ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Le Sénégal dessine la carte de ses priorités

les Assises nationales :la ‘’Charte de gouvernance’’ 
APS : Vendredi 22 Mai 2009 
Les ’’ Assises nationales ’’ pour une traduction de la Constitution en langues nationales  
Dakar, 22 mai (APS) - La ‘’Charte de gouvernance’’ rendue publique vendredi par les Assises nationales liste une série de propositions destinées à un meilleur fonctionnement des institutions, dont la traduction de la Constitution en langues nationales. 
’’Pour sa nécessaire stabilité’’, le texte fondamental doit en même temps contenir des dispositions indiquant ‘’clairement les domaines qui ne peuvent pas faire l’objet de révision’’, à côté des ‘’domaines de révision soumis obligatoirement au référendum’’. 
’’Les différents pouvoirs doivent être bien équilibrés, et jouer leur rôle avec l’autonomie suffisante pour exercer leurs missions’’, stipule le document lu et signé par l’ensemble des parties prenantes des Assises nationales au cours d’une rencontre avec la presse. 
De même, le document arrête que ‘’le président de la République sera dorénavant passible de poursuites judiciaires pour des crimes et délits caractérisés commis durant l’exercice de ses fonctions’’. 
Le président de la République ne peut aussi être ’’ni chef de parti politique ni membre d’une association quelconque durant l’exercice de ses fonctions’’. 
S’y ajoute qu’à la fin de son mandat, aucun membre de sa famille (ascendant, descendant, collatéraux, au premier degré, conjoint) ‘’ne pourra pas lui succéder immédiatement’’. 
Le document stipule, dans le même sens, que ‘’le cumul des mandats et le nombre de mandats successifs sont strictement limités pour toutes les fonctions électives’’. 
La ‘’Charte de gouvernance’’ qui ne constitue qu’une partie des propositions et publications à venir des Assises nationales, propose une ‘’vision’’ pour le Sénégal, des ‘’valeurs’’ et un ‘’modèle de gouvernance’’. 
Lue et signée par l’ensemble des parties prenantes, cette ‘’Charte de gouvernance démocratique’’ énumère un ensemble de propositions destinées à améliorer le fonctionnement des institutions et de la gouvernance politique, économique et sociale. 
A travers ce document, les acteurs des Assises nationales se sont engagés dans l’action citoyenne de tous les jours et ‘’dans l’exercice de tout mandat et de toute responsabilité, à mettre en œuvre et à veiller au respect’’ de ses dispositions. 
Commentant ces différentes propositions, le président du bureau des Assises nationales, Amadou Makhtar Mbow a dit qu’elles constituent ‘’un cadre’’ qui permettra de refonder l’Etat sénégalais et son système économique et social, tout en impulsant le développement du pays. 
‘’Un comité de suivi sera mis en place pour permettre à chacune des parties prenantes, aux citoyens et citoyennes de manière générale, de suivre et d’apprécier le respect de la Charte par les personnes, organisations ou institutions qui se sont engagées dans ce sens’’, selon le document. 
‘’Chaque partie prenante, à quel que niveau de responsabilité où elle se trouve impliquée, devra faire montre d’attitudes et de comportements compatibles avec les principes, valeurs, règles et mesures contenus dans la présente charte’’, ajoute la même source. 
Auteur: BK/AD  
 
APS : Vendredi 22 Mai 2009 
Le gouvernement invité à faire baisser le prix de l’huile  
 
Dakar, 22 mai (APS) – Le Réseau des jeunes parlementaires du Sénégal a dénoncé vendredi à Dakar la hausse sur le prix de l’huile et demandé au gouvernement de tout faire pour le diminuer. 
‘’Nous dénonçons la hausse déclarée du prix de l’huile et demandons au gouvernement de tout faire pour le diminuer’’, a notamment indiqué Tafsir Thioye, coordonnateur du Réseau au cours d’un point de presse. 
‘’Nous demandons au nouveau gouvernement de prendre à bras le corps la question de l’emploi des jeunes qui demeure toujours au cœur des préoccupations des populations dans ce contexte de crise, malgré les efforts consentis sur la question depuis 2000’’, a-t-il encore dit. 
‘’Nous demandons (aux ministres) en attendant la déclaration de politique générale du Premier ministre, de travailler à faire baisser les prix des denrées de première nécessité’’, a-t-il souligné. 
LE QUOTIDIEN : 
SITUATION NATIONALE - A propos de la récente modification de la Constitution. 
22-05-2009  
L’Afp dénonce la loi créant le poste de vice-président  
Par Elise KERGAL 
Le Bureau politique de l’Alliance des forces du progrès (Afp), opposition, s’est réuni mardi 19 mai, sous la présidence l’ambassadeur Falilou Kane, Secrétaire national chargé des relations extérieures, en l’absence de Moustapha Niasse, Secrétaire général. Cette réunion avait deux objectifs : des discussions sur la situation nationale et sur la vie du parti. Le bureau de l’Afp a examiné la situation créée par Me Wade en demandant à ses élus, contre la volonté de l’écrasante majorité des Sénégalais, de voter la loi scélérate créant un poste de vice-président. Ce vote a donné l’occasion à tous les membres du bureau de se prononcer sur cette incongruité et à la dénoncer avec vigueur.  
Le Bp a salué avec force le courage et la clairvoyance de tous les députés, qui ont manifesté leur opposition par leur vote et leurs propos, tous les hommes politiques et tous les citoyens qui se sont spontanément inscrits dans le front du rejet.  
Le bureau de l’Afp s’est également réjoui du choix du principal sujet à l’ordre du jour, lors de la tenue de la 44e session des Assemblées du groupe de la Banque africaine de développement (Bad) à Dakar (14 et 15 mai 2009). Le thème majeur traitait les répercussions de la crise économique et financière sur les économies des pays africains. Après la tenue en avril du sommet du G20 à Londres, où d’importantes décisions avaient été prises pour juguler les effets de la crise dans le monde, la réunion de la Bad à Dakar a donné l’occasion à cette institution d’en examiner les effets dans les pays africains, tout en explorant les différentes pistes qui nous permettraient d’en amortir les conséquences sur nos exportations et la croissance de nos économies.  
Stagiaire 
COMITE DE PILOTAGE - Après la signature d’une charte, aujourd’hui. 
22-05-2009  
La restitution publique des Assises nationales prévue dimanche prochain Une signature de la charte par les organisations parties prenantes aux Assises nationales aura lieu aujourd’hui au siège des Assises au Point E. Cette cérémonie à laquelle est conviée la presse entre dans le cadre des con-clusions des Assises nationales. 
Quant à la restitution publique des conclusions de ces Assises, elle se déroulera dimanche prochain dans la matinée au Méridien-Président.  
PERSPECTIVE - Engagement mol pour une transparence juste : Bennoo et la tentation du vice de fond. 
22-05-2009  
On ne peut présager de rien, mais à travers l’absence d’engouement manifestée par la Coalition Bennoo Siggil Senegaal pour un principe pratique de transparence, on perçoit aisément les signes d’une reproduction des tares de la gouvernance libérale. Par rapport aux résultats des Locales du 22 mars, ce serait un dangereux vice de fond dont les Sénégalais ne veulent pas. Le principe de la déclaration de patrimoine n’attire pas trop les nouveaux maîtres des Collectivités locales issus des élections régionales, municipales et rurales du 22 mars dernier. Entre ceux qui s’astreignent courageusement à cet exercice de transparence, ceux qui demandent un temps de réflexion, ceux qui y voient une fumisterie, et ceux qui s’y refusent de manière catégorique, se joue déjà un enjeu sociétal. Aujourd’hui, il est en effet question de rupture dans l’identification et l’application de principes fondateurs de bonne gouvernance au Sénégal. Les scandales infinis qui ont jalonné les neuf dernières années ont paradoxalement cet avantage insoupçonné d’avoir rendu incontournables une approche et un exercice différents des responsabilités publiques en matière de gestion. 
Car, et il ne faut jamais l’oublier, les listes de la Coalition Bennoo Siggil Senegaal ont été plébiscitées sur les décombres de la gabegie financière et foncière érigée en gouvernance locale par des élus libéraux en permanence placés sous la protection du pouvoir central. C’est parce qu’ils ont, ensemble, articulé un discours de rupture pour un renouveau global que Ps, Afp, Mrds, Ld, Pit, Mag/Nd et autres alliés ont réussi à déboulonner la Coalition Sopi des positions fortes qu’elle détenait depuis sept ans. Ils commettraient donc une grossière erreur d’appréciation en pensant pouvoir impunément reproduire les errements catastrophiques qui ont ulcéré et conduit les populations à la révolte politique et citoyenne. En réalité, si les élections du 22 mars ne sont pas le commencement de l’Histoire, elles constituent néanmoins un repère pertinent pour scruter l’avenir politique du Sénégal. C’est une entame d’histoire. A l’unisson et au-delà des discours simplistes et communs sur la transparence, les leaders de Bennoo Siggil Senegaal avaient le devoir moral de favoriser la pratique d’une démarche novatrice en matière de gestion locale en prouvant leur différence fondamentale avec les libéraux sur ce créneau là. Mais, ils ne semblent pas en mesure, pour l’instant, de rassurer leurs mandants, tout heureux déjà de revenir aux affaires après avoir été sevrés de pouvoir depuis 2000. 
Les circonvolutions usagées des nouveaux édiles Bennoo n’aident pas à baliser le chemin d’une rupture tant attendue (voir article ci-contre). Depuis une dizaine d’années, ils ont si sévèrement critiqué, fustigé et vilipendé Wade et les siens qu’ils auraient dû être les premiers à comprendre que leur légitimité acquise a pour contrepartie une nécessité de rupture dans les méthodes de gestion et d’administration des Collectivités locales. Paradoxalement, c’est au moment où il faut faire mieux et plus que Wade que certains d’entre eux allèguent soit des tares du régime soit de l’absence d’une loi régissant la déclaration de patrimoine pour faire comme si de rien n’était ! De fait, on se retrouve aujourd’hui, à notre corps défendant, face à des leaders politiques exclusivement élus sur un projet de rupture dont ils refusent d’appliquer un pilier essentiel : la traçabilité de leur patrimoine personnel. N’est-ce pas grave et décourageant ?  
C’est vrai, on peut reprocher à Me Wade d’avoir été un facteur puissant de blocage dans l’assainissement des mœurs qui entourent la gestion des affaires locales alors qu’il aurait pu être ce moteur de la transparence attendu par tous les Sénégalais après le 19 mars 2000. C’est vrai, il a déçu une bonne frange du peuple quand, après avoir fait état de ses biens, il n’en a plus jamais reparlé, effrayé par les contraintes politiques, juridiques et morales que lui aurait imposé une déclaration légale de patrimoine certifiée conforme. Mais, le mérite lui revient d’avoir inscrit dans la Constitution de janvier 2001 le principe de cette déclaration de patrimoine. Ce qui a manqué ? L’audace et le courage de faire voter une loi, plus utile au pays que cette mystérieuse vice-présidence aux contours déjà césaristes.  
Au milieu de ce négativisme ambiant qui précarise le principe de transparence au sein de la classe politique, la déclaration de patrimoine qu’effectue aujourd’hui Khalifa Ababacar Sall devant un jury d’honneur que l’on peut supposer crédible, quoique symbolique en l’absence de l’Etat et de la loi, constitue malgré tout une grande première au Sénégal. Plus que l’acte en lui-même, plus que la solennité qui entoure l’exercice réalisé en collaboration avec le Forum civil, et plus même que le crédit politique que l’intéressé peut raisonnablement en attendre pour le futur, c’est le volontarisme dont fait preuve le maire de Dakar qu’il faut saluer à sa valeur juste. Pourquoi Khalifa Sall est-il aujourd’hui l’unique élu de Bennoo Siggil Senegaal (et de la classe politique) qui ose affronter des investigations publiques indépendantes sur ses biens, aujourd’hui et, surtout, demain quand il aura quitté ses fonctions de premier magistrat de la capitale ? La démarche peut être gênante et désagréable pour ses camarades de parti, pour ses adversaires d’ailleurs, tous élus dans les mêmes conditions d’exigence de changement que lui. Mais, n’est-ce pas simplement le signe d’une ambition saine, qualité qui éclaire un tant soit peu les ruelles trop souvent lugubres du landernau politique sénégalais ! 
Aujourd’hui, les Sénégalais sont en droit de demander aux leaders et responsables de Bennoo Siggil Senegaal des gages d’honnêteté et de transparence dans l’administration des Collectivités locales. S’ils ne changent pas les règles corrompues du jeu, s’ils se complaisent dans la reconduction d’un système qu’ils ont officiellement combattu, et si, in fine, ils sont incapables de dépasser Me Wade et son régime sur le terrain de la transparence et de la vision, quelle alternative crédible seraient-ils alors en mesure de proposer ici et maintenant ? N’y a-t-il pas déjà un vice de fond en ce qui concerne l’engagement à faire mieux que les libéraux ? Un élément apparaît clair : si sa déclaration de patrimoine est avalisée par le jury d’honneur, Khalifa Ababacar Sall, politique sobre et avisé, aura toute latitude de se présenter comme un leader moral naturel en perspective tant au Parti socialiste que dans l’opposition. Un investissement vertueux pour demain.  
En cela, il pourrait bien être combattu. 
Déclaration de patrimoine devant un jury d'honneur : Khalifa Sall viole la loi du silence. 
22-05-2009  
Il l’avait promis lors de la campagne électorale pour les élections locales du 22 mars. C’est aujourd’hui que le maire de Dakar procède à une déclaration publique de ses biens. Cette opération qui entre dans le cadre d’une option affirmée pour un nouveau type de gouvernance locale dans tous les domaines, est réalisée en intelligence avec le Forum civil qui la considère comme un acte majeur de refondation de la gouvernance politique au Sénégal.  
C’est ce matin à l’Hôtel de ville que le maire élu de la capitale livre à l’opinion publique nationale et internationale le contenu de sa déclaration officielle de patrimoine. Devant un «jury d’honneur» dont les membres ont été triés sur le volet, cette opération, inédite au Sénégal, est coordonnée par le Forum civil, branche sénégalaise de l’organisation Transparency international. Selon nos informations, c’est le nouveau premier magistrat de Dakar qui a, de lui-même, engagé la démarche dans le cadre du système dit du Mécanisme volontaire. En l’absence d’une loi qui organiserait le principe constitutionnel de la déclaration de biens des personnes dépositaires de charges publiques, ce mécanisme laisse l’initiative de la démarche à tout élu intéressé par l’exercice. 
Devant Amadou Matar Mbow et Cheikh Hamidou Kane, président et vice-président des Assises nationales, l’islamologue Abdoul Aziz Kébé, l’abbé Jacques Seck et d’autres personnalités de la société civile, Khalifa Sall remplira un formulaire dans lequel il signalera la totalité de ses avoirs : meubles et immeubles, comptes bancaires, actions ou équivalents dans des sociétés commerciales, financières… Sur pla-ce, un notaire recueillera toutes ces informations. Ensuite, avec les moyens que le jury se sera donnés, des investigations poussées seront menées en collaboration avec le Forum civil afin de vérifier l’exactitude de toutes les données. Ce n’est que plus tard que le «jury d’honneur» décidera de l’opportunité de donner acte ou non au candidat Sall. Le responsable socialiste avait été le seul candidat de Bennoo Siggil Senegaal à s’être engagé à divulguer son patrimoine. Mais le travail de fond consistera en la surveillance de l’évolution du patrimoine, facilité par une traçabilité systématique des biens. 
Dans le même registre, mais sur un style plus cavalier, le maire de Point E avait précédé tout le monde en exposant dans la presse les éléments de son patrimoine. C’était le 21 avril passé. Mais le Dr Pape Malick Diop, responsable de l’Alliance des forces de progrès (Afp), n’avait pas jugé utile d’impliquer des organisations de la société civile. Conséquence : beaucoup d’observateurs l’avaient accusé d’être juge et partie en même temps. Par exemple, aucun détail n’est accessible sur les 5 comptes bancaires qu’il dit posséder au Sénégal (4) et au Maroc. 
La loi de l’omerta  
Le Quotidien a pris le soin d’interroger d’autres responsables politiques, notamment du Parti socialiste. Chez Aminata Mbengue Ndiaye, redevenue maire de Louga, le refus de la déclaration de patrimoine est net. «Qu’est-ce que la transparence a à voir avec une déclaration de biens ? Moi, ça ne me dérange pas, mais le faire ne me dit absolument rien. Si c’était une obligation, je m’y serais pliée, car je n’ai rien à cacher.»  
Pour sa part, Abdoulaye Wilane qui dit appartenir à la «génération de la transparence et de la bonne gouvernance», dénonce le populisme du principe. «Je m’accorde la présomption de bonne foi et de probité morale. Les gens peuvent être corrompus sans qu’on ne le sache jamais.» Le chargé de communication du Parti socialiste qui dit se suffire de son salaire de 700 000 francs Cfa comme maire de Kaffrine, annonce d’ores et déjà la couleur : «je ne ferai aucun gré à gré dans la passation des marchés», dit-il. Une résolution qu’il soumet cependant à deux conditions : «Sauf en cas d’urgence, et que la loi me le permette.» 
Mamadou Mbaye, le maire de Grand-Yoff, avoue humblement ne pas savoir comment les choses doivent se passer. «Enseignant de métier» ne disposant que d’une maison dans sa circonscription électorale et d’un terrain à Sébikotane, l’édile socialiste dit se «satisfaire de (mon) salaire et est quitte avec (ma) conscience» tout en restant «ouvert au principe (de la déclaration de patrimoine)». 
De son côté, le maire du Plateau (dont l’élection est sujette à contestation devant la Cour d’appel), estime que «ce n’est pas dans le voyeurisme que l’on peut régler la question de la transparence». Joint par téléphone en début de semaine, Alioune Ndoye dit sa préférence pour une démarche commune qui engagerait toute la Coalition Bennoo Siggil Senegaal. Par rapport à l’expérimentation d’un «jury d’honneur» auquel Khalifa Sall se soumet aujourd’hui, le responsable socialiste dit en attendre la conclusion. «Je serai partant en fonction des formes retenues», dit-il. Pour lui, la réflexion s’impose d’autant plus que le Président Abdoulaye Wade, après son arrivée au pouvoir, avait procédé à une tapageuse déclaration de biens. Mais, se demande-t-il, «depuis, qui sait ce qu’il a et ce qu’il n’a pas aujourd’hui ?» 
SUD QUOTIDIEN : 
SIGNATURE DE LA CHARTE DES ASSISES NATIONALES Sous le signe d’une rupture en faveur de la bonne gouvernance  
par Youssouph BADJI | SUD QUOTIDIEN , samedi 23 mai 2009  
Les parties prenantes de la charte des assises nationales ont procédé hier, vendredi 22 mai à leur siège au Point E, à la signature de la charte des Assises. Un document dans lequel il a été proposé des mécanismes « utiles »pour la sauvegarde de la bonne gouvernance 
Les parties prenantes aux Assises nationales, les partis politiques, la société civile, citoyennes, citoyens, ont procédé hier, vendredi 22 mai, à la signature, à l’unanimité, de la charte des Assises nationales. Un document de plus d’une dizaine de pages résumant les actes importants visant à faire établir une gouvernance démocratique au Sénégal. 
En ce qui concerne les institutions, les parties prenantes ont réaffirmé leur engagement de préserver les acquis de la démocratie Sénégalaise. Par conséquent, la constitution doit être connue du peuple et pour garantir sa stabilité, la loi fondamentale doit indiquer clairement les domaines qui ne peuvent pas faire l’objet d’une révision. 
Elle doit avouer les domaines de révision, définir le domaine de compétence des institutions avec une séparation et un équilibre entre les différents pouvoirs : exécutif, législatif et judiciaire. 
Les parties signataires de la charte sont de l’avis que le pouvoir exécutif, dans son ensemble, doit se priver de toute interférence dans le fonctionnement normal de la justice. Par ailleurs, le Président de la République sera dorénavant passible de poursuites judiciaires pour des crimes et délits caractérisés, commis dans l’exercice de ses fonctions. Il ne peut être ni chef de parti de parti politique, ni membre d’une quelconque association durant son mandat. 
Sur le mode de dévolution du pouvoir, la charte de préciser clairement qu’à la fin de son mandat, le Président de la République (ascendant, descendant, collatéraux, au premier degré le conjoint) ne pourra pas lui succéder immédiatement. 
Dans ces opérations, les signataires ont reconnu l’importance des questions relevant des préoccupations de la nation Sénégalaise comme la bonne gouvernance, le droit au peuple, au pouvoir des Sénégalais d’user de la pétition pour provoquer un référendum sur des questions d’intérêt national. 
Sur la même voie et en ce qui concerne le système électoral, les animateurs des Assises d’admettre comme « crucial », l’organisation sur des bases claires solides, d’élections libres, transparentes. A cet effet, ils ont jugé nécessaire la mise sur pieds d’un organe « sans pression aucune », disposant des prérogatives et moyens voulus pour conduire le processus électoral comme il se doit. 
Pour cela, le Ministère de l’intérieur sera redéfini dans le système électoral et dans la gestion au quotidien des partis politiques. L’essentiel de ce volet sera accentué sur la fiabilité de l’Etat civil, notamment par sa numérisation, la fiabilité et la transparence du fichier électoral, la généralisation de la candidature indépendante à tout type d’élection et enfin un mode de scrutin équitable. 
Sur les partis politiques, les acteurs des Assises nationales ont reconnu l’importance de la rationalisation des critères de leurs créations, sur la base d’une double exigence de viabilité et de seuil de représentativité. Il a été question dans la charte de la bonne gouvernance économique et environnementale, des valeurs, de la gouvernance sociale, de la diaspora sénégalaise, de la politique extérieure et de l’intégration africaine etc. 
(stagiaire) 
RESTITUTION DES TRAVAUX DES ASSISES NATIONALES DIMANCHE AU MÉRIDIEN Le Sénégal dessine la carte de ses priorités  
par Bacary Domingo MANE | SUD QUOTIDIEN , vendredi 22 mai 2009 
Le bout du tunnel ou la fin pour les Assises nationales, après douze mois de travaux instance. La restitution publique des travaux se déroulera dans la matinée ce dimanche 24 mai au Méridien Président. Une rencontre qui enregistrera la présence de hautes autorités politiques, civiles, religieuses et militaires ainsi que des membres du corps diplomatique, des représentants des organisations internationales et de la presse nationale et étrangère. 
La cérémonie de restitution publique des travaux des Assises Nationales aura lieu le dimanche 24 mai 2009, de 09 heures à 12 heures au « Méridien Président », renseigne un communiqué de presse. 
Cette cérémonie de restitution du 24 mai sera précédée de celle de la signature officielle de la Charte, dite « Charte de gouvernance démocratique », par les parties prenantes, le vendredi 22 mai, à 16 heures, au siège des Assises, Point E, Immeuble Jean Lefèbvre. 
En effet la cérémonie de restitution se déroulera en présence notamment de hautes autorités politiques, civiles, religieuses et militaires ainsi que des membres du corps diplomatique, des représentants des organisations internationales et de la presse nationale et étrangère. La mise en place doit être terminée à 08 heures 45. 
Au cours de cette cérémonie, présidée par M. Amadou Mahtar Mbow, président des Assises Nationales, il sera procédé à la présentation du rapport des travaux des Assises, qui ont duré une année, de la Charte engageant toutes les parties prenantes à « la respecter, la mettre en oeuvre et à la faire respecter » et du du bilan financier des travaux, souligne la même source. 
Ces documents font état des résultas de l’ensemble des travaux issus des « consultations citoyennes » au niveau de tous les départements administratifs à la base et des sénégalais de l’extérieur ainsi que des commissions thématiques nationales et de contributions de multiples techniciens extérieurs de divers horizons. 
Les Assises prendront ainsi fin, après douze mois de travaux intenses sur l’ensemble du territoire national et au niveau de la diaspora sénégalaise, en Europe et en Amérique notamment, suite à une ouverture officielle le 1er Juin 2009. 
Les consultations citoyennes départementales des Assises Nationales ont pris fin le week-end du 22/23 Novembre 2009 sur l’ensemble du territoire sénégalais. 
Rappelons que c’est le week-end du 15/16 novembre que les départements de Fatick, Thiès, Mbacké, Tambacounda et Podor, ont tenu leurs consultations citoyennes suivies de la ise en place des comités locaux de pilotage des trois dernières localités citées. 
Les départements de Kédougou, Tivaouane, Oussouye et Bignona ont clôturé le week-end suivant, c’est-à-dire celui du 22/23 novembre, Signalons que l’ensemble des mises en place des comités de pilotage locaux et des consultations citoyennes au niveau de la base, sur le territoire national, ont démarré durant le week-end du 17/18 août 2008 dans les départements de Rufisque et Mbour. 
Les résultats des travaux des consultations citoyennes de tous les départements et de celles de la diaspora ont été transmis à la Commission scientifique qui a élaboré le document de synthèse. 
Il faut rappeler que les restitutions des consultations citoyennes ont démarré le 6 janvier 2009. 
DROITS D’AUTEUR Les artistes menacent  
par Aïssatou Diop NDIAYE | SUD QUOTIDIEN , samedi 23 mai 2009 | 
Mme Diabé Siby, directrice du Bureau sénégalais des droits d’auteur (Bsda) et ses sociétaires (les artistes musiciens, plasticiens, comédiens…) ont cherché hier, vendredi 22 mai à l’occasion d’un point de presse tenu à Dakar, à sensibiliser les mauvais payeurs et crié au secours. Ils n’écartent pas d’ester en justice contre les mauvais payeurs. 
Qui paie les droits d’auteur au Sénégal ? Avec quoi pense-t-on qu’ils vivent, ces artistes, quand on sait que tout le monde rechigne au Sénégal à s’acquitter des droits d’auteurs, tout en usant et abusant des œuvres d’autrui ? Toutes ces questions ont été soulevées hier, vendredi 22 mai à l’occasion d’un point de presse du Bureau sénégalais des droits d’auteurs (Bsda) qui attirait l’attention de l’opinion sur le sujet. 
Les créateurs réclament leurs droits. Ils ont décidé de s’unir pour défendre leur gagne-pain : leurs oeuvres. Les radios ainsi que les télévisions doivent payer des droits d’auteurs. Le Bureau sénégalais des droits d’auteur (Bsda) qui se veut leur avocat, menace même de porter plainte contre les radios et les télévisions qui refusent de payer les droits d’auteurs. Le montant des redevances est estimé à des milliards de FCfa. 
La Directrice du Bsda, Mme Diabé Siby a affirmé hier, vendredi 22 mai à l’occasion d’un point de presse que : « nous sommes décidées à aller jusqu’au bout. Soit on respecte les droits d’auteur ; soit c’est la catastrophe. Nous allons porter plainte contre ceux qui ne payent pas ». 
Selon elle, « certaines radios préfèrent aller en justice au lieu de payer les droits d’auteur. Elles contestent, alors qu’elles devaient donner le bon exemple… » Présente à la rencontre, Ngoné Ndour a invité à la révolution des mentalités : « ce sont les artistes qui font la promotion des télévisions donc avant de faire une émission, il faut demander un cachet parce que, sans la musique, personne ne regarde la télé. Faire une cassette coûte très cher. C’est la raison pour laquelle beaucoup se contentent de singles ». 
Mme Siby et ses artistes, créateurs et autres qui vivent de l’art, de prier les organismes de radiodiffusion, de télévision, les hôtels, bars, restaurants, discothèques, magasins sonorisés, stations d’essence, dibiteries, fast-food, de payer. 
Tout comme les salons de couture et de coiffure, véhicules de transport public de voyageurs, compagnies de transport aérien au titre de la distraction à bord, secteur du transport maritime, promoteurs de lutte (au titre de l’animation), clinique, cabinet médical. Ils invitent tous à respecter la propriété intellectuelle, bref tous ceux qui exploitent les créations doivent s’acquitter des droits d’auteur, estiment-ils. 
Toute chose que partage le doyen Samba Diabaré Samb qui trouve néanmoins que « si l’état des artistes est critique, c’est parce que le musicien d’aujourd’hui n’apprend plus à cause des mixages qu’on fait maintenant. Par exemple, je continue jusqu’ici d’apprendre le xalam. 
Aujourd’hui les jeunes ne connaissent pas leur culture. La musique est très importante. Cela ne sert à rien cependant d’être célèbre avec les poches vides ». 
(Stagiaire) 
WALF FADJRI : 
Lutte contre les incendies dans les lieux de travail : Beaucoup d'entreprises ne respectent pas les normes de sécurité  
Au Sénégal, de manière générale, des actes d'après-sinistre ont été le plus souvent posés pour faire face aux drames. D'où les dégâts énormes constatés çà et là. Pour renverser cette tendance en matière de ‘sécurité incendie’, une dizaine de sociétés nationales ou privées ont jugé nécessaire de prendre part à une session de formation dans ce sens, à Dakar.  
 
Les conséquences de l'incendie sur la santé des travailleurs, les équipements industriels, l'environnement et sur la survie de l'entreprise sont négatives. Or, au Sénégal, il se trouve qu'il existe très peu de spécialistes en incendie dans les entreprises. C'est la raison pour laquelle, une dizaine d'entreprises sénégalaises a suivi dans la période du 4 au 15 mai dernier une session de formation en ‘sécurité incendie’. La formation qui s'est tenue dans les locaux du Syndicat des professionnels de l'industrie et des mines du Sénégal (Spids), a été initiée par le Cabinet d'expertise conseil d'ingénierie et de contrôle (Ceic), en collaboration avec le Centre national de prévention et de protection de Paris (Cnpp). Elle a pour objectif de combler les insuffisances dans le domaine de la sécurité incendie. Il s'agit concrètement pour les acteurs en formation d'être capables d'identifier les risques liés à l'incendie dans l'entreprise, de connaître les mesures de prévention et les moyens de protection, tout en respectant la réglementation incendie.  
Selon le directeur général du Ceic, Mamadou Kane qui a initié ce programme de formation, ‘l'expérience montre au Sénégal que seul un tiers des entreprises incendiées arrive à survivre dans les trois ans à venir’. Il s'y ajoute, selon lui, que beaucoup de sociétés publiques et/ou privées ne respectent pas les normes de sécurité en incendie requises.  
De leur côté, les participants ont tous reconnu la nécessité de l'accroissement de capacité du personnel des entreprises en matière de prévention et de maîtrise des outils de protection dans le domaine de la sécurité incendie. C'est ainsi que Youssoupha Faye, chargé des installations classiques au ministère de l'Environnement, est d'avis que l'apport de cette formation est ‘inestimable’. Mieux, préconise-t-il, ‘il faut mettre l'accent sur le respect des normes de l'hygiène et de sécurité des travailleurs qui est de la responsabilité de l'employeur’. Pour l'instant, dit-il, le ministère de l'Environnement favorise le dialogue et la sensibilisation. Il n'empêche, selon M. Faye, que des mesures coercitives sont prévues par la loi et sont modulées en fonction de la gravité du sinistre.  
Pour sa part, Ibrahima Ndoye de la société d'assurance Nsia/Sénégal apprécie la qualité de la formation qui leur a permis d'approfondir certaines notions en sécurité incendie. Toute chose qui fera dire à Ousseynou Pouye de la Sococim, à Papa Serigne Ndaw de la Suneor de Ziguinchor, à Dominique Bassène, Yaya Diémé et Babacar Sambou de la Compagnie sucrière sénégalaise (Css), tous responsables de la sécurité dans leurs entreprises respectives, qu’’il y aura sans nul doute beaucoup de choses à parfaire au plan de la sécurité, notamment dans les installations classiques en général’, lors de la cérémonie de clôture de la session de formation le 15 mai dernier au siège du Spids sis à Ben Tally.  
En effet, conformément aux dispositions du Code du travail et en son titre 11 et particulièrement en son article 179, l'employeur est tenu de contrôler régulièrement le respect des normes réglementaires de sécurité et d'hygiène, et de faire procéder périodiquement aux mesures, analyses et évaluations des conditions d'ambiance et, le cas échéant, entreprendre des mesures de protection collective ou individuelle afin de prévenir les atteintes à la sécurité et à la santé des travailleurs. A signaler que cette formation a été ponctuée par un examen final sanctionné par un diplôme d'expert en sécurité incendie certifié par le Cnpp de Paris.  
Abdoulaye SIDY  
Rendez-nous les deux millions de spécialités pharmaceutiques gratuites qui ont été supprimées  
 
 
Le Sénégal vient de connaître sa première pluie à l’intérieur du pays et nous remercions Allah le Tout-Puissant pour nos agriculteurs. Il s’agit d’un signe d’abondance future certes, mais aussi source d’inquiétude, voire d’angoisse pour les populations dakaroises. Au vu des ordures qui jonchent Dakar et de l’état de nos canalisations, nous nous attendons au pire cette année. Pour nous, médecins des hôpitaux, commence aussi le marathon sans merci de la lutte contre la souffrance des indigents : paludismes, diarrhées, intoxication alimentaire, etc. La population déjà à genoux connaîtra sous peu (si l’on n’y prend garde) une situation plus alarmante ; nous avons donc tenu à attirer l’attention des autorités sur ces quelques points.  
Résoudre rapidement le problème des ordures avant les premières pluies pour nous éviter, en plus des maux courants, le choléra.  
Assurer en quantité suffisante, au niveau de la Pharmacie nationale d’approvisionnement, des médicaments de première nécessité.  
Déclencher désormais, avant chaque hivernage, des cellules de crise dans toutes les structures sanitaires des zones inondables et inondées afin de faciliter rapidement la prise en charge de populations enclavées, victimes des épidémies accompagnant l’hivernage.  
Procéder au niveau des zones encore inondées au pompage des eaux stagnantes par les services d’hygiène.  
L’entretien et le curage de nos canalisations pour une meilleure évacuation des eaux de pluies.  
Prévoir une éventuelle gestion des zones en travaux (autoroute à péage qui pourrait, si l’on n’y prend garde, renvoyer les eaux de pluies aux habitations alentours… - que les spécialistes excusent notre intrusion, ce dernier point n’est qu’une légitime inquiétude car les lits et autres fauteuils flottants sont très peu attrayants, surtout au milieu de la nuit !)  
A situation de crise démarche de crise  
Nous nous permettrons donc de faire un appel pathétique à tous nos collègues médecins et pharmaciens, du public comme du privé, pour un élan de solidarité général à l’endroit de la population de ce pays. La population souffre et cela ne saurait être de la seule responsabilité de l’Etat. Les consultations gratuites de proximité, initiées par nos soins dans les hameaux, les villages, doivent être l’affaire de tous, même de nos collègues du privé. Que ceux dont le déplacement pose problème nous contactent dans les hôpitaux. Opérer une cataracte gratuitement deux fois par mois afin que les pauvres goûtent aussi aux soins douillets d’une clinique est aussi possible dans ce bas monde, et surtout salutaire pour nos âmes fragiles de pécheurs. (Le Rotary et autres Lions club, c’est bien, mais nous demandons un peu plus…).  
Quant à nos collègues pharmaciens, nous ne les sentons pas. Leurs puissants syndicats, avec la complicité de Pape Diop, actuel directeur de la pharmacie, ont réussi à nous priver des spécialités pharmaceutiques gratuites au grand bonheur des fabricants occidentaux qui engloutissent des milliards chaque mois sans investir le moindre sou dans notre pays. Ces échantillons nous étaient fort utiles dans nos consultations au niveau des villages et même lors des gamou et du magal. Il serait donc temps que nos amis, les pharmaciens, lâchent, de temps à autre, leurs caisses enregistreuses et autres activités lucratives pour se joindre à l’humanitaire. Prompts à réagir sur tous les médias pour défendre leurs gâteaux, les pharmaciens gardent un mutisme total face aux catastrophes qui ont frappé ce pays : les sinistrés des inondations et du bateau Le Joola, etc. (…) Rien ne réussit donc à les émouvoir, sauf… les médicaments de la rue. Certes, ils sont dangereux, mais l’absence des pharmaciens de leurs officines l’est tout autant. Laisser les malades au seul contact des vendeurs, à peine mieux formés que ceux de la rue, pour ne réapparaître qu’au moment de faire la caisse, ne se justifie pas. En cas d’absence prolongée, Messieurs, embauchez des pharmaciens au chômage, car chaque officine devrait avoir à toute heure un pharmacien disponible. Ceci nous éviterait les innombrables produits conseillés injustement…  
Chers confrères musulmans et de toutes autres confessions religieuses : la population souffre et dans sa chair et dans sa dignité humaine. Si les politiques ne le voient pas, nous, nous le vivons à chaque instant de l’exercice de nos fonctions de médecins. Le seul appât du gain ne saurait justifier nos précaires existences. Laissons donc de côté nos vieilles habitudes sénégalaises que sont le nombrilisme et la langue de bois.  
Imams, curés des campagnes et des villes, sensibilisez dans vos prêches. Que chacun à son niveau tende, ne serait-ce que le doigt et non la main à son prochain et l’existence que ne nous ne voyons même plus, serait meilleure. Que Pape Diop, (pourtant ancien pharmacien de l’hôpital Aristide Le Dantec) revoie sa copie. Qu’il prenne l’attache des autorités répressives pour aller à l’encontre des vendeurs illicites, mais surtout qu’il coupe la poire en deux. Oui aux puissants syndicats des pharmaciens qui défendent leurs caisses, mais qu’ils sachent qu’ils ont aussi des obligations. Non à l’élimination systématique des échantillons. Le même mal existe dans tous les autres pays africains et doit être combattu avec plus d’attention. Dans ces pays-là, entre les intérêts de la population et ceux des pharmaciens (qui veulent le beurre et l’argent du beurre), on a choisi la population.  
Vous ne pouvez pas faire que la part belle aux firmes pharmaceutiques et leurs valets locaux et aux pharmaciens qui ne se donnent même plus la peine d’être présents. Etre directeur de la pharmacie, c’est réguler les intérêts du vendeur et de l’acheteur sans parti-pris, mais c’est aussi veiller à ce que les indigents ne meurent pas faute de médicaments accessibles, au profit des seuls nantis. A votre décharge M. Diop, nous comprenons que vous ne puissiez pas comprendre nos préoccupations du moment, car de votre bureau climatisé à Dakar et de vos grosses voitures climatisées, vous ne pouvez pas voir le paysan qui, laborieusement, par ces temps de canicule, amène sa femme, son fils ou sa mère au dispensaire, avec un âne pour tout moyen de locomotion, sur des pistes simplement hors d’usage. Vous ne le voyez pas non plus sous un abri de fortune, attendant pendant des heures son tour, débarrassant laborieusement son malade des mouches qui l’assaillent même vivant. Vous ne le voyez pas au moment fatidique où le diagnostic le libère ou l’assassine avec en prime une ordonnance qu’il n’achètera jamais entièrement. C’est pour cela que nous réclamons les échantillons, car figurez-vous que tout le monde ne les revend pas. C’est aussi pour ceux-là que nous appelons tous les médecins et pharmaciens pour des consultations gratuites de temps à autre. Je parle bien de ceux-là qui, il n’y a pas si longtemps, vêtus de leurs plus beaux haillons ont vu passer d’énormes 4x4 dont ils ignoraient jusqu'à l’existence et du ventre desquels sortaient des hommes d’une autre planète, le visage barré d’épaisses lunettes noires qui vomissaient des promesses. Ils ont tous disparu au soir des résultats électoraux.  
Nous comprenons aussi que, sous les coups de boutoir médiatiques des pharmaciens qui risquaient à la longue de vous priver de votre siège confortable, vous ayez choisi de privilégier vos ouailles. Ainsi donc, vous pensez que tout va bien dans le meilleur des mondes. Plus personne ne parle de ceux-là qui meurent presque en cachette faute de moyens. Le Sénégal, ce n’est pas que Dakar, ce n’est pas que ‘Keur Serigne bi’. C’est à vous de vous défaire des affres qui pénalisent les caisses enregistreuses de vos collègues. Débrouillez-vous pour le faire, mais laissez-nous les maigres atouts qui nous permettent de soulager ceux qui, selon votre logique, doivent mourir parce que nés au mauvais endroit, au mauvais moment.  
N’oubliez pas, Monsieur, que nous avons en commun la manipulation du médicament. La suppression des échantillons nécessitait au moins une petite enquête au niveau de zones fragilisées afin de prendre nos humbles avis.  
N’oubliez pas aussi que nous sommes vos principaux pourvoyeurs d’ordonnances et que nous avons aussi des familles. Aujourd’hui, nous remplissons vos caisses et, au besoin, achetons désormais pour nous et nos familles ; certains d’entre vous ne se donnent même plus la peine de nous accorder les fameux 10 % que nous faisaient généreusement les vieux pharmaciens : sortez de votre bureau M. Diop et faites une petite tournée dans les bourgs et les faubourgs du Sénégal et vous aurez bien du mal à supprimer deux millions de spécialités gratuites.  
Docteur M. T. K.  
Nouvelles trouvailles pour une ‘révolution agricole’ ou aveu d’impuissance ? 
 
 
Aux nouvelles trouvailles du régime libéral pour cette présente campagne hivernale consistant à révolutionner l’agriculture (le mot n’est pas trop fort), après presque une décennie d’entreprenariat dans ce domaine stratégique de l’économie sénégalaise, s’ajoutent de multiples annonces antérieures aussi singulières et différentes les unes que les autres. Le constat amer reste que nous nous trouvons devant une profusion d’étranges mesures, non durables, sans liaison aucune, avec un net recul de la croissance des productions agricoles et, souvent même, une régression du niveau de certaines spéculations. Si bien que l’accroissement de la pauvreté dans le monde rural, au vu de la croissance démographique qui croit plus que proportionnellement, devient la constante. A chaque période de l’année, au moment même où les pluies commencent à s’installer dans la partie méridionale et orientale du Sénégal, nous entendons le même refrain d’un éternel recommencement, sous la trame de nouvelles promesses sans un début d’exécution, comme si le secteur rural devrait se contenter pour son développement révolutionnaire de promesses sur promesses.  
Or dans ce domaine stratégique du secteur rural, ainsi que dans tous les autres domaines de la vie économique, seules les options durables, dans les filières viables, peuvent produire à terme des résultats probants pour un développement réel et l’amélioration des conditions de vie et d’existence des populations immergées dans une extrême précarité, ne sachant que faire de leur seul moyen de production, dès lors que la terre ne puisse même pas leur procurer le minimum vital.  
La réalité demeure que le secteur rural, occupant plus de 60 % de la population sénégalaise, devrait constituer une sur priorité dans un contexte d’une crise alimentaire mondiale qui ira crescendo avec l’amenuisement des terres arables et l’augmentation de la population mondiale. En lieu et place, mous assistons à un dépérissement du monde rural au profit d’infrastructures de prestige dans la capitale, entraînant le niveau faible de la contribution de ce secteur stratégique au ib autour de 15 % (agriculture, forêts, élevage, pêche).  
A cet égard, nous voudrions faire observer que si le taux de croissance dans le secteur rural connaissait une progression annuelle régulière, la contribution du secteur rural au Pib qui était de 23,8 % en 2000 pouvait atteindre l’objectif de 30 % qui nous aurait permis, avant terme, en 2009, d’atteindre les objectifs du millénaire pour le développement de réduction de moitié de la pauvreté au Sénégal. Atteindre 30 % du Pib pour la contribution du secteur rural, c’est injecter une masse monétaire d’environ 1 200 milliards de francs Cfa contre, de nos jours, la moitié seulement, autour de 600 milliards pour l’agriculture, l’élevage, la pêche et les produits forestiers. Il y a lieu de faire observer le peu d’importance accordé au secteur rural, durant tout leur magistère, des libéraux qui décrètent subitement, sans en prendre les mesures idoines, une révolution agricole, comme si la révolution nous tomberait du ciel, après les mirages de la Goana 1 et de la Goana 2. La révolution, c’est sur la durée et non sur l’événementiel. Comment révolutionner l’agriculture sans évoquer le relèvement de la productivité du travail, l’amélioration des capacités humaines, l’augmentation des surfaces arables, la maîtrise de l’eau, la pratique de prix incitatifs et la réduction du coût de l’argent pour favoriser l’investissement, la réorganisation et l’extension des circuits de commercialisation, la valorisation des produits agricoles, etc. Comment parler de révolution, sans la constitution d’un capital semencier et le développement de la recherche, si l’on sait que seulement 50 000 tonnes de semences non sélectionnées vont de nouveau, tardivement, être distribuées dans le monde rural, cette présente campagne hivernale.  
Lors du conseil présidentiel sur l’agriculture tenue le 19 mai 2009, le président de la République venait de reconnaître qu’il n’y a pas de changement dans le monde rural en dépit des multiples plans et programmes et s’empresse de déclarer une nouvelle trouvaille, la révolution verte. Nous nous souvenons de la Goana 1, de la Goana 2, du plan Reva, des programmes maïs, niébé, manioc, sésame, nous faisant penser à une panoplie d’initiatives théoriques, dans un univers présidentiel théorique, en déphasage avec le réel. Le domaine de l’agriculture est le domaine le plus malmené de tous les secteurs économiques du Sénégal. Si l’inflation de projets agricoles pour le Sénégal des inventeurs de la roue pourrait se limiter sur des schémas théoriques sans toucher aux structures existantes, entraînant des dysfonctionnements et des pertes énormes d’argent, nous pourrions affirmer qu’il ne s’agit que d’un amusement de la galerie d’un régime dépassé par les événements et développant un empirisme tatillon ; toutefois, force est de constater qu’il s’agit bien, ici, d’une tragi-comédie, au regard de la souffrance des paysans et de l’accentuation de la pauvreté. Gouverner, c’est prévoir, c’est également être responsable pour ne pas toujours vendre du vent aux citoyens sénégalais et de ce monde, en faisant semblant de prendre le taureau par les cornes afin de se donner bonne conscience, devant l’ampleur des dégâts et des périls. L’enfer, c’est toujours les autres, point d’autocritiques.  
La particularité de l’exercice de cette année du Conseil présidentiel sur l’agriculture, en dehors des promesses sans fin, s’articule sur les dissolutions : dissolution de la Cnca pour une banque verte, dissolution des structures de regroupement des paysans et acteurs du monde rural, comme si les libéraux avaient la manie de détruire pour détruire, sans alternative crédible. Souvenons-nous encore de la dissolution de la Sonagraine tout au début de l’alternance et de celle de la Sonacos qui faisaient les beaux jours de bonnes campagnes agricoles. En effet, nous avons connu les affres du système carreau usine avec les bons impayés, la fixation tardive des prix après récolte, l’absence de semences sélectionnées, le contingentement de la production arachidière, les débuts tardifs de la préparation des campagnes hivernales, la diminution per capita du revenu des paysans, pasteurs et pêcheurs.  
Le moins qu’on puise dire est que le régime libéral a sérieusement affecté la vie économique globale et le monde rural en particulier par la provocation d’une baisse sensible des revenus des paysans dans un contexte inflationniste, par l’introduction d’un affairisme commercial avec la dissolution de la Sonagraine et son cortège de désagréments sur l’organisation des campagnes de commercialisation et la reconstitution du capital semencier, par le contingentement des productions agricoles et l’absence de financement et, de nos jours, par l’annonce de la dissolution de la Cnca et des structures de regroupement des paysans et acteurs du monde rural. Il est temps que cessent les diversions, atermoiements et tâtonnements afin d’éviter que notre sunugaal se retrouve au fond des océans à l’instar du bateau Le Joola. Il se fait tard.  
Kadialy GASSAMA Economiste Rue Faidherbe X Pierre Verger Rufisque  
Notes de lecture  
Les régimes politiques sénégalais de l'indépendance à l'alternance politique 1960-2008, par Seydou Madani Sy, Iroko-Karthala-Crépos 2009 369 pages 
L’évolution politique et constitutionnelle du Sénégal de 1960 à 2008 
Le livre de Seydou Madani Sy, ancien recteur et ancien ministre de la Justice, est le témoignage d’un spécialiste de droit constitutionnel qui donne un éclairage personnel sur la vie politique du Sénégal des années de l’indépendance à l’Alternance des années 2000. Ayant vécu la période à travers des fonctions successives, qui l’ont placé au cœur de la vie trépidante du Sénégal, Seydou Madani Sy exprime ici des opinions qu’il croit fondées sur une observation attentive de la vie politique de son pays. 
 
Universitaire et observateur politique, mêlé un moment à l’action politique par accident, l’auteur croit pouvoir, sans polémiquer, susciter un débat fructueux avec le lecteur. Sa contribution s’adresse à la fois aux spécialistes et à ‘l’honnête homme’ au sens du XVIIe siècle français, qu’ils soient sénégalais ou étrangers, auxquels l’avenir de l’Afrique n’est pas indifférent.  
Pour étudier l’évolution politique et constitutionnelle du Sénégal de 1960 à 2008, on ne peut pas ignorer l’immédiat ‘avant indépendance’. 1960 est une année charnière, mais tout de même peut-on passer sous silence 1958, 1959 ? 1958, c’est la Constitution de la Ve République ; 1959, c’est la Fédération du Mali. Ces deux événements ont donné naissance à l’Etat de la Communauté, puis à l’Etat fédéré qui obtient l’indépendance dans la Communauté, pour aboutir en 1960. La Fédération du Mali disparaît le 20 août 1960.  
Après son éclatement, le Sénégal indépendant se dote d’une nouvelle Constitution, qui remplace celle du 24 janvier 1959. La nouvelle Constitution est promulguée le 29 août 1960. Le 5 septembre 1969, L. S. Senghor est élu président de la République. Le Président du Conseil, Mamadou Dia, est confirmé dans ses fonctions.  
Les institutions découlant de la nouvelle constitution (président de la République, gouvernement, Assemblée nationale, etc.) sont passées en revue. L.S. Senghor, président de la République est devenu secrétaire général de l’Union progressiste sénégalaise (Ups) depuis février 1959. On retient deux principes de base pour expliquer le régime constitutionnel sénégalais : la négritude et le socialisme africain. A cet égard, il s’est développé au Sénégal une sorte d’idéologie officielle du parti et du gouvernement.  
Si Senghor était la figure emblématique de l’ancien Bloc démocratique sénégalais (Bds), Mamadou Dia en était le promoteur de pointe sur le terrain et l’animateur. Senghor laisse à M. Dia le soin de diriger le chantier de construction du nouvel Etat et la politique de développement.  
En décembre 1962, l’équipe qui avait mené le Sénégal à l’indépendance politique dans l’harmonie se disloqua. L’auteur donne des explications. Le Président du Conseil inquiétait un certain nombre de personnes ou de groupe d’intérêt. Le monde des grands opérateurs économiques soutenus par la Chambre de commerce de Dakar s’inquiétait de la politique du gouvernement. Certains grands marchands, que l’on désignait sous le nom de ‘seigneurs de l’arachide’, prenant ombrage des nouvelles coopératives autogérées par les paysans.  
L’animation rurale créait une nouvelle catégorie de leaders communautaires, perçus comme les adversaires naturels des notables qui servaient d’agents électoraux au personnel politique installé de longue date dans le système hérité de l’époque coloniale. M. Seydou Sy aurait dû ajouter que Dia s’était privé de ses alliés naturels : les fonctionnaires qu’il a très sévèrement réprimés en 1959, les militants du Parti africain de l’indépendance (PAI) qu’il avait dissous en 1960, etc. Il a payé le prix du soutien qu’il a apporté aux artisans sénégalais grâce aux crédits que leur avait octroyés le Crédit du Sénégal. En refusant aux députés l’augmentation de leurs traitements et les sommant de renoncer aux actions qu’ils détenaient dans des sociétés privées et en poursuivant certains marabouts traitants, M. Dia s’était aliéné les membres de l’Assemblée nationale et certains guides religieux. Son sort était scellé. Le conseil d’un juriste n’aurait servi à rien, comme le suggère M.S. Sy lorsqu’il écrit : ’Finalement, on peut se demander si le Président Dia n’a pas la chance d’avoir à ses côtés un juriste au sang-froid pour le dissuader d’employer la force contre les députés.’ (P39).  
Déconcentrer le pouvoir exécutif pour lutter contre le poncepilatisme  
De longs développements ont été consacrés aux institutions découlant de la Constitution du 7 Mars 1963 qui institue un régime présidentiel.  
Les événements de mai 1968 eurent une influence indirecte sur la réforme constitutionnelle. La Constitution du 26 février 1970 apparaît comme une réaction contre ce que l’on a appelé la centralisation excessive du pouvoir entre les mains du président de la République et de ses collaborateurs immédiats. Senghor lui-même parlait de ‘déconcentrer’ le pouvoir exécutif pour lutter contre le ‘poncepilatisme’ qu’il reprochait et secrétaires d’Etat, qui avaient tendance à se décharger sur lui de leurs responsabilités ministérielles. L’auteur aborde les révisions constitutionnelles survenues après 1970 jusqu’au départ de Senghor en décembre 1980.  
La première réforme de la Constitution de 1970 a été instituée par la loi du 19 mars 1976. Elle apporte plusieurs innovations : limitation des courants de pensée, le texte du serment présidentiel, etc.  
La deuxième réforme de la Constitution de 1970 a été mise en œuvre par la loi du 6 avril 1976. Elle porte sur les conditions de la réélection du président de la République, et sur la nouvelle situation du Premier ministre.  
La loi du 28 décembre 1978 modifiant la Constitution a pour objet l’introduction des dispositions suivantes : l’introduction des langues nationales, le nombre et le statut des partis politiques, les conditions d’élection du président de la République et l’ouverture du contrôle de la constitutionnalité des lois aux députés.  
A la suite de la démission de Senghor, Abdou Diouf devient président la République. L’auteur examine les différentes réformes constitutionnelles. S’appuyant sur le legs ’senghorien’ du socialisme démocratique et de la négritude, Abdou Diouf entendait apporter sa pierre à l’édifice de la construction nationale. Pour répondre efficacement aux grands défis d’ordre social, économique, culturel, éducatif et scientifique, il élaborera un projet de société inspiré de l’idéologie du sursaut national.  
Après avoir examiné le processus électoral de 1988 à 2000, l’auteur évoque les élections présidentielles de février-mars 2000 et le départ d’Abdou Diouf. La nouvelle Constitution du 22 janvier 2001 proposée par Abdoulaye Wade apporte un certain nombre d’innovations par rapport au texte du 7 mars 1963, plusieurs fois modifié, pendant les mandats des Présidents Senghor puis Diouf. Certains milieux dits ‘islamistes’ demandent que l’Etat revienne sur le Code de la famille actuel et reconnaisse que les Sénégalais sont dans leur majorité des musulmans.  
L’article 37 modifie le texte de l’ancien article qui commence par la formule : ’Devant la nation sénégalaise… ’ et ajoute l’expression ‘Devant Dieu et… ’ Lors de la cérémonie de la prestation de serment du nouveau président élu devant le Conseil constitutionnel, la musique militaire joua non pas l’hymne national mais un hymne qu’il a lui-même composé.  
L’article 107 de la Constitution de 2001 avait supprimé le Sénat, créé par Abdou Diouf. Mais l’Assemblée nationale dans sa séance du 10 mai 2007 vote sans état d’âme la création d’un nouveau Sénat.  
Madani Seydou Sy consacre de longs développements aux partis politiques de 1960 à 2008. Il examine les organes régulateurs de la vie publique. Il commence par les organismes régulateurs des élections : Le Haut Conseil de l’audiovisuel, l’Observateur national des élections (Onel), la Commission électorale nationale autonome (Cena), le Conseil de régulation de l’audiovisuel (Cnra).  
L’étude de La Cour suprême et du Conseil constitutionnel dans le même chapitre peut se justifier par le fait qu’il s’agit de mettre l’accent sur les compétences des deux juridictions en matière politique. Et aussi par le fait que le Conseil constitutionnel est un démembrement de la Cour suprême, qui hérite des attributions de la Cour en matière constitutionnelle. L’auteur n’oublie pas de traiter des attributions d’une autorité administrative indépendante : le Médiateur de la République, poste qu’il a eu à occuper.  
Le dernier chapitre est consacré à l’étude de la société civile. Les relations entre les syndicats et le pouvoir politique et notamment les relations entre l’Union nationale des travailleurs sénégalais (Unts) et l’Union progressiste sénégalais (Ups) et entre l’Ups et les syndicats indépendants.  
L’auteur a examiné les relations entre les confréries et le pouvoir politique. Senghor disait : ’Ce sont les marabouts les plus influents, Ababacar Sy, Falilou Mbacké, pour ne citer que ceux-là, qui m’ont apporté leur soutien et leur caution.’  
A l’occasion de la crise de décembre 1962, aucun marabout ne se déclara pour Mamadou Dia. Le Kalife des Tidianes, Abdoul Aziz, se retrancha dans le silence. En revanche, El Hadj Ibrahima Niasse de Kaolack, El Hadj Seydou Nourou Tall de la famille omarienne et le Kalife général des Mourides manifestèrent publiquement leur soutien à Senghor. (cf. Christian Coulon, Le Marabout et le prince : Islam et pouvoir au Sénégal Paris Pedone, 1981) Ce livre bien documenté mérite de figurer dans la bibliothèque des chercheurs africains en sciences sociales. Son auteur a eu la générosité de transmettre son expérience et son savoir aux jeunes générations. Il a eu le grand mérite de s’arracher aux pesanteurs sociales en écrivant cet ouvrage. Il donne un exemple aux universitaires africains qui se refusent à écrire après leur retraite. Nous aurions aimé discuter le choix de l’auteur qui est favorable au régime présidentialiste et l’institution d’une Assemblée nationale et d’un Sénat au Sénégal.  
Amady Aly DIENG  
Conjoncture économique : Baisse progressive de l'agriculture dans le Pib  
Le poids de l’agriculture dans le Produit intérieur brut (Pib) du Sénégal ne cesse de baisser. Les raisons sont à chercher dans la combinaison de plusieurs facteurs. Peut-être que la Grande offensive agricole pour la nourriture et l’abondance (Goana) va renverser la tendance.  
 
Les déficits pluviométriques et les difficultés rencontrées dans la distribution des semences et d’engrais, combinées aux problèmes de commercialisation de l’arachide, font replier d’année en année la valeur ajoutée du secteur de l'agriculture en volume. C'est ce que révèle l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd). Dans son bulletin annuel d’analyse de la situation économique et sociale du Sénégal, cette entité du ministère en charge de l'Economie et des finances révèle que cette situation s'est traduite par une baisse progressive du poids de l’agriculture dans le Produit intérieur brut (Pib). ‘L’Agriculture a contribué négativement d’un point à la croissance du Produit intérieur brut (Pib) du Sénégal en 2007, et de 1,3 point en 2006. Cette situation se traduit par une baisse du poids de l’agriculture dans l’économie, qui a représenté 5,2 % du Pib en 2007, contre 6,6 en 2006 et 8,1 en 2005’, lit-on dans le document qui précise que ces contre-performances ont entraîné une baisse de 5 % de la valeur ajoutée en volume du secteur primaire et la diminution de son poids dans l’économie en général. Aussi, la valeur ajoutée par actif du secteur agricole, estimée à 253 445 francs, est largement inférieure au Pib par tête d'habitant estimé à 469 398 francs. Et la campagne 2007-2008 n'a pas dérogé à la règle.  
Ses résultats, d'après l'Ansd, ont été caractérisés par une forte régression de la production de la plupart des spéculations au Sénégal. Cette situation qui résulte de la baisse généralisée des rendements a affecté le mil, le sorgho, le maïs, l'arachide, le coton, le niébé, la pastèque, la canne à sucre, le sésame et les fruits, estime l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd). Dans sa note d’analyse annuelle de la situation économique et sociale du pays, ce démembrement du ministère de l'Economie et des Finances impute cette contre-performance au retard enregistré dans le démarrage de l’hivernage et à son arrêt précoce, malgré une situation phytosanitaire relativement calme. Aussi, l’Ansd a-t-elle fini de lier cette diminution aux baisses constatées principalement sur le mil, le sorgho et le riz, à l’installation tardive des premières pluies utiles, dont les conséquences directes ont été les pertes des premiers semis. Ce qui s'est aussi traduit par un déficit céréalier si l'on sait que la production de ces spéculations lors de la campagne hivernale 2007-2008, estimée à 772 239 tonnes, a chuté de 24 % par rapport à la précédente campagne. Soit une baisse de 32 % sur les cinq dernières années. Les superficies céréalières, estimées à 1 068 876 hectares, ont également enregistré une baisse de 53 797 hectares en valeur absolue et de 5 % en valeur relative par apport à la précédente campagne. Des surfaces qui traduisent une chute de 10 % par rapport à la moyenne des cinq dernières campagnes agricoles du Sénégal. Concrètement, celles du mil se sont ainsi établies à 686 882 hectares en 2007-2008, soit une baisse de 8 % par rapport à l’année précédente. Alors que les superficies consacrées au sorgho se sont repliées de 2 % pour s’établir à 155 919 hectares. La même tendance est de rigueur dans la riziculture où les superficies emblavées ont diminué de 4 % pour s’établir à 80 312 ha. En revanche, note le document de l'Ansd, d'autres spéculations ont enregistré des performances plus intéressantes. Il s'agit notamment du maïs dont les emblavures se sont accrues de 10 %, ressortant à 143 769 ha par rapport au niveau de la campagne précédente.La production de légumes de la campagne hivernale 2008, estimée à 248 300 tonnes, a aussi connu une hausse de 46 %. Tandis que la production de légumes, en dehors de la tomate et de la patate douce, est estimée à 248 300 tonnes contre 170 160 tonnes la saison précédente, soit une progression de 46 %.  
L'Ansd lie ce résultat aux bonnes performances de l’oignon et des choux qui ont respectivement progressé de 137 et 41 %. La production de manioc, estimée à 308 312 tonnes, a quant à elle enregistré une progression de 155 %. Une performance liée à la hausse de 215 % des superficies, qui sont ressorties à 61 248 hectares grâce au bon suivi dont bénéficie le programme manioc. Même si le rendement s’est replié de 19 % en passant de 6 208 kg par hectare en 2006, à 5 034 en 2007. Contrairement à cette spéculation, la production de fruits s'est repliée de 27 %. Conséquence de la forte régression de 48 % des récoltes de pastèques consécutive à une chute de 27 % des superficies, due à l’arrêt précoce des pluies. De même que le niébé qui a enregistré une baisse de 24 % dans le sillage du repli de 13 % des superficies, et de 12 % du rendement, s’établissant à 40 392 tonnes, contre 52 931 tonnes en 2006-2007.  
Ibrahima DIAW  
 
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 23.05.2009
- Déjà 5289 visites sur ce site!