ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Le bien public, un trésor pour tous

Le bien public, un trésor pour tous  
 
 
La perception du bien public chez certains citoyens est souvent ramenée au simple domaine exclusif de l’Etat. C’est ce qui justifie, d’ailleurs, chez eux, certaines attitudes peu orthodoxes qui font qu’ils n’ont jamais donné de l’importance au bien public ni même le prendre au sérieux. Leurs attitudes parfois délinquantes à l’endroit du bien public posent fondamentalement le problème du comportement civique et celui de la conscience citoyenne chez ces individus mais, au-delà, exhibent une certaine méconnaissance qu’ils ont du concept du bien public lui-même, en général, et de celui de l’Etat, en particulier. Voilà pourquoi, il nous semble nécessaire et opportun de revenir tour à tour sur ces deux concepts c'est-à-dire, le concept du bien public d’abord, ensuite celui de l’Etat. Il faut entendre par bien public, l’ensemble du patrimoine matériel ou immatériel varié et diversifié dont l’Etat est attributaire et comprenant, entre autres, les différents services administratifs, les deniers publics, les infrastructures routières, les infrastructures scolaires et universitaires, les infrastructures sanitaires, les installations publiques d’électrification, les espaces publics aménagés, les installations portuaires et aéroportuaires, les installations hydrauliques, le patrimoine culturel, le patrimoine historique, le foncier, l’immobilier, les ressources financières, les ressources minières, les ressources forestières, les ressources halieutiques….. 
Il est fréquent d’entendre certaines personnes dire, surtout lorsqu’ils essaient de justifier leurs actes déviants et répréhensifs face à ce bien public, ‘…ça appartient à l’Etat…’ ou bien, on les entendra dire, quand ils gaspillent de l’électricité ou de l’eau dans un endroit public, lorsqu’ils ne s’en prennent pas à celui-ci, ‘… c’est l’Etat qui paie…’. On voit clairement à quel point ces citoyens peuvent se tromper quant à la signification qu’ils donnent à l’Etat. Dans sa définition la plus simple, l’Etat est un groupement humain vivant sur un territoire déterminé et sur lequel s’exerce une autorité ou institution politique souveraine, c'est-à-dire un gouvernement. On voit que l’un des trois éléments fondamentaux et constitutifs de l’Etat, à côté, bien entendu, du territoire et du gouvernement, c’est le groupement humain c'est-à-dire la population. Et quand on parle de la population, on parle, naturellement, de l’ensemble des habitants qui occupent l’espace territorial national. Par conséquent, ces citoyens font partie de ces habitants sans lesquels l’Etat n’existerait pas. Pour eux, en effet, le bien public est une propriété de l’Etat et n’appartient à personne d’autre. Ils ont toujours considéré l’Etat comme une sorte d’entité intangible qui ne se limite qu’aux simples tenants du pouvoir c'est-à-dire aux gouvernants. 
En concevant ainsi le bien public, ces citoyens s’auto-excluent d’emblée d’une affaire dont ils sont eux-mêmes propriétaires. En réalité, ils ne savent pas que le bien public dont ils se distancient et dont ils ont une appréhension très erronée, les concerne directement. Ils ne savent, pas non plus, qu’ils sont des contribuables, c'est-à-dire des citoyens qui participent, de façon directe ou indirecte, par leurs efforts personnels, soit par le biais des impôts ou par celui des taxes à l’obtention, à l’exécution, à l’élaboration, à l’entretien et même à la préservation de cette œuvre ou de ce patrimoine commun appelé bien public. Ils doivent savoir que toute personne qui contribue à l’effort d’une œuvre commune, en est aussi un dépositaire légitime. Autrement dit, ils ne peuvent et ne doivent pas se départir de la chose publique parce qu’elle leur appartient et appartient aussi aux autres citoyens comme eux. C’est ce qui lui vaut l’appellation de bien public parce que collectif, c'est-à-dire qu’il appartient à tous. A ce titre, le contribuable doit se comporter de façon civique et responsable face au bien public et toujours s’efforcer, à chaque fois que nécessaire, de le protéger et le sauvegarder. 
 
Malheureusement, la perception saugrenue que beaucoup de citoyens ont du bien public les amène, très souvent, à adopter des comportements tout à fait inciviques à l’endroit de celui-ci. Et ces comportements se traduisent, hélas, par des actes de vandalisme caractérisé que l’on constate et déplore régulièrement, surtout, dans les grands centres urbains du pays. Il n’est pas rare de voir des citoyens en colère contre une quelconque autorité étatique, de sortir dans la rue, de barricader et d’obstruer les voies publiques pour s’attaquer à des biens, vandalisant tout ce qu’ils trouvent sur leur passage. Ils crient souvent leur ras-le-bol en déversant partout la violence et en semant le désordre total. 
Dans un Etat comme le nôtre, nous pensons que rien ne peut justifier de telles pratiques iconoclastes qui sont non seulement prohibées par l’éthique, mais aussi par la loi. Si les citoyens ont le droit de revendiquer leurs prérogatives, conformément à la Constitution de la République, notamment en son article 10 qui dispose clairement que ‘Chacun a le droit d’exprimer et de diffuser librement ses opinions par la parole, la plume, l’image, la marche pacifique, pourvu que l’exercice de ses droits ne porte atteinte ni à l’honneur et à la considération d’autrui, ni à l’ordre public’, ils n’ont pas, en revanche, le droit de s’en prendre au bien public. Lorsqu’ils perpètrent des actes de violence, ils enfreignent ainsi la disposition précitée et portent de graves atteintes à l’ordre public. Ce qui est, évidemment, proscrit et est sévèrement puni par la loi dans toute sa rigueur. Tout citoyen qui s’attaque au bien public, s’attaque à sa propre personne et à celle d’autrui. De la même manière, quand un individu, en pleine voie publique, arrache une ampoule ou des fils électriques d’un lampadaire, cet individu arrache quelque chose à lui-même, aux autres citoyens et au pays tout entier. Un étudiant protestataire et furieux qui se saisit d’une pierre et lapide une infrastructure publique parce qu’il n’a pas reçu sa bourse d’études à temps, détruit son propre patrimoine qu’il était censé défendre et protéger. Ce pauvre étudiant ignore qu’il est un contribuable, à part entière, au même titre que les autres, même s’il est encore sous tutelle parentale c'est-à-dire, sous la responsabilité de ses parents qui, d’ailleurs, lui paient sa part d’impôt. 
Le bien public est sacré. Quiconque s’y attaque, le saccage, le pille, le spolie, l’usurpe, le vole, le dérobe ou le détourne, a l’obligation de rendre compte et de répondre pleinement de ses actes devant la loi. On peut revendiquer ses droits à n’importe quelle autorité étatique et à n’importe quel moment sans causer des troubles à l’ordre public ni même saccager des biens appartenant à l’Etat. Lorsque des citoyens s’en prennent aux biens publics, cela engendre souvent des dégâts et des pertes énormes dont la valeur estimée en argent dépasse, parfois, et de très loin d’ailleurs, la valeur de ce qu’ils revendiquent. Et ces pertes et dégâts inestimables causés par ces mains vandales sont souvent réparés aux frais du contribuable, lesquels frais auraient pu servir à ouvrir des postes de santé fonctionnels dans certaines bourgades enclavées et déshéritées du pays pour lutter contre la mortalité maternelle et infantile et d’autres maladies chroniques qui continuent à faire des victimes. Nous ne pouvons pas prétendre aimer notre pays et vouloir le construire en détruisant le peu de biens que l’Etat a pu réaliser avec une économie nationale exsangue qui est encore sous perfusion d’une dette explosive contractée auprès des donateurs internationaux qui ne nous octroient jamais rien pour rien. Revendiquer est un droit mais détruire est un délit. Nous devons trouver d’autres formes appropriées de revendiquer nos droits, des formes pacifiques, non violentes que nous indique, pourtant, notre loi fondamentale. 
Il faut reconnaître, en toute honnêteté que, quelque part, les autorités publiques ont toujours eu une grande part de responsabilité lorsque le bien public est saccagé suite à des manifestations. Si les citoyens, en tant que contribuables, ont le droit de faire des réclamations comme le prévoit la loi, pour la prise en charge de leurs préoccupations, les autorités publiques, à leur tour, ont l’obligation et le devoir de les écouter afin d’apporter des solutions appropriées à leurs revendications. On voit que ce n’est souvent pas le cas. Il arrive, et cela est récurrent, que des citoyens posent leurs revendications en bonne et due forme sans trouver aucune autorité en face qui veuille leur répondre. C’est ce qui est souvent perçu par les plaignants comme un manque de respect et de considération à leur endroit. Il faut savoir que si la violence s’exprime et se déverse dans la rue emportant des biens, c’est parce que les citoyens n’ont jamais été écoutés au moment où ils le veulent. 
Et quand les citoyens ne sont pas écoutés, ils se sentent méprisés et même blessés dans leur amour-propre. Il est évident qu’au-delà des revendications posées, se pose aussi la question de l’honneur et de la dignité des citoyens. Or, on sait que lorsqu’une personne est touchée dans son amour-propre, elle peut être amenée à faire tout ce qu’elle peut pour sauver son honneur et sa dignité à tout prix. Et c’est, précisément, cela qui pousse les uns et les autres à se révolter pour se faire entendre, surtout lorsqu’ils estiment avoir épuisé toutes les autres voies de recours. Un citoyen à qui l’on ne prête aucune attention, peut devenir un individu potentiellement dangereux, violent voire agressif, parce que courroucé et laissé à lui-même. L’absence d’écoute, de dialogue et de concertation, entre les autorités publiques et les citoyens, a toujours été à l’origine de beaucoup de malentendus et de conflits qui se traduisent, généralement, par des manifestations, des marches ou des grèves violentes au cours desquelles le bien public est saccagé. 
Pour prévenir et même éviter les casses, les saccages, les pillages des biens de l’Etat suite à des protestations et autres manifestations violentes, les pouvoirs publics doivent toujours prêter une oreille attentive et trouver des réponses immédiates aux revendications des citoyens qui doivent être perçues comme un réel signal de l’expression d’une demande sociale de plus en plus pesante et pressante. Le bien public est un trésor pour tous, dont l’entretien, la préservation et la protection incombent aussi bien aux contribuables qu’aux pouvoirs publics eux-mêmes.  
M. Babou DIATTA, Professeur de Portugais, Au lycée Malick Sy de Thiès, Consultant à l’Université de Thiès/Ufr Ses Département de Langues Etrangères Appliquées (Lea) E-mail : thelougoumba@hotmail.com 
 
 
De l’ingérence de la France et des Etats-Unis 
Après les déclarations des représentants du Département d’Etat des Etats-Unis et celle de M. Alain Juppé, ministre français des Affaires étrangères, on a vu M. Serigne Mbacké Ndiaye, le porte-parole du président Wade, et Me Madické Niang, ministre des Affaires étrangères, se relayer pour fustiger l’ingérence de la France et des Etats-Unis dans le processus électoral au Sénégal et en appeler au ‘patriotisme’ des leaders de l’opposition pour condamner cette ingérence. Me Madické Niang ajoutera même que le Sénégal est un ‘pays souverain’ qui n’acceptera ‘aucun diktat’. 
Une servilité à toute épreuve à l’égard de l’Occident 
On peut penser que ces déclarations traduisent la grande amertume que leur patron, le président Wade, a dû ressentir. Voilà un homme, ‘complexé de la tête aux pieds’ comme aime à le dire Amath Dansokho, l’un des hommes politiques sénégalais qui le connaît le mieux, dont tous les faits et gestes, tout le comportement, toutes les déclarations et prises de positions visent à plaire aux dirigeants occidentaux, surtout Obama et Sarkozy. 
Tous les prétextes sont bons pour soutenir leurs politiques en Afrique et ailleurs dans le monde, même au détriment des intérêts fondamentaux du Sénégal. En témoignent la rupture des relations diplomatiques avec l’Iran, la position ambiguë du Sénégal sur l’admission de la Palestine à l’Onu, le soutien inconditionnel à Sarkozy dans sa guerre contre le régime de Gbagbo en Côte d’Ivoire. Le cap dans la servilité de Wade sera franchi avec la trahison de Kadhafi et la position de l’Union africaine sur l’agression impérialiste de l’Otan contre la Libye. 
Pendant que l’Afrique cherchait à arrêter cette agression, Wade, lui, préféra se mettre au service de celle-ci et trahir Kadhafi dont il fut l’un des courtisans les plus zélés. Le monde se souvient de son voyage à Benghazi pour aller soutenir les ‘rebelles’ libyens alors que l’Otan était en train de détruire la Libye et cherchait à assassiner Kadhafi et sa famille. Le voyage de Benghazi avait été préparé à partir de Paris et Wade et son fils avaient été accompagnés par des avions de combat français. Il est le seul chef d’Etat qui se soit rendu en Libye avant la fin de la guerre ! 
Allant toujours plus loin dans la servilité à l’égard de ses ‘amis’ occidentaux, Wade avait dit, lors d’un déplacement à Paris, que, contrairement aux autres chefs d’Etat africains, il était pour ‘le droit d’ingérence’ contre les ‘dictateurs’ qui répriment leurs peuples. Tant qu’il s’agissait des autres, tout va bien. Mais voilà que ce ‘droit d’ingérence’ lui tombe sur la tête comme une massue. Comme les autres dictateurs, il est en train de réprimer son peuple qui lui demande tout simplement de respecter la Constitution. Il a déjà sur la conscience la mort de 6 personnes et plusieurs dizaines de blessés. Malgré tout cela, il croyait avoir droit à un traitement ‘spécial’ vu sa carrière de larbin au service de l’Occident. C’est pourquoi Abdoulaye Wade doit certainement ressentir les injonctions de la France et des Etats-Unis comme une véritable ‘trahison’. 
Les seuls ‘amis’ de l’impérialisme sont ceux qui servent ses intérêts 
Ainsi donc, le président Wade apprend-il, à ses dépens, que l’impérialisme n’a pas d’’amis’, surtout dans les pays dominés. Aussi longtemps qu’il pouvait servir les intérêts géostratégiques, économiques et politiques de la France et des Etats-Unis, il avait droit aux sourires convenus et pouvait prétendre être leur ‘ami’. Mais aujourd’hui qu’il est vomi par la majorité de son peuple, que son régime est à bout de souffle, il ne peut plus leur être utile. C’est pourquoi ils lui montrent la porte dans le but de sauver leurs intérêts au Sénégal et dans la sous-région. 
Les Sénégalais ne sont pas dupes et savent bien que les déclarations des Etats-Unis et de la France, demandant le départ de Wade, n’ont rien à voir avec la défense de la démocratie ou des droits de l’homme. Ce qu’ils craignent, c’est la déstabilisation de la sous-région consécutive à de troubles graves qui pourraient se produire au Sénégal suite à l’entêtement de Wade. Une telle déstabilisation pourrait nuire à leurs intérêts. C’est pourquoi ils pensent que la ‘stabilité’ passe par le départ de Wade. Or dans leur jargon, ‘stabilité’ veut tout simplement dire rester dans le giron de l’impérialisme occidental et continuer à servir ses plans géostratégiques. 
Comme on le voit, ni au Sénégal ni en Côte d’Ivoire, ni en Libye ni en Egypte, les interventions des Etats-Unis et de la France, tout comme celles des autres pays occidentaux, n’ont été motivées par les ‘droits de l’homme’ ou la ‘démocratie’. L’impérialisme est un système tyrannique et cynique qui n’hésite pas à semer la terreur et la mort partout pour atteindre ses objectifs. Il n’utilise le langage des droits de l’homme et de la démocratie que comme instrument de propagande au service de sa stratégie de domination et de contrôle des ressources de la planète. 
Un régime aux abois 
Les gesticulations ridicules des porte-parole de Wade traduisent le profond désarroi d’un régime et d’un homme lâché par ses principaux parrains occidentaux. Il avait nourri l’illusion qu’il pouvait obtenir leur soutien ou du moins leur ‘compréhension’ dans son ambition insensée de placer son fils à la tête du Sénégal. C’est l’échec de ce plan qui l’a amené à vouloir violer la Constitution en briguant un troisième mandat. Il croyait pouvoir compter sur Sarkozy et Obama pour faire accepter cette violation et organiser un coup d’Etat électoral pour se maintenir au pouvoir contre la volonté du peuple sénégalais. 
Un journal sénégalais a dit récemment que le voyage de Benghazi et la trahison de Kadhafi avaient pour contrepartie un tel soutien. Apparemment, il a été floué par ses parrains qui ne veulent plus s’encombrer d’un président et d’un régime au bout du rouleau. Lâché par ses parrains et vomi par la majorité du peuple sénégalais, le président Wade doit se rendre à l’évidence : son régime est fini, bien fini, quoi qu’il arrive, quoi qu’il fasse. 
Demba Moussa DEMBELE 
Dilemme fatal de candidature au sein du M23 
 
 
Le combat du M23 est fondamentalement celui de la légalité. Les membres de cette coalition tacite, née d’un soulèvement du peuple contre un projet infâme et anticonstitutionnel du pouvoir, qu’ils soient candidats à la présidentielle ou non, assument leur attachement immuable à la légalité, à moins d’y avoir adhéré par pur opportunisme.Cependant, après la décision nulle et inacceptable du Conseil constitutionnel, les conditions de légalité d’une élection présidentielle ne se retrouvent toujours pas dans le processus des élections du 26 février. Rien n’a donc changé de ce point de vue.Que dire donc de ceux qui se réclament de la légalité par leur appartenance au M23, tout en posant des actes d’illégalité en participant à des joutes électorales anticonstitutionnelles, par eux-mêmes tant décriées ? 
Je voudrais comprendre comment un tel reniement de ses propres principes pourrait-il servir tactiquement une stratégie dont la finalité est de gagner la confiance du peuple ?Comment ceux dont la candidature a été curieusement invalidée, devraient-ils apprécier de telles acrobaties fantasmatiques ? Face à de tels comportements, le sens de la responsabilité nous commande, au sein du M23, de nous réunir autour de la problématique de la participation à des élections auprès de Wade. Une occasion d’interroger sans complaisance nos motivations afin de dégager une position consensuelle, alignée aux principes et convictions que nous revendiquons. 
De toute façon, il n’échappe à personne que l’on s’achemine vers une parodie macabre d’élection, qui fera de Wade un vainqueur au premier tour. Il faudrait être naïf pour croire que la finalité de la décision hérétique du Conseil constitutionnel n’est que la participation de Wade aux élections, sans aucune garantie de résultat à lui favorable. Sachant cela, lui donner caution en participant avec lui aux élections ne peut être motivé que par des intérêts qui n’auraient rien à voir avec la solidarité avec le peuple, déterminé à barrer la voie à l’illégalité consistant en un troisième mandat. 
Que le peuple fasse de l’invalidation de sa candidature illégale une priorité est la preuve, s’il en était besoin, qu’il a mûri et exige que ses valeurs culturelles soient restaurées au niveau des instances qui le gouvernent. Il se bat pour une rupture avec l’opportunisme, le mensonge, le parjure, la corruption, le népotisme et l’arrogance. Il se construit et pas seulement à travers ses infrastructures matérielles, mais surtout au regard de sa conscience citoyenne. Il est prêt à en payer le prix comme tous les peuples plus avancés ont eu à le faire, face à des machines répressives plus sophistiquées et brutales. Il y va de l’espoir de toute sa jeunesse qui rêve de changements salutaires, face à l’obstruction d’un mur de népotisme et de corruption au sommet de l’Etat. En douze ans, le citoyen qui a eu le plus de promotion de toute l’histoire de la nation n’est invraisemblablement autre que le jeune fils du président. De toute l’histoire du Sénégal, aucun ministre n’a jamais eu à concentrer entre ses mains autant de ministères à la fois que lui. L’on comprend aisément, avec tant de partis pris paternels, que les candidatures de jeunes citoyens émérites tels que Kéba Keinde, Abdourahmane Sarr et Youssou Ndour dérangent au point d’être arbitrairement écartées.Tout cela est contraire à la tradition sénégalaise de gouvernance et le peuple dégouté, veut se débarrasser pour de bon de telles pratiques et de ses protagonistes. 
Attention aux pièges des tactiques hasardeuses ! 
Il ne faut pas se méprendre sur les rapports évolutifs entre le pouvoir et le peuple. En l’occurrence avant le 23 juin c’est Wade qui s’obstinait à mettre en œuvre sa stratégie monarchiste du pouvoir et le peuple guidé par ses leaders lui résistait. Le 23 juin, face à la tentative de réaliser son premier objectif, le peuple a engagé la bataille et obtenu une victoire qui, implicitement, lui exprimait une injonction tacite de ne pas ambitionner un troisième mandat. Depuis ce jour, ce n’est plus nous, le peuple, qui sommes en résistance, c’est Wade qui l’est. C’est à lui que le peuple souverain a dénié la légitimité d’un mandat de plus que sied le terme de résistant, pas au peuple qui détient la légitimité et la légalité. Sémantiquement, la différence est d’importance surtout pour ceux qui développent des tactiques. Il est du côté de la délinquance et de l’immoral, là où tout autre candidat de rupture doit se garder de le rejoindre. 
Que l’on ne nous oppose pas l’autorité du Conseil constitutionnel en la matière, comme un fait accompli qui clôt tout espoir de vaincre les velléités du président sortant à se représenter. Nous nous trouvons malheureusement dans le même cas de figure que la Côte d’ivoire, où l’on a vu un même président de conseil constitutionnel consacrer, au gré des circonstances, deux présidents qui prétendaient chacun être vainqueur des élections.Si, après avoir vu cela, Wade résiste encore, c’est justement parce qu’il trouve sa motivation dans l’intime conviction que les Sénégalais ne braveront pas ses forces répressives longtemps, que la propagande du pacifisme par des religieux et autres laudateurs à sa solde aura raison de leur pugnacité, que l’ambition voilée de quelques leaders de l’opposition finira par créer une fissure dans le bloc coalisé contre ses prétentions. 
Fort de ces convictions, il est indifférent au bilan funèbre qui s’alourdit à mesure qu’il persiste. Il n’est, en cela, point différent du défunt Kadhafi, à qui il était allé prescrire de quitter le pouvoir parce que son peuple ne voulait plus de lui. Aujourd’hui, le Sénégal ne veut plus de lui et surtout pas d’élection où il serait candidat. C’est une question de principe.L’impératif d’une rupture avec le mal gouvernance et la nécessité d’affirmer des valeurs positives exigent de notre nation qu’elle n’autorise personne, a fortiori le premier magistrat du pays, à prévariquer dans ses fonctions et ainsi universaliser un précédent ignominieux. Nous ne devons tolérer qu’une mesquine jurisprudence constitutionnelle échoie dans notre juridiction, pour la sauvegarde d’une paix stable. Restons vigilant et ferme sur notre volonté à ne laisser à Wade quelque possibilité que ça soit de faire prospérer cette forfaiture. Notre pays mérite mieux que ça, il a pour tradition de s’illustrer par des qualités extraordinaires et non médiocres. 
Ibe NIANG ARDO, Président du Mouvement citoyen Jog.ci/Civic Email : ibeniang @gmail.com 
Quand Cheikh Bamba Dièye propose le report du scrutin… 
 
Le Sénégal a bouclé hier, lundi 13 février le 8éme jour de la campagne électorale pour une présidentielle qui semble être la plus disputée de son histoire. Les 14 candidats en lice se démènent comme ils peuvent pour avoir la faveur des électeurs le 26 février prochain. 
 
A ce jour, ils ne semblent pas avoir encore réussi à emballer cependant l’électorat. Ni les propos, ni les promesses n’ont pas l’air d’apâter les populations en mal d’emplois, de sécurité, d’éducation et de quoi se mettre dans le ventre, par conséquent d’apaiser leur anxiété. Parfois, certains parmi ces candidats sont si imprudents au point de faire les mêmes promesses tenues en 2007 par le président encore en exercice. Lesquelles ne sont toujours pas concrétisées. 
 
D’autres sont si impertinents que l’homme de la rue les accuse de raconter des balivernes si ce ne sont des billevesées, des sornettes quoi ! Panne d’inspiration ou un manque de préparation ? Ils doivent certainement applaudir tous, à la proposition de Cheikh Bamba Dièye qui demande l’arrêt de la campagne électorale et invite ses pairs et le pays tout entier à permettre à Gorgui de continuer jusqu’à terme, le 3 avril prochain, son mandat pour céder le fauteuil au président du Sénat qui, à son tour, va assurer l’intérim et organiser dans les 90 jours au plus tard une nouvelle présidentielle à laquelle, lui ne participera pas. 
Si le vœu du député maire de Saint Louis, lui-même candidat se concrétisait, ce serait un fait inédit même si la proposition emporte déjà l’adhésion de tous ceux qui ne sont pas encore convaincus par la campagne actuelle.  
 
Cheikh Bamba Dièye aborde parfois des thèmes fédérateurs et s’intéresse le plus souvent aux préoccupations de beaucoup de Sénégalais. C’est le cas quand il parle de la dilapidation du foncier par le régime en place, de la question de la solidité des institutions et/ou de l’égalité de tous les citoyens devant la loi. Toutes sortes de préoccupations remises récemment au goût de l’actualité par le drame qui a eu lieu à Fanaye dans le département de Podor, la cascade de changements constitutionnels enregistrés ces dix dernières années ainsi que la politique de deux poids deux mesures dans le traitement déséquilibré souvent des justiciables dans une même affaire. 
 
En somme des sujets qui intéressent plusieurs de ses compatriotes. Mais est-ce vraiment le cas avec sa proposition d’arrêter la campagne électorale actuelle d’offrir l’intérim présidentiel à Papa Diop, le président du Sénat et de reculer ainsi le scrutin présidentiel ? 
 
Neuf questions pour l’après Wade 
Abdoulaye Wade avait été élu en 2000 sur la promesse de changer le Sénégal et beaucoup avaient espéré qu’il ne s’agirait pas seulement d’un jeu de chaises musicales, que le changement aurait aussi une valeur spirituelle, qu’il serait une révolution qualitative et ferait émerger un Sénégalais nouveau. Hélas, douze ans plus tard, Wade a certes construit des routes, des ponts et des monuments, mais il n’a aboli aucun de nos travers et a même conforté certains de nos défauts ou de nos illusions. Il n’a pas créé un Sénégalais nouveau, il a avachi les Sénégalais en les installant dans la division, le goût du lucre, l’esbroufe et le désarroi. Il a même porté un rude coup à notre table des valeurs, à nos fondements les plus sacrés, en reniant sa parole et ce principe ancré dans notre culture selon lequel la parole d’un homme libre est comme de l’eau : quand elle est jetée elle ne se ramasse plus !Par sa faute les jeunes sénégalais ne croiront plus peut-être à la parole humaine, écrite ou parlée, et c’est comme si le monde s’effondrait sous leurs pieds… 
 
Le Sopi n’a donc pas été réalisé, mais il s’impose plus que jamais et ceux qui hériteront de cette, alternance ratée auront à poser les bases d’une véritable révolution des mentalités. Sauront-ils, pour nous changer, nous tenir le langage de la vérité et avoir le courage et l’abnégation de préférer l’intérêt national à leur survie politique? Sauront-ils façonner un Sénégalais éloigné de l’idée que beaucoup se font de nous aujourd’hui : des hommes à la parole facile, « la bouche sucrée », arrogants, mais qui manquent de rigueur et de conviction? S’ils ne veulent pas être des politiciens fongibles, interchangeables, il leur faudra d’abord répondre aux questions suivantes. 
 
1. Pourquoi nos politiques, nos « communicateurs », et plus généralement la partie visible et audible de notre société, ont-ils subitement érigé en vertu cardinale, en symbole culturel de l’homo-senegalensis, ce qu’ils appellent le « massala » et qui, souvent, tient plus du compromis, plus ou moins boiteux, voire de la magouille politique, que de la prouesse diplomatique? Le « massala » à la sauce sénégalaise n’est pas fondé sur l’aveu ou la reconnaissance de la vérité mais sur son omission consensuelle, sur une connivence sociale rassurante mais factice. Tous les Sénégalais sont devenus ainsi des médiateurs en puissance et l’on a vu le Premier Ministre et même le Président de la République, revêtus de « ngimbs » virtuels, s’échiner à réconcilier des lutteurs, comme si le sort du pays se jouait dans l’arène, ou le ministre des affaires étrangères user ses talents de diplomate pour arrêter le pugilat verbal opposant deux parlementaires! Toutes ces bonnes volontés semblent oublier que si, comme le dit l’adage, un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès, seuls durent les arrangements fondés sur la reconnaissance de la vérité. Ce n’est pas un hasard si la conférence instituée par Nelson Mandela pour éviter la déségrégation de l’Afrique du Sud et toutes celles qui se sont inspirées de ce modèle, portent en exergue le mot « VERITE » à côté de termes comme dialogue ou réconciliation. Si Benno Siggil Sénégal a fini en fiasco, c’est parce qu’il a préféré les conciliabules longs et vaseux aux explications directes et franches. Nos déboires avec nos voisins, et notamment avec la Gambie et la Mauritanie, viennent de ce constat qu’en cinquante ans d’indépendance, nous n’avons jamais su tisser avec eux un dialogue fondé sur la réciprocité en matière de relations internationales. Le « massala » sénégalais est envahissant parce qu’il est à la fois un comportement individuel, une option politique et une culture d’état. 
 
2. Pourquoi nous, Sénégalais, croyons-nous que notre pays est, seul au monde, béni des dieux, qu’il échappe à tous les désastres et catastrophes, aux violences populaires, au motif que des êtres d’exception, voire des saints, sont nés sur son territoire ? S’il en était ainsi le Hedjaz n’aurait pas connu les attentats de La Mecque, la Palestine, terre sainte des trois religions révélées, n’aurait pas été en guerre depuis soixante ans, et nous-mêmes n’aurions pas subi l’accident le plus meurtrier de l’histoire maritime. Aucun pays n’est en vérité immunisé contre la violence et ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire pendant des années, ce qui s’est passé récemment au Mali, pourraient bien survenir au Sénégal parce qu’en matière de paix et de sécurité rien n’est jamais acquis de façon définitive, que la paix se cultive, qu’elle ne peut être garantie sans la tolérance et la justice. La morne France de mars 1968 n’avait pas vu venir les troubles de mai, la paisible et paradisiaque Tunisie n’a pas échappé à la Révolution de Jasmin et en 1989 on a vu de quelles violences était capable le Sénégalais ordinaire. 
 
3. Pourquoi nous obstinons-nous à afficher cette autre prétention selon laquelle nous serions, en Afrique, la référence absolue en démocratie et qu’en matière d’expression par le suffrage universel nous aurions pratiquement un siècle d’avance sur nos voisins? Nous convoquons l’histoire, notre prétendue participation aux Etats Généraux de 1789, l’élection d’un « député du Sénégal » au parlement français dès 1848, sans préciser que les cahiers de doléances des « Habitants de Saint-Louis » étaient l’œuvre d’un marchand négrier et que pendant cinquante ans les députés du Sénégal étaient des « députés absents » au service des maisons de commerce bordelaises. De toutes façons, même si elle a été plus ancienne qu’ailleurs, l’histoire électorale du Sénégal n’a jamais échappé ni aux fraudes ou aux manipulations, ni aux violences physiques, voire aux guets-apens. A quoi d’ailleurs nous a servi cette avance puisqu’en cinquante ans d’indépendance une seule de nos élections a été reconnue transparente par toutes les parties en cause, que nous avons été parmi les derniers à accepter l’usage d’isoloirs dans les bureaux de vote et, que pour l’élection présidentielle de 2012,Wade et son parti ont récusé le bulletin unique que la RDC, qui compte 60 millions d’habitants et ne vote que depuis dix ans à peine, a accepté sans difficultés ?  
 
4. Pourquoi, cinquante ans après notre indépendance, gardons –nous encore une conception coloniale des rapports entre le pouvoir et le citoyen ? Pour nous le Président de la République, même élu au suffrage universel, reste « Buur », le roi, et, à ce titre, il peut disposer à loisir des ressources du pays, donc de nos impôts, et jamais un chef d’état sénégalais n’a autant que Wade usé et abusé de ces prérogatives. Pire, son fils, ses ministres, les chefs de service, qui tous, à notre connaissance ne disposent pas de fonds secrets, se livrent à la même gabegie, avec le même manque de discernement. Les dégâts faits par l’argent de Wade dans nos consciences seront-ils jamais réparables ? Le paradoxe c’est que la plupart des Sénégalais ne sont même pas choqués qu’il comble d’argent public un fonctionnaire international qui gagne plusieurs millions par mois, qu’il enrichisse les agents privilégiés de l’état, qu’il remplisse les poches de visiteurs plus obséquieux que nécessiteux. Ce qu’ils regrettent c’est que leur tour tarde à venir. Beaucoup louent même sa générosité, alors que donner ce qui ne vous appartient pas s’apparente plutôt à un vol ; quand les bénéficiaires sont exclusivement de votre clan c’est de la concussion ; quand on prend aux plus pauvres pour donner aux nantis et aux oisifs, c’est tout simplement un crime ! 
 
5. Pourquoi avons-nous autant de mépris pour le silence et le recueillement et accompagnons-nous toutes nos activités de bruits et de clameurs, les plus gaies comme les tristes, les profanes comme les religieuses ? Quel droit peuvent opposer le voisin, le malade, le vieillard, le nourrisson, soucieux de quiétude, aux décibels qui se déversent de tous les lieux pour célébrer les mariages, les baptêmes, les décès, les invocations religieuses, avec souvent le même ton et la même outrance ? Quel besoin a-t-on d’appeler les fidèles, par haut parleur, à 4h30 du matin, quand la prière n’a lieu qu’à 5h40, d’user du même instrument pour psalmodier des cantiques, surérogatoires, devant dix personnes quand celles qui sont hors de la mosquée ne peuvent ni vous suivre ni en profiter ? Dieu n’écoute –t-il donc pas les cœurs et n’entend-il que les cris ? 
 
6. Pourquoi sommes nous le seul pays sur la planète à fêter à la fois et à considérer comme jours fériés toutes les dates remarquables des calendriers musulman et chrétien, ce qui, ajouté aux fêtes républicaines et autres innovations conjoncturelles, fait de notre pays l’un de ceux où l’on travaille le moins au monde ?N‘est-il pas paradoxal que les Sénégalais chôment le jour de l’Ascension, qui n’est férié ni en Italie ni en Espagne, pays catholiques s’il en est, ou l’Assomption qui est un jour de travail dans tous les pays scandinaves. ? Tout comme la justice, la vérité aussi s’impose à tous et c’est faire mauvais usage du « massala »que de se soustraire à ce nécessaire équilibre qui permettrait de donner à chacun la part qui lui revient, toute la part, rien que la part. 
 
7. Pourquoi la religion est de plus en plus ce qui divise les Sénégalais et non ce qui les unit, même quand ils professent la même foi ? Les musulmans sénégalais ont de plus en plus tendance à mettre les confréries au-dessus des écoles juridiques, les initiatives de leurs guides au-dessus des enseignements du Prophète et de la parole de Dieu. Celui qui conteste cette vision des choses est désormais menacé de mort et en l’espace de quelques mois on a assisté au saccage de plusieurs mosquées par d’autres musulmans , des journalistes, enseignants, chroniqueurs ou hommes politiques n’ont échappé au vandalisme et au lynchage que grâce à la vigilance de certains chefs religieux avisés .Après la menace qui pèse sur la laïcité, ces querelles de clocher seraient-elles l’amorce d’une véritable guerre religieuse ?Ce serait un désastre car les guerres intestines ont toujours été fatales.  
 
8. Le Sénégal, si pauvre en ressources naturelles, peut-il aspirer à devenir un pays émergent, riche et prospère, si nous continuons à cultiver ces deux tares du sous-développement : le gaspillage et l’indiscipline ? Le gaspillage est peut-être plus ruineux que la corruption parce qu’il ne profite à personne et nous en donnons l’illustration en faisant ripaille pendant quelques jours tandis que la disette règne le reste de l’année, en distribuant dans les « xewaare »des sommes qui auraient permis à d’autres de vivre dans la dignité. Les Nations-Unies estiment aujourd’hui que 800 000 sénégalais sont menacés de famine dans cinq régions, et pourtant il y a quelques semaines on jetait à la poubelle des reliefs de plantureux festins. Quant à l’indiscipline, le jour où nous nous aurons appris à faire la queue devant les guichets, à céder la voie à ceux qui ont priorité sur nous, à libérer les trottoirs au seul profit des piétons, nous aurons fait un grand pas vers le développement. N’oublions pas enfin que c’est notre indiscipline qui a été à l’origine de ce qui est désormais considéré comme la plus grande catastrophe maritime en temps de paix : le naufrage du Joola ! 
 
9.Comment être une nation unie, forte et solidaire, et certains diront que c’est une obsession chez moi, si nous ne fondons pas la gestion des affaires publiques sur le respect des différences et sur la reconnaissance des mêmes droits à tous les citoyens ?Le Président de la République, symbole de l’unité nationale ,a été le premier à violer ce principe et à faire une distinction entre ses concitoyens en affirmant qu’il mettait une communauté au-dessus des autres, au motif qu’il lui devrait son élection. C’est à la fois une injustice et une faute : imagine-t-on Mandela, lors de sa première élection à la tête de l’Afrique du Sud, proclamer que la communauté blanche comptait peu à ses yeux parce qu’elle n’avait pas voté pour lui ! Mais le parti pris de Wade n’est que le reflet d’une politique d’état : nous avons encore beaucoup à faire pour garantir à tous les citoyens les mêmes droits à l’information, le même accès aux médias publics, le respect de leurs cultures, la reconnaissance de leurs particularismes. De toute évidence, pour certains, le temps où un chrétien pouvait être élu à la tête du Sénégal est révolu… 
 
Ces questions ne sont probablement pas celles auxquelles les programmes de campagne des candidats à l’élection présidentielle tenteront de donner une réponse, peut-être parce qu’elles se prêtent peu à la comptabilité et à la mise en scène .Nous pouvons certes continuer à vivre en les ignorant, mais c’est une illusion de croire qu’on « peut arriver au but sans faire le chemin ».La route vers le développement et la paix sociale passe par ces serpents de mer : si nous ne répondons pas aujourd’hui à ces questions, nous pourrions demain mettre en péril notre cadre de vie, voire notre identité et, à terme, notre propre existence… 
 
 
Fadel Dia 
Appel à tous les patriotes africains contre le coup d’Etat constitutionnel de Wade ! 
Le Conseil constitutionnel sénégalais vient, le 27 janvier 2012 de considérer la candidature de Wade à l’élection présidentielle du Sénégal comme valide. Cette validation a été confirmée dans la nuit du 29 au 30 janvier par le rejet de tous les recours contre cette candidature illégale, illégitime, immorale. Il s’agit-là d’une décision inique et indigne d’une institution dont le rôle est de protéger la démocratie et les libertés publiques. Tous les Africains qui ont combattu les coups de force référendaire et constitutionnel de Tanja et de Gbagbo se retrouvent dans le combat auquel le peuple sénégalais doit faire face cette fois-ci. 
Il faut rappeler que le Président Wade, 86 ans officiellement, après deux mandats, soit 12 ans à la tête de l’Etat souhaite briguer un troisième mandat de 7 ans (devant expirer quand il aura 93 ans !) alors que la Constitution de 2001 qu’il a lui-même fait voter (modifiée plus de 17 fois en 11 ans) limite les mandats à deux. Au-delà de la forfaiture juridique, c’est une dérive politique de plus, un naufrage moral pour un homme qui pourtant, un temps, a été le porte-voix des espoirs de la jeunesse sénégalaise. Le débat s’est déplacé sur le terrain politique bien avant cette décision que l’histoire rangera sans doute dans les poubelles bien remplies du droit constitutionnel africain. Cette situation, sans être une surprise, nous frappe en pleine figure et nous éjecte à jamais de notre fantasmagorique «exception» sénégalaise dans un océan de malheurs africains. Longtemps, trop longtemps, ce pays a cru être le seul peuple béni, voire «élu» du fait de la présence de «Saints», oubliant que «Dieu n’aime pas plus le Sénégal que le Rwanda ou l’Irak» (Emmanuel Ndiaye). Donc le pire peut arriver (le décompte a déjà commencé) même si aucune personne censée ne le souhaite. Certains, sous prétexte de vouloir la «paix» veulent engager le Sénégal dans la voie de la résignation contre cette forfaiture. D’autres, espérant tirer profit de cette situation de précampagne, veulent que nous passions par pertes et profits ce viol constitutionnel et éthique. Et nombreux parmi ceux qui émettent l’idée de paix sont disqualifiés par leur silence, leur attitude morale vis-à-vis de ce régime moribond - révélateur de tares de la société sénégalaise -. Qui cherche la guerre entre ceux qui manifestent pacifiquement contre une décision inique ou ceux qui ont tordu les règles pour leur dessein personnel et familial et qui mettent les policiers contre leur peuple qui a envie d’être débout ? Un minimum de justice est une condition sine qua non pour une véritable paix. La paix ce n’est pas le calme plat ni l’absence de tensions. La véritable paix a un prix, elle est une dynamique et elle se prépare avec une colonne vertébrale de principes.  
 
Par cette crise qui est la marque des régimes finissant, Wade offre aux Sénégalais une opportunité historique de refonder une société démocratique nouvelle et durable. Pour ce faire, le peuple sénégalais tout entier doit se lever comme un seul être et faire front à ce hold-up constitutionnel, qui prépare un coup d’Etat électoral, prélude à la dévolution monarchique du pouvoir au rejeton Wade. Le Sénégal sera-t-il en mesure de relever ce défi qui ne peut que le grandir ? Les propos de l’avocat sénégalais Mbaye Dieng, il y a près de 20 ans, soulignant que «chaque peuple supportera son sort aussi longtemps qu’il ne pourra y mettre fin», sont d’une terrible actualité. J’ose espérer que le Sénégal, en particulier sa jeunesse, saura être à la hauteur des enjeux car «il est (…) des circonstances où le respect de soi exige de prendre le risque de ne pas survivre (…) pour être digne de vivre» (J. Attali). Dans ce combat dont l’issue incertaine peut être grave pour notre sous-région, le Sénégal a besoin de tous les Africains, du contient comme de la diaspora afin de pouvoir terrasser l’hideux monstre anti-démocratique qu’est devenu Abdoulaye Wade. C’est cette Afrique nouvelle que tous les patriotes s’engagent à construire ensemble.  
• Momar MBENGUE - Bamako 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 14.02.2012
- Déjà 5217 visites sur ce site!