ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

La face d'un pouvoir injuste

 
 
 
Karim Méga Watt  
Souleymane Jules Diop Jeudi 7 Oct 2010  
« Tous les hommes ont mêmes droits.  
Mais du commun lot, il en est qui ont plus  
de pouvoir que d’autres. Là est l’inégalité » 
Aimé CESAIRE 
Samuel Amet Sarr est un homme abominable. Pendant six ans, ce natif de Banjul nous a nargués avec ses boutons de manchette dorés, ses bas de soie d’Ecosse et ses binocles en titane. Il faisait peu cas des souffrances qu’il nous causait et réagissait avec mépris à nos complaintes. Il se contentait souvent de bâillements dédaigneux, alors qu’il vivait de l’argent du contribuable. Qu’il comprenne donc que je ne peux pas m’apitoyer sur son sort. Je lui ferai toujours porter la responsabilité de nos biens perdus, de nos équipements détériorés, de nos parents abandonnés dans les hôpitaux, de nos enfants morts dans les crèches, de ce jeune homme de Grand Yoff consumé par les flammes alors qu’il s’éclairait à la bougie. Et quand l’occasion se présentera de vous faire juger devant nos tribunaux, nous n’y manquerons pas, mon cher Samuel. Laissez-moi vous le dire. 
Ce disant, il nous faut nous accorder sur une chose, si nous ne voulons pas voir nos espoirs se dissiper. La responsabilité de ce monsieur, qui n’avait rien dirigé qui ressemble à un ministère, est entière. Je le concède. Mais elle n’est pas totale. Celui qui vient de le remplacer au ministère de l’Energie partage la responsabilité de tous les dérapages économiques que nous avons connus jusqu’ici, y compris en matière d’Energie, puisqu’il a occupé le poste de conseiller financier du président de la République. Je le dis parce que nous nourrissons l’espoir que tous les moyens seront mis à la disposition de Karim Wade pour qu’il réussisse, nos problèmes sont d’avance réglés. Il ne sert à rien d’entretenir une telle espérance. Ceux qui attendaient « la plus belle Corniche d’Afrique de l’ouest », dixit Karim Wade, ont eu la même mésaventure. A ce jour, certains ouvrages qui ont coûté plusieurs milliards n’ont pas été réceptionnés. Les tunnels sont inondés d’eau, alors que certains promoteurs hôteliers qui avaient bénéficié de nombreux privilèges ont pris la fuite. Quand la gestion de Farba Senghor a été décriée au Transports aériens, le génie est arrivé, toujours avec les promesses pompeuses et les formules ronflantes. Les travailleurs attentent toujours les engagements qui avaient été pris par Karim Wade. La nouvelle compagnie Sénégal Airlines, annoncée depuis un an, n’a pas encore vu le jour. L’aéroport de Diass, bouclé et financé, avait été lui aussi finalisé dans la tête de ce brillant ingénieur, qui voyait déjà un avion y prendre son envol en 2009. Tous ces projets ont été de grands gouffres financiers autour desquels règne la plus grande opacité. Quand on ajoute à ces échecs patents sa cuisante défaite électorale de cette même année, on peut bien demander à Abdoulaye Wade de qui il veut se moquer, pour affirmer que son fils est le plus compétent des sénégalais. Faire tenir la mystification est une question de vie ou de mort, et c’est ce qui explique ce recours abusif à la méthode Coué. Il était persuadé qu’à force de se convaincre que son fils est le meilleur des hommes, il finirait par contaminer nos esprits. Que Karim Wade ait pu séduire quelques âmes sensibles à l’argent est un fait. L’incorrigible Modou Kara s’est senti en demeure d’exiger sa nomination comme vice-président. Mais ses états de service ne laissent pas l’ombre d’un doute. Il nous faut maintenant souffrir de la suffisance du père, de l’ignorance du fils et de l’incompétence des deux.  
Le pays tout entier rougit sous l’affront, mais Abdoulaye Wade ne se sent point gêné. Sur les ruines de la République fondée par Mamadou Dia et Senghor, il veut ériger un royaume. Le magicien, comme dirait Marx, ne sait plus dominer les puissances infernales qu’il a lui-même évoquées. Il est devenu un figurant dans son propre spectacle, réduit à des missions de représentation à l’étranger.  
Que ce projet diabolique découle de la folie d’un homme ou d’un plan mûrement réfléchi n’a plus aucune importance, il faut l’arrêter. J’ai averti ici, sans jamais être entendu, qu’il faut en finir avec Abdoulaye Wade avant qu’Abdoulaye Wade n’en finisse avec nous. Si nous le laissons agir, nous serons autant que lui comptables devant l’histoire et devant les autres peuples qui nous observent. Or, sur ce point, les élites défaillantes se défaussent sur le peuple ou sur les journalistes pour échapper à leurs responsabilités. Au lieu de s’en prendre au fauteur, on s’en prend à celui qui le montre du doigt. Le despotisme d’Abdoulaye Wade ne doit plus servir d’alibi à notre consentement. Si nous voulons regarder demain nos enfants et petits enfants sans baisser la tête, il nous faut faire face aujourd’hui au danger qui nous guette. Il faut que notre détermination soit à la mesure de son abnégation. S’il échoue, il ne pourra pas éviter la prison à son fils. S’il réussit, nous ne pourrons pas éviter l’humiliation. Or, nous ne pouvons sacrifier notre honneur pour le bonheur de son fils.  
Abdoulaye Wade n’est sans doute pas insensible à l’image qu’il laissera à l’histoire. L’homme qui appartient désormais au passé est même obsédé par son avenir, chose curieuse. S’il tient tant à se faire remplacer par son fils, c’est aussi parce qu’il est obsédé par son héritage et le jugement implacable que les générations futures porteront sur sa présidence. Les monuments qu’il construit, les immeubles qu’il achète, les chantiers qu’il ouvre sont autant de marques qu’il veut laisser aux générations futures. Quels que soient les moyens utilisés, il pense que la fin les fera oublier. 
Il est étonnant qu’un homme de la stature d’Abdoulaye Wade se méprenne sur un sujet aussi important. Dans quelques années, ces ponts et autoroutes qu’il s’efforce de laisser comme la marque de son passage sur terre seront détruits et remplacés par d’autres. Son monument sera déboulonné et venu au poids comme de la vieille ferraille. Il ne nous restera du wadisme que son papyrus indéchiffrable, Un destin pour l’Afrique, qu’aucun intellectuel sérieux n’a jamais commenté. 
Les hommes qui ont marqué l’histoire n’ont rien construit. Ils ont laissé leur nom à la postérité par leur posture morale. Jésus Christ et Mohamed n’ont rien inventé, rien construit. On peut même dire d’eux qu’ils ont eu une vie peu enviable, contestés au sein de leurs communautés. Si nous les vénérons et admirons des hommes de la trempe de Gandhi et Mandela, ce n’est pas tant pour ce qu’ils ont réalisé que par leur engagement moral. Leur héritage traverse les âges parce qu’il est immatériel. Il n’est donc pas périssable. Senghor ne nous a pas laissé grand-chose comme héritage matériel. Il a émis avec Césaire, une simple idée qui a traversé les décennies et fait sa réputation de grand humaniste à travers le monde, la Négritude. Il nous a donné la fierté qu’Abdoulaye Wade tente de nous enlever. Chose encore plus importante, il nous a laissé quelque chose d’imaginaire et de presque fictif, un Etat. Mais c’est au nom de cette mystique de l’Etat que des milliers d’hommes se réveillent tous les jours pour donner un sens à notre existence. Si nous le laissons périr, nous périssons. 
SJD 
Karim Wade : La face d'un pouvoir injuste 
 
 
‘Je ne souhaite pas voir un membre de ma famille dans l'Administration et il doit en être de même pour vous’ (George Bush-père, donnant l'ordre de marche de son gouvernement en 1988)  
Jamais, dans l'histoire des Etats modernes, le fils d'un chef d'Etat en exercice ne s'est vu attribuer des fonctions aussi larges que celles entre les mains de M. Karim Wade. Face à lui, même les enfants de Saddam Hussein, célèbres pour leur cruauté, auraient fait pâle figure. En cela, l'alternance politique intervenue au Sénégal en l'an 2000, en plus d'avoir transformé un rêve doux en long cauchemar pour le peuple de ce pays, restera dans les annales de l'histoire comme l'accoucheuse d'une injustice sans pareille. Qui est suffisamment grave pour justifier que les Sénégalais, de quelque bord qu'ils soient, se mobilisent afin de mettre fin à ce qui n'est plus qu'une forme guignolesque de mal-gouvernance. Dès lors, résister n'est plus une option, c'est une obligation...  
Je vois tout de suite les préposés à la défense de Wade-junior sortir du bois pour voler à son secours. L'agrégation de quatre postes ministériels clés entre ses mains, diront-ils, n'est que la sanction de son mérite personnel. Ces laudateurs habitués à le placer sur un piédestal ajouteront que ces nominations ne sont pas inédites au Sénégal. Non sans avoir quelque part raison. Parce que le fruit était dans le ver depuis que le premier président du Sénégal, Léopold Sédar Senghor, avait fait appel à son neveu Adrien Senghor dans son gouvernement. Se retourner dans sa tombe en ce jour marquant le 104e anniversaire de sa naissance face aux dérives du Sénégal actuel ne suffira pas à effacer le remords qui doit l'habiter. Et que partage son successeur, Abdou Diouf, qui, de son exil parisien, ne peut manquer, lui aussi, de reconsidérer les raisons l'ayant poussé à solliciter les services technocratiques, pourtant reconnus, de son frère Magued, dans sa propre équipe.  
Mais comparaison, comme on le sait, n'est pas raison. Et les défenseurs de Wade-junior auront toutes les peines du monde à convaincre quelque personne lucide que les cas de figure se ressemblent. Le mauvais précédent institué par ses prédécesseurs ne peut justifier le népotisme extrême dont fait montre Abdoulaye Wade à l'égard de son fils. Parce que l'alternance signifiait faire autrement, en mieux. Or, dans le cas d'espèce, c'est la caricature, le pire, qui se produit. Au point que nous sommes désormais en plein dans une République banania proche de celles naguère instaurées par de lugubres personnages comme Bokassa et Idi Amin Dada. Imputables à celui que, faute de mieux, on est contraint encore d'appeler président du Sénégal, les actes posés en faveur de ce fiston tranchent nettement avec ce que l'on a connu et, du reste, dénoncé, dans les pratiques népotiques du passé. Surtout qu'à leur décharge, les deux premiers chefs de l'Etat ont aussi prouvé leur capacité à respecter les normes étatiques, notamment à travers l'exemple d'un Abdou Diouf, que l'on peut certes combattre pour d'autres raisons, mais qui n'a pas, pour donner cet exemple, mêlé son fils, Pape Diouf, dans la marche des affaires publiques. Et pourtant, ce banquier émérite, diplômé des prestigieuses universités de Georgetown et Columbia, aurait pu brandir des arguments solides pour jouer les matamores sur la scène nationale... Dans la même logique de la décence républicaine, ceux qui connaissaient les enfants de Senghor, en particulier Philippe, gardent d'eux le souvenir de citoyens effaces, sociables et sans prétention.  
Pourquoi diable un Abdoulaye Wade qui a placé son combat politique lorsqu'il était dans l'opposition au service de la promotion des valeurs démocratiques, s'est-il laissé entraîner dans la multiplication de provocations au risque d'exposer dangereusement son fils à la vindicte populaire ? Serait-ce qu'il est victime de l'adage selon lequel Dieu rend fou celui qu'il veut perdre ?  
On se perdrait en conjectures à vouloir dénouer l'écheveau inexplicable que représente le cas Karim Wade dans le Sénégal d'aujourd'hui. A défaut de certitudes, mon sentiment profond face à l'injustice qu'il a fini d'incarner, c'est de penser que nous sommes confrontés à un phénomène relevant d'un déphasage sociologique complet. Nul n'a besoin d'être un spécialiste des cultures sénégalaises pour comprendre que, dans nos sociétés, le père a plutôt tendance à mettre ses enfants au labeur, à tout faire pour les transformer en hommes, durs à cuir, pas à les cajoler. Or, cette impuissance paternelle de la part d'un homme plutôt habitué à brimer les enfants d'autrui, et tout ce qui se trouve sous son empire politique, interpelle tous les sociologues, psychanalystes et autres spécialistes des sciences humaines.  
Est-ce parce que le fils Wade a volé au secours du père quand, financièrement, il ne voyait plus la queue du diable qu'il se sent à ce point redevable ? L'argument ne tient pas dans la mesure où le même homme n'a pas hésité une seconde à trahir ceux qui l'ont aidé, y compris dans les moments les plus sombres où il redoutait un affrontement avec Moustapha Niasse au second tour de l'élection présidentielle, et il sait de quoi je parle !  
Le syndrome dont il est question peut s'expliquer par le fait que M. Karim Wade ne connaît pas ce pays. Sinon, il n'aurait pas continué à narguer un peuple traînant désormais ses poches vides, ses traits amortis et son angoisse existentielle en bandoulière. Ainsi poussé dans ses derniers retranchements, ce peuple peut, à tout moment, se montrer violent. Les limites de la décence étant franchies, une étincelle suffirait à mettre le feu aux poudres.  
Mais, si près de l'abysse, le fils de Abdoulaye Wade qui semble ne pas avoir d'oncle, comme on dit dans la tradition wolof, se laisse bercer dans les douceurs d'une ascension vers les cimes - en route vers le sommet, avez-vous dit ? - avec les encouragements d'une camarilla de profitards sans foi ni loi lui faisant croire que le Sénégal cesserait d'exister sans lui, sans sa science, sans son brio. Ceux qui ont vécu plus longtemps que lui, au Sénégal, connaissent le parcours de nombre de ces conseillers et autres défenseurs du Prince. La plupart d'entre eux portent des vestes usées à force d'être retournées. Les plus intrépides ont même osé prendre leur plume pour le présenter, dans ces mêmes colonnes, en messie. Ce qu'ils ne lui ont pas dit, c'est qu'au moins l'un d'eux, au moment où l'assassinat de Me Sèye faisait rage dans le pays, il y a quelques années, était en première ligne pour exiger que la peine de mort soit rétablie afin qu'elle soit appliquée à son propre père qu'ils tenaient pour responsable de ce meurtre abject.  
Qu'on soit bien clair : à titre personnel, je n'ai rien contre M. Wade-junior. Je me souviens même l'avoir vu me suivre un jour après une séance avec son père dans son bureau présidentiel où je n'avais pas hésité à lui cracher mes vérités sur la mal gouvernance naissante alors dans le pays. ‘Vous êtes le seul à lui dire la vérité’, m'avait-il soufflé, avant de le confirmer devant un témoin plus tard. Je n'avais pas bien perçu le renard qui se cachait derrière ces accents de... sincérité.  
Comment pouvais-je imaginer autrement ce jeune homme effacé, donnant l'air d'être timide, que j'ai connu quand il trottinait encore dans le salon de ses parents au Point E dans les années 1980 ? La vérité, c'est qu'il a changé radicalement après avoir sans doute longtemps masqué son jeu. Le nouveau Karim n'est plus le même que celui du temps où son père savait, au volant de sa petite 205 beige, venir lui-même trouver, à Paris, ceux qu'ils considéraient comme des amis, mais qui n'étaient en réalité que des échelles dont il se servait pour arriver à ses fins. J'en faisais partie...  
Brutalement propulsé dans les arcanes du pouvoir d'Etat après avoir longtemps été tenu en marge dans les pays africains où les attentes d'audience étaient longues, le Karim qui déploie sa boulimie peut, quelque part, relever d'une pathologie justiciable d'une analyse médicale. Ce n'est pas impossible qu'il soit victime, sans le savoir, des ravages du pouvoir d'Etat. A moins qu'il n'ait soudain pris conscience de la gravité des actes posés par le régime de son père, dont nul n'ignore qu'il n'échappera pas à une reddition sans états d'âme, ni appel, des comptes quand le soleil se lèvera sur la nuit noire qui s'est abattue sur le Sénégal, pas seulement par la faute d'une Senelec sans jus ni ressources pour faire face aux besoins énergétiques modernes de notre pays.  
Paradoxe des paradoxes : je me surprends même parfois à avoir de la pitié pour ce pauvre garçon car, sans qu'il s'en rende compte, il est devenu l'otage des prédateurs qui n'ont pour souci que de se remplir les poches, quitte à se distinguer au palmarès des scandales en tous genres. Sait-il que demain, quand s'ouvrira le Nuremberg sénégalais, le procès de l'alternance, ces sangsues qui le dévorent, disparaîtront de sa vue. Seul, alors, il fera faire face aux juges, pendant que de vrais criminels, grands détourneurs de deniers publics, qui pensent avoir réussi leur opération de blanchiment politique, en quittant le navire, se baladent dans les mouvements citoyens, font dans la néo-opposition, ou se posent en... recours, après avoir profité de sa naïveté.  
Désormais lancé dans une mortelle fuite en avant, Karim doit savoir qu'il n'est plus qu'un homme déjà dans la mire de la colère d'une très importante couche de la société sénégalaise, pour ne pas dire de la majorité des Sénégalais. Avec un père qui ne sait plus où donner de la tête, il semble être incapable, lui aussi, de prêter oreille aux voix véridiques qui existent partout dans ce pays où la dignité a encore un sens. N'ayant rien à tirer de lui, ces voix, dont le seul souci est de voir le pays aller de l'avant, lui auraient au moins conseillé de pousser son père à mettre une sourdine à son projet inacceptable de dévolution monarchique du pouvoir en sa faveur, ou à cesser de lui donner, comme dans une collection de trophées, tous ces titres ministériels, qui finissent par dégager l'image d'une alter-farce à ce qui était censé être une alternance politique majeure.  
Hélas, dans le temps du partage des dépouilles, beaucoup parmi ceux qui devaient jouer le rôle de sentinelle de la bonne gouvernance sont allés à la soupe Wadienne. On en trouve partout, à commencer dans le club des dirigeants d'organes de presse invités pour faire les éloges du fils, de ceux qui trouvent normal que le 'propriétaire' du Sénégal se permette de leur donner des terrains publics, au sein des cadres de l'administration sommés de lire leurs textes selon la volonté du chef, dans les cercles de chefs religieux vénalisés, de celui des acteurs socio-culturels sans créativité et qui n'osent pas souligner l'inutilité à ce stade du festival des arts africains. Les patrons d'entreprise au service de sa majesté et les mouvements féminins soudoyés par la parité s'ajoutent aux compromissions qui ne se comptent plus à la grande joie d'un Abdoulaye Wade qui observe combien la plupart de ceux qui se prosternent maintenant à ses pieds, étaient pour la plupart ses ennemis d'hier.  
Même si elle est devenue moins enthousiaste, une grande partie de la communauté internationale est aussi à ranger dans cette catégorie de complices, de collabos. Nul ne peut, en effet, comprendre que les institutions financières internationales, celles privées, bi et multilatérales continuent de trouver normale cette gestion familiale d'un Etat que l'on se plaisait pourtant à saluer comme un modèle démocratique. Non ingérence dans les affaires d'un Etat souverain, diront-elles ! La posture de l'autruche ainsi adoptée volera le jour où le pays se retrouvera dans des tensions aux conséquences incalculables.  
Le fait que Karim Wade ait accepté de se faire attribuer, en plus de tous les titres qu'il détient, le ministère de l'Energie, est précisément le type de mesure capable de déclencher le feu. Dans ce pays, dans nos propres familles sénégalaises qui comptent des docteurs en énergie diplômés des plus grandes universités du monde, les ignorer pour resservir un fils qui n'a pas fait ses preuves procède plus que d'une cécité politique et sociétale. C'est une insulte à l'intelligence sénégalaise.  
Il n'est pas impossible que Karim Wade y fasse des miracles. Que sous son autorité, la redescente du Sénégal vers l'âge de la bougie soit arrêtée, et que les milliards si continuellement déclinés dans les discours se traduisent en actes quantifiables dans le quotidien des Sénégalais. Mais non seulement qui trop embrasse mal étreint, mais ce jeune homme que Wade veut nous imposer est encore trop tendre pour ce pays de Ndiadiane Ndiaye. Ses dents de lait se fracasseront sur le socle des réalités d'un peuple qui n'a plus d'option en dehors de cette ardente obligation qui lui incombe de sauver son destin en l'extirpant d'une patrimonialisation gâteuse.  
Adama GAYE Journaliste et Consultant sénégalais. adamagaye@hotmail.com  
 
Bye-bye Sam-Fuel, et bon débarras ! 
Telle une dent cariée qu’il faut extraire d’urgence de la gencive infectée de la République, le départ tant attendu de Sam-Fuel, qui jouait jusqu’ici le rôle de ministre de l’énergie, est enfin effectif. Wade le chirurgien, après des années d’hésitation, est finalement passé à l’acte : il a tout bonnement inséré, avec une bonne dose d’anesthésie, un implant à même d’abriter la « prothèse » Karim, qui refait surface dans un nouveau dossier, celui de l’énergie, alors qu’il tarde à faire décoller « Sénégal Airlines », dont le premier vol, après plusieurs mois de report, était prévu pour le 1er septembre 2010.  
Wade et son fils avaient prémédité leur coup 
Si c’était une pièce de théâtre que Wade et son fils ont voulu écrire, on peut dire que tous les deux sont passés à côté, pour avoir dévoilé au public la clé de l’intrigue, qui n’a rien à voir avec celle de « la petite erreur » qui avait tenu en haleine la salle de l’hémicycle. A peine les Sénégalais ont-ils commencé à se réjouir du départ du très « hospitalier » Samuel Sarr, qu’ils apprennent par le canal du même informateur, que c’est l’omniprésent fils du président qui lui succède au département de l’énergie, devenue la « zone érogène » d’un régime aux abois. A deviner que cette diversion de plus vise en partie à faire oublier le rôle que Sam-Fuel a joué dans l’achat du terrain à New York par l’Etat du Sénégal. Ce départ avait aussi pour objet, de présenter le rejeton des urnes comme l’incontournable Zorro de l’économie, le sauveur, car chez Wade, le hasard n’existe pas. Tout est calculé, scénarisé, voire prémédité. 
Vers la résolution problèmes d’énergie au Sénégal ? 
Depuis sa cuisante défaite au soir du 22 mars 2009, Wade a cherché à tout prix à placer son fils sur le devant de la scène politico-médiatique, par la petite porte bien sûr. Devant les retouches infinies du gouvernement, on peut supposer que celui qui a signé le décret limogeant l’« oncle Sam », pourrait ne pas être Abdoulaye Wade lui-même, mais son fils. Mais peu importe, car cela n’a aucune espèce d’importance. Pourvu que Sam-Fuel débarrasse le plancher. Que Wade en soit l’auteur ou pas, on peut se réjouir de ce « limogeage » qui en fait n’est que la gratification et la promotion du désormais ex ministre de l’énergie appelé à d’autres fonctions. Parce que ce qui intéresse les Sénégalais, c’est d’abord de retrouver le courant électrique dans les meilleurs délais, et d’être édifiés sur la destination qu’on empruntée les centaines de milliards soi-disant investis dans l’énergie depuis l’évènement de l’alternance, une manne financière qui ne peut être passée pour pertes et profits. A moins que ces milliards soient planqués quelques part, pour être mis à la disposition de la « prothèse » Karim, qui aura toute la latitude pour rétablir l’énergie dans les foyers et mettre fin au calvaire des Sénégalais. Qu’en est-il des responsables de la mort du jeune Abdoulaye Wade Yingou, victime de la répression policière lors d’une marche contre les coupures d’électricité ? Dans quelles juridictions traduire les responsables de l’énergie qui sont les seuls à avoir causé la mort de trois bébés la semaine dernière dans une crèche à Ziguichor ? Voilà les véritables questions sur lesquelles interpeller Iba Der Thiam et Imam Mbaye Niang.  
Pour en revenir à Sam-Fuel, sa « petite erreur » a été d’avoir sous-estimé jusqu’où le président non officiel des Sénégalais, est prêt à aller, dans sa course folle à la tête d’une république qui ne veut pas de lui. Devant la recrudescence des émeutes de l’énergie, Wade était contraint d’opérer un choix : sacrifier son mandat à lui, ou sacrifier un ministre à la fois impopulaire et embarrassant : il a opté pour le second. Si la préméditation de ce « limogeage » se confirmait, on devrait s’acheminer dans les jours à venir vers la fin des délestages, un calvaire que Wade et son entourage ont sciemment programmé et imposé aux Sénégalais, dans le seul but de dérouler leur plan de succession monarchique. En attendant, bye-bye Sam-Fuel, et bon débarras ! 
Momar Mbaye 
mbayemomar@yahoo.fr 
http://mbayemomar.over-blog.net 
L’alternance et la décentralisation ou les tentatives puériles et fantaisistes de domestication ou de déstabilisation des collectivités locales 
Dans le domaine de la gestion des collectivités locales, l’alternance a fini de montrer ses véritables limites ; limites ayant les traits d’une réelle tare congénitale. Depuis 2000 les différents actes essentiels posés par le régime dit de l’alternance confortent cette analyse. On peut citer à titre d’exemple la dissolution par voie de mesure générale des organes des collectivités locales et la mise en place en lieu et place de délégations spéciales. Et aujourd’hui quatre autres exemples sont venus s’ajouter à ce décor macabre. Il s’agit des tentatives de musellement du conseil municipal de Thiès par le Préfet, celles de déboulonnement du Président du conseil régional de Diourbel, Monsieur Oumar SARR, la dissolution de certains conseils municipaux échappant à l’emprise de Wade et le « différend foncier » entre Wade et le conseil municipal de la Ville de Dakar. 
En matière de décentralisation, le régime dit de l’alternance qui nous a habitués à se targuer d’avancées multidimensionnelles de toute nature brandies en guise de réalisations et de bilan, ne saurait exhiber une seule mesure fondamentale à son actif. Pour illustrer ces propos et avant d’aborder les quatre problèmes soulevés ci-dessous, nous allons faire un survol historique du processus de décentralisation au Sénégal. Ceci pour monter que dans ce domaine tout a été fait avant 2000. 
Dans le domaine de la décentralisation, le Sénégal a engrangé une vaste, riche et profonde expérience. Déjà en 1778 Saint-Louis avait un maire nommé. Il faudra attendre 1872 pour voir les premières communes (Saint-Louis et Gorée), suivies de Rufisque en 1880 et de Dakar en 1887. Ces communes constituaient ainsi « les quatre vieilles communes » régies par la loi française du 05 avril 1884. Ensuite il y’eut des communes mixtes (20 communes entre 1904 et 1932) régies par les décrets du 31 décembre 1891 et du 04 décembre 1920. Enfin intervient la loi française n° 55-1489 du 18 novembre 1955 ; loi qui apportait deux innovations majeures : 
- Erection de cinq communes mixtes en communes de plein exercice : Kaolack, Thiès, Louga, Ziguinchor et Diourbel. 
- Institution de communes de moyen exercice disposant d’un conseil municipal élu et d’un maire nommé. 
Après l’indépendance, toutes ces communes sont érigées en communes de plein exercice (33 au total après l’intégration de Gorée à Dakar). Ces communes restaient régies par la loi française du 05 avril 1884 jusqu’en 1966 consacrant l’avènement du Code de l’Administration communale (loi n° 66-64 du 30 juin 1964). 
Après ce véritable parcours du combattant faisant du Sénégal le champion de la décentralisation en Afrique, le mouvement connut deux étapes majeures : 
- 1972 : intégration des zones rurales non communalisées dans le processus de décentralisation avec la création des communautés rurales ; 
- 1996 : réforme de la décentralisation avec la création de la région, la première génération de transfert de neuf domaines de compétence et la substitution du contrôle de légalité au contrôle de tutelle. 
Malheureusement aujourd’hui cette riche expérience est menacée de toutes parts et risque si l’on n’y prenne garde de voler en éclats du fait de l’immixtion dans ce domaine de la "politique politicienne" animée par ces autorités de l’alternance. 
Le cas du Maire de Thiès 
A Thiès, c’est le Préfet du département qui bloquait le fonctionnement de la collectivité pour obliger le conseil municipal à constater l’empêchement du maire en détention préventive. Pourtant c’est ce même préfet qui faisait preuve d’excès de zèle pour monter sa "proximité" avec l’ancien Premier Ministre jusqu’à être surnommé le "Boy Idy du commandement territorial". Concernant ce cas précis, c’est ce même Préfet himself qui se "fendait" en communiqués à longueur d’antenne et à longueur de colonnes de journaux pour poser des actes de reniement de cette proximité. Nous ne nous attarderons pas sur l’aspect moral de cette mutation-reniement mais nous pensons que dans ce domaine le strict respect de la loi est le seul choix à faire. Peut-être qu’il doit sa promotion (il est l’actuel Gouverneur de la Région de Thiès) a cette intransigeance. 
Pourtant, le préfet ne pouvait s’appuyer sur une quelconque disposition du Code des Collectivités locales (CCL) pour justifier et fonder son exigence. L’article 143 du CCL qu’il n’a cessé de brandir, à tort, lui est défavorable de part en part. Celui-ci stipule qu’en « cas de révocation, de suspension, d’absence ou de tout autre empêchement, et sous réserve des dispositions de l’article 144 alinéa 2 du présent code, le maire est provisoirement remplacé par un adjoint dans l’ordre des nominations et, à défaut d’adjoint, par un conseiller municipal pris dans l’ordre du tableau ». A ce niveau la première chose à noter est l’existence d’un vide juridique en ce qui concerne l’empêchement du maire : 
- le CCL ne précise pas l’organe habilité à statuer sur l’empêchement du maire ; 
- il ne précise pas non plus les situations réelles du maire à partir desquelles l’organe habilité pourrait valablement statuer. 
Sur le plan juridique le régime de l’empêchement, à l’image de celui de l’absence est strictement balisé par toute une procédure. L’empêchement n’est pas une notion subjective soumise à la seule appréciation de Monsieur le Préfet de Thiès. C’est une notion éminemment objective ; elle est par conséquent mesurable dans le temps et dans l’espace. 
Concernant par exemple le Président de la république, l’article 42 de la Constitution précise que « la démission, l’empêchement ou le décès du Président de la République sont constatés par le Conseil constitutionnel saisi par le Président de la République en cas de démission, par l’autorité appelée à le suppléer en cas d’empêchement ou de décès ». On ne peut être plus clair. Concernant le président du conseil régional, l’article 64 du CCL est aussi clair. Il indique qu’en « cas de décès , de démission acceptée, de révocation, de suspension, d’absence ou de tout autre empêchement dûment constaté par le bureau (souligné par nous) et sous réserve des dispositions de l’article 65 alinéa 2 du présent code, le président est provisoirement remplacé par un membre du bureau dans l’ordre des nominations et à défaut, par un conseiller régional pris dans l’ordre du tableau ». A ce niveau le problème ne se pose pas. Le CCL donne compétence au bureau de constater l’empêchement du président du conseil régional. 
Pour ce qui concerne la commune, le CCL est muet sur l’organe habilité à prononcer l’empêchement du maire. Et même si le CCL donnait compétence au conseil municipal, celui-ci n’aurait d’injonction à recevoir d’une quelconque autorité. Il ne serait même pas obligé de le faire si la loi ne l’y oblige pas expressément. 
Et Monsieur le Préfet ne cessant, dans cette affaire, de descendre de charybde en scylla arbore le manteau de politicien et déclarait, sans ambages, à la radio que s’il y avait autant de problèmes dans cette affaire, c’était parce que le 1er adjoint au maire est une militante de la LD/MPT. Sous l’ère Senghor ou Diouf, ce préfet serait immédiatement relevé de ses fonctions. 
Monsieur le Préfet aurait dû revoir ses leçons de "gestion des collectivités locales" à l’ENAM. En effet, comment peut-il solliciter une seconde lecture pour la simple et unique raison que la délibération est signée d’après ses dires par une personne n’étant pas habilitée (il parle du second adjoint au maire). Monsieur le Préfet, un acte pris par une autorité incompétente est nulle, de nullité absolue. En plus la personne signataire d’un tel acte doit être sanctionnée. En réalité si le préfet l’a renvoyé en seconde lecture, c’est parce qu’il sait que cette délibération ne renferme aucun vice. L’autorité qui l’a signée est habilitée à travers la délégation de signature qu’elle a reçue et ceci en conformité avec l’article 112 du CCL. N’est-ce pas la même personne qui signait toutes les délibérations du conseil ? Pourquoi avoir attendu cette situation pour lui refuser ce pouvoir ? En réalité, Monsieur le Préfet était une simple boite à lettres ou un "cachet d’approbation" lorsqu’Idrissa SECK était Ministre d’ Etat ou Premier Ministre. 
Le cas du Conseil régional de Diourbel 
Au niveau du Conseil régional de Diourbel, l’alerte rouge avait été donnée et c’est toute la gotha libérale mais surtout néo-libérale farouchement anti-Idy qui s’est mobilisée avec un seul objectif en bandoulière : faire payer le Président du Conseil régional d’avoir assumé une amitié. Ne pouvant s’appuyer sur aucune disposition du CCL, ils redoublent d’ingéniosité en vue de mettre en œuvre des stratégies de blocages du conseil ; blocages devant déboucher à la dissolution de l’organe et la mise en place d’une délégation spéciale. Et pour cela pas moins de trois ministres de la République (avec à leur tête celle chargée, à l’époque, de la décentralisation). Le ridicule ne tue vraiment pas sous l’alternance. A croire que les autorités de l’alternance ignorent tout de la décentralisation. Messieurs de l’alternance, les collectivités locales constituent des personnes morales de droit public au même titre que l’Etat et les établissements publics. Elles contribuent de ce fait au développement national en gérant des affaires locales (différentes des affaires nationales) à l’aide d’organes locaux (différents des organes déconcentrés) et à partir de moyens locaux (différent du budget national). Cette délimitation fait que l’Etat ne doit pas, en dehors des prescriptions de la loi, s’immiscer dans la gestion des collectivités locales. Comment un esprit sensé peut-il, dans une situation normale et sur la base d’intérêts bassement partisans, œuvrer pour la dissolution d’un organe élu d’une collectivité locale et son remplacement par des fonctionnaires ? 
Et d’ailleurs à ce niveau, ils doivent revoir leur copie. L’article 52 du CCL qui était à la base de leurs manœuvres dispose que « lorsque le fonctionnement d’un conseil régional se révèle durablement impossible (souligné par nous), sa dissolution peut être prononcée par décret, après avis du Conseil d’Etat ». Et ça il faut le prouver. Le fonctionnement de l’organe doit être impossible et ceci devrait être durable, le tout sous la surveillance du juge administratif en amont (son avis est requis) et en aval (il traitera des recours pour excès de pouvoir contre l’acte administratif de dissolution). Ce qui n’aurait pas été gagné d’avance dans un Etat de Droit. 
Faisant fi de toutes ces considérations, Me Wade a pris la mesure de dissoudre le Conseil régional par décret n° 2005-1253 du 23 décembre 2005 (JORS n° 6270 du samedi 25 mars 2005). 
Mahmoud Amar, Juriste, mamar111@live.fr 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 7.10.2010
- Déjà 5549 visites sur ce site!