ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Électricité et délestage au Sénégal : Pour qu

 
 
Appel aux citoyens qui ont un sou du Peuple dans leurs bourses  
 
Mon bien cher concitoyen  
 
Toi qui depuis Senghor, après lui ou récemment a amassé, par je ne sais quelle sortilège, un seul sou du peuple dans ta bourse; que tu l’aies placé dans une Banque suisse ou ailleurs ou que tu l’aies converti en château ici ou autre part, ou que tu l’aies fructifié par quelque ruse ou par ton génie; Je me réfère à ta conscience de citoyen, pour réfléchir avec moi sur les raisons qui doivent t’inspirer à rendre le bien du peuple, que par ignorance tu as détourné de son objectif collectiviste et utile. Bien sûr pour mystifier le peuple tu as exercé la fonction de ministre ou de député en bénévolat qui désiste de son salaire; mais le Peuple qu’on ne peut pas tromper comprend ton stratagème, et sait que tu n’avais été auparavant qu’un fonctionnaire interdit de commerce et que tu ne pourras jamais lui expliquer par quelles manipulations tu as mué un pauvre salaire de cadre supérieur sénégalais en millions d’euros. Aurais-tu hérité les mines du roi Salamon ou de Kanka Moussa? Bien sûr tu as offert à des milliers de Mayacine de Dial de,Gorgolou de marabouts et d’ amis des milliers de billets d’avion et de pécules pour visiter Mekka lourdes ou Jérusalem. Bien sûr tu as construit dans des quartiers, dans des villages et même au fin fond de la brousse quelque mosquée digne des pays producteurs de pétrole. Bien sûr tu donnes les sous plus vite que Birima, aux gueux, aux griots et aux mendiants à tes proches. Bien sûr tu as envoyé ton enfant dans les grandes écoles du monde où ne peut être admis que le fils du millionnaire en dollars. Bien sûr ton enfant a placé deux cent millions de caution pour participer au rallye Paris Dakar. Bien sûr tu as loué des centaines de luxueux pied-à-terre pour forniquer avec ta jolie dévergondée de lycéenne, la femme de l’émigré, ta secrétaire, ou simplement la jolie amie de ta femme. Tu as même bien d’autres et d’autres actions plus mirobolantes plus enjolivées, que je ne sais pas. Mais mon bien cher concitoyen, le Pèlerinage à Popenguine, Lourdes, la Mecque ou Jérusalem, L’Eglise, la mosquée ou la synagogue sont une affaire personnelle; à laquelle participent de par leur cotisation gagnée honnêtement à la sueur de leur travail, de probes hommes de foi. Ne sais tu pas que la grande chapelle est le cœur immaculé de l’homme ? Ne le sais tu seulement pas ? Quand la maladie chronique et pernicieuse, qui a terrassé plus fortuné que toi t’envahira avec son escorte l’insuffisance mentale et physiologique, tu ne trouveras nul refuge que ce cœur tranquillisé. Mon bien cher compatriote, n’était-ce pas assez d’avoir eu tous les honneurs qu’un homme puisse avoir ? N’était-ce pas assez ces regards admiratifs qu’élèves et étudiant émerveillés posaient sur toi qui les éveillais à la vie ? N’était ce pas assez d’avoir assez bien vécu à l’abri de la faim de la soif de la maladie sous un toit comme il faut? Ton enfant qui prend les quatre repas et le dessert, cet enfant que tu envoies dans les grandes écoles du monde n’est pas le seul tien .Oublies tu ou simplement ne sais tu pas que celui de Gorgolou de Mayacine ou du berger de Fongolémi est aussi le tien ? A quoi servirait pour le développement du pays, que ce seul fils s’émancipe ? Toi qui t’accroupis comme un porc-épic sous les pieds d’êtres comme toi de peur qu’ils te désavouent ; sais-tu seulement ce que tu dois faire pour que ton peuple t’approuve ? Mon bien cher concitoyen Ne sait tu pas que tu dois strictement payer tes impôts pour ces châteaux et ces buildings que tu loues et que tu n’as ni hérités ni gagnés par quelque commerce qui soit ? Et toi aussi ingénieur chez Dassault Aviation ou Renault, qui enseigne les mathématiques à Harvard ou chimiste dans les pipelines de Saudia, mécanicien chez Ford. Ne sais tu pas que ta bourse ton instruction ont été payées par les impôts prélevés sur l’ouvrier de Kédougou, le bana bana de Dakar, le cultivateur de Koumpentoum et le planton au Smig qui peine à joindre les deux bouts, j’en passe? Ne connais-tu pas le devoir de solidarité ? Ne sais tu pas que tu dois à douze millions de sénégalais, que tu dois à ta Nation qui t’a fait confiance, et ne t’a pas fait signé d’engagement quinquennal comme il se faisait à l’époque coloniale et qui ne te traque pas pour que tu rembourses au moins si tu ne veux pas revenir construire ton pays ? Ne sais tu pas que c’est ici seulement que tu es chez toi ? Mon cher compatriote sais-tu que l’espérance de vie chez nous et de soixante ans. A supposer que nous mourrons à cent ans, A quoi d’utile peut servir un milliard en un si peu de vie ? Ne sais tu pas que des centaines de tes concitoyens, meurent et sont entrain de mourir faute d’appareil d’hémodialyse qui coûte dix misérables millions de frs CFA ? Ne sais-tu pas que des milliers de sénégalaises meurent en couche et d’autre du cancer du sein ? Sais- tu combien de jeunes enfants qui viennent de sortir des langes sont dans les rues livrés à eux même, et à la merci de brigands qui abusent d’eux sous les formes les plus viles et les plus indignes ? Combien de bras valides passent leur journée et le plus clair de leur temps à prendre du thé devant les maisons, par manque de boulot. ‘‘Travailleurs sans salaire, souverain sans labeur’’, notre pays ne te fait-il pas peur ? Es-tu fier de ta nation ? A quoi te sert cet argent que tu as ailleurs dans d’autres banques et qui ne profite qu’aux dépositaires et à leurs clients qui développent leur pays à notre détriment ? A quoi te servent ses buildings ? Connais-tu le plus haut de Dakar sur l’avenue Péytavain ? Son propriétaire continuait de construire quand la mort par surprise l’envoya visiter sa tombe. Tu sais dans ton for intérieur que ta fortune malgré son étendue est issue de la détresse et de la misère du peuple. Aujourd’hui tu as la responsabilité de la déchéance de tous ces gueux de nos enfants dans la rue, de toutes nos femmes mortes en couche, de cancer du col ou du sein, de notre village sans lumière, de notre incapacité d’atteindre l’auto suffisance alimentaire et de bien d’autres calamités qui sont entrain de nous handicaper et de nous imposer un sale destin que nous risquons de jamais pouvoir vaincre. Si tu crois en un monde meilleur, si tu crois à une vie après la mort et bien plus, si tu n n’y crois pas, je veux que tu saches que tu seras seul dans ton cercueil et que la mort surprend toujours. Je t’invite à faire de si peu de chose périssable, quelque chose qui dure après toi; en rendant au Peuple qui a cru en toi qui t’a investi, qui t’a éduqué ; ses sous que tu thésaurises. En le faisant, tu auras fait plus que Senghor et sa poésie qui ne nourrit pas le Peuple. Vive la citoyenneté Vive le Sénégal  
 
Papa Amadou Ndiaye  
leconsulteursa@yahoo.fr  
www.Yakotey.populus.ch 
Électricité et délestage au Sénégal : Pour que la lumière soit… 
 
 
La crise du secteur de l’énergie que traverse le Sénégal est à ce point grave qu’elle devrait transcender les divergences d’opinions politiques. Il est du devoir de tout homme politique de proposer des solutions.  
Tout a été dit sur la gravité et les causes de cette crise du secteur, devenue structurelle. Nous en subissons chaque jour les conséquences. Nous avons tous entendu des histoires de délestage qui empêchent d’opérer des malades. Nous connaissons tous des foyers obligés de jeter le contenu du congélateur. Nous avons croisé le tailleur dont les jambes soudain se sont mises à pédaler dans le vide, faute d’électricité. Nous avons entendu la plainte des industriels obligés d’arrêter des usines. Nous savons comme il est difficile pour eux de continuer à y croire, à se battre pour gagner des contrats sans être certains de pouvoir les exécuter. Nous n’ignorons rien de l’angoisse de parents dont les enfants le soir doivent se résoudre à réviser les leçons à la maigre lueur des bougies.  
Devant cette situation, le gouvernement a annoncé des projets (centrales nucléaires et autres) qui laissent sceptiques nos concitoyens lassés des promesses sans lendemain. Les réactions de plus en plus violentes aux coupures d’électricité sont la preuve d’un sentiment d’exaspération grandissant. Si nous n’y prenons garde, ce sont les fondements même de notre nation qui seront ébranlés et l’autorité de l’Etat qui s’en trouvera affaiblie. Il n’est de l’intérêt de personne que nous en arrivions à cette situation. Nous devons au peuple sénégalais des solutions rapides.  
J’en propose une. Elle comporte deux volets. Elle règlera très rapidement le problème de la fourniture de courant. Elle pose les bases d’une refonte du secteur. Elle a fait ses preuves dans des pays aussi différents que le Kenya ou le Bengladesh. Elle a permis à l’Afrique du Sud d’organiser sa coupe du monde et de faire face à une demande d’électricité qui a augmenté de manière significative pendant cette période.  
Dans l’urgence, je propose les solutions suivantes :  
A) - Faire appel à des professionnels qui louent des centrales de production d’électricité qui peuvent être installées dans des délais très courts en tout point du territoire national pour être reliées au réseau Senelec.  
Pendant la grande sécheresse de 2000 qui a vu la production d’électricité du Kenya baisser de plus des deux tiers, plus de 100 MW de capacités temporaires ont été installées. Les rapports de la Banque mondiale indiquent que sans ces installations provisoires, ce pays aurait perdu en neuf mois 200 milliards de francs Cfa ! Le coût des coupures intempestives se chiffre pour notre économie à des centaines de milliards de francs Cfa par an.  
B) - Créer à côté de la Commission de régulation du secteur de l’électricité, un Comité national de l’énergie dirigé par un expert qualifié issu du secteur privé et comprenant des représentants des consommateurs, de la société civile, des entreprises et de la Senelec. Il sera chargé de lancer les appels d’offres, d’attribuer les marchés et d’effectuer les règlements nécessaires dans la transparence. Les financements viendront d’une part d’un prélèvement de 15 à 20 francs Cfa par litre de carburant vendu et de contributions des bailleurs de fonds qui voudront certainement nous accompagner dans notre effort. Ces fonds versés dans un compte séquestre ouvert dans une banque de la place serviront à payer les fournisseurs et permettront de lisser la différence entre le prix de l’énergie produite par les centrales d’urgence et le prix facturé aujourd’hui par la Senelec. Il convient en effet de veiller à ce que l’usager ne paie pas son courant plus cher, tout en s’assurant qu’il bénéficie d’un service de meilleure qualité.  
Pour mémoire, nous rappellerons que ce ne sera pas la première fois que des mesures fiscales exceptionnelles seraient prises pour faire face à une crise dans le secteur de l’énergie. Entre 2006 et 2009, le consommateur sénégalais a payé un surcoût de 35 francs Cfa par litre de carburant pour alimenter un fonds qui a servi à éponger une dette de 85 milliards de la Sar envers ses fournisseurs et les banques.  
Certes, on pourrait augmenter simplement le prix de l’électricité.Cela me paraîtrait particulièrement injuste envers les ménages les plus modestes qui, en proportion de leurs revenus disponibles, seraient plus pénalisés.  
C) - Acheter les excédents de fuel disponible dans la sous-région. Notre pays a toujours été à l’avant-garde dans la construction de l’Uemoa. Nous autres leaders politiques sénégalais de quelque bord que nous soyons, avons toujours entretenu d’excellentes relations avec nos homologues ivoiriens. De part et d’autre existe, parmi les hommes politiques, une réelle volonté de renforcer la coopération entre les deux pays. Il se trouve précisément que, d’après mes informations, la raffinerie de Côte d’Ivoire est excédentaire en produits pétroliers et exporte son surplus ; il se trouve que la production de la Sar, en attendant la réalisation de son programme d’expansion, ne suffit pas à satisfaire la demande nationale en diesel. Il se trouve enfin que l’Etat sénégalais et l’Etat ivoirien sont majoritaires dans le capital de chacune des raffineries installées dans son pays. Je suis convaincu que, sous l’impulsion des gouvernements, les deux unités industrielles peuvent se mettre autour d’une table, optimiser leurs productions et avoir des accords d’achat et de vente de leur produit pour le plus grand bien des consommateurs. La transparence dans les contrats d’approvisionnement de la Senelec sera ainsi garantie et les coûts baisseront de manière significative.  
Sur un plan plus structurel, cette crise est d’une telle ampleur que nous devons explorer toutes les voies qui peuvent s’offrir à nous pour en sortir de manière durable. Je ne reviendrai pas sur l’urgence qu’il y a à améliorer la gestion de la Senelec, ni sur l’impératif d’une meilleure planification des investissements. Qu’il me suffise simplement d’indiquer que, parmi les problèmes de nature structurelle, celui d’encourager la production privée, notamment celle des énergies renouvelables, me semble le plus important, tout en laissant à l’Etat le monopole du transport. Cela ouvrira la porte du secteur à des investisseurs qui, demain, essaimeront dans la région. Cela fera entrer la partie production de Senelec dans un cercle vertueux, car elle sera en concurrence avec des producteurs indépendants. Nous tenons là les moyens de créer, comme dans le domaine des télécommunications, un champion régional dans le secteur.  
Beaucoup a déjà été dit sur la nécessité d’instaurer un climat de confiance avec les bailleurs de fonds, seuls capables de nous accompagner sur des investissements à long terme et qui mobilisent des montants importants. C’est à ce prix que les financements nécessaires seront mis en place pour permettre, par exemple, l’interconnexion des réseaux en Afrique de l’Ouest et du Centre. Cette interconnexion est indispensable pour que nous puissions recevoir, le cas échéant, l’excédent de production hydroélectrique de la zone Omvs, Omvg. Les 100 Mw de Gouina (en cours de discussions), les 60 Mw de Félou (en cours de construction), à la suite des 205 Mw de Manantali (déjà disponibles), seront un soulagement pour nos populations, en termes de quantité et de prix, l’hydroélectricité étant largement moins chère que l’électricité thermique actuellement produite.  
Mais c’est aussi le moment d’être audacieux dans notre approche et d’oser aller vers d’autres voies moins conventionnelles.  
1) - Le développement de la production privée d’électricité est certainement un des domaines qui pourraient être explorés avec les industriels. En effet, un certain nombre d’unités industrielles de taille importante à l’échelle du pays, Suneor, la Sococim, les Ciments du Sahel, la Css, les Ics, disposent aujourd’hui de capacités de production propres qui leur permettent de s’affranchir du réseau Senelec et de ne pas connaître d’interruptions dans leur activité en cas de délestage. Je propose de mettre en place les incitations fiscales nécessaires pour les amener à augmenter leurs capacités et à vendre le surplus de production à Senelec.  
Je propose également d’encourager ces producteurs à céder une partie de la production à Senelec, notamment dans les zones non desservies et aux heures pour lesquelles ces usines ne sont pas en plein régime. Cela devra se faire naturellement en concertation avec les investisseurs, car il s’agira pour eux d’être assurés qu’ils seront payés ou qu’ils pourront déduire de leurs impôts le prix du courant vendu à la société nationale d’électricité. Si la Css augmentait ses capacités de manière à fournir une partie de l’électricité nécessaire à la région de Saint Louis, si la Sococim en faisait de même pour servir Rufisque, il y a fort à parier que tout le monde s’y retrouverait. Ce serait par ailleurs une manière de résoudre pour partie le problème des pertes importantes liées au transport et de faire baisser les coûts.  
Parmi les unités industrielles dont nous avons parlé plus haut, nous n’avons pas à dessein inclus la Sar. Je m’étais laissé dire il y a quelques années que notre raffinerie était excédentaire en essence et en naphta et qu’au lieu d’exporter ce dernier produit à des prix bas, il y aurait quelque sens à le garder chez nous et à l’utiliser pour produire de l’électricité. Cela améliorerait la situation financière de la Sar. Je ne sais pas où en est ce projet. Ce que je sais en revanche, c’est qu’il m’a été donné de voir tourner il y a quelques années des centrales naphta dans d’autres pays du continent. Là aussi, il me semble qu’il y a une réflexion à mener lorsque l’on sait la qualité des ingénieurs que nous avons dans les deux entreprises.  
2) - Comme maire de Thiès, j’ai mis en place un éclairage des rues en partie solaire. Pape Diop, maire de Dakar à l’époque, a signé en 2008 une convention de dix millions d’euros avec l’Afd pour développer l’éclairage public au solaire dans Dakar. Je vois cette source d’énergie comme un puissant moyen à utiliser dans le cadre de programmes d’économies d’énergie. Cela passe par un travail étroit avec les collectivités locales du pays pour ce qui est de l’éclairage public, mais aussi par le lancement de grandes campagnes d’économies d’énergie. Je propose dans ce cadre qu’il y ait davantage d’incitations fiscales pour tous les équipements solaires. Cette mesure fera baisser les prix d’accès à cette énergie et incitera les ménages à envisager plus facilement le remplacement de tout ce qui est éclairage extérieur dans nos maisons par du solaire.  
Nous avons les compétences techniques dans le pays. Nous pouvons avec l’aide de partenaires étrangers investir massivement dans le secteur. Créer au Sénégal un pôle d’excellence dans le solaire en Afrique subsaharienne est à notre portée. S’y ajoute qu’une telle politique soulagera le réseau Senelec, supprimera une partie des groupes électrogènes dont le ronflement trouble de plus en plus le sommeil de paisibles citoyens dans nos quartiers et libérera de la capacité de production pour les autres usages.  
Voilà quelques-unes des réflexions que m’inspire la situation du secteur de l’énergie.  
Les joueurs de la Linguère et de la Ja, ceux du Djaraf, du Casa-Sport et de l’Us Rail, et tous les autres, savent se fondre dans l’équipe nationale, pour honorer le drapeau du Sénégal dans les compétitions internationales. Cela devrait inspirer le Ps et le Pds, la Ld et l’Afp, Aj et le Pit ainsi que toutes les formations politiques de notre pays. Et les inciter à s’unir quand l’intérêt suprême de la nation le commande : la paix en Casamance et le rayonnement du Sénégal en Afrique et dans le monde, la défense de la démocratie dans notre pays et la solution au problème vital de l’énergie.  
L’heure est venue sur ce dernier sujet pour tous les hommes de bonne volonté de notre pays de se mettre ensemble pour trouver les solutions.  
Idrissa SECK Ancien Premier ministre du Sénégal Maire de Thiès Membre du Comité directeur du Pds  
Plus on s’approche des présidentielles de 2012, plus le dialogue sera difficile à instaurer 
 
 
A moins de seize mois de l’élection présidentielle de janvier 2012, force m’est de constater pour le regretter qu’il n’y a pas le moindre dialogue entre le pouvoir et l’opposition. Et pourtant, ce ne sont pas les sujets autour desquels ce dialogue devrait se nouer, qui manquent : fichier électoral, carte d’identité nationale, décompte des bureaux de vote, couplage des élections, etc. Lors du Maouloud de l’année dernière, le khalife général des Tidianes avait, d’emblée, désigné comme médiateur le porte-parole de la famille Sy. Depuis, la désignation de cet homme de Dieu semble rangée dans le tiroir des oubliettes.  
Il importe que les Sénégalais, sur des bases dépouillées de tout calcul politicien, se parlent entre eux. Les nations civilisées, y compris celles dont nous nous inspirons de l’exemple, se créent des cadres de concertation pour se sortir des crises qui sont le lot de chaque pays quel que soit son niveau de développement. Le Sénégal ne saurait échapper à la règle, surtout que ce pays a réussi la prouesse de faire l’économie, pendant 50 ans, d’un coup d’Etat militaire. Que Dieu nous en garde pour le présent et le futur.  
Alors, j’invite le président Wade à relancer le dialogue tant attendu par les Sénégalaises et les Sénégalais. L’appel au dialogue n’est jamais de trop. Mieux, cela participe de la fonction républicaine qu’il tient du peuple. Le prophète de l’Islam, sitôt arrivé à Médine, ne tarda pas à lancer un appel au dialogue, notamment en direction des Juifs pourtant considérés comme les pires ennemis de la dernière religion monothéiste. J’invite, dans le même élan, l’opposition à répondre à l’appel de Me Wade pour un dialogue sincère, républicain et loyal, car on ne saurait vivre dans l’ignorance des uns et des autres. C’est en s’ignorant mutuellement que se bâtissent les haines les plus tenaces. C’est la meilleure manière de plonger notre pays dans le chaos. Que Dieu (Swt) nous en garde. Je ne demanderai pas pour autant des droits d’auteur. Les prières me suffisant largement.  
Yalla rek mo xam  
Babacar KEBE  
Monsieur le Président de la République, il est temps d’arrêter l’hémorragie causée par les délestages 
 
 
Par devoir de vérité, je tiens à vous adresser solennellement cette lettre publique pour attitrer votre attention sur les menaces qui pèsent sur votre régime. Aimer quelqu’un, c’est lui dire la vérité. Les Sénégalais sont fatigués de supporter les coupures intempestives de l’électricité. Les pertes sont immenses. L’insécurité s’installe partout. Il est inconcevable qu’au troisième millénaire, l’une des causes de mortalité au Sénégal soit liée au déficit de courant. Pourtant, notre pays est gouverné, depuis 10 ans, par un homme qui a la chance d’être à la fois, un avocat, un économiste, un mathématicien…, un intellectuel averti.  
‘C’est vraiment malheureux. On a eu des délestages et celui qui est survenu entre lundi et mardi a fait des dégâts sérieux chez nous. Parce que 24 heures sans courant, c’est vraiment grave et les conséquences sont là. Trois enfants sont décédés à cause du manque de courant et d’autres sont en instance de mourir parce qu’ils sont dans la crèche et doivent être réanimés. Si leur état s’aggrave et qu’on n’ait pas d’électricité pour les réanimer, ils vont mourir. Il y a des enfants qui vont naître, souhaitons qu’il n’y ait pas de problème à leur niveau. Si on doit les réanimer, ils vont mourir’, a expliqué à la presse le secrétaire général de la sous-section Sutsas du Centre hospitalier régional de Ziguinchor, Abba Diatta. Ces mots sont pathétiques, Monsieur le Président de la République.  
Il y a quelques jours, vous avez été honoré aux Etats-Unis d’Amérique pour avoir révolutionné l’éducation de la petite enfance au Sénégal. Toutefois, au rythme des décès d’enfants dans les crèches, dans quelques années, toutes vos Cases des tout-petits risquent de mettre la clé sous le paillasson. Il est temps de dire la vérité et toute la vérité sur la question énergétique afin d’arrêter l’hémorragie.  
Aujourd’hui, tous les secteurs d’activités sont paralysés. Une situation qui accentue la pauvreté et la misère. Les Sénégalais sont fatigués. Où sont passés les 700 milliards de francs Cfa injectés dans le secteur de l’électricité depuis votre accession à la magistrature suprême de ce pays ?  
Monsieur le Président de la République, je fais partie de cette jeunesse qui a bravé tous les obstacles pour vous porter à la tête de ce pays en 2000. Mais, force est de reconnaître que l’heure est grave. Le bout du tunnel s’assombrit. La pirogue tangue. L’espoir fond comme de la glace sous le soleil.  
Les clignotants sont au rouge. L’inquiétude gagne du terrain. Les populations sont désespérées : coupures d’électricité, cherté de la vie avec l’augmentation des prix des denrées de première nécessité, boulimie foncière, inondations (695 familles sinistrées et 155 écoles envahies par les eaux), impunité ambiante au sommet de l’Etat, chômage des jeunes, crise des valeurs… Pis, l’amateurisme et le dilatoire semblent être érigés en mode de gestion dans ce pays. Monsieur le Président de la République, ce tableau du Sénégal est peu reluisant. Aimer une personne, c’est aussi avoir le courage de lui dire ce que l’on pense.  
Veuillez recevoir, monsieur le Président de la République, mes sentiments respectueux. Que Dieu vous apporte son soutien…  
Maké DANGNOKHO Journaliste  
Par devoir de mémoire  
 
 
La hantise de l’écrivain devant la page blanche ; le même sentiment m’étreint ce matin et pourtant, il faut bien parler de cette tragédie que nous avons tous vécus dans le tréfonds de notre être, dans notre chair. En nous inclinant devant la mémoire de nos morts (repose en paix Khady Diouf), on ne peut ne pas faire une introspection. A-t-on tiré les conséquences de cette catastrophe ? Sommes-nous plus civiques ? Plus respectueux de l’autre ? Plus conscients que notre liberté s’arrête là où commence celle de l’autre ? Plus patriotes ? Ne nous voilons pas la face et osons au moins le pari des réponses.  
Il faut le souligner pour s’en attrister : on est toujours prompt à décrier les nombreux accidents de la circulation alors que l’on ne réfléchit jamais à deux lorsque la date de la visite technique de notre véhicule est largement dépassée : ‘On n’a pas le temps, ce matin, une réunion urgente nous attend’ (la réunionite, faut aussi qu’on en parle bien un jour !). On ne rechigne pas à entrer dans un bus hyper bondé de monde alors qu’on a la possibilité d’attendre le prochain, idem pour le ‘car rapide ou Ndiaga Ndiaye’, les marchepieds sont aussi prisés que le ‘salon’, alors que l’autoroute ressemble à un marché tellement les piétons l’empruntent au risque de leur vie, en ignorant royalement les passerelles aménagées à leur effet, pour plus de confort à la circulation des personnes et des biens.  
Face à cette situation de totale ignorance ou de mépris des règles édictées par le législateur, il faut se demander si l’instruction civique fait encore partie des programmes scolaires, le cas échéant, un appel solennel est lancé aux conseillers avisés du ministère de l’Education pour enrichir les curricula dans cette discipline fort importante, pour ne pas dire la plus importante. Balayer en classe, c’est par exemple montrer à l’enfant, dès le bas âge, que la propreté est un élément vital pour toute vie humaine. Cela nous amène à poser, de manière évidente, la problématique de cet article, en nous gardant bien sûr de donner des leçons ; le but étant juste de contribuer à une réflexion sur le changement de comportement : Nous aimons notre cher pays le Sénégal ? Alors, donnons-nous les moyens de le montrer au quotidien.  
Lors de débats, souvent passionnants, jamais passionnés, avec des collègues, amis ou parents, de vive voix ou dans le cadre de réseaux sociaux, nous abordons souvent cette problématique, en nous émouvant de la dégradation du sentiment national, de ce patriotisme que nous chantons si bien dans notre hymne national ; et il me revient cette douloureuse expression : ‘mbédou bour’ (traduction intelligente : on fait ce qu’on veut dans la rue, elle n’appartient à personne !) Souvent, ces mots ne viennent pas toujours d’analphabètes (c’est-à-dire des gens qui n’ont fait ni les bancs de l’école française, arabe, encore moins les daaras) mais bien de citoyens (?) qui se targuent de la pompeuse épithète ‘intellectuel’ (!) et qui, mélangeant liberté et licence, et abusant de leur prérogative de porteurs de voix, entraînent la masse vers les cimes de l’incivisme.  
Cela se traduit d’abord par une pollution visuelle (où est cet architecte qui, en faisant une boutade, disait qu’il allait organiser un concours des horreurs architecturaux, puisque, au nom de la lourde bourse qu’ils détiennent, certains citoyens changent les façades de leurs maisons en défiant les règles les plus élémentaires de construction !). Pire que l’attristement des adeptes de la norme, cela se traduit, souvent, hélas, par des situations tragiques comme l’affaissement de bâtiments dont les fondements ne peuvent plus supporter la construction en hauteur ; il est temps que l’on fasse appliquer, dans sa stricte rigueur, le code de l’urbanisme et, par ricochet, réfléchir de manière profonde à l’harmonisation des constructions dans nos capitales régionales et villes et arriver, un jour, à ce que, parlant de Dakar, Saint-Louis ou Rufisque, l’on dise la ville rose, bleue ou blanche tellement l’architecture et les tons y sont maîtrisés.  
En attendant une politique hardie sur la question, la rue, notre rue est devenue bien laide. Elle croule sous le poids de l’inconscience de ses usagers et il est bien loin le temps où nos grand-mères nous disaient que balayer devant sa porte attirait à la personne qui le faisait, un bonheur éternel puisque soucieuse du bien-être de tous.  
La Constitution, qui s’est substituée depuis longtemps aux propos bienveillants de grand-mère, garantie pourtant à tous le droit de vivre dans un environnement sain et demande aux Sénégalais, bénéficiaires de ce texte fondamental, de s’en donner les moyens. Le premier moyen, le plus important dont nous disposons dis-je, c’est bien la volonté, qu’attendons-nous pour la mettre au service de la propreté ? L’autre ne disait-il pas que la rue reflète l’intérieur de nos demeures ? Je veux bien croire que nous nous aimons et aspirons à notre bien-être !  
Ensuite, la pollution sonore. Combien de fois n’a-t-on pas été obligée de passer une nuit blanche, faute de ne pouvoir dormir pour une manifestation X ou Y organisée en pleine rue, et dès fois, sous notre propre fenêtre s’il vous plaît. Or, ces évènements culturels, sportifs, cultuels ou religieux auraient tout simplement pu être circonscris dans les endroits aménagés à cet effet. A quoi servent nos Centres socio-culturels et nos Cedeps (Centres départementaux de l’éducation populaire et sportive) par exemple ? Si des politiques sont dessinées dans presque tous les secteurs, le citoyen a le devoir de participer à leur essor. Tout en gardant à l’esprit nos droits, engageons-nous un peu plus à exercer nos devoirs ! J’invite nos sociologues à réfléchir sur les motifs d’abandon, par nos populations, de ces lieux dédiés.  
A croire que l’occupation anarchique de l’espace public est devenu une mode… indémodable sous nos cieux ; sinon, comment expliquer que les propriétaires d’immeuble prennent sur eux de louer de facto les rez-de-chaussée à des commerçants (le pire, c’est une boutique de tailleur qui travaille toute la nuit. Si vous êtes juste au-dessus, c’est insomnie garantie tous les jours parce que rares sont les immeubles bénéficiant d’un système d’isolation). En cas d’incendie, c’est tout frais pour les pauvres locataires !  
Tout ceci doit enfin nous emmener à revoir notre liberté, la manière dont nous la vivons et ce vers quoi elle nous engage ; car, finalement, et pour paraphrase Jean –Paul Sartre, la prospérité de notre Nation en dépend.  
Nafissatou DIOUF Journaliste Doctorante en Lettres  
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 1.10.2010
- Déjà 5417 visites sur ce site!