ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Les limites de l'action parlementaire

Reussir - magazine : Mardi 23 Juin 2009 
ALEX SEGURA « Nous pouvons dire aujourd’hui que le système budgétaire sénégalais est revenu à l’orthodoxie, à l’intégrité et à la crédibilité »  
REUSSIR- Quelles recommandations faites vous au Sénégal, dans le cadre de cette reconduction à l’ISPE ? 
ALEX SEGURA- Mettre l’accent sur les secteurs sociaux. Nous ne voulons pas être associé à des coupes sur les secteurs sociaux tels que la santé, l’éducation et qui sont aussi sensibles. Ce sont des secteurs clés pour avancer vers les objectifs du millénaire. Le gouvernement a fait un effort remarquable dans le payement de la dette intérieure et l’assainissement des finances publiques mais beaucoup de travail reste à faire. Il y a certaines structures comme la santé ou il faut voir comment régler le problème des hôpitaux. Avec une dette importante des fournisseurs d’oxygène, de médicaments qui ne sont pas aujourd’hui apportés. Donc, voilà un peu ce que nous avons essayé de faire. D’un coté augmenter l’assistance financière au Sénégal et essayer aussi de continuer à mettre l’accent sur les réformes publiques afin de les rendre plus efficaces et plus transparentes. J’ai cité quelques exemples de réformes des finances publiques qui ont été accompli récemment et qui nous permettent de dire aujourd’hui que le système budgétaire sénégalais est revenu à l’orthodoxie, l’intégrité et la crédibilité du système budgétaire, ont été rétabli après le grave dérapage budgétaire de 2008. 
Parmi les recommandations du FMI il y avait aussi cette possibilité pour le Sénégal de diminuer les subventions sur le gaz, qu’est ce qui a favorisé ces recommandations ?  
Ce n’est pas une nouvelle question. Le Sénégal a dépensé énormément de ressources sur les subventions pour les produits énergétiques et les produits alimentaires. Notre constat est que ces subventions ont été largement inefficaces et elles n’ont pas été ciblées sur les couches les plus défavorisées. Donc, si vous voyez les problèmes budgétaires de 2008, elles ont été créées largement par les politiques de subventions et par les avances du trésor. Ce sont ces deux mécanismes qui ont conduit au dérapage budgétaire et qui ont été contrôlé finalement. Sur les subventions ce qu’il faut expliquer aussi, c’est que nous avons mis l’accent, j insiste sur cela, sur la nécessité de trouver un programme alternatif ciblé sur les couches défavorisées de la population. Maintenant, même sur la subvention sur le gaz, on a fait des analyses qui montraient que ce n’était pas les couches défavorisées qui en bénéficiaient. A un moment donné, vous allez vous souvenir, on avait même parlé de la nécessité d’augmenter les ressources sur les cantines scolaires qui ont un impact crucial sur la santé, sur le taux de scolarisation des enfants en milieu rural. Donc, il y a beaucoup d’autres programmes sociales qui pourrait être mise en place pour aider les couches défavorisées qui coûtent beaucoup plus moins chères et qui sont beaucoup plus efficaces. Donc, voilà sur la subvention de produit comme le gaz. C’est un peu la même situation qu’on avait avec les autres subventions. C’est un problème de coût et de ciblage. 
Vous avez évoqués la question des transferts de fonds des émigrés qu’en est -il exactement ?  
Les effets de la crise financière internationale sur l’Afrique se traduisent par plusieurs canaux de transmissions. Il y a la baisse de transferts des étrangers, il y a la baisse des exportations, il y a la baisse de l’investissement étranger direct et finalement la possible baisse de l’aide au développement. Malheureusement, la baisse de transfert des étrangers, on commence à la voir pas seulement au Sénégal. Je travaille également avec la Gambie. C’est une conséquence qui n’est pas particulière au Sénégal. C‘est la conséquence de la baisse de l’activité économique dans les pays développés, les travailleurs qui perdent un peu leur pouvoir d’achat, qui parviennent pas à envoyer le même niveau d’assistance financière à leur pays d’origine. Maintenant, dans le cas du Sénégal on a estimé que la baisse du transfert pourrait tourner autour de 20% en 2009. C’est beaucoup car c’est presque 100 Milliards. Si vous regardez la baisse des transferts des étrangers et la baisse des exportations du Sénégal, c’est un très fort choc sur l’économie nationale. C’est la raison pour laquelle nous avons mis en place cette facilité pour lutter contre le choc exogène si on peut l’appeler ainsi et qui explique cette assistance additionnelle que le Fonds Monétaire Internationale accorde au Sénégal.  
Auteur: Abdou FALL (Stagiaire) & B. SOW  
 
LE QUOTIDIEN : 
DIALOGUE POLITIQUE - Réponse de l’opposition à l’invitation du chef de l’Etat. 
Si le dialogue politique s’avère indispensable, une confrontation des agendas du pouvoir et de l’opposition sera inévitable. En effet, la coalition victorieuse des dernières élections locales, Bennoo Siggil Senegaal, entend discuter avec le président de la République, sur la base d’une démarche inclusive, des conclusions des Assises nationales dont elle était à l’initiative.  
Bennoo va imposer les conclusions des Assises nationales à Wade 
Le président de la République, Abdoulaye Wade, devra tenir compte de la «Charte de bonne gouvernance» qui a résulté des Assises nationales. En tous les cas, dans la lettre qui lui sera adressée demain par la Coalition Bennoo Siggil Senegaal, à l’issue de la conférence des leaders, Wade sera appelé à noter dans son ordre du jour les conclusions des Assises nationales. Selon Madièye Mbodj, responsable à Yoonu Askan wi et membre du groupe de contact chargé de réfléchir sur l’invitation au dialogue lancé par le Président Wade à l’endroit de l’opposition, il n’est pas possible de faire l’impasse sur les conclusions des Assises nationales. Mieux, il faudra que la société civile, les organisations non gouvernementales prennent part au dialogue, comme ce fut le cas lors des consultations citoyennes. Une telle proposition sera mentionnée dans le projet de lettre à proposer demain à la conférence des leaders.  
Pour un dialogue sans anicroches, la Coalition Bennoo Siggil Senegaal va convier le président de la République à préciser le format, les acteurs civils devant y prendre part et les termes de référence. Tous ces éléments devront englober les différentes recommandations de la coalition et qui seront formulées dans la lettre-réponse. Face à Wade, il ne serait pas admissible pour la coalition de l’opposition de faire le vide sur le fichier électoral encore moins sur la question des droits de l’homme au Sénégal. Des problèmes par rapport auxquels la «Charte de bonne gouvernance» suggère des alternatives. En effet, malgré leur éclatante victoire lors des dernières élections locales, Bennoo persiste à décrier le manque de fiabilité du fichier électoral, de même que les nombreuses atteintes à la liberté d’expression. Cela mérite, selon les parties politiques prenantes aux Assises, une réflexion poussée de la part des différents acteurs politiques et socio-économiques du pays.  
Selon le leader du Mouvement pour l’alternance générationnelle (Mac), par ailleurs membre de la coalition Bennoo, Cheikh Sarr, l’opposition ne saurait accepter des restrictions dictées par le Président Wade. La dernière sortie du Premier ministre, Souleymane Ndéné Ndiaye faisant de Wade le seul maître, le détenteur exclusif des prérogatives de définir l’ordre du jour, est sans intérêt pour les camarades de Amath Dansokho. D’ailleurs, le groupe de contact a dû rencontrer le président des Assises nationales, Amadou Makhtar Mbow, pour discuter du contenu du projet de lettre à proposer à la conférence des leaders. 
Par Birame FAYE 
 
Pour freiner la vitesse des déviances sociales au Sénégal. 
Hier, lors d’une conférence de presse, Yoonu Askan Wi a exposé les résultats d’un diagnostic général de la situation du Sénégal. Rien de bon ne ressort de leurs observations et l’unique problème à la source des maux qu’ils ont listés n’est personne d’autre que Wade et son régime. 
Par Rudolph KARL 
Madièye Mbodj et ses camarades paraissent très amers contre la manière dont le Sénégal est actuellement géré. Ils sont écœurés par l’ampleur que prennent les contre-valeurs dans la société sénégalaise. «Les violences de toutes sortes, les meurtres, les viols, la pédophilie, l’inceste, l’homosexualité, la circulation de la drogue et des armes se multiplie à une vitesse vertigineuse dans notre pays», a alerté M. Mbodj. Il soutient que ces perversions sociales sont le résultat d’un grand désarroi provoqué par une pauvreté galopante et une crise des valeurs. Selon ses propos, la première solution à cette situation serait d’en finir au plus tôt avec le régime en place pour reconstruire un «Sénégal capable de porter un vrai projet de transformation sociale». De l’avis de Madièye Mbodj et ses camarades, c’est la crise économique qui a poussé les populations dans la désolation au point de ne plus rien respecter des normes sociales.  
En ce moment où il y a de vifs débats sur l’augmentation annoncée du prix de l’électricité, Yoonu Askan Wi/Mouvement pour l’autonomie populaire n’est pas passé outre. Il appelle le peuple à résister à toute nouvelle hausse du prix de l’électricité. Les anciens militants de And-Jëf ne comprennent pas comment le pouvoir peut envisager cette hausse, au lieu de chercher des solutions aux coupures intempestives qui ont repris en force.  
Revenant sur la polémique entre le pouvoir central et certains élus locaux de l’opposition à propos de la gestion des inondations, Madièye Mbodj pense que tout cela intervient parce que les gouvernants ont du mal à accepter leur défaite aux dernières élections locales. Selon M. Mbodj, la mouvance présidentielle tient là une occasion pour rendre le coup aux électeurs qui auraient boycotté les listes du Sopi. 
Sur le dialogue politique, Yoonu Askan Wi, tout en partageant la position de la Coalition Bennoo Siggil Senegaal dont il est par ailleurs membre, pense que Me Wade doit donner des signaux forts de sa bonne volonté. «(…) Commencer par exemple par supprimer le Sénat et le poste de vice-président qu’il a instaurés de façon tout à fait unilatérale», suggère Madièye Mbodj au Président, comme preuve de la franchise de son appel au dialogue. Après quoi, Me Wade pourra s’inspirer des conclusions des Assises nationales. 
Les membres de Yoonu Askan Wi, étant tous des dissidents de Aj/Pads, ils ne pouvaient passer sous silence la crise qui secoue leur formation d’origine. Ils ont mis les deux protagonistes de Aj, Landing Savané et Mamadou Diop «Decroix», dans un même sac. Se revendiquant de l’héritage d’Aj, ils ont rappelé que le parti reste «un patrimoine commun, construit des décennies durant, par des militants et militantes, qui n’accepteront jamais de sacrifier tant de luttes contre le néolibéralisme mondialisé». 
Questions ouvertes. 
Aux dirigeants des entreprises d’électricité, des institutions de microfinance,  
des banques, des hopitaux, des universités, des écoles privées et des boulangeries  
Mesdames et Messieurs les dirigeants des entreprises et institutions évoquées ci-dessus, ma famille, mes amis, mes collègues et une très grande majorité de la population du Sénégal et moi sommes de façon plus contrainte que volontaire vos clients. Certaines d’entre elles sont financées par l’argent public, donc l’argent des contribuables que nous sommes, ou par l’épargne des uns et des autres.  
En conséquence, de façon directe ou indirecte et, ce, que vous ayez une vocation lucrative, sociale ou de développement, les entreprises et institutions que vous «dirigez» existent exclusivement pour nous «servir» et satisfaire nos différents besoins. Donc, sans nous, vous n’avez aucune raison d’être, et les «dirigeants, directeurs et administrateurs» que vous êtes seraient des chômeurs ou se confondraient, au mieux, dans la masse du commun des Sénégalais. En plus, pour la plupart d’entre vous, nonobstant les éventuels mérites ou compétences individuelles en gestion de la minorité d’entre vous, vous avez été nommés de façon discrétionnaire, politique ou par défaut. 
Par conséquent, parce que vous vivez de et à cause de l’argent public, de l’épargne du peuple sénégalais, vous devez leur rendre compte de vos actes ou absences d’actes de gestion, de vos résultats et, s’il y a lieu, expliquer vos échecs et faire amende honorable en corrigeant vos erreurs ou insuffisances.  
C’est donc au nom du peuple sénégalais, vos mandants et vos juges, que je vous pose les questions suivantes, questions auxquelles, par devoir, courtoisie et sens des responsabilités vous donnerez, je l’espère, des réponses honnêtes et dignes de foi. Ces questions concernent le coût des biens et services vitaux ou nécessaires à notre bien-être minimum, et que nous n’avons d’autre choix que de les acheter ou de nous les procurer auprès des entreprises et institutions que vous avez la charge de diriger de façon efficace et transparente, et aussi de faire prospérer dans l’intérêt général.  
Ces questions sont non seulement pertinentes au regard de l’influence insidieuse et permanente de la qualité de votre gestion dans le niveau de notre bien-être social et économique, mais elles sont d’une brûlante actualité en raison de la ponction actuelle plus que démesurée sur les budgets des familles sénégalaises, que constitue le coût des biens et services que nous achetons à vos entreprises et institutions. Ces questions s’imposent de façon encore plus radicale, puisque dans leur quasi-totalité, le prix des biens et services que vos entreprises et institutions nous vendent est égal à la somme du coût unitaire encouru + un pourcentage de marge.  
Cela est important à rappeler, car le coût unitaire encouru est la véritable mesure de l’efficacité de votre gestion et des performances opérationnelles des entreprises et institutions que vous dirigez. En effet, c’est de votre connaissance précise de ce coût unitaire et de votre capacité à le contrôler et à l’améliorer que dépendent la qualité de notre bien-être, le budget des dépenses familiales, notre capacité à offrir une éducation de qualité à nos enfants et la possibilité de créer ou développer nos affaires. Votre responsabilité au regard de ce coût unitaire est donc capitale pour le niveau de vie actuel et futur de tous les Sénégalais. Le comprenez-vous, Mesdames et Messieurs les directeurs et administrateurs généraux? Comprenez-vous, à la lumière de ce qui précède l’importance des questions ci-dessous, votre obligation morale d’y répondre ne fut-ce que pour vous même ou pour la prise de conscience qu’elles doivent éveiller, là, ici et maintenant au sein de votre entreprise.  
Ces questions, au nombre de cinq, les voici, et elles s’adressent plus précisément aux entreprises d’électricité, à chacun des hôpitaux du Sénégal, à toutes les universités et écoles privées (catholiques ou laïques, du primaire, du secondaire ou de l’enseignement supérieur), aux institutions de microfinance, aux banques et autres établissements financiers, ainsi qu’à toutes les boulangeries industrielles. 
Pourquoi, dans votre très grande majorité, n’êtes-vous pas en mesure, en l’an 2009, d’établir le coût unitaire des biens et services essentiels que vous nous vendez ? 
Pourquoi ne disposez-vous pas des moyens appropriés vous permettant d’identifier et de supprimer les innombrables surcoûts et frais généraux exagérés que vous nous chargez en les intégrant dans vos prix ? 
Pourquoi les qualifications de votre personnel en matière de gestion et de contrôle de ces coûts unitaires sont-elles structurellement faibles, alors que les solutions sont disponibles et à portée de main ? 
A défaut d’une connaissance appropriée de vos coûts unitaires, comment pouvez-vous moralement justifier la tarification arbitraire et appauvrissante actuellement utilisée, qui aboutit à des profits illégitimes, notamment dans les banques et autres institutions financières et de microfinance ? 
Cette lettre ouverte s’adresse aussi aux autorités qui contrôlent ces entreprises et institutions, qu’elles relèvent de l’Administration ou des Conseils d’administration. C’est à elles de donner le ton ou de légiférer en la matière, et au besoin de sanctionner. Un Directeur général ou administrateur général dont l’entreprise ou l’institution est confrontée aux carences associées à l’une ou l’autre des cinq questions ci-dessus ne mérite pas la confiance des autorités précitées, moins encore celle du peuple sénégalais. Il ou elle doit rendre compte. 
Ndèye A. Sèye - Agent commercial - Dakar/Fann 
 
POINT DE VUE - Anoci, le coup de poignard des «experts». 
Le bilan des comptes définitifs présenté par l’Agence nationale pour l’organisation de la Conférence islamique sécrète un scandale parallèle que des experts ou lobbyistes subitement transformés en laudateurs couvrent de leurs voix. Il y a une chose importante qu’il nous semble essentiel de mettre en exergue : c’est le caractère très ordinaire des ouvrages réalisés par l’Anoci en rapport avec la masse financière mobilisée à cet effet. L’on est en mesure de soutenir un pari : le plus crétin des ingénieurs de la planète est capable de faire au moins aussi bien que ce qui nous a été servi comme modèle africain d’infrastructures routières avec les moyens colossaux dont les patrons de l’agence ont pu disposer pour leur mission. A partir de ce postulat, c’est moins sur la qualité des ouvrages qu’il faut s’appesantir -encore que cela reste important- que sur la gouvernance financière à la base de l’exécution du projet. En cela, une simple appréciation parcellaire devient dérisoire pour ne pas dire sujette à soupçons. A quel type de pertinence donc peut bien renvoyer une phrase du genre : «Le bilan de l’Anoci est plutôt positif ? »  
En réalité, l’Anoci n’a eu de crédibilité que celle portée par un chef tout-puissant et durablement marquée par l’épisode sulfureux des passations des marchés de l’agence. Bara Tall en a rapportées les modalités et particularités même si la presse en avait été informée depuis longtemps. Ces pratiques sont restées impunies ! Aujourd’hui, l’Anoci est un monstre enterré dans la douleur, ainsi qu’elle était d’ailleurs née, avec ses mystères. Au moment où tous les observateurs sérieux et honnêtes réclament un audit externe indépendant en tant qu’exigence élémentaire, tresser des lauriers à messieurs Abdoulaye Baldé et Karim Wade ressemble à un appel du pied qui ne dit pas son nom. Fermer les yeux et les oreilles sur les surcoûts occasionnés par les études chaotiques sur le tunnel de Soumbédioune, sur le choix totalement irrationnel porté sur les entreprises ayant proposé les tarifs les plus élevés, sur les grosses imperfections notables partout sur le périmètre des chantiers livrés, relève d’une complicité intellectuelle et morale inavouée. Reconnaître le «bilan positif de l’Anoci» n’est pas, dans le cas présent, l’expression d’une quelconque honnêteté, mais davantage un coup de poignard dans le dos de ceux qui jugent incontournable l’audit technique et financier des 432 milliards de francs Cfa censés avoir été mobilisés. Partout dans le monde, c’est plus ou moins ainsi que l’on déstabilise les mouvements tendant à la vérité et à la transparence. 
Aujourd’hui, pour se débarrasser de cette épine qui leur colle aux pieds, les principaux soupçonnés pourraient bien se tourner vers un cabinet complaisant qui se ferait un plaisir de «travailler» les comptes mis à l’index. Dans l’absolu, cela reste une perspective très probable, car ce serait un jeu d’enfant pour des génies de l’audit. Mais lorsque cette solution «honorable» n’est même pas envisagée de manière officielle, c’est sans doute que le mal est profond et incurable. Mon dieu, est-ce si pénible de rendre compte en toute transparence ? 
 
DEPASSEMENTS - Dépenses hors budgets : Le rapport chiffre déjà 34 milliards. 
Ce n’est que provisoire, mais le rapport d’audit sur les dépenses hors budget parle de 34 milliards de francs cfa. Ce n’est que provisoire, mais le rapport d’audit sur les dépenses hors budget parle de 34 milliards de francs cfa. Le ministre d’Etat ministre de l’Economie et des Finances Abdoulaye Diop, l’a fait savoir hier. A cela, s’ajoutent les sommes impayées des hôpitaux, qui s’élèvent à 14 milliards de francs cfa dus à «des prévisions inexactes dans le budget, des engagements des dépenses sur le budget, qui n’existent pas. Mais tout est provisoire en attendant d’être validé», tempère-t-il.  
Un audit a été commandité à un cabinet établi à Dakar, pour avoir une idée sur l’ampleur des dépenses hors budget, et M. Diop, qui attend le rapport définitif, souligne quand même que si «les dépenses ont été faites de bonne foi, on reviendra ici à l’Assemblée pour faire voter, et le ministère paiera. Ce sont des engagements que des gens ont faits sans avertir personne. Comment voulez-vous les payer ? Je ne peux pas payer sans autorisation parlementaire. Je n’ai aucune décision à prendre». 
sakane@lequotidien.sn 
 
LAT DIOP, LEADER DU FEP SUR LES MILLIARDS DE L’ANOCI « Si j’avais un arbitrage à faire… »  
par Bakary DABO | SUD QUOTIDIEN , mardi 23 juin 2009 
Récemment porté sur les fonts baptismaux, le Front pour l’Emergence et le Progrès (Fep) ne compte pas rester muet sur certaines questions d’ordre national. Analysant l’actualité politico-économique, le leader Lat Diop de ce parti politique pense que les milliards de l’Anoci auraient mieux servi dans le secteur agricole. 
Si certains continuent à commenter les résultats du Conseil de surveillance sur la gestion de l’Anoci, d’autre retournent à la source pour décrier le choix même sur l’opportunité d’attribuer des centaine de milliards à l’agence que dirige Karim Wade, leader de la Génération du Concret (Gc). C’est à l’image de Lat Diop, président du Front pour l’Emergence et le Progrès (Fep). 
Ayant pour ambition de « restaurer la dignité du citoyen sénégalais sous ses aspects politique, économique et social, d’élever son statut où qu’il se trouve dans le monde », le Président du Front pour l’Emergence et le Progrès, a retracé la voix à suivre pour atteindre ses objectifs. Selon lui, son ambition pour le Sénégal « doit bien entendu passer par des étapes que la classe politique n’a pas su franchir, d’où la nécessité de la renouveler et de rehausser le débat politique qui est très stérile au Sénégal ». 
De l’avis de M. Lat Diop, « Si on ne critique pas le Président de la République qui manipule et oriente le débat politique, c’est son fils qui fait l’actualité, cela n’intéresse plus le commun des sénégalais et je refuse de tomber dans ce travers ». Selon lui, les débats et les orientations des hommes politiques doivent être ailleurs, en s’interrogeant par exemple, sur la semaine des 40 heures qu’il trouve « insuffisant » pour un pays sous-développé comme le Sénégal. « Je le dis solennellement, il faut augmenter les heures de travail, j’ouvre le débat et je dirai pourquoi ». 
Sur cette lancée, M. Diop fait savoir que sa plus grande ambition pour le pays « c’est de faire disparaître la paysannerie et la remplacer par des professionnels et salariés de l’agriculture et cela ne sera jamais possible tant que le problème de la maîtrise de l’eau n’est pas résolu ». C’est ainsi qu’il défend : « Si j’avais un arbitrage à faire, les milliards de l’ANOCI iraient dans ce secteur qui doit être le principal domaine de concentration en plus du relèvement du plateau technique des hôpitaux et centres de santé, de la couverture médicale sur toute l’étendu du territoire, de l’éducation des jeunes et surtout de l’indépendance de la justice qui est à mon avis une condition essentielle de l’attractivité de l’investissement privé ». A travers ce postulat du leader du Fep rejaillit le problème de priorité auquel sont confrontés les autorités. Selon lui, « un investisseur réfléchira toujours avant de venir dans un pays où l’Exécutif est soupçonné d’influencer les décisions de justice ». 
M. Diop affirme également nourrir une grande ambition pour la jeunesse du pays. « Je considère qu’au Sénégal être jeune est un handicap qu’on essai de corriger sous le prétexte de la patience. Rien n’est fait pour promouvoir les jeunes et les responsabiliser réellement. Je combattrai cette conception restrictive qui confine la jeunesse dans des activités sportives ou de loisirs pour qu’elle n’ait aucune autre ambition parce que nos dirigeants savent que l’éveil de la force vive d’une nation est toujours une menace pour leur confort qui n’a rien à voir celui du peuple, il faut donc l’endormir. Notre souhait est de montrer qu’un jeune peut être plus qu’un ministre des sports et des loisirs ». 
WALF FADJRI : 
Problématique du textile au Sénégal 
 
 
L’essence migratoire de l’industrie du textile, plus particulièrement celle de la confection de l’habillement, a toujours été liée à sa demande intensive de main-d’œuvre. L’industrialisation du textile a vu sa naissance en Grande-Bretagne, motivée par l’invention de la machine pour le nettoyage du coton.  
L’amélioration précédente des machines à tisser le coton en tissu et une abondante population européenne fournissant une forte main-d’œuvre nécessaire pour supporter le développement de l’industrie. Plus tard la migration massive d’Européens vers le nouveau continent devient alors la cause principale de la délocalisation de l’industrie du textile vers les Usa (1910-1990). Durant les deux dernières décennies, certaines nations, principalement asiatiques, ont eu à profiter de la répétition de l’aspect nomadique de l’industrie du textile. Une fois de plus, elle était à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil plus adéquate ; cependant la nouvelle raison de l’exil de l’industrie des Usa vers l’Asie diffère, car cette fois-ci, elle est plutôt due à un aspect socio-économique contrairement à un paramètre démographique.  
Le taux élevé des salaires aux Usa est la raison pour laquelle la société américaine est restée plus compétitive et plus orientée dans le domaine de la technologie et du service qu’à celle de la production industrielle. Cette industrie qui, il y a juste dix ans, était massive aux Usa devient alors un fardeau pour les industriels américains du textile, mais surtout pour son gouvernement qui a eu à subventionner la production de son textile à des pays de leur choix, tant qu’ils ont pu. Avec un intérêt de plus de 35 % de la consommation mondiale d’habillement, l’Amérique se trouve alors concernée par les héritiers de l’industrie en exode : soit principalement la Chine, l’Inde, le Pakistan, la Turquie et d’autres pays de l’Est qui n’avaient pas toutes les meilleures relations d’échange avec les Usa.  
La plupart des pays bénéficiaires de la nouvelle transition avaient déjà établi l’existence d’usine de production du tissu, mais ils ont réussi finalement à intégrer verticalement ce secteur à celle de la confection industrielle de vêtements. Ce qui a donné des avantages essentiels à ces pays, comme l’exportation de produits à valeur ajoutée. Un choix qui leur a permis de percevoir une marge de profit plus grande sur le marché international ; mais aussi une diminution considérable du taux de chômage dû à la demande intensive de main-d’œuvre requise par l’industrie du textile. Quant aux Usa, pour contenir leur approvisionnement de vêtements, ils ont réagi par la mise en place de programmes d’échange en vue de mieux équilibrer et diversifier leurs fournisseurs d’habillement. On assiste d’abord à la naissance de Nafta qui a favorisé leurs voisins frontaliers (Mexico et Canada) à des avantages d’exportation vers les Usa.  
En 2000 la création de l’Agoa (African Growth Opportunity Act) visait sans aucun doute à initier une politique d’alliance économique, mais aussi à développer une alliance stratégique avec les pays de l’Afrique sub-saharienne qui dispose d’une situation géographique favorable pour l’exportation vers les Usa. Ce programme de partenariat (Agoa) loin d’être parfait est certainement une opportunité considérable pour finalement intégrer l’industrie du textile africain qui est en déclin, à cause de son existence partiale. Le but de l’Agoa serait d’ouvrir une ‘pipeline’ sur le marché américain aux exportateurs Africains ; mais depuis l’annulation du free quota system en 2005 l’Afrique se doit d’être plus agressive pour pénétrer le marché international et participer à l’échange mondial. Nos gouvernements africains doivent faire de l’Agoa un programme bilatéral et opérationnel, car ses avantages ne viennent pas sous forme d’aide monétaire ; mais plutôt d’un cadre d’échange économique pour développer nos industries de production.  
Presque 10 ans depuis le démarrage de l’Agoa, on constate quelques rares succès pour les pays africains sélectionnés. Nos gouvernements doivent appuyer la culture et la transformation locales du coton ; multiplier les centres de formation et les unités de production vestimentaire. Ceci est nécessaire pour soutenir les producteurs de tissu local reliant sur l’exportation incertaine de produit semi-fini (le tissu). La majorité des producteurs de tissu en Afrique est confrontée à de nombreuses difficultés pour exporter leurs produits pour la simple raison qu’il y a moins d’acheteurs de tissu. Le manque d’acheteurs est lié à l’accumulation de l’industrie du textile partout ailleurs pour exporter du prêt-à-porter (full packaging). La demande exigeante des acheteurs de vêtements exige que les fabricants doivent pouvoir répondre rapidement à la demande. Il est donc préférable aux producteurs de vêtements de collaborer avec un fournisseur local pour sa matière première (le tissu) enfin d’écourter les délais de production.  
Alors que tout le monde pointe la Chine du doigt ; peut-être que l’Afrique devrait plutôt s’inspirer du modèle chinois et le parfaire pour le développement de la production industrielle. Le taux de la monnaie chinoise est certes resté bas (certains estiment même qu’elle est dépréciée de 40 % de ce que devrait être sa valeur réelle), mais d’autres forces politiques émergeantes supportent le textile en Chine. La moitié de cette industrie appartient ou est subventionnée par l’Etat chinois ; leur gouvernement accorde des bonifications d’intérêt aux exportateurs de 50 % sur les prêts concernant ce secteur en particulier. Les banquiers chinois par subvention du gouvernement attribuent des prêts pour la construction constante d’usine de textile. La Chine a investi plus de 30 milliards de dollars en 2003 sur le textile pour dominer le marché mondial après la dérégulation des tarifs en 2005. Ceci est une motivation pour l’Afrique d’investir davantage dans le textile et rester ferme à notre volonté de bâtir une usine de textile par jour plutôt que d’accepter la fermeture d’une usine par jour.  
L’engagement doit être pris par nos gouvernements à appuyer les opérateurs économiques du textile et de la mode à faire valoir le label ‘Made in Africa’ sur le marché international ; la volonté des opérateurs s’arrête là ou commence le pouvoir de nos Etats. L’incertitude que ressentent les acheteurs américains vis-à-vis du fournisseur africain peut être renversée si nos gouvernements font pression pour une nouvelle régulation du libre tarif, mais surtout forcent la Chine à réduire ses pratiques irrégulières de production et renforcent notre capacité de production locale. Les pays africains ont besoin de réaliser leur ‘pouvoir volontaire de restriction’ à savoir que nous avons une meilleure chance de sensibiliser la Chine que le gouvernement américain ; sans doute pour des raisons géopolitiques. Les gouvernements africains se doivent de faciliter les échanges entre les investisseurs, la bureaucratie locale, mais surtout avec les institutions financières pour établir des bonifications sur les taux d’emprunt pour la production.  
Une formation adéquate est vitale pour préparer les banquiers africains à s’adapter aux nouveaux défis de l’échange mondial ; quand le prêt ne peut pas aboutir localement, alors les banquiers devraient être en mesure de mettre en synergie les opérateurs industriels à percevoir l’accès aux capitaux internationaux. Mais aussi voir les autorités renforcer les sanctions punitives relatives aux entrepreneurs peu scrupuleux qui font preuve de mauvaise gestion financière rendant l’accès au financement étranger difficile pour la génération future. Nos pays bénéficiant des avantages de l’Agoa doivent motiver les systèmes d’aide international à augmenter la part allouée à la production pas seulement en aide monétaire, mais par le transfert de technologies, l’assistance technique et la promotion de la formation sur le terrain.  
Ces engagements de la part de nos leaders sont primordiaux pour développer la production vestimentaire et intégrer les différents secteurs de l’industrie pour réduire les délais de production. Ceci nous permettra d’être plus compétitifs sur le marché international, basé sur la qualité. Mais il faudra faire preuve de rapidité dans la livraison et renforcer notre capacité de production pour la création de nouveaux emplois, et surtout protéger les millions de travailleurs menacés par une industrie en extinction. Nous bénéficions d’infrastructures nécessaires pour la production, comme l’accès à l’électricité, l’eau, la communication électronique et la compétence technique, mais la réduction de ces coûts de production est une nécessité. L’exemple de certains pays africains, à citer comme étant émergents pour le développement du textile, sont le Nigeria (l’un des rares pays africains à s’inspirer de la Chine) est en train de soutenir le textile par des programmes de subventions gouvernementales.  
Ces aides de plus en plus courants sont motivés par l’intention de soutenir et de relancer les producteurs comme en témoigne le projet nigérian pour l’expansion de leur importation du textile (Export expansion grant). Sous le programme de l’Eeg, les exportateurs de produits à valeur ajoutée, tel que le vêtement, reçoivent une rémunération de 40 % de leur revenu annuel sur l’exportation. D’autres exemples à citer sont l’Afrique du Sud, l’Egypte, le Madagascar et les Iles Maurice. Rappelons nous lors du conseil présidentiel pour l’investissement en 2004, le gouvernement sénégalais avait misé sur l’urgence pour ‘l’accélération de la croissance économique et la création d’emplois pour sortir le pays de la pauvreté’.  
Cette urgence demeure toujours, mais aujourd’hui plus que jamais la solution réside dans nos avantages de production spécialement dans le domaine du textile qui a une longue histoire au Sénégal. Bien que la compétition asiatique n’ait cessé de croître, nos avantages compétitifs demeurent avec une position géographique et un climat qui sont stratégiques pour la culture du coton et l’accès rapide aux marchés extérieurs ; une ressource démographique qualifiée avec la présence locale de stylistes qualifiés dotés d’une forte intensité de main-d’œuvre et à qualification élevée.  
Papa Mayelad FALL BoGa Global Fashion www.bogafashion.com  
Face à la probable hausse du prix de l'électricité : Les Imams de Guédiawaye préparent un nouveau de plan de riposte  
On ne change pas une méthode qui vaut des satisfactions. Tel semble être le credo des Imams de Guédiawaye qui, face aux rumeurs de plus en plus persistantes d’une hausse de 8 % du prix de l’électricité, se penchent sur un plan d’actions pour, encore une fois, faire reculer l’Etat. Ils demandent aux autres localités du pays de sonner la mobilisation. 
 
Leur détermination avait contraint l’Etat du Sénégal à revenir sur l’augmentation du prix de l’électricité au mois de novembre dernier. Et comme on ne change pas une méthode qui gagne, les Imams de Guédiawaye comptent se remettre en première ligne pour mener les contestations, face aux rumeurs de plus en plus persistantes d’une augmentation de 8 % sur les factures d’électricité à partir du 1er juillet 2009. Sur les ondes de Radio futurs médias, l’Imam Yousssoupha Sarr appelle déjà les populations à la riposte. Une riposte qu’il espère beaucoup plus rigoureuse que la première pour pousser les pouvoirs publics à abandonner cette piste. ‘L’année dernière, nous étions très mesurés sur certaines choses, mais pour cette fois, et sans sortir du cadre légal et réglementaire, nous serons plus rigoureux, car nous nous sommes donnés une capacité de mobilisation beaucoup plus importante. Ce qui va nous permettre de mobiliser toute la banlieue dakaroise’, fait savoir l’Imam Sarr. Il invite ainsi toutes les localités du Sénégal à en faire autant pour faire reculer l’Etat du Sénégal dans sa décision d’augmenter le prix de l’électricité.  
L’Imam de Guédiawaye exhorte ainsi les pouvoirs publics à réfléchir sur les conséquences que pourrait avoir une telle décision sur les ménages sénégalais déjà éprouvés par un contexte de crise généralisée. Aussi, ces ménages sortent-ils d’un contexte où les discussions étaient entamées pour enlever les 5 % qui restaient des 17 % précédemment annoncés. Et où il était également question d’élargir la tranche sociale pour passer de 50 à 250 kilowatt. ‘Ainsi, on risque de tout remettre en cause’, fulmine-t-il, tout en précisant que les discussions étaient bien avancées pour arrondir les angles.  
C’est pourquoi, l’Imam Sarr exhorte les autres localités à épouser leur combat en rejetant les nouvelles factures de la Société nationale d’électricité (Senelec). Et de l’avis de Yousssoupha Sarr, cette volonté des Imams de Guédiawaye d’étendre leur lutte au plan national, n’est pas une simple déclaration d’intention. Une déclaration que semble approuver l’Union régionale des consommateurs de Thiès qui sera, vendredi prochain, dans les rues de la Capitale du Rail pour dénoncer, entre autres préoccupations, cette probable hausse du prix de l’électricité.  
Ibrahima DIAW  
Budget : La sincérité des prévisions bientôt érigée en principe 
 
 
Le mode de fonctionnement des finances publiques va connaître un bouleversement sous peu de temps. En effet, des innovations qualifiées de ‘majeures’ sont en cours d’introduction dans la perspective de la révision du cadre harmonisé des finances publiques de l'Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa). L'annonce a été faite hier par l'adjointe au Directeur du Budget du ministère de l'Economie et des finances au cours des journées de réflexion consacrées à cet effet. ‘La révision du cadre harmonisé des finances publiques prévoit des innovations majeures parmi lesquelles nous pouvons noter l'introduction du principe de sincérité des prévisions budgétaires’, a déclaré Mme Khady Ndao Diagne.  
Elle ne s'est pas limitée là. Elle en a cité d'autres comme l'élaboration d'un document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle, la déclinaison du budget en programme et la déconcentration du pouvoir d'ordonnateur principal.  
Mme Diagne a aussi évoqué le classement des tirages et remboursements des emprunts à moyen et long termes en opération de trésorerie, le renforcement de l'information du Parlement et de son contrôle de l'exécution des lois de finances et la mise en cohérence des soldes de la loi de finance avec le Pacte de convergence de l'Uemoa.  
L'extension des missions de la Cour des comptes dans le contrôle et le suivi de l'exécution du budget, la réduction du délai de la période complémentaire à un mois, l'application du principe des droits constatés dans la comptabilisation des dépenses et des recettes de l'Etat, la suppression de la notion d'administrateur de crédits, etc. font également partie de la liste des principales innovations. Celle-ci n'étant pas exhaustive.  
Il s'agit là de la modernisation des Directives de l'Uemoa qui doivent être adoptées par le Conseil des ministres de cette organisation d'intégration régionale avant la fin du mois de juin 2009, selon Khady Ndao Diagne.  
Nd. M. GAYE  
Examen de la loi de finances rectificative : Les députés diagnostiquent les maux de la politique économique du gouvernement  
Ils étaient convoqués pour examiner la Loi de finances rectificative 2009 mais les députés ont fait de l'occasion un exutoire de leur analyse de la politique économique du Sénégal. Plaidant chacun pour son terroir, les parlementaires ont rappelé à l'argentier de l'Etat que développer le Sénégal ne signifie pas concentrer les investissements dans Dakar.  
 
Après l'exposé des motifs devant la représentation, le député Mamour Cissé a reproché au ministre des Finances de n'avoir pas proposé un plan de relance économique pour le Sénégal. Avec un taux de croissance de 3,1 % prévu contre 5,2 % initialement annoncé, une perte de recettes de 135 milliards, une baisse de 20 % du transfert des émigrés, etc., l'année 2009 sera dure pour le Sénégal. Le secrétaire général du Psd/Jant bi a demandé au ministre les autres investissements productifs, en dehors de l'autoroute à péage, que l'Etat va engager. Le projet ‘Cœur de Kaolack’ visant à développer la capitale du bassin arachidier va coûter trois milliards aux finances publiques. Ce que Mamour Cissé trouve ‘impertinent’. Dans la même veine, Me El Hadj Diouf soutient que l'urgence pour Kaolack c'est la réhabilitation de la voie ferroviaire, la réfection du port, principalement. Relativement à la question du leader du Psd/Jant bi, le ministre des Finances estime que ‘le paiement de la dette intérieure est un investissement pour la relance de l'économie’, les entreprises étant le principal moteur de cette économie. Non sans ajouter que le gouvernement ne peut pas répondre à toutes les sollicitations, ‘faute de moyens’. Imam Mbaye, pour sa part, s’est dit outré par la cession des terrains jouxtant l'aéroport à un particulier, lequel l'a revendu pour 27 milliards à l'Institution de prévoyance retraite du Sénégal (Ipres). Me Ndèye Fatou Touré a trouvé ‘illégale’ l'affection de 587 millions au poste de vice-présidence alors qu'il a été rejeté par une partie des députés. Elle s'est vue, cependant, rectifier par le ministre qui a expliqué qu’’une proposition soumise à l'appréciation de l'Assemblée nationale ne saurait être illégale’. D'autres parlementaires ont relevé le retard de développement de certaines villes du pays et l'absence d'infrastructures routières de qualité à l'intérieur du pays. La question de l'énergie, la floraison de banques et d'établissements financiers dans Dakar ouvrant une porte au blanchiment d'argent ont été soulevées. Les parlementaires n'ont pas été tendres avec la politique agricole du pays. Pour le député-maire de Bambey, Aida Mbodj, si la Goana sensée apporter de la valeur ajoutée aux productions connaît un déficit, comparé aux 60 milliards de francs investis, elle doit être abandonnée. Les députés ont, en outre, abordé le projet de la Banque verte pour rappeler que l'Office national de coopération d'assistance (Oncad) créé en 1966 et la Banque nationale de développement (Bnds) devaient servir aux paysans alors que ces derniers n'en profitaient pas.Le ministre indique que la ‘stratégie’ sera changée parce que la ‘création d'une banque va prendre beaucoup de temps’. Ainsi, dans un premier temps, Abdoulaye Diop annonce que la Caisse nationale de crédit agricole (Cncas) va être renforcée financièrement et l'actionnariat revu.  
Kh. BAKHOUM  
Contrôle du budget de l'Etat : Les limites de l'action parlementaire mises à nu 
L'efficacité de l'intervention du Parlement dans le contrôle du budget de l'Etat est entravée par de nombreuses limites. Le constat est d’un député membre de la Commission de l'économie et des finances de l'Assemblée nationale.  
 
Un membre de la Commission de l'économie et des finances de l'Assemblée nationale a dressé hier les limites à l'efficacité de l'action parlementaire en matière de contrôle du budget de l'Etat. Et elles datent du lendemain de l'accession du Sénégal à la souveraineté internationale. ‘Le Parlement sénégalais, depuis les incidents du 14 décembre 1962 où les députés ont retiré leur soutien au gouvernement, a vu sa marge de manœuvre fortement diminuer au profit de l'exécutif’, a relevé Serigne Mbaye dit Khalifa Dia lors des journées de réflexion sur la réforme de la gestion des finances publiques organisées par l'Ecole nationale d'administration (Ena) . ‘La loi, dans le même temps où elle octroie au Parlement des prérogatives en matière de contrôle de l'activité gouvernementale, institue simultanément des limites à l'exercice effectif de ce droit’, a-t-il fait remarquer. A titre d'exemple, le député a évoqué l'analphabétisme de la grande majorité des représentants du peuple. ‘La plupart des parlementaires ne sont ni initiés, ni préparés à la maîtrise des techniques de rédaction d'un texte juridique’, a-t-il expliqué. ‘De surcroît, la pratique consistant à déléguer des assistants aux parlementaires n'est pas encore adoptée au Sénégal’, a-t-il ajouté.  
Dans le même registre, M. Dia a aussi relevé comme limite l'insuffisance des moyens financiers et logistiques mis à la disposition des parlementaires. Il a estimé que celle-ci ne leur permet pas d'assurer une présence régulière au sein des diverses catégories de la population de façon à pouvoir prendre en compte leurs préoccupations et leurs attentes légitimes.  
Ce n'est pas tout. Le député a relevé dans le même ordre d'idées l'impossibilité dans laquelle se trouvent les parlementaires de rejeter les budgets de tel ou tel ministère, sans rejeter en même temps l'ensemble de la loi de finances. Pour lui, cela constitue une autre contrainte majeure dans l'exercice du contrôle de l'exécutif.  
En faisant ainsi état de ces limites qui ne permettent pas aux parlementaires de jouer pleinement leur rôle dans l'initiative de réformes de la gestion des finances publiques, Serigne Mbaye dit Khalifa Dia a voulu montrer les nombreux chantiers qui restent à faire si l'on veut faire prévaloir au sein du Parlement des pratiques démocratiques, respectueuses des différences et des sensibilités politiques. Aussi, le député a-t-il exprimé son souhait de voir l'autorité compétente procéder à des réformes pouvant permettre aux parlementaires de mieux exercer le contrôle du budget. Et parmi les réformes souhaitables, il a cité notamment le droit d'amendement et la mise en place d'un vrai système d'informations budgétaires en temps réel. ‘Il nous faut disposer d'un vrai système d'informations budgétaires. Et cela suppose que les acteurs sectoriels acceptent de perdre des prérogatives. Le ministère de l'Economie et des finances doit faire des efforts pour aller dans ce sens-là’, a-t-il indiqué. Ce qui permettrait de rendre plus performante la gestion du budget, selon lui.  
En outre, M. Dia a rappelé les moyens de contrôle dont dispose le Parlement sur l'exécutif en matière budgétaire. Il a souligné ainsi le passage en commission, la discussion en séance plénière, la loi de règlement, les commissions d'enquête parlementaires et les questions (écrites ou orales) au gouvernement.  
Ndakhté M. GAYE  
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 24.06.2009
- Déjà 5128 visites sur ce site!