ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Réagir ou Périr

Un gaillard en jean bleu, veston en daim de couleur jaune moutarde, un pistolet à chaque main ouvrant le feu sur une foule de nervis. C’est à ce spectacle digne d’un film hollywoodien que les téléspectateurs de TFM ont assisté ce 22 Décembre 2011.  
Passés le choc et l’émotion que la vue de ces images a pu susciter, il convient de se livrer à une tentative d’analyse de la situation pour essayer d’en saisir les tenants et les aboutissants.  
Il faut de prime abord souligner que la violence quelque soit sa motivation ne peut être préconisée comme solution. On ne règle pas un problème en en créant d’autres. C’est une logique primaire. En choisissant de tirer sur une foule, aussi hostile soit-elle, Jean Paul Dias est certainement allé trop loin. Le Sénégalais n’est pas habitué à voir de telles choses et tous ceux qui ont vu ces images ont dû sursauter.  
Cependant, il serait dommage et très hasardeux de se limiter à condamner Dias fils sous prétexte qu’il n’a pas agi en conformité avec nos habitudes et manières de voir et de penser. Qu’est ce qui a poussé le bonhomme à user de son arme ? Qu’aurions nous fait à sa place ? Pouvons-nous continuer à confier notre sécurité à un Etat qui visiblement a monté ses limites sur ce plan ?  
Des événements qui ont précédé ce « drame de Mermoz » et qui sont encore frais dans la mémoire des sénégalais peuvent nous aider à mieux comprendre les raisons qui ont poussé Dias à utiliser son arme.  
Tout le monde se rappelle du saccage des journaux de l’As et de 24H chrono, de l’agression de Talla Sylla, et si on remonte plus dans le temps l’assassinat de Me Sèye. Récemment dans la capitale du rail, un militant zélé du PDS, dopé par l’impunité criarde qui caractérise notre cher Sénégal-surtout quand on a des accointances avec les hautes pontes de l’Etat- a cru devoir verser de l’essence sur de paisibles citoyens pour les brûler. La liste n’est pas exhaustive.  
L’amer constat qu’on peut faire par rapport au traitement de ces différentes affaires est que pas une fois la justice n’a rendu un verdict qui agrée la majorité des sénégalais. Nous savons tous que les enquêtes qui ont été menées conduisent tout droit vers des hautes personnalités de ce pays. Mais c’est comme si au Sénégal il y’avait des personnes qui sont au dessus de la loi. Leur appartenance politique leur procure des droits que la Constitution leur refuse. Ce sont des individus à part, qui vivent dans un Sénégal parallèle à celui des « goorgoorlu ». Dans leur Sénégal, il n’ya pas de famine, les gens vivent dans de très bonnes conditions. Ils n’ont pas de problèmes d’électricité, et tout marche à merveille. Ils peuvent se permettre toutes les folies. Ce qui pour nous Sénégalais constitue un luxe ou quelque chose de superficiel, entre dans le cadre normal des choses pour « eux ». Leur arrogance et leur inculture n’ont d’égales que leur boulimie de parvenus. Ils font la pluie et le beau temps. Ce sont les gens de « l’alternoce », un nouveau type de sénégalais dont l’unité de mesure est le milliard. Riches comme Crésus sans qu’on leur connaisse des activités en mesure de générer autant d’argent, ces messieurs excellent dans le laudatif et la bouffonnerie.  
Mais ce qui est vraiment insupportable avec eux, c’est l’impuissance totale des Sénégalais face à leurs dérives. Dans un pays de droit des encagoulés n’auraient jamais pu traverser Dakar en plein jour dans des pick up non immatriculés pour aller commettre leur forfait dans une mairie « entouré » de commissariats et qui de surcroit se situe à quelques jets de pierre de l’école de police sans qu’on les interpelle. Ceci démontre à suffisance le degré d’insécurité dans laquelle nous vivons. Les citoyens sont laissés à eux-mêmes et dans ces conditions ils ne peuvent faire recours qu’à eux mêmes pour se défendre au risque de se mettre en porte à faux avec la loi. L’instinct de survie est une disposition naturelle chez l’être humain et il se manifeste chaque fois que nous nous sentons menacés. Il peut être « disproportionné » ou approprié, il peut se présenter sous forme de légitime défense ou de « meurtre ». Et, entre autre raisons, c’est pour qu’il puisse être canalisé que le Législateur a prévu les polices, les gendarmeries et les armées. C’est pourquoi il est fondamental que l’Etat leur permette de s’acquitter correctement de leur travail en leur donnant la liberté nécessaire. Nous avons une police dont le professionnalisme est indiscutable. De grâce, qu’on cesse de l’instrumentaliser afin qu’elle puisse vraiment jouer le rôle qu’on attend d’elle.  
L’acte de Dias, aussi horrible et répréhensible, aussi injustifié et disproportionné qu’il puisse être n’en demeure pas moins une expression de cet instinct de survie. Si ceux qui président aux destinées de ce pays s’étaient bien acquittés de leur rôle de garant de la sécurité des biens et des personnes, le gamin du « Far West » n’aurait certainement pas eu à « choisir de vivre ». C’est un peu trop facile de lui jeter l’opprobre tout comme il serait irresponsable de trouver une justification à sa folie . Ce qu’il faut c’est remédier le mal à partir de la source. L’exemple doit venir d’en « haut » et pour cela il faut que la loi retrouve la place qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Ces incidents ne sont que la suite logique de mauvaises pratiques perpétrées par des gens censés donner le bon exemple mais qui malheureusement sont les premiers à fouler du pied les lois et règlements qui paradoxalement leur ont permis de se hisser au niveau où ils se trouvent. Il est plus que temps de s’arrêter un instant et repenser notre manière de faire. Nous ne sommes plus loin de l’abime et on atteint un stade ou se taire devient de la lâcheté pure et simple.  
 
 
Cheikh Sadibou Diouf, Professeur d’anglais au Lycée Malick Sy de Thiès. 
 
Tourner la page libérale : une urgence pour la salubrité politique du Sénégal (Suite) 
 
Moustapha Niasse était, de mon point de vue, le candidat le mieux placé en 2007 pour battre Me Wade. Dans une de mes contributions que Wal Fadjri et Nettali avaient publiée sous le titre ‘La Cpa candidature unique ou candidature plurielle’, je disais ceci pour argumenter mon point de vue : ‘Il y a deux facteurs qui peuvent rendre plus facile la crédibilisation des candidatures d'Abdoulaye Bathily et de Moustapha Niasse. Le premier est qu'ils peuvent légitimement demander aux Sénégalaises et Sénégalais qui ont été les actrices et acteurs des deux glorieuses du 27 Février et 19 Mars 2000, mais sont déçus par la manière dont l'ère de l'alternance a été gérée, de leur donner la chance de rectifier le tir. Il n'est pas difficile d'imaginer qu'une suite positive pourra être réservée à cette demande car Moustapha Niasse et Abdoulaye Bathily n'ont jamais cessé de critiquer la manière dont Abdoulaye Wade et le Pds ont non seulement confisqué la victoire de la Ca2000 et du Fal mais aussi renié toutes les promesses qui ont été faites à leurs compatriotes durant la campagne électorale de 2000.’ 
‘La différence de taille qu'il y aura entre l'effort de crédibilisation de la candidature de Abdoulaye Bathily et Moustapha Niasse sera que le premier et son parti n'ont jamais récolté 10 % du suffrage des Sénégalais alors que le second peut légitimement défendre qu'en 2000, n'eût été le soutien du pôle de Gauche, Abdoulaye Wade ne lui aurait pas damé le pion pour faire face à Abdou Diouf au deuxième tour’.Entre 2007 et 2012 des événements qui ont fait perdre à Moustapha Niasse sa légitimité morale de 2007 se sont passés. D'abord, il y a eu l'élection présidentielle en 2007 à laquelle Niasse a participé. Cette élection de 2007 a vu le poids électoral de Niasse dégringoler de 17 % à moins de 6 %. Pour expliquer cette chute vertigineuse de Niasse, certains accusent Wade et Macky d'avoir pipé les dés. Si tel est le cas, Tanor a certainement dû connaître le même sort que Niasse. Ce qui veut dire mathématiquement que la différence relative entre leurs scores à cette élection reflétait la différence réelle entre leur poids politiques sur le terrain. 
 
Il est vrai que Niasse bénéficie aujourd'hui du soutien de la Ld. 
Même le rajout du score de Bathily en 2007 à celui de Niasse n'empêche pas au poids électoral de Tanor de faire à peu près le double de la somme des poids électoraux de Niasse et Bathily en février 2007. Y a-t-il eu des départs massifs du Ps et des adhésions record à l'Afp pour effacer cette différence? La réponse la plus crédible à cette question est: NON! En fait, si on se fie aux médias sénégalais, le Ps semble avoir attiré vers lui beaucoup de nouvelles adhésions. Des jeunes comme Barthélémy Dias et Malick Noël Seck, des universitaires comme le nouvel agrégé de grammaire Oumar Sangharé, des vétérans de la lutte pour la bonne gouvernance comme Pierre Sané, l'ancien patron d'Amnesty International, ont décidé de venir épauler Ousmane Tanor Dieng. Tout laisse croire que ceci n'est que le ‘tip of the iceberg’ des nouvelles adhésions au Ps ‘New look’. Les personnes qui voteront utile, c'est-à-dire celles dont le choix sera surtout déterminé par ce qu'elles perçoivent comme étant les chances du candidat de sortir vainqueur, vont avoir plus tendance à choisir Tanor au lieu de Niasse. 
 
L'autre évènement qui a fait perdre à Niasse sa légitimité morale de 2007 est la tenue des Assises nationales. La feuille de route qui est issue de cette rencontre a rendu caduque la nécessité de faire de la rectification de l'alternance le point focal d'un programme de développement politique du Sénégal. Parce que, en fait, rectifier l'alternance signifie mettre en œuvre le programme de la Ca2000 qui a été bafoué par Me Wade. Or, ce programme de la Ca2000 est largement inférieur à celui qui est sorti des Assises. Le Spectrum des personnes qui ont participé à son élaboration est de loin supérieur à celui des individus qui avaient contribué à la rédaction du programme de la Ca2000. Il y a eu une plus grande variété aussi bien du point de vue de la couleur idéologique des participants que de leurs domaines d'expertise en matière de développement politique et économique. Niasse et Tanor se sont tous les deux engagés à mettre en œuvre, autant qu'ils le pourront, le programme des Assises nationales. Les feuilles de route qu'ils ont promis de suivre s'ils sont élus sont donc identiques. Parler d'une mission de rectification de l'alternance dont Niasse serait le porteur ou s'arc-bouter à l'idée que, une fois élu, Tanor va ramener les méthodes de gouvernance d'avant 2000 est une aberration. Ce faisant, Moustapha Niasse a aujourd'hui objectivement perdu l'avantage qu'il avait en 2007 sur Ousmane Tanor Dieng. 
 
La dignité avec laquelle Tanor et ses compagnons comme El hadji Mansour Mbaye, Doudou Ndiaye Coumba Rose, Abdoulaye Elimane Kane, Niadiar Sène, Mame Bounama Sall, Aminata Mbengue Ndiaye, Aïssata Tall Sall, Serigne Mbaye Thiam, Khalifa Sall, Abdoulaye Wilane et des milliers d'autres militants Ps ont stoïquement accepté de faire la traversée du désert, honore la classe politique sénégalaise. Nous savons tous que Me Wade et ses partisans n'ont pas lésiné sur les menaces et sur l'offre de moyens alléchants pour les faire plier. Babacar Diagne, Mbaye Jacques Diop, Abdourahime Agne, Mbaye Diouf, Aida Mbodji et plusieurs centaines d'autres qui jettent aujourd'hui leur dévolu sur Me Wade après l'avoir accusé d'être un diable personnifié pour faire plaisir à Abdou Diouf, ne diront pas le contraire. L'illégalité de l'usage des deniers publics du Sénégal pour détruire le Parti socialiste qui leur avait pourtant tout donné et les souffrances de milliers de leurs compatriotes qui auraient pu être abrégées par les millions qu'ils ont reçus du Pape du Sopi ne les ont pas fait hésiter. Il n'est donc pas exagéré de dire que le Ps de 2012 est très différent du Ps de 2000. 
 
L'essentiel des membres de ce parti qui y étaient attirés par la possibilité d'un gain personnel facile, en d'autres termes la mauvaise graine du parti, a aujourd'hui migré vers le camp libéral. Il est impensable que Tanor et les vrais militants socialistes, qui ont accepté de vivre dignement la défaite de 2000, leur rouvrent les portes du parti. Il est tout aussi difficile d'imaginer que, durant cette traversée du désert, Tanor et ses compagnons n'aient pas appris à mieux être en phase avec la volonté du peuple sénégalais.Mon amie Penda Mbow que j'aime appeler la ‘linguère de la République’ justifie son choix pour Niasse en ces termes : ‘Au sein de la large panoplie de candidats, Moustapha Niasse est le mieux placé pour assurer cette transition pacifique et ordonnée vers un Sénégal plus prospère, plus démocratique et plus juste.’ La véracité de cette assertion ne fait pas l'ombre d'un doute si on sort Ousmane Tanor Dieng de l'échantillon à partir duquel le choix est fait. Mais si on se base sur les critères révélés au grand public qui ont été mis en avant par Bennoo et si Ousmane Tanor Dieng fait partie des choix possibles, il est en toute objectivité difficile de ne pas arriver à conclusion que M. Dieng est le mieux placé pour offrir au peuple des Assises nationales l'opportunité de mettre en œuvre leur programme. 
 
Un autre mauvais procès qui est fait à Tanor est l'argument selon lequel on ne peut pas enlever le Ps qui, en 2000, avait bouclé ses 40 ans de pouvoir et le faire revenir de sitôt. Si ceci est le cas, Niasse devrait être exclu des choix possibles. Il a joué, aussi bien du point de vue des responsabilités que de la durée, des rôles plus importants que ceux de Tanor dans le Ps durant ces 40 ans. Il est permis de douter que Niasse aurait quitté le Ps si Diouf l'avait choisi durant ‘un congrès sans débat’ à la place de Tanor. Si travailler pour l'élection de Tanor est considéré comme un effort de faire revenir le Ps, il devrait objectivement en être de même pour Niasse. Les Américains avaient chassé du pouvoir les républicains en 1976 après la rocambolesque affaire du Watergate. Ils avaient choisi ‘Jimmy Who?’ (Jimmy l'inconnu) à la place de Gerald Ford pour sanctionner les violeurs de leur Constitution.Ils ont voté massivement pour Ronald Reagan en 1980. Les républicains qui avaient bien appris leur leçon ont fait un si bon travail aux yeux des Américains qu'ils les ont maintenu au pouvoir de 1980 à 1992. 
 
Le seul pêché d'Ousmane Tanor Dieng est d'avoir hérité de la direction d'un parti politique qui avait trop duré au pouvoir. Beaucoup oublient -ou ne savent pas - que M. Dieng n'a commencé à occuper des fonctions importantes au sein du Parti socialiste qu'au milieu des années 90. Le mérite que toute personne objective doit cependant lui reconnaître, c'est d'avoir transformé le Ps de 2000 en une organisation politique qui attire des intellectuels de haut calibre dont l'engagement pour la cause du socialisme démocratique ne saurait souffrir l'ombre d'un doute objectif. Ousmane Tanor Dieng a un handicap majeur qu'il partage avec Abdoulaye Bathily qui, de mon point de vue, aurait pu être un excellent Président du Sénégal. Il leur manque la capacité de faire transparaître une chaleur humaine durant leur interaction avec le public. Ils sont tous les deux perçus par ceux et celles qui n'ont jamais eu la chance de les avoir approchés, comme des individus froids et distants. Comme je le disais à Pierre Sané dans la note où je le félicitais d'avoir rejoint Tanor, ‘Ousmane Tanor Dieng est un des hommes politiques les plus incompris du Sénégal. Son honnêteté et son style direct s'accommodent très mal avec le masla sénégalais. C'est d'ailleurs pour cela que beaucoup le perçoivent comme un arrogant alors qu'il est bien loin de l'être. Tanor est une des rares personnalités politiques sénégalaises qui ne font jamais des promesses qu'ils ne sont pas sûrs de pouvoir tenir’. 
 
Tanor est victime de son background culturel sérère. Sa ligne de conduite est dictée au quotidien par les philosophies serer du ‘Caaxaan faaxee’ et du ‘o koor jom fo fula’.Georges Clemenceau disait que ‘la politique, c'est l'art du possible’. Le seul candidat qui a aujourd'hui à sa disposition un appareil politique capable de faire face au Pds et Me Wade est Ousmane Tanor Dieng. La présence du Ps dans tous les recoins du pays donne à M. Dieng les moyens de pouvoir bénéficier du ‘Vote utile’ de ceux et celles qui en ont marre de voir le Sénégal continuer sa chute libre vers l'incertain. Ceux et celles qui ont pratiqué Ousmane Tanor Dieng savent qu'il est loyal dans ses engagements et va plutôt préférer mourir que décevoir si les Sénégalaises et Sénégalais lui confient la responsabilité de présider les destinées de notre pays. Ce que je connais personnellement de ce fils de Nguéniène me laisse croire qu'il fera de l'accomplissement de cette mission sa raison de vivre. C'est un homme de devoir et de responsabilité. Le Jom sénégalais, fortement ancré en lui, sera le phare qui va guider le choix du comportement qu'il va exiger des membres de l'équipe qu'il va diriger. (FIN) 
 
Diomaye (Ndongo) FAYE, Ancien coordinateur du directoire de Campagne de la Ca2000/Fal en Amérique du Nord, Ancien Coordinateur du Mouvement pour les Assises de la Gauche (Mag), Membre du Directoire de campagne d'Abdoulaye Bathily en 2007, Chercheur en stratégie de développement politique New Jersey, USA
Cilawkuut@cs.com 
 
La dernière carte 
"Sanni taccu", cela signifie en Wolof la toute dernière chance qui reste à quelqu'un qui cherche désespérément à atteindre un objectif et dont toutes les tentatives antérieures sont demeurées vaines. Tout a été fait et dit par le parti au pouvoir pour imposer aux Sénégalais la candidature de celui-là même qui avait avoué à la face du monde que "sa" Constitution lui interdisait de se représenter à la magistrature suprême; dans cette optique, la communauté internationale, particulièrement les partenaires techniques et financiers du Sénégal, a été vainement courtisée. 
 
Il restait alors la dernière carte: un congrès d'investiture avec une forte présence de badauds, payés pour venir grossir les rangs, afin de mettre les partenaires sceptiques devant le fait accompli; mais c'était sans compter avec la principale force d'opposition à cette candidature "indécente ", le M23 qui a encore une fois montré sa capacité de mobilisation contre toute violation de la Charte fondamentale. 
 
Devant l'échec des subterfuges, artifices juridiques et machinations, il n'y a plus que l'intimidation : recruter des nervis pour dissuader les résistants de se mettre en travers de cette candidature. C'est ainsi que ce que tout le monde redoutait arriva: le jeudi 22 décembre 2011, une horde de nervis descendit au domicile d'Abdoulaye Bathily pour lui laisser un message d'intimidation et se rendit aussitôt à la mairie de Mermoz-Sacré-Cœur, certainement pas pour chanter une sérénade au maire et aux membres du conseil municipal. Malheureusement l'affaire prit une tournure dramatique et un des assaillants fut mortellement atteint. 
 
Une enquête fut ouverte, et selon des indiscrétions, une haute autorité de l'Etat aurait été citée parmi les commanditaires. L'enquête dévoilera peut-être son identité, mais il est fort à craindre que ce dernier ne soit qu'un homme de paille; dans ce parti-Etat qui nous gouverne, ses membres qui se définissent eux-mêmes comme des "variables "ne font presque jamais rien de leur propre chef. Les morts ont tort, dit le proverbe, ils ne sont plus là pour se défendre et confondre les marchands de guerre, mais les vivants pourront au moins tirer la leçon et refuser à l'avenir de servir de chair à canon à ceux qui mettent leur fils à l'abri des coups -et du besoin-pour se tourner vers les fils d'autrui. 
 
Plus que le lâche commanditaire de cette attaque de la mairie, ce sont les causes de cette fusillade qu'il faudrait chercher ailleurs, car si toute la lumière avait été faite sur la mort de Balla GAYE, si les assassins de Me Babacar SEYE n'avaient pas été graciés et amnistiés, si les agresseurs de Talla SYLLA, connus et identifiés, avaient été arrêtés, si les meurtriers d'Abdoulaye Wade YENGHOU et celui de Malick BA avaient été mis aux arrêts, si les saccageurs de l'AS et de 24 H n'avaient pas été graciés, si ceux qui ont attenté à la vie d'Alioune TINE le 23 juin 2011et ceux qui ont attaqué le domicile de la militante du MPC à Bambey avaient été condamnés, si le pyromane du meeting des socialistes à Thiès avait été envoyé en cours d'assises, si nos très républicaines autorités policières n'avaient pas été sourdes et aveugles devant la présence de nervis avec des chiens d'attaque aux abords des domiciles des leaders de l'opposition, alors cette fusillade n'aurait jamais eu lieu. Quand des gens se déplacent avec des armes pour attaquer, c'est pour s'en servir et quand ils s'en servent, tout peut arriver. 
 
S'il est établi que les assaillants étaient armés et qu'il y ait eu échange de tirs, alors ce qui est arrivé était prévisible et n'importe qui pouvait en être la victime. 
Dans un hadith d'Abu Hourayrata rapporté par Mouslim, un homme demanda au Prophète (PSL) "Si quelqu'un m'agresse avec une arme pour prendre mon bien, que dois-je faire? " 
"Défends-toi ", lui répondit-il 
"Et s'il insiste?" 
"Alors, riposte" 
"Et s'il me tue?" 
"Tu seras alors du nombre des martyrs." 
Aucune religion ne cautionne l'agression et si Molière était parmi nous, il se serait demandé ce que ces nervis étaient allés faire dans cette galère… 
 
Yatma DIEYE, professeur d'anglais, 
Rufisque-yatmadieye@orange.sn 
De l’incertitude d’une Présidentielle de février 2012 paisible 
La détermination du siège de l’autorité du pouvoir politique se réalisant dans toutes les démocraties modernes par le droit de vote, il faut dire que les questions qui entourent l’expression de ce suffrage ne sont pas sans source de conflits ou de crises dans beaucoup de pays du continent noir. 
 
Et ces crises ont fini d’installer dans bon nombre d’Etats africains, une véritable rupture de l’équilibre interne, avec des conséquences humanitaires et économiques incalculables. Ce qui fait que l’Afrique a fini de battre tous les records de réfugiés et de personnes déplacées. Situation qui a d’ailleurs contribué à sa condition de continent le plus pauvre de la planète, à cause notamment, des enjeux d’accession à la «chance de puissance» pour paraphraser Max Weber.  
 
Les principales causes de ces problèmes ont pour noms : le refus catégorique d’une alternance démocratique, les révisions constitutionnelles en vue de se maintenir au pouvoir, la politisation effrénée de l’Administration électorale, l’absence de dialogue politique, la non-acceptation des résultats issus des urnes, la ré­currence des fraudes électorales, l’auto-proclamation des résultats avant le Conseil constitutionnel etc. 
 
Et le Sénégal a pu, très admirablement dans son passé, éviter cette maudite réalité devenue tristement africaine liée à la conquête du pouvoir. Et c’est justement entre autres paramètres, sa sérénité, longtemps jalousement et fièrement gardée, qui lui a valu sans conteste, la renommée de vitrine de la démocratie en Afri­que de l’ouest. 
 
Mais cette remarque mérite d’être nuancée, du fait de quelques crises survenues dans son histoire politique récente et liées à la conquête de l’appareil d’Etat. A ce titre l’on peut noter la crise électorale de 1988 particulièrement marquée par une violence d’une rareté excessive. En effet après la proclamation des résultats attribuant au candidat socialiste Abdou Diouf 73,20%, contre 25,80% pour l’opposant historique Me Abdoulaye Wade, le pays est entré brusquement dans une crise intense. Et l’état d’urgence fut même décrété à la suite de violents incendies qui suivirent la contestation des résultats par l’opposition. 
 
Au chapitre de ces crises déplorables, est aussi à ranger, l’élection présidentielle du 21 février 1993 qui a abouti au blocage institutionnel, particulièrement de la machine judiciaire avec l’assassinat de Me Babacar Sèye le 15 mai 1993. Et c’est le moment de noter, que les évènements récents du jeudi 23 juin 2011 et l’attaque contre la mairie de la Com­mune d’arrondissement Mer­moz-­Sa­cré Cœur ce jeudi 22 décem­bre et ses conséquences dramatiques, sont un mauvais présage. Et sonnent in­contestablement com­me un avertissement sévère pour tous les hommes politiques sages, avisés et non somnambuliques ; qu’ils soient du pouvoir comme des camps adverses. 
 
Et nous ne voudrions pas que de telles situations fort regrettables se reproduisent dans notre pays. Nous ne souhaitons pas non plus l’hypothèse kenyane qui a prévalu au lendemain des élections du 27 décembre 2008 opposant Mwai Kibaki et Raila Odinga, dans ce pays longtemps considéré comme l’un des plus stables en Afrique. Et bannissons farouchement toute possibilité de mimétisme de la fournaise ivoirienne partie du malheureux second tour du 21 novembre 2010, faisant un bilan macabre de plus de 3 000 morts. Aboutissant à l’emprisonnement du «boulanger» et sa bande, dans ce pays jadis étalon de l’économie ouest africaine. Parce qu’aussi le Sénégal ne mérite pas la confirmation de la jurisprudence Mamadou Tandja, qui a payé entre les mains des bérets verts par un coup d’Etat dans l’après-midi du jeudi 18 février 2010, le prix de sa stupide obstination à gouverner de «force» ce pauvre pays. 
 
Au titre de ces exemples fâcheux, de ces craintes et considérations qui sont irréfutablement chargés de valeurs hautement pédagogiques, tout le peuple sénégalais - les acteurs politiques et leaders d’opinion au premier chef - doit se mobiliser. Œu­vrer brillamment et de manière exemplaire, de sorte qu’après l’élection présidentielle du 26 février 2012, on n’ait nullement besoin ni d’une mission de facilitation, ni médiation de la communauté internationale, encore moins de sanctions ou de Forces de maintien de la paix. Et ce sera justement, une magnifique occasion pour notre pays d’étaler toute sa noblesse, de montrer sa grandeur, son élégance, sa maturité politique. Mais aussi d’administrer magistralement la preuve de la majorité de sa démocratie. Ceci à travers une élection sincère, libre, démocratique, transparente et paisible, sanctionnée par une «dédramatisation de la chose électorale» et l’«anti-catastrophisation de la défaite», par les principaux acteurs du jeu politique. Le tout, couronné par le calme et la sérénité légendaires de sa population. Agir de sorte qu’au lendemain du scrutin, chaque citoyen n’ait aucunement crainte, ni pour sa personne, ni pour ses biens. Ce sera justement l’occasion de réaffirmer notre volonté de préservation du principe sacro-saint de l’unité nationale et de démontrer, encore une fois, le savoir-faire politique du génie sénégalais, tant loué depuis son accession à la souveraineté internationale, à préserver sa renommée d’havre de paix et de jardin de la démocratie.  
 
Et tous ces mots, pour que le puits ne soit pas à sec, pour qu’on attire toutes les attentions sur la valeur de l’eau. Pour que l’assertion «Valérien­ne» qui voudrait «que l’histoire ap­pren­ne aux hommes, que les hommes n’ont rien appris de l’histoire», ne soit pas vraie au pays de la téranga. 
 
 
pathebateps@yahoo.fr 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 28.12.2011
- Déjà 5417 visites sur ce site!