ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Et la République dans tout ça ?

 
J’ai (re)trouvé un pays compliqué 
Il y a parfois un fossé énorme entre ce qu’on lit à travers les supports d’information et la réalité que ces derniers sont censés décrire. Loin du Sénégal, je fus souvent habité par des sentiments d’angoisse, de désespoir et de crainte devant l’ampleur du délabrement du tissu social qui se reflétait à tous les niveaux. J’attendais de voir… le contraire. Grande ne fut cependant pas ma surprise quand quelques semaines de présence physique dans notre cher pays m’ont clairement révélé les contours de cette déchéance polymorphe qui touche les fondements les plus respectables de notre société.  
J’ai (re)trouvé un pays en chantier dont les dernières moutures tardent toutefois encore à se dessiner. Les optimistes jubilent déjà et exhibent les bribes de réalisations tandis que les sceptiques s’alarment davantage devant les lambeaux de la mauvaise gouvernance. Où se situe le réalisme ? Des deux côtés, peut-être! Mais il va falloir encore creuser et bêcher pour voir chez les uns un trop peu d’ambition et chez les autres une insatiété incommodante. Le tout dans un contexte où le vrai et le mensonge se relaient ; l’objectif et le subjectif se superposent ; et où la politique vient déconstruire les repères.  
Le Sénégal est dans une ère confuse. Confusion de rôle, de statut, d’idéal, d’objectif et de combat. La forte propension à l’imposture, la méconnaissance des responsabilités individuelles, et le culte inouï de la facilité minent notre société. D’ailleurs, la nouvelle trouvaille qui veut que l’on ne gagne pas de l’argent par le travail mais par la magouille et le fricotage est une parfaite illustration de ce dangereux glissement d’idéal : « khaaliss kenn douko liguëy, dagnou koy lidiënti » (l’argent ne se gagne plus par le travail, mais par le fricotage). Un changement de paradigme inquiétant qui marque aussi toute une philosophie de vie tournée vers l’incurie par rapport au bien public. Mais que reste-t-il encore à espérer quand l’attention à soi ne figure plus dans le chapitre des « agendas» ?  
J’ai (re)trouvé un pays qui maltraite le bien public. Le paradigme positif du « soin » du bien public est dangereusement remplacé par celui négatif de son utilisation pernicieuse et insouciante. La rue, qui est l’espace par excellence où le bien public s’offre et s’exemplifie, est devenue un territoire chaotique où ne règnent que les intérêts particuliers très souvent divergents : un anarchisme primitif dû au manque de conscience par rapport à ce que chacun peut apporter pour le bien de tous ; « Sunugal » rappelle pourtant le destin commun logé au cœur de la vie d’une nation. Si le Sénégal veut demeurer une nation, il faudrait que cette conscience de servir l’ « être ensemble » soit présente en chacun de ses fils.  
Les repères qui jadis constituaient le ciment de notre communauté sont subrepticement sapés par de nouveaux paradigmes portés par des « hommes nouveaux » incapables de faire la différence entre bien commun et propriété privée, entre usage et utilisation, entre nécessité et fioriture, entre fonction tout court et sacerdoce. Ces hommes, portés qu’ils sont par l’étoile voluptueuse de plaisirs éphémères, en viennent à oublier les réalités profondes de la vie qui pourtant en appellerait à des considérations encore plus chastes, encore plus simples. Ces hommes de peu, parce qu’ils sont pris dans les ténèbres de l’autoglorification, tombent dans un nihilisme substantiel : sans Dieu et devant tous les hommes. La griserie du pouvoir est une lumière si intense qu’elle foudroie les yeux de l’âme et libère les forces animales (éco)toxiques.  
L’humilité qui requiert que nous soyons conscients de nos limites intellectuelles, morales et tout simplement humaines, cède la place à une arrogance et une superbe qui prétendent faire de nous des surhommes, maîtres devant l’éternel, « mesures de toutes choses ». L’arrogance est l’apanage de ignorants qui restent encore incrédules et abasourdis devant la grandeur et la dignité des stations qu’ils occupent.  
Ainsi, en fait de repères, il y a en que cette course folle à « avoir » ; le projet d’ « être » est devenu vieillot, élitiste même, trop aérien pour être poursuivi. Ceux qui incarnent les repères trônent donc au Panthéon de l’ « avoir » et du « pouvoir » qui va avec. Et le savoir ? On s’en occupera après, sans doute. « Après », c’est en fait jamais ! Toute vie est choix, certes. Mais tout choix est aussi une vie. A l’heure des comptes, on doit tâcher de ne pas s’en prendre à soi-même. Quand les repères font défaut, c’est le vide autour des hommes et des consciences. Mais quand les repères sont vicieux et tordus c’est le chaos abject qui donne l’impression d’un ordre qui n’en est pas un.  
Le poisson pourrit par la tête. Notre élite politique et maraboutique est aux agonies. On aurait à en rire, si ce ne fut pas tragique. Le drame est à la mesure de l’angoisse de la perte criarde de repères. La dégringolade est vertigineuse. L’horreur du vide se fait de plus en plus sentir. Un peuple se hisse dans/par les valeurs. Mais il s’ensevelit aussi dans les profondeurs de la décadence lorsque les vertus s’effondrent.  
La connivence et la complicité entre élite politique et élite maraboutique sont si intenses, complexes et compliquées qu’il faille être un savant prophète infaillible pour en donner les réels contours et présager des épilogues. Il reste toutefois que ce mariage à plusieurs cordes, laisse ouvertement entrevoir des aspérités aux relents suicidaires. Car entre cette élite maraboutique qui a fini de vendre son âme au diable – diable qu’il devrait nous aider à combattre – et cette élite politique maîtresse dans l’art de capitaliser les « rencontres », se joue une tragédie dont aucun des acteurs ne sortira indemne. Quand le bon Dieu se sent « piégé » il choisit bien le moment pour exposer et vilipender les commanditaires de cette forfaiture… C’est « en Jeans », comme disait l’autre, que le Dieu de nos jours s’invite à nos tables…  
Certains guides religieux en oublient magistralement le sens de leurs gestes quotidiens qui doivent être fondamentalement arrimés aux « paroles de Dieu. » Et demain, demain sans doute, ils auront à porter une grande responsabilité devant l’Eternel et devant ce peuple qui leur a tout donné, tout reconnu, et tout rendu. On s’imagine déjà le jugement de l’au-delà, avec une sorte de « Schadenfreude » (plaisir malicieux) quand la vérité se révélera dans sa crudité étincelante et que les masques tomberont. Mais avant de penser au saut vers cet au-delà encore incertain pour nous du commun des mortels, la réalité de l’ici-bas nous interdit de nous taire. Car tout silence serait compromission et toute inaction approbation.  
J’ai (re)trouvé un pays très bavard ; un pays otage de la politique dont le modus vivendi consacre la ruse, le mensonge et l’indécence pour jeter aux poubelles les valeurs sacrosaintes qui fondent la politique comme art de gérer les affaires de la cité. Ce que jadis le savoir te procurait, c’est maintenant la langue pendue qui te l’offre…sur un plateau d’argent. L’imposture est de mise, la décence aux oubliettes. S’établissent alors toutes sortes de tares et de vices qui minent la société en profondeur. Si on n’y prend garde, on risque de se retrouver un jour avec une société fantôme et un empereur nu. Qu’allons-nous alors raconter aux générations futures ? 
Le problème des valeurs pourrait aussi se résumer en ce manque criard d’élégance, caractéristique de ceux qui sont au devant de la scène. Il est propre à l’élégance de se donner des limites, pour la sauvegarde des valeurs, et pour le bien-être de la société dans son ensemble. L’inélégant ne peut regarder plus loin que le bout de son nez. Il est aveugle aux valeurs, car dominé par des reflexes autistes qui l’empêchent d’étendre ses perspectives. L’élégance, par contre, est une question d’âme, et non de mine extérieure. L’homme élégant s’interdit des choses, tandis que l’inélégant suce jusqu’aux dernières gouttes les non-dits de la lettre et engloutit l’esprit. L’un sait démissionner, tandis que l’autre est toujours démis ; l’un se consacre aux autres, tandis que l’autre les traite toujours comme moyens pour arriver à ses fins. Entre l’un et l’autre, s’étend tout l’abîme entre la valeur et la « de-valeur. »  
L’impressionnisme du tableau « Sénégal » tient aussi du caractère polyphone – ou plutôt cacaphonique – des débats. Il est vrai que dans une démocratie toutes les voix comptent et que la dialectique délibérative doit en constituer le forum par excellence. Mais l’effusion de toutes sortes d’opinion venant de toutes sortes d’hommes, en tout lieu et en tout temps, peut porter un sacré coup à l’environnement démocratique. En outre, quand tout ce qui n’est pas interdit semble permis, la voie aux abus reste grande ouverte. Une démocratie se nourrit certes d’échanges ; mais elle abhorre les imposteurs adeptes de faux-fuyants. Une démocratie se meurt quand ceux qui ne savent rien parlent de tous !  
Aux confins de ce monde trouble que représente le Sénégal, il ne s’agit pas d’être nostalgique, encore moins fataliste. Car la réponse se trouve en nous, Sénégalais, qui avons la souveraineté de pouvoir encore dire non, sans avoir de compte à rendre à personne. Quand l’insouciance est érigée en credo de gestion, et que la recherche de raccourcis est édictée en règle de réussite, il n’est qu’une prise de conscience individuelle qui puisse sauver le bateau Sénégal des eaux troubles dans lesquelles il a été engagé. Les instants vertigineux de la nausée doivent inélectublement laisser place à la réflexion constructive pour sauver le soldat Senegal. Heureusement qu’il y a encore des gens qui s’inscrivent dans le régistre clairesemé de ceux qui oeuvrent pour un « à-venir » radieux pour le pays de la Téranga, cette terre que nous chérissons tant.  
Auteur: Dr. Cheikh Mbacké GUEYE  
 
Landing Savané fait ses remarques 
Dans une première contribution, j’ai plaidé pour une stratégie commune de l’opposition aux élections de 2012. Je voudrais prolonger ma réflexion sur cette question d’une importance capitale pour l’avenir du pays car il s’agit de réaliser un consensus large et fort des forces politiques et sociales pour mobiliser massivement les populations et gagner les batailles à venir. 
D’abord je voudrais préciser, qu’à mon avis, les élections présidentielles et législatives de 2012 doivent être considérées comme relevant d’une même dynamique électorale. Il s’agit en réalité d’une même campagne qui doit doter le Sénégal d’un nouveau Président et d’une nouvelle Assemblée Nationale. Les dernières élections législatives avaient été boycottées par l’opposition et il ne saurait donc être question de proroger la durée du mandat de l’Assemblée Nationale actuelle qui ne traduit pas la diversité des forces politiques du pays.  
Si les principaux partis d’opposition arrivent à s’entendre, comme le préconisent certains, sur un candidat commun dès le premier tour, il leur faudra travailler ensemble à relever le défi de la mobilisation de l’électorat. Dans ce cas, il sera indispensable de mutualiser tous les moyens matériels et de mobiliser l’ensemble des leaders politiques le plus rapidement possible dans une campagne nationale pour expliquer la stratégie adoptée et convaincre les populations de voter pour le candidat commun. Cette bataille exigera l’engagement sincère de tous les leaders concernés pour donner les résultats escomptés car, comme nous le savons tous, la majorité des électeurs et électrices sénégalais accordent leur voix à un homme et non à un programme.  
Mais si la voie des candidatures plurielles s’imposait, cela ne devrait, en rien, compromettre l’unité d’action de l’opposition pour battre le candidat Abdoulaye Wade. Il faudrait alors s’efforcer de circonscrire au plus tôt les candidats afin qu’ils puissent se lancer dans une précampagne concertée et coordonnée dans le but de réaliser une mobilisation en profondeur de l’électorat et garantir la sincérité du scrutin par un contrôle systématique du bureau de vote à la commission nationale de recensement. Pour cela aussi l’opposition devra s’y prendre très tôt afin de faire échouer les tentatives de fraude et de corruption du pouvoir. Car, à l’évidence, le succès d’une stratégie électorale de l’opposition passera, nécessairement, par le contrôle commun et systématique de l’ensemble du processus électoral comme ce fut le cas en 1999-2000 avec le FRTE (Front pour la Régularité et la Transparence des Elections). 
Dans les deux cas, il n’y aura aucune raison de réduire le mandat du Président que l’opposition aura porté au pouvoir si celle-ci prend les dispositions qu’il faut pour s’entendre, au préalable, sur un Accord Electoral et un Programme de gouvernement recoupant, pour l’essentiel, les points d’accord des Assises Nationales. Naturellement, l’Accord Politique entre les partis de l’opposition devrait comporter l’engagement à désigner un candidat commun de l’opposition si une élection à un tour était imposée de façon unilatérale par le pouvoir. 
L’Accord devrait inclure aussi un engagement à rompre de façon définitive avec Abdoulaye Wade et son équipe ; l’acceptation du principe d’un désistement en faveur du candidat de l’opposition le mieux placé si Abdoulaye Wade est présent au second tour ; la décision de mettre en œuvre une gouvernance concertée et de mettre en place une équipe gouvernementale équilibrée et crédible de coalition, travaillant sur la base du programme adopté ; et enfin le serment du candidat de l’opposition de ne pas être candidat à l’élection présidentielle de 2017 ce qui implique son acceptation d’appliquer la réduction du mandat Présidentiel à cinq ans (05 ans). 
D’autres points peuvent, si c’est nécessaire, s’ajouter à l’Accord Electoral qui ouvrirait la voie à une coopération féconde entre les candidats de l’opposition. N’oublions pas que l’objectif de l’opposition doit être essentiellement de créer les conditions pour que toutes les forces politiques, tous les leaders s’engagent ensemble et à fond dans la bataille pour mettre fin au régime de Abdoulaye Wade qui ne peut gagner les élections présidentielles si nos compatriotes se mobilisent comme il se doit et si les partis politiques surmontent les méfiances qui subsistent entre eux pour faire confiance au suffrage populaire et à la volonté de changement sans précédent qui se manifeste dans l’ensemble du pays. 
« Benno Siggil Senegal » doit, quel que soit le mode de scrutin retenu, rester un cadre d’unité d’action de forces politiques indépendantes, partageant cependant une vision commune de l’avenir du Sénégal, incarnée par les conclusions des Assises Nationales. C’est dire qu’en cas d’élection au deuxième tour, tout leader politique qui voudrait, pour quelque raison que ce soit, soutenir Wade verrait les populations lui tourner le dos comme ce fut le cas en 2000 pour Abdou Diouf. 
Du reste, ce n’est pas dans le camp de l’opposition mais bien dans celui du Président que la débandade s’installera lorsqu’il sera contraint d’aller au second tour, puisque tous les responsables historiques du PDS savent que s’il gagne les élections, son souci prioritaire sera de se débarrasser d’eux et d’installer son successeur à la tête du parti et du pays.  
Nous savons tous que Abdoulaye Wade est devenu un danger pour la Nation et que c’est un homme rusé qui a plus d’un tour dans son sac. Il faut donc l’affronter avec détermination et dans l’unité. La bataille n’est pas gagnée d’avance. L’expérience passée et celle très récente des Assises Nationales, démontrent que c’est seulement sur la base de concertations patientes et de consensus négociés que l’opposition et le camp du peuple peuvent consolider leur unité d’action. Nul n’a le droit d’oublier ces leçons essentielles. 
 
QUI SOMMES-NOUS NOUS CONTACTER  
Transhumance politique  
II - Un ferment solide et fertile de la culture du ‘maslahah’ 
 
 
Inspirés par les réalités politiques du Sénégal, à peine sorti de l’ère du parti unique, et prenant conscience de ce qui s’était produit sur la scène politique avant la naissance du Pds, les dirigeants de ce parti ont décidé de prendre en charge la question sensible de la transhumance politique par l’article 26 des statuts du parti en adoptant un dispositif anti-sabordage. Il faut peut-être rappeler que Wade lui-même s’est, d’une certaine façon, moulé dans ces mœurs politiques qui gravitent autour de la pratique de la transhumance politique, car il doit être considéré comme un transfuge de l’Ups.  
Connaissant ce parti et les pratiques qui y avaient cours, il lui fallait impérativement prendre des précautions pour ne pas trop pâtir de l’instrumentalisation abusive et dévergondée de ces mœurs politiques par les tenants du régime socialiste trop peu enclins à partager l’espace politique avec d’autres. Il était d’une impérieuse nécessité, pour le jeune Pds, de mettre sur pied un dispositif à la fois institutionnel et politique pour juguler les menaces qui pesaient sur son existence et sur son identité : les textes fondamentaux du parti et une sorte d’éducation au ‘patriotisme’ de parti. C’est dans ce sens que prenant la parole à l’occasion de la Conférence nationale de son parti en 1978, le secrétaire général, Me Abdoulaye Wade, a tracé les contours d’un dispositif de sécurité contre la transhumance dont voici les termes : ‘Pour apaiser les craintes de sabordage des militants, nous avons adopté à l’article 26 des statuts, un dispositif anti-sabordage. Même si les dirigeants trahissaient la base et allaient rejoindre l’Ups, le Parti demeurerait. Dans ce cas, quatre conventions régionales peuvent convoquer le congrès et élire une nouvelle direction du Parti’.  
Le choix de mots politiquement sensibles comme ‘trahir’, ‘base du parti’, ‘demeurerait’ n’est pas gratuit : la résonance de telles expressions dans la conscience de militants ‘jeunes’ dans l’espace politique a dû être déterminante dans la suite des évènements. Mais cette prise de position donne simplement une idée d’un ensemble d’alinéas contenus dans l’article 26 dont nous citons quelques-uns : ‘Le Parti, conformément aux dispositions de l’article 816 du Code des obligations civiles et commerciales (Cocc), ne peut être dissous que par le congrès réunissant au moins des 2/3 des délégués et la décision doit intervenir à la majorité absolue des votants’. Il est stipulé en particulier que la démission de quelques membres du Bureau politique ne peut pas, par ce simple fait, entraîner la dissolution du parti : ‘En cas de défaillance de la direction, le congrès peut être convoqué en séance extraordinaire sur déclaration commune d’au moins quatre conventions régionales.’ ‘Les membres qui seront coupables d’activités pernicieuses dans le simple but de provoquer la dissolution du parti au lieu de se conformer aux dispositions des statuts, perdent ipso facto la qualité de membre du Pds sans préjudice de leur responsabilité civile personnelle devant les tribunaux conformément aux règles du droit commun’ ; ‘dans le cas de dissolution, les biens du parti seront dévolus à une œuvre sociale désignée par le congrès qui nommera à cet effet une commission de liquidation.’  
On dit souvent que ce que les lois d’un pays proscrivent, le caractérise plus que ce qu’elles prescrivent : une lecture lucide de ces alinéas en donne la preuve éclatante. Ces passages, en plus de leur valeur institutionnelle pour le Pds, constituent une sorte de mémoire inconsciente de la pratique politique sénégalaise : les alinéas 2, 3 et 4 restituent, en effet, de façon indirecte, l’ambiance politique dans laquelle ils ont été consignés dans ce texte législatif du Pds.  
Un Sénégalais de 2050 pourra se faire une idée plus ou moins précise de la façon dont ses ancêtres faisaient la politique des années 70 à nos jours, et de l’ampleur de la nocivité de la transhumance pour quelques partis. Une frilosité manifeste à l’égard de la transhumance se dégage tout de suite quand on lit ces passages : le caractère essentiellement circonstanciel ne laisse subsister aucun doute sur ce plan.  
Fortement et profondément instruit par les diverses fortunes des partis qui ont précédé le sien, Me Wade était dans l’obligation de se barricader par des moyens politiques et moraux, pour éviter que son parti ne subisse le même sort que les autres. Il découle de toutes ces considérations qu’en se barricadant de la sorte, ce parti voulait relever un défi dans un contexte de renaissance du multipartisme après huit années de parti unique. Il fallait assurer la survie du parti, pérenniser sa présence dans le terrain politique face aux passages éphémères des partis politiques d’opposition. Il fallait éviter le piège de la dissolution par une attitude constructive (d’où la stratégie de parti de ‘contribution’), tout en écartant toute idée d’intégration de l’Ups.  
Cependant, si l’intégration de l’Ups et la dissolution du PDS ont pu être évitées, tel n’est pas le cas pour les défections. Il n’y a pas, dans le passé politique du Sénégal, de parti politique qui ait pâti davantage ou même autant que le Pds des défections scandaleuses au sommet de la pyramide du parti. Ce qu’on appelle ordinairement la crème intellectuelle d’un pays s’est, en fin de compte, fait une sorte de morale pragmatiste sur ce point : la meilleure façon de se faire remarquer et se faire acheter par le régime socialiste était de s’engouffrer dans un compagnonnage hypocrite avec Wade.  
Autrement dit, le Pds était devenu un raccourci pour atterrir dans les prairies vertes des socialistes. Voilà, en définitive, la place de la transhumance dans la société politique sénégalaise, aux lendemains des élections de février 1978 et à la veille de la démission de Senghor. Quand les intimidations ne prospéraient pas dans la perspective de démolition intelligente du Pds, on faisait toujours recours à la corruption à grande échelle.  
Il n’y a aucun doute là-dessus : les quarante ans de règne du Parti socialiste ne s’expliquent pas seulement par la pratique courante de la fraude électorale. Les gens votaient effectivement pour le Ps et ce, non pas parce qu’ils étaient convaincus de ses idées ou programmes, mais simplement parce qu’il lui était la plupart inféodés.  
C’est un secret de polichinelle que de dire que le régime socialiste s’est toujours appuyé sur le clientélisme, notamment en zone rurale, avec la distribution des semences et la commercialisation des produits agricoles, pour influer sur la mobilisation partisane. Le fameux ‘compte K2’ aussi a été mis à contribution pour la corruption d’acteurs politiques de l’opposition. Le personnel politique, notamment celui de l’opposition, a toujours dénoncé avec véhémence l’extrême mobilité des acteurs, notamment ses implications avec la corruption. C’est précisément cette corruption et les mœurs y afférentes qui sont à l’origine du discrédit actuel du discours politique.  
Les Sénégalais ne pas sont devenus sceptiques à l’égard de la politique sans raison : il y a suffisamment d’évènements pour confirmer cette méfiance de nos compatriotes vis-à-vis de la chose politique. Au regard de toutes ces considérations, il est juste de dire que l’ampleur actuelle de la transhumance politique n’est guère un hasard : elle est la résultante nécessaire de ce qui s’est passé dans ce pays depuis les années 50.  
La transhumance ou la ruée vers le Pds à partir de 2000  
Dans Les frères Karamazov, Dostoïevski fait dire à Rakitine ceci : ‘Ne le savais-tu pas ? Tout est permis à un homme d'esprit, il se tire toujours d'affaire…’. Une telle maxime semble bien résumer l’habileté qui a toujours caractérisé la trajectoire politique des hommes politiques de ce pays. Au gré de la météo politique, ils réussissent toujours à naviguer sans jamais chavirer : c’est dans ce sens qu’il faut comprendre la conception et la pratique qu’ils ont de la transhumance politique. Aussi, la grande bousculade actuelle vers le parti libéral n’est-elle guère surprenante : c’est une continuité dans la tradition de la démocratie sénégalaise.  
Depuis presque un siècle, ‘l’entrisme politique’, ‘le nomadisme’ et son corollaire la ‘transhumance politique’, pratiques récurrentes dans la vie politique, ont, à chaque fois, annoncé et accompagné les mutations politiques au Sénégal. La défaite d’Abdou Diouf à l’élection présidentielle de 2000 a été ressentie dans son parti comme un séisme, voire comme une apocalypse politique : l’horizon a été brusquement bouché et l’univers politique devenu subitement étrange.  
La recomposition de la scène politique sénégalaise était donc inévitable surtout qu’une catégorie de politiciens était tellement habituée aux délices du pouvoir que leur survie politique ou même leur survie tout court n’était guère envisageable en dehors des couloirs du pouvoir. Kant a suggéré que l’une des faiblesses (c’est peut-être une force ?) de la démocratie est que ‘chacun veut y être le maître’ ; c’est cela aussi une des clés d’explication du phénomène de la transhumance.  
En effet, il y a une espèce d’élite dans toute démocratie qui ne peut concevoir son épanouissement, ou même son existence, en dehors des cercles du pouvoir : ces intellectuels ne voient dans le militantisme qu’un instrument pour faire valoir leur ‘savoir-faire. Peu importe l’idéologie ou le programme du parti qui gouverne : ce qui les intéresse, c’est avant tout leur salut personnel. A côté de cette catégorie d’hommes politiques adeptes de la transhumance, il y a les politiciens de métiers qui n’ont assurément pas la même lecture de ce phénomène que les citoyens ordinaires. Pour comprendre de façon exhaustive ce phénomène de la transhumance politique, il faudrait peut-être un jour revisiter profondément la sociologie rurale de la société sénégalaise.  
Dans certaines localités, même si on vote, ce n’est pas encore suivant le réflexe du citoyen de la démocratie majeure : des mobiles ethnico-culturels conditionnent souvent le vote. Dans un tel univers, l’homme politique est le dépositaire des intérêts de chaque membre du clan et ce qui peut être considéré comme l’intérêt général dudit clan ; de sorte qu’il réfléchit en fonction de sa localité d’abord avant même de penser au national. Sous ce rapport, la transhumance de certains hommes politiques est, dit-on, voulue, voire dictée par les ‘mandataires’.  
Les pans entiers qui se sont coupés du Ps au profit du Pds révèlent cependant une autre vérité indépendante de la culture de la transhumance. Cette vérité est que, politiquement, le Ps était moribond depuis belle lurette et qu’il n’a survécu que grâce aux sinécures qu’il distribuait pour maintenir ou entretenir une clientèle politique devenue malheureusement trop coûteuse. ‘On gouverne mieux les hommes par leurs vices que par leurs vertus’.  
Et pour dire encore un mot sur la gestion de la transhumance politique, il faut souligner que, puisque (comme le dit La Fontaine) ‘Tout vainqueur insolent travaille à sa perte’, Wade et son régime ont tiré la leçon de la défaite du Ps et c’est pourquoi ils ont très tôt compris que même si la politique ne pouvait pas s’exercer strictement sur les exigences de l’éthique, une moralisation de la vie politique était tout de même nécessaire.  
Si l’histoire se raconte et s’écrit en se fondant sur les vestiges et les témoignages, nul ne pourra occulter dans l’histoire politique du Sénégal que le régime de Wade a été le premier à combattre, sans aucune ambiguïté, le phénomène de la transhumance politique en légiférant là-dessus. Au-delà du devoir d’objectivité qui nous incombe dans la restitution et l’explication des actes et évènements historiques, il est d’une impérieuse nécessité intellectuelle que nous comprenions que, derrière chaque acte politique, il y a une intention humaine, or le monde des intentions ne pourra qu’être approximativement connu (...)  
Au regard de ces considérations, il ne fait l’ombre d’un doute que le phénomène de la transhumance politique n’est ni une invention libérale, ni le monopole d’un parti. Dans les plus profondes racines de la démocratie sénégalaise, on trouve ce phénomène solidement ancré dans nos mœurs politiques.  
Supprimer la transhumance politique au Sénégal peut être un vieux rêve motivé par des raisons éthiques, mais dans la réal politique, une telle suppression équivaudrait à l’arythmie de la démocratie sénégalaise. Malheureusement, elle s’est moulée dans la culture du ‘maslahah’ et de la ‘sutura’ et en constitue un ferment solide et fertile. (Fin)  
Pape Sadio THIAM Journaliste thiampapesadio@yahoo.fr 76 587 01 63  
 
 
Et la République dans tout ça ? 
Invité à l’émission « Remue-ménage » de la Rfm le dimanche 7 février 2010 et interrogé sur les gaffes du ministre Bécaye Diop, j’ai eu à répondre que sa responsabilité est limitée, voire nulle. Le seul et vrai responsable, c’est incontestablement le président de la République, qui s’est permis de nommer ministre de la République ce compatriote, qui n’a manifestement pas le profil de l’emploi. J’ai expliqué comment Bécaye Diop a été nommé ministre par défaut dans le premier gouvernement dit de l’alternance. Ce monsieur trouverait difficilement un poste de chef de cabinet dans un gouvernement sérieux mis en place par un président de la République digne de ce nom. Malgré ses limites objectives, Bécaye est aujourd’hui à la tête du Ministère de l’Intérieur, un département sensible, stratégique qui compte au moins treize (13) grosses directions, pilotées par des administrateurs civils de classe exceptionnelle, des colonels des Forces de sécurité, des commissaires divisionnaires qui ont gravi tous les échelons. Cette camisole qu’on lui a mise est trop ample pour son corps malingre. Il est vrai que c’est d’hommes et de femmes de l’acabit de Bécaye que Me Wade a besoin : sans relief, sans épaisseur, sans ambition politique et dont l’idée ne leur traversera jamais l’esprit de lorgner le fauteuil présidentiel. 
Bécaye Diop n’est donc pas à sa place et n’appréhende pas à leur juste valeur les importants enjeux qui caractérisent le ministère à la tête duquel il a été contre toute attente propulsé, de surcroît avec le grade de Ministre d’Etat, comme lorsqu’il était à la tête des Forces Armées d’ailleurs. Personne ne devrait donc être surpris aujourd’hui de sa bourde de Touba, comme des nombreuses autres. En tous les cas, la dernière a irrité et indigné plus d’un, et soulevé une va gue de vives réactions. C’est le « Le Réseau des jeunes cadres tidianes » qui s’est le premier et le plus illustré dans une déclaration vigoureuse dont voici un extrait : « Toute la communauté tidiane confondue se sent indignée par les déclarations inopportunes et idiotes du Ministre de l’intérieur lors de la cérémonie marquant le Magal de Touba. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que de telles provocations sont distillées par les plus hautes autorités du pays avec en tête Abdoulaye Wade chef de l’Etat mais qui de plus en plus se sent aux services exclusifs de sa communauté mouride. » Au fur et à mesure qu’on lit la déclaration, le ton monte et se fait plus menaçant. Jugeons-en : « Jusqu’à présent aucun justificatif valable n’a été servi aux sénégalais pour expliciter le choix hautement partisan d’entamer l’investissement dizaines de milliards dans les infrastructures par la cité de Touba. Déjà en ridiculisant nos institutions depuis l’entame de l’alternance par l’acte d’allégeance de l’Etat sénégalais à une seule et unique famille religieuse, encore celle de Touba, les différents gouvernements de Abdoulaye Wade ont posé les jalons d’une dislocation pérenne de notre unité nationale. » Et les jeunes cadres tidianes de promettre de « répondre mot à mot, geste par geste à toute autorité, qu’elle soit de l’Etat, du milieu politique, et du milieu religieux, qui s’aventurerait à organiser une quelconque hiérarchisation des communautés religieuses au seul profit de Touba. » Ils ont même déclaré Bécaye Diop persona non grata à Tivaouane lors du prochain gamou. 
Une voix plus autorisée encore, celle du porte-parole du Khalife générale des tidianes, s’est fait entendre sans ambages. Elle « met en garde les autorités qui font des déclarations intempestives pour semer la zizanie entre les confréries ». Le porte-parole dénonce « les incursions des politiciens dans les confréries religieuses », cloue au pilori le ministre Bécaye Diop et annonce une conférence de presse à Dakar, « pour mieux décliner la position de la famille Sy par rapport à cette question ».  
La presse s’est aussi largement fait l’écho de la réaction de Serigne Mansour Sy Djamil qui a, en particulier, accordé une longue interview à la « La Gazette » n° 45 du 11 au 18 février 2010. Le khalife de Serigne Moustapha Sy Djamil n’a pas épargné Me Wade dont il estime qu’ « il ne connaît pas sa fonction ». 
Ces vives réactions, personne ne peut les reprocher à la communauté tidiane : c’est son droit le plus absolu de se faire entendre, de la manière qui lui semble la plus appropriée. J’ai cependant des problèmes quand c’est Bécaye qui est pilonné et déclaré persona non grata. Le pauvre n’est qu’un second couteau. Ndeyi bill gi, Ablaay Wadd la ; lu njiin njaaga te mooy njaag. En d’autres termes, c’est Me Wade le principal responsable. C’est ce qui ressortit d’ailleurs nettement de la déclaration des jeunes cadres tidianes comme de l’interview de Serigne Mansour Sy Djamil. Et ils ont raison. S’en prendre au seul pauvre Bécaye, c’est laisser passer le serpent et s’acharner sur ses traces. Il n’a fait sa déclaration que pour plaire à Me Wade. Il n’était surtout point en transe, comme certains l’avancent pour lui trouver des circonstances atténuantes. Il ne sait même pas ce que Mouridisme signifie. Sans les nombreuses déclarations ostentatoires de Me Wade en faveur du mouridisme, Bécaye Diop se serait bien gardé de tenir les propos qui lui ont valu le volet de bois verts dont il se souviendra toute sa vie. 
C’est Me Wade qui est donc le vrai et seul responsable. C’est de lui, et de lui seul, que viennent le malaise et l’inquiétude qui nous envahissent tous aujourd’hui. C’est lui qui a donné le ton depuis la cérémonie de la pose de la première pierre de la Mosquée Masaalik al jinaan, le samedi 5 décembre 2009, où il affirmait publiquement la primauté de la communauté mouride sur les autres. C’est lui qui, par ses choix politiciens, partisans et souvent maladroits, irritent et frustrent les autres communautés religieuses. Ce sont ces choix qui expliquent les nombreuses sorties au vitriol du porte-parole de la famille Sy contre le gouvernement, en réalité contre Me Wade qui est buur et bummi. Nous nous rappelons l’avoir entendu, à quelques jours du grand Magal de Tivaouane de 2003, adresser une sévère mise en garde aux autorités de l’alternance. Il leur lançait ainsi sans porter de gant : « Tivaouane fait partie du Sénégal et a droit à un peu plus de considération. J’ai dit au Président de la République que les Tidianes font partie de ceux qui l’ont élu. Nous faisons face à toutes nos obligations comme tous les citoyens. Comme tous les citoyens, nous avons autant de devoirs que de droits. Ce sont les droits que nous réclamons. » 
A l’époque, les autorités prirent rapidement peur et intimèrent l’ordre à un membre du Gouvernement d’entrer en contact avec le porte-parole, Serigne Abdoul Aziz Sy Jr. Ce dernier le confirmera en ces termes : « Le Ministre de la Décentralisation m’a appelé pour me dire qu’il a reçu des instructions pour "travailler" Tivaouane. Je lui ai répondu que je prends acte et nous nous sommes donné rendez-vous après le gamou. » Le porte-parole reviendra plus tard à la charge, constatant que les rues de Tivaouane n’étaient pas réfectionnées, contrairement aux engagements du Gouvernement. Il va encore malmener les autorités en leur faisant savoir haut et fort son courroux en ces termes brefs et impitoyables : « Rien n’a été fait à Tivaouane. » Le pauvre Directeur général de l’Agence autonome des Travaux routiers de l’époque fera d’ailleurs les frais de ce courroux : il sera purement et simplement relevé de ses fonctions. 
Le porte-parole mettait surtout la pression sur Me Wade en déclarant (Nouvel Horizon n° 447 du 03 au 09 décembre 2004) qu’il ne comprenait pas pourquoi le président Wade tenait vaille que vaille à médiatiser ses actions à Touba ! Il ajoutait que le Président Diouf allouait annuellement des millions à la confrérie mouride mais dans la grande discrétion. « En médiatisant ses actions, on a l’impression qu’il (Me Wade) cherche à froisser la susceptibilité des autres », concluait-il, très remonté contre ce dernier. Du moins en apparence. 
Sentant tenir le bon bout, il reviendra à la charge le mardi 29 novembre 2005, plus exigeant que jamais. Profitant d’une visite du ministre Assane Diagne dans la ville sainte de Tivaouane, il lui jette à la figure comme une poignée de piment : « L’alternance n’a rien fait à Tivaouane. » Puis, il rappelle que le président Wade n’a rien respecté de son engagement ferme à reconstruire la ville. Visiblement très énervé, il lance alors cette terrible menace : « Les Tidianes n’hésiteront pas à prendre leurs responsabilités lors des prochaines élections ». Il va même plus loin en martelant, connaissant bien le point faible du politicien Wade : « Le gouvernement de l’alternance doit faire quelque chose pour Tivaouane et je donne un ultimatum au Chef de l’État. » (cf L’AS du mercredi 30 novembre 2005, page 4). 
La République est vraiment couchée, humiliée, avec cette volonté effrénée de Me Wade de rester coûte que coûte au pouvoir. Lancer aussi publiquement un ultimatum à l’Etat et à son chef ! C’est quand même très inquiétant ! 
Le Premier Ministre Macky Sall, à son tour, ira à Canossa, en se rendant à la ville sainte à quarante huit heures du Gamou de 2005, à la tête d’une forte délégation d’au moins quinze ministres. Après avoir présenté ses vœux au Khalife général des Tidianes, il le rassure en ces termes : « Le Président de la République Me Abdoulaye Wade a donné des instructions fermes à son Premier Ministre pour que rapidement le visage de la ville sainte change, avec la naissance de nouvelles infrastructures capables d’accompagner l’essor de la cité religieuse. S’il y a le moindre retard à ce niveau, ce n’est pas le Président Wade, mais le Gouvernement.»  
Pour en finir donc avec la réaction de Tivaouane, je le répète avec force, c’est à Me Wade qu’il faut s’en prendre, plutôt qu’au pauvre Bécaye Diop, qui n’est que la voix de son maître. 
Ce n’est d’ailleurs pas Tivaouane seulement qui exprime son courroux. De toutes les autres confréries et de l’église catholique fusent des récriminations. La République est ainsi devenue l’otage des foyers dits religieux. Le président est écartelé dans sa volonté inconciliable d’afficher sa nette préférence pour Touba et d’entretenir des relations normales avec les autres confréries. C’est pourquoi, il est obligé parfois de s’humilier et d’humilier la République. Ainsi, lors du gamou de Tivaouane de 2004, il a bu le calice jusqu’à la lie, en s’expliquant publiquement et laborieusement sur son mouridisme. Il faisait remarquer notamment que « sa propre famille est partagée entre les deux grandes confréries sénégalaises, c’est-à-dire les Tidianes et les Mourides », que chez eux (les Wade) « ils sont deux – une de ses sœurs et lui – à être des disciples de Cheikh Ahmadou Bamba ». « Ce qui n’altère en rien, s’était-il empressé de préciser, ses relations avec Tivaouane et la communauté tidiane ».  
Cet événement était passé presque inaperçu et n’avait pas, en tout cas, fait à l’époque l’objet de beaucoup de commentaires. C’était pourtant inédit, proprement piteux et gênant, très gênant pour la République, la Démocratie, la Laïcité. 
Je ne conclurai pas ce texte sans passer rapidement en revue trois autres réflexions que m’inspirent la gaffe de Bécaye et la suite à laquelle elle a donné lieu : 
1) – en attendant la conférence de presse annoncée, la première position du porte-parole du Khalife général des Tidianes a, tout d’un coup, notablement évolué. Il invite curieusement les journalistes à « savoir censurer les propos négatifs ». C’est à l’homme de presse, selon lui, qu’il revient de pouvoir « disséquer » dans les discours, « ce qui pourrait heurter et l’éliminer ». N’est-ce pas plutôt aux autorités, et à la première d’entre elles, qu’il appartient de s’autocensurer, en remuant mille fois la langue avant de parler ? Le rôle de la presse est d’informer et de commenter, s’il y a lieu, ce qu’elle voit, entend ou lit. L’invite du porte-parole devrait à la rigueur s’adresser à la télévision des Wade, qui les suit comme leur ombre et rend compte de façon exhaustive de tous leurs gestes et propos. Et puis, dans cette affaire, il n’y avait rien à censurer vraiment ! Nous avons tous entendu en même temps la bourde de Békaye et la déclaration de Me Wade du 5 décembre 2009 ! Et bien d’autres encore d’ailleurs. Laissons donc les journalistes tranquilles ! 
2) – cet animateur d’une certaine émission, affichant de plus en plus sa volonté inébranlable de faire plaisir aux Wade, s’est époumoné à vouloir défendre Bécaye Diop et à banaliser sa bourde. Selon lui, chaque confrérie estime avoir une longueur d’avance sur les autres et la justifie par des preuves tangibles. Bécaye n’aurait donc commis aucune faute en prononçant les propos incriminés. C’est justement parce que chacune d’elles affiche sa suprématie sur les autres que Bécaye et tous les représentants de l’Etat républicain devraient s’abstenir de prendre partie dans cette « rivalité ». Bécaye serait aussi blanc comme neige puisque le militant qu’il est défendait les intérêts de son parti, comme tous les politiques qui viennent à Touba d’ailleurs. Quelle grave appréciation ? Où est la place de l’Etat républicain dans tout ça ? L’argument brandi est faux d’ailleurs : les prédécesseurs de Bécaye (Macky Sall, Ousmane Ngom, Cheikh Tidiane Sy) sont aussi militants que lui. Ont-ils jamais commis à Touba ou ailleurs la bourde qui fait jaser aujourd’hui ? Le nouveau bouclier de Wade estime aussi que les relations heurtées entre ce dernier et les différentes familles religieuses ne sont pas un fait nouveau : c’était pire du temps de Senghor. Quelle hypocrisie ! Quel mensonge ! Il y a mille exemples pour le confondre mais ce texte est déjà long. On l’a entendu aussi qualifier Me Madické Niang et Me Abdoulaye Wade de mourides « saadiix ». A-t-il déjà oublié que c’est lui qui, le premier, a réfuté catégoriquement le « mouridisme » de Me Wade, dès son accession à la magistrature suprême ? Il est vrai que, à l’époque, il ruait dans les brancards pour avoir sa télévision. Un autre bouclier des Wade, qui a gagné ses galons dans l’émission très orientée et très colorée du premier, explique la bévue de Bécaye par les subtilités de la langue wolof. Et ses nombreuses autres sorties malheureuses en français ? Ce sont aussi les subtilités de cette langue qui sont en cause ? Trêve de balivernes waay ! 
3) – les malheureux choix de Me Wade et des siens n’entraîneront peut-être pas de graves conséquences sur les relations entre les différentes familles religieuses, donc sur la cohésion nationale. Je renvoie les lecteurs à l’intervention remarquée à cette certaine émission (du jeudi 11 février 2009 à 21 heures), de Serigne Abdou Lahat Mbacké Gaïndé Fatma, digne fils de son père et président de la commission culture et communication du Magal de Touba. « Touba et Tivaouane ont le même sang, ils sont de même père et de même mère », a-t-il proclamé. « La religion au Sénégal, ajoute-t-il, c’est comme une maison et les confréries des chambres de cette maison ». En outre, il trouve normal que l’Etat investisse à Touba, deuxième ville du Sénégal par sa population. Ce faisant, il s’acquitte de son devoir. Mais, il précise avec bonheur que « dans sa démarche, l’Etat doit être neutre et traiter tout le monde au même pied d’égalité ». Avec de tels esprits de tolérance et on en trouve dans tous les foyers religieux du pays, les maladresses et choix politiciens de Me Wade ne nous conduiront peut-être pas au chaos qui nous menace sans cesse avec sa nauséabonde gouvernance. Pour cette chance, nous devons rendre grâce à Dieu.  
MODY NIANG, e-mail : modyniang@arc.sn 
 
 
Pari Destructeur du Sénégal Libéral 
C’est en ces termes que s’est exprimé le Président Wade le 26/10/07 lors du séminaire gouvernemental sur les résultats du groupe consultatif de Paris : «Je ne veux plus entendre parler de gré à gré, que l’on n’évoque plus l’urgence pour justifier le gré à gré, il n y’a pas d’urgence qui tienne.» 
Un an après, nous avons eu les dépassements budgétaires que le même Wade a qualifiés devant le vice-président de la Banque mondiale Ezekwesly de faute énorme et avait ajouté : «Tout Directeur général qui dépensera plus que son budget sera sanctionné, je le mets à la porte et il sera arrêté.» J’avais seulement souri à l’époque parce que c’était à l’occasion du colloque sur l’accélération des déboursements de l’aide au développement. Sachant comment le système et ses hommes fonctionnent, je savais que rien n’arriverait. Un lampiste, qui n’a pas vu la couleur de l’argent ainsi dilapidé a payé (Ibrahima Sarr, ancien ministre du Budget) et les rideaux sont tombés. 
Il y aura ainsi une loi rectificative de finances qui viendra, comme les lois scélérates genre «Ezan», enterrer l’œuvre de ces prédateurs de genre nouveau qui ont occasionné ces fautes graves. La topographie des prédateurs désignés renseigne que rien ne leur arrivera de grave. Nous avons vu tous comment certains directeurs d’agence ont poussé la témérité jusqu’à ne pas répondre aux auditeurs des cabinets. 
L’Autorité de régulation des marchés publics vient de rendre son rapport d’audit sur les contrôles effectués auprès d’un échantillon d’autorités contractantes pour l’année 2008 (ministères, agences, collectivités locales etc.). Le constat a été unanime pour les cabinets qui ont été commis à la tâche : De graves violations dans les passations et exécutions des commandes publiques. Les fautes constatées dépassent le scandale au moment où l’indicateur du moral des ménages a drastiquement chuté. Ceux qui s’attendent à juste raison à des sanctions contre ces prédateurs qu’ils voient, à la salle des banquets, plastronner fièrement devront prendre leur mal en patience, car vers le chemin qui mène à 201…, la campagne nécessitera beaucoup de moyens matériels et financiers que détiennent justement ceux-là. Comme dans le lot figure son fils, le «meilleur» des fils du pays et ses amis. 
Pourtant la Dcmp avait dans sa situation sur les marchés immatriculés pour le 1er trimestre 2008 indiqué que sur 79 896 485 725 (Bci, fonctionnement, etc.), 52% l’ont été par entente directe avec 1% autorisé. Aucune réaction de la part de la plus haute autorité du pays. 
Ce Code des marchés, on l’a laissé dormir dans les tiroirs depuis juin 2006 afin de permettre à une caste de prédateurs de dérouler tranquillement leurs chantiers. Ils ne respectent pas les Sénégalais, ils pensent que leur «constante» est éternel, leur pouvoir éternel. Il a bien raison ce ministre-conseiller de dire que s’ils perdent le pouvoir, beaucoup iront en prison et y aura pas besoin d’audits nouveaux tellement y a matière déjà sur ce que nous en savons alors que l’audit de l’Armp n’a touché qu’un échantillon fort réduit des structures existantes. 
Je disais dans un de mes papiers que les gisements de fraude du système sont nombreux et variés. L’audit et l’exploitation sérieuse de tous les démembrements de l’Etat renseigneraient que notre pays n’a connu en 50 ans d’indépendance, tels détournements de deniers publics en 10 ans. 
Ce qui est révoltant dans cette situation, c’est la violation grave et en toute connaissance de cause du Code des marchés par ces individus sans foi ni loi. A défaut de paralyser l’Armp pour que les audits de 2009 ne sortent jamais avant 201…, ils vont s’atteler à discréditer les membres de la structure pour faire oublier leur forfaiture. 
Un jour l’un d’eux m’a dit en wolof «wakhou niari fann, niet lay done» et pour ceux qui ne comprennent pas cette langue cela veut dire (le tollé ne fera que 2 ou 3 jours sans plus). 
Oui, de grands «brigands» sont au pouvoir et à côté de ces prédateurs nous avons aussi le genre Massaly et Bécaye Diop. Des gens «créés» par Wade et pour qui ils sont prêts à TOUT faire et dire tellement ils n’ont jamais rêvé des positions qu’ils occupent dans le Sénégal. Je profite de cette occasion pour démentir formellement, rétablir la vérité pour ceux qui se trompent de bonne foi (journaux-télés) au sujet de Massaly pour dire qu’il n’est pas Pca de Dakar nave, mais de la Sirn car entre ces deux entités, c’est l’océan du point de vue économique et structurel. Une société de 8 personnes avec Pca et Dg, c’est aussi un des gâchis énormes rien que pour satisfaire une clientèle politique, qui ne fera aucun travail pour le bonheur des populations, seulement des moyens de faire la politique avec l’argent des Sénégalais. Cette société qui n’a aucune activité ni commerciale, ni industrielle, ne perçoit que des redevances qui sont loin de couvrir ses charges. 
Concernant Bécaye, c’est le lieu de dire que vraiment ce n’est pas le genre à qui confier un département ministériel aussi stratégique qui nécessite deux choses : tenue et retenue. (…) Et nous ne sommes pas au bout de ses «bécayeries». Comprenne qui pourra.  
Senghor serait ahuri s’il lui était donné de venir un jeudi rien que pour voir la tronche de certains qui siègent au Conseil des ministres. Pour Abdou Diouf, tout le monde sait qu’il n’aurait jamais nommé certains ministres qui y siègent. Ils savaient la place où il fallait les mettre. 
Salif NDIAYE - Dieuppeul2 - salifn@hotmail.com 
 
 
Déchaînement de la mer sur les plages : tout sauf un mur ! 
Depuis quelques jours, il a été constaté le déchaînement de la mer sur plusieurs plages le long du littoral sénégalais. Ce phénomène est encore plus visible au niveau des plages des Parcelles assainies, de Diamalaye, de Yoff et de Saint-Louis où l’eau a rejoint des niveaux inquiétants. Cette situation qui se manifeste de manière cyclique chaque année prend de plus en plus d’ampleur avec le changement climatique à l’échelle mondiale. Et c’est l’occasion de faire le rapprochement avec ce qui se passe dans les autres pays en termes de perturbations du cycle de l’eau.  
Les réactions des populations dans le vif sont compréhensibles, avec le souhait de mettre en place un mur de protection. La dernière en date est celle des populations de Guet Ndar et de Gokhu Mbathie sur la Langue de Barbarie. Mais le déferlement des eaux serait plus catastrophique si l’option de l’édification d’un mur est adoptée. En effet, ça sera l’occasion pour la force motrice de l’eau d’avoir un élément fixe à attaquer. Les exemples ne manquent pas des murs de protection qui tombent quelques mois après leur mise en place.  
Ce qui doit pousser les autorités, les acteurs de la protection de l’environnement et les populations à une réflexion beaucoup plus poussée sur la gestion rationnelle de nos plages. Tout le monde constate avec regret les emprises privées installées sur les plages, dont les conséquences sont incommensurables. D’abord, ces emprises ont des conséquences néfastes sur les mouvements naturels des houles, le transfert des bancs de sable et autres phénomènes naturels qui se produisent le long des plages. Ensuite, l’accès à ces espaces très sollicités par la jeunesse, pour le sport ou des activités récréatives, est de plus en plus restreint. Ce qui peut avoir des réactions incontrôlées avec le mutisme des autorités sur ces phénomènes. Dernièrement, les réactions violentes des jeunes contre le morcellement en parcelles de la plage en face du centre aéré de la Bceao est illustratif. 
Cette gestion rationnelle de nos plages suppose tout d’abord l’application des lois et règlements en vigueur. En effet, il est bien indiqué qu’aucun établissement ne peut être édifié sur 80 mètres après la ligne des hautes eaux. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui sur la plupart de notre frange maritime. Le cas de la Langue de Barbarie est encore plus édifiant, avec la pression foncière qui s’y exerce. Cette bande de sable, large de 300 mètres, devrait faire l’objet d’une surveillance beaucoup plus accrue afin d’éviter une catastrophe.  
La nature subit plusieurs modifications de ses aspects naturels depuis plusieurs années. Le cycle de l’eau qui est une partie intégrante de ces aspects naturels a un caractère spécial. En effet, à chaque fois qu’on modifie ou supprime une partie du cycle de l’eau dans une partie du globe, les réactions sont immédiates et violentes. La construction d’un mur n’a jamais été une solution pour arrêter une mer. A la limite, cette solution peut être envisageable dans le cadre d’un cours d’eau pour éviter le déversement des eaux hors du bassin. 
Vouloir construire les pieds dans l’eau ou proche de la mer ne doit pas être plus important que la protection d’un bien commun inestimable : les plages. Il faut réagir !!!  
 
 
Mbaye Babacar DIAGNE - Expert Eau-Assainissement - BP 7719 Dakar-Médina / ababacarmbaye@yahoo.fr 
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 16.02.2010
- Déjà 5206 visites sur ce site!