ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Quelles alternatives au peuple sénégalais ?


La Crise de l’Energie au Sénégal. Quelles alternatives au peuple sénégalais ?  
Je me permettrai par cette contribution de tenir le Président de la République du Sénégal, Me Abdoulaye Wade, d’être entièrement responsable de la situation de chaos énergétique que vit notre pays, depuis son arrivée au pouvoir. De par sa faute, le Sénégal vit, aujourd’hui, la période la plus terrible et la plus déshonorante de son histoire. Les problèmes auxquels le Sénégal est, aujourd’hui, confronté sont l’œuvre et la résultante de ses inconduites politiques. Ces Problèmes sont, également, les conséquences des désastres sociaux provoqués par ses politiciens véreux dont le seul objectif est de s’enrichir, par l’argent des Sénégalais. 
En 2005, nous lui avions proposé des solutions scientifiques pour résoudre, définitivement le problème des délestages électriques au Sénégal. Cette proposition avait été faite à travers un Programme de développement durable appelé : REMEDE - (Valorisation des Ressources Minières, Environnement et Développement) - que nous avions conçu aux Etats-Unis avec l’aide d’experts sénégalais et américains. Dans ce Programme, nous avions proposé au Chef de l’Etat trois projets ; pour une énergie suffisante et durable. Ces projets pouvaient amener une solution définitive, à long terme, et régler les problèmes de l’électricité qui affectent, douloureusement, tous les secteurs de notre pays. C'est-à-dire la croissance économique et la qualité de vie des citoyens. 
Réseau Ouest africain d’interconnexion électrique et routière : la défaillance du Sénégal 
Au contraire du Sénégal, aujourd’hui, tous les autres pays de l’Afrique de l’Ouest sont engagés dans un programme, ambitieux, d’intégration économique. Ces pays ont décidé la réalisation de réseaux d’interconnexion électrique et routière. Du Nigeria au Burkina Faso, en passant par la Cote d’Ivoire, le Mali, le Niger, le Benin et le Ghana, de nombreux programmes de développement interétatiques ont démarré. Par exemple, le projet d'interconnexion électrique, entre le Ghana et le Burkina, dont la réalisation de la première étape a vu le jour. Ensuite ceux entre la Côte d'Ivoire et le Mali, le Niger et le Nigeria, le Nigeria et le Togo, et enfin, le réseau d'interconnexion liant la Communauté Electrique Bénin (CEB) à la Power Holding Company du Nigeria (PHCN) long de 70 km de 330 KV entre Saketé (Benin) et Ikéja (Nigeria). Ce réseau permet de fournir une quantité suffisante d’électricité, à partir Nigeria, au Bénin et au Togo, à moindre coût. 
Voilà, autant de nouvelles données qui apportent, un nouveau dynamisme, au secteur énergétique ouest Africain. Grace à ce programme, le Burkina va ramener, d’ici 2015, son taux d'électrification nationale de 19% à un taux de couverture de 60%. Avec le concours des interconnexions, à partir du Ghana et du Nigeria, déjà installées. L’interconnexion, électrique, entre la Côte d’Ivoire et le Mali a entamé sa phase active de réalisation, conduite par une société indienne.  
Toutefois, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) accompagne l’ambition de ces pays de réaliser l’intégration par l’interconnexion. C’est ainsi que le Pool énergétique de l’Afrique de l’ouest (WAPP) a proposé, en 2009, à Abuja, un projet de production et de transmission d’électricité, en Afrique de l’ouest, au coût de 16 milliards de dollars. Cette proposition a été faite au comité des bailleurs de fonds, comprenant la Banque Mondiale et la Banque Africaine de Développement (BAD), qui se sont dits déjà intéressés par le projet.  
Parallèlement, les experts en infrastructure routière de la Côte d'Ivoire, du Ghana, du Mali, du Niger, du Burkina, du Nigeria, du Bénin et du Togo ont mis en place, un Comité technique, de l'autoroute régionale : (CTAR), basé à Abidjan. Ce comité est chargé de travailler à la réalisation de plus de 9 000 kilomètres de bitume, reliant leurs différentes capitales. Cette autoroute « inter-state » traversera sept pays, entre Abidjan et Lagos, permettra l'accès des pays de l'hinterland que sont : le Burkina Faso, le Mali le Niger aux ports d'Abidjan (Côte d'Ivoire), Téma (Ghana), Lomé (Togo), Cotonou (Bénin) et Lagos (Nigeria), en plus de renforcer l'intégration économique de ces pays de la sous-région. La proposition du tracé de l’autoroute a envisagé 9 axes pour une longueur totale de 9 207 km. 
Tous ces travaux, d’interconnexion électrique et d’'extension, qui ont permis de réaliser, des milliers de kilomètres de lignes électriques et d’autoroutes, sont financés par des prêts consentis par la Banque mondiale (BM), l'Agence Française de Développement (AFD), la Banque Européenne de Développement (BERD), le Fonds nordique de Développement, les Crédits mixtes danois, norvégiens, et canadiens. Les restants sont assurés par les Etats concernés. 
Voilà des programmes auxquels le Sénégal doit se joindre : urgemment, pour redevenir un pôle d’intérêt économique sous-régional, pour revitaliser son économie. Pour reprendre sa place de premier rang de pays industrialisé en Afrique de l’Ouest. Cette position qu’il occupait avant et juste après les indépendances.  
La tourbe au Sénégal : des gisements de 50 années d’électricité à moindre coût 
La deuxième solution, que nous avions proposée au Chef de l’Etat en 2005 était l’exploitation des réserves de tourbe. Réserves localisées dans les Niayes (de Cayar à Rao) et estimées à plus de 82 millions de tonnes. Cette tourbe a été découverte depuis 1965. La qualité et la quantité de ce gisement de tourbe pure et riche en valeur calorifique, ont confirmé son choix pour la production d'électricité dans de petites unités, dans la gamme de 100 à 1000 Mégawatts. En 2005, j’ai, moi-même, remis au Chef de l’Etat, et à son Premier ministre de l’époque, Monsieur Macky Sall, un rapport détaillé de 214 pages portant sur la faisabilité d’une usine de tourbe, avec la création de deux centrales électriques à charbon tourbe de 80 MW chacune : une à Lompoul et une autre à Taïba Ndiaye. Cette étude a résolu le tollé environnemental et foncier, alléguant, à tort, la dégradation des terres agricoles et un coût très élevé de réaménagement après exploitation, dans la région des Niayes. Évidemment, de telles assertions n’avaient aucun fondement rationnel ou scientifique. Elles ont, cependant, été les raisons principales, à l’origine de la fermeture, par le gouvernement du Président Abdou Diouf, de la CTS (Compagnie des Tourbières du Sénégal) et de Tractabell. Dans le rapport que nous avions remis au Président, nous lui avons proposé une technologie innovatrice qui pouvait apporter une solution aux contraintes sus-évoquées. Il est possible de mettre en place, un système moderne d’amélioration et d’extension des surfaces exploitées, dans les Niayes, en substituant la tourbe par du phosphogypse prétraité par voie bioremédiale. En outre, il est possible d’utiliser de petits générateurs, qui seraient alimentés au charbon de tourbe, pour l'irrigation - contrôle de l’eau et gestion du niveau hydrostatique dans les tourbières des Niayes - en vue d’augmenter la production agricole des paysans. Cette solution, qui stimulerait le développement intégré dans la région des Niayes, serait économiquement la bienvenue, en ce sens qu’elle serait génératrice de revenus chez les populations désœuvrées et tant de fois abreuvées d’innombrables programmes d’agriculture et d’élevage mal orientés, depuis les régimes des Présidents Senghor et Diouf.  
Aujourd’hui, dans le monde, beaucoup de gouvernements ont approuvé une politique de valorisation de leurs tourbières. Une politique selon laquelle l’exploitation de leur tourbe pour la production d'électricité devrait être accrue. Plus de 6000 MW de la génération d'énergie électrique de la Russie ont été produits grâce à la tourbe. En outre, environ 4,5 millions de tonnes de tourbe sont produites, annuellement, pour le chauffage domestique à travers ce vaste pays froid. La Finlande et la Suède ont installé plusieurs centrales électriques de brûlage de la tourbe qui produisent de l'électricité et fournissent la vapeur et l'eau chaude pour le chauffage urbain. Beaucoup de centrales électriques fonctionnant à la tourbe et situées à plus de 60 kilomètres des usines industrielles, utilisant le pétrole importé, ont été considérées comme des solutions de rechange, rentables, pour la production d’électricité. L'Irlande obtient environ le tiers de son énergie électrique à partir de sept stations utilisant la tourbe. Les stations consomment environ 56 % de la production annuelle de tourbe du pays, dont la valeur est estimée à cinq millions de tonnes. Le Canada et les États-Unis ont mis en place, un programme interétatique de recherche et d’étude de la tourbe, qui redéfinit la relance de l’exploitation des ressources énergétiques des deux pays. 
En résumé, l’exploitation des gisements de tourbe du Sénégal pourrait résoudre, d’innombrables problèmes énergétiques et environnementaux, grâce aux procédés ci-cités. A elles seules, les réserves de tourbe des Niayes peuvent garantir une production d’électricité estimée à 50 années, sans compter les gisements de tourbes au Sine Saloum, des mangroves fossiles du fleuve Casamance, de la vallée du Fleuve Sénégal, confirmées par de récentes prospections géologiques.  
La réalisation de ce programme, à coût réduit, donnerait au Sénégal une solution définitive aux délestages électriques, créerait des milliers d’emplois directs et indirects et, rapporterait des centaines de milliards d’économie au gouvernement qui agonise à cause des lourdes factures pétrolières.  
L’énergie solaire : un autre « way-out » pour le Sénégal  
La troisième solution que nous avions proposée au Président de la République, dans le cadre d’une solution définitive aux délestages d’électricité, serait l’énergie solaire. Le Sénégal reçoit plus de 3.000 heures d’ensoleillement par année. Ce privilège devrait le placer, parmi les pays qui ne dépendent plus des combustibles fossiles pour produire de l’électricité. Un programme sérieux d’exploitation de l’énergie solaire au Sénégal assurera une alimentation d’électricité suffisante pour tout le pays. Un tel projet serait en parfaite synergie avec le programme sous régional d'exploitation des ressources d'énergie renouvelable initié par la CEDEAO ; et essentiellement basé sur l'énergie solaire, la biomasse, les mini et microprojets hydroélectriques et la conservation de l'énergie. 
La relance de l’économie sénégalaise est largement tributaire de nos ressources naturelles et devrait, nécessairement, passer par la préservation et l’exploitation rationnelle de ces dernières. Les gouvernements successifs du Président Abdoulaye Wade devraient, par conséquent, assurer le bien-être des populations et des générations futures à travers des programmes de développement durable à long terme. Ce qu’ils avaient promis au début de leur mandat par les dispositions des accords de crédits fournis par les prêteurs internationaux tels la Banque Mondiale, le FMI, les Clubs de Paris et de Londres et les Pays amis et partenaires du Sénégal. 
La République du Sénégal se meurt 
Le régime politique institué par le Président de la République du Sénégal, Me Abdoulaye Wade, est fondé sur l’irresponsabilité, l’appropriation des institutions et la dilapidation des ressources de l’Etat au bénéfice d’intérêts privés. Son attitude, encourageante de la corruption, gangrène la gestion du pays. En ce moment même, plus des deux tiers de la population du Sénégal vivent au dessous du seuil de pauvreté, avec moins d’un dollar par habitant. Ce qui a fini par exacerber la situation désastreuse que nous vivons aujourd’hui. Ce phénomène, d’un genre nouveau, a engendré de violentes manifestations dans les banlieues, dans les villes, dans les régions. La situation dans le pays reste explosive et risque de déraper à tout moment, si rien n’est fait. Cette situation peut se traduire par une guerre civile dans ce pays, à l’instar de ce qui se passe dans d’autres pays africains, rendus instable par des coups d’Etats suivis de génocides.  
Nous prenons à témoin tous les citoyens de notre Grande Nation, les autorités religieuses et administratives indépendantes, l’élite intellectuelle, la communauté internationale, la communauté Africaine, l’Union Européenne, tous les représentants des missions diplomatiques au Sénégal et tous les pays amis du peuple sénégalais, des dérives du Président de la République du Sénégal Me Abdoulaye Wade. Nous attirons leur attention sur les conséquences graves qui pourraient en découler. 
Le Président Abdoulaye Wade est garant de cette situation humiliante et intolérable que vivent les sénégalais. Nous l’appelons à démissionner immédiatement à cause de son incapacité à gouverner notre pays. 
Professeur Arona N’Doffene Diouf, PhD  
Directeur des Programmes à l’Université d’Etat de la Caroline du Nord  
Président de l’Alternative Citoyenne An’d Deffar Sunreew - Internationale  
www.acadsenegal.com  
 
 
drissa Seck : un menteur, un manipulateur doublé d’un maître-chanteur 
La presse sénégalaise n’a pas fini de soûler l’opinion avec la pilule Idy, qu’elle cherche à tout prix à lui faire avaler. Mis à part la volonté d’informer, pas une journée ne passe sans qu’un billet soit publié dans les quotidiens ou sites internet, sur celui que certains considèrent comme un rempart contre la famille Wade. Si ce n’est pas « Mara » qui manipule les masses, ce sont les médias qui se jettent à ses genoux pour servir d’attachés de presse à un menteur, un manipulateur doublé d’un maître-chanteur, devenu une ambulance sur laquelle il ne faut pas hésiter à tirer. 
 
Une vache folle perdue dans l’arène politique sénégalaise 
 
Si Abdoulaye Wade est perçu comme un ogre politique capable de dévorer tous ses adversaires potentiels, il n’en demeure pas moins que celui qu’il dit avoir « modelé après que Dieu l’a créé », semble ne plus savoir où donner de la tête. Telle une vache folle perdue dans l’arène politique sénégalaise, Idy le solitaire tourne en rond, il souffle le chaud et le froid ; il cogne, il tacle, il mord, puis tempère, caresse, et lèche, en fonction de ses intérêts du moment et de ses calculs politiciens, avec à sa disposition, des journalistes au garde à vous, devenus ses attachés de presse, prêts à relayer le plus ridicule et le plus insignifiant de ses propos. Si seulement ils faisaient le distinguo entre ce qui relève de l’information et ce qui rentre dans la communication politique d’un berger solitaire errant dans le désert à la recherche d’un troupeau perdu. Pour ce qui est de la mouvance présidentielle, l’ancien PM semble ne plus intéresser grand monde. Idem du côté de l’opposition, où la marchandise Mara s’est déjà avérée nocive. 
 
Comprendre la démarche tortueuse d’Idrissa Seck revient à décrire un individu capable de vomir à la face du monde, pour ensuite s’agenouiller et « picorer » son propre vomi, tout en voulant faire croire à l’opinion, que le vomi, qu’il vient d’avaler, n’était jamais sorti de son ventre. Monsieur est tellement doué en paroles qu’on serait bêtement tentés de le croire. Ce qu’il y a de plus irritant chez le Goncourt de la tortuosité et le Nobel du reniement, c’est son fantasme, doublé de sa prétention démesurée à vouloir à tout prix conduire la destinée du peuple sénégalais, désormais édifié sur la véritable nature de l’ancien premier ministre, jadis pressenti comme l’une des rares alternatives crédibles pour succéder à Abdoulaye Wade. 
 
« Wade est devenu un danger pour le pays », avait martelé Idrissa Seck en février 2007, avant de convaincre l’opinion, que lui-même avait l’intention d’enlever ce dernier de la présidence de la République pour une question de « survie nationale ». Que s’est-il passé entre temps, pour que Wade (le danger) devienne à nouveau fréquentable, au point que Mara se jette à ses genoux, prêt à se faire « égorger »? Et le peuple dans tout çà ? N’a-t-il pas son mot à dire sur ces historiettes de père et de fils sans queue ni tête, et qui ont fini d’amuser la galerie ? 
 
Pas plus tard qu’en 2007, à la veille de l’élection présidentielle, Idy avait intégré les rangs de l’opposition, mais, avait juré infidélité, d’où son volte-face spectaculaire dont on n’a pas fini de parler. Le Parti socialiste et ses alliés devraient se méfier de l’appel formulé par le maire de Thiès à leur endroit sur les ondes de RFI. Parce que, à chaque fois que Wade lui fait croire qu’il lui tend la perche, Idy se détourne du peuple, lâche ses alliés et brandit l’argument de la reconstitution de la « famille libérale ». Il parle de retrouvailles dont il demeure le seul à y croire. Et quand Abdoulaye Wade le zappe et l’ignore, Idy, à l’image d’un écolier qui n’a pas reçu son goûter, se rebiffe, se met à jeter des pierres en direction du palais, et commence à nouveau à s’intéresser au peuple qu’il prend en otage. 
 
Même s’il faut reconnaître que Mara ne laisse pas les Sénégalais indifférents, de par son charisme, son éloquence, son sens de l’humour et ses formules imagées, ce qu’on lui concède volontiers, ses dernières sorties ne relèvent que du chantage vis-à-vis des tenants du pouvoir, qui ont presque réussi à le multiplier par zéro aux yeux de l’opinion. S’étant rendu compte qu’il a été enroulé dans la farine lors de ces « retrouvailles » que lui-même avait qualifiées de « sincères, totales et non ambiguës », Idy n’a d’autre choix en ce moment que d’adopter la posture de l’opposant de circonstance, pour ne pas dire celle du maître-chanteur, qui crie à tue-tête pour se faire remarquer et se faire accepter par une fratrie politique qui ne veut plus de lui, et dont il est devenu le jouet, pour ne pas dire l’objet du ridicule. D’où son agitation ces derniers jours, sa radicalisation et ses attaques incessantes dans les médias. Il serait curieux de s’intéresser à son patrimoine financier pour savoir avec quel argent il finance son tourisme médiatique et ses frais de séjour à l’étranger. L’on serait tenté de croire que monsieur fait de la magie le jeudi soir tout en jouant à Euromillion le vendredi. Et c’est sans doute avec son salaire de ministre et conseiller, entre 2000 et 2004, qu’il compte financer sa campagne électorale prochaine, étant donné qu’il sera candidat en 2012, parce que jusqu’ici, Wade, qui lui a administré une bonne dose de soins palliatifs, n’a pas l’air de céder devant les caprices du maître-chanteur. 
 
C’est en voulant le beurre, l’argent du beurre et la femme du fermier, que Idrissa Seck a fini par se retrouver le cul entre deux chaises. Mais que personne ne s’y méprenne, car une seule chose intéresse l’ancien premier ministre: succéder à Abdoulaye Wade, peu importe les moyens, peu importe ses alliés, pourvu qu’il arrive à ses fins. Et comme disait l’autre, « l’essentiel pour le charmeur de serpent, est de parvenir à captiver l’animal. Les sons de la flûte ne sont là que pour impressionner les touristes.» Et s’il y a une chose dont Idy est convaincu, dorénavant, c’est qu’il est préférable dans certaines circonstances, de s’allier avec l’ennemi pour tuer son père et le remplacer, plutôt que de s’aplatir pour offrir son sang à un vampire, fût-il un « père » qui rêve de chair et de sang frais pour assurer sa survie. A bon entendeur ! 
 
Momar Mbaye 
 
mbayemomar@yahoo.fr 
 
http://mbayemomar.over-blog.net 
Tanor Dieng : Cependant, malgré les griefs réels que nos camarades français peuvent avoir contre Nicolas Sarkozy et qui ne sont pas infondés, je me garderai d’assimiler celui-ci à Abdoulaye Wade. À mon sens, très peu d’hommes politiques sont tombés aussi bas que celui-là dans l’échelle des contre-indications républicaines et des contre-valeurs démocratiques. Et de fait, pour trouver une comparaison plus juste, il faudrait peut-être regarder du côté de son ami, le Président Robert Mugabe au Zimbabwe ou de l’ancien Président du Niger, Mamadou Tandja. Non content d’avoir fait du Sénégal une république bananière par une série de modifications constitutionnelles intempestives comme la création en procédure d’urgence de la vice-présidence laissée vacante ou l’instauration d’un Sénat avec un Président nommé par décret, il veut maintenant faire du Sénégal une dynastie ubuesque où il ne voit personne digne de lui succéder que son fils à qui il a déjà confié presque la moitié des responsabilités gouvernementales. Il se trouve même beaucoup de gens pour penser que ce dernier exerce déjà la réalité du pouvoir d’Etat. 
Situation catastrophique du secteur de l'énergie électrique : Le point de vue d'un consommateur  
 
 
La Senelec se trouve, depuis plusieurs années, pour ne pas dire depuis toujours, dans l'incapacité de satisfaire la demande - en quantité et en qualité - de sa clientèle. Aussi invraisemblable que celui puisse paraître, au XXIe siècle, une société de production est incapable de produire. Au moment où toutes les entreprises se battent pour trouver d'autres marchés afin d'assurer leur survie, la Senelec semble s'être fâchée avec le marché. Mais comment en est-on arrivé là ?  
Le secteur de l'énergie connaît deux problèmes structurels : la non compétitivité des prix (prix excessivement cher) et l'insuffisance de l'offre. Ces deux problèmes s'expliquent essentiellement par la non maîtrise des facteurs de production. Facteurs de production entendus au sens large. En effet, il s'agit de la non maîtrise de la chaîne d'approvisionnement en matière première (avec comme conséquence des surcoûts et des ruptures de stocks), la non maîtrise des outils de production (absence de plan d'investissement, déficit de maintenance et d'entretien), la non maîtrise de la chaîne de management (management des ressources humaines : népotisme, personnel pléthorique, absentéisme, absence de politique de motivation... ; du cycle d'exploitation : absence de planification, absence de mécanisme efficace de gestion de la trésorerie, gabegie, malversation....). Bref, il s'agit là des traditionnels maux du secteur public.  
Face à ses nombreux problèmes, les autorités publiques agissent souvent, non pas en médecin, mais en sapeurs-pompiers. Elles n'ont presque jamais le temps pour faire un diagnostic complet et ce sont toujours des mesures d'urgence qui sont préconisées. Toutefois, en 1998, le régime socialiste avait engagé une réforme en profondeur du secteur de l'énergie. La maîtrise de l'approvisionnement en électricité en quantité et en qualité demeurait le principal objectif de cette réforme. Et les socialistes avaient changé de paradigme, en préconisant le moins d’Etat (concept cher au président Diouf) avec un renforcement du secteur privé.  
Ainsi, la Senelec a été privatisée, et des unités de production indépendantes commençaient à voir le jour (exple Gtp). En fait, dans l'esprit des socialistes, il fallait rompre avec la situation de monopole et créer une situation de concurrence. Faire confiance au marché. Et pour réguler le marché de l'énergie électrique, ils avaient institué une commission de régulation du secteur (Crse), qui avait pour principaux objectifs : la promotion du développement rationnel de l'offre d'électricité, la mise en place des conditions d'équilibre économique et financier du secteur, la promotion de la concurrence, mais aussi la préservation des intérêts des consommateurs. Et pour le monde rural qui, certainement, n'a aucune chance d'intéresser le privé, l'Etat avait mis en place l'Agence sénégalaise d'électrification rurale (Aser).  
Mais, en 2000, les nouvelles autorités, sans remettre fondamentalement en cause la réforme initiée par les socialistes, avaient émis des objections sur l'un des points de la réforme, à savoir non pas la privatisation de la Senelec, mais la manière par laquelle celle-ci a été privatisée. Selon elles, le repreneur n'était pas en mesure de réaliser les investissements pouvant permettre un approvisionnement correct en électricité du pays. Ainsi, les lois n'ont pas été modifiées, les autres institutions et instruments (commission de régularisation du secteur de l'électricité, Aser) qui ont été mis en place n'ont pas été touchés. Et après l'échec en 2001 de la tentative de (re)privatisation de la Senelec, les autorités semblent davantage travailler sur la réforme de cette entreprise que sur celle du secteur. C'est ainsi qu'elles nous avaient annoncé un programme d'investissement 2003/2013, avec un volet urgence 2003/2008 et un programme à moyen et long terme 2003/2013. Et en 2008, la filialisation de la Senelec a été annoncée. Il s'agirait de la mise en place d'une holding qui regrouperait trois grandes entreprises qui s'occuperaient de la production, du transport et de la distribution. Le capital de ces entreprises devrait être ouvert aux consommateurs, aux travailleurs et au secteur privé national et étranger.  
Avec cette nouvelle réforme, les autorités semblent rompre avec l'esprit de celle de 1998, qui faisait trop confiance au marché (moins d'Etat, mieux l'Etat). En effet, après la faillite en 2001 du numéro 1 mondial du courtage en énergie Enron, les évènements du 11 septembre 2001 et la récente crise financière mondiale, aucun Etat ne semble plus accorder une confiance absolue au marché. L'interventionnisme est de plus en plus (re)théorisé. Au-delà de son devoir de règlementer la vie économique, l'Etat devra rester un agent économique.  
Ainsi, nous ne pouvons que saluer le choix consistant à la renonciation de la privatisation de la Senelec. Mais l'Etat est-il en mesure de remettre sur les rails cette société qu'il a lui-même mise à genoux ? Nous comptons apporter notre modeste contribution pour le redressement de cette société en proposant quelques pistes de sortie de crise.  
Analysant la situation de la Senelec, trois constats amères s'imposent :  
(i) - l'incapacité de la société d’avoir un taux de rendement de 90 % au moins. En effet, en 2009, la société n'avait pu vendre que 79 % de sa production (donc de l'énergie produite mais perdue pour cause de fraude, perte technique....) contre 77 % en 2008, soit un manque à gagner de plus 46 milliards sur la période 2005/2009 (cf. document de la Crse ‘Révision des conditions tarifaires de la Senelec Période tarifaire 2010-2014’).  
(ii) - Il faut aussi noter l'incapacité de la Senelec à utiliser plus de 90 % de sa capacité de production (problème d'approvisionnement, panne des centrales...). En 2009, elle n'avait pu utiliser que 69 % de sa capacité.  
(iii) - Enfin, l'incapacité de la Senelec à porter l'offre d'électricité au même niveau que la demande. L'urgence, c'est de faire de sorte que la Senelec puisse utiliser au moins les 95 % de ses capacités de production et de vendre les 99 % de sa production. Et mettre en place à moyen et long terme (25 ans) un plan d'investissement pouvant prendre en charge la différence entre la demande et l'offre d'électricité. Mais comment atteindre tous ces objectifs ?  
Nous pensons qu'il faudra d'abord renoncer à la filialisation de la société. En effet, nous pensons que la Senelec devra se libérer totalement de la production en vendant ses centrales. Elle devra donc se concentrer sur le transport. Ainsi, l'Etat ouvrira le marché de la distribution et celui de la production aux privés nationaux et étrangers. Des contrats de concessions de service public seront signés avec un nombre important de concessionnaires pour la distribution de même que pour la production. Ainsi, les ménages et autres industriels feront leur demande de branchement auprès des concessionnaires. Ces derniers signeront à la fois des contrats avec la Senelec pour le transport, et les producteurs pour la fourniture. Certaines agences de la Senelec seront cédées aux distributeurs. Et la Senelec n'aura plus pour mission que l'extension de son réseau de transport et la maintenance de celui-ci. L'avantage d'une telle réforme, c'est que la Senelec se retrouvera entre deux privés.  
En effet, les producteurs se battront pour utiliser les 100 % de leur capacité et les distributeurs veilleront à ce que l'énergie achetée puisse parvenir à leurs clients. Mais comment réguler un tel marché ? Il faudra nécessairement renforcer les compétences de la Commission de régularisation du secteur de l'électricité (Crse) et la doter d'une grande direction de ‘Recherche et développement’. La passe d'armes récente entre la Sar et Itoc qui a entraîné une rupture des stocks de gaz, montre si besoin en était, que certains marchés ont besoin de puissant régulateur.  
En fait, la Crse devra définir des prix plafonds et des prix plancher pour l'achat en gros de l’énergie électrique et sa revente au détail. La Senelec appliquera un tarif unique pour chaque type de transport. Et les parts de marché de chaque distributeur et de chaque producteur seront limitées respectivement à 15 % du marché global de la distribution et 25 % de celui de la production. Il faudra mettre en place des mécanismes pouvant éviter toute possibilité de concentration ou d'entente illicite. Bien évidemment, l'Etat devrait pouvoir se substituer à tous producteurs et/ou distributeurs défaillants et à leurs dépends.  
Cette nouvelle stratégie devrait pouvoir permettre à l'Etat de trouver des solutions aux deux problèmes structurels du secteur de l'électricité, à savoir la non compétitivité des prix et l'insuffisance de l'offre.  
Sadikh DIOP Administrateur de l’Observatoire de l’information et des médias  
Demain le Sénégal, un pays émergeant  
 
 
Notre chère patrie le Sénégal, pays en voie de développement pour ne pas dire sous-développé, a besoin de tous ses fils pour relever le défi : faire partie et demeurer dans le concert des nations émergeantes du 21e siècle. Les Sénégalais sans distinction aucune, dans le respect mutuel doublé de fraternité agissante, la générosité constante et continue dans l’effort, la tolérance, l’acceptation de nos différences variées mais complémentaires, l’honnêteté et la rigueur avec un sens élevé et réel de la primauté de l’intérêt national sur celui personnel n’ont-il pas l’obligation, le devoir de se tenir debout comme un seul homme, comme nous y appelle notre hymne national, pour travailler ensemble, la main dans la main, chacun apportant sa pierre à l’édification d’une Nation prospère ?  
Aux prix de sacrifices individuels et collectifs, des pays dépourvus de ressources naturelles classiques ont réussi le pari du développement grâce à l’imagination fertile et créative et à la solidarité d’hommes et de femmes convaincus que leur apport, si minime soit-il, est le socle de leur progrès. L’on nous a appris en mathématique ‘qu’une somme d’infiniment petits peut être infiniment grand’. Il n’y a donc pas d’efforts vains pour la mère patrie.  
Des pays ont atteint l’autosuffisance alimentaire en cultivant dans le désert, d’autres ont poussé la mer pour ériger des cités ultramodernes, objet de toutes les admirations et convoitises … Cela est à notre portée ! Il y a certes des préalables, des conditions nécessaires, mais peut-être pas suffisantes.  
Nos gouvernants ou ceux qui y aspirent, à tous les échelons administratifs se doivent d’être des modèles de compétence et de vertus cardinales et non de simples spécialistes de politique politicienne souvent guidés par la gestion de leur carrière au mépris des règles et procédures sensées régir leurs actes. Chaque Sénégalais et Sénégalaise devrait compter, se sentir concerné, impliqué et avoir son mot à dire. Ce qui appelle évidemment un engagement individuel et un intérêt manifeste pour la chose publique, la chose communautaire en lieu et place des critiques acerbes dans les salons, entre amis ou par presse interposée.  
Les intellectuels et les leaders d’opinion ont un rôle important à jouer pour l’émergence d’une nouvelle classe ‘politique’ vertueuse et consciente, en phase avec les exigences d’un monde moderne devenu aujourd’hui un village planétaire. Le bon usage de la concurrence loyale, de l’adversité positive et de la diversité complémentaire pouvant être un élément catalyseur. Les Sénégalais, quelle que soit leur appartenance, leur conviction ou leur statut social doivent pouvoir taire les querelles personnelles ou partisanes et s’unir autour de l’essentiel dans l’intérêt supérieur de la Nation. Même si ‘au commencement était le verbe’, c’est par le travail, donc l’action à travers des actes bien réfléchis et soigneusement menés que l’on construit une Nation.  
Le Sénégal a besoin d’un Etat fort et crédible dans et en dehors de ses frontières, dirigé par des hommes d’Etat et non des ‘hommes Etat’ respectueux des valeurs républicaines et qui s’abreuvent à la source des vraies valeurs traditionnelles de ‘jomm’, ‘kersa’, ‘ngor’… Cet Etat qui garantit l’égalité et l’équité à tous ses fils, en s’appuyant sur les principes de transparence, de solidarité et de collégialité avec des institutions stables, respectables et adéquates, en mesure de prendre en charge les aspirations profondes et les idéaux de chaque Sénégalais.  
Pour emprunter le jargon militaire, ‘commander c’est prévoir, mais avant tout c’est obéir’, il faut certes une vision stratégique, une ambition nationale pour atteindre l’objectif commun de développement, mais aussi un minimum de règles et procédures à suivre, un code de conduite applicable à tous. Le Sénégal dispose de ressources humaines capables de jeter les bases de son développement durable. Unissons-nous, acceptons nos limites, nos faiblesses et reconnaissons à chacun ses mérites. Qu’Allah dans sa Grâce et sa Miséricorde infinies nous guide et nous soutienne !  
Abdourakhmane NDIAYE Ingénieur Coordonnateur national des Cadres Coordonnateur régional de Fatick Rassemblement pour le Peuple (Rp) Email : andiaya@hotmail.com  
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 12.10.2010
- Déjà 5206 visites sur ce site!