ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

la grosse erreur politique

Wade-Khalifa, la grosse erreur politique ( Par Jupiter Ndiaye TAMSIR )  
 
Sall et son équipe municipale, le Président de la République est allé malheureusement trop vite en besoin et le Ministre de la Décentralisation a vite versé dans des fulminations maladroites qui cachent mal les clivages partisans entre le Pds et l’opposition victorieuse des Locales du 22 mars 2009. 
C’est une très grosse erreur politique commise par Wade et son Ministre. Wade, Président de la République, destinataire privilégié des renseignements, aurait pu, en effet, avant d’accuser et de prendre une décision aussi grave, heureusement annulée, procéder à des enquêtes fouillées et détaillées aussi bien auprès de l’Administration que du Conseil municipal. Mais ce ne fut pas le cas. L’esprit politicien a pris le dessus sur la mesure nécessaire à tout homme d’Etat. D’ailleurs, son empressement confirme ceux qui ne cessent d’affirmer qu’il est mal informé et toujours abusé. Et dans ce bref conflit, Khalifa Sall en a tiré profit et le Ministre de la Décentralisation, « mandataire du Chef de l’Etat » y a perdu des plumes. 
Premièrement, en parlant d’une gestion nébuleuse de terrains par la municipalité de Dakar, le gouvernement Wade oriente, à ses propres dépens, les regards aussi bien sur la boulimie foncière des libéraux qui se partagent insidieusement le domaine national que sur le bradage du domaine maritime national et le deal opéré avec le transhumant Mbackiyou Faye sur le terrain abritant le monument de la renaissance. Pire, en soupçonnant publiquement Khalifa Sall de « détournements de deniers publics », c’est toute l’opinion nationale et internationale qui rit sous cap. 
Combien de scandales financiers y a-t-il eu dans ce pays avec l’actuel régime ? La première réaction des observateurs a été de rappeler à Wade le scandale des 46 milliards des chantiers de Thiès, la gestion de l’Anoci (432 milliards), les 7 milliards de Taiwan, la gabegie des finances publiques, l’affaire Sudatel (20 milliards), les primes de l’Artp (1, 6 milliards), les nébuleux dépassements budgétaires (91, 5 milliards) etc. et la liste est loin d’être exhaustive. Par conséquent, l’accusation contre Khalifa Sall de détournement de deniers publics s’apparente plus à la méthode d’un voleur qui crie au voleur. 
Deuxièmement, l’acte d’accusation contre Khalifa Sall est plus une affaire politique qu’une affaire d’Etat. Pendant 9 ans, Pape Diop a dirigé librement la Ville de Dakar et c’est sous son magister que s’est manifestée la boulimie foncière des libéraux. Mais Pape Diop étant du dispositif libéral n’a jamais été inquiété. Et 1 an et 6 mois seulement après l’installation de Khalifa Sall et de son équipe issue de l’opposition, le pouvoir libéral fulmine et accuse un Conseil municipal qui n’est pas de son camp. Le soubassement politique est conséquemment flagrant. Et l’opinion publique n’y voit qu’un camp partisan qui, disposant de l’appareil d’Etat solde les comptes à un adversaire victorieux. 
Troisièmement Khalifa Sall gène indubitablement. Sa décision de désengorger Dakar et de recaser les marchants ambulants est saluée. S’il l’exécute, il en tire des bénéfices politiques. Il gagnera l’estime des usagers de la circulation et celle d’une bonne partie de la jeunesse rurale. Politiquement, il est devenu pour Wade une équation. 
Enfin, Khalifa Sall a réussi, devant les fulminations du Ministre de la Décentralisation et les attaques personnelles, à s’armer de mesure et d’esprit conciliant qui a même amené l’Association des Maires du Sénégal dirigée par le Ministre d’Etat Abdoulaye Baldé à se retrouver immédiatement pour neutraliser le casus belli dans lequel Wade s’est gouré. In fine, le gouvernement Wade constatant sa grosse erreur politique se dégonfle et retire son « information judiciaire ». Mais en politique, une faute politique se paie. Celle-ci sera-t-elle payée par Wade et son régime ? C’est une question. 
DECLARATION DE L’ACAD SUR LES MOUVEMENTS CITOYENS 
Depuis quelques mois, des forces nouvelles portées par la volonté de faire prévaloir un autre mode de gouvernance, mues par l’ambition de donner un autre cours aux choses, s’agitent, bruyamment, dans le champ politico-social de notre cher pays. Ces forces définissent leurs actions, directement, dans la sphère de la citoyenneté.  
Plusieurs, parmi ces mouvements « citoyens » très actifs et très médiatisés, revendiquent une « pureté » morale, intellectuelle, idéologique et même politique pour fonder les actes d’allégeance dont ils doivent être les objets. Ils prétendent à une mobilisation très large dans de nombreux segments de la société pour combattre le régime des Wade. Tous les thèmes sont capturés pour servir de base et de raison à leur propagande : campagnes pour la bonne gouvernance et la transparence dans les affaires de l’Etat, attribution d’une chaîne de télévision (TFM), pétitions pour la reprise des chantiers routiers perdus et, pour certains, réaction contre un limogeage du gouvernement que l’on trouve injuste, en plus du sentiment qu’on jouit d’une dimension qui doit être rétribuée à travers des dithyrambes incessantes.  
La convergence de ces campagnes disparates, a modifié négativement le décor du champ citoyen traditionnel, tel qu’on l’a connu jusqu’ici.  
De Dakar à Montréal ou Brescia en passant par Paris, Madrid, New York, Washington, Nice, certaines populations sénégalaises innocentes éprouvent beaucoup d’autosatisfaction en entendant ces nouveaux parangons et hérauts d’un idéal surmédiatisé.  
Cette propagande se lit dans la pratique et dans les formes de mobilisation orchestrées par des médias alimentaires, plutôt sensibles à leurs bedaines qu’au nationalisme véritable dont l’engagement ne peut être suspecté de se fonder sur des intérêts personnels.  
Ce sont les mêmes noms qui reviennent : Cheikh Tidiane Gadio, Youssou Ndour, Bara Tall, Mansour Sy Djamil et compagnie. Ce sont les mêmes slogans qui sont repris jusqu’à saturation. Individus et slogans sortis « magiquement » de leurs coquilles s’érigent en défenseurs hardis et impénitents des sénégalais meurtris par le régime abusif des sopistes.  
Voilà les nouveaux « porteurs de nos voix ». Bizarrement, ils se ressemblent tous, par les fondements de leurs motivations. Ils ont, tous, été victimes, d’une façon ou d’une autre, des lubies de leur ancienne idole, patron ou complice : Le Président Abdoulaye WADE. Il n’est pas nécessaire de redire leurs parcours de ces dix dernières années, ces parcours sont de notoriété publique. 
Il est aisé d’accorder leurs : « déclarations patriotiques identiques » dans leurs communications. Leurs ressemblances sont plus visibles dans leur complicité, leur alliance et les personnes qu’ils mobilisent.  
Nous saluons, au passage, la prise de conscience citoyenne du peuple sénégalais. Cette prise de conscience illustrée lors des dernières élections municipales de Mars 2009, gagnées par les citoyens abandonnés à eux-mêmes.  
Ce phénomène est incontestable. Aucun parti politique ne peut revendiquer, à lui seul, cette victoire qui leur a été offerte par le Peuple sénégalais. Ce réveil citoyen résulte de la rupture du lien de confiance qui unissait le peuple à ses politiciens, au constat, de la situation maléfique dans laquelle il est plongé, et de l’évolution nationale qui suscite toutes les interrogations. La vie au Sénégal est devenue insupportable et c’est l’échec du modèle dominant proposé par Wade. Aujourd’hui, l’action citoyenne semble être la seule alternative pour sortir notre pays du gouffre dans lequel Wade et sa cohorte l’ont enseveli. 
L’échec de la politique libérale du Président Wade, qui a régné sans partage sur l’économie nationale, est patent et, maintenant, largement admis. En dix ans, on a assisté à l’effondrement de notre croissance donc, à une baisse du niveau de vie. Une baisse plus importante et plus durable que tout ce qu’a pu connaître notre pays avant l’alternance de l’an 2000. Plus de la moitié de la population sénégalaise vit plus mal qu’au début des années 1990 avec moins d’un dollar par jour. 
Cependant, cette situation est loin de signifier que les Sénégalais adopteront tous ces nouveaux messies, qui après avoir sympathisé et/ou participé, d’une façon ou d’une autre, au pillage de notre pays, prennent ou prendront avec malin plaisir le peuple comme valeur d’échange pour régler leurs comptes avec leur ancien mentor. 
Les modalités de leurs démarches sont loin d’être citoyennes et même loin de servir le peuple Sénégalais. 
Ce peuple qu’ils avaient abandonné, oublié durant dix années pendant lesquelles, avec leurs silences complices, le Président Wade et sa famille semaient la désolation et la terreur dans ce pays, nôtre. 
Non, nous ne l’accepterons pas ! 
Leurs discours sont en retard et ne sont guère en phase avec le code institutionnel correspondant aux principes de la citoyenneté.  
Le mouvement citoyen était là aux moments où ils servaient, ou flirtaient avec ces gens mêmes qu’ils combattent aujourd’hui. Cette force citoyenne a déjà obtenu des résultats visibles et palpables dans les banlieues et les coins les plus reculés, les plus démunis du pays. Cette force citoyenne a permis d’éclairer la monarchisation du pouvoir à laquelle ils ont assisté avec lâcheté, sans aucun égard pour le peuple. Au contraire ils ont favorisé cette monarchisation. 
Pourquoi ne l’ont-ils pas dénoncé dès le début de sa conception ?  
Où étaient-ils en 2002, 2003, 2004 jusqu’en 2009, lors des modifications successives de notre constitution pour des enjeux politiciens. Où étaient-ils lors du bradage des ICS aux Indiens ? 
Où étaient-ils lors des multiples bradages des parts importantes de notre patrimoine national, en vue d’accumuler des fonds de campagne électorale, en vue de s’offrir des voyages luxueux à l’étranger ? Où étaient-ils quand on construisait un monument onéreux, inopportun dans le mépris des besoins urgents des populations ? Où étaient-ils durant toutes ces années de délestage, de pénurie de gaz, de cherté du pain, de rareté du sucre, de l’augmentation arbitraire des prix des denrées de première nécessité, de manque de médicaments dans les hôpitaux ? Où étaient-ils quand ce régime abusif violentait les journalistes, quand il acculait les honnêtes citoyens, quand il poussait les enseignants à des grèves sans retenue, quand élèves et étudiants étaient martyrisés ? Cette énumération n’est pas exhaustive. 
Aucun de nos nouveaux Solon et Lycurgue ne s’avisa alors de s’ériger en rempart devant le peuple. Aucun d’entre eux ne prit le parti de dire non, de défendre les principes Républicains. Aucun d’entre eux ne se démarqua du système, n’osa contredire Wade. Aucune de leurs voix ne s’éleva, ne retentit. Ils applaudirent à toutes les injustices. Ils se turent devant toutes les exactions. D’où la légitime question : 
Pourquoi notre peuple devrait-il, aujourd’hui, les élever au rang de vigiles insomniaques des intérêts du peuple et de la Nation ? 
Pourquoi devraient-ils être perçus comme les représentants des forces citoyennes populaires ? 
En mettant l’accent sur ses responsabilités, la mobilisation citoyenne a recréé un vaste élan d’espoir dans notre pays. Elle a redonné souffle à l’idée qu’un autre Sénégal est possible si nous y croyons. Cette évolution de la conscience citoyenne est perceptible dans la floraison d’idées et de propositions nouvelles postulant à de meilleures conditions de vie. Elle s’appuie sur la montée d’une expertise citoyenne qui s’ancre petit à petit dans les consciences. Elle transparait lors des marches des marchants ambulants, au cœur des lassitudes des ménagères, des protestations des imams, des jeunes, des handicapés, des travailleurs syndiqués ou non. Ces mouvements sont dirigés par des responsables de toutes les couches, dans tous les horizons de notre pays. Voila les mobilisations qui sont aujourd’hui porteuses de la demande sociale et politique qui commence à peser sur les institutions de l’état. Et cette force dans sa constitution et son évolution a des échos sonores chez nos partenaires financiers, chez les pays supporters de l’avancée de la démocratie dans le monde, dans les écoles et les universités et sur le débat intellectuel à travers les média. 
Nous ne laisserons jamais ces « nouveaux arrivants » squatter tous ces efforts consentis durant toutes ces années d’un combat entamé au moment où ils humaient les efflues émanant du Palais Présidentiel. 
Nous disons non à leur démarche politicienne de Récupération. Le nouveau modèle citoyen est, en fait, un modèle de reconquête nationale. Il démontre que la bataille intellectuelle n’est pas la seule forme de lutte sociale. Il a tiré les leçons des échecs et des faiblesses des modèles précédents des sociétés civiles et des politiciens. Le nouveau modèle propose une nouvelle cohérence nationale comme alternative incontournable quant à la recherche de solution à nos problèmes. Il a tiré profit de la contestation géosociale du système politique qui s’est effondré progressivement depuis 2000. Le mouvement citoyen sénégalais construit une alternative incontournable autour d’une ligne directrice, celle du respect des populations. Dans chaque quartier et chaque village du pays, on voit progresser la prise de conscience de l’impasse portée par le régime du Président Wade. Une contre-tendance montre qu’il est possible de réguler les complots politiciens, l’injustice, le gaspillage, la corruption, les abus de pouvoir qui doivent désormais être combattus par un engagement citoyen pour obtenir le respect des droits du peuple. 
Cet engagement est essentiel pour rappeler les valeurs et les principes, pour exiger des garanties, pour contrôler toute mise en œuvre de politiques ou décisions visant le contraire des intérêts du peuple sénégalais. Cependant, il est nécessaire de prendre des dispositions pour contrecarrer les visées des mouvements « carnivores » politiciens récupérateurs. Des initiatives pour protéger l’autonomie des vrais mouvements citoyens sont absolutoires. 
Aujourd’hui, le mouvement citoyen sénégalais a, chemin faisant, défini les principes nouveaux devant fonder les politiques économiques et sociales de notre pays. 
Le vrai mouvement citoyen refuse la subordination de la justice. Il veut renforcer l’égalité, le contrôle démocratique des instances de régulation, la garantie et l’approfondissement des droits fondamentaux, la prise en charge des problèmes des Sénégalais, trouver des solutions sénégalaises proposées par les Sénégalais eux-mêmes. 
A l’idée simple, voire simpliste, qu’une bonne gouvernance et une transparence assurées par des institutions démocratiques permettent de résoudre tous nos problèmes, on peut répondre que la conscience citoyenne est la seule voie de l’assurance d’une politique économique adéquate qui peut garantir, équitablement, l’accès aux services de base et la satisfaction des besoins fondamentaux pour tous les Sénégalais. 
Combattons pour préserver l’honneur et la dignité du peuple Sénégalais qui souffre toujours la misère. Ce combat, certes, est plus difficile, dès lors que le pouvoir corrompu et corrupteur a su mettre en place, en accompagnement, au décor démocratique de façade, une société civile virtuelle et une opposition mal gérée, chargées toutes deux de polluer l’environnement de la lutte politique et sociale. Mais il est possible de gagner la bataille, de remporter la victoire. Nous n’avons pas d’autre choix que de nous auto-organiser et de nous mobiliser pour défendre notre République démocratique et unie, consacrée aux valeurs de la citoyenneté. 
A cet effet, l’Alternative Citoyenne And Defar Sunureew (ACAD) exige de toutes les forces citoyennes réelles plus de lucidité et de responsabilité allant dans le sens de la dynamique de lutte pour la citoyenneté, en œuvrant dans une démarche constructive de rassemblement citoyen. Il appelle la population à resserrer les rangs, en faisant de ces moments difficiles qu’ils vivent, des moments de fraternité ; en faisant de la redynamisation du combat citoyen un credo pour le recouvrement de nos droits démocratiques, allant tous dans le sens de briser le joug esclavagiste qui nous est imposé par un régime totalitaire squatteur de la souveraineté populaire. 
Enfin, l’ACAD., tout en rendant hommage aux martyrs et victimes du régime abusif du Président Wade, tient à réitérer sa détermination inébranlable à faire aboutir les idéaux véhiculés par sa plate-forme ratifiée lors de son dernier Congrès extraordinaire de Bologne, en Italie. 
Citoyennement. 
Vive le Sénégal 
Vive le peuple Sénégalais 
Vive l’ACAD. 
www.acadsenegal.com 
Lettre aux écrivains ou quand le voyage est mal compris ! 
 
 
Chaque fois que l’occasion se présente de proposer des écrivains et des éditeurs pour représenter le Sénégal à une foire ou à un salon du livre, à des journées culturelles à l’étranger, le ministère de la Culture et des Loisirs, par le biais de ses services compétents, adresse une correspondance aux présidents des structures constituées regroupant les acteurs intéressés. Si, du côté des éditeurs, les choses tournent rondement, ça coince irrémédiablement du côté des hommes de la plume où ce sont invariablement les mêmes personnes qui sont favorisées. Le bureau exécutif de l’Aes se réunit-il pour désigner de façon transparente, suivant des critères objectifs, les membres qui vont représenter la structure ? Je ne saurai répondre à cette question. Venant de quelqu’un qui, en principe, est vice-président de l’Aes en charge de la diversité culturelle, un tel aveu peut paraître paradoxal. Pourtant, le paradoxe est le lot que tout homme et toute femme de bonne volonté doivent se résigner à gérer pour espérer apporter une modeste contribution à une animation littéraire, culturelle et intellectuelle plus ou moins attrayante à Keur Birago, dont le défunt propriétaire est sûrement en train de se retourner dans sa tombe, de tirer nerveusement sur son éternelle pipe et d’envoyer des bouffées provocatrices à la face du Créateur Suprême, en bougonnant : ‘Grand Dieu, que Vous ai-je donc fait pour que Vous abandonniez mon logis autrefois fréquenté par la crème du monde pensant et créatif à une engeance inclassable ?’  
C’est dire que les récriminations ne manquent pas au sein de la structure nationale réunissant les auteurs de fiction et sont le fait de beaucoup d’associés. Malheureusement, ces derniers protestent dans la rue, dans les bureaux, dans les salons. Jamais là où il faut et devant qui il faut ; jamais en réunion ou en assemblée générale, même si on peut m’opposer que ces occasions sont si rares qu’on ne se souvient plus de la date de la tenue de la dernière.  
Que faire pour que le Sénégal soit représenté comme il se doit à l’occasion des rencontres internationales autour du livre, quand chaque pays délègue ses meilleurs porte-drapeau dans le domaine littéraire ? En tout cas, l’Etat, à travers le ministère de la Culture et des Loisirs, ne peut rien, absolument rien en dehors de ce qu’il fait et pour lequel il doit être remercié et encouragé : saisir les structures reconnues s’occupant d’écriture et d’édition, puis assurer les meilleures conditions de déplacement à ceux et à celles qui ont été choisis par leurs pairs. Hé oui, le ministère de tutelle ne peut intervenir si les membres constituant une structure organisée et grassement appuyée par l’Etat n’ont ni le courage de prendre leurs responsabilités au sein de l’instance censée les gérer dans la transparence et la démocratie, ni celui de dénoncer ouvertement et à visage découvert le mal qui fait de cette instance un instrument au service d’un individu ou d’un gang d’un genre nouveau, plutôt qu’un cadre d’épanouissement collectif, d’échanges et de solidarité. A mon humble avis, les protestataires ambulants doivent au moins avoir la sagesse de se taire, comme ils le font quand l’occasion qui ne peut manquer, leur est donnée de parler là où il faut et avec qui il faut. Personne, à leur place, ne fera le ménage inévitable.  
Si j’écris ces lignes, c’est tout juste pour tenir une promesse faite à ceux qui imaginent que je suis de bon conseil et que j’ai l’oreille attentive du président de l’Aes à qui je ne cache jamais le fond de mes pensées. Croyez-moi : le bonhomme a bon esprit et un sens inouï des relations humaines ; il veut certainement bien faire. Mais il est victime d’une situation dont il n’est pas, du fait de sa vulnérabilité compréhensible, le maître ; où ce qu’il récolte est périssable et ce qu’il sacrifie irremplaçable.  
Pour me provoquer, un défunt aîné, illustre dramaturge dont je salue la mémoire, me traitait d’’écrivain sénégalais’. Ma colère, alors, n’avait d’égale que la pernicieuse insinuation embusquée derrière l’épithète qui ironise sur la compression ou l’expansion à outrance de l’heure que les Sénégalais partagent avec les nations ponctuelles. ‘Ecrivain sénégalais’, pour être clair, et ce n’est, du reste, plus un secret pour personne, signifie : prétention, médisance, dénigrement et chantage. Que mes confrères se rassurent : ce n’est pas une donnée récente. En effet, il m’a été donné de lire les mots ‘méchanceté’ et ‘jalousie’, dans une correspondance, sous la plume de l’illustre président-poète Léopold Sédar Senghor, déplorant les maux qui pourrissent les relations entre écrivains associés.  
Je veux dire qu’aucun écrivain digne de ce statut n’élèvera la voix ni ne lèvera le petit doigt pour dénoncer la désignation arbitraire d’auteurs devant représenter l’Aes à un rendez-vous littéraire international. Pourquoi ? Ce n’est nullement par crainte d’être taxé de mécontent ou de mauvais perdant, mais pour l’unique et simple raison qu’un écrivain se soucie d’abord d’écrire, s’applique surtout à écrire, avant de songer à voyager. Car un écrivain ne voyage pas pour voir du pays, mais pour remplir une mission au nom de la littérature, pour aller à la rencontre d’autres écrivains et découvrir le cadre de floraison d’autres écritures. Et la dignité exige qu’à cette occasion, il puisse montrer ses œuvres de qualité et participer activement aux débats organisés, surtout lorsque l’Afrique qui doit s’affirmer davantage, est attendue. En outre, lorsqu’il voyage, l’écrivain préfère que ce soit non pas sur proposition discutable, mais sur invitation personnalisée, compte tenu de sa production.  
Amis écrivains, il faut écrire, seulement écrire et renoncer avec grandeur à tout ce qui revient aux plus performants d’entre vous et à quoi votre écriture ne vous autorise pas, pour le moment, à prétendre. Ecrivez, et grâce à votre talent qui se confirmera d’une œuvre à l’autre, vous vous ferez une place dans la conscience de tous ceux qui aiment la lecture et l’écriture. Alors, les collèges, les lycées, les universités, les associations et groupements de jeunes ou de femmes trouveront de l’intérêt à vous inviter à l’intérieur du Sénégal et à travers le monde. Vous voyagerez sans compter sur les billets mis à disposition d’une association qui les distribue sans mesurer les conséquences d’une représentation au pif de notre pays aux rendez-vous internationaux de la Culture et des Lettres.  
C’est sans doute parce qu’elle n’est pas sans un enjeu de taille que la question mérite une attention particulière de l’Etat, en dépit de son obligation de réserve et de neutralité. En effet, tout le monde s’inquiète de la piètre image du Sénégal littéraire qui est en train de se répandre comme tache d’huile et d’émouvoir les observateurs avertis d’ici comme d’ailleurs.  
Bien sûr, en dehors de ceux qui ne voyagent que sur proposition injustifiable, il y a les écrivains régulièrement sollicités à l’extérieur parce qu’ils ont acquis une notoriété grâce à une poésie qui fait rêver le monde, une dramaturgie qui donne à toute communauté l’occasion de se situer parmi la diversité des habitants du village planétaire ou une production romanesque qui illustre à la fois la différence et la proximité des peuples. Je ne citerai pas un seul nom, car je défends des principes. Loin de moi la tentation d’encenser ou d’avilir qui que ce soit. Chacun sait parfaitement qui il est et, dans notre pays, tout le monde sait qui est qui, comme dit le commun des citoyens.  
Je finirai, cependant, par quelques remarques qui sont, en fait, des constats sans état d’âme. D’abord, il est rare qu’une seule association représente tous les écrivains d’un pays. Donc, cela n’étonnera personne si, demain, des auteurs se regroupent soit par affinités soit sur la base du genre littéraire qu’ils cultivent et se signalent à l’attention du ministère de tutelle qui devra alors prendre acte et en tirer toutes les conséquences. Ensuite, force est d’admettre qu’une association, dans un pays moyennement avancé, est souvent un cadre où s’agitent des activistes qui constituent un groupe de pression pour obtenir des facilités (fonds et postes) de l’Etat sans lesquelles ils seraient démunis et anonymes. Enfin, le seul conseil que je puisse donner à mes amis écrivains tient en une phrase. Ecrire, c’est jouer à qui perd gagne ! Il faut apprendre à dédaigner les faveurs car, en art, le succès n’est jamais donné mais conquis. Si vous avez compris cela, vous gagnerez à coup sûr la dignité d’être vous-mêmes et la liberté d’écrire ce que vous êtes, l’estime de vos contemporains et, plus tard, la reconnaissance de la postérité.  
Ecrivez donc, raturez, écrivez encore, puis déchirez, mais remettez-vous à écrire sans jamais accepter une critique subjective ou un article complaisant ; évitez aussi l’auto-promotion. Contentez-vous d’écrire et ayez de la patience car, comme le dit Baudelaire, ‘l’Art est long et le temps est court . Si le feu sacré est en vous, il s’allumera bien un jour. Alors, le monde vous lira et entendra parler de vous. Comme bon nombre de vos aînés que vous voyez rarement au petit écran et que vous n’entendez presque jamais sur les ondes, vous voyagerez par la seule grâce de votre mérite personnel parce que le monde aura besoin de vous connaître pour saisir davantage le sens de vos œuvres et, à travers elles, découvrir les richesses cachées du pays dont l’histoire et les cultures, le ciel et les cours d’eau, les hommes et les femmes vous ont inspirés.  
Et puis, tant pis, si vous n’avez pas l’occasion de voyager. L’écriture, quand on n’a pas contourné le passage obligé de la lecture, n’est-ce pas le plus merveilleux, parce que le plus reposant et le plus enrichissant, des voyages ?  
Dakar, le 6 septembre 2010  
Marouba FALL Professeur de Lettres Modernes E- mail : fallafall50@yahoo.fr / marouba_fall@yahoo.fr Site perso : www.e-monsite.com/maroubafall  
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 24.09.2010
- Déjà 5292 visites sur ce site!