ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Où va le Sénégal ?

Seneweb.com : Dimanche 24 Mai 2009 
 
Où va le Sénégal ? 
 
Ce n’est guère une exaggération que véhicule ce titre. Ce jour de Mai, au cœur du quartier des affaires de New York, de jeunes Sénégalais s’en faisaient l’écho. A la sortie des salles de cours, ils devisaient avec un camarade qui relayait son père, vendeur dans une artère bourdonnante de vie. 
« En quelques minutes, j’ai vu disparaître toutes les parapluies abandonnées par d’autres», assure le jeune commerçant. 
Son malaise découlait du fait que même la pluie torrentielle qui tombait sur la ville n’assurait plus la vente convenable de ses parapluies. 
« Moi, mon père rentre définitivement au pays, je voudrais l’y rejoindre de façon permanente à la fin de l’année scolaire mais il dit que les choses sont pires au Sénégal.» 
Ce sujet est récurant dans les réunions familiales autour du bol de cëbujën, le mets préféré des Sénégalais. Ce n’est pas un secret si, Chinois, Coréens, Nigérians, Ghanéens rentrent en masses chez eux. Les choses sont beaucoup plus compliquées pour les Sénégalais. Jour après jour depuis l’avènement au pouvoir d’Abdoulaye Wade, les nouvelles alarmantes circulent à la vitesse assourdissante des tambours d’imprimerie. 
Pourtant, le peuple sénégalais a nettement signifié sa réprobation de la manière dont son président conduit les affaires du pays lors des récentes élections locales, octroyant ainsi à l’opposition la gestion de la quasi-totalité des grandes villes, à l’exception notable de Ziguinchor, une ville située au sud du pays caractérisée par son immobilisme pendant les 24 années de magistrature du maire sortant. 
Le message, que tous croyaient être clair au sortir du scrutin du 22 mars, a été perçu autrement par le président Wade. Douze jours après cette cinglante défaite, le président, secrétaire général du PDS qui s’était investi corps et âme dans une campagne électorale d’où il est censé prendre ses distances, s’est exercé plus que jamais à son jeu favori, celui de prestidigitateur, disent les familiers de la vie politique sénégalaise. Il n’a pas promis une centrale nucléaire ou des pluies artificielles, encore moins de recentrer sa gouvernance au service de la nation comme tout le monde s’y attendait, mais la création d’un poste de vice-président confié à une femme et…en tripatouillant pour la énième fois la constitution ! 
Autre point significatif de son discours du 3 Avril indiquant qu’il continuait d’ignorer le signal émanant de la volonté populaire : son intention d’octroyer à l’opposition le statut qui lui fait défaut dans l’architecture protocolaire de la République. Une proposition fermement rejetée par les principaux leaders de la Coalition Benno Siguil Sénégal qui venait d’écraser la Coalition Sopi au pouvoir, jusque dans les bureaux de vote où le président, son épouse, son fils candidat en bonne place sur la liste de la mairie de Dakar avaient glissé leurs bulletins de vote dans les urnes de la Commune d’arrondissement du Point E. 
Le président a été un piètre stratège est-on tenté de dire après cette manoeure cousue de fil blanc visant à diviser l’opposition. Ceci pouvait à la rigueur passer pour un sursaut d’orgueil si, quelques jours plus tard, la recomposition de l’exécutif chassant quasiment tous les ministres battus lors des consultations locales ignorait le cas de son fils entrant officiellement pour la première fois dans le gouvernement. Avec une concentration énorme de pouvoirs que le décret du 7 Mai lui attribue. Ministre d’Etat, chargé de la coopération internationale, de l’Aménagement du Territoire, des Transports aériens et des Infrastructures. L’essentiel des circuits où affluent les finances publiques. La cure d’amaigrissement du gouvernement réclamée par tous, y compris les bailleurs de fonds, n’aura pas lieu. Les perdants du cabinet sortant ont pointé du doigt l’incohérence de la démarche du vieux qui protège son fils tout en les châtiant. Pour la plupart, ils ont été recasés au mépris du bon sens visant à réduire le train de vie d’un Etat en banqueroute. Le ministre de l’Economie et des Finances a révélé cet état de fait d’où découle la vente d’une partie des actions que l’Etat détient à la Sonatel, la Société nationale des Télécommunications, ainsi que le bradage de l’hôtel Méridien Président. Cette affaire suscite un vif sentiment de révolte chez les patriotes après bien d’autres forfaitures de même genre dont celle de la Sonacos et la scandaleuse spéculation sur les réserves foncières les plus convoitées de Dakar. 
Le pouvoir de contrôle du peuple étant de fait nul sur les engagements des autorités étatiques car, Karim Wade, ex-président de l’Organisation de la Conférence islamique, n’ayant jusqu’ici pas répondu de l’utilisation de plus de 300 milliards de F.cfa que ne reflète pas la réalisation d’un chantier relatif à la préparation du Sommet de l’OCI et dont l’utilité n’est pas si pertinente. 
C’est donc cet intouchable qui n’a de comptes à rendre à personne que le père Wade remet en selle pour superviser la construction d’infrastructures, dont le nouvel aéroport de Diass financé par les contribuables sénégalais en lieu et place du cadre B.O.T (Build, Operate and Transfert) qui n’aurait pompé les maigres ressources du pays, ainsi que Wade, candidat aux élections de 2000, l’avait libellé. 
Cet aéroport déjà baptisé Blaise Diagne, (du nom d’un député de France d’Outre-mer pendant l’époque coloniale, franc-maçon élitiste par ce qu’ayant supervisé une loi qui divisait les Sénégalais entre citoyens et sujets français) accuse déjà des retards dans l’exécution des travaux, entraînant des surcoûts de différé d’exploitation alors que le remboursement des emprunts extérieurs a commencé. La réplique de la gestion calamiteuse des chantiers de l’OCI se profile à l’horizon… 
Et quelle mouche a piqué le président qui continue à imposer aux Sénégalais la haute main de son fils sur tous les rouages de l’exécutif après un coup d’épée dans la mare de l’arène politique ? 
Des scénarios se bousculent dans la tête du commun comme de l’analyste sénégalais patenté. 
Le chef de l’Etat voudrait se faire succéder par son fils. En de rares occasions, il dément cette assertion à travers les radios européennes car, au Sénégal, une forte dose de suspicion a tiré de l’oubli l’adage selon lequel le chasseur qui guette ne tousse pas. 
En tout état de cause, ses actes démentent toujours ses paroles. Les observateurs épinglent l’OPA que la Génération du Concret a lancée sur le Parti démocratique sénégalais. Ce courant à l’intérieur du PDS ayant abouti à son éclatement. Wade nommant un Premier ministre ayant exprimé son rejet du Mouvement dont un des objectifs majeurs est d’installer son fils au sommet du pouvoir après la tentative avortée de son entrée en politique se rabat sur un plan B, brouillant les pistes. Les résolutions d’un Premier ministre pouvant changer sous les coups de boutoir de la corruption, note-t-on. 
L’illusionniste Wade a bien repris du service, assurent-ils. La réalisation surfacturée de quelques infrastructures, comme par enchantement, balayera l’aversion des Sénégalais envers son rejeton, persiste-t-il à croire. Khalifa Niasse, le parrain autoproclamé de ce montage politique, n’est pas tout à fait au chômage depuis qu’il a été éjecté de son fauteuil ministériel pour cause de mauvaise performance lors des dernières élections. Tant qu’il sera disposé et utile à l’accomplissement des desseins «ubuesques» du «maître du jeu de la politique» au Sénégal, il rejoindra une équipe manipulable à souhait, soutient-on. 
Mais, une relecture de l’actualité politique récente révèle une faiblesse du tenant du pouvoir. Le retour de la quasi-totalité des ministres politiquement défaits signale une incapacité pour lui de mener à sa guise son monde. Un affidé remercié peut susciter des révélations extrêmement gênantes. Comme celle qu’Idrissa Seck en disgrâce utilisera pour frapper l’imagination des Sénégalais sur un aspect lugubre de la personnalité de leur président en exercice. 
«Les grands bandits ne se chamaillent que lors du partage du butin, jamais avant», rapporte l’enregistrement d’un entretien qu’il a eu avec Wade peu après la passation de service au palais de la République en 2000. Le tout nouveau chef d’Etat venait d’être renseigné par son directeur de cabinet sur la découverte d’un trésor caché ; les fonds politiques et autres ressources plus juteuses qui contribueront plus tard à empoisonner leurs relations. Le président affirme que M. Seck a subtilisé 60 milliards provenant de ces fonds, l’accusé confirme qu’il s’est enrichi à la faveur de ceux-ci. 
Le climat délétère de cette affaire a été nourri par des négociations dans le cadre du Protocole dit de Rebeuss, (prison où a séjourné l’ancien Premier ministre Idrissa Seck. 
La générosité du vieux envers la Guinée -600 millions de cadeau d’anniversaire, la subvention de 10 millions qui a déclenché la brouille entre les ex ministres Landing Savané et Mamadou Diop Decroix, leaders de And Jëf, une formation politique parmi la trentaine qui soutiennent l’action du président, pourraient n’être que la toute petite partie émergée de l’iceberg des scandales, pensent beaucoup de citoyens. 
Dès lors, que le palais de Roume soit le théâtre d’une tragédie ou se joue l’avenir du Sénégal, fait du chemin dans l’esprit du citoyen parce qu’autant les acteurs de premier plan semblent avoir poussé top loin le bouchon de la rupture, tout autant resentent-ils le besoin irrépressible de se retrouver ensemble. 
La perception de ce déchirement ramène les uns au soupçon de quelque chose de grave. C’était un sentiment tenace chez les populations approchées par les initiateurs des Assises nationales au cours desquelles une constellation de partis politiques, de Responsables dans la société civile, consultaient le peuple sur la manière de le sortir de la situation catastrophique où l’a entraînée le régime actuel, assure une source proche de cette instance. Des assurances leur ont été données pour éradiquer la gangrène de la corruption, de la culture de l’impunité et de la personnalisation des institutions de la République. 
Dans l’administration qui émanera de Benno Siguil Sénégal, le signal a été donné par la déclaration de patrimoine des élus locaux. La Coalition BSS, sûr du mandat d’un électorat échaudé par l’expérience qu’il vit depuis 9 ans, s’est senti interpeller par un scrutin dont elle s’est donnée les moyens de remporter après le boycott du précédent par la plupart des membres la composant. Le «plus diplômé des présidents de la planète» tel qu’aime se présenter celui du Sénégal a déçu les attentes du peuple en affichant de piètres résultats au niveau de la demande sociale toujours croissante. 
Aussi, l’Etat, c’est n’est plus un secret, est à court d’argent. Le pouvoir ne s’est pas plié de bonne grâce à organiser des élections acceptables le 22 Mars. En témoigne la tentative manquée de bloquer la diffusion des résultats en direct des bureaux de vote défavorables à la coalition Sopi au pouvoir ; confirmant par là-même que l’Opposition ne s’est pas jetée dans une bataille aussi cruciale que celle de 2000, sans l’assurance qu’une autorité neutre et puissante veillerait à la transparence du scrutin. 
Et ainsi, de fil en aiguille, les analyses projettent une perspective de troubles sociaux qui iront s’aggravant si le cercle wadiste s’accroche par tous les moyens au pouvoir. 
Après avoir inconsidérément gaspillé ses atouts -un excédent de 280 milliards au Trésor public, le recyclage de la dette vers des projets sociaux en plus d’une embellie soudaine d’un environnement favorable aux affaires et à l’investissement, le régime libéral devra aussi rendre d’autres comptes. 
Pour beaucoup de politiciens, le procès du régime de Wade est déjà ouvert. 
 
Mohamed Seck 
segoseck@yahoo.fr 
 
 
 
APS : Dimanche 24 Mai 2009 
 
Les Assises nationales ont été ‘’ entièrement financées ’’ par des Sénégalais  
 
Dakar, 24 mai (APS) – Les travaux des Assises nationales ont été ‘’entièrement financés’’ par des Sénégalais, à hauteur de 109 millions 826 mille francs, a déclaré, dimanche à Dakar Mor Talla Kane, rapporteur de la Commission Organisation et Finances de ce processus. 
 
‘ 
 
’Nous avons pu mobiliser 109 millions 826 mille francs. Et ces ressources ayant servi à financer le processus sont exclusivement nationales’’, a notamment dit M. Kane lors de la cérémonie de restitution finale des travaux organisée au Méridien Président.  
 
‘’C’est un sanglant démenti à ceux qui disaient que les Assises nationales étaient financées de l’extérieur. Nous n’avons accepté aucun franc qui n’est pas Sénégalais’’, a ajouté M. Kane sous des applaudissements nourris de l’assistance constituée des parties prenantes (partis politiques, organisations socioprofessionnelles, syndicales, de la société civile). 
 
Sur le mode de financement, Mor Talla Kane a souligné que les Assises nationales ont été financées avec la participation des parties prenantes (20 %), les contributions individuelles et volontaires (75 %) et les produits des bons de participation (5 %). 
 
‘’L’essentiel des parties prenantes ont pu contribuer’’, a indiqué le rapporteur ajoutant qu’il y a aussi, pour chacune des organisations, ‘’un investissement humain qui ne peut pas être évalué’’. 
 
Mor Talla Kane a dit qu’au sortir de la cérémonie officielle de lancement des Assises nationales, le 1-er juin 2008, le budget prévisionnel du processus avait été estimé à 103 millions de francs CFA. 
 
Avec un peu plus de 107 millions de francs dépensés sur les 109 millions 826 mille francs de contribution, ‘’nous avons un gap positif de 2 millions 87 mille francs’’, a-t-il relevé appelant les détenteurs de bons de participation et de sommes d’argent à les remettre à la Commission pour la suite du processus. 
 
‘’Nous en avons besoin, la suite du processus nécessitera de l’argent’’, a poursuivi Mor Talla Kane qui a précisé que les dépenses effectuées ont notamment concerné les réunions, l’achat de matériel bureautique, la contribution au financement des ‘’consultations citoyennes’’. 
 
Trois commissions transversales et huit thématiques ont planché pendant dix mois, contre six comme initialement prévu dans le chronogramme initial, sur de nombreuses questions dont les institutions, la liberté, la citoyenneté, le monde rural, la politique économique. 
 
Le rapporteur général des travaux, le général Mouhamadou Keïta, a expliqué la longueur du par ‘’diverses épreuves’’ : un hivernage pluvieux, diverses fêtes religieuses, ouverture de chantiers nouveaux, quête permanente de la qualité, démarche participative et recherche du consensus, etc. 
 
La cérémonie de restitution finale des travaux des Assises ont été présidées par Amadou Mahtar Mbow, président du Comité national de pilotage, qui avait été à ses côtés des membres du bureau dont Cheikh Hamidou Kane, Mansour Kama, Mamadou Lamine Loum, le général Mouhamadou Keïta. 
 
Auteur: ADC  
 
 
 
 
 
Nettali : Dimanche 24 Mai 2009 
 
RESTITUTION DES TRAVAUX DES ASSISES NATIONALES : Le spectre du chaos généralisé  
 
NETTALI.NET- La cérémonie de restitution des travaux des Assises nationales a démarré ce dimanche 24 mai, vers 9 heures, au Méridien-Président. Plusieurs intervenants, membres du Bureau des Assises ont indiqué les directions saillantes à prendre pour « sauver le Sénégal », plus que jamais en danger. 
 
La mise en place de nouvelles règles du jeu, à tous les niveaux de la vie nationale, c ’est ce que proposent les Assises nationales dans ses conclusions désormais publiques. Après le Général Mouhamadou Lamine Keïta, coordonnateur des Assises nationales, qui a expliqué le processus par lequel les travaux ont été menés sur l’ensemble du territoire national, des membres du bureau des Assises, vont successivement prendre la parole. 
 
A l’image d’Abdou Salam Fall, secrétaire général de la Commission scientifique des Assises nationales, qui va indexer une « crise des valeurs » multiforme. Liée, selon le compte-rendu fait par ce dernier, « à la déliquescence du système de référence ». Ce qui créé un « individualisme plus marqué », où les solidarités s’essoufflent. Créant ainsi l’exclusion des circuits de distribution, de larges franges de la populations. La crise des valeurs est aggravée par la croissance économique jugée « insuffisante pour faire reculer la pauvreté ». 
 
Toutes choses qui créent une « vulnérabilité du Sénégal par rapport au contexte international ». Plusieurs scénarii ont été esquissés. Qui renseignent les voies que peuvent prendre le Sénégal et qui donnent des résultats différents. Aussi, l’index a-t-il été mis sur le « scénario pessimiste » qui se décline, dans un contexte d’après Locales, par l’aggravation de la corruption, l’impopularité des dirigeants, la crise économique... Un scénario à conjurer absolument, selon les responsables des Assises nationales. Qui estiment que le Sénégal a intérêt à s’engouffrer dans la brêche d’un progrès durable, en conjurant les contre-valeurs, la corruption, la mal-gouvernance, le pilotage à vue etc. A suivre… 
 
Auteur: Nettali  
 
 
 
 
 
Sen24heures.com : Dimanche 24 Mai 2009 
 
Disparition annoncée de la Cncas : la plaidoirie des travailleurs. 
 
La volonté du Président Abdoulaye wade de créer une banque verte à la place de la Cncas sème la panique chez les travailleurs. Dans un communiqué, ils plaident pour la conservation de leur entreprise et présentent les atouts et réalisations de leur banque. 
 
Le collectif des travailleurs de la Cncas (Caisse nationale de crédit agricole du Sénégal) est inquiet. Dans un communiqué, publié dans la presse, il dit non à la volonté du Président Abdoulaye Wade, exprimée, le 18 mai dernier, de créer une banque verte à la place de la Cncas. Le collectif s’interroge : « vingt cinq ans de construction, d’efforts et de sacrifices individuels et collectifs doivent-ils être comptabilisés en pertes et profits ? » La réponse est non selon les travailleurs. 
 
Le collectif souligne que la caisse nationale de crédit agricole du Sénégal est dans une dynamique d’une évolution de son capital social, qui est de 2 300 millions de CFA actuellement. « A la faveur de l’augmentation du capital social exigée par la Banque centrale(BCEA0) relatif au relèvement du capital social minimum des banques et établissements financiers à 10 milliards et 3 milliards respectivement. » Pour les travailleurs, cette augmentation du capital constitue une opportunité qui permet selon le communiqué à court terme aux organisateurs de producteurs, aux professionnels structurés ainsi qu’à tout investisseur intéressé de prendre des parts sociales. « Ce qui ouvre aux agriculteurs une plus grande représentation au Conseil d’administration. Dans ce cadre, l’Etat peut appuyer ces organisations dans la mobilisation des ressources financières requises » souligne le texte. 
 
Mieux, le collectif prend le contrepied du Chef de l’Etat en lui demandant de conserver sa participation directe au niveau relatif actuel de 25,59% du capital. « C’est pour continuer à imprimer la politique du Sénégal dans le domaine du financement du secteur rural dont l’enjeu de développement est hautement stratégique ». Il plaide pour le renouvellement de l’accord d’établissement par l’Etat serait de nature à amoindrir le coût du crédit pour les usagers réputés parmi les plus faibles dans l’environnement économique actuel. 
 
Les travailleurs expliquent l’implication de leur entreprise dans la Goana. Ils précisent que le financement des opérations d’acquisition d’intrant (achat de matières premières, engrais, semences, phosphate de Matam, produits phytosanitaires, financement des producteurs) a atteint un niveau jamais égal depuis la création de la banque. Ces opérations ont nécessité, selon le communiqué, la mobilisation de 42 milliards de francs CFA dans contexte tendu de trésorerie sur place de Dakar. 
 
Le collectif le rappelle pour mieux défendre sa cause que le Président Abdoulaye Wade avait déclarée : « qu’aucun bailleur de fonds extérieur n’avait participé au financement de la campagne qui avait permis d’atteindre des résultats appréciables. » Tout au long du communiqué, le collectif des travailleurs de la Cncas s’évertue à énumérer les actions et le rôle de la banque et appelle les autorités à renforcer le s moyens de la banque pour lui permettre de jouer pleinement sa partition. Les travailleurs semblent troubler par l’annonce du Président Abdoulaye Wade de faire « disparaître » la Cncas au profit d’une banque verte. Une déclaration faite lors du Conseil présidentiel tenu le 18 mai dernier sur les problèmes du monde rural. 
 
La Cncas a été créée en 1984 dans la dynamique de la Nouvelle Politique Agricole, pour lui permettre les besoins de financement des secteurs ruraux notamment l’agriculture, l’élevage, l’artisanat rural et la pêche artisanale. 
 
Auteur: www.sen24heures.com  
 
 
 
 
 
Ferloo.com : Dimanche 24 Mai 2009 
 
Ligue démocratique : « ... Aveuglé par son projet irréaliste de dévolution monarchique du pouvoir, Abdoulaye Wade semble perdre toute faculté de discernement »  
 
Entre autres sujets abordés parle Secrétariat permanent de la Ligue démocratique (Ld) au cours du week-end, il y a eu le vote de la loi pour la création d’un poste de vice-présidence. Et c’était pour s’offusquer de ce que les membres du Sep de la Ld appellent « la perversion des acquis démocratiques et la violation continue de la constitution avec laquelle le pouvoir poursuit sa politique de décrédibilisation des institutions de la République comme l’Assemblée Nationale ». 
 
Les camarades d’Abdoulaye Bathily estiment que « c’est la première fois au Sénégal qu’un tel niveau de discrédit du parlement est atteint ». Car, disent-ils, « après la loi Ezzan qui amnistie des crimes de sang et la loi sur la prorogation du mandat des députés en 2006, l’Assemblée Nationale vient, une fois de plus, sous ordre du pouvoir exécutif, de commettre une nouvelle forfaiture par la récente loi sur la vice-présidence ». Dans le même sillage, les « Jallarbistes » indiquent que « la proposition de liquidation de la Caisse Nationale de Crédit Agricole au profit d’un hypothétique projet dénommé « Révolution rurale » sera adoptée, les yeux fermés, par des parlementaires illégitimes et indignes de représenter le peuple ». Et les camarades de Bathily de poursuivre pour ajouter que « les députés du camp présidentiel, en approuvant sans états d’âme les lois les plus impopulaires de l’histoire politique du pays, font honte à tous les démocrates et offrent le Sénégal en spectacle au monde entier ». Pour contre-carrer cette attitude des députés de la majorité, le SEP de la LD renouvelle son appel à toutes les forces de progrès, en particulier, celles réunies au sein de la Coalition Bennoo Siggil Senegaal pour la création d’un vaste mouvement populaire pour « exiger la dissolution de l’Assemblée Nationale et la tenue d’élections législatives et présidentielle anticipées ». En ce sens que soutient-il, « le moment est venu de doter le pays d’un parlement légitime et crédible pour mettre un terme au processus de dévalorisation de la fonction et de l’image du député ». Cette structure dirigeante de la Ld considère que « les Sénégalais doivent se tenir debout, car ils n’ont plus rien à attendre d’Abdoulaye Wade dont les errements inquiètent de plus en plus et qui, aveuglé par son projet irréaliste de dévolution monarchique du pouvoir, semble perdre toute faculté de discernement ». 
 
Auteur: Abdou TIMERA  
 
 
 
 
 
Nettali : Samedi 23 Mai 2009 
 
APPEL A LA PRISE DU POUVOIR PAR L’ARMEE APRES ME WADE : Le ministre d’Etat Madické Niang dit comprendre la députée Fatou Youssouf Aïdara  
 
NETTALI.NET - Le ministre d’État, garde des Sceaux, ministre de la Justice a pris fait et cause pour le député libéral Fatou Youssouf Aïdara qui, lors du vote à l’Assemblée Nationale du projet de loi instituant le poste de vice-président, avait demandé à l’armée de prendre le pouvoir après le règne du président Abdoulaye Wade. Selon Madické Niang qui était l’invité de l’émission ½ heure pour convaincre sur la chaîne de télévision privée, Canal Info News, « c’est quelque chose qui a été lancé comme ça dans le feu d’une déclaration un peu tapageuse mais ce qui est certain, c’est que nous n’aurons jamais besoin d’un régime militaire au Sénégal ». 
 
Le ministre de la Justice n’est pas de ceux qui ont été ahuris par les propos tenus le 14 mai dernier par le député libéral Fatou Youssouf Aïdara appelant l’armée à s’emparer du pouvoir au départ de Maître Wade. Justifiant les propos de sa « sœur » de parti, Me Madické Niang a estimé que « Fatou Aïdara l’a dit dans une situation où elle s’était envolée pour dénoncer le désordre, et pour dire qu’on a besoin dans ce pays de remettre de l’ordre ». 
 
Rappelant l’immunité dont bénéficie Fatou Youssouf Aïdara en tant que député au moment du vote des lois, le ministre d’Etat assure que ces mots ont été prononcés « dans le feu d’une déclaration un peu tapageuse ». Mais, tient à préciser Me Madické Niang, « tout le monde s’accorde à dire qu’au Sénégal, nous avons assez de ressources humaines qui nous permettrons demain de continuer à être gouvernés par un gouvernement fait de civils et un président civil. Nous n’aurons pas besoin de coups d’État ou de militaires qui nous gouverneraient ». 
 
Par ailleurs lors de cet entretien, le garde des Sceaux est largement revenu sur la création du poste de vice-président. Sans le citer nommément, il a pris le contrepied de Me Doudou Ndoye qui révélait dimanche dernier sur walf Tv que le président pourrait déléguer au vice-président le pouvoir décisionnel de déclarer la guerre par exemple. A ce propos, Madické Niang rappelle qu’avant même « la création de la vice-présidence, la constitution avait interdit de déléguer ce pouvoir même au premier ministre ». Soulignant que le fait de déclarer la guerre, de nommer aux emplois civils et militaires, d’engager une révision constitutionnelle entre autre constituent des attributs de souveraineté nationale, Madické Niang assure que « le seul qui peut les exercer, c’est le président de la République avec dans certains cas, le contrôle du parlement ». 
 
Faisant allusion à la dévolution du pouvoir à Abdou Diouf par le président Senghor en 1981, le ministre de la justice estime qu’ « il est arrivé une fois dans l’histoire de la République sénégalaise qu’une personne nommée puisse suppléer à une institution, grâce au fameux article 35 ». Poursuivant son argumentaire, Me Niang estime que Wade a eu la prudence de ne pas faire de la vice-présidence une institution. Pour lui, « le vice-président reste une personne nommée pour une durée précise qui ne peut pas excéder celle du mandat du président de la République ». Et d’en déduire que le vice-président ne peut pas survivre après le départ du président de la République quelles qu’en soient les circonstances. 
 
Justifiant toujours la pertinence de la création du poste de vice président, il dira que le chef de l’État assez souvent a besoin d’assister à des rencontres internationales et de faire entendre la voix de l’Afrique, le premier ministre doit se consacrer à l’action gouvernementale et c’est le vice-président qui ira vers les populations. Autrement dit, le président aura davantage de temps pour s’orienter vers l’étranger. En clair, avec un vice-président qui garde la maison, il faut s’attendre à ce que le chef de l’État multiplie davantage ces voyages à l’étranger. C’est en tout cas ce que suggère cette argumentation du ministre d’État, ministre de la justice dont le but était de donner un contenu au poste de vice-président. 
 
Auteur: Hassan  
 
 
 
 
 
FERLOO.COM : 
 
Charte de gouvernance démocratique ou les esquisses d’un Sénégal nouveau  
 
C’est dimanche que les parties prenantes des Assises nationales restitueront les conclusions de ces discussions citoyennes pour une nouvelle gouvernance démocratique. 
 
 
 
Après un an de travail, une charte de la gouvernance démocratique est adoptée traçant la façon dont les Sénégalais aiment être gouvernés. Ainsi, la charte de gouvernance démocratique paraphée par toutes parties prenantes des Assises nationales est composée entre autres la vision pour le Sénégal, les valeurs, le modèle de gouvernance, les institutions, liberté et citoyenneté, gouvernance politique, gouvernance économique et environnementale, la gouvernance sociale, une diaspora organisée et partie prenante de la nation, politique extérieure et intégration africaine et le suivi des engagements. Mais ce qui a retenu l’attention de ceux qui ont lu la charte de gouvernance démocratique c’est la rubrique qui concerne les institutions, liberté et citoyenneté. Dans cette partie, les parties prenantes des Assises nationales proposent que « le Président de la République sera dorénavant passible de poursuites judiciaires pour les crimes et crédits caractérisés commis dans l’exercice de ses fonctions ». Aussi, « le Président de la République ne peut être ni chef de parti politique ni membre d’une quelconque association durant l’exercice de ses fonctions ». La charte de gouvernance démocratique freine également la dévolution monarchique du pouvoir. Et pour cause, elle indique « à la fin de son mandat, un membre de la famille du Président de la République (ascendant, descendant, collatéraux, au premier degré, conjoint) ne pourra pas lui succéder immédiatement. De même, la charte de gouvernance démocratique prône la création d’une Cour constitutionnelle qui sera le garant de la démocratie et le juge de la conformité des lois. 
 
Abdou TIMERA 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 25.05.2009
- Déjà 5215 visites sur ce site!