ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

de grâce, éduquons par la FOI

De grâce, éduquons par la foi ! 
 
 
La rentrée des classes 2009/2010 m’offre, de nouveau, l’heureuse occasion de sacrifier, comme d’habitude, à un rituel pédagogique qui me condamne, chaque année, à jeter mon tout petit grain de sel dans la grande marmite éducative, bouillonnante d’accusations, de tensions, de revendications, de frayeurs, d’interrogations, d’empoignades, de douteuses conciliations et d’ententes fragiles... 
 
Coincée entre le mois béni du ramadan et la fête de la Tabaski, deux grands événements religieux certes très importants, mais fort onéreux, elle me procure aussi le plaisir exquis d’aborder à dessein un sujet qui se veut de circonstance : L’EDUCATION RELIGIEUSE. 
 
En effet, nous vivons une époque terriblement stressante, faite de crises récurrentes, de reniements, de parricides, de vols, d’infanticides, de viols et de meurtres, où les contre-valeurs risquent, si l’on n’y prend garde, de porter un coup fatal à notre société. 
 
Sans se voiler la face, il faut avoir le courage et l’honnêteté de reconnaître que, de nos jours, les enfants sont de plus en plus difficiles à éduquer. Ils subissent, en effet, l’influence néfaste de milieux excentriques et dissolus dans lesquels on ne respecte aucune morale. 
 
Par ailleurs, l’environnement économique difficile que nous connaissons n’étant pas pour faciliter les choses, drogue, tabac, sexe, Sida et obsession de l’emploi au niveau des jeunes constituant des causes de dépressions névrotiques et psychologiques qui font de l’enfant des temps modernes un être en proie à une angoisse permanente. 
 
Et, malheureusement, le matérialisme et la recherche du gain facile ne cessent de miner dangereusement nos sociétés. 
 
Il est tout aussi regrettable de constater que si l’homme s’est libéré par le progrès, il se détruit aussi par ses inventions macabres. A preuve, l’évolution rapide des connaissances continue de créer une inadaptation constante du savoir et les progrès techniques dans tous les domaines de l’activité humaine ne cessent d’entraîner, eux aussi, de nouveaux comportements. Il n’est que d’en juger par l’irruption intempestive des médiats dans nos foyers qui est en train de provoquer des bouleversements tels qu’il n’est plus possible aujourd’hui de l’occulter, encore moins d’en sous-estimer l’impact. Pourtant, à l’heure de la mondialisation, sous peine de suicide culturel, aucun peuple au monde n’oserait se barricader et refuser le progrès. Toutefois, l’urgence s’impose d’éduquer nos enfants à leur bonne lecture, leur compréhension et leur analyse critique, car il est vital de maîtriser la technique, si l’on ne veut pas qu’elle nous gouverne et nous soumette. 
 
Chez nous, il faut avouer que les bouleversements des structures sociales traditionnelles dus à l’exode rural, à l’urbanisation et aux transformations accélérées de notre société, les occupations professionnelles des parents, l’étroitesse de l’habitat, l’éloignement des lieux de résidence, les difficultés de transport ont limité et même annihilé l’environnement éducatif de la jeunesse. A côté de cela, l’école, avec la poussée démographique et les grèves répétitives des enseignants fondées sur un dialogue de sourds avec les gouvernants, se dégrade de jour en jour, et tend de plus en plus à enseigner qu’à éduquer. Donc il y a un grand malaise, il se pose effectivement un problème réel d’éducation. Et nous savons tous que les problèmes d’éducation se situent à l’échelle mondiale, car il n’existe pas de pays à l’époque actuelle qui ne se les posent. 
 
Cependant, chez nous tous ces facteurs démontrent combien il est nécessaire de promouvoir un cadre de vie adéquat où notre jeunesse pourra exprimer ses capacités créatrices, affirmer sa personnalité et satisfaire ses désirs naturels d’ordre physique, intellectuel, moral et spirituel. 
 
Devant la multiplicité des innombrables problèmes suscités par le nouveau mode de vie, totalement différent et aux antipodes de nos valeurs, parents, éducateurs et décideurs doivent se remettre en question et se donner la main, dans la mesure où la tâche d’éducation et d’encadrement exige un éternel apprentissage, un engagement toujours renouvelé. 
 
Pourtant, il n’est pas difficile de comprendre que tout être vivant a impérativement besoin d’une alimentation saine et équilibrée, mais aussi et surtout d’une bonne éducation. Cela est d’autant plus vrai que même chez les animaux, les parents éduquent leurs petits. C’est ainsi qu’un mois après sa naissance, le petit oiseau reçoit de ses parents sa première leçon de vol. Ensuite, les mois suivants, ils lui apprendront non seulement à mieux gagner sa vie, mais aussi à se protéger et à se défendre. Plus tard, quittant le giron familial, il devra aller chasser tout seul pour se nourrir et s’aguerrir davantage. 
 
Chez les mammifères, la période d’éducation peut durer plusieurs années. Pourtant la protection de l’embryon, les soins aux jeunes ne se rencontrent pas seulement chez les oiseaux et les mammifères. Les jeunes crocodiles, prêts à éclore, appellent leur mère restée en surveillance pendant l’incubation. Dès qu’elle déterre les œufs, elle prend les petits dans sa bouche puis les porte dans l’eau. Et pendant les huit (8) semaines qui vont suivre, leur protection est assurée par les adultes qui accourent au moindre appel de détresse. Si des êtres inférieurs, dont la force principale est leur instinct, se trouvent capables d’une telle organisation et d’une si digne attitude parentale, pourquoi l’homme censé être plus réfléchi, plus équilibré, plus parfait ne peut-il pas donner à sa progéniture une éducation digne d’admiration et d’éloges ? 
 
Il faut savoir que nous sommes à une période d’accélération de l’histoire. Toute erreur et tout retard dans ce domaine peuvent être préjudiciables à la société. Et étant donné que de toutes les erreurs, les erreurs d’éducation sont les plus graves et les plus dangereuses, il faut agir très vite et s’occuper de l’enfant dès sa prime jeunesse. En effet, de nombreuses expériences ont montré l’influence positive d’une bonne formation préscolaire sur les futures performances de l’enfant, sur son éveil, sur sa personnalité, sur sa maturation. Aussi ne pouvons-nous que magnifier l’idée géniale et généreuse du président de la République de créer la Case des tout-petits, et sa volonté farouche d’introduire les nouvelles technologies de l’information et de la communication (Ntic) dans toutes les écoles du Sénégal pour lutter contre la fracture numérique. Mais, pour permettre à la Petite enfance de s’approprier davantage ce bel espace d’éducation et de formation et de s’identifier à lui, il serait plus opportun de traduire le concept dans la langue du terroir d’implantation. 
 
Exemple : en milieu ouolof écrire : « Neegu-Tut-Tank » ou Case des Tout-petits 
 
En milieu pulaar écrire : « Suudu-Cukayel » ou Case des Tout-petits. 
 
Graine de l’humanité, l’enfant vient au monde avec toutes sortes de possibilités héréditaires et ataviques. On peut, suivant la direction qu’on lui donne, l’exemple qu’on lui offre, les soins dont on l’entoure, en faire un sage ou un tyran. L’équilibre qui doit s’établir entre ses pensées, ses sentiments et ses actes doit lui permettre d’aborder les problèmes de la vie avec courage et sérénité. Etant au centre des préoccupations de toute société, il doit bénéficier d’une éducation exempte de reproches et d’un encadrement sans failles. Pour ce faire, tous les moyens culturels, scientifiques, économiques et spirituels d’une nation doivent être dégagés pour permettre d’atteindre cet objectif. A cet égard, nous ne pouvons que saluer l’heureuse décision du chef de l’Etat qui consacre 40 �u budget national à l’Education, pour avoir très tôt compris que cette dernière est réellement un facteur de développement, malgré des avis contraires. 
 
Mais, en nous acquittant de cette œuvre exaltante, éduquons davantage les filles que les garçons car, en tant que futures mères, elles seront les prochaines éducatrices de la prochaine génération. L’ignorance étant le plus grand frein au développement d’une nation, donnons-leur en même temps la chance d’être mieux formées, car la femme instruite représente le moyen le plus efficace pour propager les connaissances et la bonne parole au sein de la société. Un éducateur célèbre l’a très bien compris en affirmant : « En éduquant un garçon, on forme un homme, en éduquant une fille on forme une nation ». Et le président Wade ne s’y est pas du tout mépris qui disait avec pertinence : « l’investissement chez l’homme se propage de manière arithmétique, alors que chez la femme il se propage de manière géométrique ». 
 
La mission d’éducation est une tâche d’autant plus ardue et complexe qu’elle doit être assumée par les parents tout d’abord et les enseignants ensuite. 
 
Aussi doit-elle se faire dans le cadre strict des deux cellules de base que constituent la famille et l’école. En effet, l’Education tend, en général, à obtenir que l’enfant s’adapte au milieu dans lequel on le fait vivre. Et l’on ne dira jamais assez que le milieu le plus favorable au développement physique, intellectuel, spirituel et moral de l’enfant est sa famille. Cependant, la notion de famille doit nécessairement impliquer la notion de subordination des enfants aux parents. Malheureusement, la disparition de la simple courtoisie, les critiques violentes adressées aux aînés ne sont pas seulement le résultat d’une mauvaise éducation, mais surtout un grave symptôme de dérèglement social et de désordre moral. 
 
Mais, sans renoncer à leurs prérogatives qu’ils tiennent du Seigneur, les parents doivent comprendre qu’ils ont la responsabilité première d’éduquer leurs enfants en vue de leurs devoirs futurs. Ils doivent aussi savoir que ce ne sont pas les conseils, les exhortations, les supplications, les menaces qui sont efficaces, mais l’exemple. Le bon exemple, l’exemple sincère d’une vie conforme à la morale. Cela est d’autant plus vrai que les exemples qu’ils leur donnent sont plus puissants que les préceptes cent fois répétés à l’école. 
 
La rentrée des classes 2009/2010 m’offre, de nouveau, l’heureuse occasion de sacrifier, comme d’habitude, à un rituel pédagogique qui me condamne, chaque année, à jeter mon tout petit grain de sel dans la grande marmite éducative, bouillonnante d’accusations, de tensions, de revendications, de frayeurs, d’interrogations, d’empoignades, de douteuses conciliations et d’ententes fragiles... 
 
Coincée entre le mois béni du ramadan et la fête de la Tabaski, deux grands événements religieux certes très importants, mais fort onéreux, elle me procure aussi le plaisir exquis d’aborder à dessein un sujet qui se veut de circonstance : L’EDUCATION RELIGIEUSE. 
 
Il est indispensable que parents et éducateurs parlent le même langage et fassent front ensemble contre les nombreux périls qui guettent nos enfants. Par ailleurs, il est indéniable que l’émancipation culturelle à une grande part de responsabilité dans les déviations actuelles. Elle a marqué une rupture profonde entre des parents enracinés et des enfants fascinés par les vertus du savoir. Pour rectifier le tir, l’école, vecteur de cette émancipation, doit être recentrée sur nos valeurs culturelles propres, d’où la nécessité de l’introduction des langues nationales comme véhicules d’enseignement. Cela est d’autant plus vrai que, selon l’expression humoristique d’un grand pédagogue : « nul ne peut savourer avec la langue d’autrui ». 
 
Dans toute société, le devenir de l’homme doit occuper une place centrale. Nous avons donc tout intérêt à repenser le contenu de notre enseignement, car la dignité d’un peuple ne se trouve enracinée que dans le substrat unique de son identité culturelle. 
 
Pour cette raison fondamentale, il est heureux de constater que les écoles modernes partent de l’idée très pertinente qu’elles sont faites pour l’enfant, qu’elles sont le prolongement naturel de la famille, donc un lieu où l’on doit tenir compte de la nature du rôle social et moral qu’il devra jouer plus tard. Cela dépend beaucoup de l’Ecole elle-même, mais plus encore de l’attitude des parents. C’est pourquoi on peut affirmer sans risque de se tromper que le problème global de l’Education se trouvera résolu si chaque partie remplit correctement ses devoirs et si l’on comprend de part et d’autre la nécessité de procéder à un ajustement des responsabilités. Dès lors, il faut penser à dresser des passerelles afin de permettre à ces deux entités de tisser de solides relations, d’avoir de fréquentes rencontres, de conjuguer leurs efforts, bref de garder en permanence le contact. 
 
Dans cette croisade, les pouvoirs publics ne sauraient être en reste. En effet, dans des pays comme le nôtre en voie de développement, si l’on veut lui faire jouer son véritable rôle, on doit en faire un instrument de développement endogène, assumé par l’ensemble de la communauté nationale et visant à satisfaire les aspirations de ses membres. Cela est d’autant plus vrai que les problèmes relatifs à l’Education renvoient le plus souvent à des options fondamentales, touchant aux valeurs les plus profondes de l’individu, de la société. C’est pourquoi, tout en s’adaptant à l’évolution rapide de la science et de la technologie, elle doit préparer à former des hommes capables de forger leur avenir et de s’insérer dans leur société. Pour tout dire de s’enraciner avant de s’ouvrir. 
 
Au regard de tout cela, il s’agira donc de transformer les structures éducatives à partir de l’analyse des problèmes qui secouent notre société, car la mission d’éducation implique avant tout, par ces temps difficiles, la protection de notre jeunesse, loin des déviations et tentations de toutes sortes. 
 
Placé au cœur de tout projet de société, l’homme doit savoir qu’il a été, dès le départ, le préféré du Créateur. Bénéficiant d’une discrimination positive, il doit une reconnaissance infinie au Tout-Puissant. L’ayant créé par une vie éternelle, Dieu l’a dès le départ distingué de toutes les autres créatures. Les cieux immenses, la vaste terre, les gigantesques montagnes et les océans illimités sont certes plus solides et plus durables que lui. Mais, quand la foi leur fut proposée, ils déclinèrent humblement l’offre, arguant qu’ils ne pensent pas, ne raisonnent pas, ne prennent pas d’eux-mêmes une décision. Ils ne font, disent-ils, qu’accomplir inconsciemment automatiquement la sainte volonté de Dieu. Comme eux aussi, les animaux disent suivre uniquement leur instinct. 
 
Dépositaire d’une loi morale naturelle qu’il peut librement violer ou respecter, seul l’homme, doué d’intelligence, a la notion du bien et du mal, du vrai et du faux. Seul, il jouit aussi d’une faculté que ne possèdent pas les autres créatures, la raison. Bénéficiant d’une liberté totale, il dispose d’une volonté qui dépend de lui, le rend maître de son action et engage sa responsabilité. Son âme lui étant confiée, il peut l’élever ou l’avilir à son gré. 
 
Pour toutes ces raisons, il sera jugé sur ses actions, bonnes ou mauvaises, et sera châtié ou récompensé selon son mérite. Mais, pour nous aider à suivre le bon chemin, le Maître des mondes visible et invisible, dans sa bonté infinie, nous a envoyé les Prophètes et nous a révélé les Saints Livres pour nous éclairer sur le bien et sur le mal. 
 
Pourtant, dans la recherche d’échappatoires, d’aucuns sont allés jusqu’à penser qu’à cause du péché originel, la concupiscence domine tellement l’homme qu’il ne se laisse diriger que par elle, dans sa conduite de tous les jours. De tout temps, cette opinion convenait à la plupart, parce qu’elle les rendait irresponsables de leurs actes en leur donnant l’excuse la plus plausible : « celle de n’être pas libres de faire ce qu’ils veulent ». Evidemment, invoquant la fatalité, il est plus simple et plus consolant de s’en prendre à la vie, au sort, au destin, que de s’en prendre à soi-même. C’est si facile de dire que nos actes dépendent d’une force surnaturelle qui les fixe irrévocablement à l’avance. Méfions-nous-en ! C’est l’œuvre de Satan. Le libre-arbitre ne saurait être un vain mot. En toute chose, notre responsabilité est engagée. Nos actes sont contingents, notre conscience le sent et notre esprit le conçoit. Nos regrets après les échecs et nos remords après les péchés le prouvent. En effet, l’homme est doué de facultés, une raison et une volonté, qui le rendent responsable de tous ses actes. C’est pourquoi le poète a raison de dire : « Plus vous trouverez de raison et de foi dans un homme, plus vous trouverez en lui de probité ». 
 
Si nos actes dépendaient seulement de Dieu, le mal n’aurait jamais existé ! Dans sa Bonté infinie, le Tout-puissant considérera la faiblesse humaine et pardonnera les péchés des mortels s’ils se repentent très sincèrement et réparent leurs fautes avant leur mort. 
 
Dépêchons-nous donc de battre notre coulpe et de revenir sur le droit chemin. 
 
De toute évidence, une société sans normes et sans repères est une société en perdition. Et dans ce monde douloureusement confronté à l’angoisse existentielle et face aux multiples dérives qui menacent notre société, seule une éducation efficace parce qu’efficiente devient de plus en plus essentielle dans la sauvegarde et l’accomplissement de la personne humaine. 
 
Retournons à Dieu sans plus tarder et élevons notre progéniture dans la crainte du Miséricordieux, car une éducation qui ne s’appuie pas sur la religion et la morale est purement et simplement vouée à l’échec. Faisons donc place à l’Islam, religion d’éducation par excellence. 
 
En effet, c’est parce que l’éducation est un tout indivisible que nous sommes fermement convaincus qu’on ne peut éduquer sans raffermir la foi. 
 
Sans la foi en effet, les déceptions et les malheurs seraient insupportables en ce bas monde. Elle nous fait accepter, avec courage et dignité, revers et infortunes que nous sommes appelés à rencontrer inexorablement sur notre chemin rocailleux. 
 
Comme on le voit si bien, l’éducation religieuse n’a pas uniquement pour but de faire savoir, mais aussi et surtout de faire croire et de faire vouloir. Elle n’est pas seulement une science, mais aussi un art, l’art d’incliner la volonté libre vers la tolérance, l’acceptation de l’autre, pour tout dire vers le bien. Elle doit aussi contribuer à développer le sens des responsabilités individuelle et sociale, de la solidarité avec les groupes les moins favorisés et inciter au respect du principe d’égalité dans le comportement quotidien. 
 
De ce point de vue, nous savons qu’aucune doctrine n’a apprécié la volonté de l’homme et n’a engagé sa responsabilité autant que l’Islam. Loin de lui enlever sa liberté morale, l’Islam la lui attribue dans toutes les circonstances, en faisant table rase de toutes les objections, de toues les idées reçues d’une génération à une autre, pour excuser sa faute, sa négligence, son dévoiement, son dérèglement, sa mauvaise conduite. 
 
N’est-il pas d’ailleurs si bien dit dans le Coran : « Celui qui fait un bien du poids d’un atome le verra ; et celui qui fait un mal du poids d’un atome le verra » ? 
 
Puisqu’il a une raison donc, l’homme ne peut, selon l’Islam, nullement rejeter la responsabilité de ses fautes sur ses semblables, sur le milieu, sur la société, sur les circonstances ou sur la force des motifs : « l’homme a bien une raison qui le gouverne, malgré toutes les excuses qu’il prétend avoir ! » (Coran sourate de la résurrection : 15). Donc il ne doit pas imiter les mauvais exemples ou se laisser entraîner par les mauvais compagnons. Il doit réfléchir et se laisser diriger par sa raison « O Croyants ! Le soin de vos âmes vous regarde. L’erreur des autres ne vous nuira pas, si vous choisissez le bon chemin » (Coran V.104) comme on le voit si bien, aucune excuse n’est capable de le disculper, d’imputer sa faute à autrui. 
 
Il nous faut donc faire une grande place à l’Islam dans le secteur de l’éducation, car c’est ainsi qu’il forme le caractère de ses adeptes afin d’en faire des surhommes, armés d’une volonté forte et inaltérable, qui va droit au but, qui choisit le bien et ne laisse pas vaincre par les difficultés et obstacles de la vie. Et ce qui fait surtout la valeur et la beauté de l’Education islamique, c’est qu’elle ne s’adresse pas seulement aux enfants, mais aussi aux parents. En somme, à tout être humain, tout au long de son existence, le faisant monter sans cesse vers les sommets de la vie morale faite d’amour du prochain, de piété, de désintéressement, d’oubli de soi, d’humilité et d’esprit de solidarité. N’a-t-on pas dit que l’Education islamique va du berceau à la tombe ! 
 
Délaissant la rigidité souvent impitoyable d’une éducation traditionnelle pure et dure, synonyme de dressage et évitant les positions extrêmes de l’éducation occidentale dite moderne pour laquelle liberté ne signifie plus que licence, l’Education islamique, faite d’équilibre et de mesure, est inspirée par les principes immuables du Saint Coran qui assurent à la fois l’épanouissement de l’enfant et la dignité de l’éducateur. 
 
Nous trouvant ainsi à la croisée des chemins, il nous faut éduquer convenablement le musulman pour lui permettre d’avoir une vie heureuse, parce que faite de religiosité et pétrie dans la crainte de Dieu, les yeux toujours fixés sur ses responsabilités et ses devoirs présents et futurs et sur la promesse divine réservée aux gens de bien, d’un avenir de félicité dans un monde restauré, pour une vie éternelle. 
 
Puisse Dieu l’Omniprésent faire que l’enfant trouve sur son chemin de grandes personnes qui l’aiment, le comprennent et qui sachent satisfaire sa soif de voir, de savoir, de comprendre et de croire. 
 
Pour tout dire, il s’agira enfin de réconcilier l’homme avec son Créateur, après l’avoir réconcilié avec lui-même. La croyance en Dieu, l’obéissance à ses directives, la détermination de faire passer sa volonté avant la nôtre, sa gloire avant notre avantage, la ferme décision de songer au bonheur des autres avant de s’occuper du sien propre sont de puissants facteurs d’utilité et de bonheur. 
 
Il importe donc pour nous tous de calquer nos actions de tous les jours sur ces vertus cardinales qui élèvent l’homme et le rendent meilleur. 
 
Qu’Allah, l’Omnipotent aide notre cher pays et le protège. 
 
Par Boubacar Nguira THIOUNE 
 
Secrétaire Général de l’Union pour le Développement et la Paix « Jamm Ak Xeewel » 
 
Bouba2800@yahoo.fr

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 16.01.2010
- Déjà 5431 visites sur ce site!