ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Amnisty épingle le Sénégal

Le Maître des airs 
Laye Mën Lëp est au Japon depuis quelques jours. Au même moment, dans son pays, la situation politico-sociale ne cesse de se dégrader. On a l'impression que le père de Karim Sagn Lëp gouverne le pays de l'extérieur. Laye Agences a signé un bail avec les airs, au point d'être complètement déconnecté des réalités du pays profond. Au moment où les paysans réclament d'abord « mbakkh-Gui » avant « baakkh-Bi ». Autrement dit : manger à leur faim, avant de se lancer dans les travaux champêtres, ses ministres, même les plus insignifiants, nous pompent l'air avec la Goana. Plan Reva, Plan Jaxaay, Nepad, Ape… sont maintenant jetés aux orties. Sacré Ndiombor ! Eh oui, les manœuvres politiciennes s'usent, à force de s'en servir… 
( Mor Todjangué )  
Le Sénégal à l’épreuve du «karimisme» 
Article publié dans l'édition du Jeudi 29 mai 2008 
Les derniers actes posés par notre Président sont édifiants, cet homme ne travaille plus que pour sa postérité, nous laissant à l’épreuve de son fils. Le Sénégal vit sous l’ère du «karimisme». Au delà du vacarme sur le caractère incestueux d’une telle volonté, il convient, en tant que Sénégalais, de se poser courageusement les bonnes questions, car finalement, que savons-nous de ce garçon si ce n’est la ronflante présentation de son père. A-t-il la capacité de ses ambitions ? Peut-il être le Président d’un pays aussi complexe que le Sénégal aux équilibres aussi dynamiques que fragiles ? Est-il suffisamment digne pour porter de telles responsabilités ? Le peu qu’il nous a montré est inquiétant au plus haut point. D’abord, sa Génération du concret est l’expression d’un grand manque d’intelligence politique, vouloir se présenter comme un homme neuf et en même temps utiliser les moyens de l’Etat et la position de son père comme effet de levier est une injure au bon sens. Vouloir rejeter les tares du système auquel on appartient et en même temps s’engager à le conquérir et l’incarner est un écart intenable. Cette stratégie ne pouvait déboucher que sur une impasse. Abdoulaye Baldé, qui est la bouche de ceux qui n’ont point d’oreilles, en est réduit à nous expliquer que le Pds, tout comme la Génération du concret sont des enfants de Me Wade. Sauf que cette dernière est née après la ménopause intellectuelle. Ce n’est ni un ancien spermatozoïde, ni un futur bâtard, mais une ovulation d’esprits pervertis par le pouvoir.  
Karim a voulu être jugé sur ses actes, sur ses réalisations, pour légitimer son entrée dans l’arène politique. Son sommet d’intronisation, tant annoncé comme l’événement du siècle, restera dans les esprits comme le summum de la gabegie. Des milliards dépensés pour un prestige éphémère, pour montrer une image de ce que l’on n’est pas, de ce que l’on n’a pas. Une stricte ressemblance entre le père et le fils, l’écart immense entre l’ego et le ça, la confusion permanente entre l’ambition et la démesure et une méthode lacunaire permanente basée non pas sur une stratégie globale de développement, mais sur le coup d’éclat permanent. Mais, la réalité économique a pris sa revanche, car avec la morosité actuelle, les fameux travaux de l’Anoci ressemblent à du maquillage sur le visage d’un lépreux.  
Le discours de Guédiawaye fut encore plus édifiant pour montrer qu’une démarche incohérente ne peut s’expliquer par un discours cohérent. Une allocution d’un vide monumental, un populisme d’une naïveté déconcertante. Il est parut évident, ce jour-là, qu’il n’y a rien chez cet homme qui corrobore la réalité des Sénégalais. Il est incapable de parler aux Sénégalais, de leur dire avec sincérité et dignité pourquoi, en ce moment précis de l’histoire de notre pays, il pourrait être l’homme qu’il faut. Aucune des centaines de personnes présentes à Guédiawaye ne peut dire qu’elle est repartie avec quelque chose du discours de Karim Wade, parce qu’il n’a rien dit. On comprend pourquoi il ne fait jamais de débat contradictoire et ne s’expose jamais.  
Le «karimisme» c’est donc le «Wadisme» frelaté avec moins de velouté intellectuelle, une propension manifeste à la démesure et le culte assumé de la persévérance dans l’erreur. La volonté de la famille Wade est l’expression d’un grand mépris pour notre peuple, nos luttes, notre histoire, notre passé, mais surtout notre avenir. Où est le respect ? Où est le progrès, si les Sénégalais laissent une telle chose se faire ? Ce n’est pas un problème politique, mais civique. Si nous commettons cette erreur, au moment où tous nos choix et fautes antérieures nous rattrapent et nous rappellent que l’on ne peut continuer à accepter des figures imposées des bailleurs ou de nos dirigeants, mais agir avec notre bon sens, notre propre vision, le Sénégal ne s’en relèvera jamais et Abdoulaye Wade, du haut de son statut du plus crédule diplômé du Caire au Cap, ne sera pas là pour nous dire : on m’a trompé sur mon fils.  
abbambaye@hotmail.fr 
L’OBSERVATEUR : 
ASSISES NATIONALES DE L'OPPOSITION LE "FRONT SIGGIL SENEGAL" INVITE SERIGNE BARA ET SERIGNE MANSOUR SY 
 
Article Par HAROUNA FALL,  
Paru le Jeudi 29 Mai 2008 
 
Les khalifes généraux des Mourides, Serigne Bara Mbacké et des Tidianes, Serigne Mansour Sy seront peut-être les hôtes de marque du Front « Siggil Sénégal » à l’occasion des assises nationales. Des lettres d’invitation leur seront adressées a laissé entendre une source proche de ces partis de l’opposition.  
Les assises nationales risquent de battre le record des représentations des personnalités de marque si les khalifes généraux des mourides Serigne Bara Mbacké et des Tidianes Serigne Mansour Sy répondaient positivement à l’invitation du Front Siggil Sénégal. Selon des sources proches de l’organisation de ces assises, les invitations formelles seront adressées à tous les chefs religieux de toutes les confréries pour participer à cette grande rencontre nationale. Le khalife général des Mourides Serigne Bara Mbacké, celui des Tidianes, Serigne Mansour Sy seront officiellement invités à cette rencontre. Maintenant libre à eux de venir assister aux travaux de ces assises ou à se faire représenter par d’autres personnes. Cette démarche participe du fait que le Front « Siggil Sénégal » veut donner un cachet national à ces assises. En plus des communautés religieuses, le corps diplomatique accrédité au Sénégal est aussi invité à prendre part à ces assises nationales. Des invitations leur seront également adressées. Parce que les initiateurs de ces assises ne veulent exclure personne dans l’organisation de ce grand événement politique. Selon nos interlocuteurs, pour l’instant les réunions techniques se tiennent pour préparer les documents de ces assises nationales. Et dès dimanche prochain, les membres du bureau seront installés, de même que les commissions. Après l’installation du bureau et des commissions, une plénière sera ouverte pour passer en revue tous les problèmes du pays. Des assises qui peuvent se dérouler sur deux à trois mois. Une synthèse qui sera la perception de toutes les organisations qui ont participé à ces assises nationales. Les termes de référence sont déjà rédigés. Ils seront une sorte de tableau de bord qui permet aux acteurs de travailler.  
 
 
Des Assises nationales 
Le 1er juin 2008, démarreront formellement les assises Nationales initiées par le Front Siggil Senegaal (FSS), qui regroupe les principaux partis de l’Opposition. Le Président Wade et son gouvernement, sollicités, ont refusé d’y prendre part, au contraire de la Société civile fortement représentée et dotée d’importantes responsabilités dans la préparation et dans le pilotage des Assises. Se posent, alors, des questions de pertinence, de cohérence dans la démarche du Fss, d’attitude attendue du Pouvoir en place et de ses alliés, de qualité dans l’organisation des travaux, ainsi que d’efficacité et d’impact des Assises sur la vie de la Nation. La pertinence d’abord.  
Les Assises sont-elles vraiment nécessaires ? Répondent-elles à un besoin réel du pays ? Oui, sans hésiter. Car, comme indiqué dans les Termes de référence (Tdr) des Assises, le pays traverse une période difficile faite de rupture du dialogue entre le Pouvoir et l’Opposition et de détérioration du pouvoir d’achat des populations. Il est donc essentiel que les forces vives du pays se penchent sur sa situation et s’évertuent à trouver des solutions aux problèmes constatés. Il ne s’agit point d’une Conférence nationale souveraine (similaire aux expériences du Bénin de 1990 et du Niger de 1991), mais d’une simple occasion de dialogue destinée à trouver une majorité d’idées et une «solution consensuelle globale, efficace et durable à la grave crise multidimensionnelle (éthique, politique, économique, sociale et culturelle) qui sévit dans le pays».  
Plus spécifiquement, les Assises visent, selon leurs initiateurs, à :  
- dresser l’état de la crise nationale ;  
- proposer des réponses appropriées aux urgences et priorités du présent et du proche avenir ;  
- bâtir un consensus dynamique sur les principes essentiels fondant une bonne gouvernance politique et un Etat de droit, une gouvernance économique de qualité, transparente et soucieuse des intérêts nationaux, une gouvernance sociale, culturelle et sportive basée sur des valeurs de progrès ;  
- concevoir les mécanismes d’un dialogue périodique et pérenne au niveau politique, économique, social, culturel et sportif entre, d’une part, le Pouvoir et l’Opposition et, d’autre part, le Pouvoir et les partenaires sociaux, afin de créer les conditions de développement du pays dans la paix civile, la démocratie, la stabilité et la sécurité. Les thèmes prévus pour être débattus couvrent ainsi : (i) la gouvernance politique, (ii) la gouvernance économique et financière, (iii) la gouvernance sociale, (iv) le monde rural et le secteur primaire, en général, (v) l’éducation et la formation, (vi) la santé, (vii) la culture, (viii) la jeunesse, l’emploi et l’insertion socioprofessionnelle, (ix) la dimension genre et la promotion de la femme, (x) la situation des personnes âgées, (xi) le problème des migrations, (xii) le défi écologique, (xiii) les questions liées aux sports, (xiv) les questions liées à l’éthique, aux comportements et aux valeurs.  
De la cohérence de la démarche  
La pertinence des Assises étant établie, demeure la question de la cohérence du processus choisi pour les préparer et les organiser. Le FSS, une fois qu’il a retenu le principe de tenir les Assises, a invité plusieurs organisations de la Société civile à se joindre à lui et a fait de même avec le Pouvoir qui a décliné son offre. La Société civile s’est, ensuite, vue attribuer de larges prérogatives dans le pilotage des Assises. C’est elle qui a pensé l’architecture des Assises et l’a fait adopter par les plénipotentiaires du FSS. C’est elle qui va diriger les Assises, les partis politiques ne jouant, du moins, au point de vue formel, qu’un rôle mineur dans la direction des choses.  
Si toutes les composantes de la sphère politique étaient présentes, il n’y aurait rien à dire sur le rôle attribué à la Société civile qui, comme le montre l’exemple réussi du Bénin en 1990, peut, de cette façon, faciliter la réalisation de consensus forts entre acteurs de la classe politique. Mais, en l’absence de l’Etat et des partis au Pouvoir, il devient plus problématique pour la Société civile de jouer une fonction de leadership des Assises. Car, de facto, elle devient l’alliée objective de l’Opposition dans sa dénonciation de la mal gouvernance qui gangrène le pays. Elle renforce ainsi le Président Wade dans sa conviction, pas forcément fondée, que la Société civile fait de la politique et se compte parmi ses opposants. La dureté des expressions utilisées dans les Tdr des Assises, et qui reprennent, presque mot à mot, les travers dénoncés continuellement par les opposants du régime, en est une parfaite illustration.  
Il eût donc été plus prudent pour la Société civile, dès lors que le niveau de représentation aux Assises était devenue déséquilibrée, de ne pas accepter de piloter les Assises, de laisser le leadership au Fss et d’apporter uniquement sa contribution dans les débats des Assises comme le veut l’esprit citoyen et républicain qui l’anime.  
Quelle sera l’attitude de l’Etat et des partisans du Président Wade ?  
Jusqu’ici, le camp du Pouvoir a été très réservé sur les Assises, en dehors de l’intervention laconique du Président Wade, à travers une interview au journal le Soleil (en date du 19 mai 2008), déclinant l’invitation qui lui a été adressée. Est-ce le calme qui annonce la tempête ? Le Pds et ses alliés pourront-ils vraiment assister les bras croisés et laisser les Assises se dérouler en toute sérénité ? Une telle attitude serait fort surprenante, eu égard à la culture de confrontation qui irrigue le Pds. Même si ce scénario de la retenue ne doit pas être rigoureusement écarté, il est possible d’en dresser deux autres. Le premier, c’est celui de la déstabilisation, consistant à convaincre, par des moyens divers, plusieurs organisations membres à rompre les amarres des Assises, affaiblissant la cohésion interne et réduisant le niveau de participation. Le second, c’est celui du sabotage, qui ferait adopter aux partisans du Pouvoir une logique offensive pour empêcher la tenue des consultations décentralisées. Devant le chaos généré par les bisbilles, les préfets feraient vite de signer des arrêtés d’interdiction de réunion, sapant d’emblée la portée des Assises.  
On peut penser que la présence d’officiers supérieurs de l’Armée pourrait pousser le Pds à adopter une position plus prudente (peut-être que c’est ce qui a motivé le FSS à faire appel à eux), mais la seule garantie que le calme pourra régner durant les trois ou six mois que vont durer les Assises, ce serait que le Président Wade en personne intervienne, dès la semaine prochaine, pour demander à ses partisans de ne pas chercher, par un quelconque moyen, de troubler les Assises. Il ferait ainsi preuve de haute responsabilité, tout en conservant une cohérence à sa décision de ne prendre part à des Assises convoquées par une Opposition qui conteste sa légitimité.  
Le succès des Assises dépendra de la qualité de l’organisation du travail.  
La réussite des Assises se mesurera à l’aune de la qualité de son déroulement. A cet effet, ses organisateurs auront un lourd défi de tenir des réunions crédibles au niveau départemental, de coordonner, efficacement, les multiples interventions et de bien communiquer sur la durée.  
L’autre défi à relever concerne la cohésion interne des membres. Dans les Tdr, il est noté que le Comité national de pilotage est constitué par l’ensemble des représentants des organisations ayant accepté d’y participer, à raison d’un délégué titulaire et d’un suppléant par organisme membre. Or, le mode de décision adopté, la règle du consensus, pourrait très vite se révéler contre-productif, si certaines organisations, de bonne ou de mauvaise foi, décident de bloquer l’obtention de consensus. Le Comité de pilotage des Assises devrait ainsi, dès le 1er juin 2008, proposer la modification de ce principe du consensus, pour faire place au principe de décision à la majorité des deux tiers.  
L’efficacité et l’impact réel des Assises dépendront de facteurs de nature différente.  
Les Assises, dès lors qu’elles impliquent les partis politiques, ne pourraient représenter uniquement des rencontres scientifiques, du même type que les colloques, dont le seul but est de faire avancer les connaissances sur des problématiques données et de faire éventuellement un plaidoyer pour l’adoption des recommandations par les décideurs. Les initiateurs l’ont bien compris en indiquant que «les participants doivent accepter que les conclusions consensuelles de même que les recommandations qui en seront issues, s’imposent à tous et, par conséquent, engagent chacun à les appliquer et à les faire appliquer». Toutefois, rien n’a été dit sur les mécanismes de mise en œuvre des conclusions et des recommandations qui ne seront définis qu’au terme des Assises. Pour corriger l’incertitude ainsi créée et prouver sa sincérité dans l’ouverture à la Société civile, le FSS devrait indiquer, hic et nunc, et de manière solennelle, qu’il s’engage à aller uni aux prochaines élections et, en cas de succès, à mettre scrupuleusement en œuvre les décisions des Assises. Ceci permettrait à la Société civile d’avoir bonne conscience en allant aux Assises, en se disant qu’elle pourra au moins influencer, effectivement, le programme de gouvernement futur d’une partie de la classe politique, en y incluant des exigences fortes des citoyens pour une gouvernance de qualité, transparente et soucieuse, uniquement, des intérêts de la Nation.  
Moubarack LO - BP 5730 Dakar-Fann / emergence27@yahoo.fr  
LE QUOTIDIEN: 
RAPPORT D’AMNESTY INTERNATIONAL / DROITS HUMAINS - Marches réprimées, journalistes interpellés, Casamance,… : Amnesty international dénonce les atteintes à la liberté d’expression 
Les responsables de Amnesty international ont dévoilé à la presse hier, les grandes lignes de son rapport 2008. Notre pays est au banc des 150 pays accusés de violations de droits humains. Les points noirs au tableau du Sénégal, ce sont les interdictions et répressions de marches pacifiques, des interpellations de journalistes et des tortures qui ont conduit à la mort de deux personnes, en garde-à-vue dans les commissariat de Kolda et Kaolack.  
«Des militants de partis d’opposition, des défenseurs des droits humains et plusieurs journalistes ont été soumis à des arrestations et à des actes de harcèlement visant à restreindre la liberté d’expression et de critique à l’égard du président (de la République).» La page 358 du rapport 2008 de Amnesty international (Ai), rendu public hier, met à nu des «atteintes à la liberté d’expression» au Sénégal. Comme exemple, le rapport cite la «manifestation pacifique organisée par des partis d’opposition et interdite par les pouvoirs publics (et qui) a été dispersée ; certains responsables politiques (…) frappés et placés en détention pour une courte durée». Le directeur de la Section sénégalaise de Amnesty international déclare que «cela est tout à fait regrettable dans une démocratie comme la démocratie sénégalaise». Seydi Gassama rappelle, au passage, que «le droit à la manifestation pacifique est un droit constitutionnel». Il en déduit alors que «la limitation de ce droit devrait être une exception et non pas une règle comme cela semble être le cas aujourd’hui». Seydi Gassama ne peut, en effet, admettre que la liberté pour les populations de s’exprimer librement dans la rue, «soit laissée à l’appréciation du préfet de Dakar qui peut, sans motivation réelle, porter atteinte à ce droit constitutionnel». Qualifiant de «bidons» les alibis souvent servis par le représentant de l’Etat, le directeur de la Section sénégalaise de Amnesty international estime que «cela est inacceptable», avant d’appeler l’Etat à faire de sorte qu’il n’y ait plus de limitation de la liberté d’expression afin que «lorsque le préfet de Dakar est amené à dire qu’il interdit une marche, que dans l’opinion, de manière générale, les gens comprennent la raison et que ce ne soit pas le Prince qui décide».  
«CHEFS MILITAIRES ET REBELLES RENDRONT COMPTE DE LEURS ACTES»  
La situation en Casamance marquée par des «combats sporadiques» occupe aussi une bonne place dans le rapport 2008 de Amnesty international. A en croire les responsables de l’organisation, il n’y a pas eu d’amélioration, malgré l’accord de paix global signé en 2004, des négociations n’ont pas non plus eu lieu. Toutes choses qui font que «les affrontements entre les différentes factions du Mfdc continuent sur le terrain, mais aussi des combats entre l’Armée et les membres du Mfdc se poursuivent et entraînent des mouvements massifs de populations mais également des meurtres». Ce qui, cependant, irrite le plus Amnesty, c’est la manière de procéder des rebelles, qui usent de «mines posées parfois autour des puits et dans des cours d’écoles». Les chiffres avancés font, d’ailleurs, état de 735 tués ou mutilés par ces engins enfouis sous le sol depuis l’éclatement du conflit.  
Amnesty international relève, par ailleurs, «des crimes de guerre» commis par le mouvement séparatiste casamançais, qu’il accuse de «chasser les populations de leurs villages, d’occuper leurs plantations et de les empêcher d’y retourner». Le dernier épisode des oreilles de 29 personnes sectionnées, qui rappelle des sévices similaires au temps du conflit sierra-léonais, ne plaide d’ailleurs nullement en faveur de «ceux qui commettent ces actes et qui se réclament publiquement du Mfdc». Et, Seydi Gassama de menacer : «Ces éléments constituent des crimes aux yeux du droit international et les gens qui les commettent, les chefs militaires comme les chefs politiques du Mfdc devront rendre compte un jour, quelle que soit l’amnistie qui pourra être accordée. Tout simplement parce qu’aucune amnistie ne peut empêcher la volonté de justice des victimes de se réaliser.»  
LA POLICE INDEXEE  
La Police en a aussi pris pour son grade. «La situation dans les commissariats de police» est ternie par «beaucoup de cas de violations graves des droits humains». La mort en garde-à-vue du jeune Dominique Lopy à Kolda en est l’exemple patent et toujours non élucidé. Les résultats de l’autopsie sont gardés secrets et la famille ne sait toujours pas à quoi s’en tenir.  
A Kaolack, une autre personne est décédée, de manière suspecte, dans les locaux du commissariat. Selon le directeur de la Section sénégalaise de Amnesty international, le gouvernement a intérêt à ce que ces morts soient élucidées pour que le climat d’impunité cesse.  
Le harcèlement contre la presse qui s’est traduit par des interpellations et de détentions de journalistes qui ont informé ou enquêté sur des événements qui concernent des hommes publics, principalement des hommes d’Etat, «soient-ils des cas d’escapade nocturne», est aussi souligné. Sur ce point, le responsable de Amnesty international pense que les mentalités doivent évoluer. Prenant fait et cause pour les journalistes, Seydi Gassama précise que, «quand on est un homme public, la presse doit avoir la liberté de parler de votre santé et des faits concernant votre vie privée, comme cela se fait dans toutes les grandes démocraties du monde».  
Le cas de «Alioune Tine, secrétaire général de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho) (qui) a été détenu pendant une brève période après la découverte d’armes dans les locaux du siège de l’organisation, (puis) remis en liberté sans inculpation», n’est également pas passé inaperçu. Amnesty a la claire conviction que «c’est parce qu’il (l’Etat) voulait créer des tracasseries à cet homme, qui est l’une des voix les plus fortes en matière de défense de droits humains».  
Simon FAYE  
AFP - Réunion du Bureau politique : Un triste bilan sur la situation nationale 
Le Bureau politique de l’Alliance des forces de progrès (Afp) s’est réuni mardi dernier, à la fois pour examiner la situation nationale et pour faire le point sur la vie du parti.  
Sur le plan national, c’est la menace de famine qui inquiète le plus les dirigeants de l’Afp, qui font état des réalités du terrain qui leur ont été rapportées par les paysans : «Péjoration des sols, manque d’eau, de vraies semences, d’engrais et de matériels agricoles.» Réalités selon eux, opposées au «slogan bruyant de la Goana». L’Afp se préoccupe aussi des risques d’inondation qui vont toucher les régions de Dakar et sa banlieue, Kolda, Kaolack, Matam, Nioro, Saint-Louis, Tambacounda et Vélingara avec le retour de l’hivernage. Le traitement et le suivi de ces menaces naturelles sont très largement insuffisants pour les responsables de l’Afp, qui expliquent que «le plan Jaaxay se révèle au grand jour comme une double supercherie avec deux principales victimes : la démocratie et les sinistrés». Les questions liées aux inondations ont, également, conduit au sujet de la santé publique. A ce propos, les problèmes de l’enlèvement des ordures ménagères ont été remis sur le tapis, ainsi que ceux des campagnes de vaccination, qui devraient, pour les membres du Bp de l’Afp, être prises en charge au niveau étatique, et ceux du dénuement des hôpitaux. Les auteurs du communiqué issu de la réunion du Bp se sont, en particulier, attardés sur le cas de l’hôpital Le Dantec. A ce sujet, ils assurent «que des mains criminelles sont en train de tuer à petit feu cette infrastructure, aux fins de spéculations foncières en faveur d’intérêts privés nébuleux».  
«Gabegie», «corruption», «impunité», «fuite en avant» sont les mots utilisés par les responsables de l’Afp pour résumer ce qui se passe au niveau du régime, qu’ils pressent de prendre des mesures d’urgence «au lieu d’emprunter indûment les habits de Don Quichotte pour attaquer des moulins à vent».  
En ce qui concerne la vie interne du parti, le principal thème a été la résolution de commémorer l’Appel du 16 juin 1999, «appel par lequel le secrétaire général, Moustapha Niasse, a enclenché une dynamique qui a porté l’Alliance des forces de progrès à une place centrale, au sein des démocrates et patriotes, pour changer le pays».  
Nelly FUALDES  
Le solaire, une voie économiquement rentable pour le Sénégal 
 
 
Une écrasante majorité de l’énergie aujourd’hui utilisée dans le monde est d’origine fossile. Les énergies renouvelables se présentent cependant comme une alternative incontournable pour des raisons écologiques, mais aussi de plus en plus financières. Parmi celles-ci, l’énergie solaire photovoltaïque (Def) porte les plus grands espoirs. En cela, l’Afrique vit un paradoxe remarquable, car avec un ensoleillement des plus réguliers et des plus intenses au monde, elle fait face à une grande pénurie d’électricité et d’énergie en général. L’offre en énergie ne suit pas la demande, ce qui a pour première conséquence des délestages persistants, ralentissant plusieurs secteurs d’activités et nuisant au confort des populations jusque dans les foyers. La solution de choix à ce problème est souvent le groupe électrogène. Cependant, cette solution est non seulement polluante pour l’environnement, mais revient aussi relativement cher, étant soumise à l’augmentation constante du prix du pétrole.  
Le soleil constitue une source inépuisable d’énergie. La technologie de transformation de l’énergie solaire en énergie électrique est au point et continue de faire ses preuves à travers le monde. Cependant, elle reste encore peu utilisée en Afrique où elle serait tout à fait adéquate et pourrait contribuer de façon très importante au développement économique. Le Sénégal par exemple reçoit plus de 3 000 heures de soleil par an (en moyenne plus de 5 kWh par jour par m2), mais a un taux d’électrification inférieur à 15 % en zone rurale et de moins de 80 % en zone urbaine. Les principales raisons de cette situation résident dans les politiques énergétiques et la solvabilité des populations. Peu de ménages peuvent en effet se permettre un investissement dans un système photovoltaïque, vu le niveau de vie moyen au Sénégal. De plus, les entreprises implantées au Sénégal dans le domaine de l’énergie solaire photovoltaïque proposent en quasi-exclusivité la vente et des services comme l’installation de panneaux solaires. L’assemblage de modules photovoltaïques reste une activité très marginale, voire inexistante, alors qu’il est incontournable pour une baisse considérable des coûts sur le marché africain.  
L’assemblage de panneaux solaires peut se faire par des moyens assez simples pour un produit de grande qualité. Dans l’état actuel de la production industrielle, l’assemblage compte pour environ 30 % du coût dans la fabrication des modules classiques solaires à base de silicium. Il est possible de baisser ce pourcentage de façon considérable et d’éliminer tous les frais liés à l’importation des panneaux solaires prêts à l’emploi en faisant un assemblage local.  
Le besoin de créer une ligne d’assemblage de panneaux solaires photovoltaïques au Sénégal répond par conséquent avant tout à la nécessité de mettre sur le marché des produits à plus faible coût, donc plus accessibles (on peut envisager jusqu’à 40 % de moins) et de qualité au moins égale à ceux qui sont importés à présent. Aujourd’hui, les panneaux solaires commercialisés en Afrique sont pratiquement tous importés d’Europe, d’Amérique ou d’Asie, ce qui inéluctablement se répercute sur les prix de vente. A présent, le Watt-crête de module solaire photovoltaïque est vendu en moyenne à 3 000 F Cfa sur le marché international. Il est possible, sans trop de difficultés, de baisser ce prix en dessous de la barre des 2 000 F Cfa en faisant un assemblage local des panneaux solaires et en utilisant le plus possible de produits déjà disponibles sur le marché local, tels l’aluminium et le verre (ou autre matériau transparent de même qualité), limitant ainsi les importations aux cellules photovoltaïques et au matériel d’encapsulation (pour la protection des cellules) uniquement dans un premier temps, avant d’arriver à une importation zéro.  
Il est tout à fait faisable et rentable de monter des structures d’assemblage des panneaux solaires entièrement manuel par opposition à l’assemblage automatisé utilisé dans les pays industrialisés. Les raisons d’un tel choix sont le coût du matériel dans le cas d’une ligne automatique, son entretien et l’énergie nécessaire à son fonctionnement. Le faible coût de la main-d’œuvre et le niveau de formation requis sont aussi des facteurs encourageants pour le choix du travail d’assemblage manuel en Afrique. Tout de même, il est souhaitable d’avoir des activités de recherche et développement pour mettre au point, entre autres, des outils adaptés afin d’améliorer la productivité avec une vraie maîtrise de la chaîne de fabrication dans les pays pauvres.  
Donc, même si le coût du Watt-crête à la fabrication est plus faible avec une ligne entièrement automatisée dans les pays industrialisés, il est plus judicieux et certainement moins coûteux de commencer avec un assemblage manuel. L’entretien et la réparation du matériel sont des difficultés particulièrement décourageantes pour l’automatisation dans les pays en voie de développement. Il revient donc aux pays africains, au Sénégal en particulier, de mettre en œuvre des politiques énergétiques favorisant de telles initiatives dans le domaine de l’énergie solaire et des énergies renouvelables en général.  
Il est urgent de trouver une solution pour la Senelec, cette entreprise d’Etat qui fournit 2 millions de Mwh par an à ses 600 000 abonnés avec une capacité de production de 387Mw (pour 633Mw installés). La Senelec a fait un chiffre d’affaires de 157 milliards de francs Cfa, dont 130 milliards consacrés juste à des dépenses de combustibles en 2007, il faut aussi payer les salaires de ses 2 300 employés. Il est bien évident qu’il lui reste peu de ressources pour l’entretien du matériel et l’investissement, ce qui conduit au service de faible qualité qui nous connaissons tous. Soulignons que cela n’empêche pas de payer l’électricité de plus en plus cher, 91 F Cfa le kwh au Sénégal, contre en moyenne moins de 90 F Cfa en France. De plus, inévitablement, le prix de l’électricité continuera à monter tant qu’une vraie politique de rupture avec le pétrole ne sera pas adoptée.  
L’énergie solaire est une alternative rentable pour la Senelec. En effet, même si la société nationale devait garder le monopole de la distribution d’électricité dans les zones urbaines, il est possible de connecter des panneaux solaires à son réseau. C’est une technologie maîtrisée qui est utilisée aux Usa, en France et dans beaucoup d’autres pays. Grâce à un onduleur (transforme la tension continue en tension alternative) adapté, l’électricité produite par le panneau solaire peut être directement injectée dans le réseau. Il faut donc voir ces installations de modules photovoltaïques propriétés de la Senelec (ou de particuliers) dans le sens de renforcer le réseau. Par exemple 100 Mw de modules solaires produiraient près de 300 000 Mwh par an, soit un sixième de la fourniture annuelle actuelle et demanderaient moins de 100 000 toits de maisons ou d’immeubles (en comptant 100 W par m2) pour un investissement inférieur à 250 milliards de francs Cfa si les modules sont assemblés au Sénégal. Certes, 250 milliards de francs Cfa, à étaler sur une durée adéquate, représentent une somme colossale, mais ce sera bien moins que les dépenses en carburant d’ici la fin 2011. De plus, le système solaire photovoltaïque demande peu d’entretien et certainement pas un autre carburant que le soleil pour fonctionner. La Senelec a dépensé 129 milliards de francs Cfa de combustibles en 2007, combien payera-t-elle quand le baril de pétrole sera à 200 dollars ?  
Il est temps de faire quelque chose. Le solaire à grande échelle est une solution économiquement profitable pour les pays non producteurs de pétrole. L’autonomie en énergie doit être un véritable objectif dans le long terme avec des actions concrètes dès à présent. Le solaire permettra de stabiliser le prix de l’électricité qui est un besoin de première nécessité.  
Dr Boucar DIOUF dioufboucar@hotmail.com  
Sud quotidien : 
ASSISES NATIONALES POUR “SORTIR LE SÉNÉGAL DE L’IMPASSE” 
Le mal a touché tous les secteurs  
Par Bacary Domingo MANE | SUD QUOTIDIEN | jeudi 29 mai 2008  
 
“Tout le monde sait que le Sénégal traverse une période difficile de son histoire. Dans la plupart des domaines de la vie nationale, les fruits de l’alternance démocratique n’ont pas tenu les promesses des fleurs du 19 mars 2000. Aux contentieux politiques d’ordre institutionnel ou électoral viennent s’ajouter les difficultés croissantes de la vie quotidienne, dominées par une misère et un chômage endémiques, une inflation galopante et des pénuries de toutes sortes”. Ces mots sont contenus dans le document introductif (termes de références) des Assises nationales. Il fait l’état des lieux en insistant sur les préoccupations de chaque secteur. Le constat des organisateurs de ces rencontres est que “le pays se trouve dans une impasse et notre choix est de lui éviter des convulsions douloureuses ; de tenter de l’en sortir par le dialogue, qui est plus conforme à nos traditions, à notre culture, à notre civilisation”. Ils soulignent que ce sont des Assises nationales et non celles du Front Siggil Senegaal. 
“Ces Assises ne sont pas pas celles du Front Siggil Sénegaal. Ce sont des Assises nationales où doivent se retrouver tous les segments de la société. Elles ne sont pas non plus conçues comme une conférence nationale souveraine déguisée. Il s’agit encore moins d’une entreprise de subversion, ni d’un complot”. Les organisateurs de ces rencontres tenaient à faire cette précision pour éviter toute confusion possible. Dans les termes de réfence dont Sud a reçu copie, il est clairement indiqué que “l’objectif généralde ces Assises nationales est de trouver une solution consensuelle globale, efficace et durable à la grave crise multidimensionnelle (éthique, politique, économique, sociale et culturelle) qui sévit dans le pays”. Et cela, de manière à “dresser l’état de la crise nationale, proposer des réponses appropriées aux urgences et priorités (politiques, économiques, sociales, culturelles et sportives) du présent et du proche avenir”. Mais aussi de “bâtir un consensus dynamique sur les principes essentiels fondant une bonne gouvernance politique et un Etat de droit, une gouvernance économique de qualité, transparente et soucieuse des intérêts nationaux, une gouvernance sociale, culturelle et sportive basée sur des valeurs de progrès (travail, professionnalisme, culte de la performance, justice sociale, éthique, équité, solidarité)”. La conception des mécanismes d’un dialogue périodique et pérenne au niveau politique, économique, social, culturel et sportif entre, d’une part, le pouvoir et l’opposition et, d’autre part, le pouvoir et les partenaires sociaux, afin de créer les conditions du développement du pays dans la paix civile, la démocratie, la stabilité et la sécurité, fait partie des objectifs. 
Tous, ensemble, nous devons, de l’avis des artisans de ces Assises, nous poser la question de savoir : où va le Sénégal ? “Notre opinion est que le pays se trouve dans une impasse et notre choix est de lui éviter des convulsions douloureuses ; de tenter de l’en sortir par le dialogue, qui est plus conforme à nos traditions, à notre culture, à notre civilisation. Or, aujourd’hui, au Sénégal, le dialogue social avec le pouvoir est rompu ou de piètre qualité et le dialogue politique inexistant”, soulignent-ils. 
L’état des lieux 
En effet, après l’entretien avec les acteurs des différents secteurs de la vie nationale qui a duré plusieurs mois, il ressort ce qui suit : 
Pour ce qui est des Opérateurs économiques nationaux, on retient que certains d’entre eux “crient leur marginalisation et réclament toute leur place dans notre tissu économique, dans l’attribution des marchés publics, dans le capital des entreprises stratégiques. Mais, le pouvoir fait la sourde oreille !”. D’autres, par contre, “réclament la tenue d’un Forum Economique qui serait un moment d’échanges et de propositions pertinentes pour mieux aider notre pays à sortir de l’ornière. Seul le silence leur répond”. 
Quant aux acteurs du monde rural, ils souhaitent, depuis quatre ans, la tenue des Etats Généraux du monde rural (agriculture, pêche, élevage, foresterie) et, à ce jour, ils se demandent encore comment se faire comprendre, renseigne les termes de références des Assises. La dégradation accélérée de l’environnement et la gestion prédatrice des ressources naturelles préoccupent au premier chef les écologistes, qui se heurtent à un mur d’indifférence, font remarquer les organisateurs de ces rencontres. 
Des organisations de la société civile, de travailleurs et du patronat ont aussi été approchées. Elles “réclament une amélioration significative de la gouvernance du pays, la transparence dans la gestion des affaires publiques. Il leur a fallu des années pour se faire entendre partiellement, grâce à l’appui des bailleurs de fonds intéressés, et obtenir un nouveau code des marchés. Cependant, aujourd’hui encore, certains parmi eux en sont à déplorer « le retard à la mise en place des structures d’accompagnement de l’entrée en vigueur de ce code », lit-on. 
Les associations de travailleurs ne sont pas en reste, elles réclament, selon les organisateurs de ces rencontres, l’organisation des assises de l’action sociale, “pour définir une démarche appropriée face aux phénomènes sociaux qui déchirent ou transforment négativement notre tissu social ; ils ne reçoivent en retour que leur propre écho”. 
Des syndicats du secteur énergétique trouvent, selon eux, qu’il est impératif de tenir des concertations avec tous les acteurs concernés, “pour avoir de nouvelles orientations stratégiques dans leur domaine, où les difficultés sont évidentes, récurrentes ; mais ils ne reçoivent aucun signal favorable. L’énergie est de plus en plus inaccessible aux ménages et aux entreprises de toutes dimensions, le pouvoir se contentant, en la matière, d’improvisations dont tout le monde souffre”, font-ils remarquer. 
Il ressort de ces rencontres que des organisations syndicales “demandent à être écoutées, parce qu’elles ont des idées pour la défense et la viabilité du service public dans le domaine de l’énergie, de l’eau de l’assainissement, de la communication, de la justice, de la poste, de la santé et de l’éducation. En vain”. 
Concernant les centrales syndicales, toutes sensibilités confondues, elles sont confrontées, disent-ils, à “l’inflation galopante et à la dégradation des conditions de vie des travailleurs, des associations de consommateurs, les citoyens de manière générale n’arrivent pas à trouver le moment, le lieu, l’interlocuteur et les modalités appropriés pour expliquer leurs propositions de défense ou d’amélioration du pouvoir d’achat des Sénégalais et les mesures susceptibles de mettre un terme aux pratiques néfastes de corruption et de spéculation, visant notamment les modalités d’application de la loi sur « la concurrence et les pratiques déloyales ». Les organisation d’enseignants ne sont pas contentes. “L’Etat prétend injecter 40% du budget national dans le secteur de l’éducation, ce que des organisations d’enseignants contestent. Tout le monde, il faut le dire, s’interroge sur la véracité de cette assertion et, pire, personne ne constate les bons résultats que le pays est en droit d’attendre d’une telle dépense budgétaire. Périodiquement, l’année scolaire est sauvée in extremis”, soutiennent-ils 
Des retraités demandent sans succès, soulignent les initiateurs des Assises, des journées d’étude sur leur situation et sur celle de leur institution, tandis que d’autres corporations attendent toujours la formalisation de leurs statuts (gardiens, gens de maison, etc.). “Quant aux mutilés de guerre, en dépit de leurs multiples sacrifices consentis à la nation, leurs revendications demeurent insatisfaites”, déclarent-ils. 
Concernant le dossier Casamançais, le constat est que, selon eux, “la démarche choisie aujourd’hui par le Chef de l’Etat est une vraie nébuleuse qui écarte certaines composantes de la nation, pourtant en mesure d’apporter d’utiles contributions, dans la transparence et le désintéressement, à la résolution définitive de cette tragédie”. Et d’ajouter : “Mais, il se dégage l’impression fâcheuse que cette paix n’est pas une priorité et que c’est le pourrissement de la situation qui est recherché, pour on ne sait quelle obscure raison” 
Des voix s’élèvent pour défendre la laïcité, pour exiger que l’Etat soit équitable dans ses relations avec les religions ou avec les confréries. Apparemment, leur discours est mal reçu par le pouvoir, qui ne leur accorde ni attention, ni considération. 
L’autre constat est que les médias publics “sont plus que jamais monopolisés par le pouvoir d’Etat et, de ce fait, handicapés pour jouer leur rôle dans le traitement objectif des informations et dans la confrontation d’idées. Ce qui les prive donc d’une participation pleine et entière à la démocratisation de notre société, corollaire du dialogue politique, social et culturel, qui doit être permanent”. 
Aussi, “Des journalistes du secteur privése voient agressés dans l’exercice de leur métier et conduits manu militari au tribunal, pour délit d’opinion, ou plutôt crime de lèse- majesté !” 
Quant aux intellectuels et écrivains,”qui éveillent et alertent l’opinion sur certaines tares du pouvoir, sont victimes de la censure, menacés de mort ou traînés devant les tribunaux” 
Au niveau politique, ils parlent impasse. “Des partis politiques qui ont contesté la régularité de l’élection présidentielle sont considérés comme des parias par le pouvoir et ne mériteraient pas d’être ses interlocuteurs, puisqu’ils refusent d’être une opposition domestiquée. Et pourtant, Me WADE sait bien que, malgré la contestation d’élections frauduleuses et la proclamation officielle des résultats par le juge des élections, le contentieux politique peut persister et le Sénégal d’avant l’Alternance a souvent eu l’intelligence de lui trouver un traitement approprié”. Ces Assises sont conçues, selon ses initiateurs, sur la base d’une démarche participative qui a associé différentes composantes de la nation qui, au cours de rencontres, ont échangé sur les problèmes du pays et sur l’urgente nécessité de leur trouver des solutions. 
A la date d’hier, il y a 80 organisations membres qui vont prendre part aux Assises. 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 30.05.2008
- Déjà 5296 visites sur ce site!