ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

les limites de l’éthique et de la morale répu

 
 
Incohérences institutionnelles pour un projet politique. 
La situation de néo patrimonialisation, de privatisation de l’Etat à laquelle le Sénégal est en train de faire face n’est que l’aboutissement d’un long processus enclenché depuis l’avènement de l’Alternance. Des scandales se sont succédés sans que Dame justice ne soit sollicitée objectivement. Une quinzaine de tripatouillages constitutionnels depuis le vote par référendum de notre Charte fondamentale il y a neuf ans de cela, nous renseignant à chaque occasion l’état de déliquescence dans laquelle est plongée la plupart de nos institutions (Conseil Constitutionnel, Cour d’appel, Cour de Cassation, Conseil d’Etat, etc.). Le Sénégal peut être aujourd’hui qualifié à un «laboratoire de recherche» grandeur nature pour tous ceux qui s’intéressent aux pratiques de mauvaise gouvernance sous nos tropiques. Rappelons que jusqu’à récemment, des Etats comme le Zaïre (devenu aujourd’hui République démocratique du Congo), l’Ouganda, la République Centrafricaine respectivement sous les présidences de Mobutu Sese Seko, Idi Amin Dada et Jean Bedel Bokassa servaient généralement d’exemple pour étayer les thèses des plus pessimistes quant aux allures monarchiques que prenaient les régimes africains. Le Sénégal peut légitimement aujourd’hui leur disputer ce qualificatif. 
Il me semble toutefois important de relever quelques actes d’une incohérence notoire posés par le régime libéral. Pape Diop, alors président de l’Assemblée nationale fut également maire de Dakar. La seconde personnalité de l’Etat dépend en même temps du ministre des Collectivités locales ou de l’Intérieur. Une recherche effrénée du pouvoir ou des ressources de l’Etat, quelle qu’elle soit ne peut justifier une telle incohérence institutionnelle sauf si c’est fait à dessein. 
Le régime dit de l’Alternance nous servira en même temps un Secrétaire général de la Présidence, Abdoulaye Baldé ayant sous ses ordres tous les Conseillers du Président dont Karim Wade, ce dernier étant en même temps le Président du Conseil de surveillance de l’Agence nationale de l’organisation de la conférence islamique qui a pour directeur exécutif le premier. Bref, un sac de nœuds frisant le cocasse. 
Last but not least, dernièrement, avec la crise traversée par la Sonatel, Thierno Ousmane Sy est monté au créneau pour éclairer la lanterne des citoyens, en tant que Conseiller du président de la République chargé des Tic. Rappelons qu’il représente l’Etat du Sénégal au sein du Conseil d’administration de la Sonatel. En même temps, il a son avis sur tout ce qui se passe chez les concurrents de la Sonatel. Une situation qui peut poser un problème de conflit d’intérêts, voire dans une certaine mesure de délit d’initié dans la mesure où il est censé détenir des informations stratégiques en la matière. Sa position, dans un Etat dit «normal» aurait commandé qu’il adoptât une posture de neutralité afin que les décisions qui seront prises à l’endroit d’opérateurs de téléphonie autres que la Sonatel ne soient perçues comme une volonté de nuire ou de discriminer. 
La question qui revient est de savoir si tous ces actes ne sont pas posés à dessein ? L’étude scientifique du scandale nous apprend que dans certains contextes, le scandale permet au détenteur du pouvoir de se maintenir au pouvoir car surfant sur ces pratiques aux antipodes de la bonne gouvernance afin de mieux contrôler certains, de décourager d’autres et surtout d’alimenter une opacité, une nébuleuse certaine dans le mode de gouvernance pour se maintenir au pouvoir. Tout ceci explique la manière indécente dont le projet de succession est en train d’être mis en œuvre. 
 
Mamadou SECK - Doctorant Science Politique - Sorbonne – France 
 
ASSISES NATIONALES - Maintien de toutes les structures. 
Le président Mbow accepte de rester aux commandes Le Comité de pilotage, réuni samedi 6 juin 2009, a décidé de maintenir en place toutes les structures des Assises nationales jusqu’à la mise sur pied prochaine du comité de suivi. Cette décision permet de parachever les différents documents des Assises, et, à la commission spéciale sur la Casamance, de terminer ses travaux. M. Amadou Makhtar Mbow, président des Assises nationales, a reçu et accepté un mandat pour mener les consultations nécessaires à la formation du prochain comité de suivi. Les membres du comité de pilotage ont tenu à lui présenter leurs remerciements et lui ont rendu un hommage. 
 
CONTRE LE POSTE DE VICE-PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Des députés déposent un recours devant le conseil constitutionnel  
par Assane MBAYE | SUD QUOTIDIEN , mercredi 10 juin 2009 
La loi instituant le poste de vice-présidence de la république n’a pas fini de parler d’elle-même. Avant-hier, un recours en constitutionnalité a été formulé devant le conseil constitutionnel par quinze députés de l’Assemblée nationale qui désapprouvent cette loi qu’ils qualifient « d’anticonstitutionnelle ». La révélation a été faite hier par le cercle de ces députés dont Me Ndéye Fatou Touré, Imam Mbaye Niang et Ousmane Sow Huchard. La rencontre a été pour ce trio de montrer leur désapprobation face à cette loi et le « danger » qu’elle peut engendrer. 
En se fondant sur les dispositions des articles 74 et 92 de la constitution Sénégalaise, une quinzaine de députés à l’Assemblée nationale a formalisé avant-hier un recours auprès du juge du conseil constitutionnel pour manifester sa désapprobation de la loi instituant le poste de vice-présidence de la république. 
L’information a été donnée hier, mardi 9 juin, par les porteurs de voix du cercle des quinze députés qui sont contre le poste de vice-président de la république et qui ont par ailleurs apposé leurs signatures dans ce recours dont il est question. Selon Me Ndéye Fatou Touré, député non inscrit, « la création anachronique et intempestive du poste de vice-président de la république est en même temps une profanation et une dénaturation des institutions constitutionnelles ». 
A cela, s’ajoute « la violation de l’article 6 qui dit que les institutions de la république sont la présidence de la république, l’Assemblée nationale, le gouvernement, le conseil constitutionnel, la cour suprême, la cour des comptes et les cours et tribunaux ». 
Aussi, selon toujours le député du mouvement tekki, « cette loi viole-t-elle l’article 26 qui est le premier du titre 3 de notre charte fondamentale consacrée à l’institution qu’est le président de la république ». En effet, c’est ce même article qui définit le mode d’élection et du scrutin du président de la république. Ce qui fait que « l’alinéa qui y est ajouté est un cheveu sur la soupe ». « il y a une opposition bien encrée à l’Assemblée nationale qui désapprouve l’orientation de la politique du gouvernement », a-t-elle dit en dernier mot. 
Quant à Imam Mbaye Niang, il considère que le président de la République n’a pas encore cédé à l’idée de léguer à son fils le pouvoir. « Cette loi instituant le poste de vice-président de la République est une ruse du président de la République pour installer son fils Karim Wade à la tête de l’Etat », martèle-t-il avant de déclarer « c’est la quinzième fois que Abdoulaye Wade et son régime modifie notre constitution. Et ceci pour déplorer ce tripatouillage qui ne fait que salir notre démocratie ». 
Après ces propos d’Imam Mbaye Niant, Ousmane Sow Huchard décide de lui emboîter le pas. Ce dernier estime que ce lot de députés qui est contre la politique gouvernementale fait toujours l’objet de marginalisation. « Le rouleau compresseur n’arrête pas de passer sur nous parce que nous sommes minoritaires », tient-il à préciser. « Mais nous ne baisserons jamais les bras », déclare-t-il. 
Cependant, comme pour mettre en garde les autorités compétentes « si le conseil constitutionnel n’arrive pas à freiner cette loi « budgétivore » et qui ouvre les portes du palais au fils du président, nous allons appeler à une mobilisation des populations pour descendre dans les rues ». « Que le conseil constitutionnel prenne ses responsabilités », dit-t-il. 
WALF FADJRI : 
Paradoxes de la scène médiatique : Le printemps des ‘politologues’ 
 
 
Qu’est-ce qu’un politologue ? Au Sénégal, la politologie s’apprend et se pratique spontanément dans les médias sans qu’on ne sache véritablement quels sont les règles et les principes sur lesquels se fondent les analyses et conclusions de ceux qui se réclament des spécialistes de cette ‘science’! L’opacité qui entoure cette discipline est justement une porte ouverte à toutes sortes de magouilles intellectuelles : on abuse de la crédulité du peuple en s’arrogeant un statut qu’aucune institution académique n’a conféré ni authentifié. Les grands intellectuels de ce pays sont quasiment noyés par le tapage et l’émergence de nouveaux politologues mystérieux, dont les analyses ne vont guère plus loin que l’écho de la clameur populaire.  
Si, en effet, la politologie est l’étude systématique des faits politiques du point de vue social et étatique, quelles sont les démarches scientifiques et les méthodes de validation des analyses du politologue ? Où se trouve la frontière entre le spécialiste des sciences politiques qu’on apprend dans les universités et la politologie ambiante et informelle qui assène ses verdicts dans les ondes des radios, dans les colonnes des journaux et dans les écrans de télévisions ? La politologie, telle que définie dans la langue française, requiert des connaissances en anthropologie, en sociologie, en histoire et sciences politiques, or ceux qui se réclament de cette discipline, ont-ils vraiment tout ce background ?  
Les notions de consultant et de politologue sont, dans notre pays, le manteau de tous ces intellectuels, dont la formation académique n’a guère permis une promotion exceptionnelle : ceux qui ne sont spécialistes de rien (parmi les disciplines académiques traditionnelles), sont précisément les plus enclins à s’autoproclamer politologues ou consultants en ceci ou cela. La vérité historique est qu’il s’agit, pour la plupart, d’intellectuels sans œuvre, et parfois même désœuvrés, qui abusent de l’élasticité de la morale et du relativisme axiologique pour s’imposer en directeurs de consciences ou en grands théoriciens de l’impératif politique catégorique. Leurs certitudes chimériques et leurs élans dogmatiques répugnent tous les esprits éclairés qui savent par expérience que le monde humain se laisse malaisément cerner dans des catégories figées. Le mal est pourtant plus général que cela, car tous ceux qui rêvent de célébrité sans mérite se faufilent sournoisement dans les méandres du marketing tous azimuts. Ainsi, comme le disait Gilles Deleuze : ‘Il faut qu’on parle d’un livre et qu’on en fasse parler plus que le livre lui-même ne parle ou n’a à dire. A la limite, il faut que la multitude des articles de journaux, d’interviews, de colloques, d’émissions radio ou télé remplacent le livre, qui pourrait très bien ne pas exister du tout. (...) Les intellectuels et les écrivains, même les artistes, sont donc conviés à devenir journalistes s’ils veulent se conformer aux normes. C’est un nouveau type de pensée, la pensée-interview, la pensée-entretien, la pensée-minute’.  
En réalité, le terme politologue dans notre pays n’est rien d’autre que le nom emphatique d’une ruse permettant à certains ‘intellectuels’ qui se croient nantis de facultés supérieures à celles de la moyenne, à des intellectuels sans véritable rayonnement et à une catégorie de politiciens non engagés, de prendre une certaine revanche sur les hommes politiques et sur la société, tous les deux coupables de ne pas reconnaître des ‘valeurs’ qui ne valent que dans la tête des concernés. Un politologue digne de ce nom doit s’efforcer de s’adapter aux exigences minimales de scientificité et d’éthique scientifique : l’objectivité, la rigueur dans l’analyse des faits, le sens aigu de l’observation, le souci de coller à la réalité, au lieu de donner une primauté à ses convictions sur les faits, la neutralité en termes d’équidistance entre les acteurs politiques.  
On ne peut pas être politologue et résumer ses analyses et conclusions en critiques systématiques des seuls faits et gestes d’un régime ou d’une opposition, à l’exclusion de toute autre considération que le parti-pris. Un politologue ne peut et ne doit être un ‘ventrilogue’, en laissant son cœur penser et parler à la place de sa raison, on ne peut pas s’ériger en politologue en ne se fondant que sur des sentences d’ordre moral. C’est donc à la fois inquiétant et suspect de constater l’émergence intempérante d’une nouvelle race d’intellectuels sur l’espace public qui réclament tous un statut de ‘politologue’, alors qu’ils n’en ont pas les qualités. N’ont pas suffisamment doté le Sénégalais de productions bibliographiques permettant d’identifier un fil conducteur dans leurs idées et de comprendre le fondement théorique des vérités qu’ils assènent dans l’espace public. La médiatisation outrancière ne rime pas avec le sérieux de l’analyse, ni avec le détachement que requiert une recherche perpétuelle de la vérité et du sens.  
Malheureusement, nos intellectuels d’aujourd’hui réfléchissent sur la place publique, dans le public, trouvent leurs vérités avec le public et prétendent faire un travail de spécialiste ! En quoi le fait de dire ce que le peuple veut qu’on dise est-il un travail de spécialiste ?  
L’éruption des lamentations politiques dans ce pays est, en réalité, orchestrée et entretenue pour nourrir les acteurs de cette entreprise de fourberie à grande échelle : les titres et les mérites sont décernés sur la place publique, à la radio ou à la télévision par des hommes de média et non par les universités normalement compétentes. En retour, ceux qui sont fabriqués par ces mêmes médias sont tacitement chargés de faire la promotion médiatique de certains hommes politiques, de défaire l’aura d’autres en même temps qu’ils font office de légitimateurs et de caution intellectuelle aux arguties de n’importe quel homme de média ou homme politique ; la frontière entre les deux étant devenue insaisissable ! Tout cela consiste en une gigantesque entreprise de mise en scène où les politiciens, les journalistes et les pseudo politologues sont à la fois les metteurs en scène et les interprètes de rôles stéréotypés.  
Les affaires les plus anodines sont traitées avec une habileté de manipulatoire dénuée de vergogne et parfois de tout souci déontologique. Ici comme ailleurs, c’est le principe de la liberté de la presse qui est détournée de sa vocation pour servir plutôt à museler toutes les voix qu’on juge discordantes dans la mélodie mystificatrice orchestrée par les hommes de média et/ou politiques. Une sorte de tyrannie de la médiacratie est en train de s’abattre sur les consciences citoyennes en réduisant, avec un fascisme redoutable, la vie sociale à la seule sphère politique, l’information et le débat à la seule communication politique. Entre ces trois acteurs : l’homme politique, l’homme d’affaires et l’homme de média, il y a le fameux politologue dont la problématique vocation se résume bien souvent à celle d’un entremetteur. C’est rare de voir un entremetteur faire des analyses qui lèsent les intérêts, ‘l’honorabilité’ et la notoriété des parties dont il assure la connexion silencieuse. Sous ce rapport, ces pseudos politologues sont des affairistes de seconde zone ou de simples ‘preneurs de positions’, comme le disait fort justement le journaliste El Hadji Kassé, plutôt que des analystes rigoureux désintéressés et dont le savoir débouche sur un constat clair et sans équivoque.  
C’est toute cette armée de personnes aux motivations diverses qui inondent l’espace public de problèmes et de préoccupations politiques et puisque ‘le petit ver ne ronge que le bon bois’, les sages et les vrais héros meurent dans l’anonymat ou sont simplement voués au feu d’une critique journalistique ou politologue qui est devenue une simple intrigue pour s’emparer de dividendes et de notoriété tout à fait sortie de l’illusion mystificatrice d’un discours pseudo intellectuel. Certains politologues s’érigent comme tel, parce que seulement, ils sont inaptes à supporter l’altérité que requiert l’engagement politique manifeste : sous ce voile, ils se cachent pour troquer le monologue savant au périlleux débat politique ou intellectuel. En fin de compte, dans les débats, ils mystifient tout le monde, car leur intervention n’est purement politique ni purement scientifique : leur conviction politique parasite les concepts et théories grandiloquents sans que l’auditeur ou le téléspectateur non averti sache discerner la science de l’idéologie partisane.  
Ce phénomène est caractéristique des sociétés technocratiques qui sont malheureusement des sociétés de consommation. Le problème dans les sociétés technocratiques est que quiconque dispose d’une expertise plus ou moins avérée dans un domaine aussi large que celui de la science, est tenté de devenir ce que Florence Khodoss appelle un ‘despote éclairé’. Despote éclairé, parce que la pseudo-scientificité de son discours met le technocrate à l’abri de l’inquisition du profane : les hommes ont tellement confiance en la science que, dès qu’un discours a l’allure d’une science, ils démissionnent et acquiescent. Ce mythe de la perfection ou de la véracité de la science est justement ce sur quoi jouent les technocrates pour assouvir des desseins despotiques. La ruse est que, par la technocratie, on cherche et obtient souvent une légitimité imprenable telle une forteresse parce que précisément, cette légitimité n’est ni politique, ni scientifique. L’astrophysicien français, Michel Kasset, a dit dans ce sens une chose qui mérite d’être constamment méditée : ‘Si le savoir est confisqué, il ne nous reste plus qu’à être esclaves’. Le problème dans nos sociétés technocratiques, c’est justement qu’il y a une caste de pseudos intellectuels, qui prétendent détenir un savoir mystifié dans un discours ésotérique, mais vide.  
Pape Sadio THIAM Journaliste thiampapesadio@yahoo.fr  
 
AFP - A propos des arguments du régime sur la gestion des inondations. 
Réunie hier en Bureau politique, l’Alliance des forces de progrès (Afp), en l’absence de son Secrétaire général Moustapha Niasse, est revenue sur les arguments du pouvoir actuel en matière de gestion des inondations. Pour l’Afp, les textes que le régime a convoqués constituent une manière d’«aménager une porte de sortie». 
Le pouvoir se débine pour aménager une porte de sortie  
Par Soro DIOP 
Les arguments développés lundi dernier par le chargé de la communication de la présidence de la République, Sitor Ndour, pour dire que la gestion des inondations relève des Collectivités locales, n’ont pas du tout convaincu l’Afp. Pour Moustapha Niasse et ses camarades, le pouvoir actuel a convoqué des textes, «pour se soustraire à ses obligations face aux inondations». Une telle posture, pour le Bureau politique de l’Afp, «relève d’une médiocrité crasseuse, au milieu d’une cacophonie gouvernementale, savamment orchestrée pour aménager, en temps utile, une porte de sortie en démentant le bouc émissaire du jour». Les «progressistes» trouvent «scandaleux, pour un gouvernement responsable et digne de confiance, d’attendre l’appel de détresse d’un élu local, pour voler au secours de populations victimes de catastrophes naturelles».  
En ce qui concerne le projet de révision du Code de l’Urbanisme, l’Afp juge que, sur «ce dossier précis, ce qui est en jeu également, c’est la satisfaction de cette boulimie foncière monstrueuse pourvoyeuse de fonds pour une clientèle insatiable». Avec le règne de Wade, estime ce parti, le Sénégal et ses populations ont fait les frais de «cet appétit dont les frontières dépassent les limites de l’éthique et de la morale républicaines». Le Bp de l’Afp appelle ses militants à la résistance en synergie avec les élus de l’opposition et les populations. Il s’agit, pour les «progressistes», de faire ensemble face à une «agression inqualifiable contre la souveraineté du peuple et l’intérêt général». Ils sont persuadés qu’au seuil de l’hivernage, les «mêmes manquements» du régime de «pseudo libéraux» vont se manifester, alors que les paysans, «abandonnés à eux-mêmes», réclament vainement «des semences de qualité en quantité suffisante, des engrais à des prix accessibles et du matériel agricole naguère distribué abusivement à des parasites, dans le cadre de la sinistre Goana». 
L’Afp s’est fortement émue de la situation sociale que traverse le pays, surtout dans le secteur de la santé marqué par l’existence d’hôpitaux dans un piteux état de délabrement.  
sodiop@lequotidien.sn  
DEUXIEME PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL Pour une gestion participative des catastrophes naturelles  
par Aïssatou Diop NDIAYE, Youssouph BADJI | SUD QUOTIDIEN , mercredi 10 juin 2009 
Prévenir les risques et accidents naturels au Sénégal. C’est l’objectif de l’atelier d’actualisation du deuxième plan de contingence pour la prévention des catastrophes naturelles tenu hier dans un hôtel de Dakar. La rencontre présidée par le ministre d’Etat, ministre de l’intérieur, des collectivités locales et de la décentralisation en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour Développement (Pnud), se veut un prétexte pour lancer un appel à l’implication de tous les acteurs. 
Les accidents majeurs, calamités et catastrophes naturelles survenues au Sénégal ces dernières années ont fini par montrer que le pays n’est pas à l’abri de tels phénomènes. Le ministère de l’intérieur, des collectivités locales et de la décentralisation en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (Pnud) a présidé l’ouverture hier, mardi 9 juin à Dakar, d’un séminaire pour l’élaboration d’un plan de contingence. 
Cet atelier a pour but d’identifier et de programmer des réponses rapides, appropriées et efficaces face aux situations de catastrophes et des crises susceptibles de se produire. 
Ces phénomènes naturels non moins présents dans tous les domaines d’activités économiques et sociales constituent des menaces graves qui peuvent, en cas de survenue, compromettre les efforts de développement. 
C’est dans cette optique que le gouvernement du Sénégal a décidé de faire un processus participatif de la prévention et gestion des catastrophes. Selon le ministre d’Etat, ministre de l’intérieur des collectivités locales et de la décentralisation, Cheikh Tidiane Sy : « la rencontre revêt une double signification elle constitue d’abord un moment privilégié avec les acteurs, le bilan de la mise en œuvre du plan Orsec de 2008 et d’en tirer les enseignements majeurs pour la gestion de prochaines crises ». 
Car, a-t-il poursuivi, « elle nous donne également l’occasion d’entamer de larges discussions autour de la planification des crises probables pour les mois prochains, mais aussi profiter de l’occasion pour lancer un appel à l’implication de toutes les populations ». 
A en croire le ministre de l’Etat, ministre de l’Intérieur, des Collectivités Locales et de la Décentralisation, le gouvernement du Sénégal a pris des mesures avec l’appui du Pnud pour prévenir les risques majeurs et atténuer l’impact des catastrophes sur les personnes, les biens et l’environnement. Ce qui passe par le renforcement du cadre institutionnel à travers la mise en place d’une plateforme nationale et sa dynamisation, l’intégration de la réduction des risques de catastrophes dans le document de stratégie de réduction de la pauvreté. 
A cela, s’ajoute la mise en œuvre des priorités du cadre d’action de Hyogo ratifié par le gouvernement du Sénégal et enfin la formulation d’un programme national de réduction des risques de catastrophes. 
Dans son allocution, le coordonnateur du système des Nations Unies, M. Buri Jean Victor Sanhouidi a insisté sur le fait que tous les acteurs doivent être imprégnés, pour pouvoir partager l’expérience du sommet à la base, parce que, a-t-il conclu : « il s’agit de tirer les insuffisances de l’expérience précédente (plan orsec 2008) pour mieux faire » 
WALF FADJRI : 
Position du gouvernement sur les inondations : ‘L’Etat-Pds a bel et bien déclenché la guerre contre les collectivités locales contrôlées par l’opposition’, selon l’Afp 
La position du gouvernement sur la gestion des inondations ressemble aux yeux de l’Afp à une déclaration de guerre du pouvoir à l’endroit des collectivités locales contrôlées par l’opposition. L’Afp trouve scandaleux pour un gouvernement responsable et digne de confiance, d’attendre l’appel de détresse d’un élu local, pour voler au secours de populations victimes de catastrophes naturelles. 
 
La récente visite de courtoisie de Karim Wade à Moustapha Niasse n’a en rien changé le discours au vitriol de l’Afp contre le pouvoir en place. Bien au contraire le Bureau politique dit avoir constaté que ‘la débâcle subie par Me Wade et ses affidés n’a, en rien, modifié son schéma de succession monarchique, avec une architecture institutionnelle parasitée par une obsession suicidaire’. Mieux, les progressistes affirment que l’allocution du 3 avril que le président de la République a adressée aux Sénégalais n’était, en fait, qu’une profession de foi de plus et que les actes posés au fil des semaines sont en train de contredire. ‘L’Etat-Pds a bel et bien déclenché la guerre contre les collectivités locales contrôlées par l’opposition démocratique’, accuse le parti de Moustapha Niasse. Puis d’expliquer que la convocation des textes par le pouvoir actuel, ‘pour se soustraire à ses obligations face aux inondations, relève d’une médiocrité crasseuse, au milieu d’une cacophonie gouvernementale, savamment orchestrée pour aménager, en temps utile, une porte de sortie, en démentant le bouc-émissaire du jour’. Il est scandaleux, de l’avis des progressistes, ‘pour un gouvernement responsable et digne de confiance, d’attendre l’appel de détresse d’un élu local, pour voler au secours de populations victimes de catastrophes naturelles’.  
L’Afp signale, par ailleurs, que le projet de révision du Code de l’Urbanisme s’inscrit dans la même veine politicienne de mauvais goût. ‘Sur ce dossier précis, ce qui est en jeu, également, c’est la satisfaction de cette boulimie foncière monstrueuse, pourvoyeuse de fonds pour une clientèle insatiable’, renseignent Niasse et ses camarades. ‘Sous l’ère des Wade, notre pays et ses populations ont déjà payé un lourd tribut à cet appétit dont les frontières dépassent les limites de l’éthique et de la morale républicaine’, ajoutent-ils. C’est pourquoi, le bureau politique de l’Afp invite tous les élus du parti à engager la résistance, aux côtés des autres élus de l’opposition et des populations, pour faire face ‘à cette agression inqualifiable contre la souveraineté du peuple et l’intérêt général’.  
L’Afp relève, pour le dénoncer, que pendant que le régime de Me Wade s’adonne ‘à son sport favori qui se résume à la ruse dans la gouvernance nébuleuse’, les grands dossiers de l’Etat ayant des incidences directes sur la vie des Sénégalais sont toujours en souffrance. ‘Au seuil de l’hivernage, les mêmes manquements auxquels nous ont habitué les pseudos libéraux se manifestent. Abandonnés à eux-mêmes, les paysans exigent en vain des semences de qualité en quantité suffisante, des engrais à des prix accessibles et du matériel agricole naguère distribué abusivement à des parasites, dans le cadre de la sinistre Goana’.Ce n’est pas tout puisque l’Afp rappelle que le secteur névralgique de la santé continue également d’être en ébullition avec de nombreux préavis de grève. Il en est de même du secteur minier qui, selon les progressistes, ‘est étouffé par ce même manque de transparence, malgré le vacarme organisé autour du premier (?) lingot d’or sorti de Sabodala’.  
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 10.06.2009
- Déjà 5296 visites sur ce site!