ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

INNOPORTUNE

Sen24heures.com : Jeudi 17 Sep 2009 
 
L’affaire des 26 milliards : une affaire bien sénégalaise. 
 
L’affaire dite des 26 milliards, qui défraie la chronique depuis plusieurs jours à Dakar et oppose l’homme d’affaires Cheikh Amar au chroniqueur politique Mody Niang, est symptomatique du climat socio-politique actuel au Sénégal. Fait de mauvaises polémiques, d’accusations malsaines, de dénégations indignes, de querelles de personnes, le climat qui prévaut actuellement dans notre pays est on ne peut plus insupportable. 
Les vrais débats sur les questions transcendantes sont éludés par de nauséabonds règlements de comptes et de distrayants combats d’arrière-garde. Le litige qui oppose en ce moment Cheikh Amar à Mody Niang, et qui a été soumis à la Division des investigations criminelles (DIC), en atteste. De quoi s’agit-il ? De propos rapportés par un quotidien dakarois comme étant sortis de la bouche de Mody Niang, et que ce dernier nie avoir tenus. 
 
Dans l’article « Les précisions de Mody Niang », paru dans le site sen24heures.com, on lit en effet sous sa plume : « Je signale qu’il est beaucoup question ces temps derniers des villas fantômes de l’Anoci, avec ces 26 milliards révélés par A.L. Coulibaly. Il en a été question aussi lors de la conférence que j’ai co-animée le mercredi 9 septembre 2009. Les villas dont moi je parle, et que j’ai abordées dans ma contribution parue dans l’édition de Walfadjri du 13 novembre 2007 (et dans d’autres d’ailleurs), sont celles révélées par Nouvel Horizon n° 597 du 09 au 15 septembre 2007. Voici ce qu’écrivait alors l’hebdomadaire (qui a élu M. Amar homme de l’année 2008 et qu’il ne pourrait donc suspecter d’hostilité) : ‘’L’Anoci a adoubé la société TSE de Cheikh Amar pour la réalisation d’un projet immobilier de très grande envergure qui sera implanté sur l’emprise de l’aéroport international de Dakar L.S. Senghor de Yoff. 
 
Ce projet dit des villas présidentielles de l’OCI serait estimé autour de 15 milliards de francs CFA. Il s’agit d’un complexe immobilier de plusieurs villas de très haut standing, pour accueillir les grosses pointures politiques du prochain sommet de l’Oci, en mars 2008. L’heureux bénéficiaire de ce projet pharaonique a déjà obtenu des services de l’Etat toutes les autorisations requises pour la mise en valeur du vaste terrain qui lui a été attribué. » 
 
Tous les gens informés qui suivent les questions foncières au Sénégal savent que la source du Nouvel Horizon l’a mis sur une fausse piste, comme cela arrive à tous les journaux et à tous les journalistes. Cette mauvaise information a été reprise à son compte par Mody Niang qui, fidèle à son style, en a tiré des conclusions qui ont logiquement heurté Cheikh Amar. 
 
Mais le plus inquiétant est ailleurs. Comment a-t-on pu prêter à Mody Niang, qui les conteste, sur la une d’un quotidien, des propos reprochant à Cheikh Amar d’avoir reçu les 26 milliards de l’Oci sans livrer les villas présidentielles ? On touche là au cœur du mal sénégalais contemporain. 
 
Cette propension à voir le mal partout, à monter la mayonnaise, à inoculer à tout et à n’importe quoi un parfum de scandale. Potentiellement dévastatrice pour l’honneur et la respectabilité de la personne qu’elle accuse, la parole publique doit être vérifiée et recoupée par celui qui l’émet. 
 
Et être fidèlement rapportée par les véhicules modernes que sont les médias. Détenir le pouvoir de dire ou d’amplifier une parole qui porte impose une grande responsabilité. 
 
Pour connaître personnellement Cheikh Amar depuis ces années où il résidait et étudiait en France, je comprends que les propos étalés à la « une » de « Rewmi » aient pu le blesser. L’homme Cheikh Amar, que j’ai connu jeune, étudiant et désargenté, est foncièrement bon et honnête. 
 
Un des hommes d’affaires sénégalais que je respecte, pour le connaître profondément, Cheikh Amar a beaucoup misé sur le Sénégal. Dans ce contexte où beaucoup se posent des questions sur l’avenir de notre pays, et où nombre d’opérateurs économiques songent à délocaliser leurs capitaux, il empruntait à une banque de la place, courant août dernier, 40 milliards de francs CFA pour financer un projet immobilier. 
 
On n’engloutit pas autant d’argent sous la pierre dans un pays dans lequel on ne croit pas. Il a investi des dizaines de milliards de francs CFA dans un domaine qui, seul, peut impulser un vrai progrès en Afrique : l’agriculture. Au nom de la préférence nationale, qui pousse les pays les plus puissants de la planète à confier les domaines essentiels de leur économie à leurs propres ressortissants, son positionnement sur le secteur agricole national est stratégique. 
 
Parce qu’il paie des impôts, créé de la richesse et des emplois, Cheikh Amar est d’un apport réel pour le Sénégal. Parce qu’il participe au débat public et se dresse contre certaines injustices, Mody Niang a un sens dans la démocratie sénégalaise. La plainte du premier contre le second est à cet égard regrettable. Elle est toutefois le fruit d’un climat électrique qui empêche tout débat démocratique sain. 
 
Ce débat, le seul qui vaille, s’inscrit dans le respect de l’éthique et de l’honneur des personnes. La presse – c’est une autocritique – doit revenir aux fondamentaux de son rôle. C’est seulement à ces conditions qu’on pourrait éviter à l’avenir ce type d’affaire bien sénégalaise. 
 
 
 
Auteur: www.sen24heures.com 
 
Seneweb.com : Vendredi 18 Sep 2009 
 
A propos de ma garde à vue (Par Mody NIANG) 
Ils ont décidé finalement, hier, aux environs de 23 heures, de me laisser aller passer la nuit chez moi et de me présenter à nouveau à la Dic aujourd’hui à 9 heures. Des quatre coins du monde, des parents, des amis, des sympathisants et des démocrates m’ont témoigné leur amitié, leur soutien et leur solidarité. Ne pouvant pas répondre individuellement à chacun d’eux et n’en ayant pas pour le moment le temps, qu’ils trouvent ici l’expression de mon infinie reconnaissance. Je les rassure en tout cas sur un point : rien, ni personne ne peut me faire renoncer à l’exercice de mes droits citoyens. Personne ne m’empêchera d’avoir un regard appuyé sur la manière dont nous sommes gouvernés, surtout sur celle dont nos maigres deniers publics sont dépensés. Quelle que soit l’issue de cette affaire, je continuerai de plus belle ce combat. 
Un quotidien a raconté dans son édition de ce matin des histoires, des mensonges grossiers me concernant. Il a raconté en particulier que j’ai passé la nuit d’hier dans les violons du Commissariat de police du Plateau. C’est un mensonge éhonté : j’ai passé la nuit chez moi. Le quotidien a ensuite prétendu que je suis revenu sur toutes mes déclarations, me réfugiant derrière un hebdomadaire, le Nouvel Horizon, dont un journaliste interrogé a formellement démenti mes « allégations ». C’est encore un mensonge. J’ai confirmé avec force tout ce que j’ai dit et toujours écrit, tout en donnant des précisions à propos de certaines amalgames malhonnêtement entretenues par des gens comme le directeur de ce « journal » à qui il ne reste plus un seul brin d’honneur, de dignité et de crédibilité. Je joins d’ailleurs à ce texte copie de la mise au point que j’ai envoyée à cet autre quotidien « Reewmi » de qui tout est parti. Sa rédaction a choisi de ne pas la publier pour des raisons évidentes sur lesquelles je reviendrai plus tard. 
J’ai appris aussi ce matin, que j’ai été libéré sur instruction du président Wade. Je précise avec force que je n’ai rien demandé à cet homme, je n’attends rien de lui, je n’ai pas besoin de ses faveurs. Je n’ai surtout pas besoin qu’on vienne à mon secours : je n’ai commis aucune faute, aucun délit. Je n’ai diffamé ni calomnié personne. Que le président Wade garde ses faveurs pour les mille courtisans qui l’entourent et qui le portent constamment aux nues, ainsi qu’à ces individus sortis de nulle part et qui sont devenus aujourd’hui riches comme Crésus. Cet homme est responsable de tous nos malheurs, de la mal gouvernance dont nous vivons les affres depuis bientôt dix ans. Cette mal gouvernance que je dénonce et que je continuerai de dénoncer de toutes mes forces, tant que j’en aurai la force. 
Je répète avec force que les tortures (morales) et les tentatives d’intimidation n’auront aucune prise sur ma volonté de mener mon combat de tous les jours contre la mal gouvernance libérale. 
Je remercie les uns et les autres. 
Je m’excuse des éventuelles coquilles : je ne me suis pas relu. 
Le combat continue ! 
Mody NIANG 
 
img2Voir la mise au point de Mody Niang (Ce que j'ai dit et écrit à propos de Cheikh Amar) 
 
 
Auteur: Mody NIANG  
 
La fin d'un règne 
 
Ça sent le roussi au Sénégal! Les récentes manifestations des jeunes dans les différentes artères de la vile de Dakar et dans la banlieue ont fait virer au rouge les propos prétentieux tenus par le Président de la République du Sénégal, Maitre Abdoulaye Wade. Son Excellence avait l'habitude de dire d'une manière péremptoire que les Sénégalais l'aiment et par conséquent, ils ne vont jamais descendre dans la rue. Il faut faire preuve de cécité politique et d'un manque de clairvoyance pour confondre et réduire la passivité du peuple à un amour platonique. Sa Majesté, Le Président de la République du Sénégal, devrait peut-être, méditer sur la pensée d'un célèbre homme politique Français qui disait que "quand le peuple perd espoir, sa colère finit toujours par s'exprimer."  
L'histoire des mouvements sociaux a démontré à juste raison que les peuples opprimés, même s'ils tardent à résister finissent toujours par descendre dans la rue pour traduire leur courroux en actes violents. Notre défunt Président Senghor ne nous démentira pas, car mai 68 a été une réponse cinglante des Sénégalais face aux politiques oppressives du régime néocolonial du Parti Socialiste. Son successeur, le Président Abdou Diouf n'oubliera pas de sitôt les violences urbaines qui ont jalonné la fin de son règne politique en 2000. Les événements récents des marchands ambulants au Sénégal ont fait tâche d'huile dans le bilan, jusque là relativement paisible du régime libéral du Parti Démocratique Sénégalais. 
Hors du Sénégal et pas plus loin de chez nous, pour ne pas faire de la révolte du peuple silencieux, une exception Sénégalaise, nous pouvons citer le cas de la Guinée Conakry avec les émeutes contre la vie chère ; le cas notamment du Burkina Faso avec les émeutes de la faim en 2008 a Bobo-Dioulasso et à Ouhigouya. Et pourquoi pas le cas du Mali avec les événements de Kita en juillet 2009. Les exemples sont inépuisables, ils constituent tous un signal fort des peuples qui ne peuvent plus contenir leur indignation face aux régimes despotiques qui continuent de croire que le sacerdoce du serviteur s'est de se servir royalement de la chose publique tout en laissant le peuple agonisant, agoniser en rade. 
On ne dira pas que sa Majesté, notre Président a la mémoire courte pour oublier la mémoire de l'histoire pré-alternance fortement marquée par des révoltes spontanées parfois très violentes et qui ont implicitement affaibli les bases du régime socialiste d'Abdou Diouf avant qu'il ne soit achevé dans sa plus belle mort en 2000 pendant les élections présidentielles. Et pourtant tout semble indiquer que sa Majesté est victime d'une déficience récidivante de mémoire avec son âge avancé comme facteur prédisposant. 
On ne dira pas non plus que l'histoire est en train de se répéter, mais plutôt que sa Majesté est en train de répéter les mêmes erreurs historiques commises par son prédécesseur.  
Le cri du cœur est vibrant dans la pénombre, mais au-delà de l'obscurité effrayante due aux coupures intempestives d'électricité, au-delà des inondations urbaines récurrentes, c'est le cri du peuple meurtri, encore plus tragique que les jours sombres qui anime ces jeunes déterminés a en découdre avec ce régime moribond du Parti Démocratique Sénégalais.  
Le bateau, le Joola avait tragiquement sombré dans les profondeurs de l'océan atlantique en 2002 laissant des milliers d'enfants orphelins, cette fois ci c'est des enfants qui sont en train de se noyer laissant des familles entières endeuillées. Dans les zones inondées, des maisons sont submergées dans les eaux laissant des centaines de familles sans abris. La santé des populations est gravement menacée par l'insalubrité et la nation est sur le point de s'écrouler, Monsieur le Président, vous êtes en train de vous la couler douce avec l'argent des contribuables dans les suites royales des hôtels les plus luxueux de la France.  
Les solutions préconisées ne sont pas à la hauteur des dégâts engendrés par les inondations. Le plan ORSEC, le plan Jaaxai, sont tous lamentablement voués à l'échec, car n'adressant pas les véritable problèmes.  
Cette fois ci ce n'est plus Barca ou Barzakh (Barcelone ou la mort), mais plutôt la meute ou la misère. Les populations sont dehors et le pays est en flamme. L'état a failli encore une fois à ses responsabilités, par conséquence, il incombe au peuple de prendre en charge sa propre destinée. L'inondation n'est que la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, le pire est à venir… Ce n'est que le début, le réveil sera brutal.  
 
 
Badara Diakhate  
b-diakhate@northwestwern.edu  
Chicago 04/09/09 
 
Wade est –il le grand économiste sénégalais et africain ? 
 
Avant même la reception des milliards du millenium du Président Obama, Wade a déjà dépensé une partie de cette somme non encore reçue pour son déplacement aux Etats-Unis d’Amérique. Les citoyens américains sont connus comme les grands défenseurs de la bonne gestion des deniers publics. L’argent du contribuable doit être utilise d’une manière efficiente. 
Le gouvernement américain en particulier l’administration Obama en sait quelque chose avec le bail out des banques (Citi, Bank of America.) ou de l’industrie automobile (General Motor et Chrysler). Le Président Obama a perdu un peu de sa crédibilité a cause de la politique fiscale (health care et déficits). Malgré les critiques, le bail out d’Obama profite aux américains et a permis de sauver des entreprises et des emplois. 
Au Sénégal, il est d’actualité de voir et d’entendre le bailout de Wade tous les jours. Karim est devenu multimilliardaire et voyage en avion prive comme le dit SJD « prince arabe ». Idrissa Seck a eu un record clean malgré les nombreuses allégations financières des chantiers de Thiès. Mbackiyou Faye et tant d’autres affidés de Wade (ministres, sénateurs et marabouts) en peu de temps ont réussi à accumuler d’immenses fortunes. 
Les grands économistes J.M. Keynes, Taylor etc. ont bâti des théories fiscales ou monétaristes pour aider les nations à se développer ou sortir des crises. Les actes de Wade de s’attribuer le plus grand économiste sénégalais et africain contredisent les bases fondamentales de l’économie. 
Le Prix Nobel Mohamed Yunus de Bangladesh a réussi avec peu de moyens financiers a concretiser ses théories économiques et aider la population de son pays. Notre cher Président Wade dispose des milliards pour réaliser les « théories Wadistes » mais âpres neuf ans au pouvoir le doute demeure. Les quelques rares grands travaux : aéroport de Ndiass, route Linguère-Matam, autoroute a péage etc. sont les échecs visibles de l’économiste Wade. 
L’étude de faisabilité, la gestion et l’audit des projets (déjà réalises) de Wade et Fils respectent peu les principes de base de la comptabilité et des finances. Les sénégalais (ALC, SJD ou de simples citoyens) ont par leurs livres ou voix montre a Wade le parfait exemple du bon économiste sénégalais. 
WAIT and SEE. 
 
Auteur: Harouna Hanne  
 
LES EMIGRES PATRIOTES DOIVENT S'ENGAGER POUR FAIRE CHANGER LE VISAGE POLITIQUE DU SENEGAL CAR C'EST POSSIBLE 
 
La Délégation de l’Alternative Citoyenne Sunureew en Espagne veut se faire le porte-parole de tous les émigres sénégalais silencieux vivant dans ce pays. Son Coordinateur Monsieur Momar Lissa Diop, Président de cette Délégation, n'hésite pas à proclamer son ras-le-bol du système politique wadien inefficace. Pour continuer la vulgarisation du mouvement citoyen en Espagne, lui et ses membres ont lancé une vaste campagne d’information et de sensibilisation visant a faire engager tous les émigrés sénégalais patriotes dans le combat pour un autre Sénégal. De l'économie à la criminalité, en passant par l'éducation ou l'énergie, Monsieur Diop expose tous les remèdes aux blocages actuels que révèlent le Projet de Société proposé par l’ACAD-Sunureew Internationale aux sénégalais. 
 
« Il est temps de faire changer le visage du Sénégal » martèle t-il. « Les détournements de fonds publiques, la corruption, la morosité, le défaitisme et le cynisme sont désormais les valeurs les mieux partagées par nos compatriotes. C'est la raison pour laquelle, l’ACAD-Sunureew, en tant que mouvement citoyen et issu de la société civile, a décidé de porter son candidat, le Pr Arona NDoffene Diouf, PhD, à l'élection présidentielle 2012, qui avec son équipe proposeront aux sénégalais un Programme ambitieux et révolutionnaire qui marquera le pays de façon durable. »  
 
La poursuite du combat citoyen porté par l’ACAD-Sunureew Internationale requiert l’élaboration d’un programme pragmatique, à la fois concis et complet. Un programme pour répondre et remédier aux manquements constatés depuis plus de 49 ans d'indépendance qui fera face aux manœuvres diaboliques politiciennes du pouvoir mafieux et assassin et ses relais. Il assurera le déploiement du mouvement par son ouverture à la société avec la promotion d’un nouveau cadre de lutte à même de consacrer, de manière incontournable, l’implication large et efficiente de tous les sénégalais.  
 
L’ACAD-Sunureew, par les installations de ses cellules à travers le monde et au Sénégal, se conforte de plus en plus au sein de la base citoyenne. Son ossature est modelée pour approfondir les liens organiques avec la population de façon à rendre irréversible et durable la « conscience citoyenne » réformiste et autonome. Cette sensibilisation est le seul moyen à pouvoir permettre aux populations démunies une expression libre et indépendante. L’objectif des efforts est d’assurer une autonomie d’action aux citoyens sénégalais. Ceci les placera sur une position avertie par rapport aux « manipulations politiciennes » et les actes d'instrumentalisation partisane et de déviation des efforts de luttes pour l’émancipation collective au profit d’intérêt de clans ou d’appareils politiques. 
 
Faire échec aux calculs politiques et aux tentatives de vassalisation est un impératif pour la poursuite du combat démocratique mené par l’ACAD-Sunureew. La question fondamentale est : Comment arriver à matérialiser le divorce entre le peuple spolié et rendu alimentaire par des régimes successifs et l’actuel pouvoir usurpateur ? Autrement dit comment démontrer l’illégitimité du pouvoir de Wade?  
Certains apparatchiks et autres opportunistes intéressés par des avantages de carrières et de promotion sociale font exprès de déplacer le débat pour le réduire à un jeu anti-institutionnel qui justifie leur participation aux débats politiques sur les prochaines élections. Le mouvement citoyen se distingue par la remise en cause de tout le système wadien et de ses mécanismes de pérennisation. 
 
Dès lors, l'ACAD-Sunureew travaille autour de l’essentiel qui est de renforcer ses bases structurelles et organiques. Sa viabilité dépendra de sa capacité à s’adapter aux nouvelles donnes et de penser les événements. Actuellement, ce combat demeure, il est clair, la seule voie pacifique qui, au-delà de l’obtention d’une réparation des injustices et autres préjudices subis par les insurgés de la dignité, pourrait conduire à une émancipation nationale. Parce que les tragédies des marchands ambulants d’avril 2007, les événements des jeunes et des ménagères meurtries par la dureté de la vie chère et les marches des imans, ne sont autres que la réaction spontanée et populaire contre l’arbitraire et contre les exactions du pouvoir des Wade père et fils. 
 
Aujourd’hui, cet embrasement social a impulsé le commencement d’une lutte d’un peuple qui en a ras-le-bol. La fin de cette lutte – menée sous l’égide d’un réveil d’une conscience citoyenne – aboutira au regain de la souveraineté populaire, à la réalisation d’une véritable justice et l’instauration d’un régime démocratique au Sénégal. 
 
Il est juste de dire que toute cette dynamique citoyenne, substrat de la gestion gabégique des affaires du pays, constitue l’ultima verba d’un peuple toujours en quête de sa liberté confisquée par des politiciens véreux. Toutes les agitations qui prétendent affranchir le peuple à travers des mascarades électorales et des spectacles politiques aseptisées et stériles, loin de servir le processus démocratique, sont plutôt des facteurs de blocage et même de régression. Les hémicycles que constituent l’Assemblée Nationale ou le Sénat, censés être des lieux d’expression du peuple par délégation expresse, se trouvent squattés par des forces majoritairement présélectionnées par les tenants du système clientéliste de Me Wade.  
 
En conséquence, l'ACAD-Sunureew, un mouvement citoyen créé aux moments forts de l’insurrection populaire et scellé par les sacrifices incommensurables de millions de citoyennes et citoyens sénégalais, porte en lui les éléments intrinsèques d’une rupture radicale avec le système dictatorial et rentier actuel. Son Projet de Société est progressiste, républicain et démocratique garantissant à chaque citoyenne et citoyen sénégalais une vie digne dans le respect de son intégrité physique et morale et de tous ses droits fondamentaux. 
 
Ce faisant, le présent appel que lance l'ACAD-Sunureew porte sur la dynamique de contestation citoyenne qui devra – loin de toute surenchère ou subjectivité – être la traduction pratique et efficiente de cette volonté de rupture avec le système wadien (clairement affichée par le taux d’abstention aux différentes consultations électorales), d’une part, et d’autre part, la projection des mécanismes de pénétration et de structuration autonome de la société et la mise en place d’une stratégie de lutte adaptée à la donne sociologique et politique du peuple sénégalais. 
 
La finalité de ce combat est en substance de léguer au peuple sénégalais les moyens politiques de sa libération du joug du système oppresseur actuel et la mise en route d’un véritable processus de lutte pour le recouvrement de la souveraineté populaire.  
 
Monsieur Momar Lissa DIOP  
Coordinateur Alternative Citoyenne Sunureew (ACAD- Espagne) 
 
Le Groupe de Communication ACAD Sunureew Espagne  
Ensemble, un Autre Sénégal est Possible ! 
 
DE LA CANDIDATURE UNIQUE DE L’OPPOSITION 
 
Début 2010, c’est la période que l’opposition regroupée au sein du Benno a choisi pour nous dire s’ils vont aller aux élections avec un candidat unique, ou s’ils vont y aller en ordre dispersé. Ils nous diront alors s’ils ont aplani leurs divergences, s’ils ont pu taire leurs querelles, ou bien si leur ego a triomphé de leur raison. 
Que la candidature unique soit plus appropriée dans le cas qui nous occupe que les candidatures multiples, cela ne fait l’ombre d’aucun doute ; point n’est besoin pour cela de spéculer longtemps, les dernières présidentielles et les locales du 22 mars sont là pour nous le rappeler à chaque instant. 
Des personnes proches de certains Etats majors nous disent que la candidature unique sera assortie de tellement de conditions impossibles à tenir, qu’il est presque acquis que l’opposition aura plusieurs candidats à la présidentielle de 2012. 
Confrontés à la volonté populaire qui ne veut entendre parler que de candidature unique, les tenants des candidatures multiples, ceux-là qui veulent coûte que coûte être candidat en 2012, ont réussi à faire reculer une prise de décision qui va les mettre à découvert devant les militants et qui risque de les mettre définitivement à mal avec les électeurs. 
Début 2010, ils nous dirons qu’ils ne sont pas prêts, que les conditions ne sont pas remplies pour la candidature unique, ils reculeront encore les échéances et ainsi de suite. 
Depuis la victoire de l’opposition aux élections locales, certains leaders sont tellement persuadés qu’ils sont désormais majoritaires dans le pays, qu’ils sont prêts à prendre tous les risques ; même dans la perspective d’un scrutin à un tour, ils iront seuls aux élections. 
 
 
A ces dirigeants nous demandons de méditer pendant qu’il en est encore temps l’histoire récente du Gabon. Ali Bongo a été bel et bien élu Président du Gabon ; les opposants qui veulent mettre le pays à feu et à sang ont tort. Ils sont de mauvais perdants. La preuve est faite qu’ils auraient gagné et largement gagné s’ils avaient eu l’humilité de s’unir. Ils ont eu largement le temps de débattre de la question et de s’entendre ; ils n’ont pas su saisir cette opportunité et il ne leur reste plus que des regrets. 
Parler de la candidature d’une « équipe » de Benno n’a pas de sens et ne contribue qu’à obscurcir le débat. La candidature unique évidemment ne peut s’entendre qu’avec une équipe de partenaires égaux et d’égale dignité. Ce dont il faut parler, c’est des programmes, des conditions à édicter, du partage des responsabilités, des barrières et des garde-fous à mettre autour des uns et des autres pour éviter ce qui s’est passé avec Me Wade confisquant le pouvoir que ses pairs lui avaient confié en 2000. 
Ne tombons pas dans le piège des échéances sans cesse différées, car pendant ce temps Abdoulaye Wade travaille. 
Mon intime conviction est que la présidentielle de 2012 sera à un tour et que ces élections seront anticipées. 
Ceux-là qui peuvent d’un trait de plume décréter un scrutin à un tour, peuvent tout aussi bien, dans le même mouvement, anticiper les présidentielles et les législatives. Les coups de force n’ont jamais fait peur à Abdoulaye Wade. Ne nous laissons pas surprendre encore une fois. 
Nous apprenons à l’instant que les positions des uns et des autres évoluent favorablement dans le sens de la candidature unique, nonobstant quelques réticences au niveau de certains responsables. Nous nous réjouissons de cette évolution. Le PS est un grand parti. Si sont bureau politique appelle à un grand débat autour de ces questions fondamentales, nous ne pouvons que nous en féliciter. 
 
Le départ de Abdoulaye Wade vaut bien une messe. Nous sommes d’accord avec le PS pour dire que c’est lui, Abdoulaye Wade, le seul problème du pays. 
Puisque nous sommes conviés à ce débat, nous profitons de notre prise de parole pour apporter une première contribution. Ce sera un simple rappel pour aider à recentrer le débat. 
Nous avons débattu de presque tout ce dont on doit débattre pendant presque deux longues années. Nous avons débattu de toutes les questions. Nous ne pouvons plus avoir un débat plus large, plus ouvert puisque c’est toute la Nation qui a été consulté, n’en déplaise aux esprits chagrins qui sont toujours en train d’épiloguer sur le caractère national ou pas de ces Assises. Ayons toujours à l’esprit la Charte de bonne gouvernance et les conclusions des Assises et nous ne nous tromperons pas. 
A vrai dire, il ne reste plus comme je l’ai dit plus haut qu’à distribuer les rôles, qu’à ériger des garde-fous autour des uns et des autres pour éviter les dérives. 
Pour ces questions essentielles, qui seront au centre des débats, convoquons tout le pays réel : les politiques évidemment, la société civile, les syndicats, les structures gérant les paysans et tout le monde rural, les étudiants, les élèves. N’attendons pas 2010, faisons le maintenant. Occupons nous de cela et oublions le reste. Oublions Abdoulaye Wade et ses spéculations, oublions ses invites au dialogue et ses invites au déballage, oublions Karim Wade et ses enfantillages. Que les scrutins soient à un tout ou à deux tours, que les scrutins soient différés ou rapprochés, importe peu, si nous nous unissons, si nous réussissons la prouesse de la candidature unique, nous gagnons à tous les coups. 
 
Gatta BA 
RDS/TDS 
 
QUE SIGNIFIE LE SILENCE DE WADE SUR LA SITUATION DU NIGER??? 
Rares sont les différents socio-politiques qui sévissent en Afrique et même dans le monde et qui laisseent notre gorgui national indifférent. 
En effet, depuis sa prise de pouvoir en 2000, notre messi de président s'est distingué de partout en Afrique pour dissuader differents chefs politiques à enterrer les hâches de guerre et se serrer les mains pour un avenir meilleur. C'est ainsi qu'il a traversé toute l'étendu de l'Afrique pour se rendre au Madagascar réconcilier MARC RAVALOMANANA et l'AMIRAL DIDIER RATSIRAKA qui se disputaient les clés du palais présidentiel. 
Aprés ce conflit qui a vu WADE grimper en popularité à l'échelle mondiale, ce dernier s'est manifesté dans différents autres conflits dont tout derniérement celui de la MAURITANIE; pays réputé pour ses coups d'ETAT plus fréquents que ses élections présidentielles. Il faut dire que WADE a fournit beaucoup d'efforts pour arranger ce puzzle; il faut aussi signaler que sur cette équation, Wade a remué ciel et terre pour que le général ABDOU AZIZ remporte ou plutôt emporte ces élections; l'histoire n'ayant pas encore révéler ce qu'il va y gagner. Mais il faut dire que WADE n'a pas manqué d'apporter quelques touches politiques sur cette affaire. Sinon comment expliquer qu'il invite les ambassadeurs des USA et de tous les pays occidentaux pour résoudre un probléme purement Ouest-Africain? 
WADE multiplie ses visites en GUINEE CONAKRY pour manifester son soutient à MOUSSA DADIS CAMARA qu'il recommende de se présenter aux élections présidentielles, et qu'il afirme être l'homme de la situation qui pourrait instaurer une paix durable et remettre le pays sur les rails; celui-là même dont le parcours scolaire est une preuve évidente de sa nullité et dont l'arrogance fait toujours penser à Farba Sénghor. 
En définitive notre Gorgui national se comme l'unique détenteur de solution de toute crise, même celle financière. Il a récemment usé de son riche répertoire téléphonique pour se faire inviter au sommet du G8 tenu par les plus grands économistes du monde afin de leur donner la solution de la crise économique mondiale, jugeant certainement que la crise qui secoue le SENEGAL est trop minime pour attirer son attention. 
Il est donc vraiment étonnant de voir un tel personnage rester silencieux à propos de ce qui se passe au NIGER. Mais WADE et TANDJA n'ont-ils pas des points communs??? 
Le président TANDJA a modifié la constitution Nigérienne plus de 20 fois depuis sa prise de pouvoir et aucune de ces modifications n'est favorables ni à l'opposition ni à la population de son pays, mais sont tous favorables à ses propres ambitions. Pareil pour WADE, aucunes des modifications constitutionnelles n'est défavorables à ses projets. 
TANDJA a envoyé une vingtaine de journalistes en prison. Au SENEGAL, ils ne sont pas encore une vingtaine mais Wade fait quand même son bonhomme de chemin en ce sens à l'image tout dernièrement de MALICK SECK dont les conditions de la libération restes douteuses vu ses agissements pendant les 72 heures qui ont suivi sa libération. 
Combien d'hommes politiques ont séjourné en prison sous l'ère TANDJA ? Même les Nigeriens ont du mal à les dénombré. WADE n'a pas dérogé à cette régle. Idrissa Seck qui pouvait le plus nuire à ses réves d'être réélu en 2007 en a fait les frais. MACKY SALL dont l'alliance avec MOUSTAPHA NIASS peut booster WADE hors du palais présidentielle est "involontairement" sauvé par l'arrogant Farba Senghor dont le dossier a précédé sur la table du procureur de la république qui, a force de ne plus appliquer les textes et s'en tenir aux "ordres de WADE" en est arriver même jusqu'à oublier les articles qui régissent les loi du pays. 
Enfin tout dernièrement TANDJA a organisé un référendum qui lui permet de s'éterniser au pouvoir. Pour ma part, je ne serais pas étonner si la presse annonçait demain matin que WADE a décidé de faire la même chose car tout dernièrement le "docteur" ISSA MBAYE SAMB a mis en place une cellule pour, selon ses propres termes ré-ré-élir WADE en 1012. 
Je ne pourrais terminer sans rendre grâce a DIEU d'avoir attendu que WADE soit octagénaire avant de lui donner le pouvoir. 
Doudou Ndiaye 
doudou77.over-blog.fr 
ndiayedoudou@ymail.com 
 
In Gorgui we triste ! 
Souleymane Jules Diop Jeudi 17 Sep 2009 
 
« Pour triompher, le mal n’a besoin  
que de l’inaction des gens de bien »  
Edmund BURKE 
 
Tomber sans parachute comme le fait Abdoulaye Wade, après avoir suscité toutes les attentes, quelle prouesse ! Il fut un temps où, instruit des problèmes du pays, le président de la République réagissait promptement. Un hivernage, il a fait le tour de ce que ses collaborateurs appellent avec une once de condescendance, « le monde rural ». Un autre, il a sommé ses ministres de rentrer au pays et signé un décret pour mettre un arrêt définitif à leurs villégiatures. La seule vue d’un bétail mourant à la télévision suffisait à hérisser ses poils sensibles. Il était encore le président. Puis vint le monarque je-m’en-foutiste. Des humains meurent aujourd’hui à quelques kilomètres du palais de la République , noyés dans les eaux ou foudroyés par la faim, mais il ne s’en émeut pas. On le croit revenu de Paris pour se mettre au côté de son peuple. Mais il préfère célébrer sa gloriole à Bissau, Conakry et maintenant New York. Les vacances prestigieuses, non seulement il en goûte, mais il en redemande. Toute la presqu’île du Cap-Vert est abandonnée aux « humanitaires » qui organisent les secours à la place de l’Etat.  
Ce qui est encore plus affligeant, c’est que d’orgueil, il n’en est plus question. Abdoulaye Wade a jeté sa fierté à la rivière. Il en est arrivé à prendre tout ce qu’on lui donne. Il a, sans honte, mis dans le fond de sa poche un chèque de 25 millions de francs Cfa du... Niger ! L’ambassadeur de ce pays a laissé durer la scène pour mieux la faire saisir. L’homme qui promettait de faire du Sénégal un pays émergeant à l’horizon 2010 n’a plus honte de rien. On voit sa main s’impatienter et se lasser de cette attente imposée. Et dire qu’il y a quelques années, une Ong disparue du vocabulaire présidentiel, l’Afrique aide l’Afrique, accordait une aide de plus de 200 millions à l’Algérie de Bouteflikha. Le dernier patron de cette structure moribonde, le footballeur El Hadj Diouf, l’a laissé tomber dans l’anonymat. L’on s’est aperçu par la suite que la fondation de Viviane Wade s’était elle aussi illustrée par de généreuses donations aux nécessiteux du Niger. Maintenant qu’il est question d’aider des citoyens sénégalais, la cohue présidentielle s’en remet à l’aide humanitaire et au volontarisme des jeunes chômeurs. Face à cette même situation, Blaise Compaoré, qui n’est pas un exemple de démocrate il faut dire, est allé partager un repas avec ses sinistrés. Ses ministres se sont cotisés pour apporter de l’aide aux victimes.  
Les images que nous livre la télévision nationale, les cargos qui descendent tous les jours du matériel humanitaire rappellent trop l’Ethiopie. Nous magnifions tous les jours notre faiblesse face à ce désastre, que nous appelons « solidarité ». Jamais, dans l’histoire, un peuple n’a célébré avec autant de courage sa propre honte. Sommes-nous devenus la risée du monde entier ? Partout dans le monde occidental, la délégation présidentielle se livre à des scènes d’extravagance et de bouffonnerie dont se délectent les personnels hôteliers. Ce vieillard maquillé comme un acteur de série B profite de chaque instant de la vie comme s’il devait en emporter le souvenir dans la tombe.  
 
Je ne veux pas faire l’éloge d’Abdou Diouf, mais il m’arrive de le regretter. En 19 ans de pouvoir, ce qui n’est pas rien, l’ancien président de la République ne s’est présenté que trois fois à la tribune des Nations Unies. Pendant les trois années qui ont suivi ce que nous avons appelé le plan Sakho-Loum, il n’a participé à aucune rencontre sous-régionale, se faisant toujours représenter. Son souci était d’alléger les Finances de l’Etat, ce qu’il avait décidé en réduisant les salaires de ses ministres. Mais Général Wade ne refuse aucune invitation, pas même à une partie de thé, tant qu’on lui accroche sur le poitrail un médaillon. S’aventurer à New York avec deux avions remplis de bouffons est une vraie effronterie. Nous espérions que face à la crise, il renoncerait à son Sénat, il nous ajoute le Conseil économique et social et se prépare à sa vice-présidence. Tout ceci, pendant que des stations de pompage en banlieue sont à l’arrêt, faute de carburant.  
N’importe quel homme, même insensé, se serait agenouillé pour demander pardon à son peuple. Loin de se suffire de ses flâneries, Abdoulaye Wade voudrait prolonger son plaisir. Cette idée de nouvelle candidature, née dans la tête de son jeune fils, qui veut se faire oublier, le temps de revenir à ses vieilles manigances, est d’une oiseuse médiocrité. Elle rompt à nouveau un serment qu’avait fait Abdoulaye Wade à ses alliés de la CA 2000, de ne se présenter que pour un seul mandat. Elle rappelle aussi un de ses renoncements, l’engagement qu’il avait pris de ne jamais toucher à la limitation des mandats présidentiels. Nous avons une tendance à diaboliser les autres, mais Mamadou Tanja a fait exactement ce que le Napoléon sénégalais a fait avant lui, modifier la Constitution pour pouvoir se présenter indéfiniment. J’avais suscité une vive émotion de mes collègues quand, le 14 février 2000, j’ai demandé au candidat Wade comment, après avoir été élu pour un mandat de 7 ans, il comptait se conformer à ses engagements, en le ramenant à 5. Il m’a répondu avec une morgue dédaigneuse, « vous savez bien que je vais démissionner au bout de 5 ans ». J’étais son petit con !  
Malgré tout, la question d’une nouvelle candidature n’est d’aucun enjeu. Elle n’est soutenue que par quelques jeunes conscrits à la solde de son fils. En ramenant le débat sur la candidature du président de la République , ils font oublier les révélations scandaleuses sur l’Anoci et le plan de succession monarchique. Ils « desserrent l’étau ». Ce sont les mêmes qui soutiennent que pour imposer Karim Wade à la tête de l’Etat, il faut organiser un scrutin à un seul tour et sortir l’Armée dans la rue. Leur esprit sec ne produit que des monstruosités du genre. Ils se sont permis de soutenir que la prochaine présidentielle, ce sera Abdoulaye Wade ou Karim Wade, figurez-vous ! C’est à croire que les révélations de ces derniers mois leur ont coupé la moelle épinière. Après avoir suscité une longue attente au sein de l’opinion, voyez ce que nous livre le « professeur » Iba Der Thiam. Au lieu de s’expliquer sur les milliards de kilomètres de l’Anoci, l’historien se prête à une réflexion plus actuelle sur « les livres du président ». Il s’en prend aux « politico-médiatiques ». Accoucher de telles platitudes, on l’imagine, n’a pas été chose aisée pour un homme de sa science. Après chaque mot, l’ancien « ministre de l’Education nationale » se donne une pause-virgule. La lecture de son texte est, à elle seule, un défi insurmontable pour un petit esprit comme le mien.  
Mais défendre la candidature d’Abdoulaye Wade à l’âge de 88 ans relève de la sorcellerie. Même les sopistes les plus endoctrinés n’y croient plus. Ce n’est pas une façon intelligente de chasser un débat, en le remplaçant par un autre plus choquant. Depuis que l’idée est agitée, revient aussi la question de l’âge du président de la République. Tous ceux qui l’entretiennent livrent l’octogénaire à la moquerie. J’ai entendu un diplomate en faire une qui n’est pas de bon goût. Il dit que la seule chose qui obligera Abdoulaye Wade à s’incliner, c’est son ballonnet de silicone accroché à son ventre. Son thorax penche de plus en plus vers la gauche, au secours de son abdomen. Ce que les Sénégalais n’ont jamais pu faire, le ramener à la raison, la nature est en passe de le réussir.  
SJD  
 
 
Auteur: Souleymane Jules DIOP  
 
Le Quotidien 
 
Le vieux ou le KO 
Ce que les petits maures libéraux avaient éructé, sur un air pathétique du genre «Wade ou le KO» en se réfugiant derrière sa candidature en 2012, Me Wade l’a fait sortir d’une tente au pays de l’oncle Sam. On notera au passage que cet appel insistant et incessant ces temps-ci à la candidature de Wade est symptomatique d’une vacuité alternative et même d’ambition politique dans l’espace libéral, pourtant peuplé de gens ayant cheminé avec le Pape du Sopi pendant près de 25 ans. Tout ce temps-là pour découvrir au Pds que c’est «le vieux ou le KO». Quel tragique destin ! 
Toutefois, revenons sur ce qui est devenu une coutume. C’est encore à des miles du Sénégal que le Président a choisi d’édifier l’opinion nationale sur les grandes questions sur lesquelles il était de­meuré muet durant et après ses vacances enchantées en Europe. Toutefois, la sortie du Président Wade au pays de Obama est pleine d’aveux, de paradoxes et de pièges, le tout enrobé dans les sempiternelles diversions auxquelles le locataire du Palais Léopold Sédar Senghor nous a habitués jusqu’à l’overdose, 9 ans durant. 
Ainsi par rapport à l’annonce de sa candidature dont la primeur a été accordée aux Yankees, les précisions de Wade valent leur pesant d’or. En effet, en assortissant cette candidature de conditions liées à sa santé à la fois physique et mentale, «le vieux» tente déjà de jeter une épaisseur d’ombre sur deux questions majeures qui risquent fort bien de s’inviter dans la campagne présidentielle. Sa «santé» et son «cerveau» sont sans doute une opposition cauchemardesque pour le Président Wade qui semble plus ou moins persuadé de l’échec programmé de son projet monarchique. 
En plus, l’annonce de cette troisième candidature sonne comme une vaste entreprise de diversion, alors même que la cote de popularité de Me Wade est tombée de Charybde à Scilla, alors même que sont mises en évidence son incapacité et son déphasage face aux inondations, aux coupures d’électricité, aux coûts exorbitants des denrées de première nécessité. Et puis que ne ferait pas le Président Wade pour faire oublier aux Sénégalais sidérés les révélations choquantes sur la gestion de l’Anoci ?  
Que Me Wade se paye un petit cours sur la démocratie, cela est destiné surtout à rassurer les autorités américaines très regardantes sur cette question et sur la gestion des milliards à mobiliser dans le cadre du Millénium challenge account. Au Sénégal, on sait à quel point le Président Wade a ravagé nos acquis démocratiques, par de récurrentes dévastations de la Constitution et des institutions républicaines. Avec ici, en souterrain, une tentative de pulvérisation de la clameur de plus en plus générale de l’opposition réclamant sa démission, l’organisation d’une élection présidentielle anticipée pour remettre à l’endroit le pays qu’il a mis à l’envers. 
L’oral présidentiel sur La Voix de l’Amérique aura également fait suinter un aveu de taille de la part de Me Wade, dans son opération Kleenex pour laver son fils Karim Wade de la gestion de l’Anoci. En effet, Me Wade soutient que Karim n’a rien détourné et n’est victime que des attaques de «gens de mauvaise foi». Mais, Diantre, qui donc a accusé son fils de détournement ? Même Latif Coulibaly, dans ses révélations contenues dans son livre Contes et mécomptes de l’Anoci et dans ses différentes interventions médiatiques laquelle il s’est pourtant gardé jusque-là de tirer la conclusion selon y a eu détournement. Tout juste, s’est-il limité, sur la base des documents officiels de l’Anoci de jeter une lumière crue sur les orgies de milliards engloutis par cette agence. Si donc, comme le soutient le Président Wade, son fils n’a point manipulé de l’argent, c’est Abdoulaye Baldé qui doit avoir des nuits agitées. Un boldé qui plane au-dessus de Baldé ? Allez savoir… Surtout que la religion wadienne est faite que Karim, lui, est le parangon de la «compétence», même si jusque-là le kleenex manque d’une blancheur de coton, faute de réponses pertinentes face aux révélations du livre de Latif Coulibaly et de mise en branle d’un audit neutre, à la fois financier et technique des travaux de l’Anoci. 
L’autre dimension de cette affaire est relative à l’évocation et à la convocation de journalistes dans le travail de surveillance des activités de l’Anoci. Pris à témoins par le Président Wade, nos confrères ont l’exigence éthique individuelle et professionnelle de laver leur honneur et celui de la profession. Pour un audit intra-personnel ? 
Par Soro DIOP - sodiop@lequotidien.sn 
 
Terreur contre l’intelligence 
C’est la critique la plus documentée, la plus rigoureuse et la plus articulée contre la gouvernance des Wade que le Pouvoir voudrait bien envoyer en prison. Au-delà du préjudice moral qu’aurait subi l’homme d’affaires Cheikh Amar, la capture de Mody Niang, homme de plus de soixante ans contraint de passer la nuit dans les geôles de la République , sonne comme un début de vengeance froide contre une de ces têtes brûlées qui donnent le tournis aux chefs si inquiets de notre pays. Le Pouvoir veut le neutraliser, mais la minutie du combat intellectuel et moral qu’il mène contre des dérives incessantes est si inattaquable qu’il fallait une sorte de dégât collatéral tirée d’une oralité quelques fois insaisissable pour qu’il parvienne malheureusement à ses fins. 
Cet homme ne mérite pas Reubeuss ni même l’espace tout autant détestable d’un commissariat de quartier où pullulent grands et petits malfrats nuisibles à la société. Ceux qui doivent peupler les prisons, ce sont justement les architectes et exécutants de toutes les magouilles que l’Inspecteur de l’enseignement dénonce depuis près d’une décennie. Inlassable­ment. Ce sont les parvenus d’une bourgeoisie construite de toutes pièces, saupoudrée de marchés lucratifs, essaimée dans les interstices du Pouvoir, qui seraient normalement les plus disposés à devoir rendre compte. Cheikh Amar est certainement un homme honnête qui, à ce titre, peut se revendiquer comme intouchable dans cette affaire de villas de l’Anoci. Mais, faut-il pour autant considérer Mody Niang comme un coupable si absolu et si dangereux qu’il faille le retenir loin de sa famille, ? comme un vulgaire brigand 
Dans ce dossier, le «contributeur» le plus célèbre au Sénégal paie injustement les turpitudes de la gestion chaotique de l’Agence nationale pour l’organisation de la conférence islamique. Si en effet les responsables de l’Anoci avaient été inattaquables de tout soupçon, s’ils avaient accepté de jouer le jeu de la transparence la plus élémentaire, Mody Niang n’aurait pas été obligé de monter au front pour (re)dire des vérités qui font mouche et qui dérangent. Cet homme est bon et digne, ce qui est loin d’être évident pour la grande faune affairiste et politicienne qui a pris en otage le pays. Quand un pouvoir fait de l’attitude de vengeance une arme quotidienne contre les citoyens, c’est qu’il a beaucoup à se reprocher derrière l’illusion de puissance qui le fait carburer. 
Par Momar DIENG momar@lequotidien.sn 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 22.09.2009
- Déjà 5214 visites sur ce site!