ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Le ridicule ne tue plus

Lettre ouverte des diplômés sans emploi au président de la République 
 
 
‘Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font du mal mais plutôt par ceux qui les laissent faire sans pour autant réagir’ (Jean Paul Sartre)  
Face à une cécité qu’ils se sont volontairement créés, nos gouvernants, depuis les indépendances, ont toujours ignoré royalement le sort des diplômés sans emplois du Sénégal. En effet, dominés par l’insouciance, ils n’ont jamais essayé de promouvoir une bonne politique d’insertion professionnelle pour la jeunesse sénégalaise. Aujourd’hui, les structures telles que le Fnpj, l’Anej, l’Ofejban qui devraient prendre en charge l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, sont malheureusement destinées à un clan et ne servent en réalité qu’à entretenir une clientèle politique. C’est ainsi que le recrutement à la Fonction publique se fait aujourd’hui de manière partisane et politique, avec une promotion inacceptable de l’incompétence et de la médiocrité.  
En outre, les entreprises publiques, notamment La Poste, sont devenues honteusement le lieu où la clientèle politique des ministres, des parlementaires, des directeurs généraux, entre autres, est casée. Il n’est un secret pour personne aujourd’hui que chaque autorité politique dispose illégalement d’un quota dans les recrutements et dans les concours et, cela au détriment des doctorants et des maîtrisards de plus en plus nombreux. Ce qui constitue une violation flagrante de l’article L.1 du Code du travail qui dispose : ’Le droit au travail est reconnu à chaque citoyen comme un droit sacré. […] L’Etat assure l’égalité de chance et de traitement des citoyens en ce qui concerne l’accès à la formation professionnelle et à l’emploi, sans distinction d’origine, de race, de sexe et de religion’.  
Pire encore, les concours administratifs sont systématiquement bloqués par les mêmes autorités (la Police depuis 2004, l’Ena depuis 2007, la Magistrature depuis 2009, le concours de la Poste est devenu une farce de mauvais goût…). Au même moment, on se permet d’acquérir un avion présidentiel à plus de 20 milliards, de construire un monument avec une cinquantaine de milliards, d’organiser un Fesman avec une centaine de milliards, sans compter les centaines de milliards qui seront injectés dans la campagne présidentielle. Pourtant parallèlement, au Cameroun, le président Paul Biya crée 25 000 emplois pour une période 5 ans dont 2 500 recrutements directs à la fonction publique en mars dernier.  
Selon les dernières statistiques de l’Ansd, 48 % de la population active sénégalaise (constituée majoritairement de jeunes de moins de 20 ans) sont au chômage. De même, selon le ministère de la Fonction publique et de l’Emploi, il y a environ 400 000 chômeurs au Sénégal, avec 2 000 nouveaux demandeurs d’emploi chaque année. Rien qu’à la Faculté de Droit de l’Ucad, six promotions se sont succédé (2005 à 2010) avec environ 1 500 maîtrisards chômeurs. Il est inadmissible que 40 % du budget de l’Etat soient injectés dans l’Education pour au final ne former que des diplômés chômeurs.  
Pour ces raisons et tant d’autres, le Regroupement des diplômés sans emplois du Sénégal (Rdses) s’indigne et s’insurge contre l’inertie coupable de nos gouvernants devant la situation chaotique des diplômés chômeurs. Il lance un appel solennel à toute la jeunesse sénégalaise de se mobiliser pour s’opposer à cette situation dramatique. Il lance un vibrant appel à toutes les personnes éprises de justice, de démocratie et de bonne gouvernance à venir nous soutenir dans ce combat légal, légitime et noble.  
Il entend saisir les autorités religieuses du pays, les autorités diplomatiques, la société civile et les organisations de défense des droits de l’Homme afin de les sensibiliser sur la question. Les jeunes sans emplois de ce pays doivent nécessairement se donner la main et se mobiliser pour faire face à cette situation très grave créée et soutenue par nos dirigeants. En tout cas, même si des sacrifices sur notre personne sont nécessaires, on est prêt à les faire car, aujourd’hui, notre avenir est hypothéqué, notre dignité bafouée et notre être blessé au plus profond de nous-mêmes.  
Babacar NDOUR Coordonnateur général du Rdses (+221) 77 612 33 21  
Le ridicule ne tue pas à Ndoubélane  
 
 
Le royaume dont il est question n’est autre que celui qui est considéré sur la scène internationale comme l’un des plus démocratiques en Afrique, il s’appelle le Sénégal. Et, ici dans ce beau pays, des femmes et des hommes de grande culture, de bonne gouvernance, c’est-à-dire de décentralisation rodée, des humains ne se gênent guère paradoxalement, de faire comme Bouki partageant la tong tong. Bouki n’avait pas une seule fois hésité à se servir le premier d’abord, prenant la moitié pour son moi, une autre partie du reste pour son Bouki, une autre pour une autre appellation Ndiour. Par la suite, il sert ses amis, ses cousins et les autres membres de sa cour, comprendre les laudateurs, les courtisans, les louangeurs. Quand tous ces derniers sont servis, alors Bouki décide enfin de servir les autres membres de la communauté de Ndoubélane. Ainsi les restes constitués des trippes, des os, de la tête et de la peau sont partagés aux uns et aux autres sans aucun critère, aucune clé de répartition. Le seul mode de partage est celui de l’appartenance. Pour être parmi les premiers à être servis, il faut accepter de s’habiller bleu, de manger de la viande bleue, de voir bleu ce qui est tout rouge, blanc ou vert.  
Alors pour se rendre compte de la ressemblance de Ndoubélane au Sénégal de l’Alternance, faisons un petit effort de lire les correspondances n° 278/ MINT et 259/ RAC/MINT. Aucune explication à donner pour ceux qui savent lire ; il suffit simplement de comparer la commune de Kaolack à celle de Guinguinéo. Kaolack fait au moins 20 fois cette dernière commune dont le Premier ministre du Sénégal est le maire. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : Kaolack reçoit 94 359 750 F Cfa et Guinguinéo 74 886 380 F Cfa pour les fonds de dotation de décentralisation. La différence tourne autour de vingt millions. Que faut-il comprendre ? Toutes les cogitations, les interrogations et les supputations sont acceptables et compréhensibles, car personne ne pourra rien y comprendre, sauf ceux qui ont eu la charge de partager ces fonds collectés du fruit des durs labeurs de tous les Sénégalais.  
Mais le comble du ridicule, du burlesque, de la partialité, du maa taay se trouve dans la répartition des fonds de concours. Retenez votre souffle, le verdict du partage est le suivant pour notre échantillon national : Guinguinéo 75 millions contre 7 millions pour Kaolack. Cette fois-ci, Guinguinéo pèse dix fois plus que Kaolack pour les besoins et les urgences d’investissement.  
Ridicule d’oser envoyer un document comme celui-ci dans une démocratie comme le Sénégal. Mais ce qu’ils ignorent ces messieurs de l’alternance, c’est que rien de ces intimidations, de ces manigances, de ces privations ne feront changer les convictions des populations qui ont librement porté à la tête des collectivités de Benno ces présidents de communauté rurale, ces maires et ces présidents de région ; ceux-là qui sont la cible de ceux qui ont la lourde responsabilité de faire de l’alternance, le grand rêve brisé des populations de ce pays. Et pourtant cet entêtement, cet acharnement, cette volonté d’uniformisation des convictions ne pourront rien faire pour empêcher ce vrai changement qui est là et presque irréversible.  
Les Sénégalais ont dit en majorité y en a marre, y en a marre des coupures de courant, y en a marre de produire pour s’appauvrir, y en a marre de ces femmes et de ces hommes qui ne font que se servir au lieu de servir le peuple du Sénégal. Si le Côte d’Ivoire a trouvé un dénouement après tout ce sacrifice humain, nous pouvons croire et espérer que le Sénégal n’est pas loin du bout du tunnel par la voie démocratique.  
Ibrahima KEBE dit Baye Conseiller municipal Président Commission Communication, Innovation et Tic Mairie de Kaolack  
 
 
Un bon journalisme d’investigation est-il possible sans crainte d’oppression au Sénégal ? 
Dans l’espace d’un an, le journaliste Abdou Latif Coulibaly, Directeur de publication de La Gazette, un hebdomadaire qui fait la part belle à l’investigation au Sénégal, a écopé de deux condamnations. En cause, la diffamation contre des personnalités proches du pouvoir. Le 14 avril 2011, Abdou Latif Coulibaly, a été condamné à trois mois de prison avec sursis et dix millions de francs Cfa d’amende pour «diffamation» après avoir mis à jour une affaire douteuse de transferts de fonds impliquant un industriel Franco-sénégalais, Abbas Jaber, un ami personnel du Président Wade. Une série d’articles concernant la Suneor ont été publiés dans différents numéros de La Gazette souvent accompagnés d’un éditorial. Le principal article incriminé est celui intitulé : En violation du protocole le liant à l’Etat du Sénégal, Abbas Jaber prêt à vendre le foncier de la Suneor à 165 mil¬liards de francs Cfa. Un article signé par les journalistes Bocar Sakho et Baye Makébé Sarr et accompagné d’un éditorial de Abdou Latif Coulibaly. A mon avis, une enquête sérieuse et approfondie. Qui a levé un pan de voile sur la façon dont une niche des riches utilise les entreprises de l’Etat pour des intérêts personnels. Des articles qui offrent aussi un panorama du système qui facilite cet enrichissement facile et sans cause, et propose des pistes de solutions. Dans la foulée du réquisitoire, le procureur reconnaît que «ces articles sont généralement de bonne qualité», mais accuse Abdou Latif Coulibaly d’être allé «trop loin» et «d’avoir franchi la ligne». La prose du journaliste peint l’homme d’affaires comme «un étranger» et assimile ses actes au «cancer». 
Coulibaly et ses collaborateurs ont-ils baissé de vigilance en offrant au tribunal un précieux prétexte ? Toujours est-il que, dans cette affaire, le procureur montre ses propres limites en condamnant celles du journaliste. «Votre rôle est d’informer. Quand vous allez au-delà, c’est de l’abus.  
Laissez les commentaires au lecteur», a martelé le juge. Pour¬tant, le tribunal, encore moins le plaignant n’a pas nié la véracité des faits au mépris du principe universel selon lequel «le doute profite au plus faible». Le juge Sénégalais fait preuve d’une conception simpliste et réductrice du rôle de journaliste, incarnation du «quatrième pouvoir». Dans un pays où la plupart des gens sont des analphabètes, aucun journaliste sérieux ne devrait se contenter d’exposer des faits bruts. Le journaliste doit interpréter, donner le sens et le contenu aux informations, afin d’amener le public à se sentir concerné et à exiger des changements. Le journaliste devrait pousser le questionnement plus loin dans sa démarche, en répondant à des questions importantes sur lesquelles des personnes en cause voudraient garder le secret. Il s’agit d’utiliser à bon escient un outil de contre-pouvoir de société, et non de se contenter de relater ou de décrire des faits. Le journaliste d’investigation n’est pas un griot corvéable à souhait. C’est un acteur majeur d’une cause. Il soulève de vraies questions pour de vrais changements. 
 
Dans cette affaire de la Suneor, bien que l’ami personnel du Prési¬dent Wade ait bénéficié d’une importante subvention de l’Etat estimée à des milliards de francs, son entreprise n’est pas parvenue à relancer la filière arachidière, principale mamelle de l’économie nationale. D’un autre côté, il n’a pas redressé l’état financier de cette société qui doit encore plusieurs milliards aux paysans. Toutes choses inscrites dans le protocole qui le lie à l’Etat. Encore une fois, il s’agit de l’un de ces hommes d’affaires controversés qui exploitent les ressources d’un pays africain sans se soucier des intérêts des populations locales. Mais, contre toute attente, l’homme d’affaires profite de sa proximité avec le chef de l’Etat pour tenter d’aliéner, à son seul profit, le patrimoine foncier de l’entreprise sans que le juge Sénégalais n’en soit offusqué.  
 
Au regard de l’article 258 du Code pénal sénégalais, le journaliste peut être condamné nonobstant la véracité des faits relatés tant qu’il s’agira d’une personnalité influente. Certes, le fait de dire la vérité sur des actes répréhensibles d’un homme public peut par définition, porter atteinte à sa réputation. Mais, faudrait-il pour autant sacrifier l’intérêt du public et le droit du peuple à l’information sur l’autel de la dignité d’hommes publics véreux ? L’arrivée au pouvoir, en 2000, de Abdoulaye Wade, un opposant alors sans défaut, qui croulait sous les qualités avait suscité tant d’espoir. Mais, c’était du bluff et de la déception. Le dicton selon lequel «le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument», n’a jamais été autant confirmé. Le Sénégal de Wade qui avait tant fait rêver n’en demeure pas moins un monstre nain en matière de droit d’expression. D’aucuns ont salué le Code de la presse en cours d’élaboration comme «une révolution». En vérité, je vous le dis, il s’agit d’un couteau à double tranchant. Qui sup¬prime les peines privatives de liberté, mais renforce les sanctions pécuniaires en protégeant plus que jamais les hommes publics sans aucun souci de transparence dans leur gestion. Les persécutions répétées à l’encontre de Abdou Latif Coulibaly, un journaliste respecté de ses pairs et jouissant de la légitimité du peuple sénégalais pourraient servir de baromètre du droit d’expression, et par ricochet, de la démocratie sous le régime de Maître Wade. Dans une autre affaire de diffamation qui l’avait opposé, en novembre 2010, à Thierno Ousmane Sy, conseiller du Président Wade et fils de l’actuel (et aussi au moment du pro¬cès) ministre de la Justice, Ab¬dou Latif Coulibaly s’en était sorti avec une condamnation à un mois de prison avec sursis et 20 millions de francs Cfa, l’équivalent de 40 mille dollars américains de dommages et intérêts. Des sommes toujours très disproportionnées pour La Gazette, une entreprise au capital social de 5 millions de francs, soit à peine 10 mille dollars. Une manœuvre d’asphyxie et de contrainte à la disparition du journalisme d’investigation dans le pays. Pourtant, le droit du peuple à s’exprimer à travers une presse libre est une caractéristique de la démocratie.  
 
Le juge, pourtant censé être le défenseur attitré des intérêts de la population ne tient pas compte des difficultés éprouvées par des journalistes dans l’exercice de leur travail, surtout lorsqu’il s’agit de récolter ou de vérifier des informations concernant les hommes au pouvoir et/ou leurs proches, et des domaines à caractère stratégique.  
 
En théorie, la Cons¬titution du Sénégal proclame son attachement à la bonne gouvernance, sœur jumelle de la transparence dans la gestion des affaires publiques. Mais, en pratique se montre protectrice de la «réputation» des mandataires publics et leurs proches soustraits de toute obligation de transparence. La loi sur la diffamation fait du journaliste d’investigation le pire ennemi du procureur, alors qu’ils devraient travailler la main dans la main tant qu’ils sont tous à la recherche de la vérité. Devant d’énormes difficultés du journaliste d’accès aux documents et aux sources officielles d’information, le juge devrait se montrer équilibré dans l’Administration de la justice, autant que le législateur sénégalais devrait abroger les délits de diffamation contre des mandataires publics et leurs proches. En tant que «chiens de garde» de la démocratie, les journalistes d’investigation sont des mages investis d’une mission de dévoiler ceux qui veulent s’enrichir dans le secret, afin de renforcer la gestion orthodoxe des affaires publiques. De même qu’ils dénoncent les abus à l’intérêt public. Des câbles de la diplomatie américaine révélés par Wikileaks en décembre 2010, font état «des soupçons de corruption sur la famille et les proches de Abdoulaye Wade», et décrivent «une atmosphère de fin de règne dominée par le souci d’ouvrir la voie à une succession présidentielle dynastique». Mais l’Admini¬stration américaine «n’est pas parvenu à obtenir» de Abdoulaye Wade «une réaction contre ces allégations». Dès lors, ceux qui ne connaissent pas le Sénégal ne peuvent pas s’imaginer dans quel contexte de pression travaillent ces journalistes, gardiens de la démocratie. Du coup, une vieille question biblique devient une actualité brûlante : «Quis custodiet ipsos custodes ?» traduction du Latin garantie : «Qui gardera les gardiens ?» 
Eric MWAMBA - Journaliste - Président de FAIR et du comité éditorial d’Africamedia21 
Spécialiste des médias de l’Afrique de l’Ouest 
TRAVERSEE DE LA GAMBIE : Les effets pervers d’un blocus  
Au regard de l’état actuel des relations pour le moins anormales entre deux pays frères intimement liés par la culture, l’histoire et la géographie, nous avons comme l’impression que les gouvernements sénégalais et gambien pratiquent mutuellement une politique de fuite en avant, en laissant pourrir une situation aux antipodes du développement économique et des intérêts des populations de l’espace sénégambien. En la matière, la posture responsable d’un gouvernement devrait tendre vers la réalisation d’une coexistence pacifique des peuples et leur émancipation économique. En effet, tout acte gouvernemental tendant à cultiver les antagonismes relève de l’incurie et s’écarte des missions sacerdotales d’un Etat responsable. Car il est inconcevable que depuis bientôt deux longs mois, les transporteurs sénégalais boycottent la traversée de la Gambie par un détour vers l’Est du pays pour atteindre la frange méridionale, sans qu’on perçoive une résolution de nos gouvernants à solutionner ce douloureux problème. Cette situation des plus anachroniques rend plus ardues les conditions de vie et d’existence des populations déjà immergées dans un magma de difficultés. Il s’est avéré que le contournement de la Gambie via Tambacounda occasionne le double du parcours habituel, allant presque de 500 kilomètres à 1 000 kilomètres sur l’axe Dakar-Ziguinchor. L’accroissement subséquent des coûts, du simple au double, devient insupportable pour les agents économiques et dépasse la limite de l’acceptable. Les prix des transports et des denrées de consommation flambent, tandis que la mobilité des personnes et des échanges commerciaux s’amenuise en raison des nouvelles charges et des longs délais. Aujourd’hui, les situations de pénurie de biens de consommation s’aggravent pendant que les produits exotiques et halieutiques en provenance de la région méridionale périssent au cours du long transport, à la grande désillusion des commerçants et entreprises. C’est dire qu’avec le blocus de la Gambie, la Casamance déjà enclavée s’éloigne de plus en plus du reste du Sénégal en plombant son économie ; Si bien que cette situation irrationnelle ne peut plus perdurer et appelle au plus vite des négociations… 
 
Au même moment, le blocus prive la Gambie d’une source importante de devises provenant de l’exploitation des bacs pour la traversée du bras de mer par les automobilistes et voyageurs sénégalais, dans un pays où les exportations de biens tirés de l’économie sont presque nulles. Il est évident que la Gambie qui bat une monnaie locale inconvertible ne peut se passer du Sénégal, de même que le contournement de la Gambie pour se rendre en Casamance n’est pas viable pour le Sénégal. En vérité, c’est à partir de 1994, année de la dévaluation du francs Cfa que l’économie gambienne basée sur la réexportation de produits importés au moyen d’une faible fiscalité de porte, a débuté de connaître de sérieuses difficultés par suite de la modification des prix relatifs rendant compétitifs les produits sénégalais. En effet, depuis la dévaluation du franc Cfa, l’économie gambienne a commencé à connaître des problèmes relatifs à la diminution de ses capacités de paiement, consécutivement à la baisse du volume de ses exportations vers le Sénégal : Il faut noter en outre, que le renchérissement de la facture pétrolière accroît les difficultés de la Gambie de se procurer des devises, du fait de l’inexistence d’une agriculture véritable, de l’absence d’une véritable infrastructure industrielle et de ressources minières à vocation exportatrice. De nos jours, le déficit de la balance des paiements de la Gambie atteint une amplitude qui dépasse la mesure, pour un pays qui n’a que deux instruments de politique économique pouvant servir à renforcer ses capacités de paiement en dehors du tourisme (réexportations de produits importés vers le Sénégal et exploitation des bacs sur la transgambienne). Si l’entrée des produits gambiens au Sénégal a connu un net ralentissement, privant ce pays d’une porte pour faire fonctionner sa machine économique basée sur la réexportation de produits importés, l’arrêt de l’exploitation des bacs vient approfondir une crise économique déjà ancienne. Devrions-nous assister sans réagir à l’écroulement de l’économie gambienne et à l’installation dans ce pays d’une instabilité ? 
 
L’acte unilatéral et incommode du gouvernement gambien relatif à la variation subite des tarifs appliqués sur la traversée du bac à des ni¬veaux déraisonnables, dans l’objectif de renforcement de ses capacités de paiement, vaudrait-il des réactions à la limite irréfléchies du gouvernement sénégalais qui s’adonne à encourager le blocus des transporteurs sénégalais ? Devrions-nous développer la réciprocité, en suivant la Gambie dans ses turpitudes, en lieu et place de la recherche de plages de convergences pour, au moins, restaurer le trafic et obtenir de la Gambie la pratique de prix compatibles aux coûts de revient et la cessation des tracasseries ? 
 
L’économie gambienne est entièrement dépendante de l’économie sénégalaise par le fait géographi¬que, de sorte que l’ensemble sénégambien constitue une même entité naturelle que les colonisations ont artificiellement séparée. Ce lien naturel devrait conduire à l’intégration économique véritable des deux ensembles politiques. Les accords économiques pour la réalisation d’un marché commun des Etats de la Cedeao, en relation à la création d’une monnaie commune, à la libre circulation des biens et personnes et à l’harmonisation de la législation des affaires et de la fiscalité intérieure et de porte, devraient inciter nos gouvernants actuels à l’anticipation vers l’union économique et monétaire entre nos deux pays. 
 
Si l’on n’y prend garde, la grave crise économique qui sévit en Gambie mènera ce pays vers une déstabilisation certaine et compromettra davantage la paix et le développement économique en Casa¬man¬ce. Le bon voisinage et la paix n’ont pas de prix et les blocus ou autres querelles byzantines nous éloignent du dialogue des cultures et de la coexistence pacifique. 
 
 
Kadialy GASSAMA - Economiste - Rue Faidherbe X Pierre Verger 
Rufisque 
Insulter ou nier l’autre pour exister, c’est triste  
Ecouter l’une de ces émissions du dimanche m’a souvent inspirée. Ecœurée d’abord ; jusqu’à la nausée. Puis inspirée. Je ne me suis pas toujours donné la peine de l’écrire, ou en tout cas de franchir le pas de la publication, balançant entre mépris et envie de mise au point. Si je franchis le pas aujourd’hui, c’est sans doute grâce au «y en a marre» ambiant, en tout cas à ce ras-le-bol caractéristique de la période de fortes enchères que nous vivons, surtout de la part d’individus qui, passant en particulier de la ma¬nipulation de labos, s’en vont avec beaucoup de dégâts manipuler des concepts dont je ne suis pas sûre qu’ils en ont bien saisi les subtilités. 
 
Qu’on s’entende bien : chacun est libre de prendre part au débat ; surtout au débat citoyen, même si l’espace qui en a été l’expression la plus achevée ces dernières années, les Assises nationales, est également injustement agressé. 
 
J’entends de plus en plus de personnes traiter les politiques de «politiciens» et les partis de «Gie» pour m’en référer aux injures les plus récentes, puisque je passe sur la disqualification des hommes politiques qui seraient le plus souvent incrédibles, dépassés et vieillots. Je défie ces critiques du dimanche de prouver qu’ils ont plus de mérite qu’eux et leur rappelle que, de notre point de vue, on a l’âge de ses idées. Et il se trouve que la plupart du temps, les idées de ces hommes-là sont généreuses pour le pays et n’ont pris aucune ride ! Ces gens, fussent-ils des syndicalistes, ne me semblent pas plus méritants. Qui plus est, beaucoup de ceux qu’ils insultent l’ont été avant eux et ont conquis les avantages dans lesquels ils se vautrent aujourd’hui ; dans des conditions de décence et de respect autrement plus honorables. Ils parcouraient le pays et partageaient le dénuement des camarades à une époque où les cotisations normées et acceptées des militants ne servaient pas à payer des perdiem et autres retraites grassement rémunérés à des pontes que les cellules de ba¬se ne rencontrent que sur les mé¬dia.  
 
Ces politiques, avec humilité, ont donné les plus belles années de leur vie à la lutte pour la liberté, la justice et le progrès, à des moments où beaucoup de ceux qui s’improvisent donneurs de leçons préféraient gérer leur carrière et leur famille, con¬sidérant ces combattants com¬me des «écervelés» ou des «rê-veurs». Je me rappelle mon premier salaire de professeur à 67 000 francs Cfa avec un Bac+5 sans l’indemnité de logement qui fut justement une conquête de la lutte du Sudes de 1980. A cette époque-là, c’était la clandestinité pour la plupart des patriotes et il fallait avoir du cran et beaucoup de générosité pour se battre sans aucune perspective au bout, sinon la liberté pour tous ; au bu-reau, dans les classes comme dans les amphis. Ayant été acteurs de l’époque où nous arrivions en plus de cet engagement à être d’excellents élèves, étudiants ou travailleurs, nous n’accepterons pas d’être insultés. 
 
Soyons justes ! Que les bien-nommés «insulteurs du dimanche» expliquent aux Sénégalais pourquoi nous serions disqualifiés et réduits à des has been, juste parce que nous nous sommes engagés très tôt et que nous refusons de nous faire enterrer avec des idées si actuelles : lutter pour le progrès et la justice sociale, des idées auxquelles nous avons essayé de conformer nos actions et notre pratique quotidienne, privée comme publique. 
 
Pour le reste et pour ce qui est d’avoir fricoté avec le pouvoir, les personnes qui nous ont mandatés à chaque fois et à qui nous avons régulièrement rendu compte (et par delà elles, de larges franges de Sénégalaises et de Sénégalais), nous ont donné quitus de notre action. Toujours principalement au service de l’intérêt général. Sous le magistère de nos différents camarades (parce que j’ai le bonheur et la fierté d’appartenir à la Ld), on peut considérer que la République a été rarement aussi bien servie. C’est pourquoi, nous ne développons au¬cun complexe. C’est pourquoi aussi, sans doute, nous nous interdisons l’envie et la haine pour ne faire con¬fiance qu’à l’effort et au mérite. A la dignité surtout, en toutes circonstances.  
 
Tous ceux qu’on présente comme intellectuels ou qui s’autoproclament tels, devraient s’imposer plus d’humilité, de rigueur dans la manipulation des concepts et appeler les Sénégalaises et les Sénégalais à un débat serein et fertile sur les idées, à un jugement différencié et moins englobant sur les acteurs du champ politique. 
 
Comme disait quelqu’un : «Diakka ja ngook, ku man na nodd.» Les aspirants hommes politiques et non politiciens (comme si le tigre avait besoin de crier sa tigritude) doivent pouvoir chercher à exister sans insulter quiconque.  
 
Personnellement et sans prétention aucune, je me pose comme acteur politique qui s’assume, à l’écoute des populations, assez fière de tous ses parcours et prête à débattre. Des idées.  
 
Khoudia MBAYE - Présidente nationale du Mouvement - des Femmes de la Ligue Démocratique 
POUR EN FINIR AVEC LES CHALUTIERS PELAGIQUES CONGELATEURS ETRANGERS AUTORISES ILLEGALEMENT A PECHER DANS LES EAUX SENEGALAISES ET SE PROJETER VERS L’AVENIR. 
 
« Une mauvaise réponse à de vraies interrogations » 
En ce début du mois de mai 2011, les chalutiers pélagiques étrangers qui pêchent dans les eaux sous juridiction sénégalaises depuis plusieurs mois ont dû les quitter, il paraitrait que l’assurance en avait été donnée aux organisations professionnelles du secteur. Ces bateaux doivent absolument partir parce que, les mois de mai et juin correspondent, avec le réchauffement des eaux, à un des deux pics de ponte des sardinelles adultes. Pour la préservation des ressources halieutiques sénégalaises, la parole qui aurait été donnée devrait, cette fois-ci, être respectée afin de favoriser la restauration d’un climat de confiance entre le ministère de l’économie maritime et les professionnels du secteur. 
 
Rappel  
 
Des chalutiers pélagiques étrangers ont été autorisés à pêcher dans la ZEE du Sénégal en violation des dispositions de la loi 98-32 du 14 avril 1998 et de celles de son décret d’application 98-498 du 10 juin 1998. Les petits pélagiques côtiers effectuent des migrations déterminées essentiellement par la reproduction du sud du Maroc à la Guinée Bissau. Le phénomène migratoire a été mal compris par ceux qui ont autorisé la pêche des petits pélagiques par des chalutiers congélateurs étrangers. La ponte du sous-stock adulte doit absolument être sauvegardée en ces mois de mai et juin pour permettre le recrutement des deux autres qui comprennent respectivement des jeunes reproducteurs et des juvéniles. Le Sénégal n’a donc pas intérêt à laisser se poursuivre les activités des chalutiers étrangers dans ses eaux notamment pour les raisons suivantes : une des deux nourriceries est localisée sur la Petite côte, il a une tradition maritime avérée, une pêche artisanale très active, une population qui consomme 26 kg de poisson par habitant et par an, alors que la moyenne mondiale est d’environ 16 kg.  
 
Le représentant du CRODT à la Commission Consultative d’Attribution des Licences de Pêche (CCALP), se fondant sur les résultats des travaux de recherches scientifiques effectuées depuis plus de 40 ans, avait émis un avis défavorable à la délivrance d’autorisations de pêche aux bateaux concernés et l’avis de la recherche est fondamental. Nonobstant l’avis négatif motivé du CRODT, le gouvernement a été engagé dans un projet pour lequel, aucune étude préalable n’a été menée. Il a seulement été soutenu que l’avis de la CCALP n’engageait pas le ministre chargé de la pêche en oubliant que celui-ci n’a pas le pouvoir de prendre un acte contraire aux dispositions du code de la pêche maritime. Les sénégalais doivent comprendre que le point fondamental à retenir est que les espèces pélagiques côtières ne sont pas strictement cantonnées au-delà des 20 milles marins, elles séjournent également dans des zones situées en deçà de cette limite où, elles sont poursuivies par les chalutiers que les pêcheurs sénégalais croisent en mer et photographient tandis que les populations peuvent les apercevoir de la plage. En termes simples, le Sénégal ne subit des dommages que lorsque, suite à une surexploitation des adultes par les énormes chalutiers étrangers, la protection de la ponte et le renouvellement des ressources ne sont pas assurés. 
 
Interrogations  
 
Les ressources pélagiques côtières présentes au large des côtes sénégalaises sont, certes, insuffisamment exploitées par les armements de pêche nationaux ; elles constituent un stock « partagé » entre 5 pays. Ces caractéristiques justifient-elles, pour autant, le recours à des armements étrangers ? Il ne viendrait à l’esprit de personne de confier à des sociétés étrangères, le transport urbain à Dakar, au motif que les nationaux n’ont pas les moyens de mettre en circulation des véhicules performants, circulant à des heures régulières. Il va sans dire que, le transport urbain actuel fait perdre à l’économie sénégalaise beaucoup d’heures de travail et elle subissait ce faisant un manque à gagner important. Pourquoi a-t-on estimé, s’agissant de la pêche que le recours à des étrangers était la solution appropriée? 
 
Deuxième question : quel intérêt le Sénégal a de voir ses ressources dilapidées sans retombées réelles pour son économie ? Les bateaux étrangers concernés ne débarquent pas leurs captures auprès des usines locales, n’embarquent pas de marins sénégalais, ne paient pas de redevances portuaires, ne recourent pas aux services des dockers du port, ne s’avitaillent pas à Dakar en vivres, carburants, lubrifiants, ne font pas faire leurs réparations à Dakar. Ils n’apportent donc aucune valeur ajoutée au pays, contrairement aux assertions de ceux qui les ont autorisés à pêcher dans la ZEE sénégalaise moyennant le paiement de 35 $ US la tonne de poissons pêchés (17 FCFA/kg). En outre, les captures congelées et conditionnées à bord de ces chalutiers concurrencent sur leurs marchés traditionnels, les produits traités et exportés par les usines sénégalaises. Il s’y ajoute, que ces bateaux sont autorisés à pêcher avec un chalut de 70 mm avec une tolérance de 10% qui fait, qu’ils peuvent pêcher avec des filets de 63 mm de maille, faveur dont ne bénéficie aucun armateur sénégalais. Pour preuve, le 8 avril 2005, un chalutier sénégalais a été arraisonné à quai et consigné, près d’une semaine, pour détention d’un chalut dont la moyenne des mailles mesurait 69,68 mm.  
Troisième interrogation, est-il logique de faire d’importants investissements en infrastructures et en entrepôts frigorifiques en faisant, en même temps, ne pas se soucier de la préservation des ressources halieutiques et prendre le risque de réduire les possibilités de pêche des artisans sénégalais dont les prises sont débarquées sur le territoire national ? 
 
Observations  
 
La FAO a déjà attiré l’attention sur la surexploitation des petits pélagiques et recommandé la réduction d’au moins 50% de l’effort de pêche et les tendances futures de l’offre et de la demande de poisson à l’échelle de la région, révèlent un déficit de plus en plus important qui atteindrait, selon certaines estimations, 3 millions de tonnes à l’horizon 2015. La sécurité alimentaire des pays de la région devrait impérativement être prise en compte dans les politiques d’aménagement (source Mariama D. BARRY, CRODT).  
 
Avant de reprocher aux armateurs nationaux de n’être pas en mesure d’exploiter des ressources pélagiques côtières se trouvant en très haute mer, n’état-il pas plus logique d’essayer d’abord, de connaître les causes de la disparition des sardiniers dakarois? Engager le gouvernement, sans étude préalable, dans une aventure qui a amené tous les acteurs du secteur à se dresser contre l’autorité de tutelle qui a autorisé des congélateurs étrangers à opérer à leur place, n’était sûrement pas, la réponse appropriée.  
 
S’agissant de l’absence de sardiniers au Sénégal, il convient de signaler que dans une publication intitulée l’exploitation des petits pélagiques côtiers au Sénégal : réponse de la recherche à la crise sardinière, Moustapha DEME et J. J. LEVENEZ du CRODT, ont apporté des éléments de réponse pertinents. Le coût d’achat d’un sardinier correspondait à celui de 35 unités d’unités de pêche à la senne tournante et de trois fois plus d’unités de filets maillants encerclants, que les coûts moyens annuels d’exploitation des unités artisanales sont nettement plus faibles que ceux des sardiniers qui, en plus, sont assujettis au paiement d’un ensemble de taxes et redevances ( licences de pêche, patentes, frais de débarquement), de frais financiers, d’assurances, d’amortissement et de personnels très élevés. Le coût de production d’une tonne de poisson est quatre fois inférieur en pêche artisanale qu’en pêche sardinière, que les sardiniers ont des difficultés d’accès au crédit dont les taux d’intérêt sont élevés et plafonnés à environ 50% de la valeur de l’investissement. Les prêts remboursables dans de courts délais et assujettis à des garanties difficiles à fournir par les armateurs. En outre, la vétusté, le manque d’entretien courant et le sous équipement des sardiniers ainsi que leur mauvaise gestion avec des immobilisations, à quai, fréquentes ont été notés. Telles sont les informations pouvant expliquer la disparition de la pêche sardinière au Sénégal.  
 
N’était-il pas plus pertinent de se pencher sur la relance de la pêche sardinière accuser de désinformation les acteurs de la pêche et céder à vil prix des ressources qui appartiennent à tous les sénégalais ? En se référant aux accords de pêche, on signalera qu’ils sont négociés par des délégations officielles avec la participation active des acteurs du secteur. Le document formalisant les engagements des parties, après sa signature, est adopté par l’Assemblée nationale, promulgué par décret par le président de la République puis publié au journal officiel. Par contre, avec le protocole signé le 11 mars 2011, l’Etat a été engagé sans qu’il ne soit envisagé de suivre aucune des étapes de la procédure précitée. 
 
Quelles sont les réponses qui auraient pu être envisagées pour promouvoir l’exploitation des petits poissons pélagiques côtiers par les artisans et armateurs du Sénégal? 
 
Au niveau national, il s’agit de tenir compte du fait que la pêche industrielle nécessite des financements adaptés pour la réalisation d’investissements lourds tels que : la modernisation des industries, le renouvellement de la flotte, la réalisation d’infrastructures pour l’aquaculture. Les montants financiers à mobiliser très élevés, conduisent les prêteurs à exiger un apport personnel conséquent et des garanties importantes. A cet égard, la mise en place de fonds de garanties, de fonds de bonifications de taux d’intérêt et de prises de participation sous forme de portage ainsi que des crédits de campagne ainsi que le financement du fonds de roulement, s’avèrent nécessaires. 
 
La pêche artisanale, également, est confrontée à des difficultés d’accès au crédit pour l’acquisition de pirogues avec un coût du bois de plus en plus élevé, l’achat de moteurs de plus en plus puissants eu égard à l’éloignement des zones de pêche, ainsi celui des autres équipements. Les lignes de financement adéquates devraient être à moyen et long terme, avec des taux d’intérêt réduits et un différé de remboursement suffisant. Moustapha Dème et Moustapha Kébé (CRODT) ont bien étudié l’investissement dans le sous secteur pêche artisanale.  
 
En attendant la mise en place de structures financières répondant aux conditions susmentionnées, on pourrait opter pour la mobilisation de lignes de crédit logées dans les structures bancaires existantes, outillées pour apprécier la faisabilité des projets et à prendre un risque en conséquence, à des conditions acceptées d’accord-parties, entre l’Etat et les acteurs privés. Certes, il ne revient pas à l’Etat de financer les opérateurs privés, toutefois, il lui appartient de créer les conditions favorables à l’investissement.  
 
Tenant compte des réalités suivantes : les ressources halieutiques présentes dans les eaux sénégalaises sont, à 71-72%, constituées d’espèces pélagiques côtières et que 70 à 80% des protéines animales consommées par les sénégalais proviennent du poisson, ne convenait-il pas de penser à la relance des idées relatives à l’instauration d’une pêche artisanale moderne marquant le passage de la pêche artisanale à un palier supérieur, que d’aucuns appellent pêche artisanale moderne ou pêche semi-industrielle? La taille de certaines pirogues a atteint une limite qu’il ne serait pas raisonnable de dépasser et la pêche artisanale sénégalaise n’est pas appelée, jusqu’à le fin des temps, à être pratiquée uniquement avec des pirogues en bois.  
 
A cet égard, les autorités compétentes seraient bien avisées en accordant un rang de priorité élevé au règlement du problème du financement des activités de pêche en commanditant à cet égard, en concertation avec les acteurs du secteur et élaboration en collaboration avec eux des termes de référence d’une étude exhaustive sur ce sujet. Il faut souligner que le marché chinois, par exemple, absorbe de plus en plus des petits pélagiques, c’est ce qui expliquerait le rush vers la Mauritanie et le Sénégal d’armateurs basés dans des paradis fiscaux dont le seul objectif est d’accroître leurs gains propres. Le Sénégal devrait se positionner, dès maintenant, sur le marché précité, avec sa propre flotte au lieu de favoriser l’enrichissement d’affairistes étrangers. Peut-on objectivement reprocher aux acteurs sénégalais de n’être mus que par leurs intérêts personnels et en même temps aider un affairiste qui, au lieu de relancer les activités de son usine, a préféré faire de l’intermédiation et ce faisant s’enrichir sans cause? 
 
Pour ce qui est du niveau sous-régional, il faudrait engager un chantier ambitieux à la hauteur du rang de notre pays ; il s’agit dans le cadre de la Commission Sous Régionale des Pêches (CSRP) d’amener les pays partageant le stock de pélagiques côtiers à en assurer la gestion en commun, puis la CSRP ferait procéder sur une base scientifique à l’évaluation du stock partagé à faire déterminer le volume des captures admissibles sur toute l’aire d’évolution des petits pélagiques, sans compromettre le renouvellement des stocks. Sur cette base, il serait possible de négocier, au nom des Etats riverains, des accords de pêche, contrats ou autres protocoles entre des affréteurs originaires des pays partageant le stock de pélagiques côtiers et des armements étrangers. La CSRP veillerait à ce que chaque pays, en fonction des prélèvements effectués dans ses eaux, tire profit de la compensation financière globale versée par les flottes étrangères. 
 
Conclusion 
 
L’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie dans son rapport pour 2009 portant sur la situation économique et sociale du Sénégal a conclu que s’agissant de la pêche maritime : «le Sénégal dispose d’importants atouts pour un développement viable du secteur de la pêche ; les nouvelles politiques appliquées semblent commencer à porter des résultats avec une évolution favorable du secteur en termes de production et d’exportation. Cependant, les initiatives gagneraient à être poursuivies et consolidées pour pouvoir assurer : une bonne restauration des ressources halieutiques et de leurs habitats, l’amélioration de la satisfaction de la demande nationale, la valorisation optimale des ressources ».  
 
Par conséquent, se lancer dans une aventure lourde de menaces pour les ressources halieutiques n’est pas logique. Il ne faudrait donc plus que se reproduise, les accords secrets de 1991 à 1999 et encore moins, ce qui est en cours, parait-il, depuis le mois de mars 2010, avec un « protocole autorisant des navires étrangers à exploiter les ressources pélagiques migratrices présentes au large des côtes du Sénégal », non prévu par aucun des 116 articles du code de la pêche ; protocole du reste mal rédigé, signé entre un opérateur privé récidiviste et le ministère de l’économie maritime « demeurant » au 4ème étage du building administratif. La durée dudit protocole et les quantités à pêcher sont indicatives, les transbordements sont effectués en rade ou au port sans la présence de la douane, le calendrier d’exécution imprécis court, pour chaque bateau, à partir de sa date d’entrée dans les eaux sénégalaises. «Lii lann lagneka warr touddé» ? 
 
 
 
Dr Sogui DIOUF 
Vétérinaire 
d.sogui@yahoo.fr  

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 5.05.2011
- Déjà 5431 visites sur ce site!