ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Questions focales autour d’un monument

Questions focales autour d’un monument 
 
Le monument de la renaissance africaine est pour bientôt. Il aura fait couler plus d’encre que de béton en raison des dits et non-dits du projet qui est spécial dans les annales du monde non pas seulement pour son record en hauteur mais, parce que mettant en affaire deux actionnaires qui se confondent actuellement dans la temporalité : L’Etat du Sénégal symbolisé par son chef et le même chef à titre privé qui fait valoir sa propriété intellectuelle valorisée parait-il à hauteur de 35%. Dans le flou de ce montage, pour savoir si un chef d’Etat peut être coactionnaire avec le même Etat qu’il dirige, nous avons utilisé le seul projecteur qui vaille c'est-à-dire la constitution de la république du Sénégal.  
L’article 38 de la constitution du Sénégal stipule « La charge de Président de la République est incompatible avec l’appartenance à toute assemblée élective, Assemblée nationale ou assemblées locales, et avec l’exercice de toute autre fonction, publique ou privée, rémunérée. Toutefois, il a la faculté d’exercer des fonctions dans un parti politique ou d’être membre d’académies dans un des domaines du savoir. ». Selon cet article de notre loi fondamentale, la fonction de chef de l’Etat serait donc incompatible avec toute activité publique ou privée rémunérée. La rémunération en règle générale se fait par le salaire, les avantages mais aussi avec des dividendes pour le cas de la rétribution de l’actionnariat. Nous savons tous que dans la réalité, la fonction de chef d’Etat n’est pas gratuite. Elle est rémunérée en termes de salaire et autres avantages pour l’exercice exclusif de la fonction. Elle ne se rémunère pas en termes de dividendes puisque le chef de l’Etat n’est pas actionnaire de la république mais premier fonctionnaire ou administrateur de l’Etat. Un chef d’Etat est payé en salaire pour réfléchir et agir pour la nation. Les fruits de sa réflexion et les projets qu’il met en œuvre pour la nation sont rémunérés par le salaire qu’il perçoit et les avantages liés à sa fonction. La constitution sénégalaise ici qui interdit « toute autre fonction publique ou privée rémunérée » ne parle pas de salaire mais de rémunération au sens large qui peut revêtir plusieurs formes y compris certainement la rémunération de l’actionnariat. La question morale et légale est de savoir si un chef d’Etat en exercice peut, à coté du même l’Etat qu’il dirige, être actionnaire à titre privé et individuel dans un projet par lui décidé ? En somme, faire les parts et choisir en premier comme dans un cadre léonin. Le cadre léonin n’est pas un standard démocratique. 
 
Les juristes et autres spécialistes du droit et des affaires pourraient certainement répondre à cette question de la possibilité de partenariat entre un chef d’Etat et le même Etat qu’il dirige. Les termes du contrat dans le projet du monument de la renaissance africaine ne sont pas connus du public et devraient l’être pour voir avec quel subterfuge l’article 38 de la constitution a été interprété (pour ne dire contourné) pour en arriver à cet actionnariat spécial au monde. Mais le Sénégal est lui-même un pays spécial qui semble tenir en entier aux décisions de laboratoire d’un maitre qui trouvera toujours des esprits assez imaginatifs pour peindre à vide dans l’atmosphère et ensuite essayer de convaincre la masse que l’apparence n’est pas la réalité perçue.  
 
On nous a expliqué et réexpliqué comme dans une démarche d’autojustification que la rémunération des 35% d’action (propriété intellectuelle) du chef ira au projet « case des tous petits ». Est-ce que cette destination vers la « case des tous petits » est bien verrouillée en terme contractuel ou est-ce un simple engagement verbal que demain les héritiers légitimes de l’actionnaire minoritaire pourraient remettre en cause en fonction de leur station future dans la galaxie publique ou privée ? Cette question importante doit être élucidée par l’actionnaire minoritaire mais aussi par l’autre actionnaire majoritaire qu’est l’Etat. Comment dissocier les deux le temps de faire la lumière sur cet actionnariat. C’est le casse-tête sénégalais pour ne dire chinois auquel certainement les juristes feront face. Le projet « case des tous petits » qui est une des rares idées géniales de l’alternance ne doit pas simplement servir d’eau pour faire avaler la pilule. Est-ce qu’il est écrit en termes clairs irréfutables et inchangeables qu’ad vitam aeternam, les dividendes issus des 35% de l’actionnariat « privé » iront exclusivement à la case des tous petits ? 
La réponse à cette question, sans donner tout le crédit à cette forme d’actionnariat en mettra certainement un tout petit peu pour ne serait-ce qu’en atténuer la senteur léonine. La fin fut-elle noble ne doit pas justifier tous les moyens surtout quand on donne l’impression d’écorcher la loi fondamentale qui restreint la fonction de chef de l’Etat dans les limites de la république. 
Demain, le premier gouvernement post alternance ne va certainement pas dynamiter ce monument qui est déjà là et avec lequel il faudra faire mais, sans doute, cette formule d’actionnariat bizarre sera remise en cause en toute légitimité. Il y aura conflit au niveau des actionnaires. 
Ce conflit peut être évité si la sagesse fait que les 35% soit versé tout de suite dans le patrimoine de la république quitte à verrouiller par une législation claire sur les clefs de répartition des bénéfices du monument pour assurer la pérennité du projet « case des tous petits » qui, géré en totale transparence, doit faire partie des consensus dynamiques. 
Cette sagesse là qui verserait les 35% de l’actionnaire privé dans l’escarcelle de la république est une nécessité morale et légale si tant est que les motivations sont et ne sont que pour la république. 
 
 
Il n’est pas sensé de signer ou de faire signer un contrat avec soi-même. Mais en levant un peu plus le voile sur cette forme spéciale exclusivement sénégalaise d’actionnariat, il y aura certainement de la matière à débat pour les juristes et les politiques.  
 
Je crois qu’au-delà de la question d’opportunité du monument, le problème de l’actionnariat est plus focal. Le bissap est tiré, il faut le boire maintenant. Mais comment ? 
Si la question de l’actionnariat n’est pas réglée tout de suite, la brèche sera béate de voir demain un chef d’Etat valoriser le fruit de sa réflexion contrairement à l’esprit de l’article 38 de notre loi fondamentale.  
Ce point mérite plus d’attention que bien d’autres. C’est un point qui interpelle le droit et la morale qui, ici, se confondent pour dresser les limites de l’infranchissable.  
 
 
Mamadou NDIONE 
 
Mandione15@gmail.com 
Lettre ouverte à Maitre Abdoulaye Wade, Secrétaire Général National du P.D.S :  
« Le poète est ainsi dans les landes du monde lorsqu’il est sans blessure, il garde son trésor. Il faut qu’il ait au cœur une entaille profonde pour épancher ses vers, divine larme d’or » 
Théophile Gautier 
L’annonce de la candidature de Me Wade pour les élections présidentielles de 2012 signifie sans équivoque la fin de la récréation et remet tout le monde dans les rangs. 
Actuellement des stratégies sont en train d’être élaborées pour la réussite de cet objectif. Dans cet ordre d’idée, des rencontres, des contacts et des réconciliations tous azimuts sont observés fouettant du coup les ardeurs de toute la classe politique. 
Les mêmes causes produisant les mêmes effets, les enseignements des locales de 2009 doivent sérieusement servir d’avertissement pour éviter de tomber dans les mêmes travers. 
La spécificité de ce scrutin nous amène à faire une analyse de la situation dans notre localité. 
Un soir du 10 février 2009, alors que les militants libéraux s’attendaient à une reconduction logique de Mohamed Fadel Gaye comme tête de liste, le PDS nous imposa une liste honteuse et méconnaissable, ne reflétant pas l’électorat du plateau. C’est pour cela qu’en tant que jeune militant, j’ai eu le cœur meurtri et déchiré. Le sentiment le plus partagé est le découragement qui installe une léthargie destructrice alors que la section communale du Plateau était jadis fer de lance du parti. 
Elu en 2002 à la station municipale du plateau avec 58%, Mohamed Fadel Gaye a fait des réalisations concrètes et palpables sur tous les plans notamment sur la santé, le sport et l’éducation. 
En effet, ses réalisations multiples doublées de son humanisme, sa générosité débordante, son ouverture d’esprit, son sens du partage et surtout son humilité lui ont permis d’être dans le cœur de l’écrasante majorité de la population du plateau qui voit en lui le seul homme apte à conduire pendant longtemps la destinée de leur localité. 
Mais hélas en 2009 (le 22mars), le PDS a décidé d’investir deux présumés commanditaires de scandales : celui de l’AS et de 24heures chrono et celui du stade Assane Diouf, respectivement Farba Senghor tête de liste majoritaire et Demba Diop alias Diop Sy tête de liste proportionnelle de la coalition sopi, avec le soutien destructeur du « frère » Abdoulaye Faye Administrateur Général du PDS. 
Pourtant, la direction du parti avait été avertie que si cette liste ignominieuse et éhontée était maintenue, la Coalition Sopi enregistrerait la défaite la plus cuisante de son histoire politique au Plateau. 
Toutefois, cette situation irresponsable bardée de clientélisme et de théâtralisation politique avait fini par créer des remous, troubles, bouillonnements, et effervescences sociale et la population avait décidé de sanctionner avec la dernière énergie, la Coalition Sopi et de voter massivement pour Benno Siggil Sénégal avec quinze(15) voix de plus que la Coalition Sopi. 
D’ailleurs, ce faible écart s’explique et se justifie par le fait que Mohamed Fadel Gaye, une semaine avant la fermeture de la campagne, est entré dans certains quartiers du plateau et est parvenu à convaincre une bonne partie de militants frustrés qui ont fini par accepter de voter pour la Coalition Sopi 2009. 
Sinon la défaite aurait été humiliante. 
Mais même étriquée, une défaite est toujours amère. Malgré tout, nous refusons de croire (beaucoup de jeunes du Plateau avec moi) que tout le travail remarquable de ce leader puisse passer par perte et profits et osons encore croire sinon espérer que le parti, dans un sursaut de réalisme, réhabilite ce militant incontournable s’il souhaite avoir une chance en 2012 maintenant que les masques sont tombés ; que les menteurs et les manipulateurs sont connus ; qu’on sait qui a une base et qui ne l’a pas ; que la vérité a éclaté au grand jour. 
Seydou Diouf Membre du C.L.C de Plateau. 
Secrétaire Général du Conseil local de la jeunesse 
Trésorier Général du Club Génération NEPAD 
Diouf.seydou26@yahoo.fr 
RÔLE DE L’ISLAM AU SENEGAL CONVIVIALITE CITOYENNE ET SAUVEGARDE DES EQUILIBRES 
 
Article Par Wagane FAYE, Professeur d’Anglais ,  
Paru le Lundi 7 Déc 2009 
 
Il est très réconfortant de constater, au cours de la célébration de la Tabaski 2009, l’intensité de la teneur des sermons délivrés par les Imams. Qui, de jour en jour, abordent une thématique qui renfonce, heureusement, la dimension de la communication en Islam. L’Islam devenu, en ce monde gagné par la turbulence ou la violence, un rempart et un recours.  
D’ailleurs, l’intérêt de cette approche est que le niveau de l’obscurantisme et du fanatisme se réduit au bonheur des fidèles musulmans. C’est aussi, le lieu de se féliciter, vivement, de la structure des sermons et de l’usage des TIC qui ouvrent des perspectives heureuses aux croyants musulmans sans exception. Faudrait-il insister sur le caractère pluriel de la culture islamique et, également, sur l’apport fécondant de la communication musulmane qui libère le citoyen et renforce ses capacités en tant qu’acteur social, souvent agressé par le gain, le profit et les prédateurs sociaux?  
La Tabaski 2009 est venue sanctionner, positivement, la pratique de la démultiplication de la théologie islamique et a démontré, avec un positif discernement et avec une grande finesse, la valeur des moyens dont se sert la Religion musulmane pour l’émancipation citoyenne et l’humanisation sociale. 
Il convient de saluer, après la célébration de la Korité, de la Tabaski et l’attente des pèlerins des lieux Saint de L’Islam, la ferveur que caractérise le déroulement de ces événements religieux. Certains ne cessent de s’étonner sur la nature des coûts découlant, souvent, du financement des charges générées par les dites fêtes. Certains autres estiment, souvent, que cela relève que de la parade. Peut être !  
Les musulmans, au contraire, s’affirment, en confirmant par des charges (qu’ils assument) afférentes à la célébration des fêtes religieuses, leur volonté de garder, sans discontinuité, la corrélation qui doit exister entre leur conviction et les nécessites islamiques. 
Nous, musulmans du Sénégal, entendons consolider notre foi en l’islam qui, bien que talonné par l’universalisme occidental et ses corollaires, comme la globalisation et la mondialisation, avance sans détour. Dans un monde où certaines idéologies sont, sans répit, battues en brèche pour que, enfin, le capitalisme domine et aliène. 
Heureusement, les populations musulmanes de notre pays ont échappé à l’acculturation, à l’assimilation et au règne des contre valeurs. Du fait de leur ancrage à l’Islam. Mais aussi, de la patence de leurs us et coutumes qui partagent, avec la théologie musulmane, des règles sociales définies pour une très bonne sauvegarde de sécurité humaine.  
Egalement, l’islam confrérique démultiplié par des guides religieux de dimension universelle, aura permis aux populations musulmanes du Sénégal d’évoluer sans être victimes d’arabité ou d’un quelconque mimétisme culturel destructeur. Sans oublier, surtout, leur capacité d’indignation qui a renforcé leur résistance au diktat des idéologies, aux nuances très fines des obédiences philosophiques. Des influences qui proviennent de l’éternelle cohabitation d’avec certaines religions qui d’ailleurs, évoluent vers une consistance et une communion que rien n’ébranle. Bien que de nouveaux démons s’amusent avec de grandes effusions, à théoriser une intégration politique et citoyenne par le biais de la religion. Attention ! Parce que des plaies ouvertes et qui sont restées béantes ont débouché, malheureusement, sur une complication à essence irrédentiste. Avec une victimisation qui n’a pas, au plan politique, entamé l’unité nationale. Mais a atteint, dans sa chair la Nation Sénégal.  
Notre Etat devrait, sans complexe aucun vis-à-vis de la laïcité et de la Démocratie, intégrer la donne Islam. Parce que son esprit, sa lettre et sa pratique sont une offre qui humanise le social, efface les situations de classes et combat l’inégalité et le partage inégal. Des exemples éloquents et contemporains ont démontré le fait que les peuples musulmans résisteront au choc sous toutes ses formes. Et ne seront, en aucun cas ébranlés par les diverses résurgences guerrières initiées et entretenues, à suffisance, par les puissances d’argent... 
Pourquoi penser que l’Islam demeure antinomique à l’économique ? Au lieu de retenir que son souci reste la liquidation de l’illicite et du règne de la tyrannie. Bush, Obama et leurs satellites ne comprendront, jamais, les approches musulmanes. Parce que leurs lignes d’action s’opposent, à tous points de vue, aux nôtres qui ne visent pas que le profit illicite et qui ignorent l’hégémonisme devant la prééminence d’Allah. 
Il est important de noter, qu’en ce XXIe siècle, le fait que les musulmans avanceront sans visée expansionniste et n’entendront, en aucune façon, bâtir une puissance militaire. Mais développeront, comme l’Iran des voies d’approche notables pour que la paix au sein de la Umma ne soit bradée comme au XXe siècle. Le sursaut musulman est, effectivement, culturel, spirituel et devient, linéairement, politique. 
Construire un minaret en Suisse devient, par exemple un souci politique majeur au point de susciter l’organisation d’un référendum. C’est heureux car l’Islam, se fondant sur ses principes fondateurs et directeurs, prohibe le recours à l’épreuve de force. D’autant que patience et persévérance font partie des vertus cardinales les plus essentielles dans notre religion. La Umma se réjouit, en cette période de pardon et de transcendance, de la détermination des pays musulmans à participer aux efforts pour la promotion de la technologie et de sa socialisation. Et à la consolidation de la paix. 
Le monde continue de payer les hérésies d’Hitler, les dérives de la rencontre de Yalta. Et d’étouffer, sans répit, du fait du mercantilisme. L’Islam reste à la fois, le recours et le rempart si l’on veut éviter un embrasement mondial. Pauvreté et fléaux sociaux sont, maintenant, les nouvelles guerres qui menacent l’Univers. Mais les musulmans, s’inspirant du Message du Prophète Muhammad (PSL), refusent de naviguer dans un navire sans boussole, sans ancre, sans capitaine, sans cap et sans port. 
A Al Azhar, Obama, dans son discours qui a versé dans un conservatisme archaïque et profond, a estimé définir un nouveau code de conduite. Alors qu’il sait, bel et bien, que les musulmans se comportent en fonction des prescriptions définies par Allah. Et que notre constitution reste, au demeurant, le Coran qu’aucune législation ne saurait égaler hier, aujourd’hui, demain.  
Qui pourrait faire la guerre à l’Islam si...?  
Des puissances financières, militaires, politiques, philosophiques, même, religieuses ont entrepris de faire la guerre à l’Islam depuis l’Hégire. Seulement notre religion continue sa marche et triomphe avec panache. C’est pourquoi la déclaration du Président Obama en Egypte afférente à la nature des rapports des USA avec l’Islam n’émeut aucun musulman. D’autant que l’Islam ne cherche que l’épanouissement de l’être sur terre et ne vise aucune suprématie à finalité pécuniaire. 
Que la rentabilité financière constitue la seule vocation du capitalisme et que le profit reste, en effet, la seule ligne d’horizon sont un projet noble. Mais que le capitalisme et ses succédanés soient l’unique raison d’être de l’universalisme occidental peut être, naturellement, inquiétant, voire alarmant et risqué. Le Sénégal est devenu, compte-tenu de la vision de génie de ses guides musulmans, un sanctuaire et une source d’inspiration de l’Islam confrérique. 
Il est, aussi, utile de différencier le musulman des autres car sa détermination majeure demeure, sans conteste, Allah et le Message de Son Envoyé Muhammad (PSL). Accumuler, aliéner et recourir à la violence sont prohibés par l’Islam. Mais le Jihad, sous toutes ses forme, existe mais elle est, seulement, autorisée sous forme de guerre quand l’existence des croyants est, réellement, menacée. 
Certes, le nombre important des courants, des écoles, des sensibilités et des tendances n’est pas nuisible. Dans la mesure où Allah reste le Seul Constant et Son Messager demeure, assurément, Muhammad (PSL). La démultiplication des enseignements divins peuvent varier, véritablement, selon la géographie et les époques mais l’essence et l’orthodoxie continuent et rester fideles à l’esprit et à la lettre du Coran. L’Unique Miracle  
Les musulmans du Sénégal, sans être une exception, entendent consolider, avec zero férocité et zéro fanatisme ou intégrisme, les acquis du progrès. Mais rejettent, de manière ferme, toute velléité expansionniste ou idéologiste. Trois siècles de colonisation, cinquante ans, bientôt, d’indépendance et de coopération multilatérale n’ont pas réussi à aliéner ses populations. Bien que le règne des contre-valeurs tente le déracinement et de les plonger dans la dépravation. 
C’est le moment de se féliciter de l’unité communicationnelle musulmane pendant la célébration de la fête du Mouton. Parce que, cette fois, le sermon a reflété les préoccupations des musulmans. Et l’Etat du Sénégal a reçu, de la part des autorités musulmanes, des recommandations inhérentes au renforcement de l’efficacité dans la pratique de la gouvernance publique. Pour, enfin, améliorer le quotidien des populations et les préserver, à jamais, des affres de la précarité sociale et du poids des incertitudes d’un futur difficile à gérer. Enfin, surtout, enfin parce que les citoyens musulmans du Sénégal cheminent avec l’Etat. En respectant les lignes de la gouvernance confrérique musulmane et en s’éloignant de tout carcan laïciste et confessionnaliste. En gardant toute la rigueur islamique sans verser dans un éclectisme inadapté. 
Nos guides religieux, placés à la tête des confréries, ne développent aucun prosélytisme. Ne mettent en relief, dans leurs rapports avec le pouvoir politique, leur représentativité, leur réputation et, surtout, leur fascinante influence. Mais préfèrent participer, sans surenchère et sans éclats, au travers des matraquages par media ou par sermons et messes, à la construction nationale. Le contrat de confiance qui lie l’Islam au Sénégal à l’Etat est bâti sur la convivialité citoyenne et sur la sauvegarde de tous les équilibres qui caractérisent la bonne marche d’une nation. 
MODIFICATIONS SUR LE CODE ELECTORAL Zoom sur les 24 pages de propositions de Benno 
 
Article Par NDIAGA NDIAYE,  
Paru le Lundi 7 Déc 2009 
 
Un nouveau Code électoral profondément retouché ! C’est ce qu’on risque d’avoir si les propositions faites par Benno Siggil Senegaal sont retenues à l’issue de la révision du texte dont les discussions démarrent demain.  
 
C’est aujourd’hui la date limite fixée aux différentes formations politiques pour le dépôt de leurs propositions sur la révision du Code électoral et dont les discussions démarrent demain, mardi. Du côté de Benno Siggil Senegaal, c’est un document de 24 pages qui a été produit par la Commission technique de revue du Code électoral. Dans le document, dont l’Observateur détient une copie, c’est le Code actuel qui est disséqué, article par article et au bas desquels des annotations et propositions de modifications ont été apportées. La recommandation globale faite par Benno au sujet du fichier électoral, c’est l’exigence de son audit. Le document suggère que «les dispositions qui organisent cet audit soient désormais prévues dans le Code électoral». La demande d’audit du fichier électoral est d’autant plus fondée, selon Benno, que «le président de la République s’était engagé, dans son discours à la Nation du 31 décembre 2008, à faire recours à des experts de l’Union européenne pour un tel audit». 
Sur le processus de préparation et d’organisation du scrutin, la Commission technique de la revue du Code électoral de Benno recommande que «la photo et la signature électroniques de l’électeur soient portées sur la liste d’émargement des bureaux de vote comme moyens supplémentaires d’identification de l’électeur au moment du vote». Sur ce même registre, une modification de l’article 8 est ainsi préconisée. «Veiller à ce que les candidats à l'élection présidentielle, les listes de candidats et la Cena reçoivent, sur support papier et sur support électronique, la liste des électeurs par bureau de vote, deux semaines au moins avant la date du scrutin», tel est le libellé proposé par les experts de Benno. Dans le texte actuel, le mode de transmission des listes n’est pas spécifié. Le choix du «support papier et support électronique» fait par Benno est bien motivé : «Dans un contexte où le financement public des partis politiques et des campagnes électorales n’existe pas, l’Etat doit prendre en charge directement le maximum de dépenses liées à la participation des partis et coalitions aux élections. Une application sincère de la loi commande que ces listes soient remises sur support papier.»  
Des modifications sont aussi proposées aux alinéas 1 et 3 de l’article L64 du Code. Il est suggéré que la liste des bureaux de vote et le nombre d’électeurs par bureau soient revus. Un maximum de «500 électeurs par bureau de vote dans les communes et communes d’arrondissement et 300 par bureau de vote dans les communautés rurales», c’est le vœu des alliés de Serigne Mbaye Thiam. Cette proposition, si elle est retenue, réduit les chiffres de 900 et 500 électeurs fixés par le texte en cours de validité.  
De même, une rallonge sur le temps d’arrêt et la publication des bureaux de vote sur le territoire national est ainsi sollicitée. Actuellement fixé à 40 jours avant le scrutin, les experts de Benno veulent qu’il soit porté à 60 jours, pour différentes raisons évoquées dans le document déposé au ministère de l’Intérieur. 
Une autre proposition contenue dans la flopée faite par Benno est relative au mode de publication des résultats et au format des procès-verbaux. Dans le document, il est constaté que «des présidents de bureau de vote refusent à des représentants de candidats ou listes de candidats de porter leurs observations sur le procès-verbal. L’obligation qui est faite à tout membre du bureau de vote de signer le procès-verbal doit avoir pour corollaire le droit, qui lui est garanti, d’y porter ses observations. L’article L.81 fait de la signature du procès-verbal par tous les membres une obligation, alors que l’Alinéa 3 de l’article R.63 prévoit le cas de refus de signature». Ce constat est suffisant pour que Benno propose qu’il soit déclaré «nul tout procès-verbal qui ne porte pas la signature de deux membres, au moins, du bureau de vote désignés par l’autorité administrative et du contrôleur de la Cena». 
L’incohérence de la revue du Code électoral 
 
 
Du 1er au 5 décembre, s’est déroulée à l’Ecole nationale de Police et sous l’égide du ministère de l’Intérieur, une rencontre entre les partis politiques, portant sur une revue du Code électoral. En premier lieu, on pourrait se demander quel est le processus qui a abouti à la décision d’organiser cette revue ? Les partis politiques ont-ils été associés à ce processus ? Pourquoi devrait-on répondre à des questions préparées par le ministère et pas par d’autres d’un commun accord ?  
A mon avis et en toute logique, l’opposition réunie dans le groupe Bennoo ne devait pas participer à cette rencontre. Pour la raison majeure qu’il n’y a eu aucune évaluation objective des scrutins précédents, notamment ceux de la présidentielle et des législatives de 2007, ce qui a d’ailleurs toujours été une des revendications de Bennoo. Ce sera donc, une fois de plus, l’occasion de parler français et de verser dans des juridismes insensés et incompréhensibles pour, au finish, entériner les décisions savamment préparées du ministère avec des coquilles volontairement introduites dans le texte préliminaire afin de contourner le vrai débat. En d’autres termes, le ministère s’apprête à enfariner l’opposition, avec sa caution.  
Que va-t-on faire avec un code qui ne garantit pas des élections libres, transparentes et régulières, où un ministre peut décréter la prolongation d’un scrutin au-delà de l’heure limite et sur l’ensemble du territoire, où l’envoi aux partis politiques des listes d’électeurs, bureau de vote par bureau vote, se fait selon le bon vouloir du ministère, où une Cena dispose de prérogatives qu’elle ne peut mettre en œuvre, etc. ? Cette Cena, ayant largement montré ses limites et désormais sans président depuis peu, devrait être dissoute au profit d’une institution indépendante qui dessaisirait, de facto, le ministère de l’Intérieur et ses services de l’ensemble du processus électoral.  
De plus, le fichier audité en 2007 et 2009, nous l’avons déjà dit ailleurs, ne peut être ni revu, ni corrigé, encore moins amélioré et un troisième audit, organisé cette fois-ci, avec des experts de la communauté européenne, ainsi que suggéré par le président de la République, le 3 avril 2009, aboutirait aux mêmes conclusions. En réalité, le Sénégal ne dispose pas d’un fichier électoral, mais d’un fichier hybride erroné, servant aussi bien à l’impression de cartes d’identité que de cartes d’électeur, et sur lequel, toute sorte de manipulation est possible. Notre conviction est que nous devons nous atteler au plus vite à confectionner un nouveau fichier exclusivement dédié à des élections avec des cartes d’électeur totalement différenciées des cartes d’identité, afin d’éviter toute confusion et que l’encre indélébile invisible figure en bonne place dans le Code électoral pour l’identification de l’électeur au moment du vote.  
Ce n’est qu’une question de volonté politique et cela peut prendre fin en décembre 2010, si l’on s’y prend tôt. Une solution pourrait être envisagée en prenant comme noyau dur, les électeurs de mars 2009, mais puisqu’il ne faut pas remuer le couteau dans la plaie, mieux vaut tout reprendre, en se basant sur les lieux de vote pour les certificats de résidence des électeurs. Et qu’on laisse les cartes d’identité aux agents assermentés de l’Etat, c’est-à-dire les services de police et de gendarmerie, aptes à savoir dans quelles conditions délivrer ce type de document !  
Nous n’avons rien à gagner avec un désordre à la suite d’élections contestées et il est grand temps que les uns et les autres reviennent définitivement à la raison afin d’éviter à notre pays des convulsions inutiles.  
Iba GUEYE  
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 8.12.2009
- Déjà 5442 visites sur ce site!