ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

"le stagiaire"

Babacar Sall, directeur publication à L’Harmattan et auteur du roman ‘ Le Stagiaire ’ : ‘ Le président Wade est un personnage rêvé pour les gens d’écriture ’  
 
Le roman, ‘ Le stagiaire ’ de Babacar Sall va paraître aujourd’hui à Paris. Un roman qui est une satire politique du président Abdoulaye Wade. L’auteur, qui est directeur de publication à L’Harmattan, est revenu sur les grands traits de son ouvrage et le processus de sa fabrication. 
Wal fadjri : M. Babacar Sall, vous allez à publier aujourd’hui un roman intitulé ‘Le stagiaire’ dont le principal personnage est le président Wade. Pourquoi le choix d’un roman sur le Chef de l’Etat ?  
 
Babacar Sall : J’ai choisi le roman parce que c’est un genre accessible. Etant sociologue, j’aurais pu faire un essai politique autrement dit une sociologie de l’Etat sénégalais. Mais je voulais renforcer et souligner les traits d’un personnage inédit dans l’histoire politique du Sénégal. 
Aussi loin que l’on remonte dans notre historiographie nationale, on constate qu’il ne ressemble à aucune autre figure ni contemporaine ni passée. Cette exception n’est pas une faveur du destin, mais un cas étrange et inquiétant qui bouleverse notre système de valeurs, notre dispositif moral, en somme notre identité collective. En fait, on ne peut le relier à aucun autre personnage sinon à lui-même. Je me demande parfois quelle est la véritable source des fondements culturels de sa personnalité. 
Au moment où le président Wade termine son septennat, beaucoup de Sénégalais s’interrogent et n’ont cessé de s’interroger sur la nature réelle de celui qui les dirige. Il dit quelle part dans le roman qu’il y a un malentendu sur sa mission : ‘ qu’il n’est pas là pour dénaturer le Sénégal, mais pour le renforcer dans sa propre nature ’  
Je crois qu’il était important, à travers une écriture romanesque, une satire politique d’aller jusqu’au tréfonds de ce personnage, au cœur du palais présidentiel pour voir comment il fonctionne, quelle est sa représentation du pays, de sa mission ? On y rencontre également une galerie de personnages qui évoluent autour du pouvoir. On peut les reconnaître facilement. Ce sont des personnages romanesques, mais qui renvoient à des réalités. C’est hallucinant la tenue de ces ‘ hommes d’Etat ’ face à l’exercice du pouvoir et l’étrange légèreté qui les anime, nourrie généralement d’ignorance, d’irresponsabilité, de manque de civilité même. On a du mal parfois à y croire. 
Je ne veux pas me cacher derrière mon petit doigt, pour parler de fiction. C’est un roman qui est une façon d’écrire l’histoire politique d’Abdoulaye Wade. On y rencontre beaucoup de situations : les rapports avec les milieux intellectuels, universitaires et le pouvoir, le milieu religieux et le pouvoir, le milieu politique de façon générale avec les tenants du pouvoir. Mais on voit aussi l’irruption de nouveaux acteurs qui ne sont pas politiques, qui vont prendre leur destin en main. C’est toute cette alchimie de personnages, d’intérêts, de conflit d’intérêts, de conflit de pouvoir qui constitue la trame, l’intrigue de cette histoire romanesque.  
 
Wal fadjri : Vous avez choisi comme titre ‘Le Stagiaire’. Pourquoi ne l’avez-vous pas intitulé ‘ Le président Wade ’ ?  
 
Babacar Sall : ‘Le stagiaire’, c’est le président Wade. Il n’y a aucune ambiguïté là-dessous. Je ne fais pas partie des écrivains qui écrivent pour dire ensuite qu’il s’agit d’un personnage fictif. J’assume mes responsabilités. Le personnage renvoie exactement à la réalité de la personnalité du président Wade. Je trouve même parfois que je l’ai sous estimé dans son audace naturelle à défier et à pervertir les règles morales et humaines de notre société. 
Le choix du roman me donne beaucoup plus de liberté. C’est comme une sorte de boue qu’on malaxe entre ses mains. Au gré de l’imaginaire, on aboutit à des formes surprenantes, mais on reste toujours dans la réalité de la boue. Mais le but, c’est de souligner, comme si j’avais un stylo rouge, les avatars d’un personnage qui joue avec l’éthique, la vérité, la vie de son peuple avec une insouciance proche du crime. On l’a vu dans diverses situations de sa mandature parler de la catastrophe du Joola comme relevant de la responsabilité des naufragés qu’il accuse d’être à l’origine de la surcharge du bateau alors qu’il est lui-même le nœud gordien de cette tragédie parce non seulement il profane la mémoire des morts en tenant des propos déchirants, mais qu’il a préféré s’occuper de son confort personnel en dépensant vingt fois plus plutôt que de se soucier de la sécurité de ses concitoyens. N’oublions pas qu’il y a eu près de deux mille morts. Pas d’incrimination, pas de condamnation, aucune mesure qui puisse réconforter la mémoire de nos naufragés, des rescapés et de leurs proches. On se souvient aussi de ses propos concernant le retour à l’âge de bougie de ces concitoyens. On peut multiplier à l’infini les exemples.  
On voit un homme qui découvre la réalité du pouvoir, la réalité de l’Etat et qui se rencontre qu’il n’a pas été préparé à cela. C’est un homme qui apprend, mais qui n’a pas l’humilité de dire qu’il apprend. Le stagiaire est celui qui est en train d’effectuer un stage pour un métier qu’il ne connaît pas et qu’il voudrait assumer un jour. Mais à la différence des vrais stagiaires qui sont dans les entreprises, lui croit qu’il sait et le fait croire aux autres. C’est cette ignorance non acceptée par orgueil qui fait que nous sommes arrivés à une situation de chaos national.  
 
Wal fadjri : Pourtant le président Wade a fait plus de trente ans d’opposition…  
 
Babacar Sall : Il a fait aussi beaucoup d’agitation politique. C’est différent ! L’agitation politique n’est pas toujours un modèle de conduite publique. Une opposition n’est pas forcément de la surenchère, du marchandage, voire du chantage permanent. En un certain moment, il faut arrêter de détruire pour construire. Cela veut dire passer du désordre à l’organisation, d’une logique de destruction à une logique de construction, de développement.  
En tout cas, nous avons constaté que l’opposition à la tête de laquelle il se trouvait, était une opposition violente et destructrice qu’il faut pondérer parfois avec les outrances du régime d’alors. Le personnage du roman se demande à plusieurs reprises s’il était réellement devenu président. Il y a en permanence une confusion d’identités entre l’opposant et le président, entre l’autorité et l’autoritarisme, entre le budget de l’Etat et son argent de poche, etc. Il bascule en permanence entre ces deux niveaux de réalités.  
 
Wal fadjri : En peignant le président de la République, vous avez insisté sur le côté négatif du personnage comme s’il n’avait pas de qualité. Pensez-vous réellement qu’il n’a pas posé d’actes positifs ?  
 
Babacar Sall : Il a posé des actes, mais même les actes qui paraissent être positifs a priori finissent par devenir négatifs. Regardez, les chantiers de Dakar, l’idée de rénover la ville en la dotant d’infrastructures nouvelles est une bonne chose. Observez maintenant le résultat dans le quotidien des habitants. Il détruit les ponts, creuse des trous partout avec comme conséquence l’émergence d’une ville bloquée. Et personne n’en voit l’issue. Lui-même n’en a pas la moindre idée parce qu’il n’a pas de financement adéquat, alors qu’il disait au monde entier que les bailleurs se bousculaient à la porte du Sénégal, que les banques du pays étaient en surliquidité. Force est de constater que tout cela relève de fantasmes.  
Le personnage principal du roman, le Stagiaire, reprend en compte ces traits du président et les décline dans des situations variées en confrontation avec des personnages typiques de la société sénégalaise qui entretiennent ces travers au gré de leurs intérêts financiers et politiques.  
D’ailleurs, il dit en un certain moment, répondant ironiquement à une question d’un journaliste qui lui parlait de son équipe et de ses collaborateurs : ‘ Que le Sénégalais n’a pas l’esprit d’équipe, mais l’esprit de cour. C’est pourquoi au lieu d’avoir des collaborateurs, j’ai des courtisans ’. Il énonce des vérités bien à lui tout au long du roman parfois avec une ironie déconcertante. Il arrive même à nous faire rire de situations tragiques.  
 
Wal fadjri : La fin du roman est tragique. Dans le roman, vous dites que le président va quitter le pouvoir. Faites-vous allusion aux prochaines élections ?  
 
Babacar Sall : C’est une tragi-comédie avec une fin qui rappelle à bien des égards la chute des régimes totalitaires et autocratiques. C’est une fin issue de la rue et non des urnes. C’est finalement, une dame ménagère délaissée par son époux de ministre, universitaire transhumant, qui est la clef du problème. Par son idée de ‘ République ménagère ’, elle réussira à rassembler le peuple des gagne-petits pour refonder une nouvelle espérance collective où la vie et les priorités de la vie (la famille, la santé, la nourriture, le travail, la solidarité, etc.) l’emportent sur les logiques de rapine et de pouvoir. C’est à travers la Marche nationale de la Lumière que le dénouement va avoir lieu. Les dernières minutes de la fin du règne sont pathétiques et pleines d’enseignements. Il y a dans cette atmosphère de fin de règne un sens de la démesure et de l’excès qui rend les personnages fragiles et intransigeants devant le sort que leur réserve le destin de leurs actes.  
 
Wal fadjri : Toute œuvre, surtout littéraire, contient une leçon de morale. Quelle leçon les lecteurs peuvent-ils tirer de votre roman ?  
 
Babacar Sall : Je pense, peut-être, que ce serait trop de donner à un roman un rôle aussi important. Mais si l’on doit en tirer une, il faudra reconsidérer le corpus de valeurs qui gouverne traditionnellement notre pays et qui a fait que les communautés qui la composent ont réussi à traverser l’épaisseur du temps des aléas historiques (l’esclavage, la colonisation, etc.) ou conjoncturels (la sécheresse, les maladies et la famine). Il y a une solidité de l’être humain dans nos sociétés déshéritées, une qualité de métal qui mérite respect et considération. 
C’est pourquoi je pense que l’une des premières qualités d’un dirigeant, c’est la générosité. Et cela commence par le don de soi aux autres par ce que l’on fait avec les autres et pour les autres. Une véritable vocation des autres qui doit transparaître dans la manière d’écouter, de parler, d’agir et de situer la responsabilité collective dont on a la charge dans l’échelle des priorités. 
Le contre exemple notoire c’est le cas du bateau Le Joola où le président a préféré son confort personnel à la sécurité de ses concitoyens. Le second élément didactique, c’est l’acception du pouvoir comme un défi d’humanité. Savoir que toute chose a une fin et que par conséquent, il est au moins aussi important de réussir sa mort que de réussir sa vie. 
Par conséquent, le pouvoir ne peut pas être considéré comme une propriété privée, il est régi par des droits certes, mais par des obligations de conduite et de durée. Au Sénégal, on peut légitimement avoir le sentiment qu’on est aux prises avec ce que j’appellerai, à défaut d’une expression plus convenable, un ‘ Etat familiste ’ où la famille devient le noyau référentiel du pouvoir, la base d’une légitimité de force. Lorsqu’il s’agit d’une démocratie, cela pose un véritable problème. 
Wal fadjri : On sait que pour la production d’une œuvre, il faut une documentation. Comment vous avez-vous fait ?  
 
Babacar Sall : J’observe énormément tout ce qui se fait dans mon pays, comme tout citoyen. Je rencontre beaucoup de personnes de diverses situations. Je rencontre des gens de la diaspora exerçant divers métiers, mais aussi beaucoup de gens d’Afrique qui sont des intellectuels ou des politiques. C’est un fait, Paris est une véritable plaque tournante. Et quand ils viennent, ils colportent leurs préoccupations.  
Tout cela me donne un corpus d’informations sur le continent. Il y a aussi la documentation que fournit la presse. Je rends hommage aux médias sénégalais qui font un travail extraordinaire en fournissant une information riche, continue et variée. Sans cette presse, je crois que le Sénégal de l’extérieur se serait relativement coupé du Sénégal de l’intérieur. Grâce aux divers médias, nous avons un formidable continuum entre notre pays de l’intérieur et notre pays de l’extérieur. Cette documentation est la ressource en partie avec laquelle nous nous alimentons pour forger des opinions, prendre des positions, etc. Vous savez qu’il n’y a plus de différence entre l’intériorité et l’extériorité. Je suis les évènements de manière instantanée.  
 
Wal fadjri : Ce livre peut-il être produit sous forme de théâtre ou de film comme le fut ‘ Wade, un opposant au pouvoir. L’alternance piégée ? de M. Abdou Latif Coulibaly ?  
 
Babacar Sall : J’ai écrit ce livre comme une pièce de théâtre. Je l’ai écrit pour qu’il soit représenté. C’est un livre qui a été écrit sur la base du réel. C’est une véritable imagerie qui renvoie à des tableaux scéniques. En le lisant, vous avez l’impression de voir Abdoulaye Wade évoluer avec sa cour comme s’il s’agissait d’une scène de théâtre. C’est un texte fait pour être lu, vu, mais aussi pour rire et faire réfléchir surtout. Les personnages sont des tragi-comédiens. Le président Wade est un personnage rêvé pour les gens d’écriture que nous sommes. Un jour, si l’opportunité se présente, j’en ferai une version théâtrale.  
 
Wal fadjri : A quel moment avez-vous pensé écrire sur Wade ? Qu’est-ce qui a été le déclic ?  
 
Babacar Sall : C’est une histoire extraordinaire ! En 1999, les éditions Hachette m’avaient demandé de faire un livre sur le Sénégal. J’ai sillonné le pays en avalant des milliers de kilomètres. Le pays était déjà aux prises avec les pénuries d’électricité et d’eau. J’avais commencé à écrire un texte qui s’intitulait ‘ La nuit la plus longue ’. J’avais écrit une centaine de pages. Plus tard, j’ai écrit des poèmes intitulés ‘ Chants de nuit. Poèmes pour les naufragés du Joola ’ en 2002 pour condamner l’attitude du régime par rapport à la tragédie. C’est à partir de 2003 que j’ai repris l’initiative d’écrire sur le président Wade. Il y a eu une interruption. Dans le courant de l’année 2006, j’ai finalisé le livre. 
Le déclic provient du fait que je pense qu’on est en situation de danger. Je me suis dit qu’en tant citoyen, en tant qu’intellectuel, je dois prendre mes responsabilités. En effet, j’ai perdu définitivement tout espoir vis-à-vis de ce régime depuis le naufrage du Joola et la tentative de meurtre sans suite de Talla Sylla.  
 
Wal fadjri : Avez-vous une fois rencontré le président Wade ?  
 
Babacar Sall : J’ai connu le président Wade depuis 1970, donc avant qu’il ne crée le Pds. Je l’ai vu venir à Kébémer. Je l’ai vu se présenter contre Djibril Diogou Fall et Abdou Karim Fall à cette époque. Mais j’ai toujours énormément de réserves quant à sa capacité d’assumer une charge nationale. 
Il venait à l’Harmattan jusqu’en 1999. Je l’ai rencontré lors de Sommets africains. La toute dernière fois, c’était lors du décès du président Senghor où avec deux membres de la famille de ce dernier nous l’avions rencontré dans le salon d’honneur militaire de l’aéroport en présence de sa famille et de Madame Senghor.  
 
Wal fadjri : Après la production, cela doit être la promotion. Le livre sera-t-il vendu au Sénégal ?  
 
Babacar Sall : Le livre sera au Sénégal, Inch Allah (s'il plaît à Dieu), dans la mesure où il n’a pas été interdit par un arrêté. Les Sénégalais le liront s’ils le souhaitent. On ne peut pas arrêter la mer avec ses bras. La mer, ce n’est pas ce livre, mais l’ensemble des gouttes qui composent cette marée déferlante qui reprendra son dû comme les cours d’eau reprennent leur lit naturel lorsque tombe une pluie torrentielle.  
 
Wal fadjri : Abdou Latif Coulibaly a choisi l’Agence de distribution de la presse (Adp) pour distribuer son dernier ouvrage. Quelle est la stratégie que vous allez choisir ?  
 
Babacar Sall : Je suis dans une maison d’édition, et nous avons nos moyens. Je suis aussi citoyen comme tout le monde malgré l’éloignement que je partage avec mes compatriotes de la diaspora. Comme beaucoup de mes compatriotes, je crois à un certain nombre de choses et je m’y tiens. Juste une anecdote, au moment de la cérémonie de la remise de prix à l’Unesco, le livre de Mody Niang était sorti le même jour. En dépit de l’interdiction illégale et illégitime qui frappait tous les livres critiques sur lui, des gens de sa délégation venaient acheter le livre de Mody Niang dans notre librairie; et voyageaient le lendemain dans l’avion présidentiel avec le président Wade. C’est pour vous dire qu’il est contre productif d’interdire un ouvrage.  
 
Wal fadjri : Irez-vous au Sénégal pour faire la promotion du livre ?  
 
Babacar Sall : A ce que sache, le Sénégal n’appartient pas à un seul homme, fût-il le président de la République. Le Sénégal était là avant lui, il sera là après lui. Il ne peut pas m’interdire le Sénégal à moins d’exercer sur moi une force brute et brutale. Mais le Sénégal, c’est mon pays. Je n’en ai pas d’autre. Je n’ai ni commis de crime ni détourné des deniers publics ; je ne vois pas au nom de quoi on m’interdirait d’y séjourner. Je n’ai rien fait d’autre que de dire ce que je pense dans un pays démocratique. 
Dans une démocratie réelle, cela ne devrait pas être considéré comme un crime. Le président Wade n’est pas au dessus des lois. Il doit le savoir en tant que juriste. Un citoyen qui n’a pas commis de crime doit pouvoir circuler librement. Mais dans notre pays, l’arbitraire l’emporte maintenant sur la loi. Et c’est inquiétant.  
 
Wal fadjri : La question est de savoir si vous allez au Sénégal pour la promotion du livre…  
 
Babacar Sall : C’est à moi de décider à quel moment je vais y aller. Je suis libre jusqu’à preuve du contraire.  
 
Propos recueillis par  
Moustapha BARRY  
(correspondant permanent à Paris) 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 1.10.2007
- Déjà 5062 visites sur ce site!