ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Quel Sénégal ! ! !

 
 
 
 
Pour remettre à l'endroit ce que le "libéralisme" de Wade a mis à l'envers. 
 
Nettali : Lundi 9 Fév 2009 
AHMED KHALIFA NIASSE « C’est moi qui ai convaincu Wade de se faire succéder par son fils »  
 
NETTALI.NET- Dans un entretien publié par le magazine Week end du 02 au 08 février, le ministre de la Nouvelle Ville Ahmed Khalifa Niasse lève un coin du voile qui entoure les ambitions prêtées au président Wade de se faire succéder par son fils. Il déclare entre autres, que c’est lui qui a été chargé de convaincre Karim de s’engager en politique pour succéder à son père.  
« J’ai convaincu Wade de se faire succéder par son fils. Il n’était pas pour, il était entièrement contre. Il ne voulait pas en entendre parler. Il a fallu des mois et des mois. Et après, il m’a demandé si je pouvais convaincre Karim » révèle Ahmed Khalifa Niasse. 
« Je l’ai convaincu de mettre son fils en selle grâce aux qualités que je lui connais. Aujourd’hui, je persiste et je signe que c’est moi qui ai convaincu Wade. Et à un moment donné, il m’a dit : « Est-ce que t’es capable de convaincre Karim. » C’était la seule fois que je me suis rendu dans son bureau à l’Anoci et je lui ai dit : « Le président et moi voulons que tu puisses servir le Sénégal, ton pays. Que tu puisses t’adonner à la politique ». Sa réponse a été : « s’il me donne l’ordre, j’y vais » a-t-il ajouté. 
Convaincu que le fils du président a toutes les chances de succéder à son père, Ahmed Khalifa Niasse argumente : « si Karim devient président en 2012, le paysage, la population et le parlé au Sénégal auront changé. Une bonne partie de la nouvelle génération est constituée de fils de « Modou-Modou » qui ne parlent pas Wolof, il faudra s’adresser à eux dans une autre langue comme le français ou l’anglais. » 
En ce qui concerne les défections notées dans le Pds, le leader du Front des alliances patriotiques (Fap) affirme : « le président Wade est un homme politique exceptionnel en ce sens qu’il maîtrise la politique du coté du gouvernail, mais aussi il régente l’opposition. Il a façonné Idrissa Seck et l’a envoyé pour casser l’opposition et il l’a fait revenir quand il a voulu. Si aujourd’hui, Macky Sall est dans l’opposition, c’est une création, une émanation de Wade ». 
Auteur: Béatrice L 
 
 
 
24hchrono : Lundi 9 Fév 2009 
BAISSE DU NIVEAU DES ELEVES AU SENEGAL 
 
«Mon enfant traîne des lacunes». Voilà une complainte que l’on a l’habitude d’entendre formulée moult fois par des parents d’élèves désespérés. En effet, le constat est là. Il y a bientôt deux décennies, le niveau des élèves et étudiants du Sénégal baisse de jour en jour. A qui incombe la faute? Est-ce aux élèves ou aux enseignants? S’agit-il de la perte de l’autorité parentale? L’Etat ne joue-t-il plus le rôle qui lui est dévolue. 
Le corps enseignant surtout celui du volontariat est peuplé de coiffeuses, des mécaniciens, de menuisiers, de vendeuses, de mères de plusieurs enfants, bref de personnes déconnectées du milieu scolaire de plus de dix ans. Ces faits ont été révélés par une étude réalisée par l’Ong Action-Aid en partenariat avec le Comité des Ong et Syndicats pour la Défense de l’Education Publique (COSYDEP). Une frange de ces enseignants est, selon le rapport, issue du recrutement complémentaire ou quota sécuritaire instauré par le ministère de l’éducation en 1995. Cette étude a, également, révélé que «la grève des enseignants, la mauvaise formation des enseignants, la faible participation des parents dans l’étude de leurs enfants, et le quantum horaire qui est entre 600 et 700 heures tandis la norme est de 800 heures constituent les facteurs liés à la mauvaise qualité de l’enseignement primaire au Sénégal». Un état de fait qui explique aisément la baisse de niveau constatée chez les élèves. Mais «les causes inhérentes à cela sont à chercher ailleurs» explique Mme Hélène Faye, une enseignante à la retraite. Pour cette dame qui arbore avec élégance la soixantaine, «au nom d’une certaine recherche du quotidien, beaucoup de jeunes diplômés et ceux non diplômés, sans la moindre notion de pédagogie sont versés de nos jours dans l’enseignement». C’est ainsi qu’on retrouve dans ce corps des électriciens, des comptables, et ceux du lycée dispenser des cours au niveau de l’élémentaire. Dans la même veine, elle explique «que la baisse du niveau des élèves est aussi liée au manque d’enseignants qualifiés au niveau du secondaire, si l’on sait que l’Ecole normale supérieure, en un moment donné, ne fournissait pas ou très peu d’enseignants. 
 
Insuffisance de bibliothèques et manque d’infrastructures 
Du côté de l’enseignement supérieur, c’est le manque de supports pédagogiques qui a été surtout déploré. En attestent les propos de ce professeur qui a préféré garder l’anonymat. Avec à son actif dix ans de pratique, c’est avec regret qu’il met sur le banc des accusés «l’insuffisance des bibliothèques, le manque d’infrastructures adéquates avec son corollaire de surnombre d’effectifs». «Les salles sont toujours remplies à ras bord» rétorque t-il comparant les amphithéâtres à un fruit trop mûr, sur le point d’éclater. 
«Vous avez fait l’Université et vous avez dû garder en souvenir, les salles pleines à craquer à la Faculté des lettres et sciences humaines, par exemple. Les salles sont tellement remplies que certains étudiants pour pouvoir assister au cours, sont obligés de suivre le cours assis sur les fenêtres des amphithéâtres ou à même les marches des escaliers». L’explication à ce phénomène? Pas la peine d’aller chercher loin. «Les effectifs pléthoriques en sont la cause» laisse t-il entendre. 
 
Le «trop d’innovations pédagogiques» au banc des accusés 
Les programmes enseignés dans les établissements ont aussi été indexés. Au niveau de l’élémentaire, M. Touré, enseignant dans un établissement primaire sis dans la banlieue note avec amertume que «le gouvernement a apporté trop d’innovations pédagogiques. Toutes choses qui font que les enseignants et les apprenants ne savent plus sur quel pied danser». «Les programmes sont également escamotés dans tous les ordres d’enseignement» confie t-il. 
En soulignant deux autres facteurs majeurs, il dira en premier lieu que la discipline est presque inexistante dans les écoles. Pour lui, cet état de fait s’explique par de nombreux droits offerts aux apprenants au détriment de l’autorité de l’enseignant. 
Dans la même rengaine, une de ses collègues, Mme Dème, très peu loquace, a laissé entendre qu’il ne peut y avoir de bon niveau des élèves et étudiants, tant que les programmes enseignés ne sont pas adaptés au contexte socio-économique. Poursuivant son homélie, elle ajoute que les autorités scolaires et les promoteurs d’écoles courent, malheureusement, tous derrière des pourcentages à propos des taux d’admission aux différents examens. C'est-à-dire, le nombre et non la qualité de l’enseignement reçu. Aussi, elle n’a pas minimisé la course effrénée pour l’argent à tous les niveaux. Embouchant la même trompette, Maimouna Faye, enseignante estime que «la baisse du niveau des élèves tant décriée depuis plusieurs années ne dépend ni des enseignants, ni des élèves, ni des parents d’élèves. Le phénomène de la baisse du niveau scolaire ne saurait être lié à un seul paramètre. Un faisceau de facteurs converge vers le cœur du problème». A ceux-ci, il faut ajouter «l’insuffisance des classes et le refus d’embaucher les vrais enseignants diplômés de nos écoles de formations entraînant du coup la double vacation. Comme si cela ne suffisait pas la situation s’aggrave car on recrute n’importe qui dans l’enseignement» conclut-elle. 
 
La responsabilité des parents sur la sellette 
La responsabilité des parents est aussi pointée du doigt. Pour Mme Dème, enseignante mais également mère de famille, «les parents ont aussi leur part de responsabilité dans le problème». «Imaginez une maison où les deux parents travaillent pour ne rentrer à la maison que vers 18 heures ou 20 heures. Les enfants rentrent au plus tard vers 17 heures. Ils sont seuls avec les bonnes (bien entendu) mais toujours laissés à eux-mêmes, devant la télévision, sans surveillance. Vous imaginez un peu le tableau! Les parents sont perpétuellement à la quête de moyens pour satisfaire les besoins familiaux et ils sont taraudés par d’autres soucis, la scolarisation de leurs enfants s’en trouve délaissée car ils n’ont même plus le temps d’assurer un minimum de suivi à la maison. Les plus nantis recourent à des cours de renforcement à domicile. Mais, peu de potaches ont cette chance et le résultat est là. Les notes dégringolent et le niveau de l’élève baisse» lâche t-elle dans un soupir désappointé. 
 
«Démystification» du statut de l’enseignant 
La flétrissure de l’image de marque de l’enseignant constitue aussi une des causes de la baisse du niveau des élèves. Mais, à juste titre, on pourrait se demander: comment cela peut-il influencer les résultats scolaires? 
Mme Hélène Faye tente une ébauche d’explication. «L’enseignant était (et cela depuis la colonisation) un modèle de la société. Il était un homme dont la parole avait de l’aplomb même s’il n’était pas le nombril de la terre. Il était au début et à la fin de toutes les décisions communautaires. En, perdant ce «sésame», la situation de l’enseignant s’empira : il ne pouvait plus se marier, il ne pouvait plus louer une maison et il n’avait pas intérêt à se présenter dans certains services publics sous l’étiquette d’enseignant» argue t-elle. 
Conséquence : «les enseignants vont se «débarrasser» peu à peu de l’école en ne donnant plus le meilleur d’eux-mêmes. Ce qui est lourd de conséquences, car l’enseignant était réellement la pièce maîtresse de l’échiquier. Mais, c’est la croix et la bannière de nos jours pour les enseignants qui tirent pitoyablement le diable par la queue». 
 
Manque de politique de suivi 
«Tout ceci n’est en fait que la résultante du manque d’une politique de suivi pour adapter l’école à l’évolution socio-économique du pays. 
Les velléités de réformes scolaires ou les retouches partielles ça et là ne peuvent constituer un antidote réellement adéquat aux maux scolaires. C’est à l’ensemble du corps qu’il faut s’en prendre!» tonne M. Touré. D’autre part continue toujours M. Touré, «la moutarde est montée au nez des élèves, étudiants et même des enseignants qui, pour la plupart (pas tous heureusement) excellent plus dans la lutte syndicale et les grèves interminables plutôt que dans l’utilisation de la matière grise». 
«Le système de vacatariat est sans doute génial à plusieurs égards, mais il est susceptible de perfectionnement. La formation de ces enseignants, laissant à désirer. Enfin, que cessent les mouvements spasmodiques du système scolaire. Deux paramètres constituent le va-tout : les parents d’élèves et les enseignants. Donnez une chiquenaude à ces deux parties et tout le système repartira d’un bon pied» conseille Mme Hélène Faye, en doyenne avertie. 
 
Ndèye Fatou SECK 
 
 
Tous dehors 
Amadou Gueye NGOM Lundi 9 Fév 2009 
 
Le personnage le plus attachant des commentateurs de Seneweb se veut rigoureusement anonyme. Faisant sien le dicton wolof « ku wax féeñ »-qui parle se dévoile-, il réussit l’originale prouesse de dire tout et rien du tout, en une seule invective: « Tous dehors. » 
 
C’est péremptoire, intraitable et désabusé. Au début, je croyais le personnage quelque peu déboulonné. Tous comptes faits, il est bien ajusté et riche d’au moins trois qualités: fidélité, vigilance, promptitude. Toujours à l’affût sur le site, notre désormais célèbre inconnu ne rate aucune querelle mais nul ne sait, s’il en est juge ou partie. Et Tout semble déranger sa quiétude de spectateur blasé. 
 
Règlement de comptes à l’Assemblée nationale 
 
-Tous dehors. 
 
La France au secours des homosexuels sénégalais 
 
-Tous dehors 
 
Scooters, ces cercueils ambulants… Un motocycliste s’est fait bêtement tuer par une charrette… 
 
-Tous dehors 
 
L’ancien Premier Ministre invité au petit déjeuner de Barack Obama 
 
-Tous dehors 
 
L’invective tombe sans fautes d’orthographe ou de sens en et ne laisse aucun indice sur la teneur intellectuelle du personnage. 
 
« Tous dehors » ai-je envie d’asséner, à mon tour, aux boute en train qui prennent le Web pour un playground…Hurler aux cancres, qu’une chronique, -column en anglais- est une expression libre consacrée à un domaine précis; qu’elle peut adopter un style allégorique , pamphlétaire, humoristique ou pendre un ton enjoué. 
 
Les tournures du chroniqueur, parfois plus recherchées que celles du journaliste de faits divers, requièrent, du lecteur, une bonne appréhension des genres rédactionnels et un niveau certain de culture. 
 
Exiger des solutions au chroniqueur dénote paresse intellectuelle et ignorance dans la mesure où une chronique invite à la réflexion; ce qui constitue déjà un début de solution. 
 
Est-ce raisonnable de jeter au feu celui qui, faute d’eau, n’a pas su éteindre l’incendie mais eût la présence d’esprit d’alerter le village avec son tamtam ? 
 
D’un chroniqueur en chirurgie plastique on ne devait point s’attendre à ce qu’il sache également manier le bistouri du praticien. 
 
Sur un autre registre, il serait cruellement insensé de demander au dramaturge ou cinéaste de proposer des solutions sociales au terme d’une mise en scène. Même s’il advient que des œuvres littéraires ébranlent des régimes et soulèvent des peuples. 
 
Quid du critique ? Par expérience, formation ou témérité, il fourre son nez dans les affaires d’autrui et donne des avis que personne n e lui a demandés. 
Il existe des critiques à la périphérie de toutes activités humaines: art, cuisine, littérature, cinéma sport, etc. 
 
Bof … Tout cela, tout le monde le sait. Sauf que si tout le monde sait ce que tout le monde sait et se tait, autant devenir fossile! 
 
Tous dehors! A commencer par les vieux ringards de mon acabit. 
 
Me revient le mot du Grand Oustaz : « la langue profère l’outrage et se replie dans le palais quand le reste du corps reçoit la raclée. » 
 
Au fait, c’est quoi un critique social? Trublion, philosophe, imposteur ?  
 
Disons, simple «mbërëŋaan» ou bousier- Sisyphe. 
 
 
 
Auteur: Amadou Gueye Ngom  
 
 
Nettali : Lundi 9 Fév 200 
 
GREVE DES MEDECINS DU SENEGAL, CE LUNDI : Le service paralysé dans les hôpitaux 
 
NETTALI.NET - Le service est paralysé dans la plupart des hôpitaux du Sénégal. Les médecins observent une grève, ce lundi 9 février. C’est le Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames) qui est à l’origine du mot d’ordre de grève. Les médecins du Sénégal entendent ainsi apporter leur soutien à leurs homologues de l’hôpital El Hadji Ibrahima Niasse de Kaolack qui protestent contre l’affectation d’un des leurs, gynécologue.. 
 
Les médecins du Sénégal qui sont entrés en grève ce lundi, protestent contre l’affectation du gynécologue en service à l’hôpital El Hadji Ibrahima Niasse. Les travailleurs de cet hôpital qui ne veulent entendre parler de l’affectation du gynécologue, avaient été les premiers à observer un mouvement de grève. Ce lundi, ils ont reçu le soutien du Sames qui a lancé un mot d’ordre à tous ses militants pour qu’ils observent la grève. Pour les grévistes, leur camarade affecté, est le seul gynécologue de l’hôpital El Hadji Ibrahima Niasse. Son départ va donc être un handicap pour la structure sanitaire. 
 
Le secrétaire général adjoint du Sames, M. Abdoulaye Bousso qui s’est exprimé ce lundi, sur les ondes de Walf Fm déclare que la mesure d’affectation du gynécologue en service à l’hôpital El Hadji Ibrahima Niasse est « illégale ». M. Abdoulaye Bousso soutient qu’après leurs recherches au niveau du ministère de la Santé, les membres du Sames ont découvert que leur collègue de Kaolack était placé sur une liste d’affectation qui ne concerne que les nouveaux gynécologues devant être déployés. 
 
A l’hôpital général de Grand-Yoff où le mot d’ordre de grève a été largement suivi, les reporters de Walf Fm ont trouvé sur place, des médecins arborant des foulards rouges. Ces derniers qui observent le mot d’ordre de grève ne se sont penchés que sur les malades dont les cas sont déclarés urgents. Il en est ainsi dans la plupart des hôpitaux du Sénégal. 
 
Auteur: Mayaram  
 
 
African Global News : Lundi 9 Fév 2009 
Abasse Ndione, auteur de " Mbëkëmi " : " les candidats à l’émigration clandestine ne sont que des déçus de l’alternance " 
 
L’écrivain sénégalais, Abasse Ndione, a présenté vendredi, à la librairie Clairafrique, son dernier roman, Mbëkëmi à l’Assaut des vagues de l’Atlantique. L’auteur de cet ouvrage qui s’est intéressé sur le thème de l’émigration clandestine des jeunes est formel : "ces jeunes partis à l’assaut des océans pour atteindre l’eldorado espagnol ne sont que des déçus de l’Alternance" politique survenue en 2000 au Sénégal. 
L’histoire du roman de Abasse Ndione se résume comme suit : Une cinquantaine de jeunes africains, toutes catégories confondues (étudiants, femmes, paysans), décident de prendre une pirogue, à destination des Îles Canaries, en Espagne. Une semaine après leur départ, les voyageurs commencent à apercevoir les premières images de leur lieu de destination. Et chacun d’exprimer son rêve le plus fou avec l’espoir de le réaliser une fois sur place. Mais, c’était sans compter avec une météo peu clémente qui s’est invitée au voyage à un moment où personne ne s’y attendait. Conséquence : une tempête les contraint à errer pendant une semaine sur l’océan. Au point qu’il ne restait aux aventuriers que leur vêtement. Une fois le résumé du roman décliné, Abasse Ndione s’est laissé aller à une véritable séance d’explication de texte, tenant le public en haleine, pendant un bon bout de temps. 
 
L’auteur de Mbëkëmi A l’assaut des vagues de l’Atlantique, qui est né à Bargny, village de pêcheurs, au nord de Dakar, capitale du Sénégal, dira d’emblée, que "ce roman part de faits réels vraiment vécus". Il a, en effet, vu des jeunes de son village qui ne craignent pas l’Atlantique, partir, par pirogue, en Espagne et les a écoutés raconter leurs histoires et ce, bien avant que le phénomène commence à attirer l’attention des média. C’est ainsi, dit-il, que l’envie le prit de vouloir comprendre ce qui se cache réellement derrière ce phénomène. Après avoir discuté avec les jeunes, il s’est rendu compte que ces derniers ne veulent pas en réalité quitter leur pays pour aller s’installer définitivement en Espagne. "Ils veulent tout juste aller chercher quelque chose et revenir pour investir dans leur pays". Raisonnement plus que logique, selon lui, si l’on sait que le phénomène n’a commencé à prendre l’ampleur qu’on lui connaît qu’avec l’avènement de l’alternance. "Normal, puisque l’arachide, qui faisait vivre leurs parents et qui avait, par le passé, bénéficié de 200 milliards de francs Cfa d’investissement, ne bénéficie plus que de 40 milliards de la part des autorités de l’alternance". C’est ce qui représente, selon lui, les véritables motivations de ces "déçus de l’alternance" pour qui, il concède : "ce qu’ils vont chercher, ils ne le trouvent pas chez eux. Seulement, le vrai problème, conclut-il, réside dans le fait que ces jeunes ne trouvent pas forcément ce qu’ils vont chercher dans l’eldorado espagnol." 
 
Réagissant à l’exposé de l’auteur, Cheikh Gueye, un membre de l’assistance, soutient que l’émigration clandestine des jeunes a un véritable soubassement économique. "Tant qu’il n’ya pas de boulot, on ne peut pas empêcher les gens d’aller là où il y a les richesses", lance-t-il avec vigueur. D’ailleurs, ajoute-t-il, c’est ce qui avait motivé l’émigration européenne vers le continent américain, de même que l’émigration européenne vers l’Afrique. Et de s’interroger : "pourquoi les Européens veulent ils alors stopper l’émigration des jeunes africains vers l’Europe, alors qu’ils avaient encouragé l’immigration après la seconde guerre mondiale quand il était question de trouver de la main d’œuvre pour reconstruire l’Europe ?" 
 
Un autre intervenant décrira l’émigration comme "un phénomène naturel. Il y va même de la stabilité du monde", déclare-t-il. 
 
Abass Ndione annonce un prochain roman sur une histoire d’amour née dans la même pirogue entre une jeune femme et un jeune homme originaire du fin fond du Sénégal oriental. 
 
Auteur: Khalifa Ababacar Diop  
 
 
 
Le Soleil : Lundi 9 Fév 2009 
Moustapha Fall, SG de APL/DOG BUUMU GACCE ; Une vie de « Che ». 
La vie de Moustapha Fall est loin d’être un long fleuve tranquille. L’homme s’identifie à un révolutionnaire, critique la Droite et digère mal la fin du bipolarisme. Le « Che » de Kaolack débute, haut et fort, ses quatre vérités en parlant de la crise financière mondiale, des assises nationales, des élections locales, etc. 
 
A quoi tient un destin ? À beaucoup de choses certes, mais à peu de choses sans doute. Celui de Moustapha Fall « Che » tient à un bout de papier. Petit garçon, il était chargé, par le pater, d’aller au kiosque du coin chercher des journaux dont la revue Africa Asia. À la deuxième page, on présentait d’habitudes de nouvelles publications. C’est celle d’Ernesto « Che » Guevara qui va le marquer le plus. « On y montrait un homme avec un béret », dit ce quinquagénaire qui a pendant longtemps mal prononcé ce nom et qui ignorait aussi tout de cet homme. En vacance à Dakar, il acquit par hasard Guerre de guérilla grâce à l’argent que “ mon tuteur m’avait donné avant mon retour à Kaolack ”. Dans cette ville au centre du Sénégal, Moustapha Fall fera de ce livre le principal centre de ses intérêts. 
 
“ Je l’ai montré à tout le monde ”, dit-il avec un sourire aux coins des lèvres, trahissant ainsi sa fierté digne d’un jeune premier. Il précise : “ Je disais voilà le « Cheu » ! Voilà le « Cheu » ! Et mon grand-frère me dit : « On ne dit pas le “Cheu”, on dit le “Thié” ». Il m’a longuement parlé de lui et ça m’a intéressé ”. Il ajoute : “ J’avais tellement embêté les gens avec le livre de « Che » qu’ils ont fini par me surnommer Che ”. Un surnom qu’une mère trop conservatrice ne voulait pas “ au début ”. “ Maintenant, non seulement elle m’appelle Che, mais mes enfants ne savent même pas que je m’appelle Moustapha ”, dit ce père de famille monogame dont la vie n’a pas été sans histoire. 
 
“ C’est une tête brûlée. Il dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas ”, dit un ami de celui qui fut pourtant “ adepte de la non-violence ”. 
 
L’ancien pensionnaire du collège Victor Schœlcher avait gagné un livre de Martin Luther King comme prix. Pendant les grandes vacances, le père l’invitait le plus souvent à s’occuper intellectuellement au lieu de traînasser. Ainsi, il épousa la philosophie qui veut que la non-violence soit “ une arme qui tranche sans blesser ”. La réalité va finir par transformer cet homme au physique respectable, trahissant à la limite son âge. En témoignent ses cheveux qui refusent de s’abîmer. Noirs comme son teint d’ébène. De l’histoire politique des Fall, on apprend que le père était un dirigeant de la Section française de l’Internationale ouvrière (Sfio) de Lamine Guèye. “ Ils étaient opposés à Senghor. À l’époque, après chaque élection, je voyais des éléments du Bloc démocratique sénégalais (Bds) jeter des pierres sur notre maison. Cela m’a beaucoup marqué ”. Se développe alors une haine et puis une révolte. 
 
“ Spartacus ” ou la révolte du « Che » 
 
“ Pour être un Che sur le plan des idées, de la conviction et de la lutte révolutionnaire, je me suis efforcé de faire le meilleur de moi-même ”, avoue-t-il. Mai 68 a été le premier cas d’école de cet ex-syndicaliste. On a vainement cherché à le prendre. Ce sera finalement le “ jeune frère mineur ” traduit par la suite au tribunal. “ Çà m’a beaucoup marqué ”, lâche-t-il. En 1969, il crée alors “ Spartacus ”, un mouvement tout ce qu`il y a de plus révolutionnaire. “ J`ai pris et distribué le bien d`autrui à des personnes dans le besoin ”, admet-il, à présent. Il se souvient : “ c’est comme ça que les éléments du Pai clandestin m’ont repéré et recruté ”. 
 
Président de trois cents jeunes environ du Foyer de Kasnack, il était “ pisté ” par les politiques. C’est finalement le Parti africain pour l’indépendance (Pai), en clandestinité, qu’il va intégrer en 1970. Allah Kane, son sergent recruteur -qu’il a longtemps confondu avec un agent de la Police- affirme : “ C’est un jeune engagé, prêt à faire des sacrifices pour son pays. On ne s’était pas trompé en le recrutant ”. 
 
Le jeune « Che » s’est vite fait un nom, au Pai. En Guinée, Sékou Touré aimait souvent le citer “ pour mon engagement ”. C’est la mort d’Amilcar Cabral qui a empêché la tenue de la conférence que le frère Louis devait animer au foyer Kasnack, sous son initiative. Parmi ses “ relations ”, il y avait aussi un certain Abou Amar, alias Yasser Arafat. Mais, de cette clandestinité, il a surtout retenu “ une nuit passée en brousse jusqu’à l’aube ”. Le nouveau recru glissait nuitamment les “ trop précieux tracts du parti ” par les fenêtres donnant dans les rues. Les jeunes de Bongré l’ont, un jour, pris pour un voleur et s’en est suivi une course-poursuite jusqu’à la sortie de la ville. Il n’a dû son salut qu’aux ténèbres. Pour autant, cet épisode n’a pas refroidi ses ardeurs militantes de ce parti ancêtre de beaucoup formations se réclamant de la Gauche. 
 
En 1981, il fera partie des membres fondateurs du Parti de l’indépendance et du travail (Pit) de Dansokho, avec qui il entretient des relations exceptionnelles. “ Amath, c’est un grand-frère. Je ne cesserais jamais de le remercier ”, soutient-il. Puis, il explique : “ lorsque je baptisais ma fille, en 1992, il a abandonné son ministère de l’Urbanisme et est venu rester avec moi à Kaolack pendant trois jours ”. 
 
L’intéressé réplique : “ Che, c’est mon ami. C’est un homme très chaleureux, plein de vivacité, parfois d’exubérance ”. Le patron du Parti de l’indépendance et du travail (Pit) estime qu’il fait la “ politique de façon trop enflammée, pour ne pas dire exaltée ”. Amath Dansokho de préciser : “ Il croit à l’action populaire ”. 
 
Briser toutes les barrières parce que tous les hommes sont frères 
 
En vérité, c’est grâce au Pit qu’il a pratiqué le socialisme et les pays de l’Est. “ C’était Prague d’abord ”, puis Moscou et Berlin vont suivre. Dans la capitale tchécoslovaque, le « Che » de Kaolack a étudié, en 1986, à l’Ecole des hautes études politiques (Vysoka Skola Politicka). 
 
Ses promotionnaires étaient aux responsabilités étatiques dans leurs pays respectifs. Lui qui avait démissionné du secteur privé pour aller à l’Est a vu chuter le Mur de Berlin en 1989. Il était de la dernière promotion de l’Ecole supérieure Karl Marx (Parteihochschule Karl Marx). De cette ville historique où Barack Obama a prononcé un discours prédisant la chute de tous les murs, il a gardé plein de souvenirs. 
 
“ Ce sont des images qui ne me quitteront jamais. On était scandalisé parce que les pays de l’Est c’est le paradis. C’était extraordinaire, surtout quand on venait du Tiers-Monde ”, dit-il. Puis, il ajoute : “ Il y avait, là-bas, des perspectives après les études. Si on se rend compte que tout est fini maintenant, on ne peut qu’avoir un sentiment de déception et de découragement ”. 
 
Pour le « Che », le Mur avait, sur le plan économique, sa raison d’être. Même si, estime-t-il, du côté social beaucoup de murs doivent tomber. Il pense en particulier à celui “ racial ”. Dans les rues de Prague, les jeunes filles leur balançaient à la figure avant de courir le mot “ Chierno ” - qui “ veut dire noir ”. “ C’est comme si on était la peste ”, regrette encore cet homme dont la devise du parti est “ Tous les hommes sont frères ”. “ Il faut briser toutes les barrières ”, avise-t-il. La fin du bipolarisme, il l’a regrettée. Nonobstant, il demeure optimiste quant à son retour. “ Les idéologies ne meurent jamais ”, soutient celui qui croit que ce bipolarisme “ est bien pour l’équilibre du monde ”. Ce qui l’irrite le plus, c’est “ l’impérialisme occidental à roue libre (...) qui a donné naissance à l’actuelle crise mondiale ”. Et, ses actes font souvent penser aux Brigades internationales. 
 
Lors de la première guerre en Irak, il a mobilisé une centaine de volontaires pour aller “ combattre l’injustice ” dans ce pays pétrolier. En vain ! Pour lui, le socialisme séparé de son caractère bolchevik est, sans doute, le meilleur des systèmes politiques. 
 
Le 21 mai 2000, il créa Action patriotique de libération (Apl/Dog Buumu Gacce). “ Un parti qui se réclame du socialisme humaniste et qui accepte la différence ”, avance-t-il, non sans faire remarquer “ ça devrait être le résultat de la Perestroïka (restauration) et de la Glasnost (transparence) ”. 
 
Pour le fondateur du Mouvement guevariste sénégalais (Mgs), ce système “ s’apparente au communalisme des Africains ”. Il propose alors la création d’une Coalition de Gauche patriotique et démocratique. 
 
“ Au Sénégal, ce sont des partis de Droite qui ont jusqu’ici dirigé le pays. Ils ont tous échoué ”, argumente-t-il. La Gauche, pense-t-il, doit maintenant venir proposer un projet de société et prouver qu’il y a mieux que ce qui s’est passé jusqu’ici. 
 
“ J’ai aidé à l’implantation du Pds dans le Sine-Saloum ” 
 
La scène politique nationale, il la regarde aussi autrement. Wade, il l’aime “ pour son itinéraire et non pour ce qu’il est ”, même s’il a “ aidé à l’implantation de son parti ” dans le Sine-Saloum. Les assises nationales, il dit ne pas y adhérer. C’est que le « Che » n’a “ pas vu un seul pays au monde où l’opposition se constitue en bureau d’étude pour le pouvoir ”. 
 
Dans cette opposition, tout comme dans la Société civile, il compte “ beaucoup d’amis ”. À l’exception d’Idrissa Seck qui est “ un concurrent d’intérêts de Wade ”, “ tout le monde m’aime parce je ne suis ni menteur, ni ingrat, encore moins opportuniste ”. Mais le nom de son parti, Action patriotique de libération/Dog Buumu Gacce, ne manque pas de susciter des interrogations chez les plus taquins. 
 
Il fait remarquer : “ Souvent les gens me disent mais qu’est-ce que vous libérez ? Le pays est déjà libre”. La réponse tombe comme un couperet : “ On libère les Sénégalais des maladies, des souffrances, de l’analphabétisme et de l’injustice. On les libère des fléaux”. 
 
Il dit aussi : “ Il faut être de véritables patriotes pour entreprendre de telles œuvres”. C’est donc avec ce parti qu’il compte aller aux prochaines locales. Car, l’un de ses rêves, c’est d’être un des successeurs de son “ oncle maternel ”, Waldiodio Ndiaye, à la mairie de Kaolack. 
 
En ce vendredi, il est quatorze heures et quart. La grande aiguille de la pendule a déjà fait un tour. Le cellulaire sonne. Il décroche : “ Allo, Che à l’appareil... ” Inégalable ! 
 
1969 Création de “ Spartacus ”, un mouvement révolutionnaire 
 
1970 Il intègre le Parti africain pour l’indépendance (Pai) dans la clandestinité 
 
21 mai2000 Création de l’Action patriotique de libération (Apl/Dog Buumu Gacce). 
 
Auteur: Aly DIOUF  
 
 
Pressafrik: Dimanche 8 Fév 2009 
Ousmane T. Dieng : " Wade recevait l’aide de chefs d’Etat étrangers… 
Le secrétaire général du Parti Socialiste (PS), Ousmane Tanor Dieng pense qu’il n’est pas répréhensible qu’un leader politique reçoive l’aide d’un chef d’Etat étranger en vue de financer ses activités politique. Invité de l’émission Opinion sur la radio télévision Walfadjri, le leader des socialistes sénégalais a aussi abordé les élections électorales prévues 22 mars et les aveux de Wade quant à son passé maçonnique. 
«Si j’ai besoin d’être aidé par Laurent Gbagbo (président ivoirien), il n’y a aucun problème. Si Bongo veut aider Macky Sall, il n y a aucun problème également. L’opposant Wade a reçu l’aide de chefs d’Etat étrangers et nous n’en avons jamais fait cas. Cela n’est pas répréhensible » a affirmé le secrétaire général du Parti Socialiste, Ousmane Tanor Dieng au cours de l’émission «Opinion» de la RTvWalfadjri 
 
«La tenue d’élections à date échue est un préalable à l’exercice démocratique. Ces élections ont été plusieurs fois reportées, nous n’accepterons pas un nouveau report. Malgré les manquements notés, nous ne pouvons pas les boycotter. Il s’agit d’élections spécifiques, la base ne suivrait pas», a-t-il souligné. 
 
Le chef de file du PS a été interpellé sur ce qui constitue le débat du moment avec les aveux de Abdoulaye Wade sur son passé maçonnique. «Je ne suis pas franc-maçon, je ne le serais jamais. La franc-maçonnerie n’est pas compatible à ma religion. On m’a éduqué selon des préceptes qui interdisent l’appartenance à ce genre de société secrète. Si la conquête du pouvoir est assujettie à l’appartenance à cette secte, je ne vais jamais acquérir le pouvoir», a indiqué Ousmane Tanor Dieng. 
 
Sur les recours de l’opposition et de la Commission Electorale Nationale Autonome (CENA) déboutés par la Cour d’appel de Dakar sur l’affaire de la forclusion des listes de la Coalition Sopi à Ndindy et à Ndoulo (Diourbel), le membre de la conférence des leaders de la coalition Benno Siggil Senegaal a semblé être très irrité. «C’est grave et dangereux pour notre démocratie. Cet acte nous pousse à soupçonner que le pouvoir instrumentalise la justice. Avec Wade, il y’a une collision entre le régime et l’administration territoriale. Nous allons confectionner un dossier que nous soumettrons aux ambassades et institutions internationales pour leur montrer l’Etat de la justice sénégalaise sous Abdoulaye Wade». 
 
«Nous allons mettre en place des brigades de vigilance. Il est important qu’un signal politique fort soit lancé à Wade le 22 mars. Il faut lui montrer que sa popularité est au plus bas», a affirmé l’opposant du régime libéral. 
 
Le secrétaire général du PS a estimé que «l’une des qualités d’un ministre de l’Economie et des Finances, c’est de savoir dire non aux politiques. Cheikh Hadjibou Soumaré et Abdoulaye Diop sont des économistes sortis de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA), ils doivent refuser de mettre en péril les fondamentaux de l’économie sénégalaise». 
 
Dans cette optique, il a ajouté que «ce gouvernement n’a pas d’emprise sur les réalités. La manière de travailler de Wade est favorable aux dépenses hors budget. C’est totalement illégal». Abordant la campagne agricole, Ousmane Tanor Dieng a expliqué : «il faut un plan de relance de notre agriculture. La responsabilité de la décadence du monde rural incombe à Abdoulaye Wade qui ne croit pas en l’arachide». 
 
Auteur: Mame Coumba Diop  
L'OFFICE: 
 
Confusion… 
Etre fils de lutteur ne veut nullement dire qu’on est un grand champion. En effet, le fils de « Double Less », Balla Gaye 2 pour ne pas le nommer, a certes des atouts physiques et techniques, mais il lui manque l’humilité. Champion, c’est dans la tête d’abord, savoir que rien n’est acquis d’avance. Son revers d’hier lui apprendra à être plus modeste face à ses adversaires, et de les respecter. Transposé dans le champ politique, c’est le même comportement qu’ont les libéraux, qui se croient aujourd’hui tout permis. Ils confondent l’administration et leur formation politique, violant allègrement les règles du jeu politique. Un nombrilisme qui a dangereusement écorné ce qui reste de la démocratie sénégalaise. Attention, le réveil risque d’être brutal ! 
( Mor Todjangué ) 
 
L'OBSERVATEUR: 
 
 
TRIPATOUILLAGE DES LISTES ELECTORALES A PIKINE 4 recours en annulation introduits contre la Coalition Sopi  
 
 
Article Par Harouna FALL,  
Paru le Lundi 9 Fév 2009 
Des tripatouillages ont été notés sur les listes de la Coalition Sopi 2009 du département de Pikine, dans quatre communes d’arrondissement. Elles ont été soumises à la Cour d’Appel et depuis la semaine dernière, un avocat a été commis pour leur annulation.  
Les cas de fraude sur les listes électorales se multiplient au niveau du Parti démocratique sénégalais (Pds). Après Ndyndi, Ndoulo, Oussouye, c’est le département de Pikine qui vient d’entrer dans la danse. Des sources proches du Pds signalent que des cas de fraude ont été notés dans leur rang au niveau du département de Pikine. Des personnes qui n’étaient pas investies sur les listes électorales et qui n’avaient même pas déposé un dossier de candidature ont été surprises de voir leur nom sur les listes. Selon nos interlocuteurs, il s’agit pour la plupart des cas des membres de l’alliance des Wadistes de Pikine, qui ont vu leur nom sur des listes alors qu’ils n’avaient pas fait acte de candidature, encore moins déposé des dossiers. Ce qu’ils ont trouvé illégal. Ils se sont attaché les services d’un avocat pour introduire un recours en annulation contre ces listes. Interpellé, un membre clef de l’alliance des Wadistes de Pikine, confirme l’information. A l’en croire, ces gens qui ont été ajoutés sur les listes n’ont jamais déposé de dossiers encore moins fait acte de candidature. C’est pourquoi depuis avant-hier ils ont introduit par le canal d’un avocat des recours en annulation. Parce qu’ils estiment qu’on a ajouté leur nom sur des listes à leur insu. Joint par téléphone, l’avocat qui préfère pour l’instant l’anonymat pour des raisons stratégiques dit-il a confirmé qu’il a été effectivement saisi pour introduire quatre recours en annulation contre les listes de la coalition Sopi 2009 à Pikine. Et qu’il a introduit ces recours depuis la semaine dernière devant la Cour d’Appel de Dakar pour annulation. Et qu’en principe, la Cour d’Appel devait examiner ces recours au plus tard aujourd’hui.  
 
LE QUOTIDIEN: 
La grande désillusion  
Qu’on le dise franchement ! de nos jours, les Sénégalais vivent une sombre époque de leur existence : non seulement ils n’arrivent plus à se nourrir correctement, mais ils n’ont plus d’espoir de rêver de s’en sortir avec ce régime dit de l’alternance que l’on ne pouvait guère imaginer pire que le défunt régime socialiste auquel il a succédé depuis le 19 mars 2000. 
Et pourtant, au départ, tous les espoirs étaient permis avec un gouvernement qui regroupait autour du Président Wade tous les leaders des partis d’opposition significatifs de l’époque comme Moustapha Niasse, Amath Dansokho, Landing Savané, Abdoulaye Bathily. Et le rêve était d’autant plus permis que chacun de ces chefs de parti avait proposé aux Sénégalais des changements et des réformes qui devraient en principe, faire de notre pays un véritable modèle de démocratie, de justice sociale et de progrès économiques. 
Mais… hélas ! Au fil du temps, en moins d’une année d’alternance, l’on commença à déceler des contradictions qui annonçaient une tempête qui ne tarda pas à faire place à cette euphorie éphémère que l’on sentait chez la plupart de nos compatriotes. D’abord, Amath Dansokho ensuite Moustapha Niass et plus tard, Abdoulaye Bathily furent pratiquement boutés hors du gouvernement. Même la pauvre Mame Madior Boye qui, en tant que femme apolitique, n’en avait pas moins séduit par son intégrité et une certaine compétence, ne fut pas épargnée. Et le parti du président élu resta presque seul maître à bord. 
Néanmoins, jusque-là, les plus optimistes des observateurs n’ont pas baissé les bras, assimilant tous ces départs à une simple épuration destinée à permettre au Parti démocratique sénégalais (Pds), le parti de Me Wade, d’avoir les coudées plus franches pour mieux conduire les changements qualitatifs auxquels leurs mandants aspiraient. Malheureusement, plutôt que de s’efforcer à conforter ces derniers dans cette attente, le parti au pouvoir, très largement et très abondamment infiltré par une pléthore de transhumants et de nouveaux visages surgis du néant, ne s’est contenté que de guéguerres intestines, qui pour un meilleur positionnement, qui pour une promotion politico-sociale plus avantageuse. 
Tant et si bien que, avant la fin du premier mandat de Me Wade, la déception, l’amertume et la frustration avaient fini par balayer l’espoir chez la plupart des fervents partisans de celui que l’on a surnommé le prophète du Sopi. 
Malgré tout et malgré certaines révélations assez compromettants d’une presse nationale plus hardie, le Pds et ses alliés sont parvenus à reconquérir le pouvoir aux élections de 2007 dès le premier tour. L’on se résigna alors, avec le secret espoir que le maître du jeu politique allait tirer leçon de la première expérience pour rectifier le tir, mais que nenni : les guéguerres fratricides reprirent de plus belle et l’on assista -on assiste encore- à des dérives et des excès que l’on ne pouvait comprendre de la part d’un agrégé de Droit et des Sciences économiques, membre de l’Académie internationale de Droit comparé, et de bien d’autres titres aussi prestigieux les uns que les autres. 
Aussi, force est de reconnaître que, de nos jours, mis à part ceux qui jouissent des largesses et de la génération du chef de l’Etat, les Sénégalais sont très amers vis-à-vis de celui qu’ils considèrent comme l’artisan de leurs maux et d’aucuns vont même jusqu’à ironiser en disant qu’en fait le Sopi, Me Abdoulaye Wade nous gratifie d’un changement plutôt négatif, en ce sens qu’on assiste chaque jour que Dieu fait, à du jamais vu en matière de justice sociale, de volonté politique pour améliorer le sort du Sénégalais lamda, de moralité dans les mœurs, etc. Et l’on se demande alors où est passé le Maître Wade de l’opposition qui disait de Abdou Diouf qu’il avait un problème de choix d’hommes pour diriger le pays. 
Pour sa part, c’est là surtout que se situe tout le mal de l’alternance. Les critères de choix de ceux à qui les destinées du pays doivent être confiées ne sont pas que activisme sans foi ni loi, génuflexions assimilées à de la fidélité et autres flatteries pour masquer le visage hideux de la réalité. 
Tout de même, ce n’est pas pour rien que Papa Samba Mboup, l’homme à qui l’on peut tout reprocher sauf une fidélité, un engagement et une loyauté sans faille envers Wade, n’a pas pu se retenir de ruer dans les brancards contre ces «fumiers» qui n’agissent que pour leurs propres intérêts. 
Khadre FALL - Ancien directeur de Rédaction de Sopi des années de braise 
 
DIOURBEL - Contre la validation des listes de la Coalition Sopi : La Ceda met la pression  
09-02-2009 Les décisions rendues par les juridictions sur l’affaire des listes de la Coalition Sopi 2009 au niveau des arrondissements de Ndindy et Ndoulo ne sont pas du goût de la Commission électorale départementale autonome (Ceda) de Diourbel. Non contente du verdict, la Ceda continue de mettre la pression sur la Cour d’Appel dont elle rafraîchit la mémoire en lui rappelant que tous les membres qui la composent, comme les contrôleurs, ont prêté serment devant la Loi.  
Par Boucar Aliou DIALLO 
La Commission électorale départementale autonome (Ceda) de Diourbel a sorti un communiqué pour «réaffirmer les constatations irréfutables, quant à la forclusion des listes de candidatures de la Coalition Sopi 2009 dans les arrondissements de Ndoulo et de Ndindy et rejeter toutes les décisions de Justice qui ont été rendues à ce jour». Elle rappelle pour ceux qui feignent de l’oublier «qu’aussi bien ses membres que ses contrôleurs sont des agents assermentés». Par conséquent, «leurs constatations doivent faire foi jusqu’à preuve du contraire». Même si elle dit rester pour le moment suspendue à la décision finale de la Commission électorale nationale autonone (Cena), la Ceda de Diourbel tient, toutefois, à préciser qu’elle attend le moment opportun pour prendre ses responsabilités.  
Pour rappel, le tribunal départemental de Diourbel réuni en Chambre de conseil, s’était déclaré incompétent le 4 février dernier, après que la Ceda l’a saisi, par requête en date du 2 février, d’une demande d’invalidation de la liste des candidats de la Coalition Sopi 2009 dans les arrondissements de Ndindy et de Ndoulo. Pour motiver sa décision, le juge s’était appesanti sur les articles L 210 et L 254 et suivants, relatifs respectivement aux déclarations de candidatures et au contentieux sur les élections municipales et rurales que le tribunal départemental ne peut connaître d’une demande d’invalidation de liste de candidats. La Cour d’Appel de Dakar lui avait emboîté le pas, jeudi dernier, pour non seulement rejeter la requête de la Com-mission électorale nationale autonome, mais aussi et surtout pour valider les listes des candidats de la Coalition Sopi dans les dix communautés rurales composant les deux arrondissements.  
Correspondant  
 
SUD QUOTIDIEN: 
WADE, CE COMBLE DU PARADOXE !  
par , lundi 9 février 2009  
Ripostant aux attaques dont Abdoulaye WADE fait l’objet, certains de ses lèche-bottes et adeptes attitrés de l’acquiescement nous servent souvent l’argument de son épaisseur (soi-disant) intellectuelle. Il est ainsi décrit : « Wade est un grand Intello ; un Economiste de grand empan de la trempe d’un Adam Smith ; un Professeur titulaire de Droit des Universités et Avocat Emérite ; l’homme le plus bardé de diplômes du Cap au Caire ». Stimulé par ce sentiment absurde, Wade va jusqu’à sous-estimer beaucoup de ses pairs africains. A entendre ces réactions, je reste interloqué et, une question me trotte vite à l’esprit : à quoi sert être un grand Economiste si le pays que l’on dirige reste « cassé » dans le peloton des économiquement pauvres ? Le dernier rapport de la PNUD sur le développement humain est là, pour nous édifier. Le pays du grand Economiste Wade est classé au rang de 137éme sur 175 pays que compte le monde. 
Comble du paradoxe ! 
Abdoulaye Wade est considéré comme un universitaire. Il est un professeur titulaire de Droit et Avocat émérite. Mais ce qui irrite, c’est qu’il agresse au quotidien les règles les plus élémentaires du Droit. En guise d’illustration, il formate la constitution selon sa propre convenance. Dans le pays qu’il dirige, les droits de l’homme sont beaucoup plus professés que respectés. A cela s’ajoute le règne de l’impunité, la justice qui est bonopartisée, des opposants de son régime intimidés, des coups de force commandités, la pluralité d’expressions muselée pour ne citer que ceux- là. Comble du paradoxe ! 
Le pays de l’homme qui se définit comme « le plus diplômé du Cap au Caire » et majoritairement peuplé de musulmans. Il abrite de grands foyers religieux. Il a connu de grandes figures qui ont sauvé l’Islam des bottes du mécréant : Cheikh Ahmadou BAMBA KHADIMOU RASSOUL, El hadj Malick SY, Maame Limamoulaye, Cheikh Al Islam Cheikh Ibrahim NIASSE etc. Il vient d’abriter le 11éme Sommet de l’OCI (Mars 2008), un des plus grands rendez- vous de la « OUMAH ISLAMIQUE ». Au lendemain de cette grande –messe des péd…, Wade est appelé à assurer et ce, jusqu’à présent, la Présidence en exercice de l’instance. Alors que son mandat ne s’achève même pas, il vient de se singulariser en clamant à qui veut l’entendre ses accointances avec des Loges franc-maçonniques : « J’étais franc-maçon. Je ne le suis plus. Par curiosité, j’y ai adhéré, espérant y trouver des échanges intellectuels de très haut niveau. Ce ne fut, pas le cas. J’ai démissionné ». Une honte pour tous les Musulmans de ce monde ! Comble du paradoxe ! 
Pour entrer dans les grâces… électorales de la Communauté mouride, Wade déclare par urbi et orbi, son appartenance à la confrérie fondée par Serigne Touba Khadim RASSOUL. Ce qui pousse beaucoup de talibés mourides à le défendre opiniâtrement (signalons que tel n’est plus le cas). Ils lançaient : « Abdoulaye Wade est un talibé de Serigne Touba. C’est avec lui qu’on a vu pour la première fois, un Président de la République se mettre en génuflexion devant le Khalife Général des Mourides ». Acte d’allégeance ou acte de fumiste ? 
Pourquoi lui qui réclame son appartenance au mouridisme s’est marié avec une femme d’origine juive et athée (il y a 50 ans) et n’a jamais préféré la convaincre à embraser sa religion ? (En tout cas nous restons dubitatifs sur son appartenance à la religion de Mohamed). Wade doit-il serrer la main à nos vénérés guides religieux et au premier chef, nos Khalifes Généraux ? 
Ce pays musulman à 95% doit-il laisser son destin entre les mains d’une famille : un père franc-maçon, une mère juive athée et un fils dont la moralité est des plus douteuses ? 
Mais, où est Karine ? 
Wade, ce comble du paradoxe ! 
Ibrahima NGOM Damel,  
Journaliste – Ecrivain  
E-mail : yboupenda@yahoo.fr 
 
Doit-on encore rêver raisonnablement ?  
par , lundi 9 février 2009 
Ce sujet proposé aux candidats au concours à la Conférence du Stage du Barreau de Paris n’a pas manqué de me faire une impression particulière 
Aussitôt, l’Histoire me bouscula. Et me revient la mémoire. Une date. Le 19 mars 2000. 
C’était un dimanche. Jour de mariage à Bamako, chantent Amadou et Marième. Fortes émotions et liesse populaire. 
Mon peuple venait de prendre sa Bastille. Sans heurt et dans la sérénité. L’alternance politique tant attendue était là ! Entière et palpable. Partout des visages avenants,des sourires immenses 
Le grand rêve à chaque coin de rue, dans chaque quartier. Tout semblait redevenir possible. 
Nous voilà donc à l’Opéra avec ses balcons et ses loges, symbolisant l’immensité des rêves 
des Nouveaux Maîtres,accentuant les honneurs et leur goût à la célébrité,à la gloire et à la postérité 
Et la musique occupe sa place, son espace. Une musique au rythme effréné,noyée dans une richesse de sonorités et réglée dans l’ordonnancement d’une symphonie 
Tapez les mains, battez les pieds. Le peuple danse sous l’air des tanebères, des doxantus au refrain de Pape et Cheikh.. Etat de grâce totale. 
Le Chef en personne conçut la mise en scène, écrivit l’opéra, supervisa l’œuvre, choisit le 
lieu : le plus grand stade de la Nation ,du nom d’un illustre et immortel sénégalais .La messe doit être historique et populaire. 
L’occasion fut offerte à tout le pays de découvrir les qualités de metteur en scène,de compositeur et d’écrivain du guide 
Une démarche peu familière aux vrais compositeurs habitués eux-mêmes à créer leurs œuvres avec le relais des interprètes qu’aux politiques généralement attachés à la solitude studieuse et silencieuse de leurs bureaux 
Fait encore plus insolite,mon hymne national a été zappé« pincez vos koras,frappez les balafons » ces mots qui ont bercé mon enfance à l’école et forgés mes convictions citoyennes et républicai- nes 
A quoi bon donc maintenir une œuvre d’art, fut-elle commune à un pays quand on veut imprimer hic et nunc sa philosophie du pouvoir ? 
Alors, décidé ! Dorénavant, les oreilles doivent s’habituer à l’hymne africain et à la couleur 
bleue:tapis, bus publics et bulletins de vote au diapason 
Les promesses s’empilent. Les esprits fonctionnent en arborescence. Une idée en amène une autre, les récits s’emboîtent les uns dans les autres. Ne plus savoir dans quel temps inscrire la politique,ni dans quel espace l’exercer, le risque ne leur effraie sans doute pas.. 
Pourquoi réduire la voilure. La crise est au Nord. Ici, nul n’a le droit de désespérer. Gardons le cap. Vision rose-bonbon. 
Le rêve grossit. L’appel d’air enfle .C’est le début de la foire à la grande transhumance. Des bipèdes en boubous réversibles sans attendre le tour des saisons veulent venir à Canossa. Je m’étrangle. Moi qui croyais que Balzac avait tout dit sur la nature humaine ! 
Toutefois,l’orchestre ne dispose d’une identité sonore repérable immédiatement. Il ne s’agit plus du même orchestre. Sa personnalité a été modifiée. 
Quoi de plus normal ! L’idéologie du chef ne tient qu’en un slogan :le Sopi (changement).Cet étendard vite tombé dans la boue et l’indifférence générale ? 
Seuls quelques optimistes atteints de psitticisme, cette maladie qui consiste à répéter mécani- 
quement les choses nous parlent toujours des projets du Chef de l’Etat ,de sa vision ,de son pro 
gramme Banlieues 
L’histoire est un cycle,il faut le rappeler,et que nous sommes peut-être arrivés à la fin de ce cycle ouvert par l’alternance en 2000. 
La leçon que je tire de tout cela, puisque je déteste le rêve, cette fuite en avant, cette providentia- lisation des hommes au détriment de l’institutionatisation est que si la presse a contribué en partie 
à l’avènement de l’alternance,la jeunesse de mon pays fera elle l’alternance à l’alternance. 
Abusée tant de fois, elle pourra cracher enfin son dédain de zénith. Assez de mourir dans des embarcations de fortune sous les vagues abyssales de l’Atlantique. 
Aujourd’hui plus personne ne rêve. Quand un seul homme rêve,ce n’est qu’un rêve. Mais s’il rêve le peuple en premier avec lui, c’est le début d’une nouvelle réalité. Ce peuple qui avait accueilli l’homme de l’alternance comme un prodige, au moment où cette profession s’exerçait encore par la parole, s’est aperçu qu’il n’était pas sans défaut 
Le véritable problème, ce n’est pas le guide lui-même, c’est le rêve du guide. Cette démesure que de GAULLE appelait « la passion d’étendre coûte que coûte, sa puissance personnelle au mépris des limites tracées par l’expérience humaine, le bon sens et la loi ». 
Ce qui nous pousse fatalement à un dédale inextricable. 
Les Sénégalais vivent une vie terriblement quotidienne car ils sont de plus en plus anxieux de connaître où ils vont, qu’ils ne se lassent pas de s’interroger sur les lendemains possibles. Ils vivent dans une sensation d’incertitude marquée, pressés par les besoins immédiats :se nourrir avoir de l’eau, de l’électricité,du gaz,et maintenant du riz. Grain de riz, grain de vie,dit mon 
peuple 
L’alternance a échoué. Ce fut une érosion rapide des espoirs soulevés par le pouvoir. Car cette alternance n’a pas eu la politique de sa pensée. L’idée de l’attente qui était dans beaucoup de Sénégalais n’intimide plus, ni n’accable par l’espoir que l’on mettait en elle. Les intentions étaient sans doute généreuses et les réalités le furent moins. N’en déplaise à Shakespeare « ils ont pourtant commencé par le rêve » 
J’ai plus de doutes que de certitudes. Je n’entends pas donc juger en amateur. Mes amis me pardonneront mon plaisir aristocratique de déplaire. Je nomme les choses avec le discours familier des poètes qui est souvent d’une liberté sans borne. L’intérêt et le prestige du Sénégal 
me le commandent . 
Nous avons basculé dans une illusion dramatique et lourde de conséquences. Les bribes de vérité sur les finances publiques apparaissent une à une et il faut à chaque fois les arracher aux forceps. Les Sénégalais viennent maintenant à s’interroger. 
Ce brouillard financier n’est pas rassurant ni très sain. Les pauvres et nos gosses paieront 
L’alternance , c’est comme la guerre :en une nuit,les riches peuvent devenir pauvres et les pauvres devenir riches. Ce pays a justement inventé un néologisme que ne renierait sûrement 
pas l’Académie française : « l’alternoce » 
Qu’à cela ne tienne. Que le rêve continue. Que mon peuple ne pense plus. Si un peuple pense, c’est le règne des idées. La Commune de Paris. 
Victor Hugo avait raison en affirmant « qu’on peut lutter contre l’invasion des armées mais qu’on ne peut pas lutter contre l’invasion des idées. » 
Le credo du pays doit être à l’image du PDS:c’est pas de vagues. Que ça se passe bien,que ça se passe mal, pourvu que ça passe en silence. On scénarise. Départ. Moteur. 
Le rêve. Encore le rêve. Toujours le rêve. Par tous moyens. Transformons les médias d’Etat en attributs du pouvoir ; mettons en marche la psychologie des masses, cette mécanique bête,cons- truisons le discours narratif pour gérer l’ignorance. Instaurer la sédimentation de l’inacceptable, 
telle serait la règle. 
La cerise sur le gâteau :la mise en scène de la célébration de la Goana,une sorte d’extase irration- nelle, un triomphe de l’insignifiance, tout ce qui heurte profondément le Sénégal dans son his- toire,la société sénégalaise dans ses valeurs et même la démocratie sénégalaise. Le propre du spectaculaire, c’est d’intégrer aussi sa critique 
Alors que l’on ne nous amuse pas trop longtemps en nous vendons tout et n’importe quoi, comme Shéhérazade des « Mille et Une Nuits » sauvant sa tête à chaque aube,en charmant son bourreau par ses histoires 
Quelle tristesse déjà d’imaginer un rêve populaire si ardent réduit finalement à une basse littérature, à une espèce d’élégance superflue et gratuite, à un domaine confus, à un magma indifférencié, à une sorte de temps virtuel 
Le rêve flou ne peut avoir place nulle part. Ici ou ailleurs. Puisque dans la vie, même les réussites matérielles les plus simples dépendent de la facilité, que l’on a à exprimer clairement et correcte- ment sa pensée, à comprendre celle des autres et à éviter le malentendu 
Dois-je me souvenir après tout, il ne s’agit ni plus ni moins que d ’appliquer un programme conçu et présenté pour soulager la misère populaire. A quoi bon rêver donc lorsqu’il faut agir ? 
Pour fuir le tragique de la solitude du pouvoir. Cela n’a pas de sens pour un chef dit volontaire et si omniprésent. L’Histoire,c’est l’apprentissage de la complexité. La politique aussi. 
Nous devons savoir depuis belle lurette que les rêves, les promesses, n’existent pas plus que le monstre du Loch Ness. Le rêve est par nature déraisonnable et volatil. C’est pourquoi quand il échoue,l’espoir déçu devient dangereux. 
Confondre le futur avec le présent, c’est espérer que tout ceci n’ait qu’un mauvais cauchemar Senghor priait pour ne pas confondre l’ Eden et le Royaume d’ Enfance de peur de tomber « dans ce pont de douleurs qui les relie ». 
Seul le rêve du changement fonde le changement. Quelqu’un l’a compris. Un patriote. Un leader d’un grand parti, pragmatique et décidé, et qui sans crier a redonné espoir dans son Nioro natal à des milliers de paysans et à leurs familles. 
J’ai personnellement ici la conviction que le Sénégal et les Sénégalais ont là une chance à saisir et qu’il nous appartient ensemble de projeter nos regards voire nos espoirs sur l’homme. Au-delà de son geste grandiose,face à la faillite du pays, nous devons rester attentifs et ouverts à sa démarche 
Mamadou DIALLO 
Avocat au Barreau de PARIS 
docteur en droit 
Auteur des Eclats du Temps (Poésie) 
 
WALF FADJRI: 
Point de vue  
Floraison d'agences au Sénégal : Le patron de l’Ue à Dakar invite à leur ‘rationalisation’ 
Sans s’ingérer dans le mode de gestion des autorités du Sénégal, le chef de la délégation de l’Union européenne n’en pense pas moins qu’il faut une ‘rationalisation’ des agences dont le nombre a été démultiplié depuis l’arrivée des libéraux au pouvoir. 
 
L’environnement sénégalais des affaires doit être amélioré, compte tenu des grandes difficultés économiques vécues en 2008. C’est, du moins, ce que semble soutenir le chef de la délégation de l’Union européenne à Dakar qui était, hier, l’invité de l’émission Grand jury de la Rfm. ’Il existe, quand-même, beaucoup d’agences au Sénégal et il faudrait travailler à une meilleure rationalisation’, poursuit-il, sans vouloir s’ingérer dans le choix et le mode de gestion des autorités du pays.  
S’agissant de la dette intérieure, le diplomate n’a pu s’empêcher de lever quelques équivoques sur sa manière de la définir et de l’évaluer. ‘En dehors des arriérés de 174 milliards de francs, il faut noter les 150 milliards des comptes de l’Aatr et les 74 autres milliards de francs des dépenses hors budget’, précise M. Hervio. Qui fait remarquer que le gouvernement même l’a attesté par écrit. En revanche, ce qui le préoccupe le plus, ce sont les complaintes non précises du secteur privé qui doit clairement ‘faire l’inventaire en dressant un état précis de la situation’.  
Parallèlement à cela, il y aura une rencontre trimestrielle entre l’Etat, les bailleurs et d’autres partenaires au développement pour faire le point sur l’évolution de cette dette. Même si, s’interroge le délégué, on peut se demander où en est la situation, compte tenu du fait qu’entre-temps, il y a eu d’importantes aides budgétaires. D’ailleurs dans la même dynamique, durant cette année 2009, l’Union européenne accordera à notre pays, une aide de 18 milliards de francs qui sera affectée au trésor public pour rétablir une situation économique difficile vécue en 2008. Une injection qui, toutefois, ne se fera plus sans contrôle, car désormais, la rigueur est imposée à tous les niveaux. ‘Aucun pays n’est à l’abri de ces conditions qui doivent tenir en compte des critères d’éligibilité pour s’assurer de la bonne utilisation des fonds’, prévient le représentant de l’Union européenne qui précise qu’il lui est imposé de faire un rapport à Bruxelles en défendant ses propositions. Pour le cas du Sénégal, il lui faut respecter ses engagements auprès du Fmi, faire des réformes, etc. Ce qui, selon Gilles Hervio pourra faciliter la tâche à l’Ue qui trouve que l’épée de Damoclès est toujours suspendue sur la tête de pays à économie faible devant la persistance de la crise. D’où la nécessité de réduire considérablement le train de vie de l’Etat.  
Abdoul Aziz AGNE  
 
 
TANOR rectifie WADE Les trajectoires de Bush Junior et Karim Wade ne sont pas comparables  
 
 
Pour le secrétaire général du Ps, Ousmane Tanor Dieng qui était, hier, l’invité de Opinion sur Walf Tv, on ne peut, en aucun cas, comparer la trajectoire de l’ancien président américain George W. Bush et celle du président de l’Anoci Karim Wade. En effet, pour le secrétaire général du Ps, Bush Junior a un vrai parcours politique, contrairement au président de la Génération du concret qui n’a aucun palmarès en la matière. Car, avant d’être président de la première puissance, Bush Junior a occupé des postes électifs comme celui de gouverneur. Alors que Karim Wade, dont ‘la réputation a été faite par la presse’, selon son père, n’a jamais compéti à un poste électif et jamais gagné une campagne électorale, même s’il a été investi en bonne position sur les listes de la coalition Sopi pour la mairie de Dakar. Ainsi, Ousmane Tanor Dieng remet en cause les affirmations du chef l’Etat Abdoulaye Wade qui avait déclaré sur Rfi que si Bush Junior a pu être président des Etats-Unis c’est grâce à l’entregent de son père. Faux, rétorque Ousmane Tanor Dieng qui ne pense pas que l’apport du père a été décisif dans l’élection du fils. Mieux, entre leurs mandats, il y a eu la présidence du démocrate Bill Clinton.  
Revenant sur l’argent que Macky Sall aurait reçu du président gabonais, Omar Bongo, Ousmane Tanor Dieng affirme que c’est tout à fait normal, puisque selon lui, tous les opposants sont reçus par des chefs d’Etat étrangers et que Wade, lui-même, a toujours été reçu du temps où il était opposant. D’ailleurs, le numéro un des socialistes, qui a été accusé par le néo-libéral Khoureychi Thiam d’avoir reçu de l’argent de la Côte d’Ivoire affirme qu’il y ‘a rien à dire’ si Laurent Gbagbo veut l’aider. ‘C’est une chose normale qu’un président aide un opposant’, dit-il.  
Par ailleurs, commentant les aveux de Wade qui a écrit au journal français L’Express pour dire qu’il n’est plus franc-maçon, Ousmane Tanor Dieng qui ne semble pas vouloir dramatiser ou tirer profit de cet aveu, rappelle que la croyance relève du domaine privé des individus. Par conséquent, il ne faudrait pas faire le corollaire entre l’appartenance d’une personne à une loge maçonnique et ses convictions politiques. Même s’il a souligné, par ailleurs, que ce n’est pas la première fois que le chef de l’Etat a été accusé d’être franc-maçon, puisque selon lui, une femme avait écrit un livre montrant son appartenance à la loge. Cependant, même s’il reconnaît la liberté de culte à chaque individu, il a affirmé que lui, en tout cas, n’est pas franc-maçon et ne connaît aucune personne de son entourage appartenant à une loge.  
Charles Gaïky DIENE 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 9.02.2009
- Déjà 5296 visites sur ce site!