ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

L’Etat a t-il perdu l’esprit de son pouvoir n

L’Etat a t-il perdu l’esprit de son pouvoir normatif ? 
L’intellectuel est constamment soumis aux servitudes de l’actualité. Récemment, le gouvernement avait institué une loi interdisant la mendicité. L’épisode des marchants ambulants reste toujours une mémoire qui conforte la thèse que nous allons tentée d’asseoir. 
Suffit-il que le gouvernement exerce une magistrature (prend une décision) pour que les destinataires de celle-ci se rebellent contre l’Etat ? Affirmatif, pouvons-nous dire, confortés par les actes de désobéissance civile que posent chaque jour les citoyens de notre pays. 
C’est pour dire que, en tant que philosophes (tout homme soucieux de vérité et de paix), notre défi est d’être en mesure de fonder au plus haut niveau spéculatif, le point de vue du sens commun. 
En effet, la constitution du 22 Janvier 2001, donne au Président (et au Premier Ministre par délégation) le pouvoir de prendre des décisions par décret. La légalité de ses actes est alors irréfutable. Mais, en principe, avant de prendre une décision pouvant avoir une incidence sur la vie des citoyens, il faut impérativement consulter les organes habilités à cet effet (par exemple le conseil économique et social) et les segments de la société intéressés par la décision à prendre. 
Pour faire bref, si cela fut le cas, avant que cette décision ne soit prise en Août dernier, il faut reconnaître religieusement que cela a été anti-pédagogique parce que la décision est restée sans effet. Sa légitimité a été contestée. Personne ne l’ignore. 
C’est à ce niveau précis que se situe le problème philosophico-juridique de la question. Quel est l’esprit du pouvoir normatif ? 
En souvenir de Montesquieu, la loi est la raison humaine en tant qu’elle gouverne tous les hommes. Avant d’édicter une loi, il faut sonder l’esprit social, le génie social qui porte les valeurs qui constituent le principe d’unité et de justice de la cité. C’est à cette condition que la masse du peuple peut se résigner à l’obéissance. 
Afin qu’il en soit ainsi il faut que le législateur s’éloigne « de l’excès et du défaut », avertit le platonisant, Léon Robin. Ce qui reste vrai. Il faudrait, en outre, et c’est là une contribution profondément scientifique de Rousseau, que « l’effet pût devenir la cause ; que l’esprit social, qui doit être l’ouvrage de l’institution (de la loi), présidât à l’institution même ; et que les hommes fussent avant les lois ce qu’ils doivent devenir par elles ». En prenant cette décision, qui est contre nos mœurs, notre tradition de quémandeur (le chef de l’Etat en chef), notre religion, le gouvernement a manifestement méconnu cet esprit social. 
Surpris, je l’ai été, quand, demandant à une femme d’une élégance singulière et d’une beauté désirable, pourquoi continuait-elle à mendier, elle me répondit que son mari, mort pour l’honneur de la patrie, a laissé des enfants, qu’elle a la charge de nourrir. L’Etat n’ayant rien fait pour la famille. Elle ne peut abandonner cette activité. Ainsi, à chaque fin de prière, je la trouve à la porte de la mosquée de Sicap Mbao. Elle mérite bien un soutien et une reconnaissance. 
Mais l’argumentaire de Rousseau se poursuit. 
De ce qui précède, suivant l’auteur, avant « d’élever un grand édifice, l’architecte observe et sonde le sol pou voir s’il en peut soutenir le point ». Pour dire, que, le législateur doit comprendre si le peuple auquel est destiné son œuvre (ici mal faite) est propre à la supporter. En cette matière, Rousseau est un philosophe qui instruit et éduque le législateur. Car celui-ci est le poumon de l’Etat. Dès qu’il cesse de respirer, il cesse d’être. La République, par sa faute, n’est plus. 
Où réside alors l’esprit du pouvoir normatif ? 
L’ordre juridique réside dans l’esprit social. Selon Montesquieu, cet esprit consiste « dans les rapports que les lois peuvent avoir avec diverses choses » (c’est-à-dire divers phénomènes, mœurs, comportements, situation, histoires, temps, espace…) qu’il faut nécessairement prendre en compte pour préserver la cité de son plus grand mal qu’est la division, selon Platon ; la haine selon Machiavel, l’aliénation selon Marx et la domination selon Habermas… L’esprit des lois, c’est l’âme de la loi, selon Althusser, c’est la loi de la loi, et celle-ci est dans sa cause qui garantit sa légitimité et la fonde en la justifiant. 
Découvrir cet esprit est le plus grand miracle de la mission du législateur. Car il épargne la cité de désobéissance civile et d’actes de violence qui sont le propre d’une tyrannie. Or nous sommes en démocratie dont le principe (inscrit dans l’art. 1 de la constitution en écho à la définition qu’en donnait A. Lincoln) est : le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple. 
C’est « l’ellipse du pour » qui fait douter de la légitimité. Et le déficit de légitimité entraîne nécessairement des actes d’incivisme dans une démocratie où le paradigme, vecteur d’unité et d’intégration sociale et politique, reste le dialogue qui peut toujours déboucher sur le consensus ou le compromis. 
C’est précisément le déficit du consensus qui fait basculer toutes les Républiques mal gouvernées. Car si le consensus prévaut, il y a toujours unité entre le doit et l’intérêt. Ces deux « transcendant aux de la société ne sont jamais indissociables. Celui qui le méconnaît ou le nie est un tyran et un ennemi de la démocratie. 
Voilà pourquoi, ayant pour vocation de garantir l’unité et la justice dans la cité pour le bien-être de la communauté, le législateur, conclut Rousseau, doit toujours allier dans con exercice, « ce que le droit permet avec ce que l’intérêt prescrit, afin que la justice et l’unité ne se trouvent point divisés ». 
C’est là une leçon de Rousseau que tout gouvernement doit mémoriser avant l’exercice de son art, le plus difficile dit-on : l’art de légiférer. Il me faut conclure. Ce gouvernement n’a pas l’art et l’intelligence de sa mission. Ce jugement est il fondé ? Assurément. 
Le refus des fonctionnaires contre la ponction de leurs salaires ; 
Le refus des marchands ambulants de déguerpir sous l’impulsion de la force et 
Le refus des maîtres coraniques et des imams contre l’interdiction de la mendicité 
Sont des preuves que même le Doyen des juges ne peut et n’ose nier s’il garde en lui la mémoire et la foi en l’histoire. 
Pour éviter de pareils malheurs, il faut, et c’est là le nouveau paradigme que la nouvelle humanité a accouché, instituer le dialogue en vue du consensus ou du compromis. C’est le seul moyen de garantir la cohésion, la concorde, l’obéissance, le patriotisme, le civisme, la citoyenneté bref la démocratie, conclut mon maître Habermas. C’est là que réside l’émancipation qui est le tréfonds de toute normativité et de toute démocratie saine et pure. A vous gouvernement de s’en approprier le concept. 
----*Boubacar Camara 
• Doctorant en philosophie  
• generalkaro@yahoo.fr 
 
PRESIDENTIELLES DE 2012 
De la question de la transition politique 
La transition politique peut être entendue comme une période intérimaire durant laquelle on met en œuvre un processus juridictionnel et organisationnel pour aller vers de nouvelles élections. Or, aller vers de nouvelles élections suppose la rupture d’un ordre constitutionnel ancien qui n’est pas arrivé à son terme et l’évolution vers un nouvel ordre avec la mise en place d’un nouveau cadre permettant l’organisation de nouvelles compétitions. La rupture de l’ordre constitutionnel ancien provoquant l’arrêt du fonctionnement des institutions intervient à la suite de la survenue d’une crise politique majeure dans un pays donné. Le plus souvent, les détenteurs de la force armée organisée, qu’elle soit militaire ou civile constituent le seul recours pouvant assurer une gouvernance du pays, le temps de combler le vide institutionnel pour créer les conditions permettant l’organisation de nouvelles élections. Bien entendu, la période de gouvernance du pays sous la férule d’individus arrivés exceptionnellement au pouvoir par des voies non démocratiques ne pourra être que de courte durée ; Toutefois, la période peut être relativement longue selon la volonté des forces qui conduisent la transition qui peuvent instaurer une dictature, ou, par le fait d’une complexification de l’état des lieux. Des exemples de transition politique foisonnent actuellement en Afrique, notamment en Guinée, au Niger ou même en Cote d’ivoire dont la profondeur de la crise politique a conduit à une prorogation assez longue du mandat de l’actuel président et la formation d’un gouvernement d’union pour assurer la transition vers de nouvelles élections. 
Cependant, lorsque l’ordre constitutionnel reste normal avec des institutions qui fonctionnent de façon régulière et continue, même si, au demeurant, elles fonctionnent mal ou sont vidées de leur contenu avec un gouvernement qui dirige le pays jusqu’à terme comme le cas actuel du Sénégal, la période durant laquelle le nouveau président élu et son gouvernement mettront en œuvre des réformes économiques et politiques jusqu’aux prochaines échéances ne peut pas être qualifiée de période transitoire. En effet, il s’agira purement et simplement d’une dévolution normale du pouvoir et de l’application d’un programme de gouvernement promis au peuple sur la base de laquelle un nouveau président est élu ; Si bien que le nouveau président élu devra poursuivre son mandat jusqu’à son terme, qu’il soit de quatre, cinq ou sept années, délai requis pour mettre en œuvre le programme de gouvernement promis au peuple antérieurement : Il s’agira, en l’espèce, de l’accomplissement normal d’un mandat consécutif à l’expression du suffrage universel qui ne saurait être confondu avec une quelconque période transitoire ,dès lors qu’à aucun moment, il n’y a l’existence de rupture de l’ordre constitutionnel .A partir du moment où on s’achemine vers l’organisation de nouvelles élections dont l’issue déterminera le choix d’un nouveau président qui mettra en œuvre des réformes sur la base de la confiance, on se trouvera alors dans le cadre d’une continuité républicaine qui exclut toute phase transitoire ,même dans le cas de la fondation d’une nouvelle république. 
C’est dire que la théorisation d’une transition, agitée par une frange de la classe politique de l’opposition Sénégalaise dans les circonstances d’un ordre constitutionnel normal, participe de la mise en branle d’une stratégie de parrainage d’un candidat de leur choix, en dehors de la coalition et, en même temps, de neutralisation de potentiels candidats de l’opposition naturelle .Certains partis politiques de l’opposition qui font de la transition et de la candidature unique des préalables en se fondant sur les conclusions des assises nationales, elles mêmes initiées par les partis de l’opposition qui avaient eu à élaborer les termes de références, ne voudraient pas, anachroniquement, soutenir un candidat potentiel provenant de l’opposition ;ils préfèrent soutenir un messie, en dehors de leur rang, par la théorisation d’ une période transitoire imaginaire afin de barrer la route au candidat naturel de l’opposition, dans la mesure où ce dernier ne peut provenir que du parti le plus représentatif. 
Dans une démocratie représentative et un ordre constitutionnel normal, le jeu politique doit être clair, non pas en encourageant une complexification des choses par une théorisation dune transition politique futile, mais, en œuvrant pour une parfaite lisibilité et une juste attribution des capacités sur la base de la représentativité, le seul critère démocratique valable et de rendre à César ce qui appartient à César. Qu’on le dise ou pas, l’opposition possède un candidat naturel face au régime du Sopi et il n’est pas besoin d’aller à Canossa pour le chercher : Il faut se faire violence pour accepter la vérité qui seule est révolutionnaire ; le contraire pourrait nuire à tout le monde. 
• Kadialy GASSAMA, Economiste  
• Rue Faidherbe X Pierre Verger  
• Rufisque 
 
 
L’Eps de niveau i ou la mort programmée du district sanitaire ? 
 
Depuis le 15 juin 2010, dix centres de santé, dont presque tous sont des structures de référence de leurs districts sanitaires, ont été érigés en établissement publics de santé de niveau I, par la grâce du décret présidentiel n° 2010-774 . 
Qu’est ce qui justifie une telle décision ? 
Selon le rapport de présentation du décret, les raisons de la mutation des centres de santé ciblés en EPS de niveau 1 sont à chercher dans le désir des autorités ministérielles de « renforcer le parc hospitalier national », dans le manque d’efficacité du système de référence et dans la thésaurisation des ressources financières par les comités de santé de ces centres. On pourrait ajouter à ces raisons, le fait que cette revendication figurait en bonne place dans les plateformes de la plupart des syndicats des travailleurs de la Santé. 
Les agents du Secteur de la Santé ont toujours déploré le déficit de transparence et leur faible implication dans la gestion des comités de santé, qu’ils qualifiaient volontiers d’archaïque et d’informelle. Il y a également le manque de pertinence des critères d’allocation des ressources budgétaires, donnant l’impression que les centres de santé sont laissés à eux-mêmes (pendant qu’on fait la part trop belle aux hôpitaux et aux services centraux du Ministère chargé de la Santé) et ce d’autant que l’exécution des fonds de dotation décentralisés connaissent beaucoup de retard. 
Parallèlement, certains centres de santé ont connu un développement fulgurant, sous l’effet conjugué d’une localisation géographique propice et d’une meilleure accessibilité financière par rapport aux hôpitaux. On a même pu constater, ces dernières années, une amélioration notable de la qualité de la prise en charge au niveau de certains centres de santé, qui pouvaient valablement rivaliser avec des EPS de niveau II, surtout ceux situés dans les régions, grâce à l’implantation de blocs opératoires, au renforcement de certaines maternités par des techniciens qualifiés redéployés suite à la fermeture de la Maternité de l’hôpital Le Dantec, à l’acquisition d’équipements (appareils d’échographie, matériel de laboratoire), à l’instauration de vacations de jeunes thésards et de spécialistes…etc. 
Ces centres de santé, malgré leur développement, sont en général caractérisés par une équipe administrative réduite face à l’ampleur de la tâche, l’inexistence de services techniques de maintenance, le manque de fiabilité des règles comptables, l’absence de comptabilité analytique et de procédures de budgétisation prévisionnelle, autant d’obstacles à une gestion saine. A contrario, certains acquis des nouveaux établissements publics de santé tels que la souplesse du mode de prise de décision, l’apport de techniciens financiers comme des ACP, la mise en place d’une DRH, l’accroissement prévisible des subventions étatiques et l’autonomie financière peuvent être considérés comme gages d’une plus grande flexibilité et d’une efficacité accrue de la gestion des ressources financières et humaines. 
Toutes ces raisons, de même que le futur statut du personnel hospitalier censé permettre le recrutement des agents de santé communautaire et la revalorisation des rémunérations à tous les niveaux ont fini par fasciner l’écrasante majorité des agents de santé. 
Quelles sont les conséquences de l’érection des EPS de niveau 1 sur l’architecture du district sanitaire ? 
Le centre de santé de référence, parfois appelé aussi « hôpital de district », est considéré comme un établissement faisant partie d’un système complet de soins, le district sanitaire. Son rôle résulte de la répartition des tâches au sein du district et il sert de structure de référence aux postes de santé, aux centres de santé secondaires, aux structures privées confessionnelles…etc. Il peut, dans le cadre du renforcement des soins de santé primaires et de la promotion de la santé communautaire, servir de locomotive au district sanitaire animé par une équipe-cadre et un réseau d’infirmiers chefs de postes, assistés de comités de santé et de réseaux d’organisations communautaires de base. 
Les soins de santé primaires englobent huit éléments : éducation sanitaire, approvisionnement en denrées alimentaires, approvisionnement en eau potable et assainissement, soins de santé maternelle et infantile, y compris la planification familiale, vaccinations, maladies endémiques, autres maladies et lésions diverses et approvisionnement en médicaments essentiels. Initiés depuis 1978, à la conférence d’Alma-Ata, les soins de santé primaires (SSP) restent un élément central de la politique de santé de la plupart des pays africains. Malgré les difficultés de mise en pratique des stratégies SSP, liées au contexte socio-économique, on n’a pas encore pu leur trouver une alternative crédible pour fournir des soins de santé de base à la population rurale, mais aussi aux couches défavorisées en zone urbaine. Dans notre pays, ces soins de santé primaires sont mis en œuvre au niveau opérationnel par une soixantaine de districts sanitaires. Selon l’arrêté n°005796 /MS/DS du 13 JUILLET 2004, en son article premier, le territoire national est découpé en districts sanitaires. Le district sanitaire comprend un centre de santé de référence appelé “hôpital de district”, des postes de santé et d’autres types de structures sanitaires situées dans le ressort territorial des villes, communes et communautés rurales qui lui sont rattachées. 
Ces centres de santé de référence constituent la clé de voûte du système sanitaire du district dans le même temps où ils ont une fonction curative non négligeable. Transformer les centres de santé de référence en établissements publics de santé, sans mesures d’accompagnement, peut contribuer à désarticuler le système de santé de district, qui offre les meilleures chances de mettre en œuvre les SSP conformément aux résolutions arrêtées à Alma-Ata. 
Malgré ses limites, la participation communautaire à la Santé, qu’on ne saurait réduire à la simple participation financière des populations à l’effort de santé à travers les comités de santé, a engrangé des acquis qui restent à consolider. Il n’est nullement besoin d’être expert en santé publique pour comprendre que les soins de santé primaires mis en œuvre par Direction des SSP, à travers les districts sanitaires sont mieux adaptés dans la lutte contre les maladies transmissibles et la promotion de la Santé maternelle et infantile pendant que les hôpitaux, de par leur plateau technique plus élevé, sont plus aptes à faire face aux pathologies non transmissibles et autres maladies à soins coûteux. 
Même si nos pays vivent une transition épidémiologique, dans laquelle les maladies non transmissibles prennent de plus en plus d’importance, il est évident que la précarité des conditions socio-économiques et le faible taux de scolarisation de la majorité de nos concitoyens font que la lutte contre les pathologies infectieuses et carentielles de même que la sous-utilisation des services préventifs et promotionnels constituent les défis les plus sérieux qui interpellent le système national de santé. 
Il est donc économiquement plus pertinent d’investir dans la santé préventive et promotionnelle qui est du ressort des districts sanitaires que dans la médecine curative hospitalière, d’autant plus onéreuse que viennent s’y greffer une mal-gouvernance hospitalière, une mauvaise gestion des ressources humaines et financières, dont témoignent aussi bien la multiplicité des conflits sociaux au sein de l’hôpital que la faramineuse dette hospitalière. L’EPS de niveau 1 : un nouvel hôpital à inventer ! 
L’hôpital de niveau 1 devra donc être différent des EPS de niveau 2 et 3 caractérisés par le fait qu’ils restent encore trop souvent confinés dans leur vocation curative traditionnelle, ne prenant pas en compte les autres déterminants de la santé que sont l’approvisionnement en eau, l’alimentation, la vaccination, les soins prénatals et le comportement de l’individu…etc. Les responsables de ces grandes structures hospitalières, dans lesquelles officient d’éminents spécialistes, ne sont pas suffisamment imprégnés du fait que la recherche de la santé ne met pas en jeu les seules familles prises individuellement, mais aussi les communautés ainsi qu’une multitude d’agents de santé et non pas seulement le médecin et les membres du personnel hospitalier Ce nouvel établissement public de santé à inventer doit demeurer dans le dispositif de la zone opérationnelle que constitue le district, dont il doit rester la structure de référence. C’est tout le sens de la réflexion à mener pour éviter la mort programmée des districts sanitaires. 
• Nioxor TINE 
1- Deutsche Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit (GTZ) : Le système de santé de district : Expériences et Perspectives en Afrique 
2- Direction des Etablissements de Santé, Ministère de la Santé et de la Prévention, La réforme hospitalière au Sénégal : Bilan et perspectives 
3- OMS, Série de rapports techniques 819, L’hôpital de district dans les zones urbaines et rurales 
 
 
 
 
 
 
Les nouveaux riches de l’alternance ou « Alternoceurs » 
L’alternance survenue en Mars 2000 n’a pas fait que des malheureux. En ce sens, il est possible et plausible de reprocher au président Wade d’avoir échoué dans presque tous les domaines, en général, et d’avoir, en particulier, fait reculer démocratiquement d’un siècle le Sénégal. Seulement, il est important de lui reconnaître, tout au moins, le fait d’avoir fait émerger, par une débile corruption et un lâche cynisme, un nombre impressionnant de milliardaires, comme il aime souvent s’en glorifier. Ce qui nous interpelle, ce ne sont pas tant les milliardaires que la durée et la façon d’enrichissement à court terme. Car, nous avons, depuis toujours, cru qu’il fallait beaucoup de temps et d’énormes efforts pour arriver à des niveaux similaires de richesse.  
 
Jean de la Fontaine nous l’a appris, dans le laboureur et ses enfants, lorsqu’il commence par dire « Travailler, prenez de la peine » en terminant par la leçon suivant laquelle « le travail est un trésor ». N’est-ce pas là une bonne raison de croire que la réussite, quelle qu’en soit la nature, doit être au bout de l’effort ? Rien ne révèle plus clairement cette vision des choses que le fait que les rares, redoutables et braves sénégalais devenus milliardaires ont sillonné l'Afrique et le monde et affronté tous les dangers dans la persévérance et la loyauté avant de devenir ce qu’ils sont et enfin s’atteler à investir chez eux en générant des emplois et participant au développement de leur pays. C’est le cas de Ndiouga Kébé, Djiby Guissé pour ne citer que ceux-là. 
 
Certains sont partis d’un insignifiant potentiel qui, amplifié et valorisé, leur a permis de mettre en place de grands empires économiques sur une longue et pénible période. Nous pouvons, sans ambage, citer Youssou Ndour, Bara Tall et Cheikh Tall Dioum. Très malheureusement, cela ne fait l’ombre d’aucun doute qu’aujourd’hui la triste réalité révèle que la richesse se cache derrière un décret présidentiel et/ou une pitoyable indignité aux côtés de Wade père, fils, fille et épouse. Une richesse dont l’unité de quantification est le milliard. Des milliardaires qui jaillissent de tout bord dans un pavé de richesse insolente embellie par des maisons de luxe de Dakar à Touba en passant par Mbour, Sendou ou les almadies. Seulement, et ce qui fait mal, la pauvreté criarde des sénégalais qui les ont mis aux commandes, par la voie des urnes, reste insensiblement et arrogamment banalisée. 
 
Prenez le temps et l’attention d’apercevoir, à travers le reportage ci-dessous, la vérité autour de ceux que l’on a coutume de surnommer " Les nouveaux riches de l'alternance". 
 
Vous pourrez suivre l'intégralité de ce reportage lors de notre émission Diaspora du samedi 16 Octobre 2010 à partir de 18h GMT sur www.seneweb.com , vous pourrez aussi consulter l’archive dans la rubrique « Reportages » sur notre site web www.clubdiaspora.org après l’émission du samedi. 
 
Amath Diouf 
 
Animateur Seneweb radio 
 
Coordonnateur « Club de La Diaspora » 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 16.10.2010
- Déjà 5206 visites sur ce site!