ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Désespérant !

Délivre-nous des mollahs, amen  
Souleymane Jules Diop Jeudi 18 Déc 2008  
« L’homme de qualité exige tout de soi.  
C’est un souverain. L’homme sans qualité  
exige tout des autres. C’est un despote » 
Louis PAUWELS 
Il faudra une plus grande hauteur à nos historiens du futur, pour comprendre dans quelles circonstances des imams dévoués à la prière ont été poussés hors des mosquées, pour adhérer au parti de la révolte. Mais on ne peut pas ne pas y percevoir, dans l’immédiat, ce que tout le monde s’imaginait déjà, l’effondrement de notre classe politique. Tout le monde craignait le « mouvement ». Le pouvoir parce qu’il n’en voulait pas du tout. Il croyait garder la haute main sur les mosquées. L’opposition craignait plus que tout, un déchaînement incontrôlé. C’est le cas avec ce mouvement de révolte : pas d’armes, pas de programme, pas d’intérêt partisan. Une révolution aux mains nues. Même le Coran a été rangé dans les placards. Le discours programmatique se limite à dire non au « Shah » sur l’électricité. 
Ce sont pourtant tous ces défauts qui font la force de ce nouvel activisme populaire. Personne ne pourra le récupérer. Le pouvoir ne pourra surtout pas accuser ces septuagénaires d’être à la solde de l’opposition. Ce serait la pire des insultes et le meilleur moyen d’ajouter à leur chapelet de revendications, la tentation de la radicalisation. Je ne dis pas qu’il n’y en aura pas qui ne vont pas échanger leur rigorisme affiché contre quelques liasses de billets. Mais il serait illusoire pour le pouvoir de penser qu’en corrompant quelques uns, il peut corrompre tout le monde. Ce serait prendre les conséquences pour la cause. 
Depuis le lancement de la lutte, la waderie est prise entre la tentation d’amadouer les leaders du mouvement et l’obligation de punir ceux qui leur obéissent. Contre la vie chère et les repas « sautés », Hassan Bâ et ses ouailles avaient imposé les tapis de prière, en s’assurant la génuflexion des esprits dociles. Leur travail n’a pas été vain. Il y en a qui font encore l’impossible pour s’accrocher à leurs illusions.  
Mais les plus âgés ne peuvent plus se nourrir de promesses, parce qu’ils ne peuvent pas attendre. Ils ont vécu, la plupart d’entre nous enfants, les promesses d’un kilogramme de riz à soixante francs. Ils ont à leur charge les enfants perdus du Sopi, ceux qui ont porté le vent du changement dans leurs ventres vides. Abdoulaye Wade leur promet un avenir, mais c’est d’un présent qu’ils veulent. C’est ce qui fait la différence entre les jeunes qui manifestaient il y a trois mois et les aînés qui marchent aujourd’hui. Les premiers n’ont pas d’avenir, alors que les seconds manquent de présent. Le président de la République leur promet un futur plus acceptable, mais il ne leur dit pas ce qu’ils doivent faire de leur présent insupportable. 
Les mollahs de Guédiawaye ont investi les rues parce que la misère les a chassés des mosquées. Ils n’ont pas un programme politique, leurs revendications ne sont pas articulées, mais gardons-nous des préjugés et des stéréotypes. Ce sont pour la plupart de grands commis qui ont connu la fonction étatique quand elle avait encore quelque chose de valorisant. Ils ne sont pas l’Etat, mais ils connaissent la structure des prix. Ils ne sont pas la Senelec, mais ils connaissent le prix de revient du kilowatt/heure. C’est pourquoi leur colère se justifie. Nous sommes le port d’entrée de nombreux pays d’Afrique de l’ouest, mais nous sommes les plus chers en tout. Il est devenu insupportable qu’à chaque fois que l’économie nationale est affectée, les plus pauvres supportent les caprices des plus riches. Malgré la crise économique, les pontes du régime rivalisent de belles villas tout le long de la bordure maritime qui va des Almadines au Cap Manuel. Tandis qu’à l’autre extrémité de la péninsule, des millions de personnes croupissent dans la misère absolue. Cet enrichissement éhonté est une insulte à tous ceux qui font face à la précarité quotidienne. La colère que ces guides religieux expriment est la supplique intime de chaque sénégalais. S’ils brandissent les factures de courant, c’est que ces bouts de papier sont devenus le symbole d’un acharnement financier aveugle. Mais ils pouvaient ajouter à leur liste l’huile, la viande et même le poisson, hors de portée des ménages. La mer en face, à force d’être sollicitée, ne rejette plus que les cadavres de ceux qui tentent d’échapper à la misère terrestre. 
C’est une malédiction qui s’abat sur Abdoulaye Wade. Après avoir théorisé, célébré, magnifié les vertus de la résistance populaire, le voilà qui se débat pour ne pas en être la victime. Il n’y a que la cupidité qui peut expliquer cette déroute monumentale. Cette terrifiante phrase lâchée en présence de Me Sidiki Kaba et de Me Madické Niang, « nos ennuis d’argent sont terminés ». C’est à ce moment précis qu’il s’est obstiné, pour ne jamais s’arrêter. Si Iba Der Thiam veut avoir une idée exacte des injustices subies en huit ans de wadisme, qu’il se rappelle à quoi se limitaient ses possessions en 2000, près de vingt ans après sa première collaboration avec le gouvernement Diouf. Et qu’il nous révèle l’étendue de sa fortune d’aujourd’hui. Il n’y a pas meilleur instrument de mesure que la Peugeot rouillée qui gisait au devant de son domicile de la Liberté 4, investie par les souris et les rats. Il doit se rendre compte que les 400 000 francs mensuels et les sacs de riz alloués aux membres de la « Cap 21 » avaient de meilleurs destinataires. Malgré les nombreux signaux d’alerte, le pouvoir a persévéré dans la provocation, avec un président de la République que rien n’arrête. Les Sénégalais vont boucler une année d’intenses déceptions avec l’impression, la quasi certitude dois-je dire, que le pire les attend pour 2009. Et bien, nous ne ferons pas le procès du Duché sans faire celui de ses suppôts. J’ai connu la plupart de ces hommes. Leur reddition sans condition face à la puissance de l’argent est effrayante. Personne d’entre eux n’ignorait que le je-m’en-foutisme érigé en système de gouvernement conduirait à la catastrophe. Ils sont les complices de cette grande entreprise de prévarication, avec un degré de frivolité jamais atteint par le passé. L’Etat, nous l’avons vu, a engagé les agriculteurs dans une fête de la moisson digne des kolkhozes et des sovkhozes russes. Maintenant que les paysans ont assuré leur part de récolte, l’Etat n’a rien prévu pour leur acheter leur production. Un véritable suicide assisté. En plus de refuser les soins au monde paysan malade, il lui retire la perfusion qui le maintenait en vie.  
La situation est si grave qu’après les mollahs, le pays entier doit trouver les moyens de faire face. Si nous laissons les religieux faire la loi, ils se croiront obligés de nous imposer leurs lois. 
Mais nous vivons dans un pays étrange. Pendant que les imams s’opposent dans la rue, la classe politique s’en remet à Dieu, l’éternel coupable. J’en trouve, même dans l’opposition, qui se soumettent à la sémantique de compromis : le peuple doit savoir qu’il doit en faire son affaire ». Ils ne parlent pas de la misère sociale, ils parlent des prochaines modifications de la loi électorale ! C’est comme si tous les politiciens avaient comploté ensemble contre le pays. Abdoulaye Wade est sans doute inexcusable, et seul responsable de ce qui nous arrive. Mais ses adversaires lui ont rendu la tâche trop facile, il faut avouer. A bien des égards, les politiciens pourraient, comme les avocats, s’appeler des « confrères ». Quand ils plaident leurs causes, ils peuvent devenir les pires ennemis. Dès qu’ils finissent leurs plaidoiries, ils deviennent les meilleurs amis. Les députés connaissent cette forme de dépravation sous une autre forme. Après s’être insultés devant les caméras de la télévision nationale, ils se retrouvent à la buvette de l’Assemblée nationale pour se congratuler. Ils ont fait de nous des athées de la politique. C’est pourquoi les mollahs font recette, pardi ! 
SJD 
Auteur: Souleymane Jules Diop  
FERLOO.COM 
El hadj Hamidou Diallo, Sg du Brds : « Garder le pouvoir est une question de vie ou de mort pour les Wade »  
Le Secrétaire général du Bloc pour le renforcement de la démocratie au Sénégal (Brds), parti créé en 2004, a rompu le silence. Dans un entretien qu’il nous a accordé, le Pr El Hadj Hamidou Diallo a, sans langue de bois, parlé de l’après-Wade. Pour M. Diallo, si Karim veut se présenter pour la succession de son père, c’est parce qu’il est obligé de défendre un système dont il est question de rendre pérenne pour se mettre à l’abri des poursuites judiciaires. Par rapport aux activités du Front siggil Senegaal, le leader du Brds a soufflé le chaud et le froid sur Niasse et compagnie. 
Le Matin : M. EL Hadj Hamidou Diallo, vous-êtes le secrétaire général du Brds. Depuis les dernières élections législatives, les Sénégalais n’entendent plus votre formation sur la scène politique. Qu’est ce qui explique ce mutisme ? 
Nous avons été à l’élection présidentielle dans une coalition avec Idrissa Seck. Après l’élection présidentielle, nous sommes partis aux élections législatives dans le cadre de la coalition Takku Defaraat Sénégal avec Robert Sagna. 
Et, ce sont ces deux expériences qui ont été malheureuses pour nous,qui nous ont fait comprendre qu’un parti, dans le cadre d’une coalition, subissait toujours l’oppression de ce qu’on appelle"grand parti". Donc, il y a toujours un phénomène de chantage, de chantage financier, quand on n’a pas beaucoup de moyens financiers, c’est dur d’être dans le champ politique et de s’y maintenir. Un parti politique, c’est une agence sociale. Le chef de parti ne résout pas des problèmes politiques dans son parti mais des problèmes sociaux. Ça fait qu’en dehors des élections, il n’est pas judicieux d’entretenir son parti. C’est pour ça que notre parti ne reste pas entièrement dans le champ politique. Nous faisons beaucoup du social et nous créons des emplois. C’est dans l’éducation que nous créons le plus de choses. Donc, nous avons pensé que pour faire de la politique, il fallait que je crée des écoles. Nous donnons des emplois à nos militants et nous formons la jeunesse. Ce qui fait qu’en attendant qu’on arrive aux joutes électorales, nous sommes sur le terrain pour travailler. Nous ne faisons pas de la politique, nous travaillons. 
Quelle lecture faites-vous de la marche de protestation des Imams de Guédiawaye contre le coût élevé de facture d’électricité ? 
C’est une substitution. Le front social est en train de se substituer à la société civile et aux partis politiques. La société civile est une société civile de ballon. Ils se réunissent, ils font du bruit. Ils ont des partenaires étrangers. Ils ont des sommes immenses qu’on leur donne. Ils travaillent avec cet argent au nom du peuple. Mais s’ils (les membres de la société civile) se regardent, ils n’auront même pas cinquante personnes. S’il s’agit des partis politiques, chaque militant qui se déplace demande le transport. Donc, gérer un parti politique, c’est gérer aussi une organisation de la société. C’est dur. Conclusion : le peuple lui-même est arrivé à un moment où il n’a plus de repère. Il s’est rendu compte que personne ne peut plus le défendre. C’est pourquoi, le front social s’est substitué à la société civile et aux partis politiques. Il s’est rendu compte chaque fois qu’il marchait, il trouvait une solution à ses problèmes. Quand les jeunes de Niary-Tally ont fait du bruit, on a eu pendant deux ou trois mois le courant sans problème. 
Et ça, c’est un danger parce que les partis politiques et la société civile constituent pour le pouvoir un terrain de discussion où l’on peut apaiser le front social. Mais ce front social va vers une ébullition. Et d’ébullition en ébullition, il tend vers une révolte. Et les révoltes ne sont pas bon pour un pays, ça détruit tout et on recommence à zéro. Dix ou quinze de construction pour un pays qu’on a péniblement mis en œuvre. Donc, c’est très dangereux et pour le pouvoir et pour tous les partis politiques et pour la société civile que de laisser des gens aller dans des marches. Un illuminé peut se lever et dire qu’il veut faire une marche. C’est dire que n’importe qui va se lever pour faire une marche. Mieux vaut qu’il n’y ait pas des marches, discuter avant que les marches ne se préparent. Donc, il faut prévenir. Il faut reconnaître qu’il y a une absence institutionnelle totale. L’État est absent partout. 
Les tripatouillages de la constitution par le régime en place font dire à beaucoup d’observateurs de la scène politique que le Sénégal n’est plus un modèle en matière de démocratie. Votre commentaire ? 
Notre parti, il s’appelle le bloc pour le renforcement de la démocratie au Sénégal (Brds). Nous n’avons pas voté la Constitution de 2001 parce que nous avons très tôt su qu’on allait vers des dérives monarchiques, dictatoriales. Et c’est à ce stade que nous en sommes. Wade dirige tout seul au sommet. Et il a toute une équipe de gens qui ont compris qu’il faut s’enrichir vite parce que ce pouvoir va disparaître. Donc, il n’a pas de gestionnaires autour de lui. Ce sont des gens qui cherchent à s’enrichir, des gens qui lui disent n’importe quoi, et lui-même, il croit à tout ce qu’on lui dit. Mais ils vont tous payer. Un franc qu’ils auront pris ils le rembourseront. 
Comment vont-ils le rembourser ? Je ne sais pas. Mais je sais que tôt ou tard ils rembourseront. Un bien mal acquis dessert toujours le voleur. Il n’y a plus de démocratie dans notre pays. Alors qu’avec Senghor il y avait de la démocratie. Abdou Diouf a suivi la voie et a transmis cette démocratie à Wade. Ce dernier devait grandir cette démocratie. Où est-ce que nous en sommes ? Ce n’est pas parce que le droit de marcher est reconnu constitutionnellement qu’il y a de la démocratie. Non. C’est triste ce qui se passe dans notre pays. Maintenant on est la risée non seulement continentale mais universelle. Tout le monde se moque du Sénégalais. On ne dit plus rien. C’est pourquoi, nous tous nous nous croisons les bras et comptons sur les marches pour régler nos problèmes. La démocratie n’a pas évolué au Sénégal, elle régresse. 
Êtes-vous du côté de ceux qui pensent qu’il faut un dialogue politique entre pouvoir et opposition pour sortir notre pays des crises multisectorielles ? 
Absolument. C’est pourquoi, je dis que je ne suis pas contre le Front siggil Senegaal. Je suis pour des Assises nationales mais pas dirigées par ceux qui sont derrière ce Front siggil Senegaal. C’est parce que c’est obscur pour moi. Le Brds a été le premier parti à dire que le Sénégal ne pouvait sortir de ses problèmes que si l’on s’asseyait pour discuter. Le Sénégal est une terre de dialogue. On doit discuter entre nous. Que ça soit dans nos familles, dans la rue, on nous a appris à dialoguer. Tant qu’on n’a pas dialogué, on ira de problème en problème. Et c’est là qu’interviennent les entourages des chefs de parti. Tous les entourages en général ne veulent pas le dialogue. Parce que dans ce dialogue, eux, ils perdent leurs avantages. Et c’est aux chefs de partis de se rendre compte qu’on est en train d’hypothéquer l’avenir de nos enfants. 
Notre force au Sénégal, c’est parce qu’on dialogue qu’on évite beaucoup de conflits. Même quand il y a des conflits, ils se terminent autour d’une table. Au lieu de terminer par un dialogue autour d’une table, commençons par un dialogue. Ça va nous épargner d’un conflit. Donc, il faut qu’on dialogue. 
Que pensez-vous des intentions prêtées à Karim Wade de vouloir succéder à son père à la Magistrature suprême ? 
Ce n’est pas pour succéder. Non. Il ne cherche même pas à succéder. Pour lui (Karim, ndlr), il est obligé de se présenter parce qu’il s’agit de défendre un système. Le parti libéral, depuis 2000, a installé un système qui doit mettre énormément de personnes en prison. Ce système doit perdurer jusqu’à leur mort. Ils sont obligés de rester au pouvoir jusqu’à leur mort. Dès qu’ils perdront le pouvoir le nouveau régime va les traîner devant les tribunaux. Donc, ce n’est pas un problème de succession. C’est une question de vie ou de mort. Pour eux, il doit y avoir de succession en succession pour rester cinquante ans au pouvoir. Jusqu’à ce que nous tous nous nous éteignions et eux également qu’ils meurent au pouvoir. Si jamais ils perdent le pouvoir, tous y compris leurs alliés et peut-être même moi qui vous parle, on devra répondre de chaque franc que nous avons eu du système libéral, et comment expliquer tout l’argent qui a été dilapidé par ce système. 
À votre avis, vu l’âge avancé du président Wade, est-il opportun de poser le débat sur sa succession au pouvoir ? 
On ne doit pas parler de succession. On n’est pas en royaume. Non. On doit aller aux élections et le meilleur va gagner. Quand tout le monde parle de succession, c’est quoi si c’est un roi qui doit disparaître ou laisser le pouvoir et il y aura une succession. On doit aller vers des élections libres et démocratiques. Il ne s’agit même pas de parler de succession. La Constitution dit que chaque cinq ans on doit tenir des élections. Donc, on doit aller aux élections. Lui, (Wade,ndlr) c’est au sein de son parti maintenant qu’ils vont voir est-ce qu’il doit être remplacé ou pas ? Ça ne m’intéresse pas de savoir si Wade restera secrétaire général du Pds ou pas. Mais je sais que c’est urgent pour le peuple sénégalais de remplacer et Wade et son système. C’est urgent. C’est vital pour nous. 
Donc, là vous vous retrouvez dans le combat que mène le Front siggil Senegaal ? 
Le Front siggil Senegaal, c’est un front constitué de hautains. La plupart des chefs de partis de cette coalition de l’opposition sont hautains. Je ne suis pas devin pour dire qu’ils font du bruit mais ils vont casser bientôt. Dès qu’on arrivera aux élections, ils ont donné cette habitude, tout le monde veut être devant. Si c’était un Front avec quelqu’un devant, il ferait beaucoup mal, il serait beaucoup plus contondant. Mais puisque c’est une façade, elle ne peut rien pénétrer. Ils auraient dû mettre devant quelqu’un que tout le monde accepterait de suivre. Comme disent les Gauchistes, les Socialistes, on va taire nos contradictions secondaires pour aller vers la contradiction primaire pour descendre le régime de Wade. Mais un front où tout le monde veut être devant ne peut pas faire ce travail. Parce que nous allons combattre en face un front dirigé par Wade, qui va faire mal. Wade, c’est un pic. Un front contre un pic, c’est toujours le pic qui va pénétrer dans le front. Donc, le Front siggil Senegaal doit pouvoir dire dès maintenant au peuple sénégalais qui il va mettre devant. Ils vont atteindre jusqu’à la veille des élections, et Moustapha Niasse ira d’un côté et Tanor de l’autre. Non. Le peuple veut savoir derrière qui il sera. Le peuple sénégalais est un peuple qui n’a pas de rétroviseur. Nous ne regardons pas dans notre passé. Le peuple sénégalais est généreux, il pardonne. Donc, vous faites des choses ignobles, vous revenez pour vous présenter, il n’y a pas de problème, vous avez des gens qui vont voter pour vous. Puisque le peuple sénégalais ne veut pas regarder dans le rétroviseur, ne veut pas de leçon historique, l’histoire va donc nous donner sa leçon. 
Le Front siggil Senegaal est constitué de chefs de parti qui sont prétentieux. Ils ne reçoivent même pas le peuple et ils veulent diriger un pays. Il faut d’abord pouvoir recevoir les gens. Quand vous voulez voir un chef du Fss, il est plus facile de rencontrer Abdoulaye Wade qu’un secrétaire général du Fss. Il y a tellement de patrons dans leur parti. Pour voir un secrétaire général de parti, c’est tout un circuit. Il vous faut au moins trente personnes pour trente jours. Donc, je ne suis pas avec le Front siggil Senegaal, mais je ne suis pas contre lui. 
Donc, je ne suis pas avec le Front siggil Senegaal, mais je ne suis pas contre lui. 
Source : Le Matin 
Sourd-muet  
Le baril du pétrole a atteint son plus bas niveau depuis des années. Il se monnaie à moins de 40 dollars. Et pourtant, le régime libéral fait le sourd-muet, concernant la diminution des denrées de première nécessité, les factures de l’électricité, de l’eau…Il nous pompe toujours l’air avec leur disque rayée, la crise mondiale, autant dire leur « crise mondiale ». Qui bénéficie de cette vie chère ? Les tenants du pouvoir, car ils ont presque cannibalisé toutes les structures de l’Etat, au point de gagner des fortunes sur le dos des pauvres gorgorlous. Désespérant! 
( Mor Todjangué )  
LE QUOTIDIEN: 
Comprendre la fronde des Imams de la banlieue dakaroise contre le racket énergétique  
18-12-2008 Pour comprendre la révolte des populations de la banlieue admirablement guidées par certains chefs religieux, ceux là même qui ont compris que leur intérêt se confond avec celui des populations et pas ceux qui ne pensent qu’à leur jouissance personnelle, il faut commencer par rappeler que, sans électricité en offre suffisante et de qualité, point de développement économique ou de bien-être des populations.  
Si en plus d’être privés d’électricité la majeure partie de la journée, les foyers reçoivent des factures identiques ou le plus souvent plus élevées que d’habitude, grevant ainsi des budgets presque entièrement dédiés à l’alimentation, il y a de quoi être révolté. 
Sans être spécialiste en la matière, une rapide lecture des études et rapports de la Bceao et autres institutions ayant travaillé sur le thème des facteurs de production dans la zone Uemoa, permet de tirer des constats alarmants sur cet élément indispensable à toute politique de développement que constitue l’électricité, à l’instar de l’eau. 
D’abord, le prix de l’électricité sous le régime de Abdoulaye Wade n’a cessé d’augmenter. De 2002 à 2008, soit en 6 ans, le prix de l’électricité a doublé au Sénégal. En effet, de 73 francs Cfa le Kwh en 2002 (soit le 3e plus cher de l’Uemoa), le prix de l’électricité moyenne tension est passé au Sénégal à 82 francs Cfa/Kwh en 2006 avant de culminer à 120 francs Cfa/Kwh pour le domestique et 160 francs Cfa/Kwh pour l’usage professionnel sous la nouvelle grille tarifaire (voir pièce jointe) imaginée par Samuel Sarr. On connaît les dégâts sur le secteur de l’énergie au Sénégal notamment lorsqu’il était à la tête de la Senelec (lire par ailleurs un article de juillet 2008 publié sur notre site : “Humeur : Samuel “Doe” Sarr, : apprenti électricien mais pas sapeur-pompier du tout” - http://www.socialisme republiquesn.org/humeurs/humeur-samuel-doe-sarr-apprenti-electricien-mais-pas-sapeur-pompier-du-tout.html). 
Ensuite, force est de souligner que l’Etat libéral n’a jamais esquissé une réelle politique d’offre énergétique à même d’assurer des services de santé, d’éducation et de communication d’un coût et d’une qualité acceptable à la population. En témoigne la recrudescence des délestages et autres coupures ayant atteint un niveau jamais connu avant l’accession de Abdoulaye Wade à la Magistrature suprême.  
La production énergétique au Sénégal est largement de source thermique donc, dépendante du pétrole. Lorsque les prix du brut ont augmenté, de manière du reste conjoncturelle, l’Etat en a profité pour justifier la mise en place d’une nouvelle grille tarifaire structurelle accompagnée d’une hausse drastique du prix de l’électricité. Alors on ne peut pas comprendre que lorsque le prix du pétrole baisse, l’Etat ne répercute pas cette baisse sur les factures des populations. 
Si l’énergie hydroélectrique constitue une part substantielle dans certains Etats comme le Mali (79.9 %), la Côte d’Ivoire (25,7 %), le Burkina Faso (19 %), c’est tout le contraire au Sénégal, où malgré les barrages de Diama et de Manantali érigés sous le régime socialiste, la part de cette source d’énergie est quasi insignifiante. Le Sénégal, le Mali et la Mauritanie se partagent 800 GWh produits par Manantali. Le 1er mégawatt produit par Manantali a alimenté le Mali en 2001 – quid du Sénégal ? Quelle est la part exploitée par le Sénégal ? Que dire de la tourbe et de la biomasse en quantité suffisante au Sénégal et non exploitée ? 
C’est dire que l’Etat libéral n’a jamais su ou voulu mettre en place une politique d’autosuffisance énergétique efficiente. Au lieu de cela, Samuel Sarr et compagnie nous renvoient à des échéances de plus en plus lointaines de résolution des problèmes énergétiques du Sénégal laissant ainsi le développement du pays être tributaire des cours mondiaux du baril et des lobbys du pétrole.  
Et comme l’avait souligné Koffi Annan l’ancien Secrétaire Général de l’Onu, en s’adressant à Abdoulaye Wade et Obasanjo, ce qu’un gouvernement n’a pas su faire en 8 ans, il ne le fera pas en plus de temps. 
En réalité, Samuel Sarr et le gouvernement libéral sont tout simplement en train de se livrer à une politique de racket sur les populations, les industries, les services et autres agents économiques. Mais cette politique d’asphyxie a ses limites. A trop traire la vache, il n y aura bientôt plus de lait.  
Il est alors urgent, comme l’ont démontré les Imams, que les populations sénégalaises se dressent contre ce racket d’Etat et refusent de payer ces factures exorbitantes que le prix des intrants de la Senelec ne justifie pas. Il est hors de question que les conséquences désastreuses de la gabegie et de la mauvaise gestion de nos sociétés nationales par les libéraux soient prises en charge par des populations déjà au bord de l’asphyxie.  
 
 
Oumar NDIAYE - Socialisme et République Sénégal / http://www.socialisme-republiquesn.org  
Campagne de Leeral Askan wi contre le paiement des factures d’électricité  
18-12-2008  
Les Rufisquois exigent le départ immédiat de Samuel Sarr 
N’en pouvant plus de cette situation plus qu’alarmante, les populations de Rufisque ont décidé de ne plus payer les factures d’électricité et demandent à l’ensemble des populations de se joindre à leur mouvement. Mais ce qu’ils exigent fermement, c’est le départ immédiat du ministre de l’Energie, Samuel Ahmet Sarr. C’est du moins ce que révèle Leeral Askan wi.  
Par Astou Winnie BEYE 
 
A Rufisque, il doit y régner un climat morose. Les brassards noirs que le mouvement Leeral Askan wi incite les populations à arborer sont la preuve qu’elles sont toutes affligées par la situation du pays. Leeral Askan wi, qui mène une campagne de sensibilisation depuis quelque temps, démontre, à travers ces brassards noirs, que les Sénégalais portent des deuils, financier, matériel, électrique, sanitaire, politique, etc. «Au cours de ces tournées, la principale revendication des populations est le départ immédiat de Samuel Ahmet Sarr de la tête du ministère de l’Energie, non sans rappeler que, lors des récents dépassements budgétaires, le ministre du Budget a fait les frais de cette turpitude, sans délais, par un limogeage retentissant», a fait savoir Omar Faye, président dudit mouvement. 
De plus, «les factures d’électricité exorbitantes pour les ménages et les coupures intempestives d’électricité ont achevé les chefs de famille qui ne savent plus où donner de la tête, avec leurs provisions qui pourrissent tous les mois», lit-on dans un communiqué rendu public par Leeral Askan wi. Et M. Faye d’ajouter que «s’il existe un deal secret entre Samuel Sarr et le président Abdoulaye Wade, il faudrait que les Sénégalais le sachent. Il faudrait aussi, que le Président Abdoulaye Wade cesse de faire diversion pour régler certains problèmes». En guise d’analyse prémonitoire, Omar Faye et ses camarades écrivaient : «Le Conseil Interministériel tenu, ce matin (le lundi 15 décembre 2008) ne résoudra aucun des problèmes des Sénégalais ; il sert tout juste à tempérer l’ardeur débordante des populations et émousser les tensions sociales». 
Pour «refuser le vol et l’arbitraire», Leeral Askan wi demande à l’ensemble des populations de ne plus payer les factures d’électricité de la Senelec. Il les invite également à «intégrer les organisations sociales, les organisations religieuses, surtout, pour régler leurs problèmes à la place des partis politiques qui ont, depuis très longtemps, montré leurs limites objectives quant à la prise en charge des difficultés auxquels ceux qui les ont élus, sont quotidiennement confrontés». 
Le mouvement basé à Rufisque considère qu’«aujourd’hui, il est clair que ce sont les populations elles-mêmes qui peuvent régler, leurs problèmes en barrant la route à ceux qui ne pensent qu’à leurs propres intérêts». Ainsi, Leeral Askan wi de Rufisque promet, à travers son président Omar Faye, d’être «toujours à la pointe du combat pour que la vérité puisse triompher au bonheur de nos concitoyens». 
 
Stagiaire  
 
 
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 18.12.2008
- Déjà 5207 visites sur ce site!