ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

volonté de partir et désir d

Abdoulaye Wade : volonté de partir et désir de rester 
 
Soumis aux pressions contradictoires de demandes politiques hétérogènes, Abdoulaye Wade ne dispose plus de repères qui lui permettent de s’orienter. Force est de reconnaitre que, pour une personne du quatrième âge, l’exercice est difficile. Entre la volonté de partir pour préserver la paix au Sénégal et le désir de rester dans une tentative de se faire succéder par son fils et assurer la sécurité de sa bande de prédateurs, le choix est cornélien. 
Autrefois siège d’une institution, le Palais de la République est devenu aujourd’hui un laboratoire d’idées politiques où des apprentis sorciers en communication et en politique politicienne redoublent d’efforts pour imaginer toutes stratégies possibles afin de garantir à Abdoulaye Wade un troisième mandat, conscients qu’ils sont que le Conseil constitutionnel, dans ses dispositions actuelles, n’est pas prêt à valider sa candidature. 
Qu’on puisse nous servir successivement en 48 heures un séminaire de juristes prétendus pour justifier cette candidature et un sondage BVA qui lui accorde 53 % des intentions de vote, non seulement traduit le péril qu’il y a en la demeure, mais relève aussi et simplement d’une autre de ces stratégies à dimensions multiples pour préparer psychologiquement les Sénégalais à un coup de force électoral ; ceci cinq mois seulement après un historique sursaut du peuple Sénégalais le 23 Juin 2011, pour venir à bout du projet de reforme constitutionnelle instituant l’élection d’un président et d’un vice-président. 
L’initiative de ce séminaire répondait à un souci exclusif : influencer le Conseil constitutionnel qui, ils le savent bien, mesure la portée historique d’une décision qu’il devra prendre et dans quelques semaines tranchera de manière objective en dehors de tout intérêt partisan et au profit du Sénégal. Et ce n’est pas la corbeille de minces arguments développés par ce panel qui y changera quelque chose. 
Quiconque observe aujourd’hui de manière attentive le paysage politique sénégalais se rendra compte qu’à l’évidence, le sondage BVA commandité par Abdoulaye Wade et ses acolytes ne reflète en aucune manière la réalité de ce paysage et le sentiment de la majorité des Sénégalais, sur un troisième mandat du président sortant. 
La publication de ce sondage, né d’un pur calcul politique et payé à coups de milliards, répond à un simple souci : préparer d'ores et déjà les Sénégalais à l’idée d’une victoire de Wade au premier tour après que le Conseil constitutionnel, mis aux ordres, validerait sa candidature et qu’une répression féroce s’abatte sur toutes les manifestations ou protestations. Les menaces d’Ousmane Ngom, à cet égard, sont assez révélatrices. 
Faire du Parti socialiste la deuxième formation politique après le Pds constitue une autre dimension de la stratégie de Wade. Elle consiste d’abord à diviser davantage Bennoo Siggil Senegaal au profit du Ps afin de favoriser une candidature plurielle dans cette entité, ouvrant ainsi la porte à une manipulation des élections pour proclamer Wade vainqueur au premier tour. Le dernier élément de ce plan sera d’inviter le Parti socialiste à un partage éphémère du pouvoir pour rétablir le calme en cas de troubles. Le reste, on le devine facilement. 
Des intentions de vote des Sénégalais, si une élection présidentielle transparente devait se tenir aujourd’hui avec Abdoulaye Wade comme candidat légitime, nous pouvons affirmer avec certitude qu’il recueillerait au mieux 26 % des voix au premier tour. Pas un pourcentage de plus. Cela, ses gourous du Palais le savent. Le projet avorté de reforme constitutionnelle instituant l’élection du président et du vice-président au suffrage universel direct avec introduction d’un quart bloquant au premier tour n’est pas très loin de nous et prend sa source dans ce constat. 
Nous commanditons aussi des études de ce type, cependant très sérieuses ; et à la différence de Wade, non pas pour les rendre publiques mais pour nous en servir comme instrument exclusif de campagne. 
En conclusion, Wade et ses stratèges se tromperaient lourdement en ignorant la détermination profonde qui anime aujourd’hui le peuple sénégalais uni dans la défense de sa patrie et son honneur, déterminé à faire face à toute tentative de violation de sa Constitution, de hold-up électoral et de dévolution monarchique du pouvoir. Y en a marre ! Tout simplement. 
Alors, Messieurs de la Cour du roi, déroulez-en une autre. Cette stratégie ne passera pas. Et il n’est pas tard pour bien faire. 
Moussa SIGNATE, Rewmi-New York 
Blocage du choix du candidat de Bennoo : entre déni d’objectivité et illusion unitaire 
 
L’avènement de la démocratie représentative a généré le principe aristocratique de l’élection à travers le phénomène de la représentation politique. La sélection des catégories dirigeantes est, de nos jours, incontournable dans les modes d’accès aux positions électives de pouvoir. De ce point de vue, l’élection présidentielle suppose la désignation de candidats. Au Sénégal, les partis politiques ont le monopole de l’encadrement des candidatures aux élections, malgré un réveil des candidats indépendants. Aujourd’hui, les partis sont devenus des entreprises politiques et leur principal but est la conquête pour l’accès au pouvoir, vu l’intensification de la compétition. 
En cela, la difficulté de choix d’un candidat qui se manifeste dans la coalition Bennoo Siggil Senegaal (BSS) s’inscrit dans une logique de positionnements sous-tendue par des enjeux électoraux importants. Pourquoi la commission dite de facilitation n’arrive pas à trouver un consensus autour du choix du candidat de Bennoo ? Comment se désigne le candidat d’une coalition électorale dans les démocraties modernes ? Le Sénégal tente-t-il de théoriser une exception à travers la technique de vote pour désigner le candidat de Bennoo ? N’est-on pas là dans un cas d’école qui s’apparente à un déni d’objectivité dans la mesure où les membres même de ce comité de facilitation et l’opinion publique savent quel est le parti le plus représentatif et électoralement plus expérimenté au sein de Bennoo ? Cette candidature de l’unité et du rassemblement est-elle réalisable, et pourquoi ce fétichisme qui l’entoure ? Le Ps et l’Afp n’ont-ils pas perdu trop de temps avec ce schéma ? 
Autant d’interrogations qui posent la problématique de la dégénérescence des coalitions électorales. En d’autres termes, les regroupements de partis portent en eux-mêmes les germes de leur propre décadence. Mais les sciences sociales étant iconoclastes, il est toujours important d’apporter des précisions terminologiques sur l’usage des mots pour éviter certaines confusions. C’est pourquoi l’on pourrait comprendre ici par déni d’objectivité, le refus de l’objectivité dans l’arbitrage des candidats à la candidature à partir des dix critères élaborés par Bennoo. 
1. Le fétichisme de la candidature de l’unité 
Après l’élection présidentielle de 2007 marquée par la défaite de l’opposition, le premier indice de rassemblement de cette opposition a été d’appeler au boycott des élections législatives de la même année. Ce boycott réussi avec un taux de participation avoisinant les 30 % a dopé l’opposition à s’inscrire davantage dans une dynamique unitaire. C’est dans cette perspective que les Assises nationales ont été créées pour trouver un cadre de mobilisation, mais aussi d’entretenir un dialogue inclusif sur les problèmes de la société sénégalaise. 
Cette unité s’est électoralement manifestée lors des élections locales de 2009 où cette coalition électorale Bennoo Siggil Senegaal a pu remporter la quasi-totalité des grandes villes du pays. L’option de ce regroupement de partis a été de reprendre la même stratégie d’alliance pour la présidentielle de 2012. Pourtant, l’analyse électorale exclut toute démarche visant à envisager toutes les élections de la même façon. En d’autres termes, l’élection présidentielle ne saurait être analysée de la même façon que les élections législatives ou les élections locales. Même si, du point de vue sociologique, on peut relever dans le comportement électoral une adhésion à la dynamique unitaire Bennoo, force est de reconnaître que cette fétichisation de la candidature unique ait installé les partis membres de cette coalition dans un piège. 
Si les coalitions électorales constituent, de nos jours, des stratégies d’alliances très prisées en termes de résultats électoraux, la faisabilité de la candidature de l’unité et du rassemblement a commencé à se manifester dès l’élection des exécutifs locaux en 2009. Les principales forces politiques qui pouvaient s’imposer pendant ce moment de choix de la candidature de Bennoo étaient naturellement le Ps, l’Afp et l’Apr. Si l’on porte un regard sur la distribution des positions de pouvoir dans les localités gagnées par cette coalition et les figures politiques dirigeant ces partis. Cette hypothèse de la candidature unique a été rejetée par certains partis comme l’Apr qui a défendu les candidatures plurielles. Certains militants de partis de Bennoo ont aussi manifesté leur désaccord à la candidature unique. 
S’il y a eu une obstination sur la candidature unique qui est devenue la candidature de l’unité et du rassemblement, c’est qu’on a essayé de faire croire à l’opinion que seule cette formule constituait la panacée pour réaliser un changement en 2012. Pourtant, la science politique enseigne qu’aucune élection n’est gagnée d’avance. Si l’on n’a pas encore une photographie des candidats en lice, la fétichisation d’une formule de candidature devient un grand piège, car s’inscrivant dans une posture idéaliste. Curieusement, le nombre de partis membres de la coalition est souvent évoqué sans que l’on s’interrogeât sur le poids électoral de ces formations politiques. Ainsi, vouloir proposer un vote reposant sur le principe, un parti = une voix, semble plus qu’absurde. Ce procédé paradoxal met en relief la réalité de la représentativité des partis au sein de Bennoo et les liens affectifs entre certains leaders qui portent cette proposition. 
En outre, le multipartisme intégral adopté en 1981 a généré au Sénégal une catégorie politique étiquetée de ‘partis cabines téléphoniques’. C’est là où on peut lire et comprendre avant d’adopter une posture de fétichisation de la candidature unique qui ne fait que montrer une distanciation par rapport à la réalité. Ce qui soulève d’autres interrogations. Le contentieux entre le Ps et l’Afp, né le 19 mars 2000 et intensifié par le réquisitoire de Niasse contre le bilan des socialistes lors de sa Déclaration de politique générale en tant que Premier ministre, est-il réellement vidé par ces deux partis ? Le départ de Niasse du Ps en 1999 n’était-il pas un prétexte pour tenter de réaliser ses ambitions présidentielles annonciatrices d’une impossible entente avec Tanor sur une candidature de coalition ? Le PS qui est le parti majoritaire de la coalition accepterait-il de brader son électorat à Niasse qui dirige un parti moins représentatif et qui a contribué à sa perte du pouvoir en 2000 ? Autant de questions qui mettent un bémol dans cette fétichisation de la candidature de l’unité et du rassemblement et qui demandent de chercher à comprendre les interactions qui se nouent au sein de cette coalition. 
2. Sociologie d’un milieu de positionnements politiques 
Il faut considérer Bennoo comme un cadre explicatif de la territorialisation de la compétition politique. Dans cette coalition hétéroclite, on relève, du point de vue structurel, deux grandes formations (Ps et Afp) et d’autres fortes personnalités constituant ce qu’on a communément appelé le Pôle de Gauche. En effet, la sociologie des partis permet de rendre compte de leur organisation et de leur fonctionnement internes, autrement dit la ‘territorialisation’ de leurs fonctions de représentation politique. Elle répond aussi à l’intérêt de saisir la diversité spatiale des formes d’implantation et d’organisation des partis. Loin d’une approche marxiste qui consisterait à considérer la taxinomie des partis comme correspondant à celle des classes sociales, il faut partir d’un point de vue wébérien selon lequel les partis sont principalement des associations ayant pour but de procurer à leurs chefs le pouvoir. Il s’agit de montrer que si les partis ont cet objectif, il faut s’interroger sur les dépositaires de ce pouvoir. 
C’est aussi un déni d’objectivité que de vouloir contester la meilleure représentativité du Ps par rapport aux autres partis de Bennoo. Si les tenants de cette thèse du refus de voir la réalité écartent la référence aux résultats de l’élection présidentielle de 2007, les résultats des élections législatives de 2001 et les mobilisations récentes des partis sur le terrain constituent des preuves sans équivoque ! La sociologie de l’espace Bennoo met également en lumière des affinités construites depuis l’adolescence de certains leaders au lycée, c’est-à-dire des relations de promotionnaires. Cette posture émotionnelle ou affective n’altère-t-elle pas toute logique d’objectivité ? On peut alors comprendre certaines prises de positions aux allures de dictature soviétique. 
De plus, certains de ces promotionnaires s’inscrivent plus officieusement dans une continuité de lutte contre le retour du Ps au pouvoir. Si dans les démocraties modernes, la culture politique accepte le principe de l’alternance au pouvoir, est-il juste, voire démocratique de refuser un retour du Ps aux affaires si ce parti présentait un projet crédible aux Sénégalais ? Pourtant, dans d’autres aires géographiques comme les Usa et la France, ce sont des partis qui ont perdu le pouvoir qui parviennent à le reconquérir. C’est une des vertus du suffrage universel créé depuis 1848. Paradoxalement, c’est là où l’on peut relever certaines failles de la culture politique dans beaucoup de pays africains. 
Dans cette course à la désignation du candidat de Bennoo, les petits partis se satellisent en réalité autour des grandes formations politiques, notamment le Ps et l’Afp. Il s’agit de positionnements pour tenter d’influencer le choix du candidat de l’unité et du rassemblement. Dans cette perspective, toutes les formes de manœuvres et de manipulations inimaginables sont permises. L’idée de procéder par vote pour la désignation du candidat de Bennoo illustre cette situation alors que le consensus est la règle de prise des décisions dans cette coalition. Tout cela explique les jeux d’intérêt qui existent et qui peuvent se traduire même par une forme interne de clientélisme politique. Sous ce rapport, on constate un essai de théorisation d’une exception aux expériences modernes de désignation d’un candidat d’une coalition électorale. 
3. Le rejet du critère de représentativité : le sacre d’un déni d’objectivité 
La désignation du candidat de Bennoo a fait l’objet d’une élaboration de dix (10) critères. Un comité de facilitation composé de cinq (5) membres a été constitué pour essayer de trouver un consensus en rencontrant même les directions des deux partis, c’est-à-dire le Ps et l’Afp. Mais, malgré tout, ce candidat peine à émerger entre deux fortes personnalités aux carrures d’hommes d’Etat. A travers cette procédure, l’on assiste à une tentative de théorisation d’une forme singulière de choix d’un candidat d’une coalition dans la mesure où, dans toutes les démocraties au monde, l’expérience montre qu’une telle candidature se construit toujours autour du parti majoritaire. 
Objectivement, le candidat investi par le Ps, parti majoritaire de Bennoo, doit conduire cette coalition à l’élection présidentielle de 2012. Alors pourquoi tergiverser sur ce qui correspond à la réalité politique ? Pourquoi établir des critères de sélection sans pouvoir départager les prétendants ? Immanquablement, les dix critères établis départagent aisément les deux concurrents au sein de Bennoo. D’ailleurs, cela a amené certains observateurs à qualifier cette situation de complot contre le Ps dont on veut utiliser son électorat majoritaire sans vouloir le mettre devant. N’est-ce pas aussi faire montre de la politique de l’autruche que de vouloir rejeter le critère de représentativité alors que ce sont des voix qui font gagner une élection ? 
Bennoo va-t-il vers la dislocation, c’est-à-dire l’option de candidatures plurielles encadrées et limitées ? Peut-on sauver aujourd’hui l’unité de ce qui reste du Bennoo originel ? Certes, le capital symbolique de confiance collectivement accumulé dans le cadre d’un mouvement est important. Car l’action politique s’exerce de plus en plus au nom d’un groupe et à partir des ressources symboliques de ce groupe vu l’intensification de la compétition politique dans les démocraties représentatives. Toutefois, l’intérêt du poids électoral d’un parti dans une coalition est de créer une dynamique, au-delà de l’entrepreneur indépendant. En cela, le capital politique généré par un parti dans sa tradition électorale est une donnée importante en matière d’analyse électorale. 
Les faits qui se manifestent montrent que seul un improbable désistement peut apporter une solution. Mais est-ce possible ? Certains évoqueraient même l’idée de droit d’aînesse entre les deux prétendants. Ce qui serait de l’ordre de la pure fiction ! En réalité, on occulte souvent la posture du candidat en direction de la campagne électorale. La convocation des mobilisations politiques des partis de l’opposition au cours de ces dix (10) derniers mois mettent en scène deux leaders qui ont été plus en contact avec leur base et les populations : il s’agit d’Ousmane Tanor Dieng et de Macky Sall. Niasse a-t-il fait autant de tournées au niveau de sa base au même titre que Tanor, c’est-à-dire treize (13) régions sur quatorze (14) ? Cela n’est pourtant pas négligeable, car cette fréquence sur le terrain a l’intérêt de présenter Tanor et Macky comme étant déjà dans leur habit de candidats à la présidentielle de 2012. Ces tournées permettent aussi de tester la capacité de mobilisation projetant la représentativité de l’homme ou de la femme politique. Si l’option de la candidature plurielle s’impose, les petits partis dans Bennoo devront bien réfléchir sur leurs alliances car leur chance serait de s’allier avec le parti le plus représentatif pour une éventuelle redistribution des cartes en cas de victoire. En substance, ne peut-on pas dire que ces difficultés observées dans la construction de la candidature de l’unité et du rassemblement mettent en lumière l’illusion unitaire de Bennoo ? 
Abdou Rahmane THIAM, Docteur en Science politique 
Mettre en berne l’Etat du Sénégal serait-il une ligne d’horizon de la Majorité et du contre pouvoir avant février 2012 ? 
Il s’agit, ici, de freiner, avant que le catastrophisme politique ne se développe, les exactions qui résultent de certaines pratiques politiciennes ayant cours, maintenant, au Sénégal. Affrontements et confrontations physiques sont, en somme, des épiphénomènes qui dérangent la Nation Sénégal où la réserve et la retenue restent, sans conteste, des vertus cardinales. Or, le recours à certaines épreuves physiques démontre, malheureusement, l’incapacité des challengers à recadrer le jeu politique. Et confirment l’impuissance de la majorité, du contre pouvoir et du pouvoir à bien encadrer leur rapport avec la règle du juste milieu. 
 
Cependant, l’avenir n’est guère en péril. Parce que les populations ne suivent, dans aucun cas, ceux qui ne veulent que trop garder leur nez sur le guidon. Pourquoi pouvoir et contre pouvoir estiment-ils que la confrontation physique resterait l’unique voie ? 
 
« Persévérer dans son être », en refusant toute mutation, favorise l’installation du chaos dont les effets débouchent, souvent, sur la déconfiture méthodique de l’ordre citoyen. Cet ordre qui ne doit reposer, essentiellement, que sur le patriotisme, le consensus. Et non sur la force. 
 
Des hommes politiques estiment, contre toute attente, que le recours à l’affrontement physique devient la seule pédagogie qui aide à modifier, en leur faveur, les rapports de force politiques. Or, cette approche, dans le fond comme dans la forme, est proscrite en démocratie qui prescrit l’expression du plus grand nombre, sans pression. 
 
Matraquage par voie médiatique, démonstration de force par affrontement physique, dérèglement de l’éthique et diktat des moralités variables sont les nouveaux ingrédients utilisés pour vaincre en politique. Alors que, là, convaincre reste l’unique loi. 
 
Vaincre en politique exige une méthodologie qui permet de convaincre sans fracture, sans traumatisme et sans violence. Mais la règle, de nos jours, pour gagner en représentativité ou en légitimité ne vise plus une offre programmatique, une prospective citoyenne, un encadrement judicieux de la pratique de la démocratie. Elle ne repose plus que sur l’ostentation, l’activisme, le situationnisme et l’opportunisme. L’ère des corneilles et des corbeaux est née depuis janvier 2011. 
 
Comment ne fonder un pré combat politique que sur un recours à la violence ? 
 
Désormais ce sont la jeunesse et les femmes qu’on entend offrir à la violence et qui serviront, sans éthique, de chair à canon ou qui s’afficheront, de manière suicidaire, chaque fois qu’il s’agit d’un affrontement physique. 
 
Le Sénégal ne se limite, guère, au pré positionnement électoraliste. Mais se préoccupe, particulièrement, de son futur, de celui de sa jeunesse, de ses femmes. 
 
Pensons à créer des conditions d’une existence décente. Car les forces de destruction déciment, sans mesure, les peuples dépourvus de paratonnerre citoyen. 
 
Soyons des hommes d’action et non de réaction. 
 
La réaction installe, dans un pays, un déficit d’action ; y développe une impasse stratégique. Et ne promeut, contre toute attente, que des apprentis sorciers aveugles aux valeurs, allergiques à l’éthique et incapables de relever le moindre défi. 
D’ailleurs, Dakar a failli basculer dans le désordre du fait de certains acteurs qui ne cherchent que l’affrontement physique pour des causes illicites. 
 
Thiès devient le lit du désordre et de la confusion, Bambey s’engage dans la même logique. 
 
Pourquoi le recours à la chirurgie chaude dans un pays où le règne de l’ordre, de l’hospitalité et du patriotisme aura toujours prévalu ? Que faire de l’enseignement des guides religieux ? 
 
Il s’agit de savoir les raisons qui seraient à la base du délitement de l’autorité de l’Etat dans un pays où la déconcentration gagne du terrain, où la décentralisation avance et où la médiatisation évolue. 
Le désordre qui se développe, sans arrêt, dans la Nation, la pratique de la démocratie qui se précarise et la vulnérabilité de l’Administration interpellent le pouvoir, la Majorité et le contre pouvoir. Avant que l’absence de hiérarchie n’installe la République dans des eaux troubles. 
 
Pourquoi de hautes autorités, des élus et des dirigeants de mouvements politiques estiment-ils que, désormais, se crêper les chignons devient un moyen licite de lutte politique ? 
 
La contorsion, la transgression et la non communication ne sont plus de saison dans le contexte politique né après l’Alternance 2000. Mais janvier 2011, comme une surprise, aura favorisé l’escalade de la potentialisation de l’affrontement et de la confrontation physique. Or, les musculaires ne devraient, en aucune façon, être des protagonistes en politique. Et, surtout, en démocratie. 
 
Notons le fait que le recours extrême à la violence est, maintenant, assimilable à une autre forme d’irrédentisme. Car cette épidémie qui persiste depuis janvier 2011 mérite une thérapie. Avant que son développement ne dépasse les limites. 
 
Aujourd’hui les musculaires se substituent aux forces de l’ordre. Les leaders du contre pouvoir ont, tous, des gardes du corps recrutés parmi les gros bras. Les autorités ne connaissent plus les limites du dédoublement fonctionnel. Et sont protégées quand elles se déploient dans des actions privées. Cette confusion devrait être endiguée. Parce que le responsable politique qui n’exécute pas une action publique ou qui se déploie dans une action à caractère privé ne devrait, sauf erreur, jouir des avantages octroyés au titre des attributs de fonction officielle. 
 
Une normalisation et une moralisation des comportements des acteurs du contre pouvoir et de la Majorité deviennent, dans une totale mesure, une urgence. 
 
Ce rétablissement de la normalité contribuera, de façon effective, à la réduction de l’escalade des légèretés menant vers la naissance de certains abus. Générateurs de frustrations poussant à qualifier, avec raison, l’attitude du pouvoir consistant à consolider l’impunité. 
 
Oui, l’impunité, cette tare nouvelle au Sénégal. Le peuple condamnera, avec fermeté, toute forme de proscription qui soit de nature à développer l’ampleur des inégalités pouvant provoquer le feu dans la maison. Par ailleurs, sans plaider pour un quelconque report, sommes-nous prêts, dans ce contexte social, à aller aux élections ? D’où notre appréhension à penser que l’Etat risque d’être mis en berne. 
 
Wagane FAYE 
Professeur d’Anglais 
Coordonnateur des Cadres du F.A.P 
Expert Associé à CARED Afrique 
E-mail : ngenbale@hotmail.fr 
Cette nouvelle culture de la célébrité au Sénégal! 
 
Parachevant un travail universitaire qui porte sur l’analyse de pratiques sociales souterraines à l’œuvre dans la société sénégalaise, nous avons été particulièrement dérouté ces dernières semaines par la mise sur agenda médiatique de ce qui nous a semblé être des faits divers, des petits scandales promus à l’oubli faute de dénonciation publique sérieuse. 
 
Cette médiatisation a été surtout observé via une presse populaire voire quelques chaines de télévision privées. Cette forme de célébrité est nous semble-t-il une résultante implicite de la promotion d’une « culture du loisir ». Pour le dire autrement, la disposition qu’ont les médias d’imposer et d’user des « stars » en toute circonstance est représentative à notre avis, de l’implantation d’une « culture du loisir », d’une société du divertissement, d’une société qui remanie ses idoles. 
 
Le sociologue français, Edgar Morin parlait déjà en 1962 d’une montée d’une « culture du loisir », d’un « éthique du loisir », aujourd’hui cette donne s’est accentuée en se conjuguant avec d’autres transformations plus profondes des sociétés contemporaines (impact des échanges transnationaux, transformations voire hybridation des cultures nationales, formation de nouvelles identités, etc.). Nous analysons ces contenus médiatiques comme une « représentation mythique » (Eric Macé, 2006) de ce qu’il convient d’appeler le temps des nouvelles féminités. Cette célébrité célèbre en effet des personnages féminins, ceci n’est pas étonnant si l’on accepte un temps soit peu que la visibilité des femmes dans la presse populaire/people en ligne et les magazines locaux reste tributaire d’images stéréotypées (présentation de la femme en tant que séductrice derrière un corps érotisé et sexualisé, bref la « culture du paraitre » devient une condition pour élire celles que les médias rendent visibles …). 
 
Pour le dire comme Eric Macé, dans leur visibilité publique, ces personnes semblent « engager moins leur compétence que leur personnalité » (Eric Macé, 2006) . Prenons pour exemple les cas de ces « figures » suivantes: les mannequins Adja Diallo, Adja Ndoye, Maty Mbodji, Sokhna Aidara et Gabriel Goudiaby qui vient de rejoindre le peloton, les danseuses Mbathio Ndiaye, Dada Pathial, Aida Dada, Ndéye Guéye, Oumou Sow, les « tassoukat » Ndiollé Tall et Ngoné Ndiaye Guéweul et la liste est loin d’être exhaustive. Ces faits qui ont attiré notre attention procèdent par une médiatisation très forte pour ne pas dire un matraquage médiatique de ce qu’on pourrait nommer des peoples à l’américaine dans le pays des marabouts. Ce qui saute à l’œil c’est ce recyclage permanent des mêmes personnages, qui nous reviennent chaque fois sur une nouvelle formule. Pour illustration, citons la sommaire guerre médiatique entre le directeur de publication du magazine Icône, Mansour Dieng et Adja Diallo. 
 
Quelques jours auparavant, elle était avec le mannequin Maty Mbodji au centre d’une polémique autour d’une grosse somme d’argent qui serait acquise de manière douteuse en Guinée. La danseuse Mbathio Ndiaye mise en cause dans une supposée affaire de grossesse, ce qu’elle a d’ailleurs démenti publiquement via une chaine de télévision privée. Cette même Mbathio était citée avant dans une histoire de vol de portable. On pourrait encore multiplier de tels exemples. Ces peoples ou ces « idoles de consommation » (Lowenthal, 2006 [1961]) font vendre et participent au déplacement des canevas classiques de la valorisation sociale déjà entamé par les lutteurs, elles sont mises en avant, elles sont promues comme référence, elles sont visibilisées à l’extrême. 
 
D’aucuns me diront sans doute que la mission de la presse populaire ou people est de mettre à nu et de rendre public les turpitudes avérées ou pas de nos stars locales. Mission que nous ne récusons pas. Par ailleurs, ce qui a motivé notre courte observation c’est non pas la production d’une dichotomie entre celles qui méritent le statut de célébrité et celles qui ont accédé à une célébrité non méritée ou encore une célébrité scandaleuse. Ce qui intéresse ici c’est plutôt la reconfiguration des instruments médiatiques, de la gestion des mœurs, des sensibilités morales, des habitudes de jugement lorsque le dispositif normatif est mis à l’épreuve par certaines pratiques. 
 
Ce sont ces reconfigurations générales même qui ont permis à la culture de la célébrité de prendre ses aises dans la société sénégalaise. Des faits qui en effet relevaient de la transgression sont aujourd’hui banalisées en rentrant dans les mœurs. Nous ferons cette observation même en dépit d’un possible rappel à l’ordre de ceux qui sont appelés les « entrepreneurs de morale ». Il convient aussi de souligner qu’il existe des différences souvent subtiles mais réelles entre les termes de star, célébrité, people, vedette mais nous tairons ce débat théorique ici car ce qui nous intéresse c’est la médiatisation recyclée de quelques personnages locaux. 
 
Pourtant cette distinction a bien besoin d’être évoqué dans le contexte sénégalais où on fait très souvent ce mélange des genres en élevant n’importe quelle personne au rang de star ou de vedette. Ce qu’il faut savoir des différences entre star et célébrité c’est que tout le monde peut devenir célèbre, il suffit juste de passer par un canevas qui peut être la parenté (célébrité par connexion), par les médias, par les scandales ou encore par le talent, les performances. Or pour être star, il faut un renouvellement, une confirmation reconnue par tous du talent, de la performance. Si c’est cela être star on en retrouve bel et bien au Sénégal dans les milieux de la chanson notamment dans le Mbalax, le théâtre populaire, la politique, la religion, etc. * 
 
Ces stars citées sont là mais aujourd’hui on les voit très peu dans les médias (figure traditionnelle de la star qui est inaccessible). Par contre les célébrités créées par les médias sont hyper-visibles, elles meublent notre vie quotidienne par leurs frasques, la mise en scène de leurs vies privées sur la base de compilation d’informations qui paraissent plus complaisantes que vérifiées (souvent les informations concernant ces célébrités ne sont soumises au crible de l’esprit critique). Leur célébrité serait sans doute vaine s’il n’y avait pas un public qui lit de telles informations, qui s’intéresse à ce qu’elles font. Chose utopique sans doute car la société sénégalaise demeure une société très friande de potins, surtout quand ceux–ci mettent en cause des personnes connues. Les célébrités fascinent sans aucun doute : les jeunes filles aimeraient ressembler au mannequin, son habillement, ses goûts sont contemplés avec envie, les hommes fantasment sur le corps du mannequin, ou encore sur les déhanchées érotiques de la danseuse. Ces personnages hissés au rang de célébrité via les médias, peuvent être prises dans une configuration double : soit elles ne contrôlent plus leurs images (la rançon du succès !). 
 
Celles–ci se trouvent entre les mains de paparazzi ou encore d’acteurs d’une surenchère des faits sensationnels pouvant faire vendre. Cependant, l’existence de paparazzi au Sénégal est à relativiser contrairement à d’autres pays tels que la France, les USA où les pratiques de ces photographes particuliers font partie intégrante de la vie des célébrités. N’empêche en parcourant la presse en ligne nous entendons souvent parler du paparazzi désigné sous le sobriquet « Chon ». Dans cette première logique, elles sont médiatisées et font vendre sans vraiment le chercher. 
 
L’Autre possibilité, c’est l’instrumentalisation consciente des médias pour paraître et apparaître en vue d’obtenir une visibilité publique. Nous pouvons penser ici qu’elles utilisent les médias pour être visibles, asseoir une certaine popularité Dans ce dernier cas, on ne peut pas s’empêcher d’entrevoir une éventuelle complicité, une conspiration entre les célébrités et les journalistes qui livrent de telles informations. La narration des faits ou des scandales mettant en cause les célébrités se construit souvent sur des régimes de révélation ambigus. Une grande place est alors accordée à l’information allusive où le lecteur est invité à un constant jeu de devinette pour comprendre l’information donnée. 
 
Awa Diop Barro 
Doctorante en sociologie, Université Bordeaux 2. 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 29.11.2011
- Déjà 5292 visites sur ce site!