées. Lesquelles, chauffées à blanc, sont jetées en pâture aux forces de sécurité, après qu’elles eussent inconsciemment bravé la Loi. 
Il est bien heureux que nombre d’observateurs, qui ont su se faire une lecture correcte des enjeux politiques de l’heure, aient réussi, avec toute l’objectivité requise, à démontrer que de larges franges de l’électorat semblent peu à peu reprendre l’initiative. En se ravisant de jour en jour, ces braves compatriotes, un moment abusés, semblent à présent reprendre leurs esprits. Se rendant peu à peu à l’évidence que ce regroupement hétéroclite (M23), au sein duquel ils s’activaient de bonne foi, et après lequel ils courraient, anarchiquement, sans se ménager, se révèle de plus en plus servir de paravent à certains candidats sans illusion, qui trouvent un malin plaisir à y bivouaquer, pratiquement depuis l’ouverture de la campagne, plutôt que d’aller courageusement conquérir l’électorat à la base. Cet électorat qui semble avoir définitivement compris que cette nébuleuse n’a, en fait, pas de candidat, et n’est pas candidat pour un sou ! 
Cet électorat, qui reprend peu à peu ses esprits, commence à prêter une oreille attentive à ces candidats (rebelles ?), qui font preuve de cohérence, en se détournant de l’activisme et de la violence entretenus dans les faubourgs, en allant hardiment disputer les suffrages des électeurs du Sénégal des profondeurs. Un de ces candidats rebelles semble avoir très tôt saisi l’importance de l’enjeu, en l’occurrence le leader de l’Alliance pour la république (Apr) : ‘Le retrait de la candidature de Wade n’est plus d’actualité (…) On ne peut pas vouloir aller aux élections et vouloir créer une situation de non-élection’ (Le Pays du 11/02/2012). ‘On ne peut pas dire qu’on est candidat dans une élection, déposer sa candidature, la campagne s’ouvre et on dit qu’on ne bat pas campagne. Pour ensuite dire que ceux qui battent campagne sont des alliés du pouvoir’ (L’Observateur du 09/02/2012). La rebuffade du candidat de l’Apr, tout en faisant des émules, semble en même temps sonner le tocsin, pour nombre de candidats de l’opposition, qui avaient failli se laisser séduire par cette stratégie du confinement, quasiment imposée par un petit trio de candidats sans électeurs, qui ne vivent que par la Place de l’Obélisque et, accessoirement, par la Place de l’Indépendance. Ce qui eut pour effet de briser cette ennuyeuse et monotone rengaine du thème monocorde sur la candidature de Wade, qui aura longtemps parasité cette campagne, en exaspérant souvent l’électorat. 
Cette prise de conscience, fut-elle tardive, présage indubitablement de nouvelles reconfigurations, dans le cumulus nimbus électoral sénégalais, en ce mois décisif de février 2012 ! Madiambal Diagne, dans Le Quotidien du 13/02/2012, semble l’avoir très tôt perçu, et l’a affirmé sans ambages : ‘Les leaders de l’opposition ne devraient s’en prendre qu’à eux-mêmes. Ils ont eu cinq années pour préparer 2012 et nul n’a porté le combat de la transparence des élections. C’est comme si leur mauvaise surprise de 2007, avec une victoire de Wade au premier tour, ne les avait pas alertés. Il est donc malvenu d’attendre maintenant pour récuser le Conseil constitutionnel, ou pour douter à nouveau de la fiabilité du fichier électoral. Nul ne doit se prévaloir de sa propre turpitude.’ 
Toujours est-il que cette option réaliste de certains protagonistes qui, après avoir fait acte de candidature auprès du Conseil constitutionnel, sont allés, en toute logique, battre campagne, n’a pas l’heur de plaire à certains de leurs collègues candidats, adeptes invétérés du cantonnement des agendas de campagne, dans des manifestations initiées par des Rappeurs contestataires. 
Les espérances de nombre de compatriotes auront été ainsi dévoyées. Eux qui escomptaient légitimement, à travers ces joutes décisives, assister à une saine émulation de discours programmatiques, susceptibles de leur offrir un éventail de choix, devant leur permettre de se prononcer conséquemment le 26 février prochain. Et leur donner ainsi l’opportunité de contribuer à rapprocher davantage notre système démocratique des normes universelles. En lieu et place, c’est une confusion énorme qu’on a fini d’installer dans leurs esprits. Par l’ambiguïté des démarches, jusque-là adoptées, à mi-parcours de la campagne électorale. 
L’antichambre de la capitulation… 
Selon le fin politologue, Babacar Justin Ndiaye (Le Pays du 11/02/2012), cette ‘démarche mi-figue mi-raisin’ aura eu pour conséquence immédiate, d’installer ces singuliers candidats ‘dans un cercle (voulu) vicieux. Une attitude que beaucoup d’observateurs assimilent, sans excès de sévérité, à l’antichambre de la capitulation’. Et l’analyste politique de déplorer que, en raison de ce manque de stratégie, ‘ou précisément à cause de cette stratégie clair-obscur, les professions de foi et les propos enflammés ne revêtent aucune valeur programmatique, lors de ces meetings collectifs qui, par ailleurs, masquent mal des clivages tactiques et des rivalités crypto personnelles’. Ainsi, l’opposition semble s’être elle-même embourbée dans un piège, qu’on ne saurait reprocher au candidat Wade de leur avoir tendu ! Lequel Wade a d’ailleurs, depuis belle lurette, pris le large, en allant résolument à l’encontre des électeurs, dès l’ouverture de la campagne. 
Le spectre du boycott, un moment agité, n’ayant pas prospéré, au risque de produire un douloureux remake des législatives de 2007, on semble avoir finalement opté, fut-ce à tatillon, de battre campagne… aux côtés du ‘candidat honni’, contre lequel on aura proféré moult fatwa (sentences). Mais le naturel revenant toujours au galop, on se surprend souvent, le soir, à travers la petite lucarne, à continuer de supplier les électeurs de ‘descendre dans la rue’, pour abréger cette candidature cauchemardesque (pourtant juridiquement validée en même temps que les autres). Avant de se ressaisir. Car la logique eût voulu, dès l’instant qu’on a pris sur soi la lourde responsabilité de récuser l’arbitrage du Conseil constitutionnel, que l’on rejetât en même temps toutes les décisions issues de ce mémorable conclave des Juges constitutionnels, le 27 janvier dernier. Et non de procéder par dénie sélectif. Ce n’est pas cohérent. 
Alors que faire ? Se résoudre à battre campagne aux côtés de ce candidat, qui cause tant d’insomnies à certains candidats ? Quelle abomination ! Ce serait, de facto, une manière de ‘cautionner’ sa candidature - bien qu’en tant que simple partie prenante des joutes on n’ait absolument aucune prérogative conférant le droit de ‘cautionner’ la candidature de qui que ce soit. 
Finalement, invités par l’Union européenne, les Usa, le Khalife général des Mourides, et par bien d’autres responsables nationaux et étrangers soucieux de la stabilité de notre pays, à daigner accepter le verdict du Conseil constitutionnel, et à faire l’effort d’aller à des élections apaisées et transparentes, la majorité des candidats semblent s’être enfin ravisés. Commençant progressivement à se rendre à l’évidence, qu’en terme d’arbitrage électoral, le Juge électoral suprême, n’est en définitive nul autre que l’Electorat lui-même ! 
Ce sont donc ces 5.103.297 électeurs régulièrement inscrits, qui iront, le 26 février prochain, exprimer librement leurs choix, dans les 11 904 bureaux de votes, répartis sur le territoire national ; sous l’œil vigilant des 18 000 contrôleurs de la Commission électorale nationale autonome (Cena), des 150 observateurs du Collectif des Organisations de la Société civiles, des 850 observateurs de l’Eglise, des 250 magistrats mandatés par le Premier Président de la Cour d’appel, des 90 observateurs de L’Union européenne, des 20 diplomates de la Délégation de l’Ue et du Canada, en poste à Dakar ; auxquels viennent de se joindre une dizaine de parlementaires européens, annoncés la semaine dernière par le chef adjoint de la Mission de l’Ue à Dakar, Tomaso Caprioglio. 
Sans nul doute, la Présidentielle sénégalaise de 2012, est partie pour être l’élection la plus disputée, mais aussi la plus surveillée au monde. Des joutes décisives, constituant un test majeur pour notre jeune démocratie ; et pour lesquelles chacun des acteurs devrait s’évertuer à ne pas paraitre, le cas échéant, mauvais perdant, au risque de devoir porter la responsabilité historique d’avoir, lamentablement et durablement, hissé notre pays au hit-parade des démocraties pourries ! Mais tout porte à croire que notre jeune démocratie sortira, comme d’habitude, grandie de ces épreuves. Car l’histoire du Sénégal ne devrait pas - et ne pourrait pas - s’arrêter le 26 février 2012 ! (FIN) 
Mame Mactar GUEYE, Secrétaire général du Rds, Membre du Directoire de campagne des Forces alliées (Fal2012)  
Je rejoins le M23 
Parce qu'il faut en finir avec cette chienlit causée par un régime ayant détruit toute l'image de marque d'un pays longtemps respecté pour son adhésion aux valeurs pacifiques de la démocratie et de la liberté, et parce que ce régime autiste et autoritaire est incapable même au bord du précipice de comprendre les vertus du dialogue et de la paix, et enfin parce que le moment que vit le Sénégal est historique, il n'est pas possible de rester sur le bas côté de la route. S'engager n'est plus une option. C'est une exigence. J'ai choisi de le faire auprès du M23. Malgré les réserves que m'inspire la présence en son sein de quelques individus ayant des comptes à rendre à la nation du fait de leur rôle dans la prédation de toutes les valeurs, tangibles et intangibles, de notre pays, il me semble que les fondements citoyens et constitutionnels à la base de la création du M23 offrent un lieu de convergences que, faute de mieux, je me réjouis d'intégrer. Ce n'est là que la continuation d'un combat intellectuel qui n'a cessé de s'exprimer sous diverses autres formes, y compris à travers les canaux médiatiques, notamment dans les colonnes de ce journal. 
Simple militant de base, je souhaite pouvoir apporter ma pierre à l'édifice de la résistance courageuse qui se structure afin que dans le contexte survolté, insurrectionnel, qui prévaut à travers le Sénégal, le besoin de mettre fin au régime dit libéral et à toutes ses variantes devienne le plus vite une réalité. La rue la veut. Elle l'aura. Il est à souhaiter qu'une transition structurée soit organisée. Pour nous prémunir d'avoir un quelconque ersatz de ce régime comme remplaçant de celui que, je l'espère, notre peuple parviendra à éliminer dans les plus brefs délais. Afin que le projet monarchique entretenu quelque part sur l'Avenue Roume vole définitivement en éclats en même temps que toutes les forfaitures ayant si tragiquement anéanti ce qui faisait la force du label sénégalais : son exception démocratique sur le continent africain ! 
Adama GAYE, Journaliste et consultant sénégalais 
Ps: Je suis heureux de noter que Kadré Désiré Ouédraogo ait été porté à la tête de la Commission de la Cedeao, comme je le proposais ici même dès février 2010 sous le titre: Habemus le Kaki et...Kadré. En espérant que la Cedeao soit mieux inspirée dans ses incursions là où des combats démocratiques sont menés dans notre région Ouest africaine. 
 
 
 
SECURISATION DU PROCESSUS ELECTORAL - Posture bien discutable des forces de securite ! 
Les images défilant en boucle sur les télévisions nationales – désormais accessibles á travers le monde entier – et relatant les actes de violence qui ont marqué le début de la campagne électorale au Sénégal, ne font que corroborer toutes les appréhensions de nombre d’observateurs avisés quant á l’avènement inéluctable d’un processus électoral caractérisé par un climat de violences et de perturbations sociales ! 
 
Le ton a été donné par l’attaque délibérée de la commune de Sicap – Mermoz précédée par l’envoi de nervis aux domiciles de leaders de l’opposition …..il ya deux mois environ, mais les événements de ces derniers jours vont bien au delà de simples luttes et bagarres partisanes : á cet égard les medias, toutes catégories confondues, ont fait état de Policier tué par des manifestants á Dakar . 
Véhicule de police de type canon à eau fonçant sur la foule jusqu'à causer mort d’homme et de nombreux blessés, 
Tirs sur des ambulances d’intervention d’urgence, Jets de grandes lacrymogènes à l’intérieur d’un lieu de culte, particulièrement la zawiya de l’avenue Lamine Gueye,  
Gendarme accusé à Podor d’avoir tiré des balles réelles sur la foule sous prétexte que le stock de grenades lacrymogènes est terminé, causant également mort d’hommes,  
Accusations d’utilisation excessive et démesurée de la force par la police jusqu’á soulever la colère et la condamnation des organisations des droits de l’homme, 
Arrestations jugées arbitraires et accusations de tortures diverses sur les personnes arrêtées par la police, Entraves répétées au droit de manifestations des opposants politiques et des membres de la société civile, Attaques délibérées contre les convois de leaders de l’opposition, à Dakar et dans certaines régions, 
Accusations d’attaques délibérées contre des journalistes nationaux ou étrangers, 
Ces différents événements ont eu comme conséquences immédiates : d’une part des doutes profonds de la population sur l’impartialité des forces de sécurité en période électorale, et d’autre part une première remise en cause par la communauté internationale de la réputation de professionnalisme et de maitrise des forces de sécurité sénégalaises et de leur non respect des droits de l’homme en matière de maintien de l’ordre . 
 
En réalité ce qui est vraiment en question c’est bien la posture adoptée par les forces de sécurité au cours de cette période électorale. Il convient d’analyser le problème au regard d’une part des textes, règlements et recommandations des institutions que sont l’Union Africaine et la CEDEAO et leurs organes affiliées ou partenaires et d’autre part au regard de l’évolution du concept de sécurité, et particulièrement au niveau des dérapages souvent causés par des forces de sécurité qui confondent sécurité nationale ( national security ) et sécurité du régime en place ( regime security ). 
 
C’est d’abord la Déclaration conjointe OUA / Union Africaine de Durban 2002 relative aux Principes Régissant les Elections Démocratiques en Afrique qui situe dans sa section III les responsabilités des états membres, en précisant aux points : 
d. « sauvegarder les libertés humaines et civiles de tous les citoyens, y compris les libertés de mouvement / circulation, de réunion, d’association, d’expression et de campagne ….et f… prendre toutes les mesures et précautions pour éviter des fraudes , truquages ou tout autre acte illégal pendant le déroulement du processus électoral , en vue de maintenir la paix et la securite ». Cette même responsabilité est d’ailleurs mise sous surveillance par les Directives pour les Missions d’Observation et de Suivi des Elections de l’Union Africaine de février 2002 qui demandent aux observateurs envoyés dans le pays d’inclure la question de savoir si « les forces de sécurité sont en mesure d’assurer en toute neutralité la sécurité lors des élections » (Section 3.7.v) dans le cadre de la vérification des critères permettant la tenue d’élections libres, crédibles et transparentes.  
 
Faisant suite á la Charte Africaine de la Démocratie, des Elections et de la Gouvernance de l’Union Africaine, la CEDEAO, dans la Section IV du Protocole A/SP1/12/01 sur la Démocratie et la Bonne Gouvernance revient sur le rôle de l’Armée et des Forces de Sécurité dans la Démocratie en précisant bien á l’article 22 que « l’usage des armes pour la dispersion de réunions ou de manifestations non violentes est interdit. En cas de manifestation violente seul est autorisé le recours á l’usage de la force minimale ou proportionnée »: ce qui de l’avis de tous n’a pas été le cas lors de toutes les manifestations de l’opposition ou de la société civile organisées á ce jour á Dakar. 
Les violences électorales survenues au Kenya, au Zimbabwe, au Gabon, au Togo , en Guinée et récemment en Cote d’Ivoire et marquées par des tendances fortes de répressions systématiques des forces de sécurité contre les opposants de tous bords ont alerté nombre d’institutions sur l’instrumentalisation récurrente des forces de sécurité par les pouvoirs en place, particulièrement en période électorale. 
 
Nombre de séminaires et ateliers ont été organisés dans l’espace CEDEAO et des publications faites pour rappeler aux différentes autorités nationales chargées des élections et de la sécurité les règles fondamentales qui régissent la sécurisation d’un processus électoral : force est d’avouer que les archives ne permettent pas de retrouver beaucoup de noms de responsables d’institutions sénégalaises sur les différentes listes de présence ….et c’est bien dommage ! 
 
Ces règles fondamentales, rappelées respectivement par le Colloque sur les Elections en Afrique (Accra – Ghana, novembre 2009) et la Déclaration de Praia sur les Elections et la Stabilité en Afrique de l’Ouest (mai 2011) se résument en ces points que nombre de gouvernements soucieux de l’émergence d’une bonne gouvernance électorale commencent á appliquer rigoureusement : 
l’état est responsable de la sécurité de chaque candidat présidentiel et doit lui détacher une garde rapprochée pendant la campagne électorale (NB : fait en RDC pendant les élections de novembre 2011), 
la sécurisation du processus électoral couvre toutes les phases de la période électorale : avant le scrutin, le jour du scrutin et la période post – électorale : elle doit être inclusive, faisant appel á toutes les parties impliquées dans le processus, 
le personnel de sécurité doit rester neutre, impartial et non-partisan pendant tout le processus électoral, et éviter d’intimider les électeurs le jour du scrutin, 
la mise en place d’un organe de coordination intégré et impartial chargé de la sécurité pendant les élections, réunissant tous les services de sécurité et autres parties – prenantes du processus : représentants des partis politiques, de la société civile et des medias : communément dénommé Joint Election Operation Center ou Centre Opérationnel Intégré chargé de la Sécurité des Elections (COISE), 
La mise en place de mécanismes de coordination et d’information au profit du public et des partis politiques impliqués dans le processus, et décentralisés pour couvrir tout le territoire national , 
Information sur la chaine de commandement de l’organe de coordination intégré, au niveau national et régional, 
Formation du personnel de sécurité sur le respect des normes internationales et standards pour le maintien de l’ordre en période électorale, y compris des notions afférentes au respect des droits de l’homme.  
 
Les questions que devaient se poser aujourd’hui chaque candidat comme tout observateur du processus électoral devraient être : 
Où se trouve le Centre Opérationnel Intégré chargé de la securite des élections (COISE) ? Qui en assure le commandement ? Quels sont les numéros VERT permettant de le contacter 24h/24 ? 
 
Quelles en sont les démembrements régionaux ? Quels en sont les numéros de contact ? 
Y’a-t-il eu un briefing sécurité au profit des candidats présidentiels ? Ou bien une communication radiotélévisée des autorités de sécurité relative aux dispositions de sécurité à travers le pays ? 
 
Quels sont enfin les garanties sécuritaires offertes par l’état aux candidats présidentiels en vue de leur campagne dans le département de Bignona qui est encore le théâtre de violents combats entre militaires et rebelles ? Ou bien les citoyens sénégalais de cette zone n’ont pas besoin de recevoir leurs leaders politiques pour écouter leurs programmes et faire connaitre leurs doléances ? 
 
En lieu et place de tout cela l’option semble être de se préoccuper d’une part de fournir les moyens matériels aux forces de sécurité pour mener á bien la répression contre les manifestants dans le cadre d’opérations dites de maintien de l’ordre et d’autre part de laisser régner un vide communicationnel qui ne dit rien sur la stratégie de sécurisation des élections ! 
 
Effectivement les nouveaux équipements et matériels étrennés par les forces de securite – identiques à ceux des FPU ( Formed Police Unit des contingents de police des Nations Unies ) font la satisfaction de tous les spécialistes de la securite mais , comme c’est toujours le cas pour nombre de nouveaux acquéreurs , c’est bien au niveau de l’emploi des forces – á savoir l’utilisation des moyens devant une situation particulière – que de graves dérapages sont constatés . Le cas du camion a eau fonçant sur la foule, répété d’ailleurs lors des manifestations du 15 février á la place de l’indépendance, représente une faute grave qui atteste soit de la méconnaissance des principes d’emploi de cet outil de maintien de l’ordre, soit d’une volonté délibérée de tuer ou de blesser des manifestants. 
 
La participation aux opérations des missions de paix au sein des Nations Unies ne devrait pas être seulement des opportunités de mise à niveau logistique ou de gain de primes individuelles, mais surtout l’occasion unique d’acquérir des compétences permettant aux personnels et à leurs formations respectives d’opérer désormais selon des normes internationales qui respectent les fondamentaux de la sécurité humaine.  
A cet égard tous les reportages télévisés quotidiens de manifestations á travers l’Europe prouvent bien que le camion canon á eau sert á garder á distance les manifestants …en les neutralisant par l’envoi de rafales d’eau chaude ou froide á très haute pression : les organisations des droits de l’homme et les partis politiques concernés sont bien dans leur droit pour réclamer une commission d’enquête afin de déterminer le ou les responsables et exiger des sanctions. 
 
L’emploi des équipements, rudimentaires ou sophistiqués, des forces de sécurité se fait selon des règles d’engagement (rules of engagement) bien précises, définies par le fabricant et dont le non-respect engage totalement la responsabilité de l’utilisateur ou / et du commanditaire : oser déclarer que l’accident mortel de l’obélisque est juste un accident normal de la circulation, malgré ce que toutes les télévisions du monde ont montré, n’est certainement pas une excuse que les experts et spécialistes de la sécurité et des droits de l’homme vont prendre au sérieux pour disculper la police nationale . 
La gestion des manifestations et des foules a des règles d’engagement bien précises : protection des sites vulnérables, encadrement des marches et sit-in, discussions et ententes avec les manifestants sur les horaires et les circuits, emploi mesure de la force, éviter de provoquer les foules ….toute une batterie de mesures existent pour gérer et manager les manifestations publiques ! 
 
Le cas de Podor, comme celui du policier tué par les manifestants á Dakar doivent tous faire l’objet de commissions d’enquête dont les résultats doivent être portés objectivement á la connaissance du public : toute gestion non-équitable de ces trois cas ne fera que renforcer auprès de l’opinion nationale et internationale le manque de transparence et de redevabilité (accountability ) des autorités sénégalaises de sécurité . 
L’autre paramètre, également important, d’appréciation de cette posture des forces de sécurité au cours du processus électoral demeure l’évolution du concept de sécurité depuis l’acceptation a travers le monde entier du concept de Sécurité Humaine ( PNUD , 1994 ) qui a permis de bien clarifier progressivement les différents volets de la notion de sécurité , entre : 
Sécurité nationale (national security) destinée a la protection des installations officielles, des biens et des personnes, ainsi que des frontières nationales avec l’implication de l’Armée, 
Sécurité du citoyen (Citizen security) destinée en premier lieu á la protection des droits fondamentaux du citoyen et de son intégrité physique, 
Enfin Sécurité collective qui fait appel aux efforts de coopération régionale ou continentale en matière de sécurité. Mais ce sont bien les dérapages des forces de sécurité dans l’exercice de leur mission première de sécurité nationale en période électorale , causés soit par leur instrumentalisation par le pouvoir en place , soit par leur attitude partisane au profit de ce même pouvoir , qui ont amené l’émergence du concept de « Regime security » ou « sécurité du regime » pour qualifier toute posture des forces de securite tendant á enfreindre l’exercice des libertés fondamentales des citoyens ou opposants par la répression et l’usage démesuré de la force, et ce en violation des conventions et résolutions des institutions régionales , continentales ou mondiales .  
 
Cette dérive délibérée du concept de sécurité nationale vers celle de sécurité primordiale et exclusive du régime en place est généralement attribuée en premier lieu aux responsables des forces de sécurité du fait de leur affaissement devant la volonté et les choix discutables du pouvoir politique. Cette attitude est encore malheureusement bien ancrée dans certaines pseudo-démocraties africaines : les dérapages de la FOSEP (Force Securite Election Présidentielle) lors des élections togolaises de 2010, identiques á tous points de vue á ceux de leurs homologues guinéens de la FOSSEPEL (Force Speciale de Sécurisation du Processus Electoral), prouvent bien que les forces de sécurité francophones n’ont pas encore bien assimilé ni intégré dans leurs modes opératoires droits de l’homme et réforme du secteur de la sécurité.  
 
L’option d’exécuter « sans état d’âme, ni murmure » est totalement dépassée depuis longtemps : l’anticipation et le partage de l’information juste avec le chef politique pour l’amener á prendre des décisions conformes aux lois et règlements du pays, aux engagements internationaux et á la sauvegarde des droits fondamentaux du citoyen constituent les fondements modernes de l’interface politico-sécuritaire au sommet de l’état. 
 
Les adeptes de la bonne vielle école devront certainement se rappeler que les généraux Dogbo Blé et Gue Bi Poin aussi évoquaient il y’a un an environ l’absence d’état d’âme pour justifier leurs actes : bien avant eux, les généraux togolais et guinéens s’étaient distingués dans le même moule , alors que chez nous il serait bien sage de se souvenir de la situation après service de responsables de sécurité qui avaient porter attente á l’époque á l’intégrité physique d’un certain opposant politique nommé Abdoulaye Wade ….! 
 
Dans un document de référence et encore d’actualité publié par le PNUD et intitulé « Elections et Prévention de conflit » les experts de l’organisation précisaient que l’un des risques majeurs de la sécurisation du processus électoral provient très souvent du fait que « les forces de sécurité ne font pas leur travail du fait que le secteur de la sécurité est fortement politisé : ce qui veut dire que cadres et troupe des forces de sécurité manquent á leur devoir d’agir en toute neutralité ( i.e. leur mandat de protéger la société et les lois constitutionnelles) car ils agissent au nom du gouvernement en place ou de factions spécifiques ». 
 
Quels enseignements retenir de cette posture ? 
 
D’abord en refusant de designer des personnels chargés de la sécurité rapprochée de chaque candidat présidentiel, l’état a favorisé la prolifération de véritables milices politiques recrutées principalement dans le vivier des lutteurs qui sont totalement instrumentalisés, 
Ensuite les forces de sécurité du Sénégal ont désormais toutes les chances d’être classées au rang peu honorable de « sécurité du regime » (regime security) pour rejoindre leurs homologues de la RDC, du Togo ou de la Guinée Conakry. 
Une conséquence bien possible de leur posture actuelle pourra bien être leur disqualification, á titre individuel ou collectif, á être accepter désormais au sein de nouvelles missions de paix des opérations des Nations Unies : qu’elles ne soient pas surprises de retrouver les organisations des droits de l’homme et les institutions internationales de sécurité mener ce combat au niveau de l’instance mondiale. 
 
Enfin les partis politiques sénégalais vont désormais comprendre que l’impartialité des forces de sécurité en période électorale n’est ni automatique, ni acquise : la posture des forces de sécurité au cours du processus électoral doit être un point de négociation du code électoral afin d’arriver á un accord inclusif et transparent de sécurisation comme recommande par les documents de la CEDEAO et de l’Union Africaine. 
 
Cependant , pour nombre d’observateurs africains de la gouvernance électorale la posture des forces de sécurité et leur acharnement démesuré contre les manifestants ne peut surprendre que les sénégalais …car la mise en place d’un ministère chargé des élections dépourvue de ses responsabilités de sécurisation du processus électoral en lieu et place d’une Commission Electorale Indépendante consensuelle habilitée á superviser la globalité du processus est bien une stratégie délibérée pour laisser au ministère de l’intérieur toute latitude de porter en temps opportun l’estocade contre les partis politiques et les représentants de la société civile sous le prétexte d’une soi-disant exécution de sa mission régalienne d’assurer la sécurité publique. Le fait d’avoir le service informatique chargé du décompte des voix logé au même ministère ne rassure évidemment pas dans la recherche d’une transparence qui risque bien d’être difficile á partager après le 26 février ! 
 
Ceux qui qualifient le processus électoral de système vicié dans toutes ses dimensions n’ont certainement pas tord mais ne manqueront pas de donner des thèmes de recherche et d’études aux experts des droits de l’homme, de la sécurité et de la gouvernance électorale en général : le cas sénégalais se révèle assurément particulier, voire atypique dans le concert des nations ! 
 
Mais l’histoire est en cours ….et l’avenir est bien devant nous ! Que Dieu protège le Sénégal. 
 
Alioune Diop, Colonel en retraite 
Ancien Conseiller Principal Sécurité des Nations Unies - Expert, Sécurité, Defense , Réinsertion. - Mail : aldiop30@gmail.com 
CONTRE LA CANDIDATURE DE ABDOULAYE WADE 
 
Le M23 met le feu sur Dakar 
Des sénégalais ont vécu un vendredi noir, hier principalement dans la capitale, Dakar, avec la manifestation forcée du mouvement des forces vives du 23 juin. Prévue à la place de l'Indépendance après la prière de 14 heures, la rencontre a dégénéré avec des accrochages entre policiers et populations. 
La place de l'Indépendance n'a pas été le théâtre de manifestation de l'opposition. Cette dernière a été quadrillée par la police qui a vidé les lieux avec un lourd dispositif sécuritaire. Les leaders qui se sont retrouvés aux hôtels Pulman et Croix Sud, ont cherché à braver l'interdiction préfectorale. La foule qui n'a pas pu accéder au site, a pris d'assaut les différentes artères de la ville. De petits groupes ont commencé à se constituer et des stratégies mises en place. L'Avenue Ponty va accueillir les premières lacrymogènes. Les explosions tonnent de partout. La fumée pollue l'air et disperse les foules qui cherchent refuge chez les riverains. Les manifestants ripostent avec les moyens du bord. Pierres, poubelles, rien n'est laissé en rade pour s'opposer aux forces de l'ordre. 
 
Devant l'entêtement du M23, à rejoindre la place de l'Indépendance, la police multiplie les ripostes. Les lacrymogènes explosent de partout. La chasse à l'homme est lancée dans les différentes artères de la capitale. Les protestataires contre la candidature de Abdoulaye Wade mettent du feu dans chaque intersection du centre ville. Toutes les ruelles sont assiégées. La police a du mal à se faufiler dans certains angles de Dakar. Le marché Sandaga rend également difficile le travail de la sécurité. 
 
Certains marchands ferment boutiques et cantines. D'autres, plus «courageux» vaquent à leurs activités tout en étant attentif au déroulement des manifestants qui se déploient sous leurs yeux. La tension reste vive partout et même au alentours de la ville. Les manifestants multiplient les tentatives et essaient de tenir en échec les forces de sécuritaire. Au niveau du Rond Point Sandaga, les étables des vendeurs ont été utilisés pour ralentir la circulation et retarder l'intervention de la police. Les quatre axes sous le contrôle des manifestants qui ont trouvé des masques pour contrecarrer les lacrymogènes. 
 
 
Zawiya El Hadji Malick Sy attaquée 
 
La mosquée Zawiya El Hadji Malick Sy a été le théâtre d'accrochage entre les forces de l'ordre et les fidèles venus s'acquitter de leur devoir religieux. Une situation causée par une grenade lacrymogène qui est tombée dans l'enceinte du lieu de culte et qui a blessé un vieux d'une soixantaine d'année. 
 
La police devant les faits accomplis, a baissé la garde devant la colère des fidèles. Ce qui a accentué les manifestations. 
La situation s'est envenimée. Des fidèles furieux, ont ainsi pris leurs nattes, pour les mettre dehors afin d'exécuter la prière pour le départ de Wade du pouvoir. Chapelets, récital de Coran, rien n'a été laissé en rade pour manifester la désapprobation.  
 
Les forces de sécurité après plusieurs tentatives pacifiques pour libérer la voirie, on fini par utiliser des lacrymogènes. La situation dégénère ! 
 
C'est à cet instant que des chefs religieux tidianes sont venus pour apaiser la tension. Un des fidèles témoigne : "les grenades lacrymogène nous ont trouvé juste là où nous étions. On a enregistré des blessés et des évanouissements. Et c'est une personne de troisième âge qui en a payé les frais malheureusement. Une situation que nous déplorons".  
Et un autre de renchérir «le gouvernement a touché le fond. Trop c'est trop ! Si les forces de l'ordre s'en prennent aujourd'hui aux lieux de cultes, il y a lieu de s'interroger et de manifester pour dire :plus jamais plus ça !" 
Les échafaudés se sont poursuivis juste tard dans la nuit. 
 
 
BILAN D'UNE CHAUDE SOIREE 
 
Evanouissements, déboitements, blessés 
 
Le bilan de la manifestation du M23 a été très lourd du coté des manifestants. Beaucoup de blessés ont été notés. Certains ont eu quelques égratignures au moment où ils déviaient les obstacles. D'autres moins chanceux se sont retrouvés avec des orteils cassés, des déboitements. Des cas d'évanouissements ont été plus visibles et beaucoup des confrères ne s'y sont pas échappés. La croix rouge et les autres éléments de la santé ont été très présents dans les lieux. Du coté des forces de l'ordre, un blessé grave a été acheminé à l'hôpital principal et un autre moins grave, resté au soin à bord de la voiture. Aucun cas de décès n'a été signalé. 
Denise ZAROUR MEDANG 
Dakar reste sous tension à 5 jours de la présidentielle 
Une dizaine de policiers devant les grilles d’une grande maison… Casques sur la tête, boucliers dans la main, bombes lacrymogènes à la ceinture… La photo est Une de Wal-fadjri, avec ce titre« les autorités se barricadent chez elles ». Le quotidien sénégalais raconte comment les plus hauts représentants de la République ont pris leur précaution pour ne pas que « leurs domiciles ne fassent l’objet de casse ou de saccage. Partout des agents de sécurité armée jusqu’aux dents assurent la garde ». L’effectif des forces de sécurité a ainsi doublé devant la résidence du ministre de la Justice tandis que devant celle du ministre de l’Intérieur, le nombre de policiers est passé de 2 à 8 en quelques jours. Le quotidien parle de « paranoïa sécuritaire ». 
Le ras-le-bol des commerçants 
Le climat actuel n’est pas bon aussi pour les affaires dans la capitale. C’est une autre conséquence des manifestations de ces derniers jours, à Dakar, les commerçants ont de plus en plus de mal « à écouler leurs marchandises ». 
Reportage au marché de Sandaga, à lire également dans Wal-fadjri. « Je n’ai rien contre les gens qui manifestent, affirme ce vendeur d’articles scolaires, mais ils doivent savoir raison garder et nous laisser faire notre travail. Je ne gagne même pas la moitié de ce que je vendais avant ». 
Un représentant des commerçants renchérit : « Les clients ne viennent plus parce qu’ils ont peur d’être coincés en ville ». Les commerçants « ne formulent donc qu’un vœu, écrit le journal, celui de voir les élections passer dans le calme pour que les choses redeviennent normales ». 
Scenes insolites à Dakar 
Les vendeurs ambulants - de leur côté - en ont marre « de voir leurs tables servir de barricades » pendant les affrontements. C’est La Tribune qui nous raconte cet épisode. Hier sur l’avenue Ponty, quand ils ont vu arriver des manifestants, certains ambulants « se sont munis de barre de fer […] défiant quiconque oserait s’en prendre à leur outil de travail ». 
La presse sénégalaise regorge ce matin de petites histoires qui nous permettent de saisir l’ambiance dans la capitale à 5 jours du scrutin. 
Avec encore cette scène insolite à lire dans La Tribune : hier soir des jeunes ont filtré les voitures au rond-point du Sacré Cœur en leur demandant de l’argent. Ceux qui refusaient « ont vu des pierres s’abattre sur leurs véhicules ». Principales cibles : « les chauffeurs de taxis ». « Voilà une scène de vrai banditisme qui en dit long sur la situation actuelle » dans le pays, conclue La Tribune. 
« Théorie du complot » 
Côté politique, le journal revient sur les accusations venues du camp d’Abdoulaye Wade…Le porte-parole du président Wade a accusé certains candidats de l’opposition de vouloir orchestrer le chaos. « On l’attendait cette théorie du complot » s’amuse La Tribune. 
Voilà le scénario : « Un des candidats aurait recruté un colonel à la retraite et 200 mercenaires qui auraient eux-mêmes trompé tous les jeunes que l’on voit manifester dans les rues ». C’est « du délire », écrit La Tribune, aucune « sincérité dans cet exposé hâtif et sans imagination. […] Il n’y a pas de complot, nous dit encore le journal, il n’y a que les gesticulations d’un régime qui a peur de la défaite et la sent proche ». 
Clivage réligieux 
Guinée Conakry Info n’est pas tendre également avec les autorités sénégalaises. Le site d’informations en ligne pointe du doigt leur réaction trop calculée à l’incident de vendredi dans une mosquée de la confrérie des Tidianes. Le gouvernement a présenté ses excuses. Mais elles n’étaient dictées que par une « visée politicienne » selon Guinée Conakry Info, car « Abdoulaye Wade sait qu’il suffit d’une consigne émise par le leader de la confrérie pour que ses espoirs politiques se transforment en désespoirs ». 
Le site n’épargne pas aussi l’attitude de l’opposition qui semble « vouloir surfer sur cet incident pour jouer son ultime baroud d’honneur. Une attitude d’autant plus irresponsable que l’idée qui la sous-tend est de mettre à profit la subtile rivalité entre Mourides et Tidianes ». Attention, prévient Guinée Conakry Info, « les clivages religieux sont en embuscade. […] On a l’impression qu’à la violence intrinsèquement politique, pourraient s’ajouter des contradictions confessionnelles qui sonneraient alors le glas des derniers espoirs de voir ce pays éviter le pire » 
anthony-lattier 
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 21.02.2012
- Déjà 5431 visites sur ce site!