ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Adeptes du Génie Civil maçonique...

 
Seneweb.com : Samedi 14 Mar 2009 
Une Génération concrètement dépassée  
« Ce qui arrive au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience ». René Char 
Une « sortie » navrante (Abdoulaye Baldé), un leader muet et conspué (Karim Wade), une équipe à la traîne… ceux qui nous ont martelés que la Génération du Concret était une « nouvelle génération » porteuse de pratiques politiques originales nous doivent des explications. Nous attendions de voir leur première participation à une campagne électorale. Après plusieurs jours d’activités, nous cherchons vainement les ruptures que ses leaders ont instituées en termes de propositions, d’action et de communication dans le champ politique sénégalais. 
Alors que nous étions nombreux à décrier le leader de la Génération du Concret, et ses suivants immédiats, en mettant en avant des questions liées à la légitimité, la compétence, la transparence, etc. voilà que leur véritable talon d’Achille se fait jour. Il s’agit d’un déficit indéniable d’imagination et d’innovation politiques. 
Nous pensons tous que notre pays a besoin d’une profonde mutation. Mais celle-ci, peut-elle être l’œuvre d’une formation dont le seul génie est de compter sur la magie de l’argent ? Peut-on même parler de « génie » à propos d’une action politique surannée qui se résume en quelques slogans, des manifestations ludiques et le clientélisme ? C’est dire donc, qu’en réalité, les initiateurs de la Génération du Concret confondent « nouvelle génération » et « génération nouvelle ». 
Le débarquement brusque sur la scène publique sénégalaise d’une bande d’individus plutôt jeunes, novices en politique, proches du pouvoir et qui aspirent à le conserver... voilà qui doit faire parler de « génération nouvelle ». Et voilà qui sied parfaitement à la Génération du Concret. Quant à l’émergence d’une « nouvelle génération », c’est-à-dire d’individus jeunes et moins jeunes, issus du pouvoir, de l’opposition et de tous les autres segments de la société, dont les particularités seraient d’avoir tirés ensemble les leçons du passé, de porter des idées neuves, d’être les dépositaires de pratiques politiques rigoureuses, et qui n’aspirent qu’à servir le Sénégal, nous attendons encore. Les pas importants accomplis ces derniers temps par le camp du pencoo (consultation en wolof) et les objections montantes dans celui du régime nous donnent bon espoir. 
En tous les cas, on ne peut transformer sérieusement et positivement le Sénégal sans être des « gens du dialogue ». On ne peut y arriver en étant enfermés dans une tour d’ivoire à l’année. On ne peut réussir cette entreprise sans rompre avec les pratiques du passé : le clientélisme, l’absence de transparence dans la gestion des deniers de l’Etat… On ne peut le faire sans rendre le pouvoir au peuple. Ou encore, en piétinant constamment les institutions. On ne peut non plus y arriver avec une diplomatie qui soutient des régimes illégitimes. 
La mutation que nous attendons, de la « nouvelle génération », sera actionnée par des milliers de citoyens qui auront compris que le monde a changé, que l’Afrique évolue et que le Sénégal n’a plus le choix. Mais ils sauront surtout, que dans cette globalisation en mouvement et cette ère des nouvelles technologies en bouillonnement, chaque nation à une carte à jouer. C’est pourquoi, la « nouvelle génération » comptera sur ses propres forces. Pourquoi devrions-nous nous suffire des oboles variables d’« amis » Arabes ? La « nouvelle génération » préférera s’allier à tous les démocrates et républicains africains, qui croient en eux, pour bâtir une Afrique libre, démocratique et prospère. 
La « nouvelle génération » marchera sur ses deux jambes. Loin d’opposer la pensée et l’action, le réel et l’idéal, elle les confondra dans une relation dynamique qui produira, non pas le parfait, il n’est pas de ce monde, mais le juste et le viable. Et ce sera déjà pas mal. 
En matière de religion, nous espérerons de la « nouvelle génération » des ruptures. Nous attendons d’elle un égal respect envers toutes les obédiences religieuses. Nous osons croire qu’elle cherchera la « lumière » dans des débats citoyens contradictoires, démocratiques et pacifiques et non pas dans des inclinations intéressées vers des réseaux opaques. 
La « nouvelle génération » saura mettre fin à la caporalisation des institutions et des médiats d’Etat, bref, nous ne serons pas les otages de ses ambitions. 
La « nouvelle génération » sera résolument moderne en ce sens qu’elle saura s’émanciper des racines inertes et s’inventer un avenir à partir des enseignements du présent. Cela veut dire, en finir avec le présidentialisme. Cela veut dire qu’elle saura renouveler et approfondir les consultations nationales, qui réinterrogeront celles parmi nos normes politiques, sociales et familiales qui méritent des remises en cause, au moins partielles. C’est là un mal nécessaire. Si le legs était parfait, nous n’en serions pas là. 
Cette « nouvelle génération » aura le courage de renverser des idoles. C’est à ce prix, et à ce prix seulement, qu’elle ne sera pas condamnée, comme la Génération du Concret, à faire du neuf avec du vieux. Le raccommodage (dëb daxe), ça va pour un moment mais pas tout le temps. 
Peut-on se targuer d’être une « nouvelle génération » en ne versant dans le débat public rien d’innovant ? Quelles propositions originales la Génération du Concret a adressé aux populations en termes d’assainissement, d’environnement, de sécurité, de gouvernance locale, etc. dans le cadre des ces consultations municipales ? A y voir de près, l’on constate que l’on nous demande juste de croire en son Chef, de croire à son expertise, de croire à sa phénoménale capacité de travail, de croire à ses relations, de croire à son ambition pour le Sénégal. Mais réunir autant de compétences et de talents sans être en mesure de produire le moindre feuillet programmatique n’est-il pas suspect ? L’on pourrait même trouver cela « coupable » au regard des âpres difficultés vécues par les Sénégalais. Croire, sans voir, dans une telle situation serait un acte aveugle. Avant de ruiner tous les espoirs des Malgaches, le slogan de Ravalomanana, était \"minoa fotsiny\" -\"croyez seulement\"- ! Ec! 
rasés par une indigence abominable, ces derniers ont été crédules. Cela leur a coûté cher. Très cher. Tout n’est-il pas déjà trop cher chez nous pour tenter un scenario malgache ? 
Au vu de telles insuffisances, il faudrait vraiment atteindre le sommet du découragement, ne plus croire en soi, ne plus croire aux autres… pour attendre le nécessaire aggiornamento de notre société d’une formation qui a fait preuve d’autant de faiblesses. 
Cela dit, il ne faudrait pas jeter le bébé avec l’eau du bain. La Génération du Concret n’est pas totalement dénuée de mérites. Je lui en reconnaitrais deux. 
Premièrement. Son chef, Karim Wade a su être, en quelques années, un « point d’interrogation » qui questionne chacun de nous, et au-delà, ce qui nous rassemble et nous ressemble tous, le Sénégal. Une bonne fois pour toute, notre jeune république (pas encore quinquagénaire) devra déterminer sans ambages si elle penche vers la modernité ou les archaïsmes, si elle opte pour la démocratie ou la monarchie, si elle choisit la souveraineté ou la vassalité, si elle compte ou pas se défaire des chaines de la féodalité, du colonialisme intérieur. Elle doit dire si à l’avenir elle comptera sur ses propres forces ou s’appuiera encore sur une canne… Le positionnement des Sénégalais à l’issue de ces élections municipales, sans être irrévocable, sera sans doute un moment édifiant. 
Deuxièmement. Malgré des ratés, la Génération du Concret demeure une remarquable fabrique de slogans. Aussi, ses responsables qui ont participé à la préparation de l’Organisation de la Conférence Islamique, Karim Wade en tête, ont acquis une expérience incontestable dans le domaine de l’événementiel. A vrai dire, ils ont tous les atouts pour créer l’une des meilleures agences africaines de conseils en publicité, marketing et événementiel politiques. Celle-ci pourrait même, dans le long terme, rivaliser avec les dix meilleurs cabinets mondiaux. Lorsqu’on sait que des mastodontes comme Havas, Publicis, MacCann Erickson, etc. règnent dans ce secteur qui représente près de 500 milliards d’euros par an, l’on perçoit qu’une telle performance serait saluée par tous les Sénégalais. Pourquoi ne relèvent-ils pas ce challenge exaltant au lieu de s’entêter à vouloir porter un si large « grand boubou » ? Les lambris dorés des palais rendraient-ils fou ? 
De grâce, que les « concrétistes » nous épargnent les accusations de « ressentiment », « d’acharnement » et de « tentative de conditionnement »... Ce sont leurs limites politiques qui plaident contre eux au vu et au su de tous. Et puis, entre la « génération malsaine » qui a porté le chef de l’Etat au pouvoir et la « génération du concret », n’y aurait-il pas un autre positionnement qui nous soit autorisé que celui d’adorer ou de haïr ? Jadis, comme des milliers de jeunes sénégalais, nous courûmes des kilomètres derrière la voiture de maître Wade, le majeur et l’index en signe de « V », comme « victoire », criant à tue-tête sopi ! Mais pendant que les errements du wadisme sont béants, croire de nouveau à un autre messie, Wade fils, ne relèverait-il pas de la Wadolâtrie ? 
Auteur: Mouhamed A. LY. Sociolinguiste  
Comment Karim pourrait accéder au pouvoir ? Le scénario fou !  
 
Le nouveau come-back de Idrissa Seck au sein de la famille libérale a beaucoup fait jaser et suscité de la part de la presse et des politologues une floraison de commentaires les uns aussi intéressants que les autres. Les commentaires faits dans la presse n’ont pas pour autant insinué le scénario fou que Abdoulaye Wade préparerait à l’opinion pour sa succession. Jusqu’ici, la peur de se voir reprocher du tripatouillage constitutionnel a forcé le président de la république à être moins absolu dans son idée de vouloir se faire remplacer par son fils.  
Les récentes vraies ou fausses retrouvailles avec son ancien premier ministre donnent l’impression naïve de chercher la reconstitution des fibres libérales assez profondément défaites avec la vague de démissions et de renvois orchestrés pour des raisons stratégiques et égoïstes. Dans ce nouveau rebondissement, disons ce nouvel imbroglio, il y a plus de clair-obscur que de lumière vive. Rien ne présage ou ne laisse apparaître les signes d’une réconciliation sincère. A preuve, à peine a-t-on fini de médiatiser le non-événement que des deux parties les chiens de garde s’agitent et se mettent à manifester leur désaccord, en rase campagne. Y a-t-il un profond désaccord ou simplement un désaccord de façade dans un objectif de bluff ? Mais qui bluffe qui vraiment ?  
Certains analystes présument que le président de « Rewmi » veut jouer toutes ses cartes de conquête du pouvoir, à l’intérieur du « Pds » et non hors de ce parti, et d’autres d’ajouter que le président Wade et Idrissa Seck sont compère et compagnon, donc inséparables. Et pourtant il existe un vrai danger pour Idrissa Seck d’asseoir sa démarche sur cette base ; car le vrai mobile du camp d’en face semble bien loin de cet alibi. Cette réconciliation de façade n’est que l’arbre qui cache la forêt des ambitions réelles du président Wade.  
Nous avons été servis de multiples supputations qui ont une hypothèse commune : le fils du président travaille à son accession à la magistrature suprême. Les récentes déclarations et manifestations de ses lieutenants confortent cette hypothèse. Seulement, toute l’opinion y compris son père de président sait que la tâche ne sera pas facile à entreprendre dans les circonstances de contestation et d’expression d’antipathie massive.  
Wade père a beau soutenir que cela n’a jamais été son ambition que de se faire succéder par son fils, pour autant il n’a jamais convaincu y compris dans son propre camp. Les derniers développements de l’actualité politique en disent plus clair. Les mouvements d’élagage qu’entreprend le président de la république au sein de « son parti » serviraient à quoi d’autre si ce n’est de baliser la voie pour son fils ! Il semble même s’asseoir sur notre bon sens en affirmant récemment depuis Addis Abeba sur RFI (sommet de l’Union africaine) ne pas promouvoir et n’avoir rien à dire sur les activités politiques de son fils. Toute la panoplie de projets repris à des ministères de tutelle et confiés au présumé « plus intelligent et plus diplômé des Sénégalais », s’inscrit dans une logique promotionnelle et propagandiste de ses qualités de pragmatique. « …Pas de fumée sans feu ». Le président veut absolument se faire remplacer par son fils ! Et la manière surprendra d’autant qu’elle sera incontestable ! Il y a des hypothèses et même des faits qui ne trompent pas dans cette mise en scène préparatoire. A quoi sert la récente visite à Touba, après l’investiture de Karim sur une liste proportionnelle pour convoiter la ville de Dakar à côté de Pape DIOP, l’actuel maire qui devrait s’effacer en sa faveur ?  
« Lorsque je quitterai le pouvoir, s’il m’appartient d’organiser la transmission du pouvoir, ce sera par des élections libres et démocratiques. Tout le monde pourra se présenter. J’espère que le prochain président qui me remplacera sera issu d’un vote populaire sans aucune contestation même avec les observateurs étrangers ». Ces récentes déclarations du chef de l’Etat sur RFI ne sont pas à ingurgiter même par le militant ou l’électeur de son propre camp. Combien de fois l’homme nous a-t-il tenu des propos pour finalement les traduire par tout leur contraire ? On n’en est pas à lui refuser la moindre touche de sincérité. Tant s’en faut ! C’est dire que même si à l’avenir Abdoulaye Wade changeait d’avis ou variait dans son raisonnement, on ne devrait lui en tenir rigueur ; d’autant que d’un point de vue communicationnel, ses déclarations seront toujours à considérer dans leur contexte de production ; car la parole politique par essence reste contextuelle. C’est plutôt les prochaines échéances locales qui vont considérablement influer sur la manière dont le président en fin de règne va organiser sa succession. Un scénario fou se prépare. Du moins il est très probable.  
Karim qui est bien placé sur une liste proportionnelle va certainement décrocher le poste de premier magistrat de la ville de Dakar, au détriment de Pape Diop qui a fini de s’accommoder du coup fourré. Ce nouveau galon politique du fils du président de la république sous la bannière de la « Génération du Concret » amènera les ouailles de Karim à s’autoproclamer nouvelle force politique, peut-être la deuxième après le PDS. C’est l’acte I.  
Sans doute, vont-elles en profiter pour alimenter un débat sur la nécessité d’une reconsidération du paysage politique, bien évidemment avec la complicité du président en fin de règne qui va saisir l’occasion pour provoquer des législatives anticipées. L’assemblée nationale passe à la trappe de la dissolution, à la faveur d’un putsch constitutionnel. S’il en faut ! Ou alors le président, pour une fois, joue la carte de la transparence et donc attend que les deux premières années de législature soient consommées, au plus tard en 2010, au motif d’une nouvelle configuration de la scène politique. C’est l’acte II.  
Comme dans l’acte premier, Karim dans une position très confortable s’aligne sur une liste de députation. On ne peut lui imaginer moins ! C’est dans la charnière du complot. Tel sur des patins à roulette, le futur successeur choisi de son père se fait élire député.  
C’est l’acte III.  
Quand on sait comment et qui décide du choix et de la nomination de l’occupant du perchoir, il n’est point besoin de se faire mille et une idées sur l’identité du prochain président de l’assemblée nationale. Les pratiques coutumières du propriétaire de la « Maison Sopi » ne varieront pas d’un iota. Ses injonctions seront strictement observées. Et l’on ne peut s’imaginer que son choix soit porté sur un personnage autre que Karim Wade. C’est l’acte IV.  
Evidemment dans ses disposition actuelles, la constitution ne permet pas au président de l’assemblée nationale de suppléer directement le président de la république en cas de démission ou d’empêchement définitif. L’article 39, accorde cette prérogative au président du sénat. Par conséquent, pour parfaire le complot, il faudra absolument que le président de la république soumette un projet de loi constitutionnelle au référendum. Seulement, la voie référendaire, pour deux raisons, n’aura jamais les faveurs de sa Majesté. D’abord, elle va nécessiter des dépenses lourdes dans un contexte de crise financière nationale très profonde. Ensuite, elle n’a aucune chance de connaître une adhésion populaire. Que faudra-t-il alors faire, si de plus, l’article 52 de la constitution dispose que le président de la république, même en vertu de ses pouvoirs exceptionnels, ne peut procéder à une révision constitutionnelle dans ces circonstances ? La seule alternative, du reste anticonstitutionnelle, demeure le coup de l’arbitraire auquel on a été habitué durant le premier mandat. Il pourrait ainsi supprimer le sénat. Il l’a déjà procédé à pareil acte avec le défunt Craes. D’aucuns parleront de tripatouillage, mais sans tort, puisque c’est le terme exact. Le seul but étant d’obtenir que désormais la suppléance soit assurée par le président de l’assemblée nationale, en l’occurrence le patron de la « Génération du Concret », Karim Wade. C’est l’acte V.  
L’épilogue du scénario s’apparente quelque peu à la succession Senghor – Diouf, en décembre 1980. Senghor avait démissionné à deux ans du terme de son mandat pour introniser son dauphin par des arrangements politico-constitutionnels. Certes, les contextes différent, mais les manœuvres restent les mêmes, et l’actuel président n’en pense peut-être pas moins. Karim Wade pourrait bien se substituer à son père par ce biais et sans contestation.  
Daniel DIOUF 
Consultant / Communication des organisations 
Grenoble (France) 
danieldiouf@hotmail.com  
Auteur: Daniel DIOUF  
 
WALF FADJRI: 
Baba Wone aux dignitaires de la famille omarienne : ‘Nous voulons le pouvoir’ 
 
 
Mosquée de la famille Tall, 14 heures. Une foule immense a accompagné le fils du président venu y effectuer la prière du vendredi. Accompagné d’Ahmed Tidiane Wone et de Doudou Wade, Karim Wade n’a pas tenu de discours. Il s’est juste contenté de lever la main pour saluer la foule venue, soit pour l’acclamer, soit pour le huer. Ahmed Tidiane Wone a déclaré : ‘C’est Dieu qui donne le pouvoir, nous sommes venus recueillir des prières car nous voulons le pouvoir.’  
(D’après Nettali)  
 
 
Entre huées et foulards rouges : Sandaga hostile à Karim Wade 
L’entrée en campagne du leader de la Génération du concret n’a pas été qu’une simple promenade de santé, pour dire le moins. A Sandaga où il était, hier, Karim Wade et sa suite ont essuyé une bordée de huées. 
 
Karim Wade n’oubliera pas de sitôt sa première sortie politique, effectuée, hier, dans le cadre de la campagne en vue des élections locales du 22 mars prochain. Au marché Sandaga d’où le cortège de la Génération du concret est partie en direction du domicile du Diaraf de Dakar, Karim Wade a passé un sale quart d’heure. Debout dans son véhicule, au rond-point Sandaga, à un jet de pierre de la pharmacie Guigon, le leader de la Génération du concret est accueilli par des foulards rouges et des slogans hostiles. ‘Vous êtes un voleur, nous ne voulons pas de vous. Ton père (Abdoulaye Wade, Ndlr) n’a pas tenu ses promesses’, scandent avec entrain les jeunes marchands ambulants. Ces derniers sortent de partout et brandissent dans l’air des pancartes frappées de l’effigie de Macky Sall ou de candidats de la coalition Benno Siggil Sénégal. Plus les minutes s’écoulent, plus la foule s’accroît. Les jeunes manifestants, insultes et huées à la bouche, encerclent le cortège du leader de la Génération du concret. La réplique des militants Pds de Dakar-Plateau n’y change rien. Les jeunes, déterminés, poursuivent Karim Wade et sa suite qui se frayent difficilement le chemin. Comme pour venir au secours de Karim Wade, le président du groupe parlementaire libéral à l’Assemblée nationale, Doudou Wade se tient debout du véhicule et lève, à son tour, sa main vers le ciel en signe de victoire. En vain. La foule surexcitée persiste dans ses positions hostiles. ‘Vous êtes des voleurs et nous ne voulons pas de voleurs’, scandent-ils. Ou encore, ‘on n’en a marre des voleurs’. ‘Nous sommes fatigués et avons marre de ces voleurs. Nous savons très bien qui fait quoi dans ce pays. Ce n’est pas parce qu’on est fils du président de la République qu’on doit tout se permettre et profiter de ce privilège pour s’enrichir’, accuse un jeune manifestant qui a préféré garder l’anonymat.  
A quelques mètres de là, Alioune Badara Seck, foulard rouge à la main, explique : ‘Nous suivons l’information comme tous les Sénégalais et désormais, aucun homme politique ne peut nous avoir. Le père de Karim nous fait voir de toutes les couleurs. La preuve par la cherté du coût de la vie. Aujourd’hui, il veut nous imposer son fils. Nous disons non et sommes prêts à tout pour lui barrer la route. Et heureusement qu’il s’est engouffré vite dans son véhicul. ’  
Le cortège de la Génération du concret est, ainsi, couvert de huées jusqu’à la rue Fleurus, au domicile du dignitaire lébou, le Diaraf de Dakar. Là, Karim est accueilli par les fidèles du sénateur-maire de Dakar-Plateau, Fadel Gaye. Ces derniers, habillés de t-shirts, assortis de casquettes sur lesquelles on peut lire ‘Avec Fadel, votez la Coalition Sopi ’, ont pu tenir tête aux jeunes manifestants. Du moins juste le temps de la visite de Karim à Diaraf. Le convoi fort à peu près d’une vingtaine de véhicules, essuie les mêmes huées et les mêmes slogans jusqu’à sa sortie de Sandaga. ‘Ces jeunes ambulants qui crient au voleur n’habitent pas le quartier. C’est nous, habitants de Dakar-Plateau qui avons décidé d’élire le 22 mars prochain, Karim Wade et tous les investis de la liste de la coalition Sopi 2009 de la commune de Dakar’, se défend un des militants de Fadel Gaye.  
Yakhya MASSALY  
 
Après les brassards rouges du centre-ville : La Collectivité léboue bénit Karim Wade 
Karim Wade a sollicité et obtenu hier des prières pour son entrée en politique. C’est ce qui l’a amené au Mausolée Thierno Saïdou Nourou Tall et au siège de la Collectivité léboue. Et contrairement au centre-ville où il a été accueilli par des brassards rouges, Karim Wade accompagné de Doudou Wade, a reçu tous les honneurs chez les lébous.  
 
Le leader de la Génération du concret qui a entamé hier sa campagne électorale a rendu visite à la collectivité léboue de Dakar. En provenance d’une tournée au centre-ville Karim Wade a été accueilli en grande pompe au siège de la Collectivité léboue dans la Médina. Rien n’a été laissé au hasard pour manifester le soutien de la Collectivité léboue à Karim Wade.  
Et c’est dans une salle archicomble que Doudou Wade, le porte-parole de Karim a délivré le message. ‘Je suis venu ici accompagner mon jeune frère qui veut entrer en politique’, déclare d’emblée Doudou Wade qui s’adresse à l’assistance en Wolof. ‘J’ai commencé avec lui ce matin en l’accompagnant au Mausolée de la famille Omarienne où la famille Tall a prié pour lui’, ajoute Doudou Wade. Et si Karim Wade est venu à la Médina, poursuit le président du groupe parlementaire ‘Libéral et démocratique’, ‘c’est parce que rien ne peut se faire à Dakar si on n’y associe pas la Collectivité léboue. C’est pourquoi j’ai amené mon jeune frère ici pour que vous priiez pour lui. Je voudrais que vous le protégiez comme vous l’aviez fait avec Lamine Guèye, avec Abass Guèye’. Puis Doudou Wade de révéler des relations qui unissent la famille Wade à certains dignitaires lébous.  
Prenant la parole, le Jaraaf Ibra Paye souhaite d’abord la bienvenue à Karim Wade. ‘On a accepté de prier pour toi et on le fera. Si on ne voulait pas prier pour toi, nous ne t’aurions pas accueilli ici’. Même son de cloche chez Alioune Diagne Mbor, le Ndèy Ji Reew : ‘Rien que le fait de se déplacer jusqu’à nous, de passer devant ce baobab, cela suffit comme bénédiction. Que Dieu bénisse tes pas ’. A son tour, le Grand Serigne de Dakar, Massamba Diop Cocki, remercie Karim Wade pour la considération et le respect traduits par sa visite à la Médina. ‘La collectivité léboue, c’est l’ensemble des douze Pinthie. Et par ma voix, elle vous souhaite bonne réussite’.  
Après ces prières, le leader de la Génération du concret flanqué de la ministre de la Famille Awa Ndiaye, de Amadou Tidiane Wone dit Baba, de Cheikh Diallo, Madior Sylla, bref, tout le staff de l’Anoci à l’exception de Abdoulaye Baldé.  
KARIM N’A PAS CREE LA SURPRISE LINGUISTIQUE : Doudou Wade s’est fait son porte-parole  
Karim Wade a drainé beaucoup de monde hier à la Médina. Il est vrai. Mais force est de reconnaître que beaucoup de gens avaient fait le déplacement pour entendre le fils métissé du président Wade parler pour la première fois le Wolof. Même dans la salle où il a été reçu par les dignitaires de la collectivité léboue, certains avaient joué des coudes rien que pour entendre Karim parler le wolof. ‘C’est tout ce qui m’intéresse. S’il ne parle pas, je sors de la salle’, nous confie un homme debout à côté de votre serviteur. Et les dignitaires lébous s’attendaient aussi à entendre Karim Wade leur parler. Puisque le préposé au micro central l’a bien souligné. ‘Nous souhaitons la bienvenue à Karim Wade. Mais puisqu’on ne sait pas ce qu’il est venu faire chez nous, nous allons lui donner la parole et l’écouter’. Il sera certainement déçu. Puisqu’en lieu et place du leader de la Génération du concret, c’est Doudou Wade qui se lève et prend le micro. ‘Je suis venu accompagner mon jeune frère’, dira Doudou Wade (voir par ailleurs). Au terme de son discours, la salle avait fini de se faire une religion sur les aptitudes linguistiques de Karim Wade.  
Mais cela n’a pas découragé le préposé au micro central puisqu’il invitera de nouveau Karim Wade à prendre la parole. Et c’est là que Amadou Tidiane Wone intervient dans l’ombre pour signifier au Mc que Doudou Wade a parlé au nom de Karim. ‘Karim n’a plus rien à dire, son supérieur a déjà parlé. Quand on est bien éduqué, on se contente de la parole de son aîné’, clame un thuriféraire à l’endroit du leader de la Génération du concret visiblement soulagé.  
Georges Nesta DIOP  
Afin que l’arbre ne cache pas la forêt ! 
 
 
A l’occasion des prochaines élections locales, dans presque toutes les localités du pays, les politiciens, comme à l’accoutumée, dans une fièvre souvent émouvante et énervante, sont à l’assaut des populations. Pauvres populations ! Courtisées le temps d’une campagne électorale, elles sont laissées pour compte au lendemain des victoires ou des défaites ! Si parmi ces politiciens certains sont mus par des intentions nobles, louables (l’amélioration des conditions de vie des populations), d’autres, hélas, fortement majoritaires, ne sont guidés que par leur propre sort (occuper des postes de responsabilité afin de se remplir les poches ou celles de leurs proches). Donc les pratiques, depuis des décennies, n’ont pas changé.  
Malheureusement ce qui a changé, c’est bien le décor : des conditions de vie de plus en plus dures, dans un environnement international de plus en plus hostile, prédisant alors un avenir incertain ! Tout cela nous impose, si nous sommes intelligents à revoir nos mœurs politiques qui ne répondent pas, il faut bien le reconnaître et le dénoncer, au contexte de crise généralisée que nous vivons. Les adeptes du Marxisme se sont bien raréfiés mais la dialectique est bien une loi intangible de la vie ! Encore une fois, réveillons-nous, abandonnons nos illusions et levons-nous pour relever le défi qui est essentiellement… politique, culturel et…religieux ! Religion ! Terme galvaudé dans ce pays !  
La confusion, le flou, la ‘passion’ malsaine qui sont très souvent volontairement entretenus à son sujet est à l’origine de beaucoup des ‘obstacles’ qui retardent notre marche vers le développement ! Quel paradoxe ! Alors que toutes les personnes de bonne foi reconnaissent aujourd’hui que l’Islam par essence crée les conditions d’un développement intégral de l’homme ! Mais l’Islam bien compris, dans lequel le savoir lucide, et l’éthique sont indispensables. Hélas, dans ce pays, il faut le dire, on est à ses antipodes ! A ce propos, certains intellectuels ont une part énorme de responsabilité dans cette situation. Sur des questions graves, des déviances inacceptables, ils se taisent au lieu de clarifier, comme le leur imposent les principes bien compris de l’Islam. Il faut quand bien même se demander pourquoi, en parlant comme la célèbre Axelle Kabou, la plupart de nos sociétés ‘refusent’ encore le développement.  
Dans ce pays, il faut le reconnaître, il y a une véritable crise de la citoyenneté. Citoyenneté comprise au sens de prise de conscience de la nécessité de s’impliquer activement dans les processus de mise en place des structures de décision et aussi de leur bon fonctionnement.Aujourd’hui, tout concourt à montrer que la bonne gouvernance est forcément en corrélation étroite avec la pratique d’une politique saine fondée sur l’éthique. Il faut alors refonder la politique afin qu’elle cesse d’être politicienne et soit l’affaire de tous ou tout au moins de la majorité. C’est triste que dans notre pays, elle soit généralement laissée aux mains de ‘médiocres’ intellectuellement et moralement parlant. Nos guides religieux et les hommes politiques devront alors fonctionner autrement. Personne n’est né pour accéder au pouvoir. Celui-ci, après Dieu, appartient à tout le peuple qui le délègue souverainement, en toute responsabilité à des institutions incarnées par des personnes. Loo lu, na leer ! Na nu yee nit ni, wax ni falu, ni, fac sox la nit ni la nu leen fi tege ! kese ! Du laneen ! Nous sommes tous égaux devant Dieu ! Kuy raw na doon ci ngem gu set, deggu, and ak xam ak xammee. Comme le disait Mame Dabakh ‘na nu and ci degg!’ Les prières et les Sarakh ne serviront à rien tant que nos pratiques, dans tous les domaines, ne seront fondées sur le Jom et le Ngor.  
Après cette invitation à nos intellectuels et aussi à nos marabouts à assainir nos comportements politiques, revenons au problème crucial des prochaines élections locales. Il s’agit de la nécessité de les placer dans leur véritable contexte ! Il ne faut pas que l’arbre des enjeux locaux nous cache la forêt de la conjoncture nationale ! Il faut bien savoir, qu’élections locales ou pas, notre pays, nul ne peut le contester, traverse une situation sans précédent dans son histoire ! Cette situation se caractérise par une crise multiforme et pluri sectorielle.  
1) La vie devient de plus en plus chère, la paupérisation des masses s’accentue à un rythme incroyable,  
2) Nos valeurs religieuses et morales foutent le camp, notre système éducatif va à la dérive (grèves perpétuelles, baisse inquiétante du niveau aussi bien des élèves que des enseignants etc.)  
3) On parle de démocratie et on réprime sauvagement la moindre petite marche de protestation ! On casse et emprisonne des journalistes pour des délits d’opinion !  
4) Les institutions sont banalisées manipulées à volonté.  
5) Il faut avoir de l’argent pour pouvoir se soigner correctement.  
La liste serait bien longue, s’il fallait énumérer tous les maux dont souffrent nos populations. Seuls sont épargnés les alliés du régime, qu’ils soient de la classe politique ou maraboutique !Les populations sont dans l’ensemble découragées, déçues par une pseudo alternance et aussi par le comportement de vils politiciens vivant sans honte des subsides de la transhumance. L’opposition véritable qui tente des solutions de sortie de crise (Assises nationales) a en face de lui un pouvoir arrogant, sourd à tout dialogue et prompt à utiliser la violence. Alors il y a dans ce pays une véritable impasse politique et l’avenir est lourd de tous les dangers en dépit des apparences trompeuses !Tous nos maux viennent de la Mal gouvernance généralisée qui est le fait d’un régime incompétent et déprédateur.  
Dans ce contexte, la bonne gouvernance locale est une gageure ! Quelle commune dans ce pays est bien gérée ? La véritable bataille dans ces locales est de signifier à ce régime que les populations veulent le véritable changement qui est le Sopi du Sopi ! Aujourd’hui, aucun alibi local ne peut justifier l’alliance avec le camp de la majorité présidentielle. Et il est bon de savoir que ce camp comprend aussi ces structures à la position floue qui sont des alliés objectifs de celui qui a toujours le dernier mot. Il faut donner à ces locales un parfum de référendum et savoir que battre les listes du Sopi 2009 dans tout le pays, c’est, incontestablement, accélérer le processus de la mise en place de la véritable alternance dans ce pays !  
M. Babacar BARRY babacar_barry@yahoo.fr  
 
24h chrono : 
ACCUSE DE VOLEUR A DAKAR- PLATEAU : Karim panique et balbutie… « je suis avec vous »  
 
Le degré zéro de la politique! Cette belle métaphore d’un sage de la pensée n’a cessé de cogner notre esprit au terme de la petite randonnée du fils du président, hier, au Plateau ou plus précisément à l’entrée du centre d’affaires dit «Petersen». Une place qui a refusé du monde, hier, avec l’affluence des cellules de la génération du concret venues réserver un accueil solennel à leur leader. Et pour cette fois, les masques sont tombé et les amarres rompues. Jusque là tapis sous des pseudos associations, les concrétistes sont apparus au grand jour, clamant en chœur leur engagement ferme à confier leur destinée à leur leader et «surhomme», par sa naissance. Et pendant cinq tours d’horloge, les femmes ont sublimé l’angoisse du quotidien et bravé les rayons de l’astre du jour, pour esquisser le Ndawrabine. Une ambiance qui a prévalu jusqu’à l’arrivée de la chargée de la destinée des femmes du Sénégal. Toutes gencives dehors, madame le ministre s’est tellement réjouie de l’accueil qu’elle n’a pu s’empêcher une petite balade jusque dans l’enceinte de Keur Serigne, histoire de s’enquérir de l’Etat d’âme des locataires. Il faudrait tout de même noter que ses sbires se sont bien acquittés de leur tâche. Et pour preuve, il a été clairement énoncé au micro qu’il était formellement interdit aux porteurs de pancartes estampillées Ndeye Ndiaye Tyson ou toutes autres, exceptées celles portant l’effigie d’Awa Ndiaye, de baisser les bras et d’aller voir ailleurs. Dix huit heures avaient sonné quand, enfin, le cortège du fils héritier arpenta enfin la rue Emile Badiane où il buta net sur une salve de huées. «Sath bi» (voleur)… «audition de l’Anoci» entre autres ont été scandé par des grappes d’individus. Echarpes, casquette, tee shirt et même des ustensiles servaient à illustrer la colère pourvu qu’ils soient de couleur rouge. Paniqué, le cortège a vite fait de franchir ce cap pour s’arrimer quelques secondes après à l’entrée de Petersen. Flanqué de part et d’autres de ses partisans en furie, Karim Meissa s’est juste contenté de brandir les bras, balbutiant juste quelques syllabes…« je suis avec vous» avant de lever l’encre. Ce fut là le seul propos du prince et les militants s’en sont allés, repus d’avoir sacrifié à leur devoir de «citoyen aguerri et décomplexé»  
Auteur: El Bachir THIAM  
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 15.03.2009
- Déjà 5289 visites sur ce site!