ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

La paix, la paix, Quelle paix ?

 
La paix, la paix, Quelle paix ?  
Au Sénégal, on a l’habitude de dire « niou ngi niane diam danxté diam ci lep xac ». C’est vrai sans la paix rien ne peut se construire mais il ne s’agit point d’une paix tributaire de l’hypocrisie ou de la fatalité. En effet, laisser un vieillard de plus de 86 ans, fut-il Président de la République se représenter pour un troisième mandat alors qu’il avait volontairement et de bonne fois inspiré dans une nouvelle constitution plébiscitée par le peuple une limitation des mandats présidentiels à deux, relève t-il d’une initiative pacificatrice ? En quoi une manifestation contre l’augmentation des prix des denrées de première nécessité va à l’encontre de la paix ? Comment, pour prétendre être des partisans de la paix, on peut accepter qu’un ministre dont le seul mérite est d’être le fils du président gère les ¾ du budget national ? Tous les citoyens qui appellent le plus souvent à la paix, sont pour la plupart intéressés ou opportunistes, qu’ils soient des artistes, des chefs religieux, des acteurs politiques ou des sportifs. Ils ne parlent jamais des difficultés liées à l’inflation, au chômage, à l’éducation ou la santé. A les entendre parler on a le sentiment que la paix économique ou l’égalité dans l’emploi, le désir d’entreprendre, l’acquittement des impôts n’existe que par la volonté divine. Il faut laisser au pouvoir en place le loisir de faire tout ce qu’il veut notamment, distribuer l’argent du contribuable aux personnes sans apport très signifiant pour la collectivité, voler les deniers publics et appauvrir la population car c’est Dieu qui l’a voulu ainsi. C’est souvent cette posture fataliste que nos chefs religieux ou coutumiers – qui s’arrangent toujours à être du côté du pouvoir-nous ont longtemps entretenu sans soucier du vécu quotidien des populations. Pour eux la paix n’inclut pas leur implication dans le règlement de la crise scolaire voire leur désir de mettre la pression sur le gouvernement pour réduire le coût de la vie. Ils ont tout juste besoin de passeports diplomatiques, de terrains, de voitures rutilantes et d’autres facilités de la vie mondaine pour cautionner toute action du gouvernement et demander aux populations en proie à des frustrations de rester calme, de penser à Dieu. On ne les entend qu’en période électorale. A part les sorties du clergé, nous sommes vraiment sevrés d’une voix si rassurante d’un guide religieux depuis la disparition de Serigne Abdou Dabakh (RTA). Ce qui frise le ridicule c’est le comportement versatile de certains qui soutenaient mordicus le président Diouf en 2000 et qui, actuellement tentent laborieusement de convaincre sur la réélection de Wade comme gage de la paix au Sénégal. Seule l’église est à la hauteur de sa mission de régulateur social en interpellant sans cesse les principaux acteurs de la vie sociale, en prenant des positions justes, pertinentes et rassurantes.  
La paix selon la conception sénégalaise est d’éviter l’affrontement physique que l’on soit animé de bonne ou mauvaise intention. Les pays voisins qui se battent pour garder leur dignité en somme leur paix sont peuplés d’abrutis, d’irresponsables, de personnes sans raison. On en parle ainsi avec une suffisance qui n’a d’égale que notre arrogance et notre esprit hautain qui nous valent parfois une méfiance de nos frères africains.  
La paix est construite sur un esprit de fraternité, de dialogue, de partage mais avant tout sur le respect des règles qui encadrent la vie de tout un peuple. Elle passe par le respect des lois et règlements, l’importance accordée aux valeurs culturelles et religieuses (foi en Dieu, dignité, respect de l’autre et de la parole donnée, ngor, soutoura etc.), la transparence dans la gouvernance économique. Sans ces préalables une paix durable est impossible et les sénégalais doivent refuser toute position de fatalité visant simplement à maintenir un pouvoir et avantager une classe privilégiée, qui en fin de compte se nourrit de cette simulacre de paix. Le désir de manifester pour réclamer un droit, pour contraindre les gouvernants à mieux gérer doit se soustraire des sirènes des acteurs qui ne retrouvent la voix qu’en période électorale.  
 
 
Mohamadou Lamine DIOUF  
Silima31@hotmail.com  
Quand la psychopathie s’empare de l’Ucad ! (Suite) 
Oh Seigneur ! Où va le Sénégal si maintenant c’est sa matière grise qui est infectée ? 
Assurément, l’Ucad présente aujourd’hui des signes de nervosité extraordinaire. Le seul poumon qui survit encore à l’Université tout en respirant un air pollué c’est la Faculté de Médicine, de Pharmacie et d’Ondoto-stamatologie. 
Non !!! Cheikh Anta Diop ne mérite pas ça. 
La situation actuelle n’augure pas des lendemains meilleurs pour notre jeune Etat. L’inconfort pédagogique et social des étudiants est tel que même le plus intelligent et chanceux d’entre nous aurait sans doute, sous l’effet combiné de plusieurs facteurs bloquants, échoué en première année. Ce constat est d’autant plus inquiétant que même notre chère maman Hélène que nous aimons beaucoup et notre frère Mamadou Aliou n’ont aujourd’hui qu’une seule chanson à savoir ‘légui, université bi défa yakkou’. 
Nonobstant ces conditions inadéquates à une formation académique de qualité, une autre histoire cocasse vient de perturber la quiétude de Cheikh : la grève du Saes. Cette grève se poursuit et persiste sans que la moindre perspective de lever le mot d’ordre ne se dessine. La situation est d’autant plus inquiétante que le ministre de l’Enseignement supérieur dit être prêt à assumer une année blanche. Cette situation nous rappelle les années noires de1988 et de 1993 (années électorales difficiles pour le Sénégal). Pour rappel, en 1988 la grève des étudiants avait conduit à une année blanche dont toute une génération paie encore les effets. En 1994 aussi, une situation marquée par la politisation du mouvement étudiant avait conduit à une année invalide. Cette année encore, si les mêmes causes donnent toujours les mêmes effets, le ciel s’assombrit au-dessus des têtes de ces milliers d’étudiants dont l’avenir reste sombre. Or, si une année blanche signifie qu’aucun étudiant ne passe à la classe supérieure, alors mes frères et sœurs du premier cycle surtout seront les grands agneaux du sacrifice. 
Même la satisfaction totale de la plate-forme revendicative de nos enseignants ne règle en rien les problèmes actuels de l’Ucad. Je crois simplement qu’ils ont raté par omission leur ordonnance car c’est eux qui nous ont appris que pour étudier et comprendre un phénomène, il ne suffit pas de se cantonner à sa notion d’échelle mais il faut aller beaucoup plus loin ‘dans sa notion scalaire’ en essayant de comprendre les causes externes et lointaines du phénomène à étudier.Non Professeurs ! Il faut couper le mal à la racine. 
Déjà l’avenir de plus de 10 000 bacheliers risque d’être hypothéqué faute d’orientation. S’il s’y ajoute l’exclusion de plus de 17 000 étudiants déjà en position de cartouche. On assistera alors au début de l’éclatement de cette bombe sociale qu’est l’Ucad. Cette situation prévisible, dangereuse et imminente aura des conséquences lourdes qui perturberont, pendant longtemps, la politique de jeunesse de notre pays déjà mal maitrisée par nos autorités. 
Oui tant qu’il y a vie, il y a espoir. Mais sérieusement cette fois ci, à y regarder de près, l’espoir est trop faible car les projecteurs de l’avenir sont brouillés. Si la capacité d’un pays à se remettre sur les rails du développement passe nécessairement par ses Universités, si le développement de notre pays dépend, en grande partie, d’une jeunesse bien formée et consciente, il faut alors inverser automatiquement la tendance pour ne pas sombrer définitivement dans la misère des pays les plus pauvres de la planète. C’est inadmissible de former la jeunesse de notre pays par des enseignants non formés. Depuis presque une décennie, ce ne sont que des cartouchards ou des étudiants qui ont passé tout leur temps à l’Université qu’à graver des cd, qu’à photocopier, qu’à vendre du thé et du sucre, qu’à s’entrainer les muscles, etc. que l’on envoie dans les collèges et lycées du Sénégal pour former l’espoir de toute une nation. J’ai toujours dit que pour espérer de futures belles moissons, il faut impérativement des semences de qualité. Alors que les graines sont déjà semées, il faut amoindrir les conséquences par l’apport d’engrais chimiques efficaces au risque de connaitre une famine terrible dans les décennies à venir. Pour cela, une thérapie urgente et efficace s’impose puisque étant la condition sine qua none pour sauver le pays, sa jeunesse et son avenir. Il ne suffit plus d’apporter des actions correctrices en construisant des amphis et des restaurants au sein d’un espace déjà trop plein mais il faut impérativement délocaliser la faculté des lettres et sciences humaines. 
Délocaliser cette faculté qui représente 53 % des effectifs de l’Ucad pour l’amener en dehors de Dakar parce qu’aussi tout ne peut pas demeurer dans la capitale. Cela permettra aux autres facultés de vivre dans un climat moins perturbé et redonner en même temps à Cheikh Anta Diop un nouvel élan vers le sommet. L’application précipitée du système LMD dans des conditions inadéquates n’a aucun sens ni intérêt dans l’état actuel de l’Université. Le système LMD est très efficace mais il n’est pas encore pour nous. D’ailleurs, rares sont les enseignants qui maitrisent correctement ce système. Conséquence : il y a jusqu’à présent des résultats de l’année dernière qui ne sont toujours pas sortis ; ce qui empêche aux cours de commencer alors que nous sommes au mois de janvier. Comme nous le disons en langue pulaar, ’il faut savoir qui on est, ce qu’on peut si on ne veut vraiment pas se fatiguer pour rien’. 
En outre, il urge également de soulager l’Ucad par le renforcement des capacités d’accueil de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis car, comparée à l’Ucad, l’Ugb apparait comme un grand lycée alors qu’elle possède un espace largement suffisant et inexploité. Il est tout aussi nécessaire de revoir notre système d’éducation et de formation en essayant d’adapter nos produits aux exigences du marché et de l’évolution du monde. Cela suppose d’abord un projet de société sérieux. Dans ce même sillage, la création d’une Université de l’eau dans la vallée du fleuve Sénégal demeure une urgence parmi les solutions. En effet, ne perdons pas de vue que l’une des conséquences les plus catastrophiques des changements climatiques en Afrique subsaharienne sera sans surprise un manque considérable de l’eau. Il nous faut alors nous préparer afin de prévenir notre pays de toutes les situations compliquées qui pourraient découler de ces conséquences. 
L’université doit opter pour une politique de développement scientifique et intellectuel et y mettre le prix ; sa vulnérabilité excessive de ces dernières années est la conséquence d’une déficience technique, administrative et pédagogique. Le développement intellectuel est le moyen le plus sûr de faire cesser le chantage, les brimades et les humiliations, bref pour aller de l’avant. 
Malheureusement, il y a toujours un décalage fou entre les discours de tous ceux qui prétendent être l’alternative à l’alternance et l’essentiel pour le pays. Les candidats ont tout dit mais personne n’a encore donné une offre politique valable et prometteuse. Personne d’entre ces derniers n’a encore parlé de la situation actuelle de l’Ucad alors qu’elle reste, malgré tout, la seule véritable pépinière des Sénégalais censés redresser le pays en cas de panne. 
Enfin mon rêve le plus ardent aujourd’hui c’est de voir le Sénégal vaincre, malgré les périls, cette situation difficile que nous connaissons depuis quelques temps. Et que finalement, le président qui sera librement choisi par les citoyens puisse dire, en face de son peuple, ces termes qu’avait utilisé le Général De Gaulle quand il était revenu pour la seconde fois (mai 1958) à la tête de la République française : ‘L’étape que nous gravissons est la plus grande épreuve de notre histoire mais nous savons de quelle abime nous émergeons et vers quel sommet nous montons.’ (FIN) 
Elimane Abdoul FALL, étudiant à l’Ucad Ancien syndicaliste à la Flsh Membre du Conseil National de la Jeunesse elifall@hotmail.fr 
 
 
LE VIEUX POLITICIEN A KAOLACK - Les mêmes balivernes qu'à Thiès 
 
Le vieux candidat poursuit ses randonnées électoralistes avec, en bandoulière, les mêmes promesses dont certaines, plus que démagogiques, frisent carrément le ridicule. Ainsi, après Thiès le jeudi 5 janvier 2012, il a fait une visite éclair à Kaolack et principalement à la famille Niassène de Médina Baay. 
 
Comme chaque fois que l’opportunité lui est offerte, il s’est défoulé sur l’opposition et l’accuse de volonté affichée de brûler le pays. Il se laisse ensuite aller à son jeu favori : faire des promesses dont il est sûr qu’elles ne seront pas le moins du monde tenues. Pour convaincre le lecteur et l’électeur potentiel de la mauvaise foi de notre vieux président, reproduisons une bonne partie du discours qu’il a tenu devant le khalife de Médina Baay («L’Observateur» des samedi 21 et dimanche 22 janvier2012, page 6)! S’adressant à la foule venue l’accueillir, il déclare avec aplomb : «Je me suis entretenu avec le khalife et il m’a dit que sa préoccupation c’est Kaolack. Je lui ai dit que, autant que je me souvienne, personne ne s’est jamais occupé de Kaolack, personne n’a jamais voulu s’occuper de cette ville. Depuis 1978 (sic), lors de ma première législature à l’Assemblée nationale, j’ai toujours dénoncé cela. 
 
Á l’assemblée, je m’en prenais souvent aux députés Kaolackois pour critiquer leur manque d’engagement pour cette ville-carrefour qui pourrait être la capitale économique du Sénégal. Kaolack pouvait être une belle ville, mais malheureusement, on n’y a rien investi.» Notre Waax waxeet ne s’arrête pas en si bon chemin. Il poursuit sans sourcilier son cinéma en ces termes : «L’avenir de Kaolack dépend d’abord des Kaolackois, mais personnellement, j’ai l’ambition de changer la face de cette ville comme je l’ai fait avec Ziguinchor où j’ai construit des dizaines et des dizaines de kilomètres de route. Mais, pour faire de Kaolack une ville moderne, il faut déplacer les gens qui habitent dans les zones inondables pour les recaser ailleurs.» Notre fabuliste national, se voulant plus convaincant encore, révèle : «Je discutais tout de suite avec le Premier Ministre Souleymane Ndéné Ndiaye et Me Madické Niang (…). Je leur disais que Kaolack était un ancien fort. Et avec le temps, les principaux canaux d’évacuation des eaux se sont bouchés et les eaux ont commencé à stagner dans certains coins de la ville.» Il fait état d’amis – encore ces fameux amis sans visage – qui lui avaient soumis leur aide pour curer les canaux d’évacuation mais qu’il estimait que ce n’était pas la bonne solution. «Ce qu’il faut faire, de l’avis notre «Monsieur connaît tout», «c’est rendre Kaolack plus attractif en y érigeant un grand port». «Et je sais comment le faire», affirme-t-il sans ambages. L’omniscient, l’ingénieur des ponts et chaussées expose donc sa solution : «Il faut construire un pont de 4 kilomètres pour que les bateaux puissent arriver à Kaolack et participer à faire de la ville le poumon économique du Sénégal. C’est la même chose que ce qui s’est fait à Singapour (et) ce sera une sorte de réplique du pont de Singapour». «Ce ne sont pas des promesses», rassure-t-il, puisque lui-même n’y croit pas le moins du monde. «Je peux commencer ce projet demain, demain», conclut-il enfin, gaillardement. 
 
C’est bien Abdoulaye Wade qui s’exprimait ainsi, sans état d’âme. Il s’intéresse au sort de Kaolack depuis 1978, et voilà qu’il promet, qu’il promet seulement aujourd’hui, de faire de cette ville une ville attractive, la capitale et le poumon économiques du Sénégal, alors qu’il est président de la République depuis douze ans ! Le khalife de Médina Baay est quand même un homme de raison. Il n’est surtout pas né de la dernière pluie. Malgré le respect pour le président de la République que sa charge lui impose, il ne fait aucun doute qu’il sait que son «illustre» hôte lui raconte des bobards. Il sait parfaitement que Touba et Tivaouane attendent encore leurs 100 milliards, que la Mosquée Guy Masaalik al jinaan dont il s’engageait publiquement à prendre en charge le financement n’a jamais dépassé le stade de la pose de la première pierre de ce mercredi 30 novembre 2005. Touba a encore soif, malgré son engagement à régler définitivement le problème de l’eau dans la ville sainte, en faisant venir le liquide précieux du Lac de Guiers, grâce au Canal du Baol. Á l’occasion du grand Magal de 2011, nous apprenons du Président de la République et de son Ministre d’État Madické Niang, que ce projet a cédé la place à un autre : l’exploitation de la très étendue nappe de Touba Bogo, qui «peut alimenter une ville de six millions d’habitants pendant cent ans». Touba attend aussi son assainissement. Lors du dernier hivernage qui n’a pas été pourtant particulièrement pluvieux, la ville sainte était noyée dans les eaux de pluie. Si Médina Baay, son khalife et ses populations comptent donc sur les promesses volatiles du «Père Noël» sénégalais, ils attendront très longtemps. 
 
Le vieux candidat compte toujours sur notre naïveté et sur notre penchant à vite oublier. Sinon, il n’aurait jamais eu le courage de faire encore des promesses à Kaolack. Rappelons quand même, malgré notre amnésie que, à l’occasion de l’une de ses rares tournées à l’intérieur du pays en dehors des campagnes électorales, il est reçu à Kaolack, en juin 2004. Il s’engage fermement à assainir la ville puisque, en bon politicien, Il sait que la première priorité des Kaolackois et des Kaolackoises, c’est l’assainissement de leur ville. Et il s’adresse aux populations en ces termes 1 : «Il faut que Kaolack devienne une ville moderne. Toutes les zones d’inondations, excepté les lieux où on récolte le sel, doivent être transformées en zones de pisciculture.» Il ajoute, à l’intention des familles qui habitent dans ces localités : «Il faut déplacer ces familles parce que cette ville a besoin d’un programme d’assainissement extrêmement important. Les zones inondées, il faut absolument les enlever. Les plans d’eau seront alors transformés en lac artificiel au lieu de les laisser dans cette pourriture. » 
 
L’élection présidentielle de février 2007 n’étant plus très loin et rien n’ayant été réalisé de ses promesses de juin 2004, il revient à la charge et reconnaît encore publiquement que Kaolack était «une ville oubliée et mal structurée», et qu’il ferait appel à son «ami» français François Léotard (ancien ministre des Forces Armées du Gouvernement Balladur reconverti dans les affaires et ayant eu maille à partir avec la Justice française), «pour résoudre définitivement le problème de l’assainissement et de l’insalubrité de la ville». Rien ne sera pourtant fait, même après sa réélection en 2007. Quelque temps après, Monsieur Salif Ba, alors Ministre de l’Habitat, de la Construction et du Patrimoine bâti, revient sur cette «priorité» du chef de l’État dans une conférence publique présentée au quartier général du Pds, et qui avait pour thème : «Kaolack face au défi de l’assainissement, de l’environnement et du cadre de vie. La vision du chef de l’État Me Abdoulaye Wade.» 
 
D’emblée, M. Ba lance : «François Léotard viendra à Kaolack dans les prochains jours. Une mission française a déjà effectué une visite de prospection des lieux en avril 2007.» Et notre Ministre de préciser alors que les travaux de ce projet du Chef de l’État sont estimés à plus de 10 milliards de francs Cfa, et que le financement est entre les mains du Président qui va suivre les travaux (sic). Le Ministre égrènera ensuite un chapelet de maladies épidémiques causées par l’insalubrité. Voilà donc dans quelle situation se trouvait Kaolack, «Kaolack (qui) a atteint aujourd’hui un niveau d’insalubrité et de dégradation très difficile à relever et qui a fini d’installer les populations dans un environnement malsain et dans un profond malaise», reconnaît le Ministre Ba («Le Quotidien» du lundi 29 octobre 2007). 
 
La priorité pour la ville de Kaolack ne faisant donc point l’ombre d’un doute et malgré les promesses qui ont été faites, le Ministre Salif Ba et son Président-magicien ont préféré se lancer dans un gros projet dit d’embellissement : la réalisation d’un «Cœur de ville», pour 6 milliards de francs Cfa. Nous sommes à quelques jours de 2012 et le chantier coûteux de ce fameux «Cœur de ville» dont M. Ba était le maître d’œuvre, est loin d’être encore terminé. Ce «Cœur de ville» de Kaolack est un autre gros scandale de la détestable gouvernance des Wade. Ce texte étant déjà long, je ne peux malheureusement pas développer le scandale ici. Je renvoie donc le lecteur intéressé au chapitre VIII de mon dernier livre (pp.203-228). 
 
Pour revenir au «messie» français qui devait assainir Kaolack, il s’est purement et simplement volatilisé. Les pauvres Kaolackois risquent de ne plus jamais en entendre parler. Le «Père Noêl» sénégalais arrive à Kaolack avec un tout nouveau lièvre dans sa besace. Nous sommes le vendredi 26 février 2010, jour du Maouloud. Il se rend à Médina Baay, pour marquer de sa présence l’important événement religieux et le fêter avec la famille Niassène. Dans sa déclaration, il se désole que la destination de Kaolack soit invendable à l’étranger et annonce aux populations qu’il compte remettre cette fois-ci, la gestion de l’assainissement de la ville aux Coréens, quand ils auront terminé la construction du Monument de la «renaissance» africaine. La construction du fameux et coûteux monument n’est-elle pas terminée depuis deux ans au moins ? Où sont les fameux Coréens ? 
 
En attendant, il continue son jeu favori de promesses sans lendemain. Après Madina Baay, il va procéder à l’inauguration officielle du «Pôle industriel et textile de Kahone (Politexka)». Il magnifie le travail déjà abattu par le Gouvernement qui a pris la ferme décision de relancer la filière textile du pays. Et il se lance, avec l’emphase qu’on lui connaît, dans le développement de tous les atouts dont recèle le pays pour réaliser cette relance. «Ces atouts tournent, entre autres, autour d’un marché textile local et régional immense et dynamique, un parc industriel en état de marche et technologiquement d’actualité, un coton sénégalais de qualité et compétitif». Ce serait intéressant, si l’espace le permettait, de poursuivre la présentation alléchante de ce tout nouveau «Pôle industriel et textile», à laquelle le «traître repenti en service commandé», Me Ousmane Ngom, alors Ministre d’État, Ministre des Mines, de l’Industrie et de la Transformation des produits agricoles, ajouta son gros grain de sel. Nous connaissons la suite.  
 
Le rêve des populations et des travailleurs de Kaolack et de Kahone s’est terminé en cauchemar. L’unité industrielle «ressuscitée» n’a «fonctionné» que pendant trois mois. Entre temps, le Directeur (de nationalité française) Jean-Marc Secondi a pris la clé des champs, en laissant sur place quatre à cinq mois d’arriérés de salaires. L’usine sera reprise par Serigne Mboup, patron de la Ccbm et président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Kaolack. Face à une situation qu’il considère comme intenable et un «passif qui ne (le) concerne guère», il a voulu jeter l’éponge mais les travailleurs ne l’ont pas entendu de cette oreille et, aux dernières nouvelles, avaient exprimé leur volonté de se battre jusqu’à la mort. 
 
Comment l’homme a-t-il donc eu le courage de venir encore devant les Kaolackois, pour leur faire les promesses du vendredi 20 janvier 2012, pratiquement les mêmes depuis juin 2004, lui qui s’en prenait déjà depuis 1978 aux députés kaolackois, pour critiquer leur manque d’engagement pour leur ville ? On a beau me reprocher mon «acharnement» sur l’homme, je ne peux pas rester indifférent aux contes et légendes qu’il nous raconte depuis douze ans, depuis exactement le 8 août 1974, date de la création de son Parti de contribution ! Celui que l’on appelle wax waxeet depuis le 23 juillet 2011 n’est plus dans la peau d’un président de la République. Il ne l’a jamais été d’ailleurs. Il donne l’impression de n’avoir de respect pour aucun d’entre nous, sauf peut-être pour sa famille nucléaire. 
 
En réalité, c’est pour sa propre personne qu’il n’a aucun respect. S’il avait le don de pénétrer jusque dans nos cœurs et dans nos esprits, il se rendrait compte à quel point le général de Gaulle avait raison, quand il tenait les propos qui suivent : «Il vaut mieux partir cinq ans trop tôt qu’une minute trop tard.» Il prendrait alors la seule décision raisonnable qui lui reste, pour sauver encore ce qui peut l’être des meubles : renoncer à sa candidature et nous laisser reconstruire notre pays, qu’il a mis en lambeaux pendant ses longues douze années de gouvernance meurtrie. Il n’est malheureusement pas donné à tout le monde d’être le général de Gaulle. Encore moins à un Abdoulaye Wade, ce (presque) nonagénaire dont la parole ne vaut plus un seul copeck 
 
1 Le Quotidien des 19-20 juin 2004, page 3. 
 
 
Par Mody Niang - E-mail : modyniang@arc.sn 
 
La culture : Des délices aux affaires ! 
La marche de l’Humanité a prouvé, plus d’une fois, que les ruptures intelligentes avec le conformisme rituel ont bien souvent été victorieuses. 
 
Les Indépendances des pays d’Afrique, la chute du mur de Berlin, le triomphe des idées nouvelles, la force ravageuse des concepts novateurs face au statisme d’opinions dépassées et éternisées par des auteurs nostalgiques ou leurs héritiers, sont autant d’exemples qui montrent qu’il suffit de vouloir pour pouvoir. 
Toutes les victoires des sociétés humaines conçues - en solo ou en groupe - peu importe, ont été le résultat d’une action concertée et élaborée en équipe. 
 
Ainsi, par une détermination collective sans faille assortie d’une volonté politique généreuse, mue par le don et le devoir, l’on viendra assurément à bout des imperfections de l’action humaine et des insuffisances constatées dans sa démarche. 
Et, dans un contexte de bouil¬lonnement culturel, à ce jour ja¬mais égalé, vécu dans les contrées lointaines du Sénégal profond, les taudis, les banlieues, les salons, les cafés, les jardins, les usines, les marchés, les cités d’affaires, sous les feux ardents des lampions, sous la morsure du vent glacial des plages, j’allais dire partout, partout, mêmes dans les milieux les plus insoupçonnés ou ceux jadis réservés à l’élévation de l’âme, il est de toute nécessité que l’on convoque le génie sénégalais.  
 
Les gens épris de progrès social au rang desquels figurent en tête des artistes et militants de la culture, c’est à dire des femmes, hommes et jeunes de toutes conditions choisis sans aucune forme de discrimination, ceux-là sont les dignes plénipotentiaires, pour inspirer la réflexion sur cette question de brûlante actualité.  
La culture doit-elle rester l’éternelle Reine des Délices ? 
 
N’est-il pas temps qu’on érige, chez nous, la culture en dignitaire dans la loge des métiers et passions qui génèrent les ressources du vrai pouvoir économique ? 
 
Pourtant elle a donné aux hommes et à leur société ce qu’aucune autre passion terrestre ne leur a encore apporté.  
La culture est au début et à la fin de tout développement, pour paraphraser Senghor. 
 
Le modèle américain a imposé au reste du monde sa force. La musique, l’accoutrement Yankee et le cinéma hollywoodien ont fait le tour de la planète et élevé le pays de l’Oncle Sam en puissance économique mondiale. Au temps de l’Egypte antique, l’Afrique était une éminente référence culturelle dont il fallait préserver le rang pour la traduire en force économique.  
Loin de verser dans un procès, qui d’ailleurs ne mènerait nulle part si je tentais de m’embourber dans la voie vaseuse du défenseur solitaire, je laisse en toute modestie à mes compatriotes, la grande famille culturelle, plus nantie en l’espèce, le soin de trancher en toute rigueur la question et répondre avec générosité à l’attente des acteurs et des populations.  
Car à l’heure présente, où le formatage des citoyens et la restructuration des administrations constituent la toile de fond des réformes populaires et institutionnelles, la donne doit changer.  
 
C’est tout le sens du modeste appel que je lance à l’ensemble de la communauté artistique, aux passionnés des arts, au premier protecteur des arts, à l’Etat, aux collectivités locales ; bref au peuple sénégalais pour s’engager résolument dans cette lutte qu’il faut mener pour la bonne marche des affaires. 
 
Mamadou SY - Secrétaire général de l’Observatoire national des arts (Ocart) 
E-mail : mmdousy@yahoo 
ocartsunuculture@yahoo.fr 
 
Un autre destin pour le Sénégal 
Avec le temps qui va, tout s’en va ; le feu chanteur nous rappelle. Pour des millions de Sénégalais cependant, l’impression est plutôt une sédimentation du fiasco sociopolitique, avec son corollaire de misères économique et culturelle. Cela fait plus de dix ans que ça dure. 
Cette année qui s’annonce offre à mes compatriotes l’opportunité de choisir un autre destin, nonobstant une atmosphère pourrie par les compromissions d’un leader à qui on avait accordé une occasion unique de mettre le Sénégal sur les rails du progrès dans ce XXIe siècle.  
 
Il me souvient d’un coup de fil que je reçus le 20 mars 2000. Il provenait d’un journaliste de Radio France internationale. Je me trouvais à Copenhague. C’était le lendemain de l’élection présidentielle au Sénégal ; élection qui sanctionna la première Alternance politique au travers des urnes dans ce pays mien. Ce jour-là, le suffrage universel se manifesta avec allégresse dans cette Nation des Damels et Bourbas, de Aline Sitoe et de Mame Coumba Bang, des intellectuels reconnus et respectés, des figures historiques qui transcendent ethnicité et religion, sans oublier Yandé Codou la diva. On voulait tous reprendre possession de notre destin à l’orée du XXIe siècle. De Ziguin¬chor à Saint-Louis, de Gorée à Kédougou.  
 
Le journaliste voulait recueillir mes impressions sur cet évènement charnière pour une jeune démocratie comme le Sénégal, et par extension tout le continent africain, dans ce siècle naissant.  
 
Je me rappelle encore mes propos. «L’Alternance n’est pas une fin en soi, juste une étape dans un processus perpétuel de perfection de la vie politique nationale. Attendons de voir comment ceux en qui les Sénégalais ont placé leur confiance vont s’atteler à la tâche ; toutefois il faut rendre hommage au peuple entier pour cette démonstration civique magnifique.»  
Une décennie plus tard, beaucoup d’eau - parfois tachée de sang - a coulé sous les ponts ; des espoirs légitimes, nourris par un peuple à qui on avait promis monts et merveilles se sont évaporés. Ils se sont évaporés, ou dans les embruns de l’Atlantique, ou dans les rues congestionnées de la capitale, ou dans les paysages sinistres et livides de nos campagnes. Ils se sont finalement évaporés dans le huis clos des dirigeants hermétiques au bon sens. Le Sénégal avait l’habitude d’être le pays des grands hommes.  
 
Il serait expéditif et inconséquent, il est vrai, de tout mettre sur le dos de nos dirigeants politiques à la tête desquels, le président de la République ; mais force est de constater qu’ils ont la part léonine dans la distribution des responsabilités.  
Après 40 ans d’une vie politique dominée par un seul parti, il est hélas normal que des réflexes se développent et des habitudes s’installent dans la conscience collective. Ces ré¬flexes ont pour noms : népotisme, corruption et incompétence, sans oublier le déficit visionnaire des dirigeants dans leurs actes quotidiens. Ce qui me réconforte, c’est que ces tares susmentionnées ne représentent point l’essence du peuple sénégalais. En revanche, elles ont caractérisé la pratique politique nationale depuis que nous sommes devenus un état indépendant.  
 
Vous conviendrez avec moi que les dirigeants, quelle que soit leur tribune, disposent d’une plateforme privilégiée pour influencer le discours social. Leurs actions et propos, attitudes et projections déteignent sur le peuple tout entier. La parole du chef dans ce contexte a presque force de loi, d’autant plus que le chef dispose, sans contrôle réel, des moyens financiers, coercitifs et médiatiques de la Nation.  
 
Je respecte le président de la République en tant que personne, conformément à la tradition immémoriale de mon pays où les personnes âgées sont à juste titre révérées. Néanmoins, sa Prési-dence nous offre des éléments crédibles pour aboutir à une conclusion sur l’état regrettable de notre vie politique qui s’appliquerait à rebours et à des degrés variables aux Présidences de Senghor et de Diouf. N’oublions pas que Wade déclarait en 1991 «(qu’il était) le prolongement de Diouf.»  
 
Ainsi, je le vois comme la preuve vivante de tous les excès, les manquements et les erreurs de ce qui a constitué la panoplie de nos dirigeants depuis l’Indépen¬dance. Il en représente aussi toutes les promesses perdues. Cet individu a poursuivi le pouvoir durant 3 décennies. Il magnifia le concept du Sopi au Sénégal, qui allait encapsuler les attentes d’innombrables Sénégalais et Sénégalaises prêts à s’investir pour leur pays, spécialement les jeunes. 
 
On est jeudi le 25 février 1988 ; la campagne électorale pour la Présidentielle vit ses dernières heures. Je suis adolescent et me trouve à Thiès - la fière - à la tête d’une petite délégation de jeunes élèves qui décident de rendre visite à feu Boubacar Sall. Il nous reçoit dans la chambre à coucher de sa maison sise au beau quartier de l’Aiglon. Il discute par téléphone avec Wade qui se trouve à Tivaouane, en route vers la ville siège du Gmi. C’est un moment historique où la jeunesse défie ouvertement le pouvoir en place. Elle exprime son soutien innocent à un candidat au changement qui n’en était pas un. Nous croyions en lui. En définitive nous perdîmes et entrâmes inexorablement dans ce qui, a postériori apparaît comme les premières années de l’ère des désillusions  
 
Souvenez-vous de l’épisode du mois de mars 1989 où Abdoulaye Wade, tenté par un potentiel partage du pouvoir, embrassa avidement les propositions tactiquement motivées par le gouvernement de Diouf. Il nous offrit la mesure de sa vision en balisant le chemin qui allait nous conduire à l’émergence de l’entrisme et de sa perversité dans le paysage politique au Sénégal, deux ans plus tard.  
 
Il est difficile de trouver dans le parcours de Wade des indications d’une personne mue par une mission transcendante. Un bilan récapitulatif de ses 11 ans à la tête de l’Etat offre une collection de querelles de cuisine centrées autour de sa personne ou de ses acolytes de tous bords. On en oublie que le peuple du Sénégal avait parlé en 2000 pour se faire entendre et comprendre. Ce Président - peu importe ce que disent ses laudateurs d’ici ou d’ailleurs - ne semble ni à la hauteur ni disposé à entendre. Il est clairement incapable de guider, d’imaginer et de rassembler.  
 
Rassembler est une exigence cardinale pour assurer une opportunité viable à un peuple qui n’est pas uniforme ni homogène, mais qui a tissé à travers l’histoire des liens solides entre les ethnies et les confessions. Quelque solides qu’ils soient au demeurant, ces liens ont besoin d’être continuellement revitalisés et entretenus. Car unis nous n’échouerons jamais, mais il n’y a aucune garantie. Wade ne m’a pas personnellement déçu, car je n’ai jamais nourri de grands espoirs dans sa capacité à sortir le pays du gouffre. Non pas par cynisme ou mauvaise volonté, mais parce qu’il n’a jamais exhibé l’étoffe d’un leader transformatif.  
 
Lorsque le peuple regarde le chef et que son regard s’arrête sur ses atours, il y a un problème.  
Lorsqu’il regarde le chef et se voit distraire par la manifestation de sa grandeur, dans ce cas il a failli à sa mission. 
Lorsque le peuple regarde le chef et se souvient, nostalgique, des temps passés, il a des questions à se poser.  
A l’opposé, le peuple peut contempler son leader et apercevoir un horizon qui se dégage. Il peut regarder le leader et percevoir le boulevard des promesses qui prennent corps et appellent au redoublement de l’effort au double niveau individuel et collectif. C’est ce genre de leaders dont le peuple est assoiffé.  
Alors que nous nous apprêtons à entrer dans une année électorale, la tension est palpable et des scénarii presque catastrophiques participent désormais de l’ordre du commun dans un pays qui a toujours su naviguer les méandres sociopolitiques sans coup férir. Mais cela était vrai au siècle dernier et n’est plus le cas sous le règne de Wade. L’existence de milices et autres organes en dehors de toute légitimité politique ou institutionnelle se fait jour et sème la panique. Pour couronner le tout, il ose secouer les fondements de la République tels que formulés dans la Cons¬ti¬tution en voulant imposer une candidature illégale. Cela ne passera pas. Les Sénégalais ont la possibilité de changer cette dynamique en se réappropriant les valeurs républicaines modelées sur nos traditions ancestrales de respect, de travail, de dignité et de courage. Ils ont la chance de déterminer le genre de politique qui correspond à leurs vraies valeurs et aux exigences du monde actuel. A cette fin, un mouvement citoyen élargi et vibrant doit voir le jour.  
 
Les leaders qui vont prendre en charge les destinées du pays au terme des prochaines élections sont obligés de formuler des stratégies conçues pour développer le socle citoyen. Ceci suppose, en retour, une ouverture démocratique rendue possible par un investissement massif et pluriforme dans l’éducation. Il est temps de comprendre et d’accepter une fois pour toute que les meilleures solutions aux problèmes chroniques de notre pays viendront des hommes et des femmes qu’on appelle Séné-galais et Sénéga¬laises. Ja¬mais elles ne viendront des politiques qui ont fait à plusieurs reprises la preuve de leur incompétence, leur incapacité et la petitesse de leur vision. Au moins ils peuvent œuvrer à mettre les Sénég¬a¬lais dans les conditions minimum d’exercice de leurs prérogatives de citoyens.  
 
Il nous faut reconquérir un but, notre but. Un but indépendant de la conviction religieuse, de l’appartenance ethnique ou du statut so¬cial, mais enraciné dans ce qu’il y a de plus sénégalais : l’honneur et la culture de l’effort dans le respect.  
Oui le chanteur a raison : avec le temps qui va, tout s’en va ; y compris le règne de Wade qui, à son corps défendant fait son chant du cygne. Il est temps que le pays de la steppe, de la savane et de la forêt entre de plain-pied dans l’odyssée universelle du nouveau millénaire. Il doit exister à nouveau. Et il aspire à un leadership de type nouveau.  
 
 
 
Aziz FALL - Ancien président de la communauté sénégalaise au Danemark 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 27.01.2012
- Déjà 5292 visites sur ce site!