ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

La République et nous

La République, Machiavel et nous 
 
 
Un jour de mars 2000, le peuple sénégalais a décidé de consacrer, par le mécanisme du suffrage universel, la victoire d’un homme persévérant et déterminé. Il s’est quand même opposé pendant plus d’un quart de siècle ! Cette victoire est intervenue après de durs combats pour conquérir des espaces importants de liberté dont on pensait, très souvent à juste titre d’ailleurs, qu’ils étaient confisqués par l’ancien régime. Le principal bénéficiaire de ces luttes acharnées menées, au moins depuis l’indépendance, avait suscité des rêves et nourri des espoirs.  
Pourtant, le réveil du peuple a été brutal : le rêve a viré au cauchemar et l’espoir s’est transformé en désespoir. Il y a donc comme une sorte d’inversion des attentes heureuses en leurs contraires purs et simples. C’est, sans doute, dans ce jeu de retournement des signes qu’il faut aller chercher dans la profondeur abyssale de ces derniers un enjeu beaucoup plus grand : le vœu de transformer la république en monarchie.  
 
Si on analyse les péripéties de la mise en œuvre de ce vœu, on peut dire qu’il a d’abord été caressé mais caché, ensuite entretenu mais, de temps en temps, esquivé et enfin entièrement dévoilé. On peut noter qu’il a fini par connaître une accélération sans commune mesure depuis le dernier remaniement ministériel. Aujourd’hui, on n’a plus besoin d’être devin pour lire les signes. Ils sont devenus si évidents et éclatants qu’ils peuvent éblouir le regard de celui qui se risque à les regarder de face.  
 
Nous avons parlé de la transformation de la république en monarchie ! Mais qu’est-ce que la république ? Il nous semble important de clarifier la notion pour mieux éclairer notre propos. L’idée de république vient de très loin. On peut la remonter, au moins, à l’antiquité grecque. Pour gérer le vivre-ensemble, les Grecs avaient inventé une forme d’organisation sociale et politique appelée la politeia.  
 
Après sa formulation par les Grecs, l’idée républicaine connaîtra une longue éclipse et ne sera véritablement redécouverte que dans le contexte de l’humanisme civique à la faveur de la redécouverte des œuvres d’Aristote et l’exhumation des travaux de Cicéron et de Polybe. C’est dans ce contexte que Politeia sera traduit, en latin, par Res publica.  
 
Pourtant, il a fallu attendre Machiavel pour voir la république faire définitivement son entrée dans le monde moderne. Machiavel, on le sait, est un auteur politique important. D’aucuns considèrent que les chefs d’Etat et ceux qui aspirent à la direction des affaires publiques ont pour livre de chevet Le Prince, cette œuvre fameuse qui enseignerait les (techniques) les plus efficaces pour conquérir et/ou conserver le pouvoir.  
 
L’idée fondamentale au cœur de l’ouvrage tel que le sens commun l’a reçu, sur la base, en grande partie, de la lecture qu’en a faite Renaudet, historien français, qui a beaucoup participé à la popularisation de cette perception de l’œuvre, est que celui qui veut conquérir et/ou conserver le pouvoir ne doit pas hésiter à mobiliser les moyens, y compris les plus infâmes, les plus abominables pour la réalisation de son objectif. Avec la caution de Machiavel, du Machiavel du Prince je devrais préciser, on en est arrivé à avancer, sans aucun masque d’ordre moral, l’idée que la fin justifie les moyens.  
 
C’est sous cet angle qu’il peut être intéressant de faire entrer Machiavel dans le cadre de l’analyse des péripéties que nous vivons depuis l’avènement de l’alternance, consécration suprême de notre modernité politique. On attendait du nouveau locataire du palais qu’il moralise la vie publique et conforte définitivement les bases de l’Etat de droit. L’alternance devait renforcer la république, en consolidant ses fondements et en répandant dans le corps social, plus que par le passé, les bonnes mœurs républicaines.  
 
Dix ans après, il faut bien se rendre à l’évidence : les attentes ont été, dans bien des cas, déçues et la marchandise attendue par le peuple n’a pas été bien livrée. On a élu un politicien qui est loin d’être un homme d’Etat. En bon machiavélien, au sens d’un individu peu soucieux des scrupules moraux, il nous a servi, à la première occasion, la transhumance comme s’il n’avait plus confiance au peuple du 19 mars 2000.  
 
Il faut, au mépris des valeurs que l’alternance devrait promouvoir définitivement, aller chercher les porteurs de voix, compte non tenu de leur morale souvent douteuse, en tout cas au regard de l’esprit républicain. Rappelons que certains d’entre eux avaient ou plutôt devraient avoir maille à partir avec la justice si les rapports d’audits commandités n’avaient pas, en cours de route, été politisés. On choisit d’offrir aux accusés qui risquaient d’être frappés par la lourde main de Dame Justice, d’échanger leur condamnation éventuelle contre le ralliement au parti victorieux.  
 
En politique, il n’y a pas de morale. Ou plutôt la morale politique est d’une autre nature. Elle est au-delà ou en deçà de la morale ordinaire, dirait le machiavélien. Ce dernier formule une maxime politique que l’on pourrait énoncer comme suit : ‘Mobilise tous les moyens dont tu penses qu’ils serviront tes objectifs politiques. Si tu ne le fais pas, tu creuses ta propre tombe politique. Alors, il ne faut prendre aucun risque politique. Il faut aller chercher les voix. Elles n’ont pas d’odeur’.  
 
La traduction électorale de cette maxime est sans équivoque : il faut organiser la transhumance. Au-delà des réprobations moralisatrices, les voix dont les porteurs sont sans valeur morale serviront bien les ambitions politiques. Elles sont d’une valeur incontestable. Réalisme quand tu nous tiens !  
 
Beaucoup de gens qui avaient appelé à ne pas pactiser avec le diable en votant pour celui qui deviendra l’heureux élu, se transformeront bientôt en ses laudateurs les plus attitrés. Première leçon adressée au peuple, la parole politique ne vaut pas grand-chose. On peut insulter et dénigrer le vieux opposant en mars, mais en niant sa parole et donc, d’une certaine façon, en se reniant soi-même être invité, en avril, par le nouvel élu à la table du festin républicain aux relents et aux goûts déjà royaux.  
 
Les élections législatives furent gagnées haut la main. On a demandé au peuple de conférer aux tenants de l’exécutif une majorité pour gouverner, pour réaliser les alléchantes promesses. Il répondra très favorablement. A la proclamation des résultats des législatives, le parti victorieux obtient une majorité écrasante. Son assemblée mécanique devra alors bien servir à quelque chose.  
 
Elle obéira au doigt et à l’œil (du) chef de l’exécutif. Belle leçon de séparation des pouvoirs. Plus tard, des élus se considéreront non plus comme élus du peuple, mais comme députés du président. Pour transformer, comme par un coup de baguette magique, la volonté et les désirs du chef en ordres légalement contraignants, c’est-à-dire en lois, il faut ajouter à la domestication du législatif par l’exécutif un texte fondamental à la hauteur de la boulimie de pouvoir du chef.  
 
On proposa au peuple souverain une constitution. Ce texte fondamental permit justement au chef de nommer, de manière légale, aux fonctions civiles et militaires. Une façon d’avoir sous sa botte le pouvoir judiciaire pourrait-on, d’une certaine façon, dire. Cela ressemble fort bien à une volonté de contrôler le judiciaire après la conquête de l’exécutif et la domestication du législatif.  
 
Plus tard, des observateurs lucides et avertis considéreront que ce texte constitutionnel est à la base de beaucoup de nos maux politiques. Aussi, qualifieront-ils de despotique, pardon de monarchique la constitution de 2001. Le fantôme - la monarchie - ne cesse décidément, depuis les débuts de l’alternance, de nous hanter, de rôder dans les allées du pouvoir et les couloirs du palais. Il va, de manière beaucoup plus sérieuse, nous poursuivre.  
 
C’est le moment d’assassiner les fils putatifs qui peuvent légitimement aspirer à la succession. En monarchie, on succède aussi. Très souvent d’ailleurs à son père. Le vocabulaire est bien choisi. On veut lui succéder et à la tête de l’Etat et du parti. C’est l’ambition de tous les numéros deux du parti au pouvoir.  
 
On ne parle pas d’élection ni à la tête de l’Etat ni à celle du parti. Le choix des mots n’a rien d’innocent. Il faut mettre en place une grammaire politique au service du projet de la dévolution monarchique et chercher à faire accepter au peuple, de manière subliminale, le projet monarchique. Les mots sont mobilisés pour être inscrits dans la conscience collective, dans la mentalité des Sénégalais.  
 
Pour bien réaliser le funeste projet au profit du vrai fils, de l’enfant biologique, il faut tuer, politiquement s’entend, les fils d’emprunt. Il faut sacrifier celui qui entretient la dualité au sommet de l’Etat aux ambitions de l’héritier légitime, celui de la descendance, dont le choix s’explique par la proximité des liens du sang. Le chef en est arrivé à être totalement convaincu que le pouvoir qu’on lui a pourtant délégué, lui appartient et il a décidé d’en faire l’objet d’un héritage familial.  
 
Toute la république est mise au service du sacrifice de Mara. Le rituel permettra de conjurer les ambitions éventuelles et de mettre en garde les prétendants illégitimes. Le chef suprême reconnaîtra d’ailleurs que tous ceux qui sont passés par la primature lorgnent son fauteuil. Oui tous ! Une femme y est passée, mais elle a été bien sage. Elle se nomme Mame. Le premier fils sacrifié, il faut éloigner du palais celui qui peut oser avoir les mêmes folles ambitions.  
 
Un prétendant qui a participé activement au sacrifice du premier fils d’emprunt est vite identifié. Il faut en faire la tête de liste pour les élections législatives de 2007, histoire de l’éloigner de la primature. Il ne pourra plus lorgner, rappelez-vous, le fauteuil. La victoire sera facile, mais non éclatante : les élections législatives de cette année-là sont boycottées par l’opposition significative. S’il les gagne, il deviendra président de l’institution aux ordres. Mauvais calcul politique et successoral : en cas de vacance du pouvoir, il deviendra président de la République.  
 
Il faut donc prétexter de la volonté de mettre en place une assemblée de rupture. Pour ce faire, il faut convoquer celui qui a organisé le sommet de l’Oci et qui vise un autre sommet, sans doute le plus haut, pour qu’il s’explique sur les accusations gravissimes portées à son encontre. Ce sera la consécration de la rupture à la place Soweto. L’Assemblée exerce le contrôle sur le gouvernement et peut librement auditionner ses membres et les responsables des agences au cœur de l’Etat.  
 
Le mandat du président de l’Assemblée qui a osé convoquer, sans autorisation du père, le fils est ramené à un an et il ne pourra plus succéder au chef au cas où… La succession doit revenir à quelqu’un qui n’a pas été élu. A un de ces sénateurs nommés. L’idée que l’on peut nommer quelqu’un à la tête de la République devient plus éclatante, cela au détour d’une étrange imbrication entre les relations politiques et les liens de sang. Ceux-ci, dans la monarchie montante et la république déclinante, priment sur celles-là.  
 
L’idée monarchique est trop têtue. Depuis 2000, elle poursuit son petit bonhomme de chemin et nous joue des tours. Macky se rebelle, rentre dans le maquis et crée une alliance pour défendre la république en danger. Elle est menacée, ironie de l’histoire, par ceux à qui le peuple avait confié la redoutable mission de la renforcer.  
 
Mais le drame de la monarchisation de la république est-il exclusivement joué par les libéraux ? Où sont passées les figures de proue de l’ancien régime ? Bien avant 2000, ils se sont divisés en plusieurs camps avec l’ambition de porter les chefs de file des différentes chapelles issues de la roche mère au sommet de la République. C’est cette ambition qui a fait éclater et a perdu la famille de Sédar. Certains membres de la famille ont d’ailleurs décisivement contribué à l’élection du libéral. Les héritiers de Léo s’étaient querellés parce que l’aîné, lors d’un congrès dont on dit qu’il a été non-démocratique et sans débat, avait choisi son ténor. En ce (dernier), les perdants voyaient déjà un dauphin. Leur solution, entrer en rébellion. Celle-ci peut aller jusqu’à l’alliance avec les adversaires de toujours.  
 
Sous nos cieux, les idéologies ne valent pas grand-chose. Des socialistes de conviction et de cœur, de pensée et d’action peuvent s’allier à des libéraux pour défaire d’autres socialistes. Non ! On m’a dit que c’est plutôt le contexte politique et historique qui a imposé la jonction des forces progressistes pour favoriser des avancées démocratiques arrivées à maturation. L’alliance nouée cette année-là est loin d’être contre-nature. Elle n’est pas non plus hétéroclite. Elle prend acte de la réalité, s’appuie sur elle et cherche à la transformer.  
Le mur de Berlin s’est effondré depuis 1989 et avec lui les idéologies. On a même, dans les démocraties tropicales, accusé du retard à prendre en compte et en charge ces avancées décisives qui ont précipité, comme jamais auparavant, le cours de l’histoire du monde. Cette alliance est donc, au fond, avant-gardiste. L’an 2000 est une date trop symbolique pour ne pas rater le train de l’histoire qui a entériné, depuis un peu plus d’une décennie maintenant, la fin des idéologies.  
D’autres socialistes qui voulaient renouveler - les rénovateurs ? - la doctrine, avaient vainement tenté, dans l’entre-deux-tours, de sauver la maison familiale, qu’ils avaient quittée quelques années auparavant, du naufrage occasionné par la vague politique qui s’est levée en février 2000. On ne peut cependant pas arrêter la mer démocratique du suffrage universel avec ses bras au faible score électoral. Le naufrage aura bien lieu un certain 19 mars. Il est inévitable. Les dieux sénégalais de la politique en ont décidé ainsi. Le destin des héritiers de Léo est scellé. Heureusement, la révolution démocratique, en ce début de millénaire, ne tue pas les vaincus même si, comme on l’a montré, elle peut être tentée de broyer ses principaux artisans, virés successivement de la primature ou de la présidence de l’Assemblée.  
La traversée du désert politique est incontournable. Pourtant, elle sera de courte durée pour un des socialistes, celui qui, en l’occurrence, a tenté de sauver la maison du père. Il est appelé au festin. La morale politique se moque de la morale ordinaire, rappelons-le. Il n’est pas un traître comme on a voulu le faire croire. Il a juste retourné sa veste. Pas totalement, il a son parti avec lui. Il a refusé de le noyer dans le grand bleu. Il reste un socialiste qui collabore avec les libéraux. On peut parler de socialiste-libéral. C’est d’ailleurs là un mot à la mode utilisé un peu partout dans le monde. On est, au Sénégal aussi, branché. On n’est pas ringard. On est au diapason de l’histoire se faisant ici et maintenant. On vit dans le temps du monde.  
Mais que font les socialistes de divers acabits, ceux qui, peu ou prou, revendiquent l’héritage de Sédar, un des architectes avec Mamadou Dia, de la république aujourd’hui en péril ? Ils sont des républicains. Ils veulent devenir président de cette république qu’ils connaissent tant et sous l’ombre de laquelle ils ont grandi. D’ailleurs, ils le sont tellement que même leur façon de s’opposer est républicaine. Pourtant, c’est cette manière républicaine de s’opposer que ceux qui ne savent rien à la république dénoncent. On leur reproche de ne pas mouiller la chemise, de se contenter de réunions de bureau politique. Mais non ! De temps en temps, ils se réunissent chez un révolutionnaire - converti ? - pour faire la révolution avec les communiqués sanctionnant leurs rencontres. Façon républicaine antique et non pas moderne de s’opposer, devrai-je préciser. Il y a alors là comme une sorte de déphasage : j’ai souligné la modernité de la république du Sénégal.  
Il me semble important de revenir à ce niveau de mon analyse à Machiavel, l’auteur des Discours sur la première décade de Tite-Live. Contre la conception antique qui plaidait pour une homogénéisation des consciences autour du bien commun pour sauvegarder la république, le Florentin fera observer que ce qui caractérise, au fond, la république moderne, c’est l’acceptation et l’accueil de la conflictualité au cœur du social et de la politique. La concorde antique est battue en brèche par la discorde féconde des modernes. Contre donc l’harmonie prônée par les anciens, Machiavel affirme que la discorde est productrice de liberté politique. En ce sens, elle est incontestablement féconde. Selon le célèbre auteur, c’est la politisation du social et la socialisation du politique qui permettent la constitution du conflit. En quoi alors cet auteur peut nous être utile dans le contexte politique actuel du Sénégal ? La socialisation du politique et la politisation du social permettront à l’opposition regroupée au sein de Bennoo de faire définitivement sienne l’idée que le combat ou le conflit n’est pas forcément pernicieux à l’idée républicaine. Il est indispensable à son maintien, à son renforcement, à sa pérennisation.  
On peut, de manière beaucoup plus large, s’interroger : l’élite politique est-elle au service des aspirations populaires, celles des masses ? Il est clair qu’au sommet de l’Etat, la préoccupation principale est, aujourd’hui, la dévolution dynastique du pouvoir. On y travaille depuis le début de l’alternance ou presque. Le schéma a été monté et devrait, paraît-il, être définitivement réalisé en 2009 lors des élections locales de mars.  
Il fallait, après le sommet de l’Oci, que les élections municipales constituent la rampe qui allait, de manière irréversible, contribuer à la réalisation du projet en propulsant l’héritier dont on a dit qu’il est le seul légitime au sommet le plus haut, celui occupé par le haut d’en haut. Le premier sommet a été, momentanément, en tout cas, fatal à l’accès au Sommet. Un journaliste de talent a fait les comptes de ce sommet et ils ont abouti à des mécomptes. Les contes de ces mécomptes ont permis au peuple du 22 mars 2009 de solder son compte avec l’héritier légitime. Ils ont été décisifs dans l’expression du suffrage du 22 mars 2009 qui s’est traduit par la défaite cuisante et traumatisante de ce dernier.  
Contre la volonté manifestée dans les urnes, le père décida que le peuple n’a rien compris et que son expression ne pourra pas empêcher la poursuite du projet. Aussi, décide-t-il de faire régner le fils, malgré le rejet manifeste dont il a incontestablement été l’objet, sur le ciel, sur une bonne partie de l’international surtout l’Orient, les pays arabes, en attendant le moment opportun pour qu’il s’empare du Sénégal.  
Machiavel l’avait aussi dit : il faut toujours savoir saisir les bonnes occasions, les moments les plus propices à l’exécution d’une tâche, à la prise de la meilleure décision. ‘A chaque fois que l’occasion se présentera, je te donnerai une parcelle supplémentaire de pouvoir jusqu’à ce que tu obtiennes tout le pouvoir’. C’est le conseil du père au fils. La crise de l’énergie est une belle opportunité. Il faut la saisir pour accroître davantage le pouvoir qui, déjà, déborde l’envergure politique personnel de l’héritier.  
On a donc essayé de clairement mettre en évidence le combat d’un peuple luttant vaillamment et résolument contre les tendances et les prétentions de dévolution dynastique du pouvoir suprême, la monarchisation de la république. C’est le défi lancé par le père et le fils aux générations contemporaines et qu’elles se doivent bien de relever. Le jugement de l’histoire pourrait être sans appel pour ceux qui veulent nous imposer cette marche à reculons. Il pourrait tout aussi bien être sévère si les démocrates et patriotes refusaient de s’opposer avec énergie à cette entreprise, ô combien, arrière-gardiste. Il ne faudrait, en effet, ménager aucun effort pour la défense de la république et le renforcement des acquis démocratiques. Nous sommes tous interpellés ! Il ne saurait y avoir d’échappatoire. Les valeurs et les idéaux démocratiques sont sérieusement bafoués et mis à mal. L’abandon de la poursuite et de la réalisation des idéaux démocratiques a un coût.  
Quel est le rôle joué par Bennoo dans le cadre de ce combat qui engage l’avenir, le choix du régime institutionnel sous lequel nous entendons vivre et que nous allons léguer à nos enfants ? De manière beaucoup plus nette, on peut se demander : pourquoi Bennoo, le cadre qui regroupe l’opposition significative, peine-t-il à faire véritablement face aux assauts répétés contre la république et le projet démocratique ?  
Je suis convaincu que, pour Bennoo, moment n’a jamais été aussi favorable que celui que nous vivons présentement ! Ce cadre politique qui a levé des espérances en mars 2009, devrait être beaucoup plus combatif qu’il ne l’est. Il doit opposer au camp des fossoyeurs de la république une détermination à la hauteur de leur projet funeste. Il ne doit pas hésiter à imposer aux partisans et défenseurs de la monarchisation en cours un rapport de force qui finira par leur être totalement défavorable.  
On m’a dit que l’opposition au projet de dévolution dynastique du pouvoir doit être le fait de chaque Sénégalais. Elle doit être de l’ordre de l’engagement citoyen. Oui, incontestablement. Toutefois, Bennoo ne doit pas rester sourd et aveugle aux aspirations légitimes des populations. C’est à cette condition qu’elle pourra les mobiliser pour le combat démocratique de sauvegarde de la république.  
Très souvent, on nous dit que les Sénégalais ne veulent pas se débarrasser de ce régime pourtant à bout de souffle. Ils ne sont pas prêts à payer le coût politique de l’amélioration de leur vécu quotidien. Ils ne seraient pas, en termes lapidaires, assez combatifs. Contre ce point de vue, il faut rappeler que les jeunes ont dit Barça ou Barsaq. Ils ont affronté le désert, les mers et les océans pour des conditions de vie meilleures. S’ils sont capables de tels sacrifices, s’ils ont pu affronter les balles des policiers espagnols de Ceuta et Melilla, c’est qu’ils sont aussi capables de se battre, chez eux, pour le meilleur.  
Outre ce fait majeur, la crise de l’électricité a, une bonne fois pour toutes, montré la combativité des populations. La question ne doit plus alors porter sur la difficulté à mobiliser les Sénégalais. Elle doit être plutôt ainsi reformulée : comment Bennoo peut traduire en acte politique et satisfaire les aspirations légitimes des populations ? Les mouvements sociaux de ces derniers jours sont l’expression spontanée du ras-le-bol généralisé né des coupures intempestives de l’électricité qui ressemblent bien à des arrêts de production. Bennoo doit les canaliser. Plus que cela, il doit leur donner un débouché politique. C’est son rôle politique. Sa mission historique. C’est, pour lui aujourd’hui, une obligation morale et politique. Il ne doit pas s’y dérober.  
Bennoo doit prendre en charge la demande sociale qui n’a jamais été aussi pressante. Il ne doit toutefois pas faire de promesses irréalistes car il risque de ne pas convaincre. Il doit incarner la volonté et l’espoir d’un avenir meilleur. C’est une façon de revenir aux questions fondamentales, celles sociales et les politiser. Socialisation de la politique et politisation du social, avions-nous dit. C’est une dimension centrale pour mobiliser le peuple et imposer le respect des principes au fondement de la république. Sans le respect de ces principes, il n’y aura plus bientôt de république.  
Nous devons combattre ! Cela d’autant plus que nous avons reçu des générations passées la république du Sénégal démocratique et sociale. Nous devons, en bons héritiers, épanouir et transmettre à celles qui s’en viennent le legs reçu dont on peut dire que, sorti des menaces actuelles, il ne sera que renforcé et définitivement mis à l’abri d’éventuels assauts. Ce combat vaut la peine d’être mené. Républicains et démocrates, unissons nos forces, nous vaincrons !  
 
 
Cheikh FAYE Montréal, Canada sekisto431@hotmail.com 
 
 
Le ministère de l’Energie confié à Karim Wade est un jalon de plus vers la dévolution monarchique du pouvoir 
C’est un secret de polichinelle que notre Président bien aimé Me Abdoulaye Wade ne cache plus ses ambitions de se faire succéder par son fils Karim Wade, quoiqu’il puisse lui en coûter. Et ceci, malgré leur défaite mémorable lors des locales de mars 2009 où son fils et lui-même ont été recalés par les sénégalais dans leur projet funeste de monarchisation de la république. 
 
Tout semble indiqué que les Wade n’ont pas digéré ce qu’ils considèrent comme un affront de la part des citoyens sénégalais. 
 
Après son discours d’après locales où il disait aux sénégalais « j’ai compris votre message », Wade semble revenir sur son message, de par les actes qu’il pose, pour faire comprendre à l’opinion que les désirs de son fils passent avant celui des sénégalais. 
 
Le département de l’énergie qui est désormais confié au fils biologique, malgré le fait qu’il gérait déjà quatre portefeuilles ministériels à lui tout seul ( Infrastructures, Transports aériens, Coopération internationale, Aménagement du territoire, même s’il vient de céder ce dernier ministère ) entre dans cette logique successorale. Wade fera tout pour essayer de repositionner et de réhabiliter son fils auprès de l’opinion après cet échec de 2009. Il lui fera engranger les résultats de son gouvernement, ceci, après lui avoir décerné le prix de financier le plus compétent d’Afrique. 
 
. Tout le monde sait que si Wade confie ce secteur à son fils adoré, c’est que des débuts de solutions sont annoncés dans ce département stratégique et vital pour l’économie du pays. La presse de la semaine passée nous informe déjà que la Société Africaine de Raffinage (la SAR), pour l’approvisionnement du pays en hydrocarbures, va recevoir une manne financière de 194 milliards de FCA (41 milliards de Ecobank, 25 de la BOAD et 128 milliards de la banque nigériane UBA) ainsi qu’une pluie de milliards des chinois. 
 
Ne cherche-t-on pas à décerner à Karim Wade le satisfecit de celui qui a posé les jalons d’un début de solution pour ce secteur qu’on ne s’y prendrait pas autrement. De plus son pater de président sera là pour lui donner tous les moyens dont il dispose pour résoudre le problème de l’énergie et surtout celui de l’électricité, afin qu’il en tire des dividendes sur le plan politique et essayer de rebondir. 
 
Depuis leur défaite mémorable aux locales du 22 mars 2009 qui a fini de plomber leur projet monarchique, les Wade inaugurent une nouvelle ère pour contourner le rejet des sénégalais par rapport à ce projet abject et funeste. Il s’agit de donner au fils biologique tous les moyens de l’Etat et de l’accompagner afin de satisfaire ses ambitions démesurées de devenir le prochain président du Sénégal sans postuler à l’appel d’offres des sénégalais. 
 
Mais ceci, tous les sénégalais non amnésiques l’ont compris car le jeu des Wade est manifeste et maintenant connu de tout le monde. Il est une insulte même à la mémoire collective des sénégalais. Après l’avoir bombardé ministre d’Etat en charge de quatre portefeuilles et non des moindres pour sa première participation dans un gouvernement, WADE continue de satisfaire à tous les désirs de son fils, en dehors de toute considération de profil, de compétence et d’expérience dans la gestion des affaires de l’Etat. Il lui donne les clefs de l’Etat tout simplement parce que c’est son fils et c’est lui qu’il a choisi pour lui succéder à la magistrature suprême. Soit ; c’est son droit le plus absolu. Et les sénégalais dans tout cela ? 
 
Wade ne raisonne plus en tant que Chef d’Etat, mais en tant que chef de clan et chef de famille. 
 
Il a complètement perdu le sens des réalités avec ce nième forfait de vouloir opérer un forcing pour imposer, à sa manière, son fils aux sénégalais. Sa stratégie et son stratagème ne souffrent plus d’aucune ambiguïté. Mais que dire du fils qui prend les choses comme elles viennent sans sourciller parce étant le fils de son président de père. 
 
On croyait Karim Wade, qui veut présider aux destinées du Sénégal, plus malin et plus intelligent que cela. Mais apparemment celui que son père présente comme un super crack, nous apparaît aujourd’hui sous son vrai jour, à savoir un tocard qui se cache derrière le parapluie de son père pour glaner des promotions imméritées. 
 
Il est tout simplement un paresseux et un fils chouchouté par son pater qui veut tout récolter sans avoir semer au préalable ne serait-ce qu’une petite graine sous terre. 
 
Karim Wade est discrédité pour diriger quoi que ce soit dans ce Sénégal après avoir gérer le tiers du budget du Sénégal lors du sommet de l’OCI en 2008 dans la plus grande opacité. Les sénégalais sont restés sur leur faim et réclament toujours un audit externe et indépendant de ce sommet. Si Karim Wade veut faire bonne figure et se racheter aux yeux des sénégalais, il n’a qu’à commanditer un audit externe sur sa gestion de l’ANOCI et faire le bilan du sommet de l’OCI de 2008. En voulant gérer tous les ministères les plus en vue sous le magistère de son père, il n’aide pas ce dernier qui est rattrapé par les effets dévastateurs d’un âge très avancé qui l’ont détourné de toute emprise sur le réel. 
 
Toute action initiée ou tout discours prononcé par Karim Wade qui ne va pas dans le sens de répondre aux nombreuses questions sur sa gestion antérieure ne sera qu’une fuite en avant qui va l’éloigner davantage des sénégalais. 
 
Que son pater de président lui refile tous les postes qu’il veut, Karim Wade apparaîtra toujours aux yeux des sénégalais comme celui qui a été au centre de la gestion la plus nébuleuse et la plus controversée (près de 500 milliards pour l’OCI de 2008) que le Sénégal post indépendance a connue. 
 
Aboubakrine SAMB 
bcar25@hotmail.com 
 
 
Le visage de la mal gouvernance au Sénégal : Karim Wade Ministre de la terre, du ciel, du feu (énergie) et de l'argent. 
En accordant à quelqu'un qui a fait preuve d'autant d'incompétence dans la gestion de toutes les affaires à lui jusqu'à présent confiées, autant de pouvoirs, Abdoulaye continue de nous montrer le peu de respect qu'il accorde aux sénégalais. Ou alors pis encore, celui qui préside officiellement aux destinées de millions de sénégalais a complètement perdu la tête à 85 ans révolus. 
 
Confier les infrastructures, les transports, l'énergie, la coopération internationale et les finances internationales par décret révélé par seneweb.com s'assimile dans les faits à une dévolution du pouvoir qui ne dit pas son nom pour ne pas dire un coup d'Etat rampant. 
 
Mal gouvernance financière ne peut être plus marquée que la concentration de pouvoirs aussi importants entre les mains d'un seul homme et quel homme, il s'agit du même qui doit encore des comptes au peuple sénégalais pour avoir dilapidé plus de 400 milliards sur quelques km de routes improductives et quasi inutiles à l'économie sénégalaise. 
 
Décret présidentiel : Wade fait de Karim Wade un ministre des Finances bis 
 
Le président Abdoulaye Wade a signé, il y a un peu moins d’un mois, un décret attribuant à Karim Wade les mêmes prérogatives que le ministre des Finances. Le décret 2010-1189, signé le 13 septembre selon le journal L’As, accorde au fils du chef de l’Etat, le pouvoir de négocier et de signer des accords de crédit et de prêt au même titre que le ministre des Finances, Abdoulaye Diop, qui en avait jusqu’ici la prérogative. Il abroge le décret 77-735 du 17 septembre 1977. 
 
Ce dernier décret abroge et remplace l’article 3 du décret numéro 65-191 du 24 mars 1965 fixant les compétences en matière de dépense d’équipement publié dans le journal officiel numéro 6546 ». « A l’instar du ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des Finances, Abdoulaye Diop, le ministre d’Etat, ministre de la Coopération internationale, Karim Wade, peut désormais légalement signer lui-même, au nom du président de la République, les accords de prêt et de crédit ou, selon les circonstances, subdéléguer sa signature aux autres membres du gouvernement ainsi qu’aux ambassadeurs de la République du Sénégal.  
 
Cette modification rétablit l’équilibre entre les deux ministres (Abdoulaye Diop et Karim Wade) et répond au formalisme juridique des partenaires qui, par le passé, traitaient seulement avec le ministre chargé des Finances », indique le rapport de présentation du décret 2010-1189 du 13 septembre 2010 ».  
 
 
QUE FAIRE FACE A LA GRAVITE DE LA SITUATION ? 
ALLONS NOUS CONTINUER DE RESTER PASSIF FACE A CETTE DEVOLUTION DU POUVOIR QUI NE DIT PAS SON NOM ? 
ALLONS NOUS CONTINUER DE LAISSER CE PAYS ETRE GOUVERNE DE LA SORTE ? 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 14.10.2010
- Déjà 5436 visites sur ce site!